6 résultats

BYRON (John).

Voyage autour du monde, fait en 1764 & 1765, sur le vaisseau de guerre anglois le Dauphin, commandé en chef par le chef d'escadre Byron.

Paris, Molini, 1767. In-12 de (2) ff., lxviij-335 pp.; basane marbrée, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite de l'anglais par Jean-Baptiste Suard, et illustrée d'un frontispice gravé. Récit du second voyage autour du monde de Byron. Il effectua le premier avec l'amiral George Anson. Lors de ce deuxième voyage, il visita les îles Malouines, franchit le détroit de Magellan, et fit halte dans les archipels de Juan Fernandez et de Tuamotu. Le récit de ce périple fut rédigé par un de ses officiers Philip Carteret. Les 68 pages de la préface sont consacrées à une démonstration de l'existence des géants de la côte de Patagonie d'après les voyageurs qui les avaient rencontrés, de Pigafetta à Byron. Bel exemplaire. Borba de Moraes, 137. — Leclerc, I, 245. — Sabin, 9734.

CHOPARD (Jean-Paul, pseud. du capitaine (Guillaume-Joseph Gardarein-Freytet).

Quelques personnages officiels à Tahiti

Brest, imprimerie de J. B. Lefournier, 1871. In-8 de vj-85 pp.; broché, couverture beige imprimée.

Première édition. À travers le portrait de plusieurs personnalités de Tahiti, et en citant de nombreux documents officiels, l'auteur prend la défense du père Honoré Laval, missionnaire aux îles Gambier, accusé de pratiquer le commerce et de gouverner en sous main. Bon exemplaire. Dos cassé et couverture écornée, avec de petits manques. O'Reilly, Tahiti, 7283.

GIRARD (Maurice).

F. Péron, naturaliste, voyageur aux terres australes, sa vie, appréciation de ses travaux, analyse raisonnée de ses recherches sur les animaux vertébrés et invertébrés d'après ses collections déposées au Muséum d'Histoire naturelle.

Paris, J.-B. Baillière, Moulins, Enaut, 1857. In-8 de 278 pp.; demi-chagrin bleu, dos lisse fileté or, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Ouvrage peu commun illustrée d'un portrait lithographié de Péron en frontispice. François Péron fit partit de l'expédition des Terres Australes dirigée par le commandant Baudin d'où il rapporta une collection de plus de 100 000 spécimens conservée au Muséum de Paris. Le commandant Baudin étant mort en 1803, il fut chargé de la publication des résultats scientifiques de l'expédition. Mais, lui même étant mort en 1810, la publication du Voyage de découverte aux terres australes, fut reprise et terminée par le géographie Louis-Claude de Freycinet, également membre de l'expédition. Bon exemplaire. Envoi autographe signé de l'auteur à Mr Guichenot, fils d'un des compagnons de Péron. Antoine Guichenot embarqua sur la corvette le Géographe en tant que jardinier. Contrecollé sur le faux-titre, cet envoi devait se trouver à l'origine sur la couverture, qui fut supprimée à la reliure. Quelques rousseurs, habiles restaurations au dos. Ferguson, 9940.

JACOLLIOT (Louis).

La vérité sur Taïti (affaire de La Roncière).

Paris, Bruxelles, Librairie Internationale, A. Lacroix, Verboeckoven et Cie, 1869. In-8 de 56 pp. ; cartonnage brun à la bradel, pièce de titre en maroquin brun en long, couvertures conservées (reliure moderne).

Édition originale. Ancien juge impérial à Tahiti, Louis Jacolliot défend dans sa brochure le comte de La Roncière, commissaire impérial à Tahiti de 1864 à 1869, qui fut rappelé en France pour répondre à certaines accusations. Il évoque également les raisons des rancoeurs à l'égard du comte, les résultats de son administration, l'affaire de la plantation Soarès d'Atimaono, celle du père Laval et celle de la mission Gambier. Cet ouvrage fut condamnée pour diffamation en avril 1872 par les tribunaux locaux. Bon exemplaire. Rousseurs. O'Reilly, 6903.

OCEANIE. — LAGRENEE (Maurice Alexandre).

Journal de Tahiti. Marquises - Iles-sous-le-Vent - Samoa - Wallis.

1888. In-4 oblong (25 x 36 cm) de (51) ff., dont (50) sur bristol contenant, au recto, des photographies, et, au verso, un texte manuscrit ; demi-chagrin marron à coins, dos à nerfs orné de filets à froid, titre doré «Tahiti» au dos et sur le plat supérieur, fermoir en laiton (reliure de l’époque).

Album de 98 photographies consacrées à Tahiti, aux îles Sous-le-Vent, aux Marquises et aux îles Samoa. Les photographies, non signées, de dimensions variables, ont été tirées sur papier albuminé et contrecollées sur les feuillets de l’album, le plus souvent à raison de deux par page. Elles se rapportent à Tahiti (45 photos), aux îles Sous-le-Vent (27), aux Marquises (12) et aux îles Samoa (14). Concernant Tahiti, elles montrent différentes vues (panoramas de Papeete, pointe Vénus), des sites pittoresques (cascade et bains de la Fautaua, Diadème, sommet de l’Orohena, lac de Vaihiria), des portraits de polynésiens (dont la reine Pomaré IV et le roi Pomaré V), des personnages en costumes, des habitations traditionnelles ou européennes, des scènes diverses (pêche à Tahiti, déplacements en voiture), des cérémonies (14 juillet), etc. Les photographies des îles Sous-le-Vent (situées au nord-ouest de Tahiti) évoquent d’abord la mort de l’enseigne de vaisseau Denot, tué le 21 mars 1888 à l’île de Huahine. Elles montrent ensuite des habitants de l’île de Raiatea, la plupart devant leur maison ou leur case, des scènes de groupe, des bâtiments (dont l’école) ainsi qu’un four canaque. Une photographie représente le vice-roi de l’île de Tahaa avec sa famille, une autre montre un morne à Bora-Bora, et quatre se rapportent à des bâtiments de guerre français: le Duquesne, le Volta et le Decrès. Aux îles Marquises, les photographies montrent la vallée d’Omoa, sur l’île de Fatu Hiva, un panorama, une case, un groupe de marquisiens, un personnage tatoué en tenue de guerrier, ainsi que le grand marae d’Atuana, sur l’île de Hiva Oa. Concernant l’archipel des Samoa, on peut voir quelques portraits, dont ceux du roi Malietoa et d’un guerrier en costume de parade, une danse locale, ainsi que quelques paysages. A Apia, capitale des Samoa, les photographies représentent un groupe d’officiers allemands, des cases traditionnelles et l’escadre américaine au mouillage. Parmi cet ensemble, 1 photographie a été réalisée par S. Hoare: Portrait de la reine Pomaré IV. L’atelier de S. (Sophia ou Susan) Hoare fut actif à Tahiti de 1868 à 1900. Il est à l’origine d’une importante production de portraits de petits formats, tirés sur papier albuminé. Premier photographe établi dans l’île, S. Hoare obtint une médaille de bronze à l’Exposition universelle de 1889 à Paris. Ensuite, 4 photographies ont été réalisées par Charles Georges Spitz: Portrait du roi Pomaré V. - La pêche à Tahiti (ou Enfants sur pirogue et pêche au harpon). - Le sommet de l’Orohena vu de l’Aoraï la nuit. - Le lac de Vahiria. Une autre photographie, intitulée Indigène des Marquises, pourrait être attribuée à Spitz ou à son successeur, Frank Homes. Né à Marmoutier (Bas-Rhin) en 1857, Marie Charles Georges Henri Spitz fut d’abord engagé volontaire dans l’infanterie de Marine. Arrivé à Tahiti en 1878, il quitta le service deux ans plus tard et s’établit dans l’île. Au début des années 1880, il créa un atelier photographique et réalisa de nombreux clichés évoquant la vie coloniale: fêtes et cérémonies, manœuvres de l’infanterie de Marine, escales de navires de guerre, réunions de colons, etc. Spitz effectua aussi l’ascension du mont Aoraï, à 2066 m d’altitude, d’où il prit plusieurs photographies dont l’une est présente dans l’album (Le sommet de l’Orohena vu de l’Aoraï la nuit). Il réalisa également de nombreux portraits d’atelier et mourut à Brest en 1894. Le peintre Paul Gauguin s’inspira d’un de ses clichés pour peindre le tableau Pape moe (Eau mystérieuse, 1893), qui représente un jeune polynésien buvant l’eau d’une cascade. Toujours dans l’album, 13 photographies sont attribuées, sous des titres généralement différents, à Arthur Ekström (1860-1924), commandant le croiseur Fabert au sein de la flotte française du Pacifique en 1886-1887: Panorama de Papeete (ou Papeete et le palais de la reine). - Trou de l’Amiral (ou Rivière à Tahiti). - Himéné, 14 juillet (ou Habitants d’un village, dansant et jouant de la musique lors d’un défilé à Papeete). - 14 juillet à Papeete (ou Quai du port de Papeete). - Rue de Papeete bordée d’arbres. - Le kiosque de la musique (ou Kiosque à musique). - Rivière et Diadème en arrière-plan. - Case de Raïatéa (ouFamille tahitienne devant une maison traditionnelle). - La grande allée d’Omoa (ouPaysage de Nuku Hiva). - Richard. Sarah et sa sœur, Sophie (ouNotables tahitiens). - La vallée d’Omoa, île Fatu-Hiva. - Une case de la vallée d’Omoa, île Fatu-Hiva (ouUne case marquisienne). - Vice-roi de Tahaa (ou Couple avec petite fille). Né à Frocourt (Oise) en 1868, Maurice Alexandre Lagrenée entra dans la marine en 1884. Devenu aspirant en 1887, il effectua, l’année suivante, une campagne en Océanie, probablement à bord du Volta, qui le conduisit successivement en Nouvelle-Calédonie, à Tahiti, aux îles Sous-le-Vent, aux Marquises, dans l’archipel des Samoa puis aux îles Wallis. Le récit de son voyage, copié d’une écriture régulière et sans ratures au verso des feuillets, contient une description assez précise des endroits visités ainsi que ses impressions lorsqu’il parcourut l’intérieur des terres et visita les sites pittoresques des différentes îles. Le texte est agrémenté de quelques chansons, dont une sur le croiseur Fabert qui appartenait à la même division navale. Par la suite, Lagrenée participa à plusieurs campagnes en Méditerranée, dans l’Atlantique et en Indochine. Lieutenant de vaisseau en 1896, il devint officier breveté canonnier, puis capitaine de frégate en 1911. En 1915, il se distingua à la tête d’un bataillon du 1er régiment de Fusiliers-Marins; deux ans plus tard, il fut promu capitaine de vaisseau. Commandeur de la Légion d’honneur en 1923, il mourut au château du Montet, près de Nancy, en 1939. Précieux témoignage sur la Polynésie à la fin du XIXe siècle. Sources: TREHIN (Jean-Yves), Charles Georges Spitz. Photographies de Tahiti, 1880-1890. Catalogue édité à l’occasion du 1er Festival de la Photographie. Tahiti, Ministère de la Culture de Polynésie française, Musée de Tahiti et des Iles, 2002. – O’REILLY & REITMAN, Bibliographie de Tahiti et de la Polynésie française, 8932 (sur l’ascension de Spitz au sommet de l’Aoraï en 1883). – Sites internet histoire.assemblee.pf et mediatheque-polynesie.org (pour les photos de Spitz et d’Ekström). – Site ecole.nav.traditions.free.fr (pour Lagrenée). Liste des photographies: Tahiti(45 photographies): - Panorama de Papeete (reproduite sur le site mediatheque-polynesie.org, avec mention « Auteur inconnu»). (1 photographie). - Panorama de Papeete-2. (1 photographie). - Panorama de Papeete (attribuée, sous le titre «Papeete et le palais de la reine», à Arthur Ekström). – [Autre panorama de Papeete, constitué de 2 clichés assemblés]. (2 photographies). - Types tahitiens. (2 photographies). - A Tahiti. – Madeleine. (2 photographies). - Madeleine. – Païrou. (2 photographies). - Le bain de la Fataoua [Fautaua], ou trou Brander. (2 photographies). - Bains de la Fataoua: Trou Brander. – Trou de l’Amiral (attribuée, sous le titre «Rivière à Tahiti», à Arthur Ekström). (2 photographies). - Les voitures à Fataoua. (2 photographies). - Nini et Teitoua. – Nini et Teitoua au bain de l’Amiral (2 photographies). - La case des commissaires, Mao, Moë, etc. (2 photographies). - Himéné, 14 juillet (attribuée, sous le titre «Habitants d’un village, dansant et jouant de la musique lors d’un défilé à Papeete», à Arthur Ekström). – Himéné dans le jardin du roi. (2 photographies). - 14 juillet à Papeete (attribuée, sous le titre «Quai du port de Papeete», à Arthur Ekström). – 14 juillet 1887. (2 photographies). - Pomaré IV. – Pomaré V (par Charles Georges Spitz). (2 photographies). - Marahu. – Tombeau de la reine Pomaré IV. (2 photographies). - Nini et Teitoua. – Nini dans un pandanus. (2 photographies). - Cascade de la Fataoua. – Papeete. (2 photographies). - [Sans titre; attribuée, sous le titre «Rue de Papeete bordée d’arbres», à Arthur Ekström]. – Vue prise du pont de l’Est. (2 photographies). - La case de Simonin. – Le kiosque de la musique (attribuée, sous le titre «Kiosque à musique», à Arthur Ekström). (2 photographies). - Le Diadème. – [Sans titre; attribuée, sous le titre «Rivière et Diadème en arrière-plan», à Arthur Ekström]. (2 photographies). - La pêche à Tahiti (ou Enfants sur pirogue et pêche au harpon, par Charles Georges Spitz). – Ilot, rade de Papeete. (2 photographies). - Le sommet de l’Orohena vu de l’Aoraï la nuit (par Charles Georges Spitz). – Moorea et la pointe Vénus. (2 photographies). - Phare de la pointe Vénus. – Rade de Taravao. (2 photographies). - Le lac de Vahiria [Vaihiria] (par Charles Georges Spitz). (1 photographie, constituée de 2 clichés assemblés). Iles-sous-le-Vent (17 photographies de Raiatea et Huahine): - Huaheiné [Huahine], où fut tué Denot. (3 photographies). - La famille de Nini à Raïatéa [Raiatea]. – Raïatéa. (2 photographies). - Le poste de la Vire à Raïatéa. – L’école à Raïatéa. (2 photographies). - Nini et Teitoua à Raïatéa. – Liébert à Raïatéa. (2 photographies). - Musique de Raïatéa. – Raïatéa. (2 photographies). - Indigènes de Raïatéa. – Case de Raïatéa (attribuée, sous le titre «Famille tahitienne devant une maison traditionnelle», à Arthur Ekström). (2 photographies). - Raïatéa. – Raïatéa. (2 photographies). - Four canaque (Raïatéa). – Raïatéa. (2 photographies). Iles Marquises (12 photographies de Fatu Hiva et Hiva Oa): - La grande allée d’Omoa (attribuée, sous le titre «Paysage de Nuku Hiva», à Arthur Ekström). – Richard. Sarah et sa sœur, Sophie (une photographie similaire, sous le titre «Notables tahitiens», est attribuée à Arthur Ekström). (2 photographies). - Panorama de Rais-Haé. – Groupe de Marquisiens. (2 photographies). - Grand Marae d’Atuana, Hiva-Oa. – La vallée d’Omoa, île Fatu-Hiva (attribuée, sous le titre «Paysage de Hiva Oa avec trois Marquisiennes debout sur un chemin», à Arthur Ekström). (2 photographies). - Indigène des Marquises (attribuable à Charles Georges Spitz ou à Frank Homes). – Vallée d’Omoa, île Fatu-Hiva. (2 photographies). - [Sans légende]. (2 photographies). - Une case de la vallée d’Omoa, île Fatu-Hiva (attribuée, sous le titre «Une case marquisienne», à Arthur Ekström). – [Sans légende]. (2 photographies). Iles-sous-le-Vent (10 photographies de Raiatea, Bora-Bora et de la flotte française): - Les fetii à Raïatéa. – [Le] Duquesne et [le] Volta à Raïatéa. (2 photographies). - Raïatéa. (2 photographies tirées en bleu). - Vice-roi de Tahaa (attribuée, sous le titre « Couple avec petite fille», à Arthur Ekström). – [Sans titre ; tirée en bleu]. (2 photographies). - Avant du Decrès (tirée en bleu). – Grand mât du Decrès. (2 photographies). - Etat-major du Volta. – Morne à Bora-Bora. (2 photographies). Samoa (14 photographies d’Apia et Samoa): - Officiers de marine allemands (Apia). – Environs d’Apia. (2 photographies). - Environs de Samoa. (2 photographies). - Samoa. (2 photographies). - Malietoa. – Chef du parti de Malietoa. (2 photographies). - Tamassesse. – Enfant d’Apia. (2 photographies). - Guerrier de Samoa-costume de parade. – Danse indigène. (2 photographies). - Case indigène, Apia. – Escadre américaine à Apia. (2 photographies).

THIERRY (Charles, baron de).

Pièce autographe signée.

Vers 1850. Etiquette in-64 oblong (4,8 x 7,8 cm) de 1 p. sur papier fort, montée sur une feuille comportant des annotations.

Neveu de Thierry de Ville-d'Avray, intendant du garde-meuble de la Couronne, le baron de Thierry (1794-1864) commença une carrière diplomatique, puis acheta, en 1821, de vastes terrains situés dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, à proximité de la baie des Iles et de la rivière Hokianga. Il proposa alors la création d'une colonie et prit le titre de "chef souverain de la Nouvelle-Zélande". Arrivé dans l'île en 1837, il ne fut pas reconnu par les chefs Maoris, ni par les autorités britanniques ou françaises. Après l'annexion de la Nouvelle-Zélande par la Grande-Bretagne en 1840, il dut renoncer à ses prétentions. La présente étiquette, authentifiée par un collectionneur d'autographes du XIXe siècle qui la monta sur papier vergé et ajouta une notice biographique ainsi que la description des armoiries de Thierry, contient le texte suivant : "Verre volcanique dont se servaient anciennement les Néozélandais pour tailler la chère [sic] humaine dans leurs festins anthropophages". Elle servait probablement à désigner, dans une collection d'objets récoltés sur place, le verre volcanique dont les bords devaient être particulièrement tranchants. Curieux document. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs, Océanie, pp. 361-362.