52 résultats

[Voyage au Sichuan]. Manuscrit autographe signé "Paul".

Hankéou, sur le fleuve [Yang-Tsé], Tchengtou, Kinting, 1922. In-8 oblong (19 x 24,7 cm) de (1) et 66 ff. cartonnés, recouverts de papier rouge pailleté d'or; en feuilles, sous deux plats recouverts de soie brodée bleu nuit à motif floral vert foncé, lacets de fermeture (reliure de l'époque).

Relation d'un voyage dans le centre de la Chine. L'auteur, dont on ne connaît que le prénom, quitte Hankéou (actuelle Wuhan, province de Hubei) fin avril 1922, à bord d'un bâtiment à vapeur qui remonte le Yang-Tsé-Kiang. Il passe par le canyon pittoresque des gorges du Yang-Tsé, au départ d'Itchang (Yichang) et arrive début mai à Tchongking (Chongqing). De là, il se rend, par voie terrestre, à Tchengtou (Chengdu, la capitale du Sichuan), ainsi qu'à Koan Hsien (Tsing-chin), en passant par Tseulioutsing. Il effectue ensuite l'ascension du Ngomei Shan (ou mont Emei, au sud-ouest de Chengdu), une montagne haute de 3040 mètres où se trouvent de nombreux monastères au milieu d'une importante végétation. Le récit s'achève à Kinting (Kiating), entre Chengdu et le mont Emei, le 10 juin 1922. Cette relation est illustrée de 108 photographies montées dans le texte, en général à raison d'une ou deux par page, parfois trois ou quatre. Elles sont de deux formats : 4,4 x 6,8 cm pour les plus petites, et 6,7 x 11,2 cm pour les plus grandes. Une quinzaine d'entre elles sont répétées et existent en deux versions, grande ou petite, ce qui donne environ 90 sujets représentés. Non signées, mais prises par l'auteur tout au long du trajet, les photographies représentent les gorges du Yang-Tsé, des embarcations sur le fleuve, des paysages, des ponts, des temples, un convoi funèbre, une colonne de militaires, des Européens en chaises à porteurs, une rizière, une exploitation de sel gemme, etc. Le texte, d'une écriture très lisible, comporte quelques ratures et corrections. Il est divisé en 6 chapitres : La fin du Han (pp. 1-3). - Le Fleuve (pp. 4-6). - Les Gorges (pp. 7-25). - De Tchongking à Tchengtou et Koan Hsien par Tseulioutsing (pp. 26-48). - Koan Hsien (pp. 49-55). - Le Ngomei Shan (pp. 56-66). Certains titres sont accompagnés de leur traduction en chinois. Extraits : "C'est la fin d'avril : il n'a encore donné que son premier flot; il coule tranquille et limoneux. Dans la plaine sans limites, les jonques, voiles hautes, emplissent l'horizon telles une flottille de pêche devant le port à l'heure du retour […]. Le vapeur fraie sa route le long de la rive abrupte qu'il serre et sa passerelle est de niveau avec la plaine; cette berge est un large liston brun surmonté d'un étroit filet vert […]. Fleuve nourricier, source de vie, mais nouveau Saturne aussi… La plaine, toute, appartient au Grand Dragon jaune : elle doit le subir et le laisser onduler librement sur elle…" (Le Fleuve, 28 avril 1922, pp. 4-6). "Dans le jour qui se lève à peine, un mur qui paraît sans issue; sans un coup de barre, le vapeur s'y est engagé; de chaque côté du sillage le blanc du ciel se rétrécit. Submerge le fleuve, une odeur balsamique d'orangers en fleurs que la brise encore endormie n'a pu chasser, elle s'est épandue au cours de la nuit hors des vallées latérales où les vergers se cachent […]. Un premier coude brusque, le vapeur s'annonce par un long hululement qui s'en va éveiller la vallée, frappe les dures parois et revient multiple. C'est la gorge du Foie de Bœuf et du Poumon de Cheval…" (Les Gorges, s.d., pp. 7-8). "Quelques cinq cents kilomètres d'une route impériale de jadis - dix à douze journées - de nombreux villages, des missions tout le long de la route, est-il possible d'hésiter ? Ce n'était pas cependant pas la simplicité même au printemps 1922, et seule une occasion exceptionnellement favorable pouvait décider un nouveau venu en pays setchouanais à la tenter. Notre consul à Tchengtou, Monsieur B [Marcel Baudez, consul à Chengdu de 1921 à 1925], s'apprêtait à y retourner avec sa famille. Tchongking et Tchengtou, les deux villes les plus importantes de la province étaient alors en très mauvais termes et le brigandage faisait rage […]. Le pays venait d'être troublé et le retour de la belle saison allait le secouer de nouveau. Ces considérations, beaucoup plus que les quatre-vingt hommes d'escorte que le gouverneur de Tchongking tenait absolument à nous donner, décidaient du départ, dès que la compagnie de transport chargée du recrutement des coolies les avait rassemblés. C'était pour quatre Européens une caravane assez importante : l'escorte de quatre-vingts soldats, en ordre plutôt dispersé, quatre hommes par grande chaise de voyage - confortables fauteuils de rotin établis pour la circonstance - deux hommes par chaise chinoise, des domestiques et une vingtaine d'autres pour les bagages et les vivres : c'était le minimum pour éviter les contacts trop intimes avec l'hospitalité locale…" (De Tchongking à Tchengtou, Tchengtou, mai 1922, pp. 26-28). "[Les coolies] sont fouettés et pleins d'entrain : une longue aspiration de la grande fumée, l'opium, les a dopés pour la fin de la journée […]. Nous approchons de la limite de la zone d'action des troupes de Tchongking; les prochains villages sont peut-être aux mains de celles de Tchengtou : le contact serait dangereux pour les escortés; cette considération agit-elle sur nos gardiens ? Toujours est-il qu'après un déjeuner où ils sont restés en arrière, nous ne les reverrons plus. Notre sécurité n'en paraît pas diminuée car un commissaire de la police locale qui a demandé la faveur de voyager discrètement parmi nos coolies par crainte des voleurs, n'en demeure pas moins notre compagnon…" (id., p. 39). Le premier feuillet comprend 7 photographies avec la dédicace "Pour toi qui ne l'a pas vu, ton Paul". Intéressant témoignage sur la Chine au début du XXe siècle, apparemment inédit.

Mémoire introductif d'instance présenté à MM. les membres du Conseil du contentieux administratif de Cochinchine dans la cause entre MM. Vandelet et Dussutour (demandeurs), et M. le gouverneur de Cochinchine (défendeur).

Saigon, C. Guilland & Martinon, 1883. In-8 de 84 pp. ; cartonnage marbré, titre au dos (reliure moderne).

En 1881, les négociants français Vandelet et Dussutour obtinrent du roi du Cambodge, et pour trois ans, le monopole du commerce de l'opium et de l'alcool de fabrication indigène. Mais le gouverneur de Cochinchine, désigné comme arbitre pour régler un différent entre le roi et les négociants, en profita pour ajouter de nouvelles clauses au contrat, ce qui donna lieu à de nombreuses difficultés. Bon exemplaire.

Résumés historiques sur la Perse moderne, l'Inde et la Chine, en quatre parties.

Bordeaux, Prosper Faye, 1843. In-8 de (6) ff., 353 pp., (1) f. ; demi-veau fauve, dos lisse orné, tranches marbrées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Ouvrage peu commun divisé en quatre parties comprenant un résumé historique sur la Perse, un résumé historique sur la Chine, un précis sommaire de l'histoire des Tartares, et des notices sur la Corée, le Japon, le Tonkin, la Cochinchine, l'Inde et l'Arabie moderne. Bon exemplaire. Légères rousseurs.

Réunion de 3 catalogues de l'imprimerie catholique de Beyrouth.

Beyrouth, 1878. In-8, toile beige, dos lisse, pièce de titre de veau rouge (reliure du XXe siècle).

On trouve ainsi relié : - Catalogue de l'imprimerie catholique des PP. missionnaires de la compagnie de Jésus en Syrie. Beyrouth, 1878. 11-(1)-15 pp. Couvertures bleues conservées. Catalogue d'ouvrages imprimées en arabe et en syriaque, dont la première partie donne la liste en français, et la seconde est imprimée en arabe. - Catalogue de l'imprimerie catholique des PP. missionnaires de la compagnie de Jésus en Syrie. Beyrouth, imprimerie catholique, 1888. 38 pp., (15) ff. Première couverture conservée. Catalogue d'ouvrages imprimés en arabes et en syriaque, (principalement des livres religieux et des manuels d'étude de l'arabe). Le titre de chaque ouvrage est imprimé en arabe, les commentaires et les tarifs sont en français. Les 15 derniers feuillets contiennent des spécimens de tous les caractères de l'imprimerie (hébreux, samaritains, syriaques, arabes, arméniens, grecs et latins). - Catalogue spécial de l'imprimerie catholique (fondée en 1853). Beyrouth, librairie de l'imprimerie catholique, 1904. 67-iij pp., (2) ff. Couvertures illustrées conservées. Catalogue d'ouvrages imprimés en arabe, syriaque et bilingue français-arabe. Les titres des ouvrages sont imprimés en arabe, les commentaires et les tarifs sont en français. Le fond de l'éditeur s'est agrandi, on y trouve des manuels d'arabe, des recueils de poésies, des contes (dont les milles et une nuits), des revues. Bel exemplaire.

ALEXANDRE (Noël).

Lettres d'un docteur de l'ordre de S. Dominique.

Cologne, les héritiers de Corneille d'Egmond, 1700. In-12; veau fauve, dos à nerfs orné, coupes ornées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Rare réunion des 7 lettres écrites par le père Alexandre au sujet de la querelle des rites qui opposa les Jésuites, partisans d'une adaptation de l'enseignement de la religion chrétienne à la culture chinoise, aux Dominicains et autres missionaires, tenant d'une pratique orthodoxe et universelle. - Lettre d'un docteur de l'ordre de S. Dominique sur les cérémonies de la Chine au R. P. Le Comte de la compagnie de Jésus, confesseur de madame la duchesse de Bourgogne. 89-(2)-(5 bl.) pp. - IIe lettre […] sur les cérémonies de la Chine, au révérend père Dez provincial des Jésuites. 37-(3 bl.) pp. - IIIe lettre […]au R. P. Le Comte […] sur son système de l'ancienne religion de la Chine. 29-(1)-(2 bl.) pp. - IVe à VIIe lettre […] sur l'idolâtrie et les superstitions de la Chine, au révérend père Dez provincial des Jésuites. 18-(1)-(5 bl.) pp. - 27-(1 bl.) pp. - 28 pp. & 18-(1)-(5 bl.) pp. [Suivi de:] Lettre de messieurs des missions étrangères au pape, sur les idolâtries et les superstitions chinoises. [Cologne, les héritiers de Corneille d'Egmond, 1700]. 142-(2 bl.) pp. Bel exemplaire aux armes de La Rochefoucauld. Cachet de la bibliothèque de La Roche-Guyon sur la page de titre. Cordier, BS, 895, 885.

AUBARET (Louis Gabriel) — TRINH (Hoài Duc).

Gia-Dinh-Thun-Chi. Histoire et description de la basse Cochinchine (pays de Gia-Dinh).

Paris, Imprimerie Impériale, 1863. Grand in-8 de (2) ff., xiij-(1 bl.)-359 pp. ; demi-basane fauve, dos lisse orné de filets, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite du chinois par Gabriel Aubaret, et illustrée d'un tableau dépliant et d'une grande carte dépliante gravée avec les contours en couleurs. Après avoir participé aux campagnes de Chine et de Cochinchine, le lieutenant de vaisseau Aubaret fut nommé, en 1861, inspecteur des Affaires indigènes à Saïgon. Il se consacra alors à la rédaction de ses ouvrages sur la langue, l'histoire et la justice annamites. Promu capitaine de frégate en juillet 1862, et devenu inspecteur en chef des Affaires asiatiques, il accompagna, l'année suivante, l'ambassade annamite qui se rendait en France afin de négocier le rachat des trois provinces orientales de Cochinchine perdues par l'Annam à la suite du traité de paix du 5 juin 1862. En octobre 1863, il fut nommé consul de France à Bangkok avec pour mission d'engager avec la cour de Hué de nouvelles négociations, qui aboutiront au traité du 21 juin 1864. Cette chronique historique du pays de Gia Dinh (qui deviendra plus tard Saïgon puis Ho chi Minh Ville) fut rédigé au début du XIXe siècle par le mandarin lettré Trinh Hoàc Duc, dont le nom est orthographié Trang Hoï-Duc dans l'introduction. La première partie retrace l'histoire du Vietnam à partir du milieu du XVIIe siècle; la seconde est une description géographique et un inventaire des ressources de la province. Bon exemplaire. Restauration au dos. Cordier, BI, 1689. — Cordier, BS, 2633. [Joint :] - AUBARET (Louis Gabriel). Gia-Dinh-Thung-Chi. Description de Gia-Dinh, Basse Cochinchine. [Suivi de :] Historique. Sans lieu, [vers 1863]. Manuscrit autographe. 4 cahiers in-4 de (1) f., (92) pp. – (1) f., (68) pp. – (1) f., (92) pp. – (1) f., (81) pp., soit (4) ff. et 333 pp. au total; brochés. Maîtrisant parfaitement le chinois et l'annamite, Aubaret donne ici la traduction française d'un livre écrit une trentaine d'années auparavant par un haut fonctionnaire du vice-roi de Gia-Dinh, Ninh-Vai-Duc, réputé pour sa grande érudition. Il précise au sujet de cet ouvrage : "Les lettrés annamites ne pouvaient occuper aucune position un peu importante en Basse Cochinchine sans la connaissance complète de cette compilation historique et géographique" (Introduction, pp. 1-2). La première partie, qui occupe les trois premiers cahiers, contient une description géographique détaillée de la Basse Cochinchine, avec l'indication des ressources naturelles et agricoles. Elle contient aussi des considérations sur les mœurs et les coutumes des habitants. Quant à la seconde partie, qui correspond au dernier cahier, elle expose l'histoire de la conquête des six provinces de la Cochinchine sur le royaume de Cambodge, et établit, à partir d'une chronologie précise, la priorité du royaume d'Annam sur celui de Siam en tant que suzerain du Cambodge. Le début de cette partie manque, un seul cahier étant présent ici. Le manuscrit possède un plan différent et quelques variantes dans la rédaction. - AUBARET (Louis Gabriel). Note I. Gouvernement et mandarinat du Royaume d'Annam. – Note II. Administration et divisions territoriales administratives de la Basse Cochinchine. Sans lieu, [vers 1863]. In-folio de (18) pp. numérotées 205 à 222; en feuilles, avec annotations de l'imprimeur. La première de ces notes décrit l'organisation du gouvernement d'Annam, constitué de 6 ministères (ou "grands tribunaux") : Intérieur, Finances, Rites et Cérémonies, Guerre, Justice et Travaux publics. Chaque ministre est assisté par plusieurs hauts-fonctionnaires : assesseurs, conseillers, délégués, sous-délégués, etc. Les ministres dépendent du grand-censeur, ou grand chancelier du royaume, pour le civil, et du grand-maréchal pour le militaire, ce dernier étant le chef suprême de l'armée. Celle-ci est divisée en infanterie et marine : l'infanterie se compose de 80 régiments de 500 hommes chacun, soit 40000 hommes au total; la marine, placée sous les ordres d'un amiral en chef, comprend 30 régiments, soit 15000 hommes. Aubaret décrit ensuite le territoire de Hué (la capitale), qui est administré d'une façon différente de celle des autres provinces, puis il s'intéresse au mandarinat, très hiérarchisé et composé de neuf degrés, chaque degré étant divisé en deux classes . La seconde note est consacrée à la Basse Cochinchine. Aubaret décrit en détail son administration : vice-roi (sous le régime annamite); gouverneurs généraux et gouverneurs; administration supérieure et mandarinat; divisions d'une province en arrondissements (phu), eux-mêmes subdivisés en sous-arrondissements (huyên); nominations et promotions chez les fonctionnaires; enseignement supérieur; examens; grades littéraires; division des arrondissements en cantons et en villages?c La note se termine par un tableau des trois provinces annamites de la Basse Cochinchine : Vinh-Long, An-Giang et Ha-Tien. Cette intéressante étude sur les institutions annamites fut publiée en appendice à l'ouvrage intitulé Gia-Dinh-Thung-Chi. Histoire et description de la Basse Cochinchine, Paris, Imprimerie Impériale, 1863, pp. 339 à 351. Joint également: - Histoire et description de la Basse Cochinchine. Traduit pour la première fois d'après les textes chinois originaux. Publié par ordre de S.E. le comte de Chasseloup Laubat, ministre de la Marine et des Colonies. Introduction. Manuscrit autographe, avec ratures et corrections. Paris, 1er juillet 1860. In-folio de 12 pp. (numér. 1-11; 10 bis); en feuilles, annotations de l'imprimeur [1863]. - Lettre autographe signée au ministre (en minute) concernant l'impression de l'ouvrage. Sans lieu, 10 août [1863], 2 pp. in-8. - [Instructions sur le tirage de la carte générale de la Cochinchine]. Manuscrit autographe. Sans lieu, [1863], 1 p. in-8. - Note sur la Cochinchine. Fascicule autographié. Sans lieu, [1863]. In-folio de 24 pp., broché. - [Notes de travail]. Environ 10 pp. de différents formats.

AUBARET (Louis-Gabriel).

Grammaire de la langue annamite.

Paris, Imprimerie Impériale, 1864. In-8 de (2) ff., viij-112 pp.; demi-basane verte, dos lisse orné de filets (reliure fin du XIXe siècle).

Première édition, peu commune, qui manque au catalogue de la BNF; le CCFr n'en mentionne que deux exemplaires conservés à l'Ecole des langues orientales, à Paris. Une seconde édition, enrichie d'un vocabulaire français-annamite et annamite-français, a paru à l'Imprimerie Impériale en 1867.. [Relié avec:] LAUNE (Henri). Notions pratiques de langue annamite fondées sur l'étude séparée des tonalités, suivies de fables, légendes et jugements, traduits mot à mot; avec une étude philologiques des textes. Paris, imprimerie nationale, 1890. x-250-(1) pp. Première édition. Bon exemplaire. Cordier, BI, 2297. [Joint: ] Grammaire annamite. Première épreuve. [Paris, Imprimerie Impériale], 9 décembre 1863 – 8 . VIII pp. gr. in-8 pour l'Introduction, et 23 ff. pour la Grammaire (les deux premiers gr. in-8, les suivants in-folio oblong repliés); en feuilles. On joint le manuscrit autographe de l'Introduction. Sans lieu, 1863. In-folio de (8) pp., en feuilles, avec ratures et corrections. Première épreuve imprimée de la Grammaire annamite de Louis Gabriel Aubaret (1825-1894), officier de marine, consul de France à Bangkok et orientaliste. Elle contient les parties suivantes : Introduction. – Grammaire annamite (en 292 articles) : Prolégomènes : intonations, prononciation, voyelles, consonnes. Chap. I : Du substantif. II : De l'adjectif. III : Des noms propres. IV : Des noms de nombre. V : Des pronoms. VI : Du verbe. VII : Des adverbes. VIII : Des prépositions. IX : Des conjonctions. X : Des interjections. XI : Des particules. "La langue vulgaire, parlée dans le royaume d'Annam, est un dialecte du chinois. Elle en diffère beaucoup cependant. [Les] intonations forment la plus grande comme la principale difficulté de la langue [qui] n'admet que rarement les dissyllabes, si communément employés en Chine [...]. Ces dissyllabes, étant composés de deux mots dont le sens est à peu près le même, permettent de ne pas apporter une extrême attention aux intonations, et même souvent de les négliger. Il n'en est presque jamais de même dans la langue annamite, où l'idée est le plus souvent rendue par un simple mot. Il s'ensuit alors [?c] qu'il est indispensable de ne pas se tromper sur l'intonation, sous peine de ne pas être compris ou d'exprimer des pensées entièrement étrangères à ce que l'on a voulu dire [...]. Le but que nous nous sommes proposés par-dessus tout est de venir en aide aux personnes qui désirent faire usage de la langue annamite, soit pour remplir des fonctions en Cochinchine, soit pour y voyager ou y faire du commerce; c'est pourquoi nous nous sommes attachés spécialement à la langue vulgaire proprement dite. Nous avons donc élagué avec soin les expressions chinoises que le peuple ne comprend pas [...]. Ce livre a pour but d'aider les Européens dans l'étude de l'annamite, en tant que langue parlée, et de répandre en même temps chez les indigènes un système de transcription qui, s'il se généralisait, serait pour le peuple un puissant moyen d'instruction et d'assimilation à nos idées..." (Introduction). Cet ouvrage a été publié, avec quelques variantes dans le texte et l'ajout de deux paragraphes (locutions diverses et division du temps) sous le titre : Grammaire de la langue annamite, Paris, Imprimerie Impériale, 1864, in-8 de VIII-112 pp.

AUBARET (Louis-Gabriel).

Hoang-Viêt-Luât-Le. Code annamite. Lois et réglements du royaume d'Annam.

Paris, Imprimerie Impériale, 1865. 2 volumes in-8 de (2) ff., xiv-(1)-(1 bl.)-394 pp. — (2) ff., 309 pp. ; toile verte, pièces de titre et de tomaison brunes, couvertures imprimées conservées (reliure moderne).

Ouvrage traduit par Louis-Gabriel Aubaret. Bon exemplaire. Cordier, BI, 1847. [Joint :] AUBARET (Louis Gabriel). Code pénal annamite. Hoàng viêt luât lê. Lois et règlements du Royaume d'Annam traduits pour la première fois d'après le texte original par Monsieur Aubaret, lieutenant de vaisseau, sous le gouvernement de Monsieur le c. amiral Bonard, et publié sous le ministère de S.E. Monsieur le comte de Chasseloup Laubat, ministre de la marine et des colonies. Sans lieu, , [vers 1862]. Manuscrit. 7 cahiers in-folio (les 5 premiers autographes) de (1) f., 76 pp., plus (6) ff. volants. – (1) f., 35 pp. – (1) f., 37 pp. – (1) f., 37 pp. – (1) f., 36 pp. – (1) f., 60 pp. – (1) f., pp. 61 à 101, soit (13) ff. et 322 pp. au total; brochés. On joint deux épreuves imprimées : - Notice du traducteur [du Code pénal annamite]. 1re épreuve. [Paris, Imprimerie Impériale], Atelier oriental, 6 novembre 1863, 2 ff. in-folio imprimés et annotés, avec le bon à tirer d'Aubaret. - Idem. 2e épreuve, contenant la préface de l'empereur Gia-Long. [Paris, Imprimerie Impériale], Atelier oriental, 30 décembre 1863, XIV pp. en une feuille repliée gr. in-8, plus un tirage provisoire paginé [V] à XIV, en feuilles, avec annotations. Manuscrit, en partie autographe, de la traduction du Code pénal annamite par le lieutenant de vaisseau Louis Gabriel Aubaret (1825-1894), orientaliste et diplomate, nommé inspecteur des Affaires asiatiques peu après la conquête des trois provinces orientales de la Cochinchine par le contre-amiral Bonard en 1861-1862. Destinée aux personnes "qui s'occupent de l'avenir de la Cochinchine", cette traduction avait pour but de rendre accessibles des textes jusqu'alors réservés aux mandarins. "Le Code pénal annamite [?c] est entièrement basé sur le modèle du code qui régit actuellement la Chine [?c]. Ce code, écrit en langue chinoise, comme le sont du reste toutes les pièces officielles et la plus grande partie de tout ce qui s'écrit en Cochinchine, est composé de deux parties bien distinctes, dont l'une, nommée Luât en annamite et Lu en chinois, est la représentation de la loi fondamentale, loi à peu près immuable depuis une haute antiquité [?c]. La deuxième partie, que les Annamites nomment Lê et les Chinois Li, est ce que l'on a traduit par l'expression de règlements supplémentaires. Ces règlements, variables et susceptibles de révision, ne sont pas à proprement parler le commentaire de la loi, mais ils en sont comme le prolongement et l'extension?c" (Préface, p. 1). Cette division en loi fondamentale/règlements supplémentaires se retrouve dans les différentes sections du Code pénal annamite : Livre premier : préliminaires, différentes sortes de vols, des peines et de leur rachat (1er cahier, pp. 1-26). – Livre quatrième (ou deuxième partie) : De l'homicide et des querelles (1er cahier, pp. 27-76 et 2e cahier, pp. 1-35, table à la fin). – Livre cinquième (biffé et remplacé par troisième partie; s'étend jusqu'à la huitième partie) : Des insultes, des plaintes en justice, de la prévarication, du faux et de la supercherie (3e cahier en totalité & 4e cahier, pp. 1-17; table à la fin). – Livre sixième (biffé et remplacé par neuvième partie) : De l'adultère (4e cahier, pp. 18-28). – Dixième partie : Délits divers (4e cahier, pp. 28-37 & 5e cahier, pp. 1-21). – [Onzième] partie : Des coupables et des prisonniers (5e cahier, pp. 22-36). Les deux derniers cahiers, d'une autre main, sont intitulés "1er cahier" et "1er cahier, suite". Ils contiennent : Livre II : Lois générales (pp. 1-52). – Livre III (biffé et remplacé par première partie) : Des rebelles et des voleurs (pp. 53-101; la table se trouve, avec une pagination différente, en tête du livre premier, dans le 1er cahier). Cet important manuscrit a été publié sous le titre Code pénal annamite. Lois et règlements du royaume d'Annam, traduits du texte chinois original, Saïgon, 1862, in-8. Cette édition est très rare. L'ouvrage a été réédité à Paris, Imprimerie Impériale, 1865, en 2 vol. in-8. Cordier, Bibliotheca Indosinica, 1847, ne mentionne que cette dernière édition.

BARROW (John).

Voyage à la Cochinchine, par les îles de Madère, de Ténériffe et du cap Verd, le Brésil et l'île de Java, contenant des renseignemens nouveaux et authentiques sur l'état naturel et civil de ces divers pays; accompagné de la relation officielle d'un Voyage au pays des Boushouanas, dans l'intérieur de l'Afrique australe.

Paris, Arthus-Bertrand, 1807. 2 tomes reliés en un volumes in-8 de xiv-406-(1) pp. — (2) ff., 408 pp., et un atlas in-4 ; demi-basane brune, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison rouge et noir, tranches jaunes (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition française, traduite par Malte-Brun. Elle est accompagnée d'un atlas de 18 planches gravées par Tardieu (vues du port de Praya, du grand aqueduc à Rio-de-Janeiro, carte de l'Afrique australe, costumes, scènes de genre, et 2 planches en couleurs de botanique). Sir John Barrow accompagna lord George Macartney dans son ambassade en Chine de 1792 à 1794, puis, en 1797, dans la nouvelle colonie du Cap où il fut chargé de réconcilier les Boers et les Cafres. Rentré en Angleterre en 1804, il occupa durant quarante ans le poste de secrétaitre de l'Amirauté, où il joua un rôle important comme promoteur des voyages d'exploration scientifiques de John Ross, Parry, ou encore John Franklin. Le présent ouvrage contient de précieux renseignements sur les pays visités (Madère, les Canaries, le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Indonésie ou encore le Vietnam). Bon exemplaire. Quelques rousseurs. Borba de Moraes, 88. — Cordier, BI, 2424-2425. — Garraux, 25. — Mendelssohn, I, 89. — Rodrigues, 355. — Sabin, 3658.

BELLY (Léon).

Vendeur de chaussures.

Vers 1850. Dessin original signé (22,5 x 14 cm).

Beau dessin représentant un vendeur de chaussure de Constantinople. Au premier plan, on trouve un homme en train de fumer, accompagné d'un enfant, ainsi qu'un porteur. Élevé par sa mère, Léon Belly poursuivit d'abord des études qui s'annoncaient brillantes à L'École Polytechnique puis se destina à la peinture. Il devint l'élève d'Édouard Picot et de Troyon et travailla à Barbizon en 1849. Il visita le Liban, la Syrie et l'Égypte en 1850 lors d'une mission scientifique puis l'Égypte en 1855-1856. Il fit partie, avec Jean-Léon Gérôme, du voyage de l'Impératrice Eugénie au Canal de Suez en 1869. Sa toile intitulée Pèlerins se rendant à la Mecque, exposée au Musée d'Orsay est un chef-d'oeuvre de l'orientalisme. Belly composera des sujets orientalistes jusqu'en 1874. Bon état de conservation.

BONNIÈRES (Alexandre-Jules Benoist de) — GERBIER (Pierre-Jean-Baptiste) — HARDOIN de LA REYNERIE (Louis-Eugène).

Consultation pout les actionnaires de la Compagnie des Indes.

Paris, Lottin l'aîné & Lottin de S. Germain, 1788. In-4 de 103 pp. ; cartonnage de papier marbré rouge à la bradel, pièce de titre de maroquin bordeaux (reliure moderne).

Ouvrage comprenant 14 tableaux dont 2 dépliants. Consultation rédigée par trois avocats chargés de la défense des actionnaires de la Compagnie des Indes Française, dont le privilège avait été suspendu en 1769 à cause d'un très fort endettement. De ce fait, le commerce avec l'Asie n'était plus soumis à un monopole et ouvert à tous les navires. Les actionnaires de la Compagnie n'en furent pas satisfaits et entendirent démontrer que ce privilège était la propriété des actionnaires, qu'il n'était pas possible d'y porter atteinte, et qu'une compagnie pour le commerce avec l'Inde était nécessaire. Bon exemplaire.

BORDEAUX (Paul René).

Album de photographies.

1918-1923, pour la plupart. Grand in-8 (22,3 x 15,5 cm) de 44 ff. montés sur onglets; percaline grenat, dos muet (reliure de l’époque).

Recueil de 190 photographies non signées, constitué par un militaire français qui participa à l’expédition de Cilicie, en Asie Mineure (1920-1922). Les photographies sont montées sur papier fort à raison d’une ou plusieurs par page. Certaines sont accompagnées d'une légende indiquant le lieu et la date. Parmi celles-ci, on compte 23 photos du Liban et de Syrie (1920), 18 de Cilicie (1920-1922), 19 de Chine (1900) et 4 d’Allemagne (1918-1920). Par ailleurs, 31 photographies ne sont pas légendées, mais se rapportent aux mêmes campagnes. A la fin se trouvent 95 photographies de la famille Bordeaux prises en France (1918-1923), ce qui donne un total de 190 photographies pour l'album. Cet ensemble comprend aussi 3 cartes postales. Parmi les photographies du Liban et de Syrie, on notera : Camp du Caïs. - Camp du Nord. - Camp de la colonne sur Damas (juillet 1920). - Le général Gouraud remet son drapeau au régiment de Spahis marocains [et] la cravate de commandeur au général Bordeaux (Beyrouth, 4 novembre 1920). - 2 photos d'avion, entre Mersine (Cilicie) et Tartous (Syrie), 1920-21. - Homs (Syrie) : vue générale prise de Kalaat. - Homs : cour de la grande mosquée. - Homs : la grande mosquée. - Homs : entrée de la grande mosquée. - Homs : vue prise de la sortie Nord-Est. - Village de Tell Bisi (près Homs). - Hemon (près Homs) : les quatre Norias. - Fontaine à Kattine. - Minaret de Hama. - Hama : les souks. - Baalbek : colonnes du temple de Jupiter. - Baalbek : temple de Bacchus. - Baalbek : le grand temple. - Palmyre : vue générale, etc. Pour la Cilicie : Le général à Mersine (1920-21). - Le 14 juillet 1921 à Mersina [sic]. - Octobre 1921 à Mersina. - Arrivée à Mersine (Cilicie) de Franklin Bouillon avec le gal Moueddine-Pacha et Hamid-Bey, sous-secrétaire d'Etat à l'Intérieur (gt d'Angara). - Mersine : vue d'avion (1921). - Cilicie : ensemble de 6 photos, dont les ruines de Pompeiopolis (3) et l'arrivée de Moueddine-Pacha (1921-22). Au-dessous d'une photographie, un article de presse intitulé "Le retour des troupes de Cilicie" précise : "Le vapeur Belgrano, du transit maritime, est arrivé aujourd'hui à Marseille, venant de Beyrouth. Il ramène en France le général Bordeaux et près de huit cents soldats des troupes de Cilicie" (Marseille, 11 janvier [1922]). Quelques photographies plus anciennes, prises en Chine, ont été insérées dans l'album; elles sont intitulées : Campagne de Chine en 1900 (4 photos). - Chine en 1900, Shanghai (8 photos). - Shanghai 1900 (5 photos). - Shanghai 1900 (avec 3 photos de Cilicie). - S.l. (1900). Elles montrent des pêcheurs sur leurs jonques, un Chinois devant la statue d'une divinité, des fortifications, un bâtiment à vapeur, le port de Shanghai, une parade militaire, etc. L'album contient aussi 4 photographies prises en Allemagne : Arrivée du général Foch à Mayence (26 novembre 1918). - Château de Worms, quartier général de la Brigade sénégalaise (1919-1920, 2 photos). - Le général à Wiesbaden (mars 1920). A la suite ont été montées des photographies à caractère privé ou familial : il s'agit de portraits ou de scènes de groupe, le plus souvent à la campagne ou au bord de la mer. L'une des dernières représente Paul René Bordeaux et sa femme dans leur appartement en juin 1920. Située au Sud de l'Asie Mineure, la Cilicie devait être placée sous protectorat français en même temps que la Syrie et le Liban, conformément aux accords Sykes-Picot de 1916 et à l'armistice du 30 octobre 1918 avec l'Empire ottoman. Les troupes françaises débarquèrent en Cilicie en novembre 1919 mais se heurtèrent à la résistance du général Mustapha Ali Riza (le futur Kemal Atatürk). En mai 1920, un premier armistice fut signé avec Kemal, qui mit fin aux combats sporadiques avec les Français. En juillet, les kémalistes assiégèrent à nouveau Adana et bloquèrent les communications. Puis les Français changèrent de stratégie et s'allièrent avec Kemal contre le Sultan Mehmet VI. Le 20 octobre 1921, un accord fut signé, et, en novembre, la France évacua la Cilicie. Celle-ci fut alors rétrocédée à la Turquie. Commandée par le général Gouraud, puis par le général Weygand, l'armée française du Levant (1919-1925) comprenait la division de Cilicie. Celle-ci, placée sous le commandement du général Dufieux, était basée à Adana; elle était subdivisée en deux brigades : la première, commandée par le général Bordeaux, était constituée du 17e Régiment de tirailleurs algériens et du 17e Régiment de tirailleurs sénégalais (puis du 14e R.T.S. à partir de juin 1920). La seconde, commandée par le général Martz, comprenait les 412e R.I. et R.T. algériens. La division de Cilicie comprenait aussi des régiments de cavalerie, d'artillerie, du génie, etc. Frère de l'écrivain Henry Bordeaux, Paul René Bordeaux naquit à Granville (Manche) en 1871. Sorti de Saint-Cyr en 1892, il servit en Indochine (1893-1896) puis au Soudan français (le Mali actuel) où il participa à la prise de Sikasso en 1898. Il fut ensuite, de 1905 à 1908, commandant de la circonscription du Kanem (Tchad). Chargé de lutter contre les rezzous des Ouadaïens, il organisa une expédition qui le mena dans le Bahr el Ghazal, au Tchad, et leva un millier de kilomètres d'itinéraires. Après le Tchad, Bordeaux participa aux dernières opérations de pacification de la Côte d'Ivoire. En 1918, il fut nommé général de brigade et commanda, de 1920 à 1923, la Brigade sénégalaise à l'armée du Levant. En 1924-1925, il devint commandant supérieur des troupes du Congo français et de l'Afrique Equatoriale Française. Il prit sa retraite en 1926 et mourut en 1951 à Thonon (Haute-Savoie). Sources : Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs français du XIXe siècle, Afrique, p. 38. – Amicale nationale du 3e RIMa-3e RIC, des Anciens d'Outre-Mer et des troupes de Marine du Morbihan (site Internet). – Armée du Levant, sur www.charley-kieffer.fr. Quelques photographies sont volantes ou partiellement détachées, mais bon état intérieur

BORÉ (Eugène).

Correspondance et mémoires d'un voyageur en Orient.

Paris, Olivier-Fulgence, 1840. in-8 de viij-425 pp. — (2) ff., 498 pp.; basane bleue, dos lisses ornés, filet encadrant les plats, chiffre sur le premier plat, coupes et chasses ornées (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée d'une carte dépliante de l'Asie Mineure. Prêtre et professeur d'arménien au Collège de France, l'auteur se rendit en Arménie pour approfondir l'étude des langues orientales. Il séjourna 6 mois à Constantinople (de décembre 1836 à mai 1837), résida à Erzurum en Anatolie, puis à Tabriz, en Perse, où il fonda une école chrétienne. Son ouvrage contient de nombreuses lettres écrites durant son voyage à différents correspondants, mais principalement à son frère Léon, le journal de son voyage de Constantinople jusqu'en Arménie, plusieurs mémoires envoyés à diverses institutions dont un sur la Chaldée et les Chaldéens, ou encore le récit d'un voyage de Téhéran à Ispahan. Bel exemplaire. Quelques piqûres en début et fin de volume. Blackmer, 166. — Hage Chahine, 572.

BURNES (Alexandre).

Voyages de l'embouchure de l'Indus à Lahor, Caboul, Balkh et à Boukhara, et retour par la Perse, pendant les années 1831, 1832 et 1833.

Paris, Arthus Bertrand, 1835. 3 volumes de texte in-8 de (2) ff., XI, 354 pp. — (2) ff., VIII, 375 pp. — (2) ff., 392 pp., dont un atlas ; demi-maroquin vert, dos lisses ornés de petits bateaux, tranches paille (reliure de l'époque).

Édition originale de la traduction française. L'atlas est illustré d'une carte et de 11 planches gravées (costume, type, médailles, vues). En 1830, Burnes fut chargé d'une expédition dans l'intérieur de l'Asie, durant laquelle il traversa le Punjab jusqu'à l'Indus et s'avança par le Peshawur jusqu'à Caboul où il fut accueilli par le rajah Dost-mahomed. Il se rendit ensuite à Balk et à Bokhara, franchit la frontière occidentale de la Perse, visita les villes de Téhéran, Ispahan et Schiraz et embarqua à Bushire pour l'Inde. Nommé lieutenant-colonel en 1836, Burnes est un des hommes qui a le plus contribué à l'établissement de la domination anglaise dans l'Inde et un des premiers voyageurs à avoir parcouru l'intérieur du continent asiatique. Magnifique exemplaire dans une reliure décorative. Quelques rousseurs. Chadenat, 4227. — Hage Chahine, 720. — Wilson, 35 (pour l'édition anglaise de 1835).

CAMBODGE — BONNIGAL (Paul).

Vue d'un temple à Phnom Penh.

Vers 1915. Aquarelle originale sur papier (65 x 51 cm).

Magnifique vue d'un temple situé à Phnom Penh. Elle est attribuée à Paul Bonnigal qui était médecin de 2e classe en poste au Cambodge en 1915-1918. Devenue capitale du royaume du Cambodge à l'époque de l'Indochine française, Phnom Penh était surnommée "la Perle de l'Asie" dans les années 1920. Très belle et spectaculaire aquarelle.

CASTONNET DES FOSSES (Henri).

Une lettre inédite de La Boullaye Le Gouz.

Angers, imprimerie Lachèse et Dolbeau, 1886. In-8 de 16 pp.; broché, couverture rose imprimée.

Tiré à part d'un article publié en 1882 dans les Mémoires de la Société Nationale d'Agriculture, Sciences et Arts d'Angers. Il s'agit de la retranscription d'une lettre, datée de 1666 et envoyée à Colbert par François de La Boullaye-Le Gouz, membre d'une ambassade envoyée à Ispahan pour y négocier un traité de commerce pour l'établissement de la Compagnie des Indes en Perse. Bon exemplaire conservé dans sa brochure d'origine. Envoi autographe signé de l'auteur sur la couverture, dont le nom du dédicataire a été enlevé. Petit manque à la couverture. Bords de la couverture passés.

CHACATON (Henri de) — DAMOUR (Henri de).

Orient. Cinq paysages à l'eau-forte par Ch. Damour.

Paris, Ch. Furne, 1850. In-folio en feuilles, couverture de papier beige illustrée.

Suite complète de 5 gravures à l'eau-forte en premier tirage, avec les noms du peintre et du graveur. Charles Damour (1813-1901), fut élève d'Ingres à l'école des Beaux-Arts, puis il voyagea en Italie. à son retour en France, il se spécialisa dans la gravure à l'eau-forte dont il améliora le procédé dit au verni mou. Il grava plusieurs suites de gravures d'après l'œuvre du peintre orientaliste Henri de Chacaton, dont la nôtre représente: - Deux personnages puisant de l'eau dans une mare. - Une femme se baignant sous des palmiers - Un dormeur dans un hamac sous des palmiers. - Un chasseur avec un arc dans un paysage oriental. - Un homme à dos d'âne avec son chameau au pied des murailles d'une ville. Gravure à l'état de neuf, chemise écornée avec le dos en partie fendu. Beraldi, Les graveurs du XIX° siècle, V, 84. - Invetaire du fond français, V, 357-9.

CHARLEVOIX (Pierre-François-Xavier de).

Histoire de l'établissement, des progrès et de la décadence du Christianisme dans l'empire du Japon. Où l'on voit les différenres révolutions qui ont agité cette monarchie pendant plus d'un siècle.

Rouen, Jacques Joseph Le Boullenger, 1715. 3 volumes petit in-12 de (22) ff., 337-(25) pp. — (1) f., 398-(34) pp. — (1) f., 460-(22) pp.; basane racinée, dos lisses ornés, pièces de titre de maroquin rouge, tranches rouges (reliure du début du XIXe siècle).

Première édition, rare. Premier ouvrage du père Charlevoix dans lequel il retrace l'histoire du christiannisme au Japon. Il s'inspira de l'ouvrage du père Jean Crasset, Histoire de l'église au Japon, publié en 1689, qu'il abrégea, compléta de notes sur les us et coutumes, les costumes des habitants, la situation politique du Japon, sa topographie et son histoire naturelle, jusqu'en 1715. Cet ouvrage est différent de l'Histoire et description générale du Japon, qu'il publia en 1737. Bel exemplaire. Ex-libris manuscrit des Frères des écoles Chrétienne de Reims, et cachet de congrégation sur les titres. Brunet, II, 1806. — Cordier, BJ, 421. — Sommervogel, II, 1075.

CHARPENTIER DE COSSIGNY (Joseph-François).

Voyage à Canton, capitale de la province de ce nom, à la Chine ; par Gorée, le Cap de Bonne-Espérance, et les isles de France et de la Réunion. Suivi d'observations sur le voyage à la Chine de Lord Macartney et du citoyen Van-Braam, et d'une Esquisee des arts des Indiens et des Chinois.

Paris, André, An VII. In-8 de viij-607 pp. ; demi-veau havane, dos lisse orné (reliure postérieure).

Édition originale.

CRASSET (Jean).

Histoire de l'église du Japon.

Paris, Estienne Michallet, 1689. 2 volumes in-4 de (14) ff., 659-(11) pp. — (5) ff., 678-(6) pp.; veau marbré, dos à nerfs orné, pièce de titre beige, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition illustrée de 8 planches gravées dont 1 dépliante et 1 figure gravée à mi-page dans le texte (costumes, vues et scènes). Jean Crasset entra au noviciat des Jésuite en1638, et enseigna les belles-lettres et la philosophie. Pendant 23 ans, il dirigea la congrégation des Messieurs à la maison professe de Paris où il mourut en 1692. Auteur de nombreux ouvrages éducatifs et religieux, il publia en 1715 son Histoire de l'église du Japon dans lequel on trouve de nombreux renseignements utiles sur les lois, les coutumes et la religion de ce pays. Crasset s'inspira en grande partie de l'ouvrage du Père Solier Histoire ecclésiastique des iles et royaumes du Japon publié en 1627, ou encore des Lettres des Jésuites. Bon exemplaire. Ex-libris manuscrit de la chartreuse de Mont-Renaud (dans l'Oise). Quelques petites taches brunes, habiles restaurations. Cordier, BJ, 400. — Sommervogel, II, 1641.

DÉMEUNIER (Jean-Nicolas, comte).

L'esprit des usages et des coutumes des différens peuples, où observations tirées des voyageurs & des historiens.

Londres, et se trouve à Paris, Pissot, 1776. 3 volumes in-8 de xvj-415 pp. — viij-365 pp. — viij-336 pp.; veau marbré, dos à nerfs ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert, coupes filetées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition. Dans cet ouvrage, l'auteur propose un rapprochement des mœurs, usages, coutumes et loix des différents peuples. Il les a classés en différents chapitres qui sont: aliments et repas; femmes; mariage; naissance; chefs et souverain; la guerre; des distinction; esclavage et servitude; beauté et parure; pudeur, chasteté et continence; superstitions; société ou usages domestiques; lois pénales; les épreuves. (par le feu ou l'eau, le duel); supplices; homicides; maladie, médecine et mort; obsèques. Le comte Démeunier était un homme politique français, auteur de plusieurs essais historiques et de nombreuses traductions de livres de voyages anglais (troisième voyage de Cook, Rickman Forrest, voyages de Vancouver). Il fut l'un des principaux défenseurs de la cause américaine en France. Bel exemplaire. Ex-libris manuscrit sur les titres Petit-Thouar. Cioranescu, XVIIIe siècle, 22932.

ELISSEEFF (S.). — IACOVLEFF (Alexandre).

Le théatre japonais (kabuki).

Paris, Jules Meynial, 1933. In-folio de (2) ff., 94-(5) pp., broché, couverture imprimée, illustrée et rempliée.

Première édition de l'un des plus beaux ouvrages jamais publiés sur l'art théâtral japonais. L'illustration de Iacovleff se compose de 48 dessins dans le texte et de 32 planches en noir et en sépia, tirées en héliogravure. Elles représentent, avec un très grand réalisme, les acteurs, les scènes et les mouvements caractéristiques du théâtre Kabuki, qu'il observa probablement durant son séjour de six mois au Japon en 1917. Tirage à 500 exemplaires sur Arches. Très bel exemplaire parfaitement conservé.

ENGELHARDT (Edward).

La Turquie et le tanzimat ou histoire des réformes dans l'empire ottoman depuis 826 jusqu'à nos jours.

Paris, A. Cotillon et Cie, 1882-1884. 2 tomes reliés en un volume in-8 de (2) ff., 283 pp., (2) ff., 331 pp. ; demi-percaline verte à la bradel, pièce de titre, couvertures conservées (reliure moderne).

Première édition. Le terme turc tanzimat ("réorganisation") désigne les réformes engagées par l'Empire Ottoman pour moderniser son administration civile et militaire, et tenter de combattre son déclin. Bon exemplaire.

ETON (William).

Tableau historique, politique, et moderne de l'empire ottoman.

Paris, Tavernier, an VII [1799]. 2 tomes reliés en un volume in-8 de (2) ff., iv-xxij-352 pp., (2) ff., 320 pp.; veau marbré, dos lisse orné, pièces de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches jaunes mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite de l'anglais par J. E. Lefèvre. À travers ce portrait de l'Empire Ottoman, William Eton, diplomate anglais, entendait démontrer que la Grande-Bretagne, alliée aux Russes, devait s'opposer par tous les moyens aux Turcs, pour les chasser d'Europe, libérer la Grèce, et assurer ainsi l'influence de son pays en Méditerranée. Mais son ouvrage ayant paru au moment de l'expédition d'Égypte, la Turquie devint l'alliée de la Grande-Bretagne au sein de la deuxième coalition contre la France révolutionnaire. Bel exemplaire. Atabey, 410. — Blackmer, 558 (édition anglaise). — Monglond, IV, 1033. — Weber, II, 792.

FAVIER (Alphonse).

Péking, histoire et description.

Péking, Imprimerie des Lazaristes au Pé-t'ang, 1897. Fort in-4 de xij pp., (2) ff., 336 pp., (2) ff., pp.337-552 (mal ch. 562), (1) f. ; demi-maroquin orangée à coins, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin vert, tête dorée, couvertures et dos conservés (reliure de l'époque signée S. David).

Edition originale issue des presses installées dans la cathédrale de Xishiku, dite le Pé-Tang (ou Beitang), et divisée en deux parties, l'histoire de la ville et sa description. L'illustration se compose de nombreuses figures dans le texte ou à pleine page, d'un plan de Pékin en couleurs, de 10 planches en couleurs représentant principlament des vases, et de 49 planches en noir de reproductions photographiques (numérotées de I à XLIV, et de 1 à 15). Figure importante des missions catholiques en Chine, Monseigneur Alphonse Favier arriva en Chine en 1862. Il supervisa la reconstruction du Pé-Tang en 1887, et deviendra vicaire apostolique de Pékin en 1899. Homme de décision et d'action, il remplit en Chine un grand rôle, et reçut de l’Empereur le bouton rouge de corail des premiers mandarins. Très bel exemplaire de luxe provenant de la collection du célèbre architecte et dessinateur Albert Tissandier, avec son ex-libris. Cordier, BS, 218.

FORDE (Arthur William).

Scrape book. Album de dessins, d'aquarelles, de photographies et de documents imprimés ou manuscrits.

Inde, vers 1860-1870. In-folio (40,5 x 28 cm) de 35 ff. (paginés 1-13, 24-59 et 70-89), (44) ff., plus 21 ff. restés vierges; demi-chagrin vert foncé à coins, dos muet, plats de percaline verte, titre doré sur le plat supérieur suivi des initiales "A.E.F." (reliure de l'époque).

L'album d'une famille britannique d'origine irlandaise établie en Inde. Un scrape book (littéralement "album de découpures") est un album-souvenir évoquant l'histoire d'une famille par des photographies, des lettres, des dessins, des articles découpés dans la presse ou des documents divers. Le présent volume a été constitué par Ada Emily Forde et son époux Arthur William Forde, ingénieur des chemins de fer puis ingénieur-conseil à Bombay. Il contient 130 photographies, 95 dessins à la mine de plomb, parfois rehaussés de couleur, 72 dessins aquarellés, 26 pièces imprimées, 15 documents manuscrits et 13 dessins exécutés à la plume. Les documents sont en grande majorité montés au recto et au verso de chaque feuillet, souvent à plusieurs par page. Quelques-uns, non montés, sont insérés entre des feuillets vierges à la fin du volume. Les photographies représentent la famille Forde à Ahmedabad (Etat de Goudjerat, au nord-ouest de l'Inde) ou à l'occasion de voyages (Angleterre en 1862, Italie et Suisse en 1867). Sont représentés notamment Arthur William et Ada Emily Forde ainsi que leurs enfants, dont Cyril Wolseley Forde, né en 1864. On y trouve des portraits de proches, comme le major Strutt ainsi que le révérend Canon Falloon et son épouse, puis leurs amis à l'étranger, comme Mme Odier à Genève, le chevalier Cutieri à Pise ou M. Bellochio à Menton. Suivent leurs amis en Inde : capitaine Butler, général Hancock, capitaine Davies, M. Chick, puis leurs relations : révérend A. Stanley, Sir Henry Marsh, capitaine Johnstone, etc. Certaines photographies sont signées Ritter, Molkenteller & Cie, Bombay & Poona, India; Bourne & Shepherd, India; Ferretti, Roma-Napoli; Fratelli Alinari, Firenze; Van Lint, Pisa; Lacombe & Lacroix; Levitsky, rue de Choiseul; Mayhall, London & Brighton; Boissonnas, Genève, etc. Deux photographies, signées AWF, représentent des temples à Ahmedabad (p. 58). A la fin du volume a été inséré un portrait d'Arthur William Forde, réalisé vers 1880 par le photographe P. Vuccino & Cie, Medowstreet Fort Bombay. Les dessins à la mine de plomb comprennent 46 dessins signés "AWF" (Arthur William Forde), 2 présentent d'autres signatures et 47 sont non signés, mais pouvant, pour la plupart, être attribués à A. W. Forde. Parmi les plus anciens, on relève : The seal of Spencer Phillips, esq., Daubury, Essex, 1839; Great Buddow Church, 1839; The Rev. Dr. O'Beirne, principal of Portora College from 1816 to 1836; Paper mill, Belfast, 1838; d'autres, datés 1838 et 1839, comportent des légendes en partie effacées : ils montrent des églises, des maisons ou des villages de Grande-Bretagne. Un dessin daté 1850 montre quelques embarcations, un autre représente Song Bridge à Belfast. On y trouve aussi une représentation de la Provincial Bank of Ireland en 1840 avec, au premier plan, une diligence, ainsi qu'une vue prise de la gare de Bangor, dans le nord du pays de Galles en 1849 (après la p. 89). A la suite se trouvent les dessins relatifs à l'Inde : "Our Christmas Encampment at Anas, 1857"; "Railway Bungalow - Baroda. Mr Ravenscropt tents. Dec. 21th 1857"; "Sirkey, Jan. 2nd, 1858"; "Sirkey, Ahmedabad, 1858"; "View of Ahmedabad & the river. Janv. 4th 1858"; "From Danda Dhurumsalla"; "Fort Chotademaun"; "From Caragolam Ghaut Bungalow"; "Col. Colis Bungalow - Baroda"; "Engineering College Poona"; "Gorabunder"; "Temple near Poona"; "Esplanade Bombay, from the Strangers Lines - March 1858". Concernant les dessins aquarellés, 28 sont signés "AWF" (Arthur William Forde), 11 sont signés "Rev. A.B.F." (son père, le révérend Arthur Brownlow Forde), 3 comportent d'autres signatures et 30 ne sont pas signés. Les aquarelles d'Arthur Brownlow Forde, très bien exécutées, représentent des paysages pittoresques de Grande-Bretagne souvent accompagnés d'une végétation abondante; trois d'entre-elles sont datées 1790 (p. 74). Celles d'Arthur William Forde sont d'un style assez proche; quelques-unes ont été réalisées au lavis. Elles sont souvent consacrées à l'Irlande, comme celle intitulée "View of Black Mountain and Colin Mountain from Fisherwick Place, Belfast" (après la p. 89). Certaines aquarelles représentent des gares de chemin de fer; d'autres ont été exécutées en Italie : Pise, Florence, Côme. A la fin du volume se trouvent quelques aquarelles concernant l'Inde, notamment son habitation en 1856. Par ailleurs, une aquarelle est signée HFH (p. 48), une est signée Edwin A. Penley, 1873 (p. 53), et, à la fin du volume, une autre est signée F. Margrave. Les pièces imprimées sont des coupures de presse, mais aussi des gravures extraites de livres ou des cartes de visite. Quant aux documents manuscrits, il s'agit de lettres familiales, de billets ou de poèmes. Né en 1821, Arthur William Forde fut placé, à l'âge de 15 ans, comme élève de l'ingénieur Godwin, directeur général des chemins de fer d'Irlande du Nord (Ulster Railway Company). Il devint par la suite ingénieur, puis ingénieur en chef. En 1846, il épousa Ada Emily O'Beirne. En 1855, il fut nommé ingénieur en chef de la Bombay, Baroda, and Central India Railway Company et s'installa en Inde. Il construisit le Taptee Bridge puis obtint des concessions pour la construction de nouvelles lignes. Après avoir quitté cette compagnie en 1860, il s'établit comme ingénieur-conseil et travailla à différents projets, notamment celui du Sassoon Dock dans le port de Bombay. Par la suite, il s'occupa des questions relatives à la distribution des eaux et à l'écoulement des eaux usées. Il fut par ailleurs un artiste réputé, exposant chaque année ses œuvres à la Western India Fine Arts Exhibition. En 1885, il obtint un prix pour l'un de ses tableaux. Grand amateur de photographies, il fut élu président de la Photographic Society of Bombay et mourut dans cette ville en 1886. Le volume est dérelié et le papier, très fragile, se détache par morceaux sur les bords; plusieurs feuillets sont déchirés, rendant la consultation délicate. Précieux document évoquant l'Irlande ainsi que la présence britannique en Inde. Provenance : Ada Emily Forde (initiales sur le plat supérieur). – Arthur William Forde (signature à l'intérieur du volume). Sur Arthur W. Forde, cf. Buckland, Dictionary of Indian Biography, 1906, p. 150 et Grace's Guide, British Industrial History (sur le site Internet www.gracesguide.co.uk).

GONZALEZ (Francesco).

Relation abrégée de la nouvelle persécution de la Chine; tirée de la relation composée à Macao par les missionnaires de l'ordre de Saint Dominique, qui ont été chassés de cette mission.

1712. Petit in-12 de (2) ff., 378-(8) pp. (mal chffr., la pagination saute de 324 à 335); veau fauve, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, filets encadrant les plats, coupes et chasses ornées, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Ouvrage traduit de l'italien d'après le texte original espagnol. Relation du père dominicain François de Gonzales, missionnaire en Chine, qui en fut expulsé en 1705, en même temps que le légat du Pape Charles de Tournon. Ce dernier avait été envoyé pour y interdire aux missionnaires toute tolérance aux «rites chinois». Bel exemplaire. Cordier, BS, 916.

GUIGNES (Chrétien-Louis-Joseph de).

Voyages à Péking, Manille et l'île de France, faits dans l'intervalle des années 1784 à 1801.

Paris, Imprimerie Impériale, 1808. 3 volumes in-8 de (2) ff., lxiij-(1 bl.)-439 pp. — (2) ff., 476 pp. — (2) ff., 488 pp., et un atlas in-folio ; demi-veau violine, dos lisses ornés, tranches mouchetées (reliure légèrement postérieure, à l'imitation pour l'atlas).

Première édition, avec un atlas de 98 illustrations gravées d'après les dessins de l'auteur sur 66 planches (vues de Pékin, temples et monuments, costumes, navires, botanique, divinités, cartes de Canton à Pékin en deux feuilles, plan de Macao, Philippines). Fils de l'orientaliste Joseph de Guignes, Chrétien de Guignes fut, en 1784, attaché au consulat de Chine à Canton. En 1787, après la suppression du consulat, il resta le seul représentant français en Chine. En 1794, il accompagna à Pékin, comme interprète, Isaac Titsingh, ambassadeur des Pays-Bas, puis, en 1797, il quitta la Chine et rentra en France en passant par Manille et l'île Maurice. Bon exemplaire. Quelques piqûres aux volumes de texte. Chadenat, 590. — Cordier, BS, 2351. — Gay, 3307. — Ryckebusch, 3783.

GUYS (Henri).

Voyage en Syrie. Peinture des mœurs musulmanes, chrétiennes et israélites.

Paris, Just Rouvier, 1855. In-8 de viij-412 pp. ; broché, couvertures imprimées.

Seconde édition de l'ouvrage paru en 1854 sous le titre "Un derviche algérien en Syrie". Issu d'une famille de diplomates ayant exercés au Levant, Henri Guys fut nommé consul à Beyrouth de 1823 à 1837, puis à Alep jusqu'en 1847. Retiré à Marseille, il se consacra à des travaux littéraires. Le présent ouvrage relate l'histoire d'un algérien fait prisonnier par les français après la conquête de l'Algérie. Libéré à la condition de ne plus revenir dans son pays natal, il choisit de s'exiler à Alep en Syrie. Bel exemplaire conservé dans sa brochure d'origine. Hage Chahine, 2069.

GUÉRARD (Eugène Charles François).

La Vie au Sérail. Réunion de trois estampes.

Paris, Goupil & Cie, 1859. 3 planches (469 x 318 mm et 380 x 403 mm), hors marges.

Réunion de trois planches dessinées par Guérard, lithographiées en couleurs et rehaussées à la main par Régnier, et publiées par Goupil en 1859. Numérotées 2, 3 et 4, ces belles planches orientalistes font partie d'un ensemble de huit, lithographiées d'après des peintures d'Eugène Charles François Guérard. Elles mettent en scène ces femmes que l'on appelait des odalisques (du turc odalik), employées au service des harems dans les sérails ottomans, et qui pouvaient, parfois, accéder au statut de concubines ou d'épouses. Ces illustrations les montrent dans leur intérieur, nues ou peu vêtues, et lascivement allongées sur des sofas. Les planches n°2 et n°4 présentent deux odalisques, l'une d'elles fumant le narguilé. La planche n°3 montre deux odalisques en compagnie d'un homme fumant le narguilé ; en arrière-plan, la scène s'ouvre sur un paysage du Bosphore. Exemplaires à grandes marges. Légers défauts. Thornton, La Femme dans la peinture orientaliste, 1993, p. 236 ; DelPlato, Multiple wives, multiple pleasures. Representing the harem, 1800-1875, 2002.

JOUVE (Joseph, dit VOJEU de BRUNEM).

Histoire de la conquête de la Chine par les Tartares mancheoux.

Lyon, les frères Duplain, 1754. 2 volumes petits in-12 de (10) ff., 345-(1) pp. — (2) ff., 318-(4) pp.; veau havane marbré aux armes, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, coupes filetées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition. Pour écrire son histoire l'auteur se servit du manuscrit de la volumineuse Histoire de la Chine du Père Mailla qui n'était pas encore publiée. Ce manuscrit, envoyé par le Père Mailla en 1737, se trouvait conservé à la bibliothèque du collège jésuite de Lyon où l'auteur enseignait la théologie morale. Son ouvrafge se termine par une concordance chronologique entre la Chine et l'histoire ancienne qu'il tira d'un manuscrit latin du Père Régis conservé dans la même bibliothèque. Bel exemplaire. Armes non identifiées. Chadenat, 7056. — Cordier, BS, 629. — Sommervogel, 860.

KLAPROTH (Julius von).

Lettre à M. le baron A. de Humboldt, sur l'invention de la boussole.

Paris, Dondey-Dupré, 1834. In-8 de 138 pp.; demi-veau bleu, dos lisse orné en long (reliure de l'époque, dos remonté).

Première et seule édition ancienne. Ele est illustrée de 3 planches lithographiées dépliantes. À une interrogation d'Humboldt "sur l'époque où les Chinois ont connu la polarité de l'aimant, et en ont fait l'application à la boussole", l'auteur répond, à l'aide de nombreuses citations en arabe et en chinois, que les Chinois connaissaient l'aimant et sa polarité depuis l'antiquité, et que l'usage de l'aiguille aimantée fut connu en Europe au moment des croisades et par l'intermédiaire des Arabes. Curieuse petite note manuscrite dans la marge de la page 40, au sujet de l'auteur d'un texte cité dans l'ouvrage; elle est signée L.I. Duperrey et il pourrait s'agir de l'explorateur Louis-Isidore Duperrey. Bon exemplaire à grandes marges. Cordier, BS, 1458. — Polak, 4890.

LEGOUX de FLAIX (Alexandre).

Essai historique, géographique et politique sur l'Indoustan, avec le tableau de son commerce.

Paris, Pougin, 1807. 2 volumes in-8 de (4) ff., xvj-459-(1) pp. — (2) ff., 447-(1) pp., et un atlas in-8; demi-basane fauve, dos lisses ornés, tranches mouchetées (reliure de l'époque, à l'imitation pour l'atlas).

Première édition accompagnée d'un atlas comprenant une grande carte et 14 planches dépliantes. Né à Pondichéry en 1751, Alexandre Legoux de Flaix rentra en France pour devenir ingénieur militaire puis retourna en Inde où il séjourna de 1769 à 1788. Dans son ouvrage, consacré au commerce avec l'Inde, le premier tome traite du commerce intérieur et des importations, et le second volume est entièrement voué aux exportations et dont il passe en revue les différentes marchandises, principalement des tissus et des épices. Bon exemplaire. Monglond, VII, 674.

LESPINASSE (Louis Nicolas de).

Vue de la Mecque.

Paris, 1790. Gravure originale (43,6 x 57,7 cm).

Estampe dessinée par Louis Nicolas de Lespinasse d'après les informations transmises par Ignace Mouradja d'Ohsson, gravée par Pierre-Gabriel Berthault. Elle est issue du Tableau général de l'Empire othoman d'Ignace Mouradja d'Ohsson, publié à Paris entre 1787 et 1790. Très rare panorama de la ville de La Mecque et ses environs, représentée lors du hajj, grand pèlerinage annuel des musulmans. Venant de l'est mais aussi de l'ouest, après une longue traversée du désert depuis le mont Arafat, que l'on distingue au loin, l'immense caravane des pèlerins s'engouffre dans la Grande Mosquée, renfermant en son centre, la construction cubique de la Kaaba, le plus important sanctuaire de l'islam. Soixante-quatre lieux et bâtiments sont numérotés et légendés au bas de l'estampe. Cette vue est très probablement la toute première vue détaillée de La Mecque. Comme l'explique l'auteur dans son ouvrage, elle a a été dessinée d'après les informations d'un officier turc qui entreprit le pèlerinage de La Mecque en 1778, en compagnie de l'un des meilleurs peintres de Constantinople. C'est d'après ses indications, et celles de deux autres musulmans qui avaient fait ce voyage, et un séjour assez long à La Mecque, que la procession des pèlerins autour de la Kaaba fut ajoutée. En 1791, soit un an après la publication de cette gravure, d'Ohsson commanda aux frères Charles-Nicolas Varin et Joseph Varin, tous deux graveurs, une vue très similaire à celle-ci, mais dans un format plus grand, avec un titre en arabe et sans légendes. Orientaliste et historien d'origine arménienne, né à Constantinople en 1740, Ignace Mouradja d'Ohsson fut secrétaire et premier interprète de l’ambassadeur de Suède à Constantinople. Son Tableau général de l’Empire othoman est considéré comme la meilleure description de l’Empire ottoman (Journal des savants, mai 1788). Bon exemplaire. Habiles restaurations notamment dans la pliure centrale.

LUILLIER.

Nouveau voyage aux Grandes Indes, avec une instruction pour le commerce.

Rotterdam, Jean Hofhout, 1742. Petit in-8 de (3) ff., 236-(20) pp.; demi-veau brun, dos à nerfs orné, pièce de titre demaroquin rouge, tranches rouges (reliure à l'imitation du XVIIIe siècle).

Ouvrage peu commun illustré d'un frontispice gravé. Le récit de son voyage de 18 mois (de janvier 1702 à juin 1704) contient une description circonstanciée des évènements et personnes rencontrées, une description des pays traversés, et une Instruction pour le commerce des Indes Orientales, On trouve également un Traité des maladies particulières aux pays orientaux par Charles Dellon, docteur en médecine, qui voyagea et séjourna dans les principales villes des Indes Orientales. Bon exemplaire. Marges du frontispice plus courtes. Boucher de La Richarderie, V, 23. — Chadenat, 2686 (édition de 1705).

MAGON de CLOS-DORÉ.

Souvenirs d'un voyageur en Asie, depuis1802 jusqu'en 1815 inclusivement.

Paris, Nepveu, 1822. In-8 de 198 pp.; cartonnage de papier marbré, titre au dos (reliure moderne).

Première édition. Issu d'une famille d'amateurs de Saint-Malo, l'auteur se présente ainsi dans sa préface: "Ma première jeunesse s'écoula sous un ciel étranger; et lorsque je rentrai dans ma patrie, ce fut pour devenir acteur dans ces tristes combats livrés par George Cadoudal, dans les landes du Morbihan. La paix faite, je ne sais quel destin me conduisit à l'île de France et de là en Asie". Ses souvenirs sont en fait une succession d'exposés ou d'anecdotes sur la compagnie des Indes, les routes possibles pour rentrer en Europe, un portrait du sultan de Mysore Tipû Sahib, les Cipayes, les animaux (chevaux, éléphants, serpents, buffles, chiens sauvages), le sacrifice des femmes brahmanes, l'exposition des nouveau-nés, les Bayadères, son naufrage aux Seychelles, les religions et les populations des Indes... Le dernier chapitre est une description de l'île Sainte-Hélène, où mourut Napoléon. Bon exemplaire. Quelques piqûres. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, II, 545. — Quérard, Les supercheries littéraires dévoilées, II, 981.

MAIRAN (Jean-Jacques Dortous de).

Lettres au R. P. Parrenin, jésuite missionnaire à Pékin; contenant diverses questions sur la Chine.

Paris, Imprimerie Royale, 1770. In-8 de (1) f., xj-(1 bl.)-368-(1 bl.)-(1) pp.; demi-cuir de Russie rouge, dos à nerfs orné (reliure de l'époque).

Deuxième édition, illustrée d'une planche et de 5 figures gravées dans le texte. Membre de l'Académie des Sciences, Mairan écrivit plusieurs lettres, entre 1728 et 1736, au père Dominique Parrenin missionnaire en Chine. Elles traitaient principalement de plusieurs questions qui le préoccupaient dont l'origine supposée égyptienne de la civilisation chinoise. On y trouve également des renseignemenst sur la chronologie et l'astronomie chinoise ainsi que des réflexions sur l'architecture et les loix. Cette deuxième édition est augmentée de cinq opuscules, extraits des publications de l'Académie des Sciences ou du Journal des Savants: L'origine de la fable de l'Olympe (qui serait une aurore boréale); La balance des peintres de M. Piles; Les monstres; L'horoscope d'Auguste d'après une pierre antique gravées; La roue d'Aristote. Bel exemplaire. Cachet d'un collège hollandais sur le titre et les gardes. Petite mouillure en début de volume. Cordier, BS, 57.

MALCOLM (major-général sir John).

Histoire de la Perse, depuis les temps les plus anciens jusqu'à l'époque actuelle; suivi d'observations sur la religion, le gouvernement, les usages, et les mœurs des habitans de cette contrée.

Paris, Pillet ainé, 1821. 4 volumes in-8 de (2) ff., xxxvj-467 pp. — (2) ff., 479 pp. — (2) ff., 466 pp. — (2) ff., 485-(1 bl.)-(1) pp.; veau moucheté, dos lisse orné, pièce de titre et de tomaison de maroquin rouge, roulette encadrant les plats, coupes filetées, tranches marbrées (reliure de l’époque).

Première édition française, traduite par Pierre-Vincent Benoist, et continuée de 1814 à 1820 par Louis-Matthieu Langlès. Elle est illustrée du portrait du roi de Perse, d’une grande carte gravée dépliante, et de 7 planches gravées (et non 6 comme indiqué au titre). Cadet d’une nombreuse famille, John Malcolm s’engagea très jeune comme élève officier au service de la Compagnie des Indes et apprit les langues et les coutumes locales. Il participa à de nombreuses campagnes militaires et missions diplomatiques, dont plusieurs en Perse : de 1799 à 1801 pour y conclure un traité politique et un traité commercial, et en 1808 pour tenter d’y contrer l’influence de Napoléon à qui l’on prêtait l’intention d’envahir l’Inde avec l’appui de la Perse et de la Turquie. Bel exemplaire. Ex-libris manuscrit sur les faux titres«Y. de La Monneraye». Petite déchirure sans manque à la carte. Brunet, III, 1333. — Chadenat, 990. — Quérard, V, 460.

NIEBUHR (Carsten).

Description de l'Arabie, d'après les observations et recherches faites dans le pays même.

Copenhague, Nicolas Möller, 1773. In-4 de (1) f., xliij-(3)-372 pp.; veau bleu, dos à nerfs orné, roulette encadrant les plats, coupes et chasses ornées, tranches mouchetées (reliure du XIXe siècle).

Première édition française, traduite de l'allemand par Ferdinand-Louis Mourier. Elle est illustrée d'une grande carte dépliante du Yemen avec les contours rehaussés, d'un tableau généalogique dépliant, et de 24 planches gravées dont 10 dépliantes (objet, costume, écriture et inscriptions, monnaies, monuments, cartes). Mathématicien, cartographe et astronome, Niebuhr reçut en 1758 l'offre de faire partie de l'expédition que le gouvernement danois envoyait en Arabie. Le 7 janvier 1761, il partit de Copenhague en compagnie de l'orientaliste von Haven, du naturaliste Forskaal, du médecin Cramer et du peintre Baurenfeind. En 1765, resté l'unique survivant de toute l'expédition après la disparition de ses compagnons, Niebuhr visita Surate et Maskat, la Perse, passa ensuite par Bassora, Bagdad, l'île de Chypre, la Palestine, Damas et Constantinople. Ce n'est qu'en novembre 1767 qu'il revint à Copenhague. Bon exemplaire, à grandes marges, avec l'ex-libris de Armand de Saint-Ferriol (1817-1880), frère de Louis de Sain-Ferriol, qu'il accompagna lors de son voyage en Égypte, en 1842. (n° 1669 du catalogue de la vente de sa bibliothèque à Grenoble en 1881). Dos légèrement passé. Brunet, IV, 74. — Boucher de La Richarderie, IV, 441. — Chadenat, 1941. — Gay, 3589. — Hage Chahine, 3441.

NIEKAMP (Johann Lucas).

Histoire des voyages que les Danois ont fait dans les Indes Orientales, depuis l'an 1705 jusqu'à la fin de l'année 1736.

Genève, Henri-Albert Gosse & Comp., 1747. 3 volumes in-8 de (1) f., xxxvj-244 pp. — (1) f., 282 pp. — (1) f., 202-(1) pp.; basane marbrée, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, coupes ornées, tranches bleues mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition de 1745 avec des titres de relais datés de 1747. En effet, cet ouvrage fut d'abord publié sous le titre d'Histoire de la mission danoise dans les Indes orientales. L’ouvrage fut traduit de l’allemand par Benjamin Gaudard. Il retrace l’histoire, entre 1705 et 1736, de la colonie danoise et des missionnaires évangéliques de Tranquebar dans le sud de l’Inde. Bon exemplaire. Légères rousseurs. Boucher de La Richarderie, V, 25. — Brunet, VI, 28154. — Chadenat, 6381.

PALGRAVE (William Gifford).

Une année de voyage dans l'Arabie centrale (1862-1863).

Paris, L. Hachette, 1866. 2 volumes in-8 de (2) ff., xvj-346-(1) pp. — (2) ff., 429-(1 bl.)-(1) pp.; demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné, tranches dorées (reliure de l'éditeur).

Première édition française, traduite de l'anglais par Émile Jonveaux. Elle est illustrée d'un portrait de l'auteur, d'une carte sur double page, et de 4 plans. L'auteur vécut plusieurs années à Damas où il apprit la langue arabe, ce qui lui permit de voyager sous le costume traditionnel et de se présenter comme médecin de Syrie. Il fut l'un des premiers voyageurs à visiter l'intérieur de la péninsule arabique, la traversant en diagonale depuis la pointe de la mer Morte jusqu'à la côte d'Omân en passant par Bahreïn et le Qatar. Bel exemplaire. Quelques rousseurs à deux planches. Gay, 3696. — Hage Chahine, 3528.

PAVIE (Auguste).

Deux légendes cambodgiennes. Réachkol. Rot-Thi-Sen.

Saigon, Imprimerie du Gouvernement, 1884. In-folio oblong de (11) ff. ; plein chagrin rouge, dos à nerfs orné (reliure de l'époque, dos refait).

Exemplaire unique, réalisé spécialement pour le gouverneur de la Cochinchine, Charles Thomson. Il est constitué d'un tiré à part de deux légendes cambodgiennes extraites de l'ouvrage d'Auguste Pavie, Excursion dans le Cambodge et le royaume de Siam, imprimé et publié à Saîgon en 1884 et dédié au même gouverneur. L'illustration se compose de 58 dessins à l'encre de Chine et lavis, exécutés par un artiste local: un titre (en cambodgien) illustré pour chacun des contes, 20 dessins pour le premier et 36 pour le second. En 1883, lors de la réalisation de cet album, Auguste Pavie n'avait pas encore réalisé son grand voyage d'exploration du Laos. Il était un employé au service des postes et télégraphes, et était chargé de diriger le chantier de la ligne télégraphique entre Phnom Penh et Bangkok. Bel exemplaire.

PEYSSONNEL (Charles le fils, comte de).

Essai sur les troubles actuels de la Perse, et de Georgie.

Paris, Desaint & Saillant, 1754. Petit in-8 de 155-(3) pp.; veau marbré, dos à nerfs orné au chiffre, pièce de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée de 2 planches dépliantes avec les généalogies des princes de Caket et de Carduel. Fils du diplomate et consul de France à Smyrne, Charles de Peyssonnel fut lui-même consul en Crimée, à La Canée puis à Smyrne. Il prit sa retraite et rentra en France en 1782 et publia plusieurs ouvrages, fruit de son expérience après plus de 35 ans passés dans l'Empire Ottoman. Bel exemplaire au chiffre de la famille Luynes et avec l'ex-libris armorié du château de Dampierre. Hage Chahine, 3674.

PREZIOSI (Amadéo).

Costumes ottomans.

1871. Aquarelle originale signée et montée sur carton (25 x 18,5 cm), encadrée.

Très jolie aquarelle réalisée par Preziosi, représentant différents dignitaires de l'Empire Ottoman. Peintre de genre, paysagiste et aquarelliste, Amadeo Preziosi s'installa à Constantinople en 1842. Ses nombreuses aquarelles représentant des scènes de la vie quotidienne au XIXe siècle le rendirent célèbre. Il laissa deux très beaux recueils de lithographies sur la Turquie et l'Egypte : Stamboul, Souvenirs d'Orient, publié en 1858, et Souvenirs du Caire en 1862. Bon état de conservation. Quelques piqures sur le carton.

QUERELLE DES RITES.

Prière pour l'Eglise de la Chine, avec les raisons qui ont engagé à la donner présentement.

Vers 1700. In-12 de 32 pp. ; veau havane moucheté, dos à nerfs, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque).

[relié avec : ] - Lettre de M. Louis de Cicé, nommé par le S. Siège à l'Evêché de Sabula, et au vicariat apostolique de Siam, du Japon, etc. aux RR. PP. Jésuites sur les idolâtries et sur les superstitions de la Chine. Cologne, Corneille d'Egmond, 1700. 64 pp. - Lettre écrite de la province de Fokien dans la Chine sur la fin de l'année 1700 où l'on rapporte le cruel traitement que les chrétiens des jésuites ont fait à Mr. Maigrot évêque de Conon et Vicaire Apostolique, et au R. P. Croquet de l'ordre de S. Dominique. 12 pp. En 1693, monseigneur. Maigrot, vicaire apostolique de la Chine, condamna les rites chinois tels que les autorisaient les Jésuites. - Lettre de Mr. de Lionne, Evêque de Rosalie aux RR. PP. Jésuites. Touchant la décision du S. Siège, sur la grande affaire des Cérémonies chinoises. 1706. 12 pp. - Décret de notre S. P. le Pape Clément XI et de l'Inquisition de Rome contre l'appel des Evêques de Macao et d'Ascalon, le jeudi 8 août 1709. (3) ff. - Décret de notre S. P. le Pape Clément XI sur la grande affaire de la Chine. 1709. 161 pp. - [SERRY (J. H.)] Le Mahométisme toléré par les jésuites dans l'isle de Chio. 1709. 24 pp. - Ludovico Appiani sacerdoti congregationis missionis, et missionario apostolico in Regna Sinarum. 4 pp. - TOURNON (Cardinal de). Discursus summi Pontificis in laudem eminentissimi Cardinalis de Tournon. (2) ff. - Oraison funèbre de l'éminentissime Charles-Thomas Maillard, Cardinal de Tournon, légat apostolique dans la Chine et les Indes orientales. Prononcée dans la chapelle du Pape le 27 de novembre 1711 par Monsieur Charles Majel. Rome, suivant la copie imprimée, 1712. 120 pp. Mandaté par le Pape Clément XIV, pour règler les affaires de la chrétienté dans la Chine et les Indes, le cardinal de Tournon s'occupa activement de la réforme des rites pratiqués par les chrétiens malabares. Le 11 juillet 1704, il proscrivit par un décret toute cérémonie qui se rattachait de près ou de loin aux anciennes supersitition des ces peuples. Au commencement de 1705, il réunit à Canton les chefs des diverses missions et leur enjoignit de faire disparaître des temples catholiques les images et les emblèmes relatifs au culte que les Chinois rendaient au ciel, à Confucius et à leurs ancêtres. Il promulgua le 28 Janvier 1707 le fameux mandement enjoignant aux missionnaires de se conformer à ses vues. Les Jésuites intriguèrent auprès de l'Empereur de Chine qui le plaça à Macao sous la garde des Portugais dans la Maison des Jésuites. Il mourut au même endroit en 1710. Le Pape prononça lui-même son éloge funèbre. Bel exemplaire. Cordier, BS, 900, 888, 3585, 911, 3595, 3597.

RICHARD (abbé Jérôme).

Histoire naturelle, civile et politique du Tonquin.

Paris, Moutard, 1778. 2 volumes in-12 de viij pp., iij à xxxviij, 366 pp. — xij-366-(2) pp.; veau marbré, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et tabac, coupes filetées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition. Elle fut rédigée par l'abbé Richard d'après le mémoire que le père Charles-Thomas de Saint-Phalle (prêtre des Missions Étrangères qui résida au Tonkin de 1730 à 1738) écrivit à la demande de Dupleix. Divisé en deux parties, l'ouvrage contient une description du pays (géographie, gouvernement, coutumes, législation, religion…) et l'état des missions chrétiennes au Tonkin. Bel exemplaire. Boucher de La Richarderie, V, 126. — Brébion, 145 (édition de 1788). — Chadenat, 960. — Cordier BI, 1621. — Quérard, VIII, 22.

SCHRANZ (Joseph).

Vue du Bosphore prise d'Asie.

Vers 1860. Aquarelle sur papier (45 x 22,5 cm), signée en bas à gauche.

Magnifique vue du Bosphore avec en fond la ville de Cosntantinople, réalisée par l'artiste Joseph Schranz. Ce dernier s'installa à Constantinople en 1832 et devint célèbre pour ses dessins de costumes et ses panoramas des environs de la ville. Bel état de conservation.

STAVORINUS (Johan Splinter).

Voyage par le cap de Bonne-Espérance et Batavia, à Samarang, à Macassar, à Amboine, et à Surate, en 1774, 75, 76, 77 et 78.

Paris, H. J. Jansen, an VII. 2 volumes in-8 de 386 pp. — 361-(1 bl.)-(1)-(1 bl.)-(4) pp.; basane racinée, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de veau rouge et bleu, tranches jaunes (reliure postérieure).

Première édition française. Elle est illustrée de 4 planches gravées dont 3 dépliantes (vue du chateau de Batavia, vue du port d'Amboine) et de 2 cartes dépliantes (dont une grande carte de Java). Stavorinus, un capitaine de marine hollandais sans activité, fit deux campagnes au service de la compagnie néerlandaise des Indes Orientales. Notre ouvrage est le récit de son second voyage qui le mena au Cap de Bonne-Espérance puis à Batavia (actuellement Jakarta) puis Java, les Célèbes, Ambon dans l'archipel des Moluques et Surate sur la côte occidentale de l'Inde. Bon exemplaire. Rares piqûres et quelques feuillets jaunis. Mendelssohn, II, 426 (édition originale hollandaise). — Gay, 3150. — Monglond, IV, 625.

TAVERNIER (Jean-Baptiste).

Les six voyages, en Turquie, en Perse et aux Indes pendant quarante ans.

Paris, veuve de Pierre Ribou, 1724. 6 volumes in-12 de (26) ff., 501-(3) pp. — (1) f., 465-(3) pp. — (1) f., 402-(5) pp. — (1) f., 367-(5) pp. — (1) f., 467-(1 bl.)-(4) pp. — (1) f., 460-(4) pp. (mal chiffré, la pagination saute de 244 à 445) ; veau moucheté, dos à nerfs ornés, pièces de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches rouges mouchetées (reliure de l'époque).

Édition illustrée d'un titre gravé, d'un portrait de l'auteur, de 4 cartes dépliantes (dont le Japon et le Tonkin), et de 59 planches dont 50 dépliantes. Le récit des six voyage occupe les quatre premiers volumes, le tome 5 contient une Relation du Japon et de la cause de la persécution contre les Chrétiens dans ses isles, une Relation nouvelle et singulière du royaume de Tunquin, et une Histoire de la conduite des Hollandois en Asie, le dernier volume contient la Nouvelle relation de l'intérieur du sérail. De 1638 à 1668, Tavernier effectua six voyages qui le menèrent à travers la Turquie, la Perse, la Mongolie et l'Inde jusqu'aux confins de la Chine et du Japon. Il rapporta de ses séjours de nombreuses pierres et diamants et en vendit pour trois millions à Louis XIV. Il fut anobli en récompense des services rendus au commerce français et pour ses indications précises sur les routes à suivre à travers l'Asie; mais, étant protestant, Tavernier quitta la France à la révocation de l'Édit de Nantes. Outre les informations commerciales, la relation de ses voyages contient également de nombreux détails sur les productions, les monnaies, les mœurs et les coutumes des pays visités. Bel exemplaire. Ex-libris manuscrit de Charles Antoine de Billy d'Anthilly et de son épouse Marie-Anne. Cordier, BJ, 392. — Cordier, BI, 2419 (autre éditeur). — Hage Chahine, 4720. — Wilson, 223.

TOMBE (Charles-François).

Voyage aux Indes orientales, pendant les années 1802, 1803, 1804, 1805 et 1806.

Paris, Arthus Bertrand, 1810. 2 volumes de texte in-8 de xv-(1 bl.)-413 pp., (1) f. — (2) ff., 348-(1) pp., (1) f., et un atlas in-4 de (2) ff.; demi-veau havane, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, non rognés (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition, publiée d'après les notes de l'auteur et annotée par Charles Sonini de Manoncourt. L'atlas comprend 18 planches gravées: 7 cartes ou plans dépliants (dont l'île Maurice, Java, et l'île de la Réunion nommé île Bonaparte), 5 planches de costumes, une planche d'armes, une d'instruments de musique, et 4 vues dépliantes de Batavia et de Kupang. Officier du génie, l'auteur se trouvait à La Réunion en 1803 lors de la reprise de la guerre entre la France et l'Angleterre. Il prit part à l'expédition dirigée par l'amiral Linois pour reprendre les colonies de l'Inde restituées à l'Angleterre lors de la paix d'Amiens. Son ouvrage contient la description du Cap de Bonne-Espérance, de l'île Maurice, de La Réunion, de Java, de Banca et de la ville de Batavia; des observations sur le commerce et les productions de ces pays, ainsi que sur les mœurs et les usages des habitants; la campagne du contre-amiral de Linois dans les mers de l'Inde et à la côte de Sumatra; des remarques sur l'attaque et la défense de Colombo dans l'île de Ceylan, lors de sa reddition aux Anglais; et enfin un Vocabulaire des langues française et malaise. Bon exemplaire. Quelques piqûres. Brunet, VI, 20019. — Mendelssohn, II, 503. — Monglond, VIII, 993-995. — Ryckebusch, 7791.

VIETNAM.

Une rue dans Cholon.

1903. Fusain en couleurs signé du monogramme AT (47,7 x 32,5 cm), monté sous passe-partout.

Très beau dessin original représentant une rue de Cholon avec au premier plan un groupe de personnes attablé prenant leur repas. Cholon est un quartier de Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saïgon), au Vietnam. Il se caractérise par son commerce du riz, et on y trouve une très forte communauté chinoise implantée à la fin du siècle. Situé jadis à l'écart de la ville, il fait aujourd'hui partie de ses 5e et 6e arrondissements. Bon état de conservation.

ZONARO (Fausto). — THALASSO (Adolphe).

Déri Sé'adet, ou Stamboul porte du bonheur. Scènes de la vie turque.

Paris, Piazza, 1908. In-8 de 217-(1 bl.)-(2) pp.; demi-maroquin rouge à coins, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés, étui (reliure de l'époque de G. Levitzky).

Ouvrage illustré de 56 compositions en couleurs de Fausto Zonaro dont 26 à pleine page, 23 vignettes et 7 larges encadrements ornant les titres de chapitres. Né en 1854 à Masi, près de Padoue, Fausto Zonaro exercera le métier d'apprenti maçon tout en étudiant l'art à Lendinara, puis à l'Accademie Cignora de Vérone. Il sera ensuite diplômé de l'Académie des Beaux-Arts de Rome. Il exposera en Italie, à Paris puis à Venise avant de s'installer à Istanbul, dans les environs de Taksim, en 1891. Les tableaux que Zonaro peignit dans les quartiers du centre de la ville pendant ces années sont devenus les œuvres les plus intéressantes de sa carrière artistique. Il quittera Istanbul avec son épouse en 1911, lors de la Bataille de Tripoli et s’installera à San Remo où il mourra en 1929. L'auteur du texte, Adolphe Thalasso, naquit à Istanbul en 1858. Il publia des pièces de théâtre, traduisit des auteur turcs, et fut le fondateur et directeur de la Revue Orientale. Tirage à 300 exemplaires, celui-ci numéroté sur papier vélin. Très bel exemplaire. Atabey, 1214. — manque à Blackmer. — Carteret, 375.