51 résultats

[Voyage au Sichuan]. Manuscrit autographe signé "Paul".

Hankéou, sur le fleuve [Yang-Tsé], Tchengtou, Kinting, 1922. In-8 oblong (19 x 24,7 cm) de (1) et 66 ff. cartonnés, recouverts de papier rouge pailleté d'or; en feuilles, sous deux plats recouverts de soie brodée bleu nuit à motif floral vert foncé, lacets de fermeture (reliure de l'époque).

Relation d'un voyage dans le centre de la Chine. L'auteur, dont on ne connaît que le prénom, quitte Hankéou (actuelle Wuhan, province de Hubei) fin avril 1922, à bord d'un bâtiment à vapeur qui remonte le Yang-Tsé-Kiang. Il passe par le canyon pittoresque des gorges du Yang-Tsé, au départ d'Itchang (Yichang) et arrive début mai à Tchongking (Chongqing). De là, il se rend, par voie terrestre, à Tchengtou (Chengdu, la capitale du Sichuan), ainsi qu'à Koan Hsien (Tsing-chin), en passant par Tseulioutsing. Il effectue ensuite l'ascension du Ngomei Shan (ou mont Emei, au sud-ouest de Chengdu), une montagne haute de 3040 mètres où se trouvent de nombreux monastères au milieu d'une importante végétation. Le récit s'achève à Kinting (Kiating), entre Chengdu et le mont Emei, le 10 juin 1922. Cette relation est illustrée de 108 photographies montées dans le texte, en général à raison d'une ou deux par page, parfois trois ou quatre. Elles sont de deux formats : 4,4 x 6,8 cm pour les plus petites, et 6,7 x 11,2 cm pour les plus grandes. Une quinzaine d'entre elles sont répétées et existent en deux versions, grande ou petite, ce qui donne environ 90 sujets représentés. Non signées, mais prises par l'auteur tout au long du trajet, les photographies représentent les gorges du Yang-Tsé, des embarcations sur le fleuve, des paysages, des ponts, des temples, un convoi funèbre, une colonne de militaires, des Européens en chaises à porteurs, une rizière, une exploitation de sel gemme, etc. Le texte, d'une écriture très lisible, comporte quelques ratures et corrections. Il est divisé en 6 chapitres : La fin du Han (pp. 1-3). - Le Fleuve (pp. 4-6). - Les Gorges (pp. 7-25). - De Tchongking à Tchengtou et Koan Hsien par Tseulioutsing (pp. 26-48). - Koan Hsien (pp. 49-55). - Le Ngomei Shan (pp. 56-66). Certains titres sont accompagnés de leur traduction en chinois. Extraits : "C'est la fin d'avril : il n'a encore donné que son premier flot; il coule tranquille et limoneux. Dans la plaine sans limites, les jonques, voiles hautes, emplissent l'horizon telles une flottille de pêche devant le port à l'heure du retour […]. Le vapeur fraie sa route le long de la rive abrupte qu'il serre et sa passerelle est de niveau avec la plaine; cette berge est un large liston brun surmonté d'un étroit filet vert […]. Fleuve nourricier, source de vie, mais nouveau Saturne aussi… La plaine, toute, appartient au Grand Dragon jaune : elle doit le subir et le laisser onduler librement sur elle…" (Le Fleuve, 28 avril 1922, pp. 4-6). "Dans le jour qui se lève à peine, un mur qui paraît sans issue; sans un coup de barre, le vapeur s'y est engagé; de chaque côté du sillage le blanc du ciel se rétrécit. Submerge le fleuve, une odeur balsamique d'orangers en fleurs que la brise encore endormie n'a pu chasser, elle s'est épandue au cours de la nuit hors des vallées latérales où les vergers se cachent […]. Un premier coude brusque, le vapeur s'annonce par un long hululement qui s'en va éveiller la vallée, frappe les dures parois et revient multiple. C'est la gorge du Foie de Bœuf et du Poumon de Cheval…" (Les Gorges, s.d., pp. 7-8). "Quelques cinq cents kilomètres d'une route impériale de jadis - dix à douze journées - de nombreux villages, des missions tout le long de la route, est-il possible d'hésiter ? Ce n'était pas cependant pas la simplicité même au printemps 1922, et seule une occasion exceptionnellement favorable pouvait décider un nouveau venu en pays setchouanais à la tenter. Notre consul à Tchengtou, Monsieur B [Marcel Baudez, consul à Chengdu de 1921 à 1925], s'apprêtait à y retourner avec sa famille. Tchongking et Tchengtou, les deux villes les plus importantes de la province étaient alors en très mauvais termes et le brigandage faisait rage […]. Le pays venait d'être troublé et le retour de la belle saison allait le secouer de nouveau. Ces considérations, beaucoup plus que les quatre-vingt hommes d'escorte que le gouverneur de Tchongking tenait absolument à nous donner, décidaient du départ, dès que la compagnie de transport chargée du recrutement des coolies les avait rassemblés. C'était pour quatre Européens une caravane assez importante : l'escorte de quatre-vingts soldats, en ordre plutôt dispersé, quatre hommes par grande chaise de voyage - confortables fauteuils de rotin établis pour la circonstance - deux hommes par chaise chinoise, des domestiques et une vingtaine d'autres pour les bagages et les vivres : c'était le minimum pour éviter les contacts trop intimes avec l'hospitalité locale…" (De Tchongking à Tchengtou, Tchengtou, mai 1922, pp. 26-28). "[Les coolies] sont fouettés et pleins d'entrain : une longue aspiration de la grande fumée, l'opium, les a dopés pour la fin de la journée […]. Nous approchons de la limite de la zone d'action des troupes de Tchongking; les prochains villages sont peut-être aux mains de celles de Tchengtou : le contact serait dangereux pour les escortés; cette considération agit-elle sur nos gardiens ? Toujours est-il qu'après un déjeuner où ils sont restés en arrière, nous ne les reverrons plus. Notre sécurité n'en paraît pas diminuée car un commissaire de la police locale qui a demandé la faveur de voyager discrètement parmi nos coolies par crainte des voleurs, n'en demeure pas moins notre compagnon…" (id., p. 39). Le premier feuillet comprend 7 photographies avec la dédicace "Pour toi qui ne l'a pas vu, ton Paul". Intéressant témoignage sur la Chine au début du XXe siècle, apparemment inédit.

Histoire et voyages du Chinois Kinnkigough. Manuscrit.

Vers 1825. 2 volumes in-folio (32,2 x 19 cm) de (1) f., 358 pp. et (1) f., 396 pp., (15) ff.; basane racinée, dos lisses ornés de roulettes et fleurons à froid (reliure de l’époque).

Curieux roman d’aventures, anti-esclavagiste, et apparemment resté inédit. Il commence ainsi: «Mon père, fils d’un riche négociant de Canton, ayant acquis aussi par lui-même une fortune considérable dans le commerce, m’avoit fait instruire dans les sciences et dans quelques-uns des arts les plus nécessaires aux usages de la vie […]. Au goût du négoce que j’avois puisé dans le sein de ma famille toute adonnée au commerce, je joignis celui des voyages, que de longs préjugés nationaux ont presque interdit aux Chinois. Je manifestai donc à mon père le désir que j’avois de m’instruire en voyageant…» (t. I, pp. 1-2). Le voyageur quitte Canton pour le Pégou (Birmanie) à bord d’un navire chinois qu’il commande lui-même. Il se rend à Batavia, puis au Bengale; de là, il part pour Ceylan où il observe la pêche des perles. Il s’embarque ensuite pour l’île Maurice; une fois arrivé, il note la dure condition des esclaves. Puis le récit évoque l’histoire d’un Malabare nommé Samy et de son amie Rôna, tous deux enlevés et réduits en esclavage dans la colonie. Une fois enfuis, ils se cachent dans la forêt en changeant plusieurs fois de cachette. Armé d’un arc et de flèches empoisonnées, Samy parvient à libérer d’autres esclaves en tuant des chasseurs de Noirs marrons, mais sa tête est mise à prix. Après plusieurs péripéties, il parvient à se réfugier, avec Rôna et le frère de cette dernière, à bord du navire chinois; celui-ci reprend alors sa navigation. Malheureusement, le navire perd ses boussoles à la suite d’une tempête et arrive dans une terre où le roi, nommé Pyzennzoor, les retient captifs. Ils arrivent néanmoins à s’enfuir à l’occasion d’une bataille et parviennent à l’île de Kockôty où ils sont bien accueillis. Kinnkigough s’installe dans l’île avec l’équipage chinois et se renseigne sur les ressources naturelles de cette contrée. Il fait fabriquer des voiles et des cordes afin de préparer son départ. Mais des ennemis arrivent, parmi lesquels Pyzennzoor, et le voyageur est chargé de la défense de l’île. Ceux-ci sont battus, et il peut à nouveau se consacrer à ses préparatifs de retour. Après avoir quitté l’île, il rencontre un ballon voyageur emmenant des savants qui le conseillent sur la route à suivre. Il croise ensuite un navire américain et le suit jusqu’à New York. Le second volume est consacré essentiellement à la partie américaine et européenne du voyage. Kinnkigough reste six mois en Amérique, ce qui lui permet d’apprendre l’anglais et de s’intéresser à différents sujets: religion, population, justice, instruction, monnaie, etc. Puis il quitte New York pour la France. Après être passé par Bordeaux, il arrive à Paris où il effectue une visite au Jardin des plantes, ce qui donne lieu à une longue réflexion sur l’origine des animaux et des végétaux. Le voyageur visite ensuite Metz, Strasbourg et Lyon, puis retourne à Bordeaux. Il y retrouve le capitaine du navire américain et revient avec lui à New York. Après un passage à Philadelphie, il reprend la mer et se rend à nouveau dans les îles de Kockôky et Arouka, puis rentre en Chine. Mais les aventures de Kinnkigough ne sont pas terminées: se rappelant de la rencontre qu’il fit avec un ballon voyageur, il décide de construire un aérostat qui sera dirigé au moyen d’ailes. Le voyageur effectue ainsi un tour du monde en quatre mois qui le mène à Ava, Delhi, Ispahan, Palmyre, Constantinople et Paris. Il traverse ensuite l’Angleterre, l’Ecosse, le Groenland, le Labrador, le Canada, puis arrive à New York. Les étapes suivantes sont la Louisiane, le Mexique, Panama, le Pérou, avant de traverser l’océan Pacifique, passer au-dessus des Philippines et rentrer à Canton. Après son retour, Kinnkigough mène une vie de philanthrope: il fonde des hospices et même une colonie sur une île nommée Déliciôce, où les habitants doivent s’abstenir de consommer toute substance d’origine animale, excepté le miel… A la fin de chaque volume se trouvent des notes, une table des matières et un supplément. On y trouve quelques renseignements sur l’auteur, resté anonyme: embarqué sur la Méduse, dans les derniers jours de 1787, à destination des colonies orientales en qualité de capitaine d’artillerie, il fit un très court séjour à Pondichéry et arriva, vers le mois de septembre 1788, à l’île de France (Maurice) où il servit au moins jusqu’à la mort du gouverneur Malartic, survenue en 1800. Il composa notamment un mémoire sur la défense de l’île, longuement décrit dans le présent manuscrit, mais qui ne fut pas mis en œuvre, et aussi un projet d’épitaphe pour Malartic (t. I, pp. 313 et 343-354). Non mentionné dans Toussaint & Adolphe, Bibliography of Mauritius. Les derniers feuillets du tome II contiennent 15 chansons ajoutées : La Beauté de la femme, Une noce à Montreuil, La fille Angot, Les Epouseux du Berry, Comme à vingt ans, Le Bravo de Venise… Une note au f. 9 attribue cette copie à un certain Théophile Legendre en 1874. Manuscrit d’une écriture très lisible. Dos passés, plats frottés, pièces de titre refaites, mais bon état intérieur.

Mémoire introductif d'instance présenté à MM. les membres du Conseil du contentieux administratif de Cochinchine dans la cause entre MM. Vandelet et Dussutour (demandeurs), et M. le gouverneur de Cochinchine (défendeur).

Saigon, C. Guilland & Martinon, 1883. In-8 de 84 pp. ; cartonnage marbré, titre au dos (reliure moderne).

En 1881, les négociants français Vandelet et Dussutour obtinrent du roi du Cambodge, et pour trois ans, le monopole du commerce de l'opium et de l'alcool de fabrication indigène. Mais le gouverneur de Cochinchine, désigné comme arbitre pour régler un différent entre le roi et les négociants, en profita pour ajouter de nouvelles clauses au contrat, ce qui donna lieu à de nombreuses difficultés. Bon exemplaire.

Résumés historiques sur la Perse moderne, l'Inde et la Chine, en quatre parties.

Bordeaux, Prosper Faye, 1843. In-8 de (6) ff., 353 pp., (1) f. ; demi-veau fauve, dos lisse orné, tranches marbrées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Ouvrage peu commun divisé en quatre parties comprenant un résumé historique sur la Perse, un résumé historique sur la Chine, un précis sommaire de l'histoire des Tartares, et des notices sur la Corée, le Japon, le Tonkin, la Cochinchine, l'Inde et l'Arabie moderne. Bon exemplaire. Légères rousseurs.

Réunion de 3 catalogues de l'imprimerie catholique de Beyrouth.

Beyrouth, 1878. In-8, toile beige, dos lisse, pièce de titre de veau rouge (reliure du XXe siècle).

On trouve ainsi relié : - Catalogue de l'imprimerie catholique des PP. missionnaires de la compagnie de Jésus en Syrie. Beyrouth, 1878. 11-(1)-15 pp. Couvertures bleues conservées. Catalogue d'ouvrages imprimées en arabe et en syriaque, dont la première partie donne la liste en français, et la seconde est imprimée en arabe. - Catalogue de l'imprimerie catholique des PP. missionnaires de la compagnie de Jésus en Syrie. Beyrouth, imprimerie catholique, 1888. 38 pp., (15) ff. Première couverture conservée. Catalogue d'ouvrages imprimés en arabes et en syriaque, (principalement des livres religieux et des manuels d'étude de l'arabe). Le titre de chaque ouvrage est imprimé en arabe, les commentaires et les tarifs sont en français. Les 15 derniers feuillets contiennent des spécimens de tous les caractères de l'imprimerie (hébreux, samaritains, syriaques, arabes, arméniens, grecs et latins). - Catalogue spécial de l'imprimerie catholique (fondée en 1853). Beyrouth, librairie de l'imprimerie catholique, 1904. 67-iij pp., (2) ff. Couvertures illustrées conservées. Catalogue d'ouvrages imprimés en arabe, syriaque et bilingue français-arabe. Les titres des ouvrages sont imprimés en arabe, les commentaires et les tarifs sont en français. Le fond de l'éditeur s'est agrandi, on y trouve des manuels d'arabe, des recueils de poésies, des contes (dont les milles et une nuits), des revues. Bel exemplaire.

BELANGER (Charles).

Lettre signée à Joseph de Villèle, avec une apostille autographe signée de ce dernier.

Paris, 13 décembre 1824. 4 pp. in-folio (30,8 x 20,3 cm) sur une feuille double, tranches dorées.

Belle lettre relative à son voyage aux Indes orientales. Nommé directeur du Jardin du Roi à Pondichéry, Bélanger annonce qu’il fera le trajet par voie terrestre avec Eugène Desbassayns, commissaire ordonnateur des Etablissements français en Inde. Celui-ci étant chargé d’une mission auprès du shah de Perse, les voyageurs seront amenés à traverser ce pays: «La Perse est peut-être de tous les pays de l’Asie avec lesquels l’Europe a d’anciennes relations, celui qui offre le champ le plus vaste et le plus nouveau à l’étude des sciences naturelles. Les recherches légères faites par Olivier et Michaud, seuls naturalistes qui aient jusqu’à ces dernières années parcouru cette contrée, ont suffi seulement pour donner une idée des richesses qu’elle renferme… Si [la minéralogie et la zoologie] ont été jugées dignes d’intérêt, le règne végétal doit en offrir bien plus encore; sans parler des découvertes scientifiques que l’on pourrait faire en botanique, un grand nombre de végétaux utiles parmi lesquels on distingue la canne de Mazouderan, plusieurs espèces d’excellents fruits, diverses plantes riches en gomme, en résine, en matières colorantes, ont été signalées par les voyageurs comme des conquêtes précieuses que l’on pourrait faire sur la Perse au profit de l’Europe ou de ses colonies…». «Enfin le pays des Marattes, le Décan, le Mysore que je parcourrais successivement n’ont jamais été explorés: il est donc inutile d’insister sur l’intérêt dont un voyage dans ces contrées pourrait être pour les différentes branches d’histoire naturelle». Pour réaliser ce programme, Bélanger demande à Villèle une allocation de 6000 francs, en précisant que Desbassayns a accepté de supporter une partie des frais de voyage. Cette aide lui permettra d’envoyer des collections au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Villèle a ajouté, dans la marge, qu’il recommande cette démarche «utile au progrès des sciences et devant donner à mon neveu un compagnon de voyage aussi méritant que M. Bélanger». Botaniste et explorateur, Charles Bélanger (1805-1881) effectua un important voyage aux Indes entre 1825 et 1829. Il traversa la Russie méridionale, la Géorgie, l’Arménie et la Perse, s’embarqua à Bouchir, passa par Mascate, débarqua à Bombay, explora la côte de Malabar, franchit les Gâtes occidentales jusqu’à Mysore et arriva à Pondichéry en mars 1826. Après avoir enrichi le jardin botanique, il fit trois grandes excursions: à la côte de Coromandel jusqu’au Carnatic; au Bengale et en Birmanie; puis à Java. A son retour, ses travaux firent l’objet d’un rapport élogieux de l’Académie des sciences. Cf. Numa Broc, Asie, pp. 20-21. Document bien conservé.

BELLY (Léon).

Vendeur de chaussures.

Vers 1850. Dessin original signé (22,5 x 14 cm).

Beau dessin représentant un vendeur de chaussure de Constantinople. Au premier plan, on trouve un homme en train de fumer, accompagné d'un enfant, ainsi qu'un porteur. Élevé par sa mère, Léon Belly poursuivit d'abord des études qui s'annoncaient brillantes à L'École Polytechnique puis se destina à la peinture. Il devint l'élève d'Édouard Picot et de Troyon et travailla à Barbizon en 1849. Il visita le Liban, la Syrie et l'Égypte en 1850 lors d'une mission scientifique puis l'Égypte en 1855-1856. Il fit partie, avec Jean-Léon Gérôme, du voyage de l'Impératrice Eugénie au Canal de Suez en 1869. Sa toile intitulée Pèlerins se rendant à la Mecque, exposée au Musée d'Orsay est un chef-d'oeuvre de l'orientalisme. Belly composera des sujets orientalistes jusqu'en 1874. Bon état de conservation.

BERNOVILLE (Raphaël).

Dix jours en Palmyrène.

Paris, Ad. Lainé et J. Havard, 1868. Grand in-8 de (3) ff., 166 pp.; toile bordeaux à la Bradel, pièce de titre, première couverture imprimée conservée (reliure moderne).

Exemplaire à grandes marges sur papier vergé, avec quelques illustrations dans le texte. Récit d'un voyage, en juillet 1865, de Homs à Palmyre, en Syrie. L'auteur était accompagné des pères et archéologues Adolphe Dutau et Alexandre Bourquenoud, ainsi que du peintre Achille Joyau, envoyé en Orient par le gouvernement français pour y relever l'état des ruines de Balbeck. L'auteur consacre une bonne partie de son exposé aux différentes tribus bédouines du désert syrien qu'ils traversèrent, et relate notamment une rencontre avec Lady Digby, une aristocrate anglaise qui, après une vie mouventée, avait épousée un cheik d'une de ces tribus. Bon exemplaire, avec un envoi autographe signé de l'auteur sur la couverture. Hage Chahine, 455.

BERTOU (Jules de).

Examen d'un nouveau voyage en Orient.

Paris, Charles Douniol, 1855. In-8 de 24 pp.; cartonnage de papier vergé brun à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

Tiré à part d'un article publié dans le journal Le Correspondant, le 25 janvier 1855. Compte rendu de lecture de la traduction anglaise de l'ouvrage de Van de Velde, Narrative of a journey through Syria and Palestine in 1851 and 1852, publié à Londres en 1854. Ancien officier de marine dans l'armée néerlandaise, Van de Velde était également un peintre de paysage et un cartographe. De 1839 à 1841, il se rendit à Batavia afin d'établir des cartes de la région, avant d'effectuer son voyage d'exploration en Palestine et en Syrie en 1851. Le comte de Bertou consacra une grande partie de sa vie à l'étude topographique détaillée de la dépression Jourdain-mer Morte. Bon exemplaire. Numa Broc, Asie, 28. — Manque aux principales bibliographies.

BONIFACY (Auguste).

Cours d'ethnographie indochinoise.

Hanoï-Haïphong, imprimerie d'extrème-orient, 1919. In-8 de 110-v-(1) pp.; broché, couverture beige imprimée.

Première édition, illustrée de quelques dessins dans le texte. Après une carrière dans l'infanterie de marine en Indochine, l'auteur s'installa à Hanoï où il devint journaliste, professeur et conseiller municipal. Son ouvrage est un cours d'ethnographie enseigné aux élèves de l'école Supérieure d'Agriculture et de Sylviculture d'Hanoï dans le but de faire connaître aux élèves annamites les diverses populations de l'Indochine. Bon exemplaire. Petit défaut au dos. Cordier, BS, 3352.

BONNIGAL (Paul) attribué à.

Vue panoramique d'Angkor Vat.

Vers 1915. Aquarelle originale sur papier (49,5 x 31 cm).

Magnifique vue du temple d'Angkor Vat. Elle est attribuée à Paul Bonnigal qui était médecin de 2e classe en poste au Cambodge en 1915-1918. Angkor Vat est le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que « temple d'État » et capitale. Temple le mieux préservé d'Angkor, l'une des plus grandes villes médiévales du monde, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, initialement hindou et dédié à Vishnou, puis, bouddhiste. Le temple est devenu le symbole du Cambodge et figure sur son drapeau national. Il est le principal lieu touristique du pays. Très belle aquarelle.

CASTONNET DES FOSSES (Henri).

Une lettre inédite de La Boullaye Le Gouz.

Angers, imprimerie Lachèse et Dolbeau, 1886. In-8 de 16 pp.; broché, couverture rose imprimée.

Tiré à part d'un article publié en 1882 dans les Mémoires de la Société Nationale d'Agriculture, Sciences et Arts d'Angers. Il s'agit de la retranscription d'une lettre, datée de 1666 et envoyée à Colbert par François de La Boullaye-Le Gouz, membre d'une ambassade envoyée à Ispahan pour y négocier un traité de commerce pour l'établissement de la Compagnie des Indes en Perse. Bon exemplaire conservé dans sa brochure d'origine. Envoi autographe signé de l'auteur sur la couverture, dont le nom du dédicataire a été enlevé. Petit manque à la couverture. Bords de la couverture passés.

CHARLEVOIX (Pierre-François-Xavier de).

Histoire de l'établissement, des progrès et de la décadence du Christianisme dans l'empire du Japon. Où l'on voit les différenres révolutions qui ont agité cette monarchie pendant plus d'un siècle.

Rouen, Jacques Joseph Le Boullenger, 1715. 3 volumes petit in-12 de (22) ff., 337-(25) pp. — (1) f., 398-(34) pp. — (1) f., 460-(22) pp.; basane racinée, dos lisses ornés, pièces de titre de maroquin rouge, tranches rouges (reliure du début du XIXe siècle).

Première édition, rare. Premier ouvrage du père Charlevoix dans lequel il retrace l'histoire du christiannisme au Japon. Il s'inspira de l'ouvrage du père Jean Crasset, Histoire de l'église au Japon, publié en 1689, qu'il abrégea, compléta de notes sur les us et coutumes, les costumes des habitants, la situation politique du Japon, sa topographie et son histoire naturelle, jusqu'en 1715. Cet ouvrage est différent de l'Histoire et description générale du Japon, qu'il publia en 1737. Bel exemplaire. Ex-libris manuscrit des Frères des écoles Chrétienne de Reims, et cachet de congrégation sur les titres. Brunet, II, 1806. — Cordier, BJ, 421. — Sommervogel, II, 1075.

CHINE.

Album sur papier de riz.

Canton, fin XIX° siècle. In-4 oblong, percaline noire ornée à froid, mot album en lettres dorées sur le premier plat, tranches dorées (reliure de l'époque).

Magnifique et rare album composé d'une suite de 28 gouaches sur papier de riz (20 x 29 cm), chacune avec en encadrement de papier doré. On trouve ainsi réprésenté un superbe bouquet, 11 scènes de cortèges avec des musiciens, ou encore des porteurs de lanternes, 3 vues de cortège, une scène de jugement et 5 de châtiments. Viennent ensuite cette suite rarissime en pleine couleur représentant 7 scènes de combat avec des batons, et des sabres, sur fond de paysage. Joint, une feuille volante de plus petite taille représentant une femme (fentes). Exemplaire très bien conservé. Petites fentes avec de légères pertes à quelques planches.

CHOISEUL-GOUFFIER (Marie-Gabriel-Florent-Auguste de).

Voyage pittoresque dans l'Empire Ottoman, en Grèce, dans la Troade, les îles de l'archipel et sur les côtes de l'Asie Mineure. Seconde édition augmentée de notices historiques d'après les voyageurs modernes les plus célèbres. Rédigées avec le concours et les Observations inédites de M. Hase […] et de M. Miller.

Paris, J.-P. Aillaud, 1842. 4 volumes in-8 de xvj-lx-347 pp. — vj-398 pp. — vj-390 pp. — x-360 pp., et un atlas in-folio ; demi-veau havane, dos à nerfs orné, pièces de titre et de tomaison de maroquin vert, chiffre sur les entrenerfs, tranches mouchetées (reliure de l’époque, à l'imitation pour l'atlas).

Deuxième édition, augmentée de notices historiques tirées des récits des voyageurs modernes, et comprenant un tableau dépliant dans le texte. Elle est accompagnée d'un atlas composé d'un portrait de l'auteur, d'un titre illustré pour la seconde partie (manque celui de la première), des tirés à part des vignettes et culs-de-lampe qui se trouvaient dans le texte de la première édition in-folio, de 4 cartes dépliantes, et de 285 figures sur 169 planches gravées (cartes, vues, plans, relevés architecturaux, scènes, costumes...). Récit du Voyage en Grèce et en Asie Mineure de Marie-Gabriel de Choiseul-Gouffier accompagné du peintre Jean-Baptiste Hilaire, de son secrétaire, et de l'ingénieur Jacques Foucherot. La première partie de ce voyage fut publiée en 1782. La publication fut interrompue par la nomination de son auteur comme ambassadeur à Constantinople puis par la Révolution, et la seconde partie fut publiée en livraison de 1809 à 1824. Bon exemplaire au chiffre sur les entrenerfs et à l’ex-libris gravé de Maxime Du Camp sur les volumes de texte. Ce dernier était un célèbre écrivain et photographe français, et un membre de l'Académie Française. Plusieurs cahiers uniformément roussis ou avec de fortes rousseurs aux tomes 1, 2 et 4 du texte, plusieurs planches roussies, petits défauts d'usage aux volumes de texte. Atabey, 242. — Non cité dans Blackmer et Weber.

DU CANGE (Charles Du Fresne).

Historia Byzantina duplici commentario illustra. Prior familias ac stemmata imperatorum... Alter descriptionem urbis Constantinopolitanæ...

Paris, François Clousier, 1682. 2 parties en un volume in-folio de (6) ff., 10-(2)-12 à 372 pp., (12) ff., 180-203-(1) pp.; veau marbré, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge (reliure de l'époque).

L'illustration se compose d'une grande vignette sur le titre montrant la ville de Constantinople, d'une vignette en en-tête et d'une lettre ornée aux armes et symbole héraldique de Colbert, dédicataire de l'ouvrage, de 68 illustrations gravées sur cuivre dans le texte, et de 5 planches. La première partie contient une histoire généalogique des empereurs, illustrée de 57 figures gravées sur cuivre dans le texte, dont 47 de pièces de monnaies, suivie d'une histoire des royaumes slaves, de Dalmatie et turcs sous la domination byzantine, illustrée dune planche de blason; elle se termine par un index de toutes les familles citées. La seconde partie contient une description de Constantinople sous les empereurs chrétiens, illustrée de 10 illustration dans le texte (dont 1 carte du Bosphore et 1 plan de la ville), et 5 planches dont une dépliante (dont 2 de monnaie et 3 sur Sainte-Sophie). Ouvrage différent de l'Histoire de l'empire de Constantinople que l'auteur publia en français en 1657. Bon exemplaire. Ex-libris imprimé de Antoine-Charles Cousseau (1805-1875), évêque d'Angoulême. Coins restaurés, dos refait avec réemploi du dos de l'époque. Bruent, I, 1436 (édition de 1680). — Cioranescu, 17° siècle, 26682. (les deux références pour l'édition de 1680).

DUPRE (Louis).

Costume turc.

Vers 1820. Aquarelle originale sur papier (33 x 26 cm), signée en bas à gauche.

Très jolie aquarelle de Louis Dupré représentant un homme en costume traditionnel turque tenant une pipe dans sa main gauche. Elève de David, Louis Dupré visita la Grèce et la Turquie. En 1825, il décida de publier la relation de son voyage, Voyage à Athènes et à Constantinople, illustré de planches lithographiées. Bon état de conservation.

ENGELHARDT (Edward).

La Turquie et le tanzimat ou histoire des réformes dans l'empire ottoman depuis 826 jusqu'à nos jours.

Paris, A. Cotillon et Cie, 1882-1884. 2 tomes reliés en un volume in-8 de (2) ff., 283 pp., (2) ff., 331 pp. ; demi-percaline verte à la bradel, pièce de titre, couvertures conservées (reliure moderne).

Première édition. Le terme turc tanzimat ("réorganisation") désigne les réformes engagées par l'Empire Ottoman pour moderniser son administration civile et militaire, et tenter de combattre son déclin. Bon exemplaire.

ETON (William).

Tableau historique, politique, et moderne de l'empire ottoman.

Paris, Tavernier, an VII [1799]. 2 tomes reliés en un volume in-8 de (2) ff., iv-xxij-352 pp., (2) ff., 320 pp.; veau marbré, dos lisse orné, pièces de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches jaunes mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite de l'anglais par J. E. Lefèvre. À travers ce portrait de l'Empire Ottoman, William Eton, diplomate anglais, entendait démontrer que la Grande-Bretagne, alliée aux Russes, devait s'opposer par tous les moyens aux Turcs, pour les chasser d'Europe, libérer la Grèce, et assurer ainsi l'influence de son pays en Méditerranée. Mais son ouvrage ayant paru au moment de l'expédition d'Égypte, la Turquie devint l'alliée de la Grande-Bretagne au sein de la deuxième coalition contre la France révolutionnaire. Bel exemplaire. Atabey, 410. — Blackmer, 558 (édition anglaise). — Monglond, IV, 1033. — Weber, II, 792.

GAU (François Chrétien).

Jérusalem.

Vers 1820. Aquarelle originale sur papier (44 x 29 cm).

Magnifique vue de Jérusalem prise en face de la muraille est. Elle est légendée en haut Jérusalem et en bas Vue des restes du temple de Salomon. Divers monuments sont ainsi représentés : le Dome du Rocher, la mosquée Al-Aqsa, la Porte Dorée, le chateau de David, le monument d'Absalom, ou encore l'Eglise du Saint-Sépulchre. Cette aquarelle d'une très grande finesse est l'œuvre de François Chrétien Gau, architecte français d’origine allemande, qui voyagea en Palestine et en Egypte dessinant scrupuleusement tous les monuments et vestiges. De retour en France, il publia un ouvrage sur les Antiquités de Nubie. Très bon état de conservation.

GAYA (Louis de).

Cérémonies nuptiales de toutes les nations. Réimpression faite sur l'édition originale publiée en 1680.

Lille, Typ. de Blocquel-Castiaux, vers 1850. In-12 de 128 pp., (16) pp. de catalogue., broché, couverture imprimée et illustrée, non coupé.

Un des premiers livres traitant des cérémonies nuptiales à travers le monde au XVIIe siècle : Floridiens, Javanais, Coptes, Mexicains, Moscovites, Arabes, Chinois, Druses de Syrie, Persans, ou encore Turcs. Bel exemplaire conservé dans sa brochure d'origine.

GEMELLI CARERI (Giovanni Francesco).

Voyage du tour du monde. Nouvelle édition augmentée sur la dernière de l'italien, & enrichie de nouvelles figures.

Paris, Etienne Ganeau, 1727. 6 volumes in-12 de (2) ff., xvij-(7)-592-(6) pp. — (4) ff., 512 pp. — (4) ff., 426-(6) pp. — (4) ff., 541-(8) pp. — (4) ff., 444-(6) pp. — (4) ff., 528 pp.; veau havane moucheté, dos à nerfs ornés, coupes ornées, tranches mouchetées (reliure de l'époque, dos refaits à l'imitation).

Ouvrage traduit de l'italien par Eustache Le Noble. L'illustration se compose d'un frontispice, d'un portrait de l'auteur, et de 62 planches gravées dont 10 dépliantes (pyramide, nombreuses planches de botanique, tour de porcelaine de Nankin, calendrier et costumes mexicains, monnaies…). L'auteur est probablement le premier européen à avoir effectuer un tour du monde en empruntant les moyens de transport locaux et en le finançant par le commerce de marchandises qu'il faisait entre les pays qu'il visitait. Il quitta Naples en 1693 et visita Malte, l'Égypte, Jérusalem, et la Turquie (tome 1), la Perse (tome 2), les Indes et Bornéo (tome 3), la Chine (tome 4), les Philippines et les Mariannes (tome 5) et la Nouvelle-Espagne (tome 6). Il fut de retour en Europe après cinq années de voyage. Observateur curieux et attentif, l'auteur nota tout ce qui lui parut curieux et digne d'intérêt. La véracité de ses observations, et même la réalité de son voyage, fut mise en doute par certains de ses contemporains, mais les voyageurs des siècles suivants confirmeront la justesse de sa relation. Bon exemplaire. Ex-libris gravé du comte Robert d'Holdernelse. Les 7 planches de botanique du tome 6 sont reliées dans le tome 5; le troisième feuillet de la table du tome 5 est placé avant les deux premiers. Chadenat, 3759. — Duviols, 426. — Ibrahim-Hilmy, I, 120. — JCB, 727/86. — Palau, 101120. — Sabin, 10821, 26851. — Wilson, 79.

GENTIL (Jean-Baptiste-Joseph).

Mémoires sur l'Indoustan, ou Empire Mogol.

Paris, Petit, 1822. In-8 de 474 pp.; demi-basane bleue, dos lisse orné en long, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Première édition de cet ouvrage posthume. Elle est illustrée d'une carte gravée dépliante et de 4 planches gravées à la manière noire. L'orientaliste Gentil servit en Inde sous les ordres de Bussy, Dupleix et Lally et passa, après la défaite de ce dernier, au service du nabab d'Aoude. Il y resta jusqu'en 1778, époque où les Anglais exigèrent du prince son expulsion. Durant son séjour, il recueillit une précieuse collection d'objets d'histoire naturelle, d'armes, de monnaies, de dessins et de manuscrits arabes, hindous, persans et sanscrits, dont il fit présent au gouvernement français. Bel exemplaire. Brunet, VI, 28173. — Chadenat, 2890.

GRELOT (Guillaume-Joseph).

Relation nouvelle d'un voyage de Constantinople. Enrichie de plans levés par l'auteur sur les lieux, et des figures de tout ce qu'il y a de plus remarquable dans cette ville.

Paris, En la boutique de Pierre Rocolet, chez la veuve de Damien Foucault, 1680. In-4 de (6) ff., 306 pp., (1) f. ; veau brun, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Édition originale. L'illustration comprend 4 vignettes gravées de costumes et 13 planches gravées hors texte (vue de l'Hellespont et de la Propontide, vue de Constantinople, panorama du grand Sérail, vue de la Solimanie). Grelot résidait depuis quelques temps à Constantinople lorsqu'il fit la connaissance de Chardin en 1671. Avec lui, il visita la Crimée, la Circassie, la Mingrélie, la Perse et une partie de l'Inde. En 1676, Grelot se sépara de Chardin et revint à Paris après avoir séjourné de nouveau à Constantinople. Bel exemplaire. Ex-libris du célèbre géographe-éditeur Jean-Claude Dezauche. Atabey, 527. — Blackmer, 750. — Boucher de La Richarderie, II, 62. — Hage Chahine, 1968. — Weber, 369.

GRENIER (Yves).

Chasse au tigre. Asie.

Paris, Wild, [vers 1860]. Lithographie originale (45 x 61 cm).

Grande estampe figurant une scène de chasse au tigre en Inde, dessinée et lithographiée en couleurs par Yves Grenier. Au XIXe siècle, la chasse au tigre était un sport apprécié des colons et des maharadjahs. Des battues étaient organisées durant lesquelles les tigres avaient bien peu de chance de survivre. Le tigre, animal craint pour sa force et sa cruauté présumée, était le prédateur à tuer pour sa gloire personnelle. La chasse au tigre est à présent interdite dans tous les pays où vit ce félin. Bel exemplaire.

HAZELL (Denis H.).

Picturesque Hong Kong.

Hong Kong, Ye olde printerie, 1925. In4 oblong, cartonnage de papier gris monté à la chinoise, photographie et titre sur le premier plat (reliure de l'éditeur).

Album composé de 26 illustrations photographiques : 24 avec le texte explicatif en regard, une sur le titre et une sur la couverture. Elles offrent de nombreuses vues de la péninsule, des scènes de rues et du port, ou encore des types de navires chinois. Bel exemplaire parfaiteent conservé.

HENRY (P. F.).

Route de l'Inde, ou description géographique de l'Égypte, la Syrie, l'Arabie, la Perse et l'Inde.

Paris, Carteret, Dentu, an VII [1799]. In-8 de (1) f., v à viij, 457 pp.; cartonnage de papier bleu, pièce de titre de maroquin brun, non rogné (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée d'une carte gravée dépliante. Ouvrage rédigé par Pierre-François Henry, dans lequel il donne un précis de l'histoire et un tableau des mœurs et coutumes des peuples anciens et modernes de différentes contrées citées. Il puisa ses renseignements dans les récits de voyages d'auteurs célèbres tels que Norden, Pockoke, Niebuhr, Savary, Volney, Tavernier, Chardin, Hodges, ou encore le major Rennel. Bon exemplaire. Marges externe des 2 feuillets de marge en fin de volumes coupées. Certaines bibliographies attribue cet ouvrage au vicomte de Valentia. Gay, 138. — Hage-Chahine, 2158. — Ibrahim-Hilmy, I, 38. — Monglond, IV, 1005. — Wilson, 94.

HUMBOLDT (Frédéric-Henri-Alexandre de).

Apostille autographe signée sur une lettre de François Guizot à lui adressée.

Paris, 2 décembre 1835. 1 p. in-4 (25,4 x 20,1 cm) avec en-tête imprimé; petite déchirure sans manque.

Parution du Voyage dans l’Inde de Victor Jacquemont. Entre 1828 et 1832, Victor Jacquemont effectua un important voyage en Inde, visitant notamment la haute vallée du Gange, l’Himalaya et le Cachemire. Il fit parvenir au Muséum de nombreuses collections d’histoire naturelle et la relation de son voyage fut publiée à partir de 1835 à la demande de Guizot, alors ministre de l’Instruction Publique. Celui-ci accorda un exemplaire de cet ouvrage au baron Alexandre de Humboldt, membre de l’Institut: «Les livraisons déjà publiées sont à votre disposition et vous pourrez les faire retirer, quand vous le voudrez, dans les bureaux de la Division des sciences et des lettres». Humboldt, ne pouvant se déplacer lui-même, ajouta en marge de la lettre: «Mr Maze libraire rue de Seine n° 31, veut bien se charger de retirer en mon nom les livraisons du Voyage de Victor Jacquemont que je dois à la munificence de Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Instruction publique. Alexandre Humboldt. Paris le 3 Déc. 1835». Celui-ci avait effectué, de 1799 à 1804, un voyage scientifique en Amérique du Sud et en Amérique Centrale avec le botaniste Bonpland. La relation de ce voyage, en trente volumes, fut publiée à Paris de 1807 à 1834. L’œuvre de Humboldt, considérable, concerne aussi bien les sciences naturelles et la biogéographie, que la physique du globe et la géographie physique. Intéressante lettre associant les noms de deux grands explorateurs du XIXe siècle.

LANGLÈS (Louis-Mathieu).

De l'importance des langues orientales pour l'extension du commerce, les progrès des lettres & des sciences.

Paris, Champigny, 1790. In-8 de (1) f., 40 pp.; cartonnage de papier marbré à la Bradel, pièce de titre havane (reliure moderne).

Louis Langlès était un orientaliste qui publia une traduction des Institutions politiques et militaires de Tamerlan ainsi qu'un alphabet mandchou. Dans cet opuscule, il plaide pour l'enseignement des langues orientales aux commerçants désirant se rendre aux Indes, en appuyant sa requête sur des exemples concrets. Il termine en demandant la création de chaires d'enseignement d'arabe, de turc et de persan. Bon exemplaire.

LE BRASSEUR (Joseph-Alexandre).

De l'Inde, ou réflexions sur les moyens que doit employer la France relativement à ses possession en Asie.

Paris, Didot l'aîné, 1790. mal chiffré1810 In-8 de (2) ff., iv-140 pp. ; cartonnage de papier gris, titre au dos (reliure moderne).

Première édition. Elle est illustrée d'une carte gravée dépliante de l'Inde. Le Brasseur fit toute sa carrière dans l'administration de la marine où il fut commissaire général de la marine puis des colonies, commissaire ordonnateur à Gorée, intendant de Saint-Domingue, puis intendant général des fonds de la marine et des colonies. Dans cet ouvrage sur les possessions françaises en Inde, il montre qu'une reconquête militaire de l'Inde (après les perte de la guerre de Sept Ans) est inutile, qu'il vaut mieux s'en assurer les débouché économiques et qu'il faut concentrer les efforts sur Maurice qui fait l'objet de la convoitise des Anglais. Bel exemplaire.

LE GENTIL de LA GALAISIERE (Guillaume-Joseph-Hyacinthe-Jean-Baptiste).

Voyage dans les mers de l'Inde, fait par ordre du roi, à l'occasion du passage de Vénus sur le disque du soleil le 6 juin 1761, & le 3 du même mois 1769.

En suisse, chez les Libraires Associés, 1780-1782. 5 volumes in-8 de (1) f., 344 pp. — (1) f., 364 pp. — viij-431 pp. — (1) f., 434 pp. — (2) ff., 333 pp.; basane marbrée, dos lisseS ornéS, coupes ornées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Ouvrage illustré de 6 planches gravées dont une dépliante. Guillaume Le Gentil partit en Inde observer le passage de Vénus devant le soleil prévu en 1761. Retardé, il observa le transit à bord mais il ne put faire de mesures précises à cause des mouvements du navire. En attendant le second passage prévu en 1769, il voyagea en Inde et dans l'Océan indien, de Madagascar à Manille. Puis il construisit un observatoire à Pondichéry, mais cette fois-ci ce sont les nuages qui empêchèrent toute observation. Bon exemplaire. Brunet, III, 940. — Gay, 3239.

LEGOUX de FLAIX (Alexandre).

Essai historique, géographique et politique sur l'Indoustan, avec le tableau de son commerce.

Paris, Pougin, 1807. 2 volumes in-8 de (4) ff., xvj-459-(1) pp. — (2) ff., 447-(1) pp., et un atlas in-8; demi-basane fauve, dos lisses ornés, tranches mouchetées (reliure de l'époque, à l'imitation pour l'atlas).

Première édition accompagnée d'un atlas comprenant une grande carte et 14 planches dépliantes. Né à Pondichéry en 1751, Alexandre Legoux de Flaix rentra en France pour devenir ingénieur militaire puis retourna en Inde où il séjourna de 1769 à 1788. Dans son ouvrage, consacré au commerce avec l'Inde, le premier tome traite du commerce intérieur et des importations, et le second volume est entièrement voué aux exportations et dont il passe en revue les différentes marchandises, principalement des tissus et des épices. Bon exemplaire. Monglond, VII, 674.

LOUMYER (Jean-François-Nicolas).

Mœurs, usages et costumes de tous les peuples du monde: d'après des documents authentiques et les voyages des plus récents, publié par Auguste Wahlen.

Bruxelles, Librairie historique-artistique, 1843-1844. 4 volumes in-4 de (2) ff., 591 pp. — (2) ff., 368 pp. — (2) ff., 365 pp., (1) f. — (2) ff., 361 pp., (1) f. ; demi-basane rouge à coins, dos lisses ornés (reliure de l'époque).

Première édition, publiée par Auguste Wahlen, pseudonyme de Jean-François Loumyer, et illustrée de 4 titres avec une vignette coloriée, et de 211 planches gravées sur bois, coloriées et gommées. Cet ouvrage est un recueil descriptif des costumes du monde entier accompagnés d'aperçus géographiques et historiques pour chacun des pays. Très bel exemplaire, dans une élégante reliure de l'époque et quasiment sans rousseurs, à l'exeption d'une planche au papier jauni. Chadenat, 1507. — Colas, 3041. — Lipperheide, 61. — Vinet, 2124 (en désaccord sur le nombre de planches).

MAGON de CLOS-DORÉ.

Souvenirs d'un voyageur en Asie, depuis1802 jusqu'en 1815 inclusivement.

Paris, Nepveu, 1822. In-8 de 198 pp.; cartonnage de papier marbré, titre au dos (reliure moderne).

Première édition. Issu d'une famille d'amateurs de Saint-Malo, l'auteur se présente ainsi dans sa préface: "Ma première jeunesse s'écoula sous un ciel étranger; et lorsque je rentrai dans ma patrie, ce fut pour devenir acteur dans ces tristes combats livrés par George Cadoudal, dans les landes du Morbihan. La paix faite, je ne sais quel destin me conduisit à l'île de France et de là en Asie". Ses souvenirs sont en fait une succession d'exposés ou d'anecdotes sur la compagnie des Indes, les routes possibles pour rentrer en Europe, un portrait du sultan de Mysore Tipû Sahib, les Cipayes, les animaux (chevaux, éléphants, serpents, buffles, chiens sauvages), le sacrifice des femmes brahmanes, l'exposition des nouveau-nés, les Bayadères, son naufrage aux Seychelles, les religions et les populations des Indes... Le dernier chapitre est une description de l'île Sainte-Hélène, où mourut Napoléon. Bon exemplaire. Quelques piqûres. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, II, 545. — Quérard, Les supercheries littéraires dévoilées, II, 981.

MAIRAN (Jean-Jacques Dortous de).

Lettres au R. P. Parrenin, jésuite missionnaire à Pékin; contenant diverses questions sur la Chine.

Paris, Imprimerie Royale, 1770. In-8 de (1) f., xj-(1 bl.)-368-(1 bl.)-(1) pp.; demi-cuir de Russie rouge, dos à nerfs orné (reliure de l'époque).

Deuxième édition, illustrée d'une planche et de 5 figures gravées dans le texte. Membre de l'Académie des Sciences, Mairan écrivit plusieurs lettres, entre 1728 et 1736, au père Dominique Parrenin missionnaire en Chine. Elles traitaient principalement de plusieurs questions qui le préoccupaient dont l'origine supposée égyptienne de la civilisation chinoise. On y trouve également des renseignemenst sur la chronologie et l'astronomie chinoise ainsi que des réflexions sur l'architecture et les loix. Cette deuxième édition est augmentée de cinq opuscules, extraits des publications de l'Académie des Sciences ou du Journal des Savants: L'origine de la fable de l'Olympe (qui serait une aurore boréale); La balance des peintres de M. Piles; Les monstres; L'horoscope d'Auguste d'après une pierre antique gravées; La roue d'Aristote. Bel exemplaire. Cachet d'un collège hollandais sur le titre et les gardes. Petite mouillure en début de volume. Cordier, BS, 57.

MEARES (John).

Voyages de la Chine à la côte nord-ouest d'Amérique, fait dans les années 1788 et 1789.

Paris, F. Buisson, an III [1795]. 3 volumes in-8 de xxiv-391 pp. — (2) ff., 386 pp. — (2) ff., 371-(1) pp.; demi-veau havane, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition française, traduite de l'anglais par Jean-Baptiste Billecocq. Elle est accompagnée d'un atlas comprenant un titre, la liste des planches, et 28 planches gravées (portrait de l'auteur, cartes, profils de côtes, vues, plans de ports, portraits) dont 11 dépliantes. Capitaine de la Royal Navy, l'auteur rejoignit, en 1785, la marine marchande. Il se consacra au commerce des fourrures entre l'Amérique du nord et la Chine, et ce sous pavillon portugais, pour ne pas payer une licence à la East India Company qui avait le monopole de ce commerce. Le récit de son voyage entre la Chine et l'Amérique (dans lequel il dénonce le monopole de la compagnie comme nuisible au commerce) est précédé de celui de son voyage sur le Nootka de Calcuta à la côte nord-ouest d'Amérique pendant les années 1786 et 1787. On y trouve également des Observations sur la probabilité d'un passage nord-ouest, et un traité abrégé du commerce entre la côte nord-ouest d'Amérique et la Chine. Bon exemplaire. Boucher de la Richarderie, V, p. 465. — Brunet, 1563. — Chadenat, 1168. — Cordier, BS, 2104. — Hill, 1127 (pour l'édition anglaise). — Howes, 469. — Lada-Mocarski, 46 (pour l'édition anglaise). — Leclerc, 953 (sans l'atlas). — Monglond, III, 467. — Sabin, 47262.

MONNERON (Charles Claude Ange).

Lettre autographe signée à ses sœurs, Mesdemoiselles Bourzeis au petit hôtel de Beaufort, rue Quincampoix à Paris.

Au Port Loüis, Isle de France, 8 octobre 1764. 3 pp. in-4, adresse.

Parent de Dupleix, Charles Monneron (1735-1799) entra dans la Compagnie des Indes à l'âge de 19 ans. Nommé à Pondichéry en 1758, il devint commis de la Compagnie, puis greffier jusqu'à la prise de cette place par les Anglais. Lorsque celle-ci fut rendue à la France, Monneron s'embarqua à nouveau pour Pondichéry. A l'occasion d'une escale à l'île de France (Maurice), il écrivit à ses sœurs : "Une de mes lettres doit vous être parvenue, elle est datée de St Yago, où nous avons relâché pendant 9 jours; nous en sommes repartis le 21 may, et nous ne sommes arrivés à l'Isle de France qu'après 122 jours de traversée…". Regrettant l'éloignement et l'absence de courrier, il ajoute : "Comme il est très possible que vous ayiez changé de demeure, Montgolfier vous remettra ma lettre et sans contredit se chargera de la réponse". Il prévoit de quitter l'île de France début novembre et ne pourra pas leur écrire avant l'été prochain : "Je ne pense pas être stable à Pondichéry avant le mois de décembre 1765…". En 1769, Monneron sera nommé intendant général de Pondichéry; par la suite, il deviendra député aux Etats généraux de 1789 puis à l'Assemblée constituante. Egalement négociant et banquier, il fut le commanditaire des frères Montgolfier. Intéressante lettre en rapport avec la Compagnie des Indes.

MUTRÉCY (Charles de).

Journal de la campagne de Chine. 1859-1860-1861.

Paris, Dentu, 1862. 2 volumes in-8 de (2) ff., iij-(1 bl.)-387 pp. — (2) ff., 412 pp.; demi-basane bordeaux, dos lisse orné de filets dorés et à froid, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Récit de l'expédition de Chine (lors de la seconde guerre de l'opium), écrit sous forme de journal par l'un de ses participants, depuis le départ de Toulon le 12 janvier 1860, jusqu'au 6 février 1861. Le journal est précédé d'une préface de Jules Noriac qui retrace le contexte historique, et est suivi de plusieurs appendices dont le traité de paix, la liste des membre du corps expéditionnaire, et le récit de sa captivité par le comte d'Escayrac de Lauture. Bel exemplaire. Envoi autographe signé de l'auteur "à Monsieur Gomel, conseiller d'état", savoir Charles-Samson Gomel (1806-1888), conseiller d'état et maire de Ris-Orangis. Légères rousseurs, dos passé. Cordier, BS, 2496.

NÉGRIER (général Oscar de).

Lessons of the Russo-Japanese war.

London, Hugh Rees, 1906. In-8 de 88 pp.; percaline rouge, dos lisse avec le titre en long, titre en lettres dorées sur le premier plat (reliure de l'époque).

Ouvrage traduit du français en anglais par E. Louis Spiers, et illustré d'une carte dépliante en couleurs. La guerre Russo-Japonaise de 1904-1905 fut la première défaite d'une puissance européenne face au Japo. Ce fut également la préfiguration des guerres du XXe siècle, meurtrières et technologiques. L'auteur fit sa carrière dans la légion étrangère. Il servit en Algérie et participa au corps expéditionnaire du Tonkin en 1884. Bon exemplaire. Dos légèrement passé.

OSMAN-BEY (Frederik van Millingen, dit).

Les femmes en Turquie.

Paris, Calmann Levy, 1878. In-16 de (1) f., 36 pp. ; demi-chagrin marron, dos à nerfs fileté or, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition. L'auteur était le fils d'un médecin anglais installé en Turquie. Il fut officier dans l'armée ottomane, et écrivit plusieurs ouvrages sur l'Empire Ottoman. Son ouvrage sur les femmes traite des relations des Turcs avec les femmes, de l'esclavage et du harem, et du harem du sultan. Bel exemplaire.

OUTREMAN (Pierre d').

La vie du vénérable Pierre L'Hermite. Auteur de la première croisade & conqueste de Jerusalem. Père & fondateur de l'abbaye de Neuf-Moustier.

Valenciennes, Jan Veruliet, 1632. Petit in-12 de (4) ff., 153-(1 bl.)-66-(2 bl.)-(16) pp.; maroquin rouge, dos à nerfs orné, filets à froid encadrant les plats, encadrement intérieur, tranches marbrées sous or (reliure de la fin du XIXe siècle de L. Claessens).

Première édition, peu commune, illustrée d'un portrait de Pierre L'Ermite gravé par Théodore Galle, de quelques figures gravées sur bois dans le texte, et de 3 pages non chiffrées avec la généalogie et postérité de Pierre L'Hermite. En 1095, le pape Urbain II lança un appel pour aider les Chrétiens de Palestine qu'il pensait menacés après la prise de Jérusalem par les Turcs en 1078. Pierre L'Ermite sillona une partie de la France puis de l'Allemagne en prêchant la croisade. Plusieurs milliers de pélerins le suivirent jusqu'à Jérusalem où l'on perdit sa trace en 1099. Le récit de sa vie est suivit d'un Brief recueil des croisades et entreprises générales des Cherstiens pour la délivrance de la Terre Saincte. Très bel exemplaire dans une reliure signée en maroquin rouge. Brunet, IV, 262. — Hage Chahine, 3511. — Sommervogel, VI, 37.

PAYNE (James Bertrand).

L'Angleterre, la Russie et la Perse, esquisse historique, politique, et prophétique, formant le résumé de trois lettres adressées au "Globe" (journal quotidien de Londres).

Londres, imprimé pour circulation privée, 1872. In-4 de (4) ff., 35 pp.; percaline verte à la bradel, dos muet, titre et auteur en lettres dorées sur le premier plat, tranches rouges (reliure de l'époque).

Edition originale dédiée au Schah de Perse. Texte en anglais en regard. Essai tiré à petit nombre d'une analyse de la diplomatie anglaise vis à vis de la Perse d'une part, et des relations entre la Russie et la Perse d'autre part. L'auteur cherche à montrer qu'une alliance avec la Perse serait bénéfique pour le commerce et permettrait de tenir la Russie à bonne distance des possessions britanniques en Inde, soupçonnant cette dernière de les convoiter. Bel exemplaire. Envoi autographe signé de l'auteur à Amédée de Roubin "officier d'instruction de l'académie". Signature autographe sur la page de garde : Ch. de Foucauld. Il pourrait s'agir du célèbre explorateur et géographe français. Wilson, 168.

PECHEUX (Laurent). — MANZONI (Seeman).

Costumes orientaux inédits.

Paris, 1813. Gravures originales (environ 27 x 18 cm).

Ensemble de 14 planches gravées et finement coloriées par Gatine d'après les dessins de Laurent Pécheux et Seeman Manzoni. Issues de la suite très rare intitulée Costumes orientaux inédits comprenant 25 planches, elles représentent divers costumes turcs : - Membre de la légation Persane à Paris, en 1809. - Barbaresque, capitaine de vaisseau. - Marin turc. - Tartare, courrier de la Porte Ottomane. - Offcier de gendarmes de campagne. - Soldat d'infanterie turque, exercé à l'européenne. - Artilleur turc. - Porte drapeau d'un coprs de milice asiatique. - Sultane. - Femme turque de Cosntantinople, dans la rue. - Porteur d'eau de Constantinople. - Femme de Sinope, chez elle. Bon état de conservation. Atabey, 762. — Colas, 2298.

PEYSSONNEL (Charles le fils, comte de).

Essai sur les troubles actuels de la Perse, et de Georgie.

Paris, Desaint & Saillant, 1754. Petit in-8 de 155-(3) pp.; veau marbré, dos à nerfs orné au chiffre, pièce de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée de 2 planches dépliantes avec les généalogies des princes de Caket et de Carduel. Fils du diplomate et consul de France à Smyrne, Charles de Peyssonnel fut lui-même consul en Crimée, à La Canée puis à Smyrne. Il prit sa retraite et rentra en France en 1782 et publia plusieurs ouvrages, fruit de son expérience après plus de 35 ans passés dans l'Empire Ottoman. Bel exemplaire au chiffre de la famille Luynes et avec l'ex-libris armorié du château de Dampierre. Hage Chahine, 3674.

PREZIOSI (Amadéo).

Costumes ottomans.

1871. Aquarelle originale signée et montée sur carton (25 x 18,5 cm), encadrée.

Très jolie aquarelle réalisée par Preziosi, représentant différents dignitaires de l'Empire Ottoman. Peintre de genre, paysagiste et aquarelliste, Amadeo Preziosi s'installa à Constantinople en 1842. Ses nombreuses aquarelles représentant des scènes de la vie quotidienne au XIXe siècle le rendirent célèbre. Il laissa deux très beaux recueils de lithographies sur la Turquie et l'Egypte : Stamboul, Souvenirs d'Orient, publié en 1858, et Souvenirs du Caire en 1862. Bon état de conservation. Quelques piqures sur le carton.

SOLTYKOFF (prince Alexis).

Voyage en Perse.

Paris, L. Curmer, 1851. Grand in-8 de (3) ff., 140 pp.; percaline noire, décor polychrome au dos et sur les plats, tranches dorées, couvertures illustrées (reliure de l'éditeur).

Première édition, illustrée de 20 planches lithographiées à fond teinté d'après les dessins de l'auteur (paysage, cavaliers, danseurs, portraits, scènes de bazar…). Durant son enfance, Soltykoff assista à la visite d'une ambassade perse à Saint-Pétersbourg, lui donnant l'envie de voyager dans ce pays. En 1838, il effectua donc ce voyage en passant par le Caucase, puis il visita Tiflis, l'Arax, Miana et Téhéran. Bon exemplaire à grandes marges. Ex-libris Eugène Seligmann. Papier légèrement jauni. Hage Chahine, 4560. — Vicaire, VII, 575. — Wilson, 212.

TURQUIE. — FLANDIN (Eugène Napoléon).

Vue de la Mosquée d’Eyüp

Vers 1850. Aquarelle originale signée sur carton (22,5 x 19 cm).

Magnifique et rare aquarelle originale du célèbre orientaliste Eugène Flandin. La Mosquée d’Eyüp est située dans le quartier d’Eyüp (Istanbul). Elle fut construite en 1458, soit cinq années après la prise d’Istanbul par les ottomans, sous le règne du sultan Mehmet II. Elle fut érigée en honneur à Abu Ayyub al-Ansari, un des compagnons du prophète Mahomet, qui mourra à Istanbul en 670, et qui est communément appelé Eyüp Sultan par les turcs. La Mosquée d’Eyüp constitue de ce fait l’un des plus importants lieux saints de l’Islam. Après être quasiment tombée en ruine, la Mosquée fut totalement rénovée en 1800 par le sultan Selim III. élève d'Horace Vernet, Flandin se spécialisa dans le paysage et les scènes orientales, notamment durant ses voyages au Moyen-Orient. Bel état de conservation. Envoi autographe signé de l'artiste en bas à gauche. Les lettres sont estompées.

VIETNAM.

Une rue dans Cholon.

1903. Fusain en couleurs signé du monogramme AT (47,7 x 32,5 cm), monté sous passe-partout.

Très beau dessin original représentant une rue de Cholon avec au premier plan un groupe de personnes attablé prenant leur repas. Cholon est un quartier de Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saïgon), au Vietnam. Il se caractérise par son commerce du riz, et on y trouve une très forte communauté chinoise implantée à la fin du siècle. Situé jadis à l'écart de la ville, il fait aujourd'hui partie de ses 5e et 6e arrondissements. Bon état de conservation.

VOLTAIRE (François-Marie Arouet de).

Fragments sur l'Inde, et sur le général Lalli.

Lausanne, 1773. In-8 de (2) ff., 162 pp.; veau granité, dos lisse orné, pièce de titre verte, coupes ornées, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Édition publiée la même année que l'originale. Le général Thomas-Arthur de Lally-Tollendal, gouverneur général de l'Inde française, fut condamné à mort puis exécuté, en 1766, car rendu responsable de la perte des établissements français en Inde durant la guerre de Sept Ans. Cette exécution produisit une grande indignation en France et en Europe, et Voltaire, alors âgé de 79 ans, publia ce mémoire. Il y dénonce le jugement de haute trahison, et, en parti grâce à son soutien, le fils du général obtiendra une révision du procès, et la cassation du jugement de haute trahison, mais pas la réhabilitation complète de son père. Bel exemplaire. Habiles restaurations. Bengesco, Bibliographie des œuvres de Voltaire, 1828.

WOODARD (David).

Relation des malheurs et de la captivité, pendant deux ans et cinq mois, du capitaine David Woodard, et de quatre de ses compagnons, dans l'isle de Célébès, située sous la ligne équinoxiale. avec la description de cette isle, de ces productions, et des mœurs et coutumes de ses habitans.

Paris, F. Buisson, an XIV-1805. In-8 de (2) ff., 322 pp.; basane racinée, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, illustrée du portrait de l'auteur, de 2 cartes gravées dépliantes, et de 2 planches gravées représentant des types de bateaux. Ouvrage rédigé par William Vaughan d'après le récit de David Woodard, capitaine au service de la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales. La première partie retrace la captivité de l'auteur; elle est suivie d'une description de l'île des Célèbes (géographie, population, sciences naturelles, mœurs, administration) puis d'une réunion de "relations de longs jeûnes et de souffrance" tant en mer qu'à terre. Bon exemplaire. Quelques piqûres. Boucher de La Richarderie, V-173. — Hill, 1912 (pour l'édition anglaise).

ZELLER (Hanna).

Fleurs de la Palestine.

Bâle, C. F. Spittler, 1875. In-8; percaline verte, décor noir et or sur le premier plat, dos lisse orné, plats biseautés (reliure de l'éditeur).

Première édition, illustrée de 54 planches de fleurs en chromolithographie. Fille de l'évêque de Jérusalem Samuel Gobat, fondateur de la première école chrétienne de cette ville, et épouse du missionnaire suisse John Zeller, Hanna Zeller réalisa les aquarelles reproduites ici lors de son séjour en Palestine. Bel exemplaire; très rares piqûres.