453 résultats

NOLIN (Jean-Baptiste) & BAUDRAND (Michel Antoine).

[CATALOGNE] La Principauté de Catalogne et le Comté de Roussillon.

Paris, J.B. Nolin, 1703. En deux feuilles jointes de 603 x 859 mm.

Magnifique carte figurant la Catalogne et le Roussillon, dressée par Jean-Baptiste Nolin d'après les informations de l'abbé Michel Antoine Baudrand, historien et géographe français. Elle est dédiée au duc de Noailles, qui prit part aux conflits se déroulant en Catalogne depuis la bataille du Ter en 1694 jusqu'à la fin de la Guerre de Succession au trône d'Espagne. Elle est ornée d'un très beau cartouche de titre décoré en tête des armoiries du dédicataire, et animé de figures allégoriques, dont deux personnages féminins tenant les armoiries de la Catalogne et du Roussillon. La bordure inférieure est décorée de 12 plans de villes fortifiées, dont Barcelone et Perpignan. En haut à gauche figure une petite carte détaillée de la vallée d'Aran, dans les Pyrénées catalanes. Cette carte est un bel exemple de cartographie militaire, l'accent étant mis sur les places fortes et sur les voies de communication avec la France. Petites restaurations, rousseurs au bas de la carte. Imago Cataloniæ, p. 115.

OZANNE (Nicolas).

[LA ROCHELLE] Le port de La Rochelle vu de la petite rive.

[1791]. 180 x 230 mm.

Ravissante vue du port de La Rochelle, animée de personnages au premier plan. Elle a été gravée par Le Gouaz d'après un dessin de Nicolas Ozanne, et publiée dans le recueil Nouvelles vues perspectives des ports de France dessinées pour le Roi. Graveur et ingénieur français, Nicolas Ozanne fut reconnu pour ses talents, qui lui valurent le titre de dessinateur de la Marine. Il exécuta un grand nombre de dessins remarquables, des vues de ports et près de trois cents planches à l'eau-forte. Il fut également l'auteur de plusieurs ouvrages dont Recueil des combats de Duguay-Trouin en 1774, Recueil de combats et d'expédition maritimes en 1797 ou encore Cahiers des principales manœuvres en 1749, ouvrage qui constitue un document de grande valeur pour la connaissance de la marine au dix-huitième siècle. Bel exemplaire. L'Amateur averti, Vues des ports et rades des côtes de France, 2000, p. 42bis.

PERELLE (Gabriel).

Le Pont au Change.

Paris, N. Langlois, [circa 1690]. 208 x 304 mm.

Belle estampe figurant le Pont au Change vu depuis le Pont Neuf. Souvent détruit par les eaux ou par le feu, il fut reconstruit en 1647 avec les deux rangées de maisons que l'on voit. Ce pont relie l'île de la Cité depuis le Palais de Justice et la Conciergerie à la rive droite au niveau du Châtelet. Sur la gauche, on peut voir le quai de la Mégisserie, la tour Saint-Jacques et celle de l'église Saint-Merri, sur la droite le quai de l'Horloge, l'Horloge du Palais, la tour Montgomery aujourd'hui disparue et le Palais de la Cité avec la Conciergerie. Le Palais de la Cité occupait autrefois le site actuel du Palais de Justice, il n'en reste aujourd'hui que deux vestiges : la Conciergerie et la Sainte-Chapelle. Rousseurs légères.

PERELLE (Gabriel).

Veüe et perspective du Pont-Neuf de Paris.

Leyde, Pierre Vander Aa, [circa 1710]. 336 x 412 mm.

Belle vue animée du Pont Neuf avec la statue équestre d'Henri IV, à gauche l'hôtel de Conti et le Collège des Quatre Nations, à droite le Louvre et les Tuileries. Le Pont Neuf est le plus ancien pont de la capitale, et servait de communication directe entre la Cité et les deux autres quartiers de la ville. C'est le premier pont parisien construit en pierre, d'où son nom de Pont Neuf. Pourvu de trottoirs protégeant les piétons, et de terrasses semi-circulaires leur permettant de s'assoir, il fut, contrairement aux autres ponts parisiens, le seul à ne pas être couvert d'habitations, et de ce fait il eut immédiatement un succès considérable et devint la promenade publique la plus fréquentée et la plus variée de Paris, comme en témoigne l'estampe de Perelle. Les trottoirs sont en effet garnis d'échoppes volantes, d'où l'origine des bouquinistes sur les quais à partir de 1670, d'étalages divers animés de charlatans, de farceurs et de montreurs de marionnettes. Avec sept légendes, dont le Pont Royal nommé Pont Rouge. Défaut dans la partie haute de la pliure centrale, deux petites galeries de ver et déchirures marginales. Vallée, 3086.

PESNE (Antoine).

Jean Mariette, graveur et libraire.

1747. 430 x 288 mm.

Rare portrait de Jean Mariette, éditeur, marchand d'estampes et graveur français, né à Paris le 22 juillet 1660, mort le 19 septembre 1742. Il a été gravé par Jean Daullé d'après une peinture d'Antoine Pesne. Le graveur est représenté à sa table de travail, tenant de sa main gauche un crayon et de sa main droite un carton à dessins. Bon exemplaire. Trace de pliure au milieu de l'estampe. Delignières, Catalogue raisonné de l'œuvre gravé de Jean Daullé d'Abbeville, 1873, p. 30.

PICART (Nicolas).

[MAROC] Le Royaume de Fez.

[Paris, N. Picart, 1659]. 130 x 180 mm.

Ravissante et rare carte miniature du royaume de Fez, nom donné, du Moyen-Âge jusqu'au début du XXe siècle, à la partie nord du Maroc, depuis Ceuta jusqu'à Mazagan, actuelle El Jadida, et dont la capitale était Fez. Elle est issue du Trésor des cartes géographiques des principaux estatz de l'univers. Le Trésor des cartes géographiques des principaux estatz de l'univers est un rare atlas dont la première édition fut publiée par Jean Boisseau en 1643. D'autres éditions furent publiées par Louis Boissevin en 1653, et Gérard Jollain en 1659 et 1667. Les cartes du Trésor des cartes géographiques sont basées sur les cartes de l'Atlas minor de Mercator et Hondius, publié en 1628. Bon exemplaire. Pastoureau, Trésor des cartes géographiques, Ba.

PICART (Nicolas).

[MAROC] Le Royaume de Marroc.

[Paris, N. Picart, 1659]. 128 x 180 mm.

Ravissante et rare carte miniature du royaume du Maroc, qui s'étendait depuis le fleuve Azamor, aujourd'hui Oum Errabia, jusqu'au sud du Maroc actuel, et dont la capitale était Marrakech, appelée sur la carte Marroch. Elle est issue du Trésor des cartes géographiques des principaux estatz de l'univers. Le Trésor des cartes géographiques des principaux estatz de l'univers est un rare atlas dont la première édition fut publiée par Jean Boisseau en 1643. D'autres éditions furent publiées par Louis Boissevin en 1653, et Gérard Jollain en 1659 et 1667. Les cartes du Trésor des cartes géographiques sont dérivées des cartes de l'Atlas Minor de Mercator et Hondius, publié en 1628. Tache brune dans la marge gauche, large bande de papier moderne quadrillé collée au dos de la carte. Pastoureau, Trésor des cartes géographiques, Ba.

PICQUET (Charles).

Plan routier de la ville de Paris et de ses faubourgs, où se trouvent indiqués tous les changements opérés jusqu'à ce jour avec les projets d'embellissem.t arrêtés par le gouvernem.t.

Paris, Ch.les Picquet, 1er Frimaire An 13-22 nov.bre 1804. En 40 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,83 x 1,39 m, étiquette de l'éditeur au dos de la carte.

Première édition de ce beau plan mural de Paris publié le 22 novembre 1804, dédié à Joachim Murat, maréchal d'Empire et beau-frère de Napoléon 1er. Ce très grand plan figure les grands changements et travaux d'embellissement entrepris par Napoléon, comme le canal de l'Ourcq, terminé en 1802, le pont des Arts, construit entre 1802 et 1804, le pont d'Austerlitz, ici nommé pont du Jardin des Plantes, construit entre 1799 et 1807, les greniers de réserve, le quai d'Orsay, ou encore la partie occidentale de la rue de Rivoli. La ville est divisée en 12 arrondissements et 48 sections, dont les limites sont aquarellées. Ces sections, ou divisions territoriales et administratives, furent créées en juin 1790 par l'Assemblée Constituante, afin de mettre un terme à la tutelle de l'État sur la commune de Paris. La toponymie du plan est révolutionnaire : parmi les noms des rues et places, on remarque la rue de la Concorde (rue Royale), le quai Bonaparte (quai Anatole France) ou encore le pont National des Tuileries (pont Royal). Certains quais des îles de la Cité et de Saint-Louis portent également les noms pris à la Révolution. Ainsi, l'actuel quai de Bourbon, qui portait le nom de quai d'Alençon avant 1792, est nommé quai de la République, l'actuel quai d'Anjou est nommé quai de l'Union, le quai d'Orléans est nommé quai de l'Égalité, le quai de Béthune, quai de la Liberté, tandis que la rue Saint-Louis est appelée rue de la Fraternité. Le plan est accompagné d'une table alphabétique des rues. En haut à gauche figure un encadré donnant les adresses des grandes dignités de l'Empire, des premières autorités et des ministres. Sous l'Empire, Charles Picquet fut le principal éditeur de plans de Paris. Entre 1804 et 1847, il publia des plans de divers formats avec quasiment chaque année un tirage nouveau, corrigé avec le plus grand soin. Géographe, graveur, éditeur et marchand de cartes, actif jusqu'en 1856, il devint, dès 1798, le fournisseur attitré du Dépôt de la Guerre. Vers 1806, il fut nommé au Cabinet topographique de Napoléon, et en 1816 il obtint le brevet de géographe ordinaire du cabinet topographique de Louis XVIII. Bon exemplaire. Exemplaire légèrement bruni, manque de toile à quelques intersections, salissures sur la toile. Vallée, 2378.

PIEROTTI (Ermete).

[JÉRUSALEM] Plan actuel du Temple du Saint Sépulcre.

[1862]. 510 x 690 mm, entoilé.

Plan de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, dessiné par l'architecte ingénieur Ermete Pierotti en 1855, gravé par Niccola Cellai. Il est accompagné de 98 légendes numérotées et d'un précis historique. Exemplaire uniformément bruni, trous d'épingle dans les marges.

PIEROTTI (Ermete).

[JÉRUSALEM] Plan de Iérusalem.

[1862]. 502 x 696 mm, entoilé.

Plan de Jérusalem, dessiné par l'architecte ingénieur Ermete Pierotti en 1855, gravé par Niccola Cellai. Il est accompagné de 36 légendes numérotées pour les environs de Jérusalem, et 54 pour l'intérieur de Jérusalem. Le plan montre également les enceintes des murs élévés par Titus, Adrien, David et Soliman. La légende des symboles utilisés permet d'identifier les chemins ruraux, les terrains propres à la culture, les terrains incultes, les prairies stériles, le cimetière turc, etc. Exemplaire uniformément bruni, trous d'épingle dans les marges. Manque à Laor, qui cite d'autres plans de Pierotti, mais pas celui-ci.

PLACIDE de SAINTE-HÉLÈNE (père).

[CATALOGNE] La Catalogne dédiée au Roy.

Paris, Melle Duval, 1707. En deux feuilles jointes de 0,69 x 1,01 m.

Très belle et grande carte de la Catalogne, dressée par le père Placide de Sainte-Hélène, beau-frère de Pierre Duval. Elle est dédiée au roi Louis XIV, et ornée d'un magnifique cartouche de titre décoré en tête des armoiries royales portées par les allégories de la Sagesse et de la Guerre (Athéna) et de la Justice, et animé de plusieurs figures allégoriques. La Catalogne est divisée en vigueries ou juridictions administratives, qui disparurent pour la plupart sous Louis XV. La ville de Barcelone est représentée par le dessin d'une citadelle montrant la vieille ville et la ville neuve. La mer est décorée de nombreux voilierset de deux roses des vents. Échelle en lieues de France et de Catalogne. Rare première édition à la date de 1707. Bon exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Traces de mouillures au bas de la carte, au niveau de la mer, quelques rousseurs marginales, anciennes pliures remises à plat et renforcées. Imago Cataloniæ, pp. 122-123 (édition de 1792).

POURCHER (François).

Carte des chaînes de montagnes de la France, de ses principales rivières, et des principaux canaux de navigation, faits, ou à faire, dans ce royaume.

1782. 435 x 398 mm.

Très belle et rare carte figurant le relief et le réseau hydrographique de la France. Commandée par les élus des États de Bourgogne, elle a été dessinée par François Pourcher, inspecteur du canal du Charolais, sous la direction de son oncle, Émiland Marie Gauthey, Directeur général des canaux de la Bourgogne. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre placé sur un piédestal, portant les armoiries de la France. En haut à gauche figure un tableau des canaux principaux formant la jonction des deux Mers (Atlantique et Méditerranée), des canaux secondaires et des canaux qui ne servent à aucune jonction des deux Mers. En haut à droite, dans un médaillon, figure la légende des traits utilisés pour représenter les fleuves, les rivières navigables, les rivières que l'on veut rendre navigables, les canaux faits, les canaux auxquels on travaille actuellement, les canaux projetés, les limites du royaume et les limites de la Bourgogne. Deux colonnes de texte devraient accompagner la carte de chaque côté, elles sont ici manquantes. Bel exemplaire, dont les marges ont malheureusement été coupées. Petit manque restauré au milieu de la carte, papier froissé par endroits.

REY (Gabriel).

[MARSEILLE] Plan de Marseille et de ses environs indiquant les travaux projetés.

Marseille, Chiesa, 1856. 1,05 x 0,73 m, monté sur toile.

Très grand plan détaillé de Marseille, figurant les travaux projetés en 1856. Il a été dressé par Gabriel Rey et lithographié par Raibaud. La création du port de la Joliette, ouvert en 1853, marque le début de travaux d'aménagement des terrains bordant les bassins. Ces travaux, signalés en rose, concernent les terrains de l'ancien Lazaret et les docks d'entrepôt, mais aussi les terrains attenants au jardin zoologique, avec la création du Palais Longchamp, inauguré en 1869, du Muséum d'histoire naturelle, créé en 1819 mais installé au Palais Longchamp en 1869, et d'un nouvel observatoire. Créé en 1854, à l'emplacement de l'actuel Parc Longchamp, le jardin zoologique ferma définitivement ses portes en 1987. La légende des couleurs utilisées permet d'identifier les travaux projetés, la situation du rivage avant la construction des nouveaux bassins, la limite des terrains de l'ancien Lazaret, la ligne principale du canal de Marseille, la dérivation du canal et la délimitation des propriétés. Les espaces verts sont aquarellés en vert, la cathédrale et la gare du chemin de fer en bleu. Le plan est accompagné d'une table alphabétique des rues, églises, édifices publics, etc, et du tarif pour la distribution des eaux du canal. Les eaux d'arrosage ou périodiques étaient concédées pour 50 années moyennant une rétribution annuelle de 67 francs pour 1 litre par seconde et de 40 francs pour 1 demi-litre. Exemplaire en coloris de l'époque. Rousseurs, déchirures et manques dans les marges.

RIZZI-ZANNONI (Giovanni Antonio).

[NAPLES] Carta del littorale di Napoli e de luoghi antichi più rimarchevoli di quei contorni.

1794. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 524 x 836 mm.

Belle carte figurant la Baie de Naples et ses environs, avec les îles d'Ischia, de Procida et de Capri. Elle s'étend au nord jusqu'au lac de Licola, au sud jusqu'à Amalfi, et montre en détail la ville de Naples et le volcan du Vésuve. Elle est ornée d'un superbe cartouche de titre montrant un paysage avec le Vésuve, des vases antiques et deux personnages, probablement le dieu Thanatos, personnifiant la mort, et Clio, Muse de l'Histoire. Géographe vénitien originaire de Padoue, Rizzi-Zannoni étudia l'astronomie et fut nommé hydrographe de la Marine durant son séjour en France. Il fut professeur de géographie de la Société Cosmographique de Nuremberg et membre de l'Académie de Göttingen. Il mourut à Naples en 1814. Rousseurs.

ROBERT DE VAUGONDY (Didier).

Plan géométral de Paris et de ses fauxbourgs.

Paris, Delamarche, 1797. 646 x 949 mm.

Grand plan de Paris, dressé par Didier Robert de Vaugondy, et publié par Charles-François Delamarche, qui racheta, en 1786, le fonds cartographique de Jean-Baptiste Fortin, successeur de Robert de Vaugondy. Ce plan, qui reprend la disposition des plans de Delagrive, est une version corrigée et étendue jusqu'aux nouvelles limites, d'un autre plan de Didier Robert de Vaugondy de 1760. Sur ce nouveau plan, les limites de Paris sont fixées par le Mur des Fermiers généraux, enceinte construite entre 1784 et 1790, et dont l'objectif était de permettre la perception, aux points de passage, d'un impôt sur les marchandises entrant dans la ville. Les passages ménagés dans l'enceinte s'appelaient des barrières. À l'est, Paris s'étend au-delà du faubourg Saint-Antoine, jusqu'à la barrière du Trône, où figure la place du Trône, actuelle place de la Nation. Certains lieux ont été renommés à la Révolution, comme la place de la Concorde, nommée place Royale avant la Révolution, et ici appelée place de la Révolution. Le pont de la Concorde est appelé pont de la Révolution. La place des Vosges est ici encore nommée place Royale, elle ne portera son nom actuel qu'à partir de 1800. Avec table alphabétique des rues et liste des 12 municipalités. En bas à gauche figure une carte du département de la Seine, créé le 27 janvier 1790, et qui comprenait Paris et les départements actuels des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Bon exemplaire. Quelques rousseurs marginales, bas de la pliure centrale restauré. Boutier, 326B (seconde édition de 1797) ; Vallée, 855.

ROBERT de VAUGONDY (Gilles).

L’Empire du Japon, divisé en sept principales parties, et subdivisé en soixante et six royaumes.

1750. 481 x 539 mm.

Belle carte du Japon, décorée d'un beau cartouche japonisant. Le Japon est divisé en sept parties et 66 royaumes. L'île principale d'Honshu est appelée Niphon, et les îles de Shikoku et Kyushu, respectivement Xixoco et Ximo. Pour l'île d'Hokkaido, anciennement Yeso, seule la partie sud est représentée. La Mer du Japon porte les deux noms de Mer de Corée et Mer du Japon, tandis que Tokyo porte son ancien nom de Jedo. Les mines d'or et d'argent sont indiquées. Bon exemplaire. Walter, 86 ; Pedley, 410.

ROUSSEL (Claude).

Nouveau plan de la ville, cité, et université de Paris.

Paris, Roussel, 1716. En deux feuilles jointes de 0,77 x 1,28 m, avec table alphabétique rapportée.

Première édition de ce monumental plan de Paris, d'une extrême rareté, dressé et gravé par Claude Roussel en 1716. Le plan est orné d'un cartouche de titre contenant la dédicace à Philippe d'Orléans, dit le Régent, neveu de Louis XIV et régent du royaume de France pendant la minorité de Louis XV. Ce cartouche est décoré en tête des armoiries de France. Tout autour du plan ont été disposées 37 vignettes montrant des monuments et résidences royales de Paris et ses environs, ainsi qu'une vue de Paris du côté du faubourg Saint-Marceau, ornée des armoiries de France, et une vue du côté du Pont Royal (pont de la Concorde), ornée des armoiries de Paris. En haut à gauche figure une carte des environs de Paris. En bas à droite se trouve un cartouche contenant l'explication des marques ou symboles utilisés sur le plan. Un second titre "Nouveau plan de Paris" a été placé au sommet du plan. En tête de la table alphabétique figure un descriptif indiquant que Paris était divisée en trois parties (cité, université et ville), et qu'elle est à présent divisée en 20 quartiers, selon l'arrêt du Conseil d'État proclamé le 14 janvier 1702. Le plan montre tous les embellissements apportés à la ville sous le règne de Louis XIV : rues élargies, création des places des Victoires et Vendôme, ici appelée place Louis Le Grand, construction de couvents et églises, bâtiments du Louvre agrandis, nouvelles fontaines publiques, construction d'une nouvelle pompe sous le pont Notre-Dame pour alimenter Paris en eau, etc. À l'est de la ville, on remarque les chantiers de bois flotté, tandis qu'à l'ouest, au niveau du quartier du Gros Caillou (actuel 7ème arrondissement), il est fait mention de plusieurs belles maisons à des particuliers, et à des jardiniers, et des marais. Près du Gros Caillou, on peut voir une partie de l'île du Malt ou des Querelle. Il s'agit de l'île Maquerelle ou île des Cygnes, ancienne île de Paris réunie à la rive gauche de la Seine à la fin du XVIIIe. Graveur, marchand et éditeur d'estampes, Claude Roussel exerça dans la rue Saint-Jacques, la paroisse Saint-Séverin puis la paroisse Saint-Benoît. Il a gravé et édité plusieurs plans de Paris. Rare première édition de 1716. Le plan fut réédité à cinq reprises entre 1720 et 1738. Contours aquarellés à l'époque. Le plan est en bon état de conservation, mais présente néanmoins quelques défauts. Il a été entièrement doublé, le papier est aminci par endroits, petits manques dans les marges sans atteinte au texte, très petits manques au niveau d'anciennes pliures. Boutier, 186A ; Vallée, 2833.

SAGANSAN (L.).

Plan de Paris.

1866. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,80 x 1,14 m ; étiquette de l'éditeur Lanée au dos de la carte ; sous étui de papier marbré.

Grand plan de Paris en 1866, dressé par Sagansan, géographe de l'Empereur et de l'administration des Postes. La ville est divisée en 20 arrondissements, lesquels furent créés en 1859. Autour de la ville figure l'enceinte de Thiers construite entre 1841 et 1844. Les voies projetées sont aquarellées en jaune, les lignes de chemins de fer en orange. Les bâtiments publics sont en noir. Au bas du plan figure un tableau des arrondissements et de leurs quartiers. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Étui usagé. Vallée, 2853.

SANSON d'ABBEVILLE (Nicolas) & DUMONT (Jean).

Le royaume de Hongrie, et les estats qui en ont esté sujets et qui sont présentement.

Amsterdam, Covens et Mortier, [1729]. En deux feuilles jointes formant une carte de 560 x 966 mm.

Belle et très grande carte figurant le royaume de Hongrie, et très rare édition publiée à Amsterdam par Covens et Mortier. Elle est issue de l'Histoire militaire du Prince Eugène de Savoye, du Prince et Duc de Marlborough, et du Prince de Nassau-Frise. La carte couvre la Transylvanie, la Moldavie, la Valachie, la Croatie, la Bosnie, la Dalmatie, la Serbie, et la Bulgarie. Il ne s'agit pas de l'édition classique de Jaillot, mais d'une très rare édition par Covens et Mortier, qui a été enrichie d'un grand et beau cartouche de titre qui ne figure pas dans l'édition de Jaillot. Ce cartouche est illustré de plusieurs soldats hongrois, dont l'un porte les armoiries du royaume de Hongrie, et d'une scène de bataille. Très bel exemplaire.

SANSON d'ABBEVILLE (Nicolas) & JAILLOT (Alexis-Hubert).

L'Afrique divisée suivant l'estendüe de ses principales parties, où sont distingués les uns des autres les empires, monarchies, royaumes, estats et peuples qui partagent aujourd'huy l'Afrique.

Paris, H. Jaillot, 1719. 454 x 637 mm.

Belle carte de l'Afrique, dressée par Sanson d'Abbeville et publiée par Jaillot en 1719. Elle est ornée d'un cartouche de titre décoré de figures allégoriques et des armoiries de la France. Reconnu comme le fondateur de la cartographie française, Nicolas Sanson, le premier de cette célèbre famille de cartographes, quitta sa ville natale d'Abbeville pour Paris, où il rencontra Richelieu en 1627. Ce dernier, très impressionné par son oeuvre cartographique, le présenta au roi Louis XIII qui le nomma Géographe Ordinaire du Roi. Il fut le premier, en France, à concevoir un atlas mondial et publia près de trois cents cartes. Successeur de la maison d'édition de Sanson à Paris, Alexis-Hubert Jaillot fut nommé géographe du roi Louis XIV en 1678, et publia de nombreuses cartes et atlas, parmi lesquels l'Atlas Nouveau, le Neptune Français et l'Atlas Français. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

SANSON d'ABBEVILLE (Nicolas).

[MAROC] Royaume de Maroc divisé en sept provinces.

[circa 1660]. 185 x 262 mm.

Belle carte gravée du Maroc, divisé en sept provinces. Reconnu comme le fondateur de la cartographie française, Nicolas Sanson, le premier de cette célèbre famille de cartographes, quitta sa ville natale d'Abbeville pour Paris, où il rencontra Richelieu en 1627. Ce dernier, très impressionné par son oeuvre cartographique, le présenta au roi Louis XIII qui le nomma Géographe Ordinaire du Roi. Il fut le premier, en France, à concevoir un atlas mondial et publia près de trois cents cartes. Bon exemplaire. Pastoureau, SANSON I.

SEBIRE (J.) & COULON.

[NANTES] Plan de la ville de Nantes.

Nantes, Sebire, et Paris, Coulon, An 3. de la Rép. Fr. [1795]. 490 x 707 mm.

Rare plan révolutionnaire de la ville de Nantes, dessiné par l'architecte Coulon, figurant les grands travaux d'agrandissement et d'embellissement réalisés au cours du XVIIIe siècle. Au début du XVIIIe siècle, Nantes a encore son aspect du Moyen-Âge, avec ses remparts et ses rues sinueuses. Mais la ville, enrichie par le commerce colonial, s'est agrandie et des faubourgs sont créés à ses abords. Dès 1755, trois architectes se succéderont pour réaliser ces travaux de rénovation et d'aménagement de Nantes : Pierre Vigné de Vigny, Jean-Baptiste de Ceineray et Mathurin Crucy. Le plan consistait à démolir les murs d'enceinte, ouvrir des rues et créer de nouvelles places, parmi lesquelles figurent la place Delorme, la place Gutemberg (renommée place Brancas et actuelle place Édouard-Normand), la place Buffon, ainsi dénommée pendant la Révolution (future place de Bretagne), et la plus importante d'entre elles, la place Graslin, aménagée entre 1780 et 1788, et complétée, à partir de 1792, par la construction du Cours de la République, qui sera renommé Cours de Henri IV. La place Saint-Pierre porte son nom révolutionnaire de Place Gracches. Parmi les chantiers importants figurent également l'aménagement de l'île Feydeau, le Cours des États, qui porte ici les noms révolutionnaires de Cours de la Liberté (actuel Cours Saint-Pierre) et Cours de la Fédération (actuel Cours Saint-André), et la place Viarme, dénommée place Agriculteur. Entre les deux cours figure la place de la Liberté, actuelle place Maréchal-Foch. La place Duchesse-Anne est dénommée place Cincinnatus. En bordure du port de Nantes, on peut voir l'entrepôt des cafés, transformé en prison sous la Terreur. La ville est divisée en 18 sections, créées en 1790. Bon exemplaire. Notes manuscrites anciennes à l'encre à l'emplacement des places Buffon, du Département et de la Liberté. Petites taches en haut du plan.

SELIGMANN (Johann Michael).

Carolinæ Floridæ nec non insularum Bahamensium cum partibus adjacendibus delineatio.

Nuremberg, 1755. 428 x 584 mm.

Superbe carte figurant le sud-est des États-Unis avec la Caroline et la Floride, et une partie du Golfe du Mexique avec les Bahamas, Cuba, la Jamaïque, Saint-Domingue, Porto-Rico et la pointe du Yucatan. Cette précieuse carte fut publiée dans l'édition allemande de l'ouvrage de Mark Catesby intitulé Natural history of Carolina, ouvrage majeur sur la flore et la faune américaines. Largement inspirée de la grande carte en 20 feuilles de Henry Popple, et du manuscrit du capitaine John Barnwell, elle montre les possessions des différents pays aquarellées de trois couleurs : en rose, les colonies britanniques (côte Est jusqu'à la Floride, archipel des Bahamas et Jamaïque), en vert les possessions françaises (Louisiane et moitié ouest de Saint-Domingue), et en jaune les régions contrôlées par l'Espagne (Floride, Cuba, moitié est de Saint-Domingue, Porto Rico et Yucatan). Sur cette édition correspondant au premier état de la carte, les régions de part et d'autre du Mississippi sont aquarellées en vert, ce qui indique qu'elles appartiennent aux Français. Après le Traité de Paris de 1763, les régions à l'est du Mississipi devinrent des possessions anglaises, tandis que celles situées à l'ouest devinrent espagnoles. Très bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Très rare. Cumming, 292.

SENEX (John).

France corrected from ye observations made by the Royal Academy of Sciences at Paris.

1708. 635 x 918 mm.

Très grande et belle carte de la France, dressée par John Senex d'après les informations de l'Académie Royale des Sciences de Paris. Elle est ornée d'un cartouche de dédicace décoré des armoiries du dédicataire, Charles Boyle, comte d'Orrery, et d'un magnifique cartouche de titre décoré d'un portrait en médaillon de Louis XIV, des armoiries de la France et de quatre figures allégoriques. Le long des côtes figure la mention "côtes d'après Sanson et les cartes hollandaises". Exemplaire aquarellé à l'époque, coloris postérieurs pour les deux cartouches. Brunissures par endroits, petites déchirures marginales, petites restaurations anciennes au dos.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[BALÉARES/IBIZA/FORMENTERA] Îles Baléares. Ivice et Formentera.

1903-1913. 939 x 642 mm.

Belle et très grande carte marine figurant les îles d'Ibiza et de Formentera dans l'archipel des Baléares, d'après la carte levée de 1895 à 1897 par la Mission Hydrographique Espagnole. En carton, plan du port de San Antonio sur l'île d'Ibiza, et carte des passages entre Ibiza et l'île d'Espalmador située au nord de Formentera. Profil côtier au bas de la carte. Bel exemplaire.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[BALÉARES] Îles Baléares. Ports et mouillages des îles Majorque et Ivice.

1892-1911. 647 x 434 mm.

Planche figurant sept plans d'entrée de ports, dont six pour l'île de Majorque et un pour l'île de Cabrera. Les phares sont aquarellés en jaune. Bel exemplaire. Petite tache rose en haut de la carte.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[CANARIES] Ténériffe.

1888. 465 x 617 mm.

Belle carte marine de l'île de Tenerife dans l'archipel des Canaries, dressée d'après le levé anglais de 1838. Les phares de l'île sont aquarellés en jaune. Bel exemplaire. Tampons du Service hydrographique et du distributeur.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[CANARIES] Îles Lanzarote et Furteventura.

1892. 638 x 471 mm.

Belle carte marine figurant les îles de Lanzarote et de Fuerteventura dans l'archipel des Canaries, dressée d'après les levés anglais de 1835. En carton, cartes de l'entrée des ports d'Arrecife et de Naos sur l'île de Lanzarote, et du détroit séparant les îles de Lanzarote et de La Graciosa. Bel exemplaire. Très légères traces de crayon rouge au bas de la carte.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[GIJÓN] Port de Gijón.

Service Hydrographique de la Marine, 1887. 319 x 432 mm.

Carte marine figurant la baie de Gijón dans les Asturies, dressée d'après le levé espagnol de 1879. Le phare est aquarellé en jaune et rouge. Les profondeurs marines sont exprimées en mètres. Bel exemplaire.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[MORBIHAN/QUIBERON/BELLE-ÎLE-en-MER/GROIX/GLÉNAN] Côte ouest de France. De la Pointe de Penmarch à Belle-Île. Abords de Lorient.

Service Hydrographique de la Marine, 1912-1931. 697 x 984 mm.

Grande carte marine figurant les côtes du Morbihan entre la Pointe de Penmarc'h et Carnac, avec l'archipel des Glénan, l'île de Groix, la presqu'île de Quiberon, et Belle-Île-en-Mer, publiée en 1912, puis corrigée en 1931. Elle a été levée d'après les travaux les plus récents des ingénieurs hydrographes. Tampon du revendeur à Bordeaux au bas de la marge droite. Bel exemplaire.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[NOUVELLE-CALÉDONIE] Océan Pacifique Sud. Nouvelle Calédonie, Nouvelles Hébrides et îles Loyalty.

Paris, Service Hydrographique de la Marine, 1888-1909. 943 x 654 mm.

Grande carte marine figurant les archipels de la Nouvelle-Calédonie, des Nouvelles-Hébrides, aujourd'hui renommées Vanuatu, et des îles Loyauté, rattachées à la Nouvelle-Calédonie en 1864. C'est cette même année que fut créé le bagne de Nouvelle-Calédonie, réparti sur les îles de Nou, en face de Nouméa, la presquîle de Ducos et l'Île des Pins. La carte a été dressée et publiée une première fois en 1888, puis rééditée en 1909. Les profondeurs marines sont exprimées en mètres. Le Service hydrographique de la Marine succéda au Dépôt des cartes et plans de la Marine en 1886. Déchirures et brunissure à la pliure centrale, manque dans la marge gauche, petites déchirures marginales.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[TOKYO] Japon - Côte sud de Nipon. Golfe de Tokyo (ancien.t de Yédo).

Service Hydrographique de la Marine, 1891-1914. 940 x 629 mm.

Grande carte marine figurant le golfe ou baie de Tokyo, dressée d'après la carte japonaise de 1884. La carte a été publiée une première fois en 1891, puis rééditée en 1914. Pour la ville de Tokyo sont indiqués la résidence impériale, la légation de France, l'église catholique, l'ofice hydrographique ou encore le marché au poisson. La carte montre également les villes de Kawasaki, Yokohama ou Yokosuka. A l'emplacement du mont Iwato Yama figure la mention 2 bouquets d'arbres remarquables. Les profondeurs marines sont exprimées en mètres. Le Service hydrographique de la Marine succéda au Dépôt des cartes et plans de la Marine en 1886. Bel exemplaire.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[VENDÉE/ÎLE de NOIRMOUTIER] Côte ouest de France. De la Pointe de St. Gildas au Goulet de Fromantine. Baie de Bourgneuf.

Service Hydrographique de la Marine, 1900-1922. 690 x 977 mm.

Grande carte marine figurant les côtes de la Vendée entre la Pointe Saint Gildas et la Pointe de Notre-Dame-de-Monts, avec l'île de Noirmoutier et la Baie de Bourgneuf. Elle a été dressée d'après la carte de Beautemps-Beaupré levée en 1821 et 1822, et d'après la reconnaissance faite en 1893 sous la direction de l'ingénieur hydrographe Hanusse. Tampon du Service Hydrographique dans la marge inférieure. Bel exemplaire.

SERVICE HYDROGRAPHIQUE DE LA MARINE.

[VIETNAM/BAIE d'HALONG] Mer de Chine. Golfe du Tonkin. Baie d'Halong.

Service Hydrographique de la Marine, 1912-1936. 669 x 980 mm.

Grande carte marine figurant la Baie d'Halong au Vietnam, levée en 1906 et 1907 par Ricard, ingénieur hydrographe, et les officiers de l'aviso transport Manche commandé par les capitaines de frégate La Porte et Rageot de La Touche. La carte a été publiée une première fois en 1912, puis corrigée et publiée à nouveau en 1936. Elle montre la baie avec ses nombreuses petites îles, ainsi que l'ile de Cat Ba, nommée île de la Cac-Ba. Les côtes du Vietnam montrent la ville de Bai Chay, nommée Va-Chai, avec le logement du commandant, les casernes, ainsi que la ville de Hong Hai, orthographiée Hongay, où figurent le poste de milice, l'hôpital, l'église et le poste de douane. Les emplacements du blockhaus et des mines de charbon sont indiqués. La baie de Hong Hai est appelée Port Courbet. En haut à gauche figure un plan de la baie de Hong Hai, d'après le plan de la Société des Charbonnages du Tonkin dressé en 1930. Les profondeurs marines sont exprimées en mètres. Le Service hydrographique de la Marine succéda au Dépôt des cartes et plans de la Marine en 1886. Bel exemplaire. Rousseurs légères.

SILVESTRE (Israël).

[PARIS] Perspective de la ville de Paris, veüe du Pont des Tuileries – Lutetiæ, e Ponte Laterariarum prospectus. Silvestre incidit Parisiis 1650. A Paris chez Israel, rue de l’Arbre Sec, au logis de Monsr le Mercier orfèvre de la Reyne, proche la croix du Tiroir.

1650. 303 x 640 mm.

RARE ET EXCEPTIONNEL PANORAMA GRAVÉ DU XVIIe SIÈCLE. Magnifique vue des rives de la Seine prise depuis l’ancien pont des Tuileries, aujourd’hui Pont Royal. On y voit notamment le Louvre, la Tour de Nesle, le Pont-Neuf, la Tour Saint-Jacques, Notre-Dame, ou encore le Pont-au-Change. Elle est ornée des armoiries royales et accompagnée de 6 lignes de description en français et en latin, et de 24 légendes numérotées, également en français et en latin. Belle épreuve, réenmargée à l’époque. Pliures remises à plat. Tache brune affectant la description en français. Faucheux, n°77.

SOTZMANN (Daniel Friedrich).

General Charte, in welcher alle Entdeckungen welche der Capitain Jacob Cook auf seinem drey grossen Welt Reisen gemacht hat.

Berlin, Haude und Spener, 1785. 574 x 896 mm.

Rare mappemonde centrée sur le Pacifique, afin de montrer les routes et découvertes des trois voyages du capitaine Cook. Elle a été gravée par Carl Jack d'après la carte anglaise dressée par Henry Roberts, lieutenant de la Marine royale britannique, qui accompagna Cook lors de ses trois voyages. La carte indique en traits pleins ou pointillés, les routes des trois voyages de Cook avec les dates, ainsi que les nombreux endroits où il a accosté au cours de ses 11 années en mer, également datés. Géomètre, graveur et géographe, Daniel Friedrich Sotzmann fut nommé géographe de l'Académie royale des sciences de Berlin en 1786, puis secrétaire et contrôleur du département d'ingénierie de l'Académie en 1787. Il poursuivit sa carrière comme dessinateur de cartes pour Schneider et Weigel, les héritiers Homann, Franz à Nuremberg et l'Institut géographique de Weimar. Il fut nommé conseiller militaire en 1802, puis ministre de la Guerre en 1804, mais il perdit la vue et se retira vers 1825. Il contribua à faire de Berlin un centre important pour la production de cartes (en collaboration avec Carl Jack) et fut responsable de la production de plus de 200 cartes, d'atlas et de globes, principalement des régions allemandes. Quelques rousseurs et traces de pliures, déchirures restaurées.

STRIMPL (Louis) & GAZETTE du BON TON.

La Côte d'Azur ou Une fête sur la terrasse.

Eté 1915. 207 x 500 mm.

Belle et grande planche gravée et finement coloriée au pochoir, présentant vingt modèles de robes : 41. Robe de broché argenté. Redingote en tulle d'argent. Costume de Jenny. Souliers de Généra. 42. Redingote de broché blanc posée sur un fourreau de dentelle fine sur fond de satin blanc. Costume de Callot. 43. Crêpe satin et tulle noir brodés de perles de jais. Deux étages de fils de jais. Costume de Dœuillet. 44. Satin rose nacré dit "Libellule." La jupe est comme repliée sur elle-même et pincée de place en place par des points de jais. 45. Robe de gros de Londres garnie de volants froncés. Costume de Beer. Souilers de Greco. 46. Sur un fourreau de satin rose, est posée une tunique en tulle brodé de perles vertes et blanches, un long voile de tulle vert forme paniers reliés sur le devant. Costume de Callot. 47. Robe de mousseline de soie rose, tunique en tulle brodé d'or, écharpe de broché or et roses roses sur fond noir. Costume de Chéruit. 48. Robe de tulle bleu marine sur crêpe satin bleu avec volant plissé remontant sur les côtés, ceinture de pierreries. Costume de Dœuillet. 49. Jupe ample en tulle blanc, rayé de bandes de perles de cristal en tubes ; ceinture de velours blanc bordée de zibeline. Costume et coiffure de Lanvin. Bottes de Carbini. 50. Louis XV de taffetas rose "rose," un galon or et argent borde les basques et le bas de la jupe glands d'or. Costume de Jenny. Souliers de Généra. 51. Robe de faille rose de trois tons différents, ceinture en satin "framboise." Costume de Paquin. 52. Fourreau de liberty bleu rebrodé de soie et d'or, traîne en pointe doublée de rose de Chine. Jupe de tulle uni recouvrant le tout. Costume de Doucet. 53. Robe de tulle rose et recouverte en partie de tulle bleu paon, brodée de fleurs d'argent et de paillettes bleues. Costume de Paquin. 54. Robe de satin blanc avec tunique de mousseline, ceinture brodée de perles. Costume de Premet. Coiffure de Maria Guy. 55. Satin noir gras, broche à même le tissu de dessins japonais magnifiques copiés sur des broderies anciennes. Les devants s'ouvrent sur une jupe faite d'effilés d'ifs de perles fines. Corselet de perles et de strass. Costume et coiffure de Worth. Souliers de Helstern. 56. Tulle rose brodé d'or avec traîne en brocart d'or sur rose. Deux galons d'argent surmontés d'un galon de strass croisent sur la taille. Manteau en broché lophophore sur fond noir, bordure de zibeline. 57. Peau de soie brodée et brochée rose très pâle, volants de dentelle fine à mi-jupe seulement et corsage à Berthe de même dentelle. Costume de Martial et Armand. Souliers de Ducerf. 58. Deux volants d'application blanche sont disposés sur une jupe de satin perlée de strass. Sorte de boléro de jais. Costume de Martial et Armand. Souliers de Ducerf. 59. Robe de satin blanc pailletée avec seconde jupe de tulle bleu pailleté également et bordé d'hermine. La manche est remplacée par des ailes de tulle bleu. Costume de Premet. Chapeau de Maria Guy. 60. Dentelle d'or sur mousseline de soie avec double effet d'ailes dégradées orange et bleu. Bretelle de velours bleu et riche broderie sur toute la robe. Costume de Callot. La Gazette du Bon Ton est la plus belle et la plus rare des revues de modes Arts Déco, illustrée par les artistes les plus célèbres de l'époque : Barbier, Lepape, Brunelleschi, Marty, Benito, Dufy, Jacovleff, etc. Bel exemplaire.

TARRAGO (Ramon).

[CHEMINS de FER] Mapa general de todos los caminos de hierro de España y Portugal con sus estaciones y precios.

Barcelona, Ramon Tarrago, [circa 1890]. 0,64 x 1,02 m, imprimée sur soie et repliée dans une reliure éditeur de percaline verte.

Belle et rare carte imprimée sur soie, figurant les lignes de chemins de fer en Espagne et au Portugal, en exploitation, en construction (Orense?Monforte) et en projet (Madrid?Tarragona). Elle a été dessinée et lithographiée par Ramon Tarrago, éditeur à Barcelone. De chaque côté figurent les prix des trajets entre villes, en première, seconde et troisième classes. Les frontières et les provinces sont délimitées en rouge. Bel exemplaire.

TAVERNIER (Jean-Baptiste).

Carte des Isles du Japon esquelles est remarqué la route tant par mer que par terre que tiennent les Hollandois pour se transporter de la ville de Nangasaqui à Jedo demeure du Roy de ces mesmes Isles.

[Paris, 1679]. 515 x 768 mm.

Très rare et exceptionnelle carte du Japon, gravée par Jean-Louis Durant, et l'une des plus grandes cartes de l'archipel, montrant la route des Hollandais de Nagasaki à Tokyo, anciennement Jedo ou Edo. Entre 1638 et 1668, Jean-Baptiste Tavernier, bijoutier et voyageur français, effectua six voyages en Perse, en Mongolie et en Inde, jusqu'aux frontières avec la Chine et le Japon. Il rapporta de ses voyages de nombreuses pierres et diamants, et en vendit une partie au roi Louis XIV pour la somme de trois millions. Bien qu'il ne soit jamais entré dans le Japon, Tavernier a inclus dans son carnet de voyage une description et une carte du Japon, établies à partir de sources qu'il avait recueillies aux Indes orientales. La carte contient quelques notes, notamment sur la ville d'Okasaki où l'on trouverait les plus belles femmes, ainsi que l'emplacement des mines d'or et d'argent. Près du mont Fuji, nommé Fusino amma, une note indique que la montagne est toujours recouverte de neige. Dans le lac Biwa, au nord de Kyoto, appelée ici Miaco ou Meaco, il est dit que de grandes quantités de saumon peuvent être pêchées. La carte montre le sud de l'île de Hokkaido, appelée Terre de Jesso, ainsi que les côtes de la Corée, et la mer du Japon est nommée Mer de Coréer. La carte est ornée de deux roses des vents et de deux vaisseaux néerlandais près de Nagasaki. Bon exemplaire. Rousseurs légères, petites taches dans la marge gauche. Walter, Japan. A cartographic vision. European printed maps from the early 16th to the 19th century, 35; Hubbard, The Mapping of Japan, 43 ; Campbell, MCC 36, Japan: European Printed Maps to 1800, 27.

TAVERNIER (Melchior).

[ÎLE de RÉ] Carte particulière des costes de Poittou Aunis, et de La Rochelle et du fort S.t Louys comme aussy de l'isle de Ré avec ses forts 1627.

[Paris, Melchior Tavernier], 1627 [1632]. 380 x 513 mm.

Belle carte gravée, issue du Théâtre géographique du royaume de France, figurant l'île de Ré et les côtes de Vendée entre La Tranche-sur-Mer et Angoulins. L'île de Ré est représentée en 1627, durant le siège que firent subir Louis XIII et Richelieu aux huguenots rochelais appuyés par les flottes anglaise et hollandaise. La carte indique les lieux où ont débarqué les Anglais. Rare état sans les plans des forts de La Prée et de Saint-Martin-de-Ré, et sans la représentation du blocus de Saint-Martin. Il semblerait que le cuivre ait été regravé afin de ne plus illustrer les événements militaires. Bon exemplaire. Coins inférieurs légèrement brunis, marges gauche, droite et inférieure coupées. Pastoureau, TAVERNIER II A ; Gaudillat, p. 116.

TESSIER (Alexandre).

[JEU de l'OIE] Le jeu de l'Oye renouvellé des Grecs.

Paris, Alex.dre Tessier, [circa 1825]. 364 x 430 mm.

Rare jeu de l'oie traditionnel composé de 63 cases numérotées. La dernière case montre une oie sur un piédestal, sous une couronne de fleurs suspendue. Les coins portent des textes de fables et de moralités. Éditeur d'estampes, Alexandre Tessier succéda à la Veuve Chéreau en 1820. Bon exemplaire aquarellé à l'époque. Impression faible par endroits, froissements dans les marges.

TURGIS (Louis).

L'Amérique - La America.

Paris, L. Turgis, [circa 1860]. Lithographie originale en couleurs (36,9 x 47,9 cm).

Belle estampe allégorique lithographiée en couleurs par Louis Turgis, illustrant la vie en Amérique du Nord dans la seconde moitié du XIXe siècle, et les relations entre Américains et Amérindiens. La scène montre un propriétaire de plantation en conversation avec trois Amérindiens. Derrière lui se tiennent son épouse et ses enfants. L'entrevue semble se dérouler sereinement, mais l'épouse montre un visage inquiet. Le propriétaire tient un fusil sur l'épaule, ainsi que l'un des Amérindiens. Au second plan, on peut voir des esclaves Noirs exécutant des travaux de récolte. Bon exemplaire. Quelques rousseurs, essentiellement marginales.

TURQUIE.

Vue de la Mosquée bleue.

Vers 1920. Aquarelle originale sur carton non attribuée (50 x 30,3 cm.)

Très belle aquarelle originale représentant une vue de la Mosquée bleue. Construite entre 1609 et 1616, sous le règne du sultan Ahmet Ier, elle l'une des mosquées historiques d'Istanbul. Elle est notamment connue pour les céramiques à dominante bleue qui ornent les murs intérieurs et lui ont valu son nom en Europe. Bon état de conservation.

TÄUBERT (Gustave).

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] Erinnerung an Prag.

Dresden, J. Braunsdorf, [circa 1850]. 420 x 535 mm.

Très rare et magnifique planche de souvenirs de Prague, dessinée d'après nature par Gustave Täubert et lithographiée en couleurs par Johann Riedel. Au centre figure une grande vue générale de la ville (245 x 360 mm) prise depuis la colline de Petřin (en allemand Laurenziberg), encadrée de 24 petites vues (environ 45 x 70 mm) montrant des monuments et lieux remarquables de la ville. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Très légères salissures marginales, petites déchirures dans la marge gauche.

VAYRON (François Benjamin).

Les étrangers à Paris. Visite avec itinéraire à ses principaux monuments.

Paris, G. Gautier, 1855. En 4 feuilles montées sur carton fort doublé de percaline moirée et repliées, de 495 x 630 mm.

Beau plan de Paris lithographié en couleurs, monté à la manière d'un plateau de jeu, orné de nombreuses vignettes figurant les monuments de Paris et des environs. Les itinéraires d'un monument à l'autre sont indiqués à l'aquarelle rouge. Avec 56 légendes. Coloris de l'époque. Rousseurs. Vallée, 1339.

VOUILLEMONT (Estienne) & FER (Antoine de).

[JEU de l'OIE] Le Jeu de France.

Paris, A. de Fer, 1671. 380 x 525 mm.

Seconde édition publiée par Antoine de Fer de ce très rare jeu de l'oie dédié aux provinces françaises, et gravé par Estienne Vouillemont. Il est composé de 63 cases en forme de cercles, chacune contenant la carte d'une province française, et d'une carte générale de la France au centre du jeu. Les explications et les loix du jeu, disposées aux 4 coins, donnent un aperçu des clichés et stéréotypes que les Parisiens appliquaient aux provinces françaises : "Qui ira en Bretagne cotté 13 après avoir fait la débauche dans Nantes avec les Bretons, il sy embarquera pour Bourdeaux en Guienne cotté 44 et paiera" ou "Qui ira en Provence cotté 58 il s'embarquera à Marseille dans le dessein de faire le voiage d'Italie, mais il sera pris par les corsaires d'Alger et il paiera rançon pour pouvoir continuer son jeu". Le jeu est orné d'un médaillon de dédicace décoré des armoiries du dédicataire, le magistrat Guillaume de Lamoignon, premier président du Parlement de Paris. La première édition fut publiée par Pierre Duval en 1659. Très rare. Exemplaire aquarellé à l'époque. Manques au niveau de la dédicace, de la carte de France et de la province du Rouergue, amincissement du papier par endroits. Pelletier et Ozanne, pp. 132-133, fig. 70 (édition de Duval de 1659).

VUILLEMIN (Alexandre).

Nouveau plan de Paris fortifié et des communes de la banlieue.

Paris, Garnier frères, [circa 1860-1865]. 0,81 x 1,14 m.

Très grand plan de Paris illustrant les travaux d'agrandissement du baron Haussmann, et l'un des tout premiers plans figurant le Paris moderne. C'est aussi l'un des tout premiers plans montrant la nouvelle division de Paris en ses 20 arrondissements créés le 16 juin 1859, lorsque les faubourgs situés entre les fortifications de l'enceinte de Thiers et le mur des Fermiers Généraux furent annexés à Paris. Chaque arrondissement est divisé en quatre quartiers. Le plan montre les percées les plus récentes, et notamment la plus importante d'entre elles, le boulevard Sébastopol, inauguré en 1858, dont on voit ici une portion se poursuivre sur la rive gauche jusqu'à la rue des Écoles, portion qui sera renommée boulevard Saint-Michel en 1867. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Le plan était à l'origine replié, les pliures ont été remises à plat. Très petit manque à deux intersections. Vallée, 3180.

VUILLEMIN (Alexandre).

Nouveau plan illustré de la ville de Paris avec le système complet de ses fortifications et forts détachés, et des communes de la banlieue.

Paris, Fatout, 1847-1848. 0,84 x 1,06 m.

Très grand plan de Paris, gravé sur acier par Bénard, orné d'une cinquantaine de vignettes figurant des monuments, ponts ou places de Paris et de sa banlieue, et des 13 forts autour de Paris (Charenton, Nogent, Ivry, Bicêtre, Montrouge, etc). Avec liste alphabétique des rues, tableau des communes de la banlieue, distances entre les forts et le "mur d'octroi" ou barrière des Fermiers Généraux. Le plan figure les deux murs d'enceinte de la ville, le mur des Fermiers Généraux, construit en 1790, et l'enceinte bastionnée de Thiers. L'enceinte de Thiers, du nom de l'homme politique qui conçut le projet, fut construite entre 1841 et 1844, à la demande de Louis-Philippe, qui souhaitait faire construire autour de la capitale une enceinte bastionnée qui rendrait la ville imprenable. Constituée de 94 bastions, elle englobait non seulement Paris mais aussi les communes environnantes : Montmartre, La Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Auteuil, Passy, etc. Tout autour de cette enceinte, on fit construire 16 forts détachés, dont 13 figurent sur le plan. Sur le plan figurent également les lignes de chemin de fer au départ de Paris, illustrées de locomotives. La ville est divisée en 12 quartiers. Bon exemplaire. La date de 1847 a été modifiée à l'encre par 1848. Vallée, 3184.

WEBB (Benjamin).

A Map of North America & the West India islands, with part of South America, Europe, Africa & the Atlantic ocean with its islands.

[circa 1770]. 262 x 454 mm.

Carte manuscrite sur papier, encre brune et aquarelle, montrant l'Amérique septentrionale, l'Atlantique, et l'ouest de l'Europe et de l'Afrique. Y sont figurés les limites territoriales, les principaux cours d'eau et les îles de l'Atlantique (Antilles, Açores, Canaries...). Y figurent également les colonies anglaises en Amérique. Cette carte a été réalisée peu après la signature du Traité de Paris qui mit fin à la guerre de Sept Ans. En effet, à côté du nom des îles des Antilles sont notés leurs tailles, la nation propriétaire et la date éventuelle de prise par les Anglais et celle de restitution en 1763. Avec cartouche de titre et un autre cartouche donnant les latitudes de plusieurs villes (qui ne se trouvent pas toutes sur la carte). Bien que rédigée en anglais, la carte semble avoir été dessinée par un allemand comme le laisse suposer la mention qui se trouve en bas à gauche de la carte: "Von Benjamin Webb gezeichnet" (dessiné par Benjamin Webb). Petites traces de frottements, marges écornées avec de petites déchirures et légers manques n'affectant pas le dessin.

WILLYAMS (Cooper).

[MARTINIQUE] S.W. View of Forts Bourbon & Louis, in the island of Martinique.

London, Rev.d C. Willyams, 1796. 285 x 433 mm.

Belle vue dessinée par le révérend Cooper Willyams, et gravée à l'aquatinte par Samuel Alken, issue du très rare recueil intitulé An Account of the campaign in the West Indies in the year 1794, publié en 1796. Cette gravure illustre la prise de la Martinique par la flotte britannique en 1794. En janvier 1794, une escadre britannique sous les ordres de l'amiral Jervis, paraît au large de l'île. Elle débarque 6 000 hommes près de Fort-de-France. Les 900 hommes de la garnison française, commandée par le général Rochambeau, ne peuvent compter sur le soutien des milices locales et capitulent le 20 mars 1794, après 32 jours de siège. La Martinique restera sous contrôle britannique jusqu'en 1802. La gravure montre le bombardement du Fort Louis, actuel Fort Saint-Louis, et du Fort Bourbon, actuel Fort Desaix, tous deux protégeant la ville de Fort-Royal, au sud-ouest de l'île, et qui deviendra Fort-de-France en 1807. Au premier plan on peut voir un vaisseau britannique portant une licorne en figure de proue, et une chaloupe. Fort Louis est à l'entrée de la baie, tandis que Fort Bourbon est situé au sommet de la colline du morne Garnier. Topographe et artiste réputé, le révérend Cooper était le fils d'un commandant de la Marine britannique. En 1793, il embarqua sur le Boyne en tant qu'aumônier. Le Boyne participa à l'action de guerre aux Antilles entre l'Angleterre et la France. En 1796, Willyams retourna à Londres et publia un compte-rendu de cette campagne. En 1798, il servit comme chapelain sur le Swiftsure, l'un des navires de l'escadre commandée par Nelson. En 1802, il repartit avec la flotte de Nelson. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Sabin, 104563.

WIT (Frederick de).

[BRÉSIL] Littora Brasiliæ - Pascaert van Brasil.

[circa 1680]. 483 x 563 mm.

Superbe carte des côtes du Brésil divisées en capitaineries, ornée d'un magnifique cartouche de titre illustré de scènes montrant des explorateurs et missionnaires portugais et hollandais, une cérémonie amérindienne et une scène d'exploitation minière. L'Atlantique est décoré de quatre navires et deux roses des vents. Le nord est placé à droite de la carte. Avec plus de 400 cartes et vues publiées entre 1648 et 1712, Frederick de Wit fut l'un des plus importants graveurs et éditeurs de cartes hollandais. En 1694, il acquit une partie des fonds de Blaeu et de Jansson vendus aux enchères 20 ans plus tôt. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rousseurs, manque comblé à l'extrême droite de la carte, au niveau de la mer.

WYTFLIET (Cornelis van).

[BRÉSIL] Brasilia.

[1607]. 228 x 286 mm.

Rare carte du Brésil, issue de l'atlas Descriptionis Ptolemaicæ augmentum. Sive Occidentis notitia. Cet atlas est le premier atlas consacré au seul continent américain. Il contient la première carte de la Californie et du sud-ouest des États-Unis, et la première carte mentionnant le nom Canada dans son titre. Les deux premières éditions furent publiées à Louvain en 1597 et 1598. L'atlas fut ensuite publié à Douai en 1603, avec un texte en latin, puis en 1605, 1607 et 1611 avec un texte français. Bon exemplaire. Petites rousseurs dans la marge inférieure, partie de la bordure de la marge gauche refaite.

WYTFLIET (Cornelis van).

Chica sive Patagonica et Australis terra.

[1607]. 227 x 292 mm.

Deux cartes sur la même feuille, illustrant la pointe sud de l'Amérique Latine et les terres australes. La première carte figure le sud de la Patagonie, le détroit de Magellan et la Terre de Feu. À droite du continent, face à la baie de San Julian, figurent les îles de Alencam. Il s'agit des îles Falkland ou Malouines. La seconde carte est une projection polaire montrant un immense continent austral et le cercle antarctique inconnu. On voit le sud de l'Afrique avec l'île de Saint-Laurent, actuelle Madagascar, les îles Salomon, la Nouvelle-Guinée, Sumatra, et, plus ou moins à l'emplacement de l'Australie, une île appelée Java Maior, dont Marco Polo disait que c'était la plus grande île du monde. La carte est issue de l'atlas Descriptionis Ptolemaicæ augmentum. Sive Occidentis notitia. Cet atlas est le premier atlas consacré uniquement au Nouveau Monde. Il contient la première carte de la Californie et du sud-ouest des États-Unis, et la première carte mentionnant le nom Canada dans son titre. Les deux premières éditions furent publiées à Louvain en 1597 et 1598. L'atlas fut ensuite publié à Douai en 1603, avec un texte en latin, puis en 1605, 1607 et 1611 avec un texte français. Bon exemplaire. Quelques rousseurs dans la partie gauche de la carte, coin supérieur droit refait. Fordham, MCC n°11, 1.