602 résultats

BREIDWISER (Théodore).

[CHASSE au RHINOCÉROS] Chasse aux rhinocéros.

Germany, [circa 1900]. 319 x 416 mm.

Belle chromolithographie figurant une scène de chasse au rhinocéros en Inde, d'après un dessin de Théodore Breidwiser (ou Theodor Breitwieser). Titre en cinq langues. Bel exemplaire.

BREPOLS & DIERCKX.

[JEU de l'OIE] Het nieuw vermakelijk Ganzenspel - Le nouveau Jeu d'Oie.

[Turnhout, Brepols & Dierckx, circa 1880]. 372 x 312 mm.

Rare jeu de l'oie en flamand et en français, lithographié en couleurs. Il est composé de 63 cases numérotées et séparées par des colonnes, et orné de trois vignettes montrant des joueurs autour d'une table, un homme jouant de la trompette et une femme avec une oie. Bel exemplaire.

BRION de la TOUR (Louis).

[CORSE et SARDAIGNE] Les isles de Sardaigne et de Corse.

Paris, Desnos, 1766. 275 x 302 mm.

Belle carte de la Corse et de la Sardaigne, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

[GLOBES] Globe terrestre - Globe céleste.

[Paris, Desnos, 1772]. 280 x 310 mm.

Belle planche figurant uin globe terrestre et un globe céleste, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Galerie de ver au bas de l'estampe.

BRION de la TOUR (Louis).

[GLOBES] Globe terrestre - Globe céleste.

[Paris, Desnos, 1772]. 280 x 305 mm.

Belle planche figurant uin globe terrestre et un globe céleste, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire.

BRION de la TOUR (Louis).

[HÉMISPHÈRES] Hémisphère occidental - Hémisphère oriental.

[Paris, Desnos, 1772]. En deux feuilles, chacune 282 x 312 mm.

Cartes ornées d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elles ont été dressées par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et sont issues de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaires finement aquarellés à l'époque. Petits trous de ver au bas des cartes.

BRION de la TOUR (Louis).

[HÉMISPHÈRES] Hémisphère occidental - Hémisphère oriental.

[Paris, Desnos, 1766]. En deux feuilles, chacune 278 x 305 mm.

Cartes ornées d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elles ont été dressées par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et sont issues de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Beaux exemplaires finement aquarellés à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

[POLOGNE/LITUANIE] États de Pologne et de Lithuanie.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 283 x 310 mm.

Belle carte de la Pologne et de la Lituanie, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] États de Bohême.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 310 mm.

Belle carte de la Bohême, région historique d'Europe centrale, actuellement en République Tchèque, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. La carte a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Minuscule galerie de ver dans la marge inférieure.

BRION de la TOUR (Louis).

[SPHÈRES ARMILLAIRES] Sphère droite - Sphère parallèle.

Paris, Desnos, 1772. 280 x 312 mm.

Belle planche figurant deux sphères armillaires, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Galerie de ver au bas de l'estampe.

BRION de la TOUR (Louis).

[SPHÈRES ARMILLAIRES] Sphère droite - Sphère parallèle.

[Paris, Desnos, 1772]. 274 x 302 mm.

Belle planche figurant deux sphères armillaires, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire.

BRION de la TOUR (Louis).

Carte des États-Unis de l'Amérique septentrionale, dressée d'après les cartes anglaises.

Paris, S. Desnos, 1783. 227 x 258 mm.

L'une des premières cartes nommant les États-Unis nouvellement constitués, publiée en 1783. Les États-Unis furent proclamés par le Traité de Paris signé le 3 septembre 1783, qui mettait un terme à la Guerre d'Indépendance et reconnaissait les treize États-Unis d'Amérique. Le Traité est ratifié le 14 janvier 1784 par le Congrès de la Confédération et le 9 avril par le roi Georges III d'Angleterre ; l'échange des ratifications a lieu le 12 mai 1784 à Paris. La carte couvre la région à l'est du fleuve Mississippi, et figure les frontières des 13 états, les villes telles que Detroit, les rivières et lacs, les villages et territoires indiens, dont la Contrée des Six Nations, en référence aux six nations iroquoises, et les forts. La source principale de cette carte fut la carte de John Mitchell Map of the British and French dominions in North America, utilisée par la Grande-Bretagne et les États-Unis lors des négociations du Traité pour fixer les frontières de la nouvelle nation. Petites restaurations à la pliure centrale. Contours aquarellés à l'époque. Sellers and van Ee, 740 ; McCorkle, 780.1 ; Pritchard and Taliaferro, Mapping colonial America. Degrees of latitude, 70.

BRION de la TOUR (Louis).

Chine, et Indes avec les isles.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 310 mm.

Belle carte de l'Inde, de la Chine et de l'Asie du Sud-est, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale légèrement brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

Guayane, Terre Ferme, Isles Antilles et N.elle Espagne.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 310 mm.

Belle carte figurant le Mexique, l'Amérique Centrale, la Colombie, le Venezuela et les Antilles, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Afrique dressée pour l'étude de la géographie.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 277 x 312 mm.

Belle carte de l'Afrique, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale légèrement brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Amérique dressée pour l'étude de la géographie.

Paris, Desnos, 1764 [1772]. 285 x 313 mm.

Belle carte de l'Amérique, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Asie dressée pour l'étude de la géographie.

Paris, Desnos, 1765 [1772]. 280 x 310 mm.

Belle carte de l'Asie, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Espagne et le Portugal.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 313 mm.

Belle carte de la péninsule ibérique, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Europe dressée pour l'étude de la géographie.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 282 x 312 mm.

Carte de l'Europe encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous de ver au bas de la carte.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Italie divisée en tous ses états.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 274 x 307 mm.

Belle carte de l'Italie encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous de ver au bas de la carte.

BRION de la TOUR (Louis).

La France divisée en ses quarante gouvernemens généraux et militaires.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 278 x 312 mm.

Belle carte de la France encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré d'une scène dans un port. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous de ver au bas de la carte.

BRION de la TOUR (Louis).

La Russie européenne.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 279 x 313 mm.

Belle carte de la Russie, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

La Suède et la Norwège avec l'Islande.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 275 x 307 mm.

Belle carte de la Suède et de la Norvège, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. En carton, carte de l'Islande. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

Le Danemark divisé par provinces et diocèses.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 315 mm.

Belle carte du Danemark, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Minuscule galerie de ver dans la marge inférieure.

BRION de la TOUR (Louis).

Mappe-monde dressée pour l'étude de la géographie, relativement aux auteurs les plus modernes.

Paris, Desnos, 1766. 284 x 307 mm.

Ravissante mappemonde à deux hémisphères, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle est ornée d'un cartouche de titre et d'un cartouche de dédicace au roi, également orné des armoiries royales. Les deux hémisphères sont portés par le dieu Atlas. La carte a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Nouveau Mexique, Louisiane, Canada et Nlle Angleterre.

Paris, Desnos, 1766. 277 x 305 mm.

Belle carte de l'Amérique du Nord, ornée d'un cartouche de titre et encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, dressée par l'ingénieur-géographe du roi Louis Brion de La Tour. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Nouvelle carte de la partie des Indes Orientales, qui comprend, entr'autres états, les vastes possessions des Anglais.

Paris, Desnos, 1780. 227 x 256 mm.

Belle carte de l'Inde, dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Partie de l'Afrique au delà de l'équateur, comprenant le Congo, la Cafrérie &c.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 275 x 307 mm.

Belle carte la partie sud de l'Afrique, avec Madagascar, La Réunion et Maurice, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

Partie de l'Afrique au delà de l'équateur, comprenant le Congo, la Cafrérie &c.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 272 x 305 mm.

Belle carte la partie sud de l'Afrique, avec Madagascar, La Réunion et Maurice, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Perse, Turquie asiatique et Arabie.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 275 x 305 mm.

Belle carte de l'Arabie et de la Perse, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Tableau général de l'Amérique, comprenant les principales régions qui composent cette partie du monde ; leurs divisions par états ou provinces ; les villes les plus distinguées par leur rang, leur population et leur comerce : avec des notes aussi curieuses qu'intéressantes.

1775. 520 x 730 mm.

Très rare carte figurant le continent américain, dressée et publiée en 1775 par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi. De chaque côté figure la liste des possessions et colonies des Britanniques, des Espagnols et des Portugais, à gauche en Amérique du Nord, et à droite en Amérique du Sud. Il s'agit probablement de la rare première édition, trois autres ayant été publiées postérieurement en 1785, 1789 et 1792. Contours aquarellés à l'époque. Marges coupées au trait d'encadrement, traces de pliures dans la liste de gauche, pliure centrale restaurée avec défauts au bas de la pliure. The Lowery collection. A descriptive list of maps of the Spanish possessions within the present limits of the United States, 1502-1820, 1912, pp. 376-377.

BRION de la TOUR (Louis).

États de l'Église, de Toscane, Modène et Luques.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 308 mm.

Belle carte du centre de l'Italie avec la Toscane et le Latium, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous de ver au bas de la carte.

BRISSAUD (Pierre) & GAZETTE du BON TON.

"Rentrez vos Blancs Moutons". Une Bergère par Chéruit.

Février 1913. 207 x 135 mm.

Belle planche gravée et finement coloriée au pochoir, présentant une bergère vêtue par Madeleine Chéruit d'une jupe panier en velours prunelle. La casaque décolletée, en carré et découpée en larges pans, est taillée dans une grosse peau de soie. La Gazette du Bon Ton est la plus belle et la plus rare des revues de modes Arts Déco, illustrée par les artistes les plus célèbres de l'époque : Barbier, Lepape, Brunelleschi, Marty, Benito, Dufy, Jacovleff, etc. Bel exemplaire.

BRUNELLESCHI (Umberto) & GAZETTE du BON TON.

La Fleur et Le Miroir. Robe du soir de Chéruit.

Décembre 1912. 204 x 136 mm.

Belle planche gravée et finement coloriée au pochoir, présentant une robe du soir de Madeleine Chéruit, en satin souple blanc et en drap d'or, garnie d'un panier de tulle noir sur une fausse jupe en grosses perles de jais. Le corsage est de soie ancienne brochée d'or. La Gazette du Bon Ton est la plus belle et la plus rare des revues de modes Arts Déco, illustrée par les artistes les plus célèbres de l'époque : Barbier, Lepape, Brunelleschi, Marty, Benito, Dufy, Jacovleff, etc. Bel exemplaire.

BURCKARDT (Charles).

[JEU de la CHASSE au LIÈVRE] Neues Hasen-Spiel.

Wissembourg, C. Burckardt, [circa 1880]. 350 x 299 mm.

Jeu en langue allemande, lithographié en couleurs, composé de 73 cases sur le thème de la chasse au lièvre. La dernière case au centre représente un chasseur montrant fièrement son gibier. Les règles du jeu sont données au bas du jeu. Bel exemplaire.

CALMET (Augustin).

[BAR-LE-DUC] Plan des villes château bourg et faubourgs de Bar Le Duc.

[Nancy, 1728]. 294 x 391 mm.

Beau plan de la ville de Bar-Le-Duc en Lorraine, dressé pour l'Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine d'Augustin Calmet, publiée à Nancy en 1728. Il est orné des armoiries de la ville et d'une rose des vents, et accompagné d'une table de 52 renvois. Bel exemplaire aquarellé.

CAMBODGE — BONNIGAL (Paul) attribué à.

Vue d'Angkor Vat.

Vers 1915. Aquarelle originale sur papier (52,5 x 35,5 cm).

Magnifique vue du temple d'Angkor Vat. Elle est attribuée à Paul Bonnigal qui était médecin de 2e classe en poste au Cambodge en 1915-1918. Angkor Vat est le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que « temple d'État » et capitale. Temple le mieux préservé d'Angkor, l'une des plus grandes villes médiévales du monde, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, initialement hindou et dédié à Vishnou, puis, bouddhiste. Le temple est devenu le symbole du Cambodge et figure sur son drapeau national. Il est le principal lieu touristique du pays. Très belle aquarelle.

CAMBODGE — BONNIGAL (Paul).

Vue d'un temple à Phnom Penh.

Vers 1915. Aquarelle originale sur papier (65 x 51 cm).

Magnifique vue d'un temple situé à Phnom Penh. Elle est attribuée à Paul Bonnigal qui était médecin de 2e classe en poste au Cambodge en 1915-1918. Devenue capitale du royaume du Cambodge à l'époque de l'Indochine française, Phnom Penh était surnommée "la Perle de l'Asie" dans les années 1920. Très belle et spectaculaire aquarelle.

CARUELLE d'ALIGNY (Théodore).

[CAPRI] Royaume de Naples. Vue prise dans l'île de Capri.

1844. 267 x 380 mm.

Belle scène montrant en arrière-plan le Vésuve en éruption, dessinée et gravée à l'eau-forte par Théodore Caruelle d'Aligny, sur Chine monté. Peintre paysagiste français, Théodore Caruelle d'Aligny voyagea en Italie de 1824 à 1827. À son retour, il commença à exposer régulièrement au Salon. Il retourna en Italie de 1834 à 1836, puis effectua en 1843 un voyage en Grèce, afin de réaliser une série de dessins des principaux sites antiques que lui avait commandés l'École des Beaux-Arts. Ces dessins furent publiés sous la forme d'un recueil d'eaux-fortes devenu assez rare aujourd'hui, intitulé Vues des sites les plus célèbres de la Grèce antique dessinées sur nature et gravées à l'eau forte. En 1860, il fut nommé directeur de l'École des Beaux-Arts de Lyon. Quelques rousseurs dans la marge supérieure. Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1844, p. 644.

CARUELLE d'ALIGNY (Théodore).

Campagne de Rome. Vue prise sur l'ancienne voie des tombeaux.

1844. 267 x 382 mm.

Estampe dessinée et gravée à l'eau-forte par Théodore Caruelle d'Aligny, sur Chine monté. Peintre paysagiste français, Théodore Caruelle d'Aligny voyagea en Italie de 1824 à 1827. À son retour, il commença à exposer régulièrement au Salon. Il retourna en Italie de 1834 à 1836, puis effectua en 1843 un voyage en Grèce, afin de réaliser une série de dessins des principaux sites antiques que lui avait commandés l'École des Beaux-Arts. Ces dessins furent publiés sous la forme d'un recueil d'eaux-fortes devenu assez rare aujourd'hui, intitulé Vues des sites les plus célèbres de la Grèce antique dessinées sur nature et gravées à l'eau forte. En 1860, il fut nommé directeur de l'École des Beaux-Arts de Lyon. Quelques rousseurs dans la partie haute de l'estampe. Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1844, p. 644.

CASSAS (Louis-François).

[CROATIE] Vüe de Spalatro et du Lazareth, prise du côté Elle-Botticelle.

[Paris, 1802]. 257 x 399 mm.

Vue de la ville de Split, dessinée par Louis-François Cassas et gravée à l’eau-forte par Paris. Elle est issue du Voyage pittoresque et historique de l'Istrie et de la Dalmatie. Dessinateur auprès de l'ambassadeur de France le comte de Choiseul-Gouffier au Liban, Louis-François Cassas laissa un témoignage exceptionnel du Moyen-Orient au XVIIIe siècle. A la fin des années 1790, il visita l'Istrie et la Dalmatie, comme dessinateur pour un groupe d'amateurs parmi lesquels se trouvait Visconti. Il s'intéressa surtout à dessiner les monuments de l'antiquité romaine. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François) & MARALDI (Giovanni Domenico).

[TABLEAU d'ASSEMBLAGE] Nouvelle carte qui comprend les principaux triangles qui servent de fondement à la description géométrique de la France.

Paris, 1744 [1789]. 580 x 915 mm ; parties coupées et bordées de soie bleue, pour que la carte puisse être facilement repliée, et montée dans une reliure en veau de l'époque ; étiquette de l'éditeur Seguin père, artificier du roi et éditeur de la carte de Cassini.

Première carte de la première triangulation de la France. Belle carte de la France dite des triangles puisque fondée sur la triangulation de toute la France, obtenue par la mesure de l'arc du méridien du Nord (Dunkerque) au Sud (Perpignan), appelé Méridien de l'Observatoire Royal de Paris. La carte est construite selon deux axes perpendiculaires : le méridien et le parallèle passant par Paris (Observatoire royal). De chaque côté de la carte figure la table alphabétique des villes principales de la France, avec leur latitude, longitude et leur distance à l'Observatoire de Paris, ainsi qu'une table des lieux les plus remarquables, comprenant des îles (Jersey, Belle-Île-en-Mer, Noirmoutier, Aix...), des forts et tours (Brescou, Houat, Gien...), des fanaux (Fréhel, Ouessant, Ré, Aigues-Mortes...), et des montagnes (Mont Ventoux, Pic du Midi, Puy de Dôme...). La triangulation ne comprend pas les Alpes et les Pyrénées. Seul figure le Mont Maudite ou St. Bernard dans les Alpes, dont les coordonnées et la distance depuis Paris sont indiquées pour la première fois. La carte est décorée d'un beau cartouche de titre orné des armoiries de la France, et d'un cartouche contenant l'avertissement au lecteur. La carte de Cassani et de Maraldi est importante dans l'histoire de la cartographie car c'est la première fois qu'est effectuée la triangulation générale d'un pays, obtenue à partir de 3 000 points reliés entre eux. Cette carte était également jointe à la collection complète de la Carte de France dite Carte de Cassini, qui comprend trois cartes générales de la France et 179 cartes particulières. Rare exemplaire sur lequel a été reporté le tableau d'assemblage pour les 179 cartes particulières formant la carte de France de Cassini, et par conséquent publié en 1789. Cachets de la société de la carte de France. Après que le roi Louis XV ait cessé le financement, Cassini fonda cette société d'actionnaires le 10 août 1756, afin de continuer à financer la Carte générale de France. Parmi les associés figuraient des personnages importants, comme la marquise de Pompadour, le comte de Saint-Florentin, chargé de la maison du roi, le contrôleur général Peyrenc de Moras, des militaires de haut rang comme le prince de Soubise, le duc de Bouillon, le duc de Luxembourg ou le maréchal de Noailles, des membres de l’Académie des Sciences et surtout des personnes appartenant à la haute administration. Bel et rare exemplaire brillamment aquarellé à l'époque. Ex-libris de la Bibliothèque de M.r le Comte de Langeron. À la date de publication de cette carte, il s'agit très probablement d'Alexandre Louis Andrault, comte de Langeron, colonel français puis général de l'empire de Russie, né à Paris le 13 janvier 1763, mort à Odessa le 4 juillet 1831 d'une épidémie de choléra. Pliures très légèrement brunies, défauts d'usage à la reliure.

CASSINI de THURY (César-François).

[BOURGOGNE/TONNERRE] Carte de Cassini. Feuille n°33/82.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 594 x 919 mm ; onglet de vélin renseigné du titre et du numéro de la feuille ; étiquette au dos du géographe et éditeur Desnos.

Feuille n°33/82 de la carte de Cassini, couvrant Tonnerre et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Vitry-le-Croisé et Nuits, et d'ouest en est entre Ervy-le-Châtel et Châteauvillain, orthographié Château-Vilain. Les villes principales comme Tonnerre, Châtillon-sur-Seine, Essoyes ou Bar-sur-Seine, sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[DIGNE-les-BAINS/VENCE] Cartes de Cassini. Feuilles n°145/153 et n°147/168.

Paris, [1756-1789]. En 36 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,60 x 1,58 m ; onglet de vélin renseigné du titre ; étiquette au dos.

Rare réunion de deux feuilles de la carte de Cassini, habilement cousues bout à bout à l'époque. Ces deux feuilles couvrent les environs de Digne-les-Bains, Manosque, Castellane, Entrevaux et Vence. Elles s'étendent au nord jusqu'à Thoard et Beauvezer, au sud jusqu'à Montpezat et Vence (8 km au nord de Saint-Paul-de-Vence), à l'ouest jusqu'à Forcalquier et à l'est jusqu'à Gattières, Aspremont et Châteauneuf-Villevieille appelée Châteauneuf. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[LORGUES/BRIGNOLES/DRAGUIGNAN] Carte de Cassini. Feuille n°146/154.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 600 x 937 mm ; onglet de vélin renseigné du numéro de la feuille ; étiquette au dos du géographe et éditeur Dezauche.

Feuille n°146/154 de la carte de Cassini, couvrant Lorgues et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Quinson et Pignans, et d'ouest en est entre Rians et Roquebrune-sur-Argens. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Exemplaire édité par Jean-Claude Dezauche, successeur de Guillaume de l'Isle et de Philippe Buache, et chargé de l'entrepôt général des cartes de la Marine. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[PYRÉNÉES] Carte de Cassini. Pyrénées.

[Paris, 1756-1789]. En 28 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 764 x 912 mm.

Assemblage partiel de plusieurs feuilles de la carte de Cassini, couvrant la région des Pyrénées. Elle s'étend au nord jusqu'à Tarbes et Ibos, au sud jusqu'à la frontière avec l'Espagne, à l'ouest jusqu'à Laruns, et à l'est jusqu'à Bize et Saint-Laurent-de-Neste dans la vallée de Neste. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[REIMS] Carte de Cassini. Feuille n°39/79.

[Paris, 1756-1789]. 575 x 890 mm ; parties coupées et bordées de soie bleue, pour que la carte puisse être facilement repliée et montée dans une reliure en veau de l'époque.

Feuille n°39/79 de la carte de Cassini, couvrant Reims et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Mont-Laurent et La Cheppe, et d'ouest en est entre Thillois, à l'ouest de Reims, et Baulny. Les villes principales comme Reims, Buzancy, Sainte-Menehould (orthographiée Manehould), Ay ou Avenay, sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Cachet de la société de la carte de France. Après l'abandon financier du roi Louis XV, Cassini fonda cette société d'actionnaires le 10 août 1756, afin de continuer à financer la Carte générale de France. Parmi les associés figuraient des personnages importants, comme la marquise de Pompadour, le comte de Saint-Florentin, chargé de la maison du roi, le contrôleur général Peyrenc de Moras, des militaires de haut rang comme le prince de Soubise, le duc de Bouillon, le duc de Luxembourg ou le maréchal de Noailles, des membres de l’Académie des Sciences et surtout des personnes appartenant à la haute administration. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Petits défauts d'usage à la reliure.

CELLARIUS (Christoph).

Cœli stellati Christiani hæmisphærium posterius.

Amsterdam, G. Valk et P. Schenk, [1708]. 435 x 507 mm.

Magnifique carte céleste de l'hémisphère austral exécutée par Andreas Cellarius, parue dans son grand atlas céleste intitulé Atlas Cœlestis, seu Harmonia Macrocosmica, dont la première édition fut publiée par Joannes Janssonius en 1660. Cette carte est une interprétation chrétienne du monde céleste. Les constellations sont ici représentées par des personnages et des éléments de la Bible, et les signes du zodiaque remplacés par six des apôtres : Mathieu, Simon, Judas, Mathias, Pierre ou encore André ; mais aussi l'archange Gabriel, Job, Raphaël, Joseph, et Marie-Madeleine. Les bordures sont ornées de nombreux angelots. Entièrement dédié au monde céleste, l'Atlas Cœlestis est le seul atlas du genre élaboré à l'époque de l'âge d'or de la cartographie hollandaise. Les cartes célestes de Cellarius sont à ce jour les plus remarquables. D'origine allemande ou polonaise, Cellarius fut mathématicien et recteur de l'école de latin à Hoorn, au nord d'Amsterdam. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Au verso, les bordures des marges ont été doublées. Koeman's Atlantes Neerlandici, HM23:1.

CHAMOT.

Plan de Paris divisée en 12 mairies subdivisée chacune en 4 parties.

Paris, Jean, An 10 - 1802. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 1,06 x 1,55 m.

Très rare plan monumental de Paris, de plus d'1,50 mètre de large, dressé sous l'Empire, en 1802. Il a été dessiné par Chamot et gravé par Bonnisel. Paris est divisée en 12 mairies et 48 sections. Ces sections, ou divisions territoriales et administratives, furent créées en juin 1790 par l'Assemblée Constituante, afin de mettre un terme à la tutelle de l'État sur la commune de Paris. Les 12 arrondissements municipaux furent quant à eux créés le 11 octobre 1795. Parmi les noms des rues et places, on remarque certains toponymes révolutionnaires : la rue Royale est nommée rue de la Concorde (ainsi nommée entre 1795 et 1814) ; la place de la Concorde porte les deux noms de place de la Concorde et de place Louis XV ; la place des Vosges est nommée place des Fédérés. Le quai d'Orsay est nommé quai Bonaparte. Il prit ce nom en 1802, et fut renommé quai d'Orsay en 1815. La partie ouest du quai de la Tournelle est appelée quai des Miramionnes. À l'emplacement de la Bastille, une note mentionne qu'elle fut détruite en 1789. Le plan est accompagné d'une liste des rues, quais, ponts, barrières, et des 12 mairies. Sur ce plan, les limites de Paris sont fixées par le Mur des Fermiers généraux, enceinte construite entre 1784 et 1790, dont l'objectif était de permettre la perception, aux points de passage, d'un impôt sur les marchandises entrant dans la ville. Les passages ménagés dans l'enceinte s'appelaient des barrières, qui sont toutes indiquées sur le plan. Le Mur fut détruit en 1860 lors de l'extension de Paris jusqu'à l'enceinte de Thiers. Une première édition de ce plan a été publiée en 1798. Vallée cite une troisième édition, publiée en 1812. Très rare. Bel exemplaire, contours des 12 mairies aquarellés à l'époque. Boutier, 367B ; Vallée (589) ne cite qu'une édition de 1812.

CHANDELLIER (N.P.I.).

[COMPIÈGNE] Compiègne.

Compiègne, Société Historique de Compiègne, 1886. 657 x 975 mm ; monté sur carton fort.

Très grand plan de la ville de Compiègne, reproduit en fac-simile et chromolithographié par Monrocq. Il s'agit d'un fac-simile d'un plan levé et dessiné par Chandellier en 1734, qui fut donné à la Ville de Compiègne en 1835 par Charles Antoine Poulletier de Gannes, Philippe Édouard Poulletier de Verneuil et Antoine Poulletier d'Autreval, ex-Maire de Compiègne (1839-1845). Ce fac-simile a été reproduit et publié en Décembre 1886 par et aux frais de la Société Historique de Compiègne, avec le concours du Conseil Municipal. Le plan de Chandellier est l'un des plans les plus célèbres du XVIIIe siècle. Il montre la ville entourée de ses remparts, construits aux IXe et XIIIe siècles, puis renforcés aux XVIe et XVIIe siècles. La ville elle-même est très détaillée. Les rues, places et portes sont nommées, ainsi que les bâtiments publics et religieux. Certaines habitations portent le nom de leur propriétaire : Mr Payen, Mr de Villers, Mr d'Orbaye, Mr Demoncourt, Mr Crin, Procureur, ou encore Mr Boitel, chanoine. Au nord de la ville figure un terrain appelé Jeu de battoir, équivalent du jeu de paume, au sud on peut voir un terrain pour le jeu d'arque, jeu de tir à l'arquebuse. Au nord de ce terrain figure l'Enclos des Carmélites, où il est précisé qu'il n'a pas été possible d'y pénétrer. Les marchés sont également nommés : marché à l'avoine, au bled, aux cochons, aux vaches, au foin, aux fromages, au charbon ou à la volaille. Le nord est placé au bas du plan. L'échelle est de 100 toises. Bon exemplaire. Déchirure dans la partie haute et deux déchirures au bas du plan restaurées, mouillure dans les marges droite et inférieure, empiétant légèrement sur le plan. Panthou, Société historique de Compiègne. Répertoire alphabétique des travaux et publications de la fondation à 1932 inclus, 1932, p. 65.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

Planisphère en quatre feuilles réunies de manière à ne point diviser le Grand Océan ou la Mer du Sud.

Paris, chez les auteurs, [1807]. En quatre feuilles jointes de 0,59 x 1,04 m.

Rare planisphère centré sur le Pacifique, gravé par Tardieu et publié par Chanlaire et Mentelle. La carte montre en pointillés les routes des trois grands explorateurs du Pacifique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à savoir le capitaine Cook et ses trois voyages, Bougainville et La Pérouse. Elle montre également les côtes non encore explorées de l'Australie ou Nouvelle Hollande, au nord-ouest et au sud-est. Rare. Contours aquarellés à l'époque. Quelques rousseurs, partie droite de la carte près de la marge, brunie, petites déchirures restaurées.

CHAPUY (Nicolas-Marie-Joseph).

[PALAIS-ROYAL] Vue générale du Palais Royal.

Paris, Lemiere, [circa 1840]. 445 x 450 mm.

Superbe et grande vue à vol d'oiseau du Palais Royal et de ses jardins, dessinée d'après nature par Chapuy et lithographiée en couleurs par Champin. Construit en 1632 par Richelieu, ministre de Louis XIII, le Palais-Cardinal devient la propriété des Orléans, branche cadette du royaume de France, en février 1692, quand Louis XIV l’offre à Monsieur, son frère. Il sera alors nommé Palais-Royal. En 1792, le duc d'Orléans fait du Palais-Royal un lieu d’exception, une ville dans la ville, protégée par des règles que seul le statut de son propriétaire peut permettre. Ainsi, la police n’a pas le droit d’y pénétrer. Les marchands de mode, cafés, boutiques d'estampes et gravures, libraires, etc., se partagent les 88boutiques, tandis que les arcades abritent une foule disparate de prostituées, joueurs ou flâneurs. En 1814, le palais et son jardin reviennent au futur roi Louis-Philippe. En 1829, il fait remplacer les galeries de bois par la galerie d’Orléans, en pierre. Le Palais-Royal devient la propriété des Orléans, branche cadette du royaume de France, en février 1692, quand Louis XIV l’offre à Monsieur, son frère. Le jardin du palais est alors ouvert sur la ville. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

CHARPENTIER (A.).

[LOZÈRE] Carte routière et hydrographique du département de la Lozère.

1878. En 48 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,17 x 1,04 m, sous chemise et étui portant le titre en lettres dorées sur le premier plat et au dos.

Rare carte murale figurant le réseau hydrographique et routier du département de la Lozère, dressée par le service vicinal sous l'administration de Frédéric Armand d'Etchégoyen et de Félix Granet, successivement préfets de la Lozère entre 1876 et 1879, et sous la direction de Charpentier, agent-voyer en chef. Elle montre les limites des départements, d'arrondissements, de cantons et des communes, les chemins de fer, tunnels, viaducs, routes nationales et départementales, les chemins, les voies forestières, les fleuves, canaux, les marais et tourbières, les bureaux de poste et télégraphes, les moulins à eau et à vent, les forges, usines, fonderies et autres manufactures, et les eauxc thermales et minérales. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

CHATELAIN (Henry Abraham).

Carte géographique de France, avec des remarques curieuses sur l'ancienne et la nouvelle géographie.

[Amsterdam, circa 1720]. 437 x 537 mm.

Belle carte de la France agrémentée de nombreuses notes historiques et géographiques, notamment sur les batailles qui se sont déroulées entre le Ve et le XVIIe siècle. En bas à gauche figure une carte des Gaules. Elle est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bon exemplaire, replié. Petit manque restauré au milieu de la carte, papier froissé par endroits.

CHÂTELAIN (Henry Abraham).

[MAROC] Singularitez curieuses des royaumes de Maroc et de Fez dans la Barbarie.

[Amsterdam, circa 1720]. 365 x 435 mm.

Belle estampe gravée dédiée au Maroc, illustrée d'une carte de la Barbarie et de six vignettes figurant des personnages d'Afrique du Nord, avec texte descriptif. Elle est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire.

CHÂTELAIN (Henry Abraham).

[PARAGUAY/CHILI/TERRE DE FEU] Carte du Paraguai, du Chili, du Détroit de Magellan &c.

[Amsterdam, circa 1720]. 402 x 515 mm.

Belle carte détaillée figurant le Paraguay, le Chili et la Terre de Feu, dérivée de Guillaume de l'Isle. Elle a été dressée d'après les descriptions des pères jésuites Alfonse d'Ovalle et Nicolas Techo, et sur les relations et mémoires de Brouwer, Narbouroug et de Beauchesne. Elle est enrichie de notes, comme au nord de l'Argentine où figure le "Pays des Pampas ainsi nommez des plaines qu'ils habitent". La carte montre en pointillés les routes des grands explorateurs : Vespucci en 1502, Magellan en 1520, Sarmiento en 1589, de La Roche en 1675 ou encore Halley en 1700. Dans l'Atlantique Sud, on peut voir le navire d'Amerigo Vespucci. La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire.

CHÂTELAIN (Henry Abraham).

[TARTARIE] Carte nouvelle de la Grande Tartarie ou de l'empire du Grand Cham.

[Amsterdam, circa 1720]. 402 x 508 mm.

Belle carte de la Tartarie ou Grande Tartarie, nom donné par les Européens jusqu'au XXe siècle à la partie de l'Asie centrale et septentrionale allant de la Mer Caspienne et de l'Oural à l'océan Pacifique. Elle couvre la Sibérie, le Kazakhstan, le Turkménistan, la Mongolie, la Mandchourie et le Tibet. L'empereur de la Tartarie était le Grand Cham, ou grand khan des Mongols, descendant de Gengis Khan. Les régions sont enrichies de notes sur les populations, la géographie et les productions. Dans la mer de Kara, en bordure de l'océan Arctique, on peut lire que "Cette mer est impratiquable à cause des glaces flotantes dont elle est couverte, des brouillars perpétuels qu'on y trouve en été & des écueils inconnus dont elle est remplie". En Sibérie, près de l'embouchure du fleuve Amour, on peut lire que "Les habitans de cette terre laissent croître leurs chevaux, sont vêtus de peaux velues, montent à cheval sans selle, tirent de l'arc, mangent de la chair cruë, & habitant sous des cabanes couvertes de peaux". Au Kazakhstan figurent les noms des hordes. La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire.

CHÂTELAIN (Henry Abraham).

[ÉGYPTE/NUBIE/ABISSYNIE] Carte de l'Égypte de la Nubie de l'Abissinie.

[Amsterdam, circa 1720]. 398 x 511 mm.

Belle carte détaillée figurant la partie nord-est de l'Afrique avec la péninsule arabique, dérivée de Guillaume de l'Isle. Elle s'étend à l'ouest jusqu'aux villes de Bône et Tabarka en Tunisie, et au sud jusqu'au Gabon et jusqu'à Mogadiscio en Somalie, orthographiée Mogadoxo. Elle est enrichie de nombreux commentaires sur les habitants, la géographie et les productions : ainsi au Niger, dans le royaume de Canum ou d'Alkanem, on trouve des "déserts et passages dangereux et pleins de voleurs" ; au royaume de Gabou "il vient du jaspe et des esclaves" ; au Soudan, dans le royaume de Gorhan, il se trouve des "montagnes où il y a dit on beaucoup d'émeraudes" ; au Nigeria, dans le royaume de Temian, "les habitans sont à ce qu'on dit antropophages", et dans le royaume de Medra, "quelques uns croyent que le Niger est un bras du Nil et l'appellent à cause de cela le Nil des Nègres". La péninsule arabique est divisée en trois Arabies : l'Arabie Pétrée (Jordanie), l'Arabie Déserte (Arabie Saoudite) et l'Arabie Heureuse (Yémen). La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Marges gauche et droite coupées au trait d'encadrement.

CHÂTELAIN (Henry Abraham).

Carte de la Barbarie, Nigritie et de la Guinée avec les pays voisins.

[Amsterdam, circa 1720]. 399 x 508 mm.

Belle carte détaillée figurant la partie nord-ouest de l'Afrique, dérivée de Guillaume de l'Isle. Elle s'étend au sud jusqu'au Gabon et l'île de São Tomé, appelée Isle du Prince, et à l'est jusqu'à la Lybie et le Tchad. Les nombreux royaumes de la région sont enrichis de notes sur leurs populations, leur géographie et leurs productions. Ainsi, dans le royaume de Bournou, situé à l'est du Tchad, figurent des "Déserts et passages dangereux et pleins de voleurs" et "de bonnes mines de fer", dans le royaume du Soudan, "des roches de Tegasa d'où l'on tire du sel dont se chargent les caravanes de Maroc et de Tombut", dans le royaume de Bito (entre le Nigeria et le Cameroun), "les habitans sont riches", et dans le royaume voisin de Temian, "les habitans sont à ce qu'on dit antropophages". Dans la ville de Zala, au royaume du Faisan, situé au sud du royaume de Tripoli, "il y a des foires et des marchez célèbres". La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire.

CHÂTELAIN (Henry Abraham).

Nouvelle carte de l'Amérique septentrionale dressée sur les plus nouvelles observations de Messieurs de l'Académie des Sciences et des meilleurs géographes avec des tables très instructives et curieuses de la division de tous les états et les différents souverains qui en sont possesseurs.

[Amsterdam, circa 1720]. 472 x 598 mm.

Belle carte de l'Amérique du Nord, dérivée de la carte de Guillaume de l'Isle. Elle s'étend au nord jusqu'au Groenland et au sud jusqu'à la Colombie et le Venezuela. La Californie y est correctement représentée comme une péninsule. Représentée comme une île jusqu'à la fin du XVIIe siècle, c'est Guillaume de l'Isle qui lui rendit sa forme correcte de péninsule. Presque toute la partie ouest des États-Unis a été laissée vide, tandis que le reste de la carte est très détaillé, avec notamment les noms des tribus indiennes. Une longue table donne la liste des possessions aux Antilles pour chaque pays, ainsi qu'un arbre généalogique de l'Amérique du Nord avec les peuples et les différents souverains qui se la partagent. Les routes des grands explorateurs sont représentées en pointillés : Hernán Cortés en 1534, Olivier van Noort en 1600, Juan Gaetan en 1542, Alvaro de Mendaña ou encore Francis Drake. La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire, replié. Légère fausse pliure verticale.

CHÉREAU (Jacques).

[VINCENNES] Veüe et perspective en général du château royal de Vincenes, du côté du parc à une lieüe de Paris.

Paris, Charpentier, [circa 1760]. 333 x 511 mm.

Belle vue générale du château de Vincennes, montrant au premier plan un cortège accueilli par une haie d'honneur de soldats. Avec table de 7 légendes. Très bel exemplaire à grandes marges.

CLÉROT (Victor).

[POSTES] Carte générale de toutes les routes de postes d'Europe.

Paris, Victor Clérot, 1855. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,97 x 1,37 m ; montée dans une reliure en demi-chagrin bleu nuit avec titre en lettres dorées sur le premier plat.

Rare carte murale figurant les routes des postes de l'Europe, dressée par des officiers d'État-Major. Elle s'étend à l'est jusqu'à la mer Caspienne et la mer d'Aral, et montre en pointillés les trajets maritimes entre villes, avec pour chaque trajet la distance en lieues. Rare édition publiée par Victor Clérot. Très bon exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs, frottements à la reliure.

COMPAGNIE GÉNÉRALE TRANSATLANTIQUE.

La Mer Caraïbe. Grandes et Petites Antilles. Côte Ferme. Compagnie Générale Transatlantique.

Paris, Imprimerie Transatlantique, [circa 1950]. Lithographie en couleurs de 298 x 445 mm.

Charmante petite carte des Antilles, réalisée pour la Compagnie Générale Transatlantique, compagnie maritime française fondée en 1855 et active jusqu'en 1975. Dessinée dans le style des cartes marines anciennes, elle est ornée d'un cartouche de titre, d'une rose des vents, de vaisseaux et de monstres marins, et enrichie de commentaires sur les explorations et découvertes aux Antilles. Cette carte publicitaire était probablement distribuée aux voyageurs à bord des paquebots de la compagnie. Elle se plie en deux, à la manière d'un livret, et porte sur sa première page une carte de l'Atlantique, décorée d'un cartouche de titre, d'une rose des vents et d'anges aux joues gonflées figurant les vents. La dernière page au verso, intitulée Notes de voyage, servait aux voyageurs pour y coucher leurs impressions. Bel exemplaire.

CONRAD (F.).

[VIETNAM/TONKIN] République Française. Union du Tonkin à France.

Paris, Agustoni u. Casteran, et Zurich, C. Lith. Coopérative, [circa 1884]. Chromolithographie en couleurs de 506 x 655 mm, montée sur toile.

Belle et rare affiche coloniale illustrant l'annexion du Tonkin par la France, après la Prise de Sontay. La Prise de Sontay est une bataille française qui se déroula du 14 au 16 décembre 1883 contre les troupes chinoises de l'armée du Kouang-Si au nord du Vietnam pendant la campagne du Tonkin (1883–1886). Sontay fut prise le 16 décembre 1883. L'estampe représente la rencontre entre les armées française et tonkinoise : à gauche, l'amiral Courbet, commandant en chef des forces navales d'Extrême-Orient, à droite, un général tonkinois. Courbet est accompagné du général Bouet et du général Millot, et de membres de son armée comprenant des officiers et des marins. Le général tonkinois est escorté d'officiers d'infanterie et d'aides de camps. Au premier plan, à gauche et à droite, figurent un officier de zouave, porte-drapeau, et un porte-drapeau tonkinois. À l'arrière-plan, on aperçoit le fort de Sontay et des navires de la flotte française sur le Fleuve Rouge. Après que la Cochinchine ait été proclamée colonie française en 1862, ce fut au tour du Tonkin, dont la capitale était Hanoï, de devenir un protectorat français en 1884. À ces deux colonies s'ajouteront, en 1887, les protectorats du Cambodge et de l’Annam. La création de l'Indochine confirma la domination française sur cette vaste région. Le protectorat du Laos sera ajouté à partir de 1891. Bon exemplaire. Très légères traces de pliures.

COOK (James).

[KIRIBATI] Isle de Noël.

[1782]. 172 x 221 mm.

Carte de l'île Christmas ou Kiritimati, dans l'archipel des Kiribati. Elle a été dressée lors du troisième voyage de Cook, qui se déroula à bord du navire la Résolution entre 1776 et 1780. Cook visita l'île le 24 décembre 1777, et la nomma ainsi à cette occasion. Son troisième voyage l'emmena également en divers endroits du Pacifique : Nouvelle-Zélande, Tahiti, l'archipel des Iles Hawaï, l'Alaska, et le détroit de Bering. Bloqué par la banquise, il retourna aux îles Sandwich (Hawaï) où il fut attaqué et massacré par des indigènes. Bel exemplaire.

CORBUTT (Richard Purcell, dit Charles).

[BOSTON/GUERRE d'INDÉPENDANCE] Dédié aux Milords de l'Amirauté anglaise par un membre du Congrès américain.

Philadelphie, Va de Bon Cœur, 1778. 205 x 259 mm.

Rare estampe satirique illustrant la Guerre d'Indépendance américaine, dessinée d'après nature en 1778 à Boston par Charles Corbutt, graveur irlandais, et gravée à Philadelphie par Va de Bon Cœur. L'Angleterre est représentée par un amiral britannique, mi-homme mi-vautour, attaché à un arbre. À ses pieds, un Américain coiffé de plumes, représentant le Congrès américain, lui coupe les serres. Un autre personnage représentant un Espagnol tient une de ses ailes, tandis qu'un Français la lui coupe pour empêcher son envol. Un autre Français sur la gauche, s'empare de rouleaux de tabac, près de lui un Anglais, désespéré, casse des pipes dont il n'a plus l'usage. Sur la droite, un Hollandais arrache les plumes de l'autre aile pour en faire commerce, tandis que son associé les emballe. Chacun des personnages est numéroté et repris dans la légende sous l'estampe. La ville en arrière-plan, où aucun habitant n'est visible, n'a pas été identifiée, mais il s'agit vraisemblablement de Boston, qui fut abandonnée par ses habitants au moment où l'estampe a été dessinée. Il existe deux autres versions de cette estampe, l'une avec l'image inversée, et l'autre où la barque sur la droite est davantage représentée. Bon exemplaire. Salissures dans les marges. Dolmetsch, Rebellion and reconciliation, Satirical prints on the Revolution at Williamsburg, p. 108 ; Creswell, The American Revolution in drawings and prints, A Checklist of 1765-1790 Graphics in the Library of Congress, 727, p. 305.

CORONELLI (Vincenzo).

[IRLANDE] Parte settentrionale dell'Irlanda - Irlanda parte meridionale.

Venise, [1697]. En deux feuilles jointes formant une carte de 889 x 612 mm.

Grande et belle carte de l'Irlande, issue de l'Atlante Veneto. Elle est dédiée au cardinal vénitien Giovanni Alberto Badoer, qui fut Patriarche de Venise et évêque de Brescia. Elle est ornée de deux beaux cartouches de titre décorés d'attributs et des armoiries de l'Irlande pour l'un, et de celles du dédicataire pour l'autre. La mer d'Irlande est décorée d'un vaisseau et d'un monstre marin. Texte italien au verso. Fameux cartographe italien de la seconde moitié du XVIIe siècle, membre de l'ordre des Franciscains, Vincenzo Coronelli publia plus de 400 cartes géographiques, mises à jour grâce aux renseignements qu’il collectait auprès des navigateurs et des missionnaires. Il fabriqua également des globes terrestres et célestes qui firent sa renommée. En 1684, il fonda la première société européenne de géographie, l'Académie des Argonautes, et reçut en 1685 le titre très honorifique de Cosmographe de la République de Venise. Bel exemplaire aquarellé. Law, 38 (ii).

COUTANS (Guillaume) & PICQUET (Charles).

Atlas topographique en XVI feuilles des environs de Paris, [...] Par Dom G. Coutans, ex-bénédictin ; Revu, corrigé & considérablement augmenté, d'après nombre de cartes précieuses & plans particuliers, tant gravés que manuscrits. Par Charles Picquet, géographe-graveur ; Dédié & présenté au Ier Consul Bonaparte.

Paris, Picquet et Deterville, 1800. En 17 feuilles coupées en sections et montées sur toile, avec onglets de vélin renseignés du titre et du numéro de la feuille, étiquette de l'éditeur au dos de chaque carte ; sous deux emboîtages en demi-maroquin rouge de l'époque.

Suite complète de 17 cartes gravées dont une carte d'assemblage portant le titre, toutes très finement aquarellées à l'époque. Très détaillées, elles couvrent les régions de Gisors, Beaumont, Senlis, La Ferté Milon, Mantes, Pontoise, Meaux, Château-Thierry, Dreux, Versailles, Brie sur Yerres, Coulommiers, Chartres, Étampes, Melun et Provins. Les échelles sont indiquées en mètres. Édité une première fois en 1775 par Dom Guillaume Coutans, géographe et bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur, l'Atlas topographique des environs de Paris fut révisé par Charles Picquet en 1800. Géographe, graveur, éditeur et marchand de cartes, actif jusqu'en 1856, Charles Picquet, devint, dès 1798, le fournisseur attitré du Dépôt de la Guerre. Vers 1806 il est nommé au Cabinet topographique de Napoléon, et en 1816 il obtient le brevet de géographe ordinaire du cabinet topographique de Louis XVIII. Rare exemplaire avec les cartes finement aquarellées à l'époque. Très bonne condition, rousseurs légères pour quelques cartes, plus prononcées pour l'une d'elles. Défauts d'usage aux étuis, il manque le fond du premier. Shirley, Maps in the atlases of the British Library, II, T.COUT-1b) ; Monglond, V, 1 à 3. — Quérard, II, 325.

COVENS (Jean) & MORTIER (Pierre).

[NORMANDIE/LA TRAPPE] La nouvelle Thébaïde, ou la carte très particulière et exacte de l'abbaye de la Maison Dieu Nostre Dame de La Trappe de l'Estroite Observance de Citeaux située dans la province du Perche, diocesse de Sées.

Amsterdam, J. Covens et C. Mortier, [circa 1725]. 461 x 423 mm.

Belle carte figurant l'abbaye bénédictine de La Trappe et ses environs, située dans le Perche, dressée sur les lieux par L. de La Salle. Elle est ornée de deux vignettes figurant Armand Jean Le Bouthillier de Rancé, de l'ordre cistercien de la Stricte Observance, et de Bernard de Clairvaux ou Saint-Bernard, de l'ordre cistercien. La carte montre les villages de Bonmoulins, Bonnefoi, Soligny, Les Genettes, etc, ainsi que les bois, les chapelles, les étangs, et parties de la forêt de Bonmoulins et de la forêt du Perche. Exemplaire de choix brillamment aquarellé à l'époque. Koeman's Atlantes Neerlandici, II, C & M 15.

CREPY (Etienne-Louis).

[JEU de l'OIE] Les Travaux de Mars, ou Nouveau Jeu de la Guerre, dédié à la jeune noblesse de France.

Paris, Crépy, 1767. 428 x 541 mm.

Rare jeu de l'oie à thème militaire, composé de 66 cases contenant des termes techniques et des opérations militaires, et pour certaines des illustrations. Le jeu peut se jouer de deux méthodes, l'une respectant les règles du jeu de l'oie, l'autre étant plus libre. Les règles du jeu sont décorées d'attributs militaires et d'une vignette montrant Louis XV, fondateur de l'École Royale Militaire en 1751. Exemplaire monté sur carton fin. Grand-Carteret, Vieux papiers Vieilles images, p. 265 ; Poirier, Iconographie des jeux de l'oie (1638-1950), p. 221.

CREPY (Etienne-Louis).

Nouveau plan de Paris et ses nouvelles limites comme aussi les vuës des maisons roiales châteaux et autres édifices tant dedans la ville qu'aux environs.

Paris, les frères Crépy, 1754. En 4 feuilles jointes formant un plan de 1,02x 1,46 m.

Superbe et très rare plan monumental de Paris en 1754, parmi les plus décoratifs du XVIIIe siècle. Très rare édition datée de 1754, inconnue de Boutier. Il est orné d'un beau cartouche de titre montrant une femme allaitant deux enfants, et décoré d'une figure allégorique symbolisant la Seine, et d'une vue de l'Hôtel de Ville. Le cartouche est orné en tête des armoiries de la ville de Paris, figurant un vaisseau, symbole de la corporation des marchands de l'eau qui donna naissance à la municipalité de Paris. Aux quatre coins du plan figurent quatre plans montrant l'évolution de Paris entre l'an 508 et 1589, accompagnés d'une description historique et d'une table de légendes. Le premier figure Paris en l'an 508, alors que Clovis, roi des Francs, a repris la ville aux Romains, et décide d'en faire la capitale du royaume des Francs. Lutèce prendra alors le nom de Paris, du nom de la tribu gauloise des Parisii qui occupait la région. L'Île de la Cité est encerclée d'une enceinte gallo-romaine, tout comme les quartiers de la Grève, de la Verrerie et de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. On y voit les deux ponts reliant l'Île de la Cité aux rives de la Seine : le Petit-Pont, probablement le premier pont construit à Lutèce, et le Grand Pont, futur Pont Notre-Dame. Le second montre Paris sous Philippe II Auguste, qui régna entre 1180 et 1223. C'est sous le règne de Philippe Auguste que débutèrent véritablement les projets d'agrandissement de Paris, notamment en intégrant les petits bourgs qui environnaient la ville. Afin de protéger la ville d'éventuelles attaques, Philippe Auguste entreprit alors de faire construire une enceinte autour de la ville avec ces nouveaux bourgs. L'enceinte de Philippe Auguste est aujourd'hui la plus ancienne dont on connaisse le tracé avec précision. Le troisième montre Paris entre 1307 et 1383, sous les règnes de Charles V et Charles VI. Le plan montre l'agrandissement de la ville et la nouvelle enceinte construite sous le règne de Charles V par le prévôt Hugues Aubriot entre 1367 et 1383. C'est au cours de ces travaux de fortification que fut bâtie la Bastille en 1371. L'agrandissement de la ville imposa la construction de deux nouveaux ponts : le pont Saint-Michel en 1384 et le pont Notre-Dame en 1414. Le quatrième enfin, montre Paris entre 1422 et 1589, sous les règnes de Henri III et de Louis XIII, avec les nouvelles constructions et embellissements : reconstruction du Louvre par François Ier en 1530, destruction des hôtels des Ursins, de Bourgogne, d'Artois, de Fécamp et de Flandres pour laisser la place à de nouvelles rues, création du quai de la Tournelle en 1554, construction du château des Tuileries en 1564 sous l'impulsion de Catherine de Médicis, commencement des travaux de construction du Pont-Neuf en 1578, etc. Tout autour du plan sont disposées 29 vignettes montrant des monuments de Paris et ses environs (Versailles, Meudon, Vincennes, Saint-Cloud, Saint-Germain-en-Laye) et deux panoramas de Paris avec la Seine. Le plan de Crépy illustre les nouvelles limites de Paris établies par les déclarations royales des 18 juillet 1724, 29 janvier 1726 et 23mars 1728, ainsi que les projets d'embellissement initiés par Louis XV. La place de la Concorde, qui n'est encore qu'une simple esplanade non aménagée, est appelée place du Pont Tournant, en référence à un pont tournant piétonnier qui reliait le jardin des Tuileries à la place. La place Vendôme est appelée place des Conquêtes, tandis que le quai de Billy, aujourd'hui avenue de New York, est nommé quai de la Savonnerie. Très rare édition à la date de 1754, inconnue de Boutier qui ne donne que les éditions de 1739, 1741, 1750, 1766, 1774, 1782 et 1785. L'édition de notre exemplaire se situe donc entre la troisième et la quatrième édition. Nous n'avons par ailleurs localisé aucun exemplaire de cette édition dans les collections publiques. La Bibliothèque Historique de la Ville de Paris possède cinq des éditions citées par Boutier. Très bonne condition générale, malgré de petits défauts inhérents aux plans d'un tel format. On constate d'infimes manques au niveau des cartouches de texte accompagnant les 4 petits plans aux coins, quelques petits décalages et manques à la jointure des 4 feuilles, ainsi que quelques petites taches d'encre dans la partie haute, essentiellement dans la marge, et quelques rousseurs au niveau du cartouche de titre. Quelques anciennes pliures ont été remises à plat et renforcées au dos. Boutier, 221 (édition omise) ; manque à Vallée et à Bonnardot.

CUBA.

Vue d'une plantation.

Vers 1850. Dessin original au crayon, sur papier (72 x 45 cm).

Très belle représentation d'une plantation probablement située à Cuba. Disposée à flanc de montagnes, on trouve ainsi représenté de nombreux bâtiments tels que des hangars, des écuries, ou encore des habitations. Certains personnages apparaissent également, notamment des hommes travaillant aux champs. Très beau document, peu commun sur le sujet. Habiles restaurations au dos.

CUBA. — NEHLING (Victor).

Scène de rue animée.

Vers 1860. Dessin original monogrammé V. N.(22,5 x 48 cm), contrecollé sur une feuille de papier.

Très beau dessin au crayon sur papier chamois, avec des rehauts de blanc, montrant une scène de rue animée, avec au premier plan des hommes à cheval tirant diverses carrioles. Né à Paris en 1830, Victor Nehlig étudia la peinture avec Léon Cogniet et Abel de Pujol (lui même élève de David). En 1850, il émigra aux États-Unis où il travailla jusqu'en 1872 et effectua un bref séjour à Cuba, notamment à La Havane. Bel état de conservation.

CÔTE D'IVOIRE.

Vue du cap Lahou.

Vers 1840. Aquarelle originale sur papier montée sur carton (41 x 28 cm).

Très belle aquarelle légendée : Vue du cap La Ho aux cote d'Afrique et de la goêlette la Gazelle et un brick en traite de la poudre d'or et du morfil. Cap Lahou fut le premier port négrier en Côte d'Ivoire où quelques 50 000 esclaves furent envoyés vers les plantations des Amériques et des Antilles. On y pratiquait également le commerce de la poudre d'or et du morfil ou ivoire d'éléphant. Bon état de conservation.

d'ORLEANS (François).

[GUERRE DE SÉCESSION/VIRGINIE] Bataille de Gaine's Mill. Virginie (27 juin 1862).

[1862]. 366 x 740 mm.

Très rare lithographie en deux tons figurant la bataille de Gaine's Mill qui se déroula en Virginie le 27 juin 1862, lors de la Guerre de Sécession. Cette vue a été dessinée sur les lieux par François d'Orléans, prince de Joinville et fils de Louis-Philippe, et lithographiée par Lemercier. L'estampe est signée et datée en bas à droite. Contraint à l'exil depuis la Révolution de 1848, le prince de Joinville participa aux côtés de ses neveux le comte de Paris et le duc de Chartres à la Guerre de Sécession sous le drapeau nordiste, et exécuta de nombreuses aquarelles au cours de la guerre. Sur cette estampe figurent au premier plan le général Porter, le comte de Paris, le colonel Radowitz, le lieutenant Monteith, le duc de Chartres, le général Morell et le général Meade. La bataille de Gaine's Mill se déroula sur une journée, et vit la victoire du général Lee et ses troupes sudistes. Bon exemplaire à grandes marges. Petites rousseurs marginales.

DAMMY (H. Robert) & GAZETTE du BON TON.

Ah ! Le Bel Oiseau ! - Robe d'intérieur de Doucet.

Octobre 1913. 203 x 134 mm.

Belle planche gravée et finement coloriée au pochoir, présentant une robe de Jacques Doucet en charmeuse plissée, avec une large ceinture de satin souple. Le col, les manches et le bas de la jupe sont bordés de skunks. La Gazette du Bon Ton est la plus belle et la plus rare des revues de modes Arts Déco, illustrée par les artistes les plus célèbres de l'époque : Barbier, Lepape, Brunelleschi, Marty, Benito, Dufy, Jacovleff, etc. Bel exemplaire.

DAUMONT (Jean-François).

[CRACOVIE] Cracovie, sur la Vistule, ville dans la haute Pologne, capitale du royaume.

Paris, Daumont, [circa 1760]. 347 x 515 mm.

Très rare et superbe vue cavalière de Cracovie en Pologne, finement aquarellée à l'époque, ornée d'un titre inscrit sur une bannière flottante, et accompagnée de 46 légendes numérotées renvoyant aux principaux lieux et monuments de la ville. La vue est prise depuis le confluent de la Rudawa et de la Vistule. Une autre édition au même format que Daumont a été publiée par Chéreau, également vers 1760. Bon exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petites déchirures et manques dans les marges restaurés. Niewodniczanski, II, K104/9 (édition de Chéreau).

DAUMONT (Jean-François).

Constantinople ville de Romanie et capitale de l'empire des Turcs.

Paris, Daumont, circa 1760. Gravure originale (34,3 x 51,1 cm).

Très rare et superbe panorama de Constantinople, actuelle Istanbul, finement aquarellé à l'époque. Il est orné d'un titre inscrit sur une bannière flottante, et est accompagné de 19 légendes numérotées renvoyant aux principaux bâtiments de la ville. La vue, animée au premier plan de personnages, est prise depuis les hauteurs du faubourg de Galata, situé de l'autre côté de la Corne d'Or, estuaire d'Istanbul se jetant dans le Bosphore. Cette vue fut exécutée d'après une gravure de Pierre Aveline, de format plus petit et légèrement différente, et publiée en 1692. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Marges courtes.

DELAGRIVE (Jean, abbé).

Neuvième plan de Paris ses accroissemens sous le règne de Louis XV. L'Étendüe de la ville et des faubourgs avec les bornes et limites qui y ont été posées en conséquence des déclarations du Roy des 18 juillet 1724 ; 29 janvier 1726 ; 23 mars et 28 sept.e 1728 et sous les ordres de MM. les commissaires nommés par lettres patentes des 12 août 1724, et 29 mars 1728.

Paris, 1735. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 640 x 876 mm, sous chemise et étui de papier marbré vert, étiquette illustrée de l'éditeur Charles Picquet au dos du plan et sur l'étui.

Grand et beau plan de Paris dressé et publié par l'abbé Delagrive en 1735, et le dernier de la série des 9 plans de Paris dressés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare entre 1722 et 1738. Il est orné d'un titre inscrit sur une draperie tenue par un ange et une femme ailée. En bas à gauche figure un cartouche contenant la description du plan, avec les accroissements de la ville et ses embellissements. Parmi ces embellissements figurent le nouveau quartier de Gaillon, la paroisse du Roule érigée en faubourg de la ville, 27 rues nouvellement ouvertes, 10 nouvelles églises paroissiales, les bâtiments de l'Hôtel-Dieu considérablement augmentés, la reconstruction du Petit Pont, la démolition et suppression de la porte Saint-Honoré, deux nouveaux châteaux d'eau dont celui de la Samartitaine rebâti et un nouveau au Palais Royal, deux nouveaux marchés, ou encore l'Hôtel des Mousquetaires rebâti. Ces embellissements concernent également deux ponts aujourd'hui disparus : le pont des Cygnes, qui reliait le quartier du Gros Caillou à l'île des Cygnes ; l'île des Cygnes fut réunie au Champ de Mars à la fin du XVIIIe ; l'autre nouveau pont sur ce plan est le pont Rouge, qui reliait les îles de la Cité et de Saint-Louis, et qui sera remplacé par le pont de la Cité entre 1804 et 1811, puis par l'actuel Pont Saint-Louis. L'île Saint-Louis est également appelée île Notre Dame. Le cartouche contenant la description du plan est orné de la déesse Minerve tenant un bouclier portant les armoiries de la ville de Paris. On voit Minerve entourée d'amours dessinateurs, et Mercure lui rendre visite. En haut à gauche, en carton, figurent les limites de La Chapelle et de La Villette. Graveur-topographe né à Sedan en 1689, Jean Delagrive, prêtre lazariste, professa la philosophie au collège de sa congrégation à Cracovie. De retour à Paris, il se voua exclusivement à la gravure topographique et aux techniques d'arpentage et de triangulation. Ses plans de Paris, de Versailles et des environs de Paris lui valurent les fonctions de géographe de la ville de Paris. En 1733, il participa à la mesure de la perpendiculaire à la méridienne de l'Observatoire. Bel exemplaire. Boutier, 211 ; Vallée, 847.

DELAMARCHE (Charles François).

La France divisée par provinces et en ses trente deux gouvernemens militaires.

Paris, F.x Delamarche, [circa 1820]. 543 x 685 mm.

Grande et belle carte peu commune de la France divisée par provinces, dressée par le géographe Charles François Delamarche, et publiée par son fils, Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères. Elle est accompagnée d'une table donnant la liste des 32 gouvernements, avec leur capitale. La Corse est représentée séparément en bas à droite. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs dans les marges.

DELAMARCHE (Charles François).

Les Couronnes du Nord, le Danemarck, la Norwège, l'Islande, et la Suède.

Paris, F.x Delamarche et Ch.les Dien, [irca 1820]. En deux feuilles pouvant être jointes poure former une carte de 906 x 619 mm.

Belle et très grande carte peu commune de la Scandinavie en deux feuilles, dressée par le géographe Charles François Delamarche, successeur de Robert de Vaugondy, et publiée par son fils, Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères, et par Charles Dien. L'Islande est représentée séparément en haut à gauche (170 x 190 mm). Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs dans les marges.

DELAMARCHE (Charles François).

Tableau analytique des différentes positions de la sphère, des différens systèmes, des révolutions et des distances des planètes, &c.

Paris, chez l'auteur, 1824. 499 x 627 mm.

Belle estampe de cosmographie, présentant un globe terrestre, un globe céleste, deux sphères armillaires, deux sphères illustrant les théories de l'Univers de Copernic et de Tycho Brahé, et diverses représentations des planètes. Elle a été dressée par le géographe Charles François Delamarche, successeur de Robert de Vaugondy, et publiée par son fils Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères. Rousseurs dans les marges.

DELAMARCHE (Félix).

Carte générale de l'Afrique divisée en ses principaux états.

Paris, chez l'auteur, 1827. 503 x 627 mm + tableau de 412 x 542 mm.

Belle et grande carte peu commune de l'Afrique, dressée par Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères et fils du géographe Charles François Delamarche, successeur de Robert de Vaugondy. Elle est accompagnée d'une colonne de texte donnant une description géographique du continent, avec ses mers, isthmes, golfes, détroits, caps, îles, montagnes, lacs, fleuves, etc. Au milieu du continent, à l'emplacement du Congo et de la Zambie, figure la mention Contrée tout-à-fait inconnue. Le Sahara est appelé Zahara ou Grand Désert. On joint à la carte le rare feuillet double qui l'accompagnait à sa publication, et qui est intitulé "Tableau géographique et élémentaire de l'Afrique". Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs dans les marges.

DELAMARCHE (Félix).

Carte générale de l'Amérique divisée en ses principaux états.

Paris, chez l'auteur, 1825. 548 x 600 mm + tableau de 420 x 545 mm.

Belle et grande carte peu commune de l'Amérique, dressée par Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères et fils du géographe Charles François Delamarche. Elle est accompagnée d'une colonne de texte donnant une description géographique du continent, avec ses golfes, détroits, îles, montagnes, lacs, fleuves, etc. Le Pacifique est appelé Grand Océan Équinoxial ou Océan Pacifique, le Pacifique nord, Grand Océan Boréal, et le Pacifique sud, Grand Océan Austral. Les explorations près de l'Arctique sont mentionnées : Mackenzie en 1789, Hearne en 1771, ainsi que la première expédition du capitaine Parry dans l'Arctique en 1819 et 1820. On joint à la carte le rare feuillet double qui l'accompagnait à sa publication, et qui est intitulé "Tableau géographique et élémentaire de l'Amérique". Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs dans les marges pour la carte.

DELAMARCHE (Félix).

Carte générale de l'Asie divisée en ses principaux états.

Paris, chez l'auteur, 1825. 500 x 641 mm + tableau de 409 x 537 mm.

Belle et grande carte peu commune de l'Asie, avec l'Asie du Sud-est et une partie des côtes septentrionales de l'Australie. Elle a été dressée par Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères et fils du géographe Charles François Delamarche, successeur de Robert de Vaugondy. Elle est accompagnée d'une colonne de texte donnant une description géographique du continent, avec ses golfes, détroits, îles, montagnes, lacs, fleuves, etc. On joint à la carte le rare feuillet double qui l'accompagnait à sa publication, et qui est intitulé "Tableau géographique et élémentaire de l'Asie". Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Rousseurs dans les marges pour la carte.

DELAMARCHE (Félix).

Carte générale de l'Europe divisée en ses différens états.

Paris, chez l'auteur, 1828. 507 x 632 mm + tableau de 395 x 543 mm.

Belle et grande carte peu commune de l'Europe, dressée par Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères et fils du géographe Charles François Delamarche, successeur de Robert de Vaugondy. Elle est accompagnée d'une colonne de texte donnant une description géographique du continent, avec ses golfes, détroits, îles, montagnes, lacs, fleuves, etc. On joint à la carte le rare feuillet double qui l'accompagnait à sa publication, et qui est intitulé "Tableau géographique et élémentaire de l'Europe". Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs dans les marges pour la carte.

DELAMARCHE (Félix).

Carte générale du royaume de France divisée en 86 départemens.

Paris, chez l'auteur, 1827. 523 x 702 mm.

Belle et grande carte peu commune de la France divisée en 86 départements, avec indication des routes. Elle est accompagnée d'une table donnant pour chaque département le chef-lieu, l'archevêché, les diocèses, les évêchés et la population. La Corse est représentée séparément en bas à droite. Les départements français furent créés peu après le début de la Révolution française, par décret du 22 décembre 1789 pris par l'Assemblée constituante, afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, trois autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1793 : le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792 ; le troisième département fut créé en 1793, lorsque le département du Rhône-et-Loire fut scindé en deux. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. À la chute de l'Empire, en 1815, la France revint au nombre initial de 86 départements. La carte a été dressée par Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères et fils du géographe Charles François Delamarche. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites rousseurs dans les marges.

DELAMARCHE (Félix).

Mappe-monde ou carte générale du globe terrestre dressée d'après les relations les plus récentes, avec la division océanique et l'indication des trois voyages de Cook.

Paris, chez l'auteur, 1827. 391 x 746 mm.

Très rare édition de cette belle et grande mappemonde à deux hémisphères, dressée par Félix Delamarche, ingénieur-mécanicien pour les globes et sphères et fils du géographe Charles François Delamarche, successeur de Robert de Vaugondy. La carte montre les routes des trois voyages du capitaine Cook effectués entre 1768 et 1780. À Hawaii figure la mention "I. Owhyhée où périt le Cap. Cook le 25 février 1779". Les limites du Pacifique, à savoir la division océanique, sont aquarellées en bleu. Le Pacifique est appelé Grand Océan, le Pacifique nord, Grand Océan Boréal, et le Pacifique sud, Grand Océan Austral. Les explorations près de l'Arctique sont mentionnées : Mackenzie en 1789, Hearne en 1771, ainsi que la première expédition du capitaine Parry dans l'Arctique en 1819 et 1820. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Très petites rousseurs dans les marges.

DELESSE (Achille).

[HYDROLOGIE] Carte hydrologique de la ville de Paris.

Paris, F. Savy, 1858. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 0,96 x 1,33 m ; sous étui en percaline noire de l'époque avec titre en lettres dorées au dos.

Très rare plan monumental de Paris, dressé par Achille Delesse, ingénieur des Mines du département de la Seine, dessiné par Babinski, et chromolithographié par Lemercier sous la direction d'Avril frères. Le plan a été exécuté dans le cadre des Grands Travaux de Paris, à la demande du baron Haussmann, préfet de la Seine. Ce plan fait connaître le relief du sol, mais aussi le mode d'écoulement des eaux qui tombent à sa surface. Paris était traversée par 4 nappes d'eau superficielles : la Seine, le canal Saint-Martin, la Bièvre et le ruisseau de Ménilmontant. Un système de couleurs permet d'identifier les terrains et les nappes d'eau : gypse, calcaire, argile, nappes superficielles, souterraines, d'infiltration, etc. Au bas de la carte figurent quatre coupes géologiques. Sous le titre, orné des armoiries de Paris, figure une description de la carte. Reçu à Polytechnique en 1837, Achille Delesse choisit le Service des Mines et achève sa formation de géologue à l'École des Mines sous les ordres d'Élie de Beaumont et de Dufrénoy, auteurs de la toute première carte géologique de la France en 1841, et à l'origine du développement de cette science en France. Il a également réalisé en 1858 une Carte géologique souterraine de la ville de Paris et en 1865, une Carte géologique du département de la Seine. Bel exemplaire. Défauts à l'étui. Vallée, 880.

DENECOURT (Claude-François).

[FONTAINEBLEAU] Fontainebleau.

Fontainebleau, Denecourt, Paris, Andriveau-Goujon, 1845. 315 x 344 mm, sur papier fort.

Très beau plan de la ville et du château de Fontainebleau, dressé et dessiné par F. Hardy, géomètre et employé des forêts de la commune de Fontainebleau, gravé par Schwaerzlé et publié par Claude-François Denecourt en 1845. Il est orné de quatre vues du château montrant la Cour des Adieux, où eut lieu la cérémonie du départ de Napoléon pour l'île d'Elbe en 1814, les jardins, l'étang et la Cour de la Fontaine, ainsi que la Cour du Donjon. Le plan indique la Caserne d'Infanterie, le Grand Quartier de Cavalerie, les magasins à fourrages, la sous-préfecture, le couvent, l'hospice, ainsi que les sept hôtels de la ville (Hôtel du Cadran Bleu, Hôtel de l'Aigle Noir, Hôtel de la Sirène, Hôtel de la Poste aux Chevaux, etc). Le plan est accompagné d'une notice historique, d'une légende numérotée pour la ville, le château et ses dépendances, et d'une liste des "Curiosités à voir au château de Fontainebleau", ornée d'un blason décoratif pour la forêt de Fontainebleau, montrant deux F entrelacés, deux dragons et une tête de sanglier. Le nord est indiqué par une rose des vents. Ancien militaire, Claude-François Denecourt contribua grandement à faire connaître la forêt de Fontainebleau, dont il écrivit les premiers guides touristiques. Considéré comme le bienfaiteur de la forêt, il traça les sentiers, marqua les itinéraires des promeneurs et créa même des grottes artificielles, des tunnels et des passages souterrains. Le "sylvain de Fontainebleau", comme le nommait Théophile Gautier, consacra quarante années de sa vie et une bonne partie de ses revenus à l’entretien de cette forêt. Bel exemplaire aquarellé.

DENECOURT (Claude-François).

[FORÊT de FONTAINEBLEAU] Carte topographique de la forêt & des environs de Fontainebleau.

Fontainebleau ,chez l'auteur, Paris, Andriveau-Goujon, 1844. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 500 x 655 mm, étiquette au dos portant le titre ; sous chemise et étui de papier marbré vert.

Belle et très rare carte de la forêt de Fontainebleau, dressée par Claude-François Denecourt, revue et dessinée par F. Hardy, géomètre et employé des forêts de la commune de Fontainebleau, gravée par F. Decorbie et publiée chez l'auteur à Fontainebleau en 1844, et chez Andriveau-Goujon à Paris. Elle est accompagnée d'une longue notice historique sur la forêt et le château de Fontainebleau, d'une liste de 72 sites et curiosités (36 noms écrits en toutes lettres sur la carte, et 36 noms représentés par des chiffres), et d'une table des couleurs utilisées : en vert, les limites de la forêt, en jaune, les limites des cantons les plus pittoresques, en orangé, les limites des futaies dont l'âge dépasse 4 siècles. Les chiffres indiquant l'emplacement des curiosités sont aquarellés en rouge. Les camps de Chailly et d'Arbonne sont signalés. Il s'agit de deux camps où se déroulèrent de grandes manœuvres militaires en 1839 et 1840. Ces camps de manœuvres militaires attiraient la bonne société parisienne et favorisaient la notoriété de la forêt de Fontainebleau comme espace de promenade. Comme l'indique une note, c'est dans le camp d'Arbonne que fut installé le quartier général du duc de Nemours en 1839. Le nord est placé à gauche de la carte. Ancien militaire, Claude-François Denecourt contribua grandement à faire connaître la forêt de Fontainebleau, dont il écrivit les premiers guides touristiques. Considéré comme le bienfaiteur de la forêt, il traça les sentiers, marqua les itinéraires des promeneurs et créa même des grottes artificielles, des tunnels et des passages souterrains. Le "sylvain de Fontainebleau", comme le nommait Théophile Gautier, consacra quarante années de sa vie et une bonne partie de ses revenus à l’entretien de cette forêt. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Quelques taches sur la toile, défauts à l'étui. Bibliographie de la France, ou Journal général de l'imprimerie et de la librairie, Mars 1844, p. 164.

DESBOIS (Martial).

[TROYES] Plan de la ville, fauxbourgs et dépendances de Troyes capitalle de Champagne.

1747. 542 x 624 mm.

Rare et beau plan de la ville de Troyes en Champagne, gravé par Martial Desbois. Il est décoré de quatre cartouches, dont un cartouche contenant le titre, orné des armoiries du royaume de France, de la Champagne et de la ville de Troyes, un cartouche sur un piédestal contenant les noms des principaux édifices, la liste des places publiques ou commerces, des marchés (poulaillerie, marché des souliers, poissonnerie, courterie aux chevaux, friperie, écorcherie, etc) et des moulins (Jaillac, Meldançon, etc), un cartouche contenant les noms des églises à l'intérieur de la ville, et un cartouche contenant une description de la ville. Le plan montre la ville et ses remparts, ainsi que les faubourgs hors de la ville. Ce plan de Troyes est très similaire au plan dressé par Parizot en 1697, également gravé par Martial Desbois. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Marge supérieure coupée au trait d'encadrement. Vallet de Viriville, Les Archives historiques du département de l'Aube et de l'ancien diocèse de Troyes, capitale de la Champagne ; depuis le VIIe siècle jusqu'à 1790, 1841, p. 73, 369.

DESBUISSONS (Edouard) & ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

[CANAL de SUEZ] Carte de la Basse Égypte et du canal maritime de Suez, dressée par Desbuissons.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1880. 505 x 629 mm.

Belle carte figurant l'Égypte depuis Alexandrie jusqu'à la plaine de Péluse et la ville de Port-Saïd, et au sud jusqu'à Gizeh, issue de l'Atlas universel publié par Eugène Andriveau-Goujon. La carte a été dressée par Édouard Desbuissons, nommé géographe du Ministère des Affaires Etrangères en 1865. Y figurent le tracé du canal de Suez entre Port-Saïd et Suez, ainsi que l'emplacement des phares, les canaux d'eau douce et maritimes, les chemins de fer, les terres cultivées et les terrains incultes. Le canal de Suez fut inauguré, comme la carte l'indique, le 17 novembre 1869. En carton, plans de la ville d'Ismaïlia et des rades de Port-Saïd et de Suez. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

DU PETIT-THOUARS (Louis-Marie Aubert).

[MEXIQUE] Vue d'Acapulco, prise du mouillage de la Vénus.

[Paris, 1841]. 193 x 384 mm.

Belle vue panoramique d'Acapulco, dessinée par Mesnard et lithographiée par Sabatier, prise depuis la frégate la Vénus, qui fit escale à Acapulco entre le 17 et le 24 janvier 1838. La vue est issue du Voyage autour du monde sur la frégate la Vénus, pendant les années 1836-1839. Capitaine de vaisseau en 1836, du Petit-Thouars réalisa un tour du monde sur la frégate la Vénus, faisant successivement escale aux îles Canaries, au Brésil, au Chili, au Kamtchatka, au Mexique, en Polynésie, en Australie, et à la Réunion, avant de regagner Brest en juin 1839. De retour en France, il conseilla au gouvernement l'annexion des îles Marquises et fut promu contre-amiral et commandant des forces navales d'Océanie. Son voyage implanta la France en Polynésie. Bel exemplaire.

DU PETIT-THOUARS (Louis-Marie Aubert).

[SYDNEY] Plan de la ville de Sydney 1838.

[Paris, 1841]. 196 x 380 mm.

Rare plan de la ville de Sydney, dressé en 1838 lors du voyage autour du monde de du Petit-Thouars. Il est issu de l'atlas pittoresque du Voyage autour du monde sur la frégate la Vénus, pendant les années 1836-1839. En noir figurent les édifices publics, et en hachuré les édifices particuliers. Le plan montre les casernes, le théâtre, l'hôpital militaire, Fort Philip, Fort Macquarie, les écuries ou encore le collège. Toutes les rues sont nommées. Le nord est placé à droite du plan. Capitaine de vaisseau en 1836, du Petit-Thouars réalisa un tour du monde sur la frégate la Vénus, faisant successivement escale aux îles Canaries, au Brésil, au Chili, au Kamtchatka, au Mexique, en Polynésie, en Australie, et à la Réunion, avant de regagner Brest en juin 1839. De retour en France, il conseilla au gouvernement l'annexion des îles Marquises et fut promu contre-amiral et commandant des forces navales d'Océanie. Son voyage implanta la France en Polynésie. Bel exemplaire. Marge droite très légèrement froissée.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[CHER] Département du Cher.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 753 x 529 mm.

Belle et grande carte du département du Cher, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[CORRÈZE] Département de la Corrèze.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 538 x 751 mm.

Belle et grande carte du département de la Corrèze, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[GIRONDE] Département de la Gironde.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 761 x 534 mm.

Belle et grande carte du département de la Gironde, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[LOT-et-GARONNE] Département de Lot et Garonne.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 547 x 746 mm.

Belle et grande carte du département du Lot-et-Garonne, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[LOT] Département du Lot.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 542 x 748 mm.

Belle et grande carte du département du Lot, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.