10 résultats

ARAGO (Jacques).

Promenade autour du monde pendant les années 1817, 1817, 1819 et 1820, sur les corvettes du roi l'Uranie et la Physicienne, commandées par M. Freycinet.

Paris, Leblanc, 1822. 2 volumes in-8 de (2) ff., xxx-452 pp. — (2) ff., 506 pp., et un atlas petit in-folio de (2) ff.; demi-veau fauve, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et noir, non rogné (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition dont l'atlas contient un titre, la liste des planches, un planisphère et 25 planches lithographiées d'après les dessins de l'auteur (vue de l'église de la Gloria à Rio de Janeiro, jeune fille de Timor, antropophage d'Ombay, roi des Carolines, sauvage de la Nouvelle-Hollande). Frère de l'astronome François Arago, Jacques Arago embarqua en 1817 à bord de l'Uranie comme dessinateur de l'expédition de circumnavigation dirigée par Freycinet. Publié sous forme de lettres adressées à un ami resté en France, cet ouvrage traite essentiellement des longues escales à Rio de Janeiro, au Cap, à l'île Maurice, à La Réunion, Timor, aux îles Mariannes, aux Carolines, au îles Sandwich, ou encore en Australie. On y trouve également des renseignements sur le naufrage de l'Uranie aux Malouines, sur le retour à Monte Vidéo à bord de la Physicienne, ainsi que plusieurs vocabulaires : Ombay, Guébé, Waigiou, Papous, Marianais, îles Carolines et îles Sandwich. Bon exemplaire, exempt de rousseurs (sauf sur les serpentes de l'atlas). Borba de Moraes, 44. — Brunet, I, 372. — Chadenat, 6. — Ferguson, 850. — Hill, 28.

BYRON (John).

Voyage autour du monde, fait en 1764 & 1765, sur le vaisseau de guerre anglois le Dauphin, commandé en chef par le chef d'escadre Byron.

Paris, Molini, 1767. In-12 de (2) ff., lxviij-335 pp.; basane marbrée, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite de l'anglais par Jean-Baptiste Suard, et illustrée d'un frontispice gravé. Récit du second voyage autour du monde de Byron. Il effectua le premier avec l'amiral George Anson. Lors de ce deuxième voyage, il visita les îles Malouines, franchit le détroit de Magellan, et fit halte dans les archipels de Juan Fernandez et de Tuamotu. Le récit de ce périple fut rédigé par un de ses officiers Philip Carteret. Les 68 pages de la préface sont consacrées à une démonstration de l'existence des géants de la côte de Patagonie d'après les voyageurs qui les avaient rencontrés, de Pigafetta à Byron. Bel exemplaire. Borba de Moraes, 137. — Leclerc, I, 245. — Sabin, 9734.

CHOPARD (Jean-Paul, pseud. du capitaine (Guillaume-Joseph Gardarein-Freytet).

Quelques personnages officiels à Tahiti

Brest, imprimerie de J. B. Lefournier, 1871. In-8 de vj-85 pp.; broché, couverture beige imprimée.

Première édition. À travers le portrait de plusieurs personnalités de Tahiti, et en citant de nombreux documents officiels, l'auteur prend la défense du père Honoré Laval, missionnaire aux îles Gambier, accusé de pratiquer le commerce et de gouverner en sous main. Bon exemplaire. Dos cassé et couverture écornée, avec de petits manques. O'Reilly, Tahiti, 7283.

FOLEŸ (Antoine-Édouard).

Quatre années en Océanie.

Paris, J. Hetzel, 1866. In-8 de (2) ff., 300 pp.; demi-chagrin rouge, dos à nerfs, tranches mouchetées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Edition originale. À sa sortie de l'Ecole Polytechnique, l'auteur fut affecté comme élève-officier à bord de la corvette le Rhin qui navigua en Océanie de 1842 à 1846. Le navire quitta Toulon en août 1842 pour la Nouvelle-Zélande et arriva à Akaroa en janvier 1843 après une escale à Bahia au Brésil et une autre en Tasmanie. Après un séjour de plusieurs mois, il visita plusieurs ports de Nouvelle-Zélande, se rendit à Sydney, revint à Akaroa, et alla ensuite à Valparaiso, aux îles Marquises et à Tahiti. En 1845, il fit une tournée des missions catholiques de l'Océanie (Tonga,Wallis et la Nouvelle-Calédonie). De retour en France, Foley reprit ses études, devint médecin, adepte des idées de Saint-Simon et donna des cours de géographie à l'Association Polytechnique (sorte d'université populaire). Dans son ouvrage, issus de ses cours, il étudie le développement de l'humanité et la formation des races et des types individuel en prenant ses exemples parmi les populations d'Océanie qu'il a rencontré. Bon exemplaire. O'Reilly, Tahiti, 4416.

JACOLLIOT (Louis).

La vérité sur Taïti (affaire de La Roncière).

Paris, Bruxelles, Librairie Internationale, A. Lacroix, Verboeckoven et Cie, 1869. In-8 de 56 pp. ; cartonnage brun à la bradel, pièce de titre en maroquin brun en long, couvertures conservées (reliure moderne).

Édition originale. Ancien juge impérial à Tahiti, Louis Jacolliot défend dans sa brochure le comte de La Roncière, commissaire impérial à Tahiti de 1864 à 1869, qui fut rappelé en France pour répondre à certaines accusations. Il évoque également les raisons des rancoeurs à l'égard du comte, les résultats de son administration, l'affaire de la plantation Soarès d'Atimaono, celle du père Laval et celle de la mission Gambier. Cet ouvrage fut condamnée pour diffamation en avril 1872 par les tribunaux locaux. Bon exemplaire. Rousseurs. O'Reilly, 6903.

JEAN (Louis).

Cahier de chansons appartenant à Jean. Honneur à la classe 1879. Manuscrit autographe signé.

Camp-Est [Ile Nou, Nouvelle-Calédonie], 29 octobre 1884. Carnet in-8 (20,2 x 10 cm) de (1) f. de titre, 214 et (4) pp.; broché, dos recouvert de toile gris-beige.

Recueil de chansons copiées par un soldat en poste à l'île Nou (Nouvelle-Calédonie). Il est illustré d'un titre-frontispice dessiné à l'encre, à la mine de plomb et au crayon de couleur représentant un emblème militaire, et de 3 dessins exécutés de la même manière montrant des bâtiments à voiles : La Loire, le Précurseur et le Navarin. Le texte contient environ 150 poèmes dont certains évoquent la guerre de 1870 (L'appel après le combat, Le Noël du soldat, Maudite soit la guerre), la proclamation de la République (Le 4 Septembre, La République victorieuse), la vie militaire (Lettre d'un jeune soldat, Le porte-drapeau, Le soldat d'infanterie de marine), mais aussi les promenades, la vie sentimentale, etc. A la fin du carnet se trouve un chapitre intitulé "Description de la Nouvelle-Calédonie. Mœurs et coutumes des Indigènes" (pp. 200-210). Après des considérations géographiques et historiques, le soldat évoque les ressources agricoles et forestières, la faune, la flore, les habitudes des Calédoniens, leurs mœurs, les guerres entre tribus, la navigation au moyen de pirogues, la pêche, la fabrication d'étoffes, les armes, les coquillages servant de monnaie, etc. Extrait : "Le bois et les pierres sont les éléments de la fabrication de leurs armes, malgré les mines de fer [qui] y abondent […]. Leurs armes sont la sagaie, le casse-tête, le bec-d'oiseau, le tamion, et la fronde. La sagaie est un morceau de bois ayant les deux extrémités effilées, à 100 mètres ils ne manquent jamais leur but. Ils la lancent par le moyen d'une lanière placée à l'index, le plus souvent elle est munie au bout d'une arête de poisson ayant de petites brèches, en sorte qu'une fois blessé il faut déchirer la peau pour retirer la sagaie…" (p. 208). Probablement originaire des Deux-Sèvres, l'auteur, né en 1859, était soldat de 2e classe à la 41e Compagnie du 3e Régiment d'infanterie de marine. En 1884, il était en poste au Camp-Est de l'île Nou (cf. p. 20). Son cahier de chansons est signé et daté p. 211. Située au large de Nouméa, l'île Nou abrita les premières installations du bagne de Nouvelle-Calédonie à partir de 1867. Elle comprenait le Camp-central, le Camp-Est, la Ferme-Nord et l'hôpital du Marais. De 1890 à 1898, la pointe nord accueillit également des lépreux. Traces de consultation dans les angles du volume; les pp. 191-192 sont détachées.

LA MARCK (Eugène de Monet de).

Lettres d'un marin. Extraits recueillis pour ses enfants de la correspondance intime. 1849-1867.

Evreux, Auguste Hérissey, 1871. In-8 de (2) ff., vij-(1 bl.)-611-1) pp.; demi-chagrin noir, dos à nerfs orné de caissons à froid, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée d'un tirage photographique de l'auteur en frontispice. Officier de marine, l'auteur passa 3 ans, de 1852 à 1855, en Polynésie et principalement à Papeete. à son retour, il publia une carte de l'archipel des Tuamotu, puis il accompagna l'amiral Page, comme aide de camp, lors de la campagne de Cochinchine, de 1859 à 1861. Par la suite, il servit au Gabon avant de retourner en Cochinchine. Bel exemplaire enrichi d'un second portrait photographique de l'auteur, en pied et en uniforme daté de 1862, et d'une lettre autographe signée de l'épouse de l'auteur en ex-dono. O'Reilly, Tahiti, 1187. — Polak, 5235.

PETIT (Edouard).

En Océanie.

Paris, Charles Bayle, 1888. In-16 de 223-(1) pp.; demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couvertures conservées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition, illustrée de 4 figures par A. de Bar et G. de Mare. Originaire de Saint-Denis de la Réunion, l'auteur fut nommé commissaire adjoint de la marine en 1880 et fut affecté en Polynésie. Durant trois années, il navigua dan sle Pacifique, dont il tira ce petit ouvrage fait de récits de rencontres et d'anecdotes de voyage. Il visita successivement les îles de la Société, les Gambiers, les Tubai, Tahiti, les Marquises, Tuamotu, Wallis, Samoa et Tonga, et les îles Fidji. Bon exemplaire. Numa Broc, Océanie, p.313. — O'Reilly, Tahiti, 1344.

TAUVEL (Séraphin-Isidore, dit le P. Philibert).

Vie du père Damien, l'apôtre des lépreux de Molokai, de la congrégation des Sacré-Cœurs (Picpus).

Bruges, Desclée de Brouwer et Cie, 1890. In-8 de viij-215-(1) pp.; demi-basane marine, dos lisse orné de filets, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée du portrait du père Damiens, de 17 illustrations dans le texte dont 1 carte, et d'un fac-similé de lettre sur double page. Le père Damien (1840-1889), né Jozef de Veuster, était un prêtre belge, membre de la Congrégation des Sacré-Cœurs de Jésus et de Marie, dite de Picpus. En 1863, encore séminariste, il partit pour les îles Hawaï, et fut ordonné prètre à Honolulu. Après plusieurs poste dans les îles du Pacifique, il se porta volontaire pour servir sur l'île de Molokai, où les lépreux (qui était alors incurables) étaient déportés pour limiter la propagation de la maladie. Il mourut lui-même de la lèpre et fut canonisé en 2009. Bon exemplaire. Coiffes légèrement frottées.

THIERRY (Charles, baron de).

Pièce autographe signée.

Vers 1850. Etiquette in-64 oblong (4,8 x 7,8 cm) de 1 p. sur papier fort, montée sur une feuille comportant des annotations.

Neveu de Thierry de Ville-d'Avray, intendant du garde-meuble de la Couronne, le baron de Thierry (1794-1864) commença une carrière diplomatique, puis acheta, en 1821, de vastes terrains situés dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, à proximité de la baie des Iles et de la rivière Hokianga. Il proposa alors la création d'une colonie et prit le titre de "chef souverain de la Nouvelle-Zélande". Arrivé dans l'île en 1837, il ne fut pas reconnu par les chefs Maoris, ni par les autorités britanniques ou françaises. Après l'annexion de la Nouvelle-Zélande par la Grande-Bretagne en 1840, il dut renoncer à ses prétentions. La présente étiquette, authentifiée par un collectionneur d'autographes du XIXe siècle qui la monta sur papier vergé et ajouta une notice biographique ainsi que la description des armoiries de Thierry, contient le texte suivant : "Verre volcanique dont se servaient anciennement les Néozélandais pour tailler la chère [sic] humaine dans leurs festins anthropophages". Elle servait probablement à désigner, dans une collection d'objets récoltés sur place, le verre volcanique dont les bords devaient être particulièrement tranchants. Curieux document. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs, Océanie, pp. 361-362.