681 résultats

DU PETIT-THOUARS (Louis-Marie Aubert).

[PÉROU] Marchande de fromages de Lima - Indienne des environs de Lima.

[Paris, 1841]. 225 x 332 mm.

Belle planche lithographiée en couleurs d'après un dessin de Blanchard, issue de l'atlas pittoresque du Voyage autour du monde sur la frégate la Vénus, pendant les années 1836-1839. Capitaine de vaisseau en 1836, du Petit-Thouars réalisa un tour du monde sur la frégate la Vénus, faisant successivement escale aux îles Canaries, au Brésil, au Chili, au Kamtchatka, au Mexique, en Polynésie, en Australie, et à la Réunion, avant de regagner Brest en juin 1839. De retour en France, il conseilla au gouvernement l'annexion des îles Marquises et fut promu contre-amiral et commandant des forces navales d'Océanie. Son voyage implanta la France en Polynésie. Beaux coloris de l'époque. Petite déchirure dans la marge inférieure restaurée.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[CHARENTE-MARITIME] Département de la Charente Infér.re.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 760 x 533 mm.

Belle et grande carte du département de la Charente Inférieure, renommé Charente-Maritime en 1941, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[CÔTES-d'ARMOR] Département des Côtes-du-Nord.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 547 x 743 mm.

Belle et grande carte du département des Côtes-du-Nord, renommé Côtes-d'Armor en 1990, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[FINISTÈRE] Département du Finistère.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 544 x 758 mm.

Belle et grande carte du département du Finistère, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[ISÈRE] Départements de l'Isère.

Paris, Maison Bouasse-Lebel, [circa 1860]. 540 x 748 mm.

Belle et grande carte du département de l'Isère, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[LANDES] Département des Landes.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 545 x 747 mm.

Belle et grande carte du département des Landes, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Taches dans la marge inférieure.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[LOIRE-ATLANTIQUE] Département de la Loire Inférieure.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 543 x 750 mm.

Belle et grande carte du département de la Loire Inférieure, renommé Loire-Atlantique en 1957, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[MOSELLE] Lorraine. Moselle.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 582 x 806 mm.

Belle et grande carte du département de la Moselle, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la Moselle, d'attributs militaires et du portrait d'Antoine Charles Louis de Lasalle, général de cavalerie du Premier Empire, et de 4 vignettes. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[ORNE] Normandie. Orne.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 577 x 790 mm.

Belle et grande carte du département de l'Orne, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la ville d'Alençon et du portrait de l'historien François Eudes de Mézeray, et de 4 vignettes montrant des vues d'Argentan, de Jumilly, d'Alençon et de Mortagne. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[VAR] Département du Var.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 533 x 753 mm.

Belle et grande carte du département du Var, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[VENDÉE] Département de la Vendée.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 539 x 752 mm.

Belle et grande carte du département de la Vendée, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Deux déchirures dans la partie haute de la carte restaurées.

DUFOUR (Auguste-Henri).

Indes, Colonies anglaises.

Paris, Paulin et Le Chevalier, 1858. 554 x 753 mm.

Belle et grande carte figurant le Pakistan, le Népal, l'Inde, le Tibet, la Chine, l'Indochine, la Malaisie, Sumatra et l'ouest de Bornéo, dressée par Dufour et gravée par Dyonnet. L'Inde est divisée en trois présidences administrées par les Britanniques : présidences du Bengale, de Madras et de Bombay. Les colonies françaises (Pondichéry, Chandernagor, Karikal, Yanaon et Mahé) sont soulignées en bleu, les colonies portugaises en jaune (Goa, Daman et Diu). En 1858, date de cette carte, les territoires gérés par la Compagnie anglaise des Indes orientales sont incorporés à la couronne britannique. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

Planisphère terrestre.

Paris, J. Andriveau-Goujon, 1862. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 672 x 947 mm, sous chemise et étui de papier marbré, étiquette illustrée de l'éditeur E. Andriveau-Goujon au dos.

Belle et grande mappemonde en couleurs, distinguant les établissements européens par un système de couleurs, ainsi que les parcours des paquebots avec la durée des trajets. La carte est ornée d'une petite carte circulaire du Pôle Sud, et des profils des sommets du globe avec leurs hauteurs. Bel exemplaire entièrement aquarellé à l'époque, sous chemise et étui de papier marbré de l'époque.

DULIN (Jean Désiré).

Buenos-Ayres a vista de pajaro.

Buenos-Ayres, Ernst Nolte Libreria Alemana, [1880]. 548 x 927 mm.

Spectaculaire et très rare panorama à vol d'oiseau de Buenos Aires, lithographié en deux tons par F.W. Kahler à Hambourg, d'après un dessin de Jean Désiré Dulin. La vue, prise depuis le Río de la Plata, montre le port, avec ses docks qui forment désormais le très chic quartier de Puerto Madero. On y reconnaît aussi le très beau bâtiment du Correo Central, devenu il y a quatre ans le CCK ou Centro Cultural Kirchner. On repère parfaitement la Casa Rosada, dont on voit l'arrière, et le Cabildo dont on voit la façade. On repère aussi de nombreuses usines et des centrales électriques qui n'existent plus. Bel exemplaire. Petite décoloration dans les marges gauche et droite, restes de bande adhésive au dos. Marcelo Weissel, Iconografía porteña y estudio de embarcaciones: Buenos Aires entre 1858 y 1914. siete obras de J. D. Dulin.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Carte de la partie septentrionale de la Nouvelle Zélande par M.M. Durville et Lottin.

[Paris, 1833]. 302 x 460 mm.

Belle carte figurant la partie nord de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, où se trouvent la Baie des Îles ou Bay of Islands, et la rivière Hokianga, ici appelée Shouki-Anga. Elle est issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Carte générale de la partie de la Nouvelle Zélande reconnue par le Capitaine de Frégate Dumont d'Urville, dressée par M.r Lottin, enseigne de V.au.

[Paris, 1833]. 581 x 429 mm.

Belle carte figurant l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, avec la partie nord de l'île du Sud, dressée entre janvier et mars 1827, et montrant en pointillés la route suivie par la corvette l'Astrolabe. Elle est issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire. Petite restauration à la pliure centrale.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Nouvelle Zélande. Costumes des naturels du Cap Palliser - Costumes des naturels du Détroit de Cook.

[Paris, 1833]. 202 x 380 mm.

Estampe dessinée par Louis-Auguste de Sainson et lithographiée par Villain, issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Nouvelle-Zélande. Costume des guerriers de Shouraki - Costume des habitans de Houa-Houa.

[Paris, 1833]. 250 x 330 mm.

Estampe dessinée par Louis-Auguste de Sainson et lithographiée par Victor Adam, issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[ÎLES FIDJI] Carte de l'archipel des Îles Viti reconnues par le Cap.ne de frégate Dumont d'Urville.

[Paris, 1833]. 430 x 585 mm.

Belle carte figurant l'archipel des Îles Fidji, dont l'île de Viti Levu, la plus grande de l'archipel. La carte a été dressée par l'enseigne de vaisseau Gressien, entre mai et juin 1827, et est issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. En carton, carte des Îles de la Loyauté situées à l'est de la Nouvelle-Calédonie, levée et dressée par l'enseigne de vaisseau Guibert en juin 1827, et carte de l'archipel des Tonga. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Pliure centrale restaurée, sinon bel exemplaire.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[ÎLES SALOMON] Tikopia et Vanikoro. Costumes des habitans de Vanikoro - Costumes des habitans de Tikopia.

[Paris, 1833]. 220 x 335 mm.

Estampe dessinée par Louis-Auguste de Sainson et lithographiée par Antoine Maurin, issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[ÎLES TONGA] Plan de l'île Tonga-Tabou levé et dressé par M.E. Pâris, enseigne de vaisseau.

[Paris, 1833]. 427 x 580 mm.

Belle carte figurant l'île de Tongatapu, dans l'archipel des Tonga, dressée entre avril et mai 1827. Elle est issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire. Très légères rousseurs.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[ÎLES TONGA] Tonga-Tabou. Costumes des habitans - Costume de guerre.

[Paris, 1833]. 250 x 350 mm.

Estampe dessinée par Louis-Auguste de Sainson et lithographiée par Victor Adam, issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

Carte de la partie de l'océan Pacifique parcourue par la corvette l'Astrolabe, dressée par d'Urville et Lottin.

[Paris, 1833]. 419 x 614 mm.

Belle carte du Pacifique, montrant en pointillés la route suivie par la corvette l'Astrolabe. Elle est issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire. Petite restauration à la pliure centrale.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

J.S.C. Dumont d'Urville, commandant l'expédition de l'Astrolabe, en 1826, 1827, 1828, 1829, né à Condé sur Noireau (Calvados) le 23 mai 1790.

[Paris, 1833]. 343 x 240 mm.

Portrait en buste de Jules-Sébastien-César Dumont d'Urville à bord de l'Astrolabe, lithographié par Lemercier d'après un dessin d'Antoine Maurin, issu du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[AUSTRALIE] Plan de la rivière Brisbane (Nouvelle Hollande).

[1827]. 493 x 735 mm.

Grand plan figurant le Brisbane, fleuve australien traversant la capitale Brisbane, dans le Queensland, et se jetant dans le Pacifique au niveau de la baie Moreton, ici orthographiée Morton. Les profondeurs marines sont indiquées. Le fleuve Brisbane fut découvert en décembre 1823 par John Oxley, ingénieur-géographe à Port-Jackson. Les informations recueillies furent ensuite transmises au commandant Duperrey lors de son escale à Port-Jackson entre janvier et mars 1824, au cours de son voyage autour du monde à bord de la corvette la Coquille. Bel exemplaire, infimes rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[BRÉSIL/TRINDADE et MARTIN VAZ] Carte et plan des ilôts de Martin-Vaz et de la Trinité.

[1827]. 361 x 498 mm.

Belles cartes de l'archipel brésilien de Trindade et Martin Vaz, situé à un millier de kilomètres au large des côtes, levées en octobre 1822 par Bérard, officier de marine à bord de la corvette la Coquille, lors du voyage autour du monde du commandant Duperrey. Avec deux profils côtiers. Très légères rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[BRÉSIL/ÎLE de SANTA CATARINA] Carte d'une partie de la côte du Brésil comprise entre le Rio Guaratuba et la Laguna de Gurupaba - Plan de l'île Santa Catharina.

[1827]. 520 x 369 mm.

Belles cartes détaillées des côtes de l'état de Santa Catarina, avec l'île du même nom située au large de la ville de Florianopolis, levées par des ingénieurs portugais en 1783, et enrichies des observations effectuées en 1819 lors de l'expédition hydrographique commandée par le baron Albin Roussin. Quelques rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[CHILI] Plan du port de Valparaiso (côte du Chili).

[1827]. 360 x 497 mm.

Beau plan du port de Valparaiso, au centre du Chili, levé en 1790 lors de l'expédition des corvettes espagnoles la Descubierta et l'Atrevida, sous le commandement de l'explorateur et navigateur italien Alessandro Malaspina, qui fit carrière dans la Marine espagnole. Le plan, gravé par Ambroise Tardieu, fut transmis au commandant Duperrey lors de son escale au Chili en 1823, au cours de son voyage autour du monde à bord de la corvette la Coquille. Quelques rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[FIDJI/TUVALU] Plan de l'île St. Augustin (de Maurelle) - Plan de la partie méridionale de l'île Rotouma.

[1827]. 495 x 361 mm.

Beaux plans figurant l'île de St. Augustin, actuelle île de Nanumea dans l'archipel des Tuvalu, découverte en 1781 par l'explorateur espagnol Francisco Mourelle de La Rua, et l'île de Rotuma, dans l'archipel des Fidji. Les plans ont été levés par Lottin et Bérard, officiers de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Avec deux profils côtiers. Rousseurs marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[GALAPAGOS] Carte des îles Gallapagos.

[1827]. 500 x 361 mm.

Planche figurant 3 cartes et plans de l'archipel des Galapagos (carte de l'archipel, plan de la baie Albany sur l'île James, actuelle Isla Santiago, plan du mouillage de l'île Hood, actuelle Isla Española), 2 plans sur la Colombie (baie de Salango et mouillage de Tacames) et un plan du banc de la Perle, le tout gravé par Ambroise Tardieu. Les plans ont été dressés à bord de la corvette la Coquille lors du voyage autour du monde dirigé par le commandant Duperrey. Bel exemplaire, infimes rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[KIRIBATI/MICRONÉSIE] Carte de l'île Hall (archipel des îles Gilbert) - Carte des îles Woodle et Henderville (archipel des îles Gilbert).

[1827]. 504 x 361 mm.

Carte figurant les atolls de Hall, actuel Maiana, de Woodle, actuel Kuria, et de Henderville, actuel Aranuka, dans l'archipel des îles Gilbert, et plus largement de Kiribati. Elles ont été levées en mai 1824 par de Blois et de Blosseville, officiers de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Petites rousseurs marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[KIRIBATI/MICRONÉSIE] Carte des îles Bishop (archipel des îles Gilbert).

[1827]. 498 x 351 mm.

Belle carte figurant les atolls de Drummond, aujourd'hui Tabiteuea, et de Sydenham, actuelle Nonouti, dans l'archipel des îles Gilbert, et plus largement de Kiribati, explorés par le capitaine Bishop à la fin du XVIIIe. Elle a été levée en mai 1824 par de Blosseville, officier de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Rousseurs marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[MICRONÉSIE] Plan de l'île Oualan.

[1827]. 760 x 503 mm.

Belle et grande carte figurant l'île Oualan, aujourd'hui nommée Kosrae, en Micronésie, levée en juin 1824 par Bérard et Lottin, officiers de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. La carte montre également l'île proche de Lelu, et un profil côtier avec le piton Crozer, appelé aujourd'hui Mont Finkol. Petites rousseurs marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[MICRONÉSIE] Plan du havre Chabrol (île Oualan) - Plan du port Lottin (île Oualan).

[1827]. 502 x 362 mm.

Beaux plans figurant l'est et le sud de l'île Oualan, aujourd'hui nommée Kosrae, en Micronésie, levés en juin 1824 par Bérard, Lottin et de Blosseville, officiers de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Les plans montrent le havre Chabrol avec les îles de Lelu (avec le village), Yen Yen et Yenasr, et le port Lottin au sud de l'île. Petites rousseurs marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[MICRONÉSIE] Plan du havre de la Coquille (île Oualan).

[1827]. 729 x 513 mm.

Belle et grande carte figurant le havre de la corvette la Coquille, au nord-ouest de l'île Oualan, aujourd'hui nommée Kosrae, en Micronésie, levée en juin 1824 par Bérard, Lottin et de Blois, officiers de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. La carte montre les pêcheries, les aiguades (lieux pour les provisions d'eau douce), les îlots Gabert et Bérard, et Port Bérard. Très légères rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Carte de la côte méridionale de l'île de Tawaï-Poénammou (Nouvelle Zélande) - Carte de l'île Ika-Na-Mauwi (Nouvelle Zélande) - plan du havre Chalky (île Tawaï-Poénammou).

[1827]. 503 x 359 mm.

Trois cartes de la Nouvelle-Zélande, figurant, pour la première, les côtes méridionales de l'Île du Sud (en maori Te Wai Pounamu), avec Stewart Island, la seconde, l'Île du Nord (en maori Te Ika-a-Maui), et la troisième, la région de Fiordland, au sud-ouest de l'Île du Sud, avec les îles Chalky, Anchor, Indian, Long Island et Resolution. Gravées par Ambroise Tardieu, elles ont été levées en 1824 par de Blosseville, officier de marine lors de l'expédition de la corvette la Coquille commandée par Duperrey. Quelques rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Plan de la rivière Shooukianga (île Ika-Na-Mauwi, Nouvelle-Zélande).

[1827]. 496 x 358 mm.

Beau et rare plan de l'entrée de la rivière Shooukianga, aujourd'hui Hokianga, située au nord de l'Île du Nord (en maori Te Ika-a-Maui), levée par le capitaine Herd et transmise au commandant Duperrey lors de son escale dans la Baie des Îles, au cours de son expédition sur la corvette la Coquille. Rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[PAPOUASIE OCCIDENTALE] Carte d'une partie des îles des Papous au nord-ouest de la Nouvelle-Guinée.

[1827]. 496 x 772 mm.

Grande et belle carte gravée par Ambroise Tardieu, figurant les côtes septentrionales de l'île de Waigiou, actuelle Waigeo, en Papouasie occidentale, avec l'île Rouib, actuelle Kawe, l'archipel des îles Wayag, l'île Syang, actuelle Sajang, et l'île Manouaran, actuelle Manuran. Elle a été dressée en septembre 1822 par le commandant Duperrey lors de l'expédition à bord de la corvette la Coquille. Petite galerie de ver au niveau de la pliure centrale.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[PIROGUES].

[1827]. 386 x 502 mm.

Planche gravée par Ambroise Tardieu, figurant différents types de pirogues de Papouasie-Nouvelle-Guinée, observées lors de l'expédition du commandant Duperrey à bord de la corvette la Coquille. Rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[POLYNÉSIE FRANÇAISE/ARCHIPEL des TUAMOTU-GAMBIER] Plan de l'île Narcisse - Plan de l'île Moller - Plan de l'île Clermont-Tonnerre.

[1827]. 502 x 364 mm.

Planche figurant les plans de 3 des îles des Tuamotu-Gambier, gravés par Ambroise Tardieu : l'île Narcisse, actuelle Tatakoto, l'île Moller, actuelle Amanu, et l'île Clermont-Tonnerre, actuelle Reao. Ces 3 plans ont été dressés en avril 1823 par Lottin et Bérard, officiers de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Quelques rousseurs, trous de ver dans la marge gauche.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[POLYNÉSIE FRANÇAISE/ARCHIPEL des TUAMOTU] Carte des îles Pomotou situées à l'est des îles de la Société.

[1827]. 471 x 755 mm.

Grande et belle carte gravée par Ambroise Tardieu, figurant les archipels de la Société, des Australes ou Tubuai, et les nombreux atolls constituant l'archipel des Tuamotu (dont les habitants s'appellent les Paumotu), dont l'île de Rangiroa nommée sur la carte, Vliegen. Elle a été dressée en 1824 par le commandant Duperrey lors de l'expédition de la corvette la Coquille. Sur la carte sont tracées les nombreuses routes des navigateurs ayant exploré ces archipels depuis Schouten en 1616 (Bougainville, Carteret, Cook, Wallis, Bligh...). Petite galerie de ver dans la marge inférieure, sinon bel exemplaire.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[POLYNÉSIE FRANÇAISE/BORA BORA] Plan du port de l'île Borabora.

[1827]. 505 x 366 mm.

Beau plan du port de l'île de Bora Bora, une des îles Sous-le-Vent dans l'archipel de la Société. Gravé par Ambroise Tardieu, il a été levé entre mai et juin 1823 par les officiers de la corvette la Coquille lors du voyage autour du monde dirigé par le commandant Duperrey. Les profondeurs marines sont indiquées, ainsi que quelques noms le long de la côte, et les noms des motus. Quelques rousseurs, 2 trous de ver dans la marge gauche dont l'un affectant le trait d'encadrement.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[POLYNÉSIE FRANÇAISE/MAUPITI] Plan de l'île Maupiti.

[1827]. 489 x 360 mm.

Belle carte figurant l'île de Maupiti, une des îles Sous-le-Vent dans l'archipel de la Société. Gravée par Ambroise Tardieu, elle a été levée en juin 1823 par de Blosseville, officier de marine à bord de la corvette la Coquille durant l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Les profondeurs marines sont indiquées, tout comme les noms des motus et quelques noms le long des côtes. Au bas de la carte figurent deux profils côtiers avec, en arrière-plan, le mont Teurafaatui. Quelques rousseurs marginales, trous de ver dans la marge gauche.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[POLYNÉSIE FRANÇAISE/TAHITI] Esquisse du port de Papeiti - Plan de la baie et de l'établissement de Matavae.

[1827]. 498 x 363 mm.

Planche figurant le port de Papeete et la baie de Matavai sur l'île de Tahiti, gravés par Ambroise Tardieu. Les deux plans ont été levés en mai 1823 par Bérard, de Blosseville et de Blois, tous trois officiers de marine à bord de la corvette la Coquille, durant le voyage autour du monde dirigé par le commandant Duperrey. Sur le plan de la baie de Matavai sont indiqués la Pointe Vénus, l'observatoire, la maison royale, le temple, les maisons de M. Nott et Wilson, ou encore la montagne de l'arbre ou Taharay. Quelques rousseurs, trous de ver dans la marge gauche.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[POLYNÉSIE FRANÇAISE/ÎLES de la SOCIÉTÉ] Carte des Îles de la Société.

[1827]. 470 x 739 mm.

Carte figurant l'archipel des Îles Sous-le-Vent ou Îles de la Société (Tahiti, Moorea, Huahine, Bora Bora, Maupiti et Tupai). Elle a été dressée entre mai et juin 1823 d'après les observations faites lors de l'expédition de la corvette la Coquille dirigée par le commandant Duperrey, et d'après les observations du capitaine Cook. Sur la carte sont tracées les routes des navigateurs ayant exploré l'archipel : Wallis en 1767, Bougainville en 1768, James Cook entre 1769 et 1777, et Duperrey qui séjourna dans l'archipel entre mai et juin 1823. Quelques rousseurs, 3 trous de ver comblés le long de la pliure centrale.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[TASMANIE] Plan du havre Macquarie (Terre de Van Diémen).

[1827]. 756 x 501 mm.

Grande et rare carte figurant Macquarie Harbour, à l'ouest de la Tasmanie, levée en 1809 par Evans, chef du Génie à Hobart Town, et transmise au commandant Duperrey lors de son escale à Port Jackson en 1824, au cours de son voyage autour du monde à bord de la corvette la Coquille. Avec profil côtier du Cap Sorell. Bel exemplaire, infimes rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[ÎLE de l'ASCENSION] Plan du mouillage de Sandy-Bay (île de l'Ascension).

[1827]. 365 x 503 mm.

Beau plan du mouillage de Sandy-Bay, aujourd'hui Clarence Bay, situé à proximité de la ville de Georgetown, au nord-ouest de l'île de l'Ascension. Gravé par Ambroise Tardieu, il a été levé en janvier 1825 par Lottin, officier de marine à bord de la corvette la Coquille lors du voyage autour du monde dirigé par le commandant Duperrey. Le plan figure les profondeurs marines, le parc pour les tortues, les "tombeaux de ceux qui apportèrent la fièvre jaune dans la colonie", English Bay, ainsi que la montagne de Cross Hill ou "Montagne de la Croix". Quelques rousseurs marginales, sinon bel exemplaire.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[ÎLE de SAINTE-HÉLÈNE] Plan du mouillage de l'île de Ste. Hélène.

[1827]. 365 x 505 mm.

Beau plan figurant le port de Jamestown, situé au nord de l'île de Sainte-Hélène, dans l'Atlantique Sud, à mi-chemin entre l'Afrique et l'Amérique. Gravé par Ambroise Tardieu, il a été levé en janvier 1825 par les officiers de la corvette la Coquille lors du voyage autour du monde dirigé par le commandant Duperrey. Bel exemplaire.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[ÎLES CAROLINES] Carte de l'archipel des Îles Carolines.

[1827]. 537 x 767 mm.

Grande carte détaillée de l'archipel des Îles Carolines situées en Micronésie, à l'ouest de l'océan Pacifique. On y voit aussi les archipels des Îles Mariannes avec Guam, des Îles Gilbert (Kiribati), et des Îles Marshall. Gravée par Ambroise Tardieu, elle a été dressée en 1824 par le commandant Duperrey lors de l'expédition de la corvette la Coquille, et figure également toutes les découvertes faites jusqu'au commencement de l'année 1828. Sur la carte sont tracées les routes des navigateurs ayant exploré ces archipels entre 1606 et 1828. Quelques rousseurs, essentiellement marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[ÎLES CAROLINES] Carte des îles Hogoleu (archipel des Îles Carolines).

[1827]. 471 x 768 mm.

Grande carte des îles Hogoleu, aujourd'hui renommées Faichuk, situées dans l'archipel des Îles Carolines en Micronésie, à l'ouest de l'océan Pacifique, dressée en juin 1824 par de Blois, officier de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Avec deux profils côtiers de l'île Tol. Quelques rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[ÎLES CAROLINES] Plan de l'île Bigali (archipel des Îles Carolines) - Plan de l'île Satahoual (archipel des Îles Carolines) - Plan des îles Tamatam, Fanadik et Ollap (archipel des Îles Carolines).

[1827]. 360 x 499 mm.

Plans de l'île Bigali, renommée Pikelot, de l'île Satahoual, renommée Satawal, et des îles Tamatam, Fanadik et Ollap, aujourd'hui regroupées dans l'atoll de Pulap. Les plans ont été dressés en juin et juillet 1824 par Lottin, officier de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Avec deux profils côtiers. Petites rousseurs marginales.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[ÎLES CAROLINES] Plan des îles Duperrey (archipel des Îles Carolines) - Plan des îles Mac-Askill (archipel des Îles Carolines).

[1827]. 360 x 499 mm.

Plans des îles Duperrey, actuel atoll de Mokill, et des îles Mac-Askill, actuel atoll de Pingelap, situées dans l'archipel des Îles Carolines en Micronésie, à l'ouest de l'océan Pacifique, dressés en juin 1824 par de Blois, officier de marine sur la corvette la Coquille lors de l'expédition dirigée par le commandant Duperrey. Avec deux profils côtiers. Petites rousseurs marginales.

DUTREUIL de RHINS (Jules Léon).

[INDOCHINE] Carte de l'Indo-Chine orientale.

Paris, Au Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1881-1887. En 4 feuilles coupées en 12 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,28 x 0,89 m.

Belle carte murale figurant la partie orientale de l'Indochine, ou péninsule indochinoise, couvrant le Vietnam, le Cambodge, le Laos et la Thaïlande. Elle s'étend à l'est jusqu'aux côtes occidentales de la péninsule de Leizhou et de l'île d'Hainan, situées au sud de la Chine. La carte a été dressée en 1881, sous le ministère du Vice-amiral Jaureguiberry, par Jules Léon Dutreuil de Rhins (1846-1894), géographe et explorateur français, et officier de la Marine française, puis révisée et complétée en 1886, et publiée en janvier 1887. Cette édition de 1886 comprend la partie nord-ouest de la Thaïlande jusqu'à Xieng Mai, actuelle Chiang Mai, que l'on voit ici à l'extérieur du cadre de la carte. En 1876, Dutreuil de Rhins fut chargé par le ministre de la Marine de diriger l'un des bâtiments de guerre dont la France faisait cadeau au roi d'Annam. Cet état autonome dans le centre du Vietnam devint un protectorat français en 1883. Pendant son séjour, il releva en détail et avec la plus grande précision la rivière et la province de Hué. Il rassembla de nombreux matériaux sur la géographie du Royaume d’Annam, qu'il utilisa pour dresser cette carte de l’Indo-Chine orientale. Il dirigea également des expéditions vers l'Asie centrale et le Tibet, où il fut tué en 1894 par des populations locales hostiles à sa présence, alors qu'il tentait de localiser la source du Mékong. L'une des curiosités de cette carte est la table de traduction des principaux termes géographiques en français, annamite, cambodgien, siamois et laotien, en dialectes de quelques tribus sauvages, en birman, et en chinois mandarin. Au-dessus de cette table figure la légende avec les symboles permettant de repérer les capitales d'états, les routes principales en Basse-Cochinchine, les grandes routes postales de l'Annam, etc. Bel exemplaire.

DUVAL (Pierre).

[PAYS-BAS] Les Dixsept provinces des Pais Bas connües sous le nom de Holande et Flandre.

Paris, chez l'auteur, 1664. 416 x 442 mm.

Très rare et belle carte figurant les Pays-Bas, la Belgique et le nord de la France par Pierre Duval, ornée d'un superbe cartouche de titre décoré des 18 blasons des provinces. Les dix-sept provinces des Pays-Bas comprenaient alors une grande partie des Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et le nord de la France avec les comtés de Flandre, d'Artois et de Hainaut Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Très rare. Nous n'avons localisé que 4 exemplaires dans les collections publiques, aucun à la BnF. Très légères traces de pliures. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Manque à van der Heijden, qui mentionne comme second état la date de 1665, mais pas celle de 1664 (I, Map 127) ; manque à Pastoureau.

DUVAL (Pierre).

Carte de l'empire des Turcs et de ses confins.

Paris, chez l'autheur, et se vend par Jacques l'Agniet, 1664. En deux feuilles jointes de 487 x 734 mm.

Rarissime et grande carte extrêmement détaillée de l'Empire Ottoman, dressée et publiée par Pierre Duval, et vendue par l'éditeur et graveur Jacques Lagnet. Elle s'étend à l'ouest jusqu'aux côtes de l'Espagne et de l'Algérie, au nord jusqu'à la Mer Noire et la Mer Caspienne, au sud jusqu'à l'Abyssinie en Afrique, et à l'est jusqu'au Golfe Persique avec la péninsule arabique. La Mer Caspienne est nommée Mer de Kilan autrefois Mer Caspiene, le Golfe Persique est appelé Mer d'El Catif ou Golphe de Balsera autrefois Golphe de Perse. La Mer Rouge porte le nom de Mer Rouge dite de La Mecque autrefois Golphe d'Arabie. La péninsule arabique est divisée en trois Arabies : l'Arabie Pétrée (Jordanie), l'Arabie Déserte (Arabie Saoudite) et l'Arabie Heureuse (Yémen). La carte représente l'Empire Ottoman en 1648, lorsque le sultan Ibrahim Ier est assassiné étranglé. C'est le dernier nom apparaissant dans le grand tableau généalogique des empereurs turcs en bas à gauche, qui débute avec le sultan Osman Ier, ici appelé Ottoman. Les bordures de ce tableau sont décorées de croissants de lune, de sceptres, de deux épées et d'un turban. La carte est également ornée d'un cartouche de titre décoré d'un grand croissant de lune, et porté par deux personnages turcs en costume traditionnel. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Bas de la pliure centrale légèrement froissé. De la plus grande rareté. Nous n'avons localisé que 2 exemplaires dans les collections publiques, l'un à la BnF, l'autre dans la collection cartographique d'Eran Laor à la National Library of Israel. Pastoureau, DUVAL II C, 32 ; manque à Al-Ankary.

DUVAL (Pierre).

Carte de la Grande Russie ou Moscovie.

Paris, P. Mariette, 1667. 411 x 505 mm.

Belle carte de la Russie avec la péninsule de Kola, nommée Partie de Lapponie. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Mouillure claire au bas de la carte. Pastoureau, DUVAL II C.

DUVAL (Pierre).

Carte des Isles Britaniques où sont les Royaumes d'Angleterre, et d'Escosse, que nous appellons Grande Bretagne et celui d'Irlande avecque les isles qui en sont proche, et les costes de France, de Flandre et de Holande.

Paris, chez l'auteur, 1665. 473 x 344 mm.

Très rare première édition de cette belle carte des Îles Britanniques par Pierre Duval, ornée d'un beau cartouche de titre et d'une bataille navale entre deux vaisseaux en Mer du Nord, illustrant la deuxième guerre anglo-néerlandaise qui se déroula de 1665 à 1667. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Très légères traces de pliures. Shirley, Duval 2 ; Manque à Pastoureau qui ne donne que l'édition datée de 1677 (DUVAL II D).

DUVAL (Pierre).

L'Afrique.

Paris, chez l'auteur, 1664 [1667]. 406 x 532 mm.

Belle carte du continent africain, et la première par Pierre Duval, avant que le titre ne soit complété par la mention "reveuë et augmentée". Elle est ornée de deux cartouches dont un cartouche de titre placé sur une draperie portée par un personnage africain. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Premier état. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Très légères traces de pliures. Pastoureau, DUVAL II C, 14 ; Norwich, 38 ; Betz, 101.

DUVAL (Pierre).

L'Alemagne, où sont décrits par diverses marques les estats, les principautez, et les villes qui composent l'Empire. Avec toutes les places qui ont quelque prérogative, ou quelque particuliarité.

Paris, chez l'autheur, 1663 [1667]. 416 x 442 mm.

Très rare et belle carte figurant l'Allemagne par Pierre Duval, dédiée à Monsieur de St Laurens, conseiller du roi et introducteur des princes étrangers et ambassadeurs près le Duc d'Anjou. Elle est ornée d'un cartouche de titre et d'un beau cartouche de dédicace décoré des armoiries du dédicataire, et des blasons du Saint-Empire, de l'Alsace et de la Lorraine. Toutes les régions sur la carte sont décorées de leur blason. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Très rare. Nous n'avons localisé que 3 exemplaires dans les collections publiques, dont l'un à la BnF. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Pliure centrale restaurée et sans manque. Pastoureau , DUVAL II C, 27 (Allemagne est orthographiée par erreur avec 2 l au lieu d'un seul sur la carte).

DUVAL (Pierre).

L'Amérique autrement le Nouveau Monde et Indes Occidentales.

Paris, chez l'autheur, 1664 [1667]. 369 x 380 mm.

Belle carte de l'Amérique par Pierre Duval, représentant la Californie comme une île. La cartographie de cette carte est largement basée sur celle de Nicolas Sanson. En Amérique du Nord, quelques colonies apparaissent sur la côte Est : Jamestoun, London al: Boston, N. Amsterdam al: Manhate. Au nord-ouest du continent figure une bande de terre nommée Terre de Jesso. Elle correspond aujourd'hui à l'île d'Hokkaido et à l'île de Sakhaline.En Amérique du Sud, dans l'espace inexploré entre l'Orénoque et l'Amazone, figure le lac mythique de Parime où s'élève Manoa El Dorado, fabuleuse cité aux parois d'or. En haut à droite, on peut voir les côtes occidentales de l'Europe et de l'Afrique. La carte fut gravée une première fois en 1655, puis fut modifiée plusieurs fois jusqu'en 1684. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Troisième état. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Très légères traces de pliures. Pastoureau, DUVAL II C, 14 ; Burden, 311 (état 3) ; McLaughlin, 15 (état 5).

DUVAL (Pierre).

L'Asie.

Paris, chez l'auteur, 1664 [1667]. 410 x 530 mm.

Belle et rare première carte de l'Asie de Pierre Duval, avant que le titre ne soit complété par la mention "reveue et augmentée". Elle s'étend à l'ouest jusqu'à la Méditerranée, et au sud-est jusqu'à la Terre des Papous, actuelle Papouasie-Nouvelle-Guinée. La Mer Rouge est appelée Mer Rouge ou de La Mecque autrefois Golphe d'Arabie, la Mer Caspienne est nommée Mer de Kilan autrefois Mer Caspienne. Au nord de l'île d'Honshu dans l'archipel du Japon, figure une large étendue appelée Terre de Jesso Province de Tessoy. Elle correspond aujourd'hui à l'île d'Hokkaido et à l'île de Sakhaline. La carte est ornée de deux cartouches dont un cartouche de titre. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Premier état. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Pastoureau, DUVAL II C, 13.

DUVAL (Pierre).

La France avec ses anciennes, et ses nouvelles bornes.

Paris, Melle Du Val, 1688. En 4 feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 0,74 x 1,10 m.

Belle et rare carte murale de la France en quatre feuilles, dressée par Pierre Duval et publiée par sa fille, qui hérita du commerce de son père à sa mort en 1683. Elle est ornée d'un grand cartouche de titre décoré en tête des armoiries royales portées par deux anges, sur fond de scène maritime. La France est divisée en quatre régions : Le Royaume de la France occidentale ou Neustrie, Le Royaume de la France orientale ou Austrasie, Le Royaume d'Aquitaine, et les Royaumes de Bourgogne et d'Arles. Chaque carte porte son propre titre. Si l'on veut joindre les quatre feuilles, on doit se priver de ces titres. En bordure de chaque carte, figure la liste des villes principales par région. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Contours aquarellés à l'époque. Petites déchirures marginales, mouillure à une feuille, petits défauts aux pliures centrales. Pastoureau, DUVAL II F.

DUVAL (Pierre).

La Suisse.

Paris, chez l'autheur, 1677. 403 x 517 mm.

Très belle carte de la Suisse divisée en 13 cantons, issue des Cartes de géographie les plus nouvelles. Elle est ornée d'un titre inscrit sur une bannière flottante maniée par un soldat, et des blasons des 13 cantons et de leurs alliés. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Pastoureau, DUVAL II D.

DUVAL (Pierre).

Le Piémont et le Monferrat avecque les passages de France en Italie par les Alpes.

Paris, chez l'autheur, 1667. 436 x 377 mm.

Belle carte du Piémont et du Montferrat dressée par Pierre Duval, montrant le tracé des routes et passages entre la France et l'talie. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Première édition avec l'adresse et sans date. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Pastoureau, DUVAL II C, 31 ; Aliprandi, I, p. 181.

DUVAL (Pierre).

Les Royaumes du Nort c'est à dire le Danemarq la Suède et la Pologne.

Paris,chez l'autheur, 1667. 400 x 553 mm.

Belle carte dressée par Pierre Duval, figurant les pays situés autour de la Mer Baltique. Elle s'étend au sud jusqu'à la Moldavie et à l'est jusqu'à Smolensk en Russie. Elle est dédiée à Jean-Jacques de Mesmes, comte d'Avaux, président à mortier au Parlement de Paris et intendant de Soissons, et décorée d'un beau cartouche de titre orné des armoiries du dédicataire et de quatre anges. Géographe français, neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l’actualité militaire et politique du royaume. Il consacra ses dernières années à compléter sa série de cartes en une ou plusieurs feuilles. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Pliure centrale restaurée. Pastoureau, DUVAL II C, 18.

DUVAL (Pierre).

Planisphère, ou carte générale du monde.

Paris, chez l'auteur, 1676. 329 x 588 mm.

Belle mappemonde à deux hémisphères, représentant la Californie comme une île. Autour des hémisphères se trouvent, en haut, trois diagrammes circulaires montrant les aires des vents et les orbites planétaires et, en bas, un petit globe terrestre et une sphère armillaire. Au centre, sous les armoiries, dédicace de du Val à sa fille Marie-Angélique. Troisième état daté de 1676. Géographe français et neveu de Nicolas Sanson, Pierre Duval, né à Abbeville en 1618, fut un auteur de géographie prolifique qui publia de nombreux petits atlas, les uns à vocation pédagogique, les autres inspirés par l'actualité militaire et politique du royaume. Mouillure claire dans la marge supérieure, sinon bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Shirley, 441.

DÉPÔT de la MARINE.

[CÔTE d'AZUR/BANDOL/SANARY-sur-MER] Côtes de France : Départemens des Bouches du Rhône et du Var, depuis Cassis jusqu'au Cap Sicié.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1792. 402 x 573 mm.

Belle carte détaillée des côtes entre Cassis et le Cap Sicié, avec les villes de La Ciotat, Bandol, Sanary-sur-Mer, appelée Senary ou St. Nazaire, et l'île des Embiez. La carte a été dressée d'après plusieurs plans levés par l'ingénieur géographe Jean-Joseph Verguin en 1743, et par les ingénieurs des Camps et Armées en 1777 et 1778. Petites salissures et déchirures dans les marges, sinon bel exemplaire.

DÉPÔT de la MARINE.

[CÔTE d'AZUR/ÎLES d'HYÈRES] Carte de la rade et des îles d'Hyères.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1792. 565 x 852 mm.

Belle et grande carte détaillée des côtes du Var entre la presqu'île de Giens et la plage de Cavalaire-sur-Mer, avec les îles de Porquerolles, de Port-Cros et du Levant, également appelée île du Titan. La carte a été dressée d'après les opérations géodésiques de l'ingénieur hydrographe Jean-Joseph Verguin. Petites salissures et déchirures dans les marges, sinon bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE & MOUCHEZ (Ernest).

[BRÉSIL] Brésil. Croquis de la baie de Bahia de Todos Os Santos.

Paris, 1864. 298 x 458 mm.

Plan de la baie de Bahia, dressé par le capitaine de frégate Ernest Mouchez en 1864. En 1856, Mouchez prit le commandement du Bisson, un aviso à vapeur de la station du Brésil. Il explore le Rio de la Plata, les fleuves Uruguay, Paraña, et Paraguay qu'il remonte sur 320 kilomètres. En 1861, il commande le d'Entrecasteaux puis le Lamotte-Picquet, avec lesquels il procède à la description complète des côtes du Brésil et de l'archipel d'Abrolhos au large de l'état de Bahia. Bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[BALÉARES] Côte orientale d'Espagne depuis le cap de Palos jusqu'au cap de Creux avec les îles Maiorque Minorque et Yvice et partie de la côte d'Afrique.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1793. 877 x 611 mm.

Belle et grande carte marine figurant les côtes de l'Espagne depuis Roses et le Cap de Creus en Catalogne jusqu'au Cap de Palos près de Carthagène, avec les Baléares et les côtes de l'Afrique entre le Cap de Ténès et le Cap de Tedles. Les îles des Baléares sont bien détaillées. Mouillure claire dans les coins droits et au niveau de la pliure centrale.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[CHARENTE/ÎLE d'AIX/ÎLE MADAME] Côte ouest de France. Embouchure de la Charente, rades de l'Île d'Aix et des Trousses.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1879-1915. 635 x 985 mm.

Grande carte marine figurant les côtes de la Charente entre Les Mannes et l'Île Madame, avec l'île d'Aix et le nord-est de l'île d'Oléron. Elle a été levée entre 1856 et 1858 par l'ingénieur hydrographe Delbalat, puis corrigée en 1910 et 1914. Tampon du Service Hydrographique dans le coin inférieur droit. Petites salissures et déchirures marginales, sinon bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[CUBA] Carte de l'île de Cuba. Deuxième feuille. Partie occidentale.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1861-1888. 626 x 922 mm.

Belle et grande carte marine figurant la partie ouest de Cuba, avec l'île des Pins, renommée île de la Jeunesse en 1978. Les phares de l'île sont aquarellés en jaune. Bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[MARSEILLE] Carte de la côte et des îles des environs de Marseille.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1792. 567 x 872 mm.

Belle et grande carte marine des côtes des Bouches-du-Rhône entre La Couronne et Cassis, avec les îles du Frioul, l'île Maire, l'île du Planier, l'île de Jarre orthographiée Jaire, l'île Calseraigne et l'île Riou. La carte a été dressée d'après les plans levés par les ingénieurs des Camps et Armées en 1777 et 1778. La carte est traversée de lignes de rhumbs marquant la direction des vents, et indique les profondeurs marines. Mouillure claire dans les coins supérieur droit et inférieur gauche, marges empoussiérées.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[NORVÈGE] Mer du Nord. Feuille 2ème. Partie septentrionale.

Paris, Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1862. 625 x 912 mm.

Belle et grande carte figurant la partie septentrionale de la Mer du Nord, montrant la partie nord de l'Écosse avec les îles Shetland et Orcades, et une grande partie de la Norvège. La carte montre les mesures des profondeurs marines, ainsi que tous les phares le long des côtes, signalés par un point d'aquarelle rouge et jaune. Elle a été dressée d'après les travaux anglais et danois les plus récents, et publiée sous le ministère de Chasseloup-Laubat en 1862. Bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[ÎLES COLUMBRETES] Îles Columbretes.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1884. 625 x 441 mm.

Grande carte marine figurant l'archipel espagnol des Columbretes, îles volcaniques situées au large de la ville de Castellón de la Plana, dans la Communauté de Valence, dressée d'après le levé fait en 1878 par la Mission Hydrographique Espagnole. Le phare de Grande Columbrete est aquarellé en orange. Profil côtier des quatre îles principales au bas de la carte. Bel exemplaire.

DÉPÔT-GÉNÉRAL DE LA MARINE.

[CÔTE d'AZUR/ÎLES d'HYÈRES] Carte particulière des côtes de France. Dép.t du Var. Partie comprise entre la presqu'île de Giens et le Cap Camarat.

Dépôt-Général de la Marine, 1843. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 663 x 967 mm, sous chemise et étui de papier marbré vert ; étiquette au dos de l'éditeur Longuet.

Belle et grande carte détaillée des côtes du Var entre la presqu'île de Giens et le Cap Camarat, avec les îles de Porquerolles, de Port-Cros et du Levant, également appelée île du Titan. La carte a été levée en 1839 et dressée en 1841 par les ingénieurs hydrographes de la Marine. Avec description des mouillages de la rade d'Hyères, et notes sur les phares des trois îles. Au bas de la carte figure un profil côtier. Quelques rousseurs légères, sinon bel exemplaire. Chemise et étui usagés.

ELIOT (J.B.).

Carte du théâtre de la guerre actuel entre les Anglais et les Treize Colonies Unies de l'Amérique septentrionale dressée par J.B. Eliot Ingénieurs des Etats Unis.

Paris, Mondhare, 1778. 695 x 515 mm.

Premier état. Carte de la plus grande rareté, connue à très peu d'exemplaires, figurant le théâtre de la guerre opposant les Anglais aux treize colonies des Etats-Unis en 1778. Elle s'étend de la baie de Chesapeake au New Hampshire, et est ornée d'un beau cartouche de titre décoré d'attributs militaires et d'une scène de bataille. Publiée en feuille isolée, cette carte est considérée comme étant la première carte imprimée à porter le nom "Etats Unis", son auteur, J.B. Eliot étant décrit comme "Ingénieur des Etats Unis". Ingénieur militaire américain, J.B. Eliot fut l'aide de camp du général Washington. Peu après le 4 mai 1778, date à laquelle la France devint l'alliée des Américains dans la Guerre d'Indépendance, Eliot expédia sa carte à Paris pour la faire graver et la publier la même année. C'est aux Etats-Unis que l'auteur a réuni les informations nécessaires pour dresser sa carte, qui ne ressemble à aucune autre carte révolutionnaire. Très bel exemplaire à grandes marges, contours coloriés à l'époque. Pritchard & Taliaferro, Degrees of latitude, Mapping colonial America, map 58 ; Schwartz and Ehrenberg, The Mapping of America, plate 122 ; Phillips, Maps of America, 859 ("the earliest map in the collection which has the title United States"); McCorkle, New England in Early Printed Maps 1513 to 1800, 778.3.

ESNAUTS (Jacques) & RAPILLY (Michel).

[GIBRALTAR] Plan de Gibraltar, attaqué par terre et par mer par l'armée espagnole et française aux ordres de M.r le duc de Crillon, en présence de M.gr le Comte d'Artois. D'après les dessins d'un ingénieur en chef de l'Armée.

Paris, Esnauts et Rapilly, 1782. 750 x 513 mm.

Très beau plan de Gibraltar, dressé d'après les dessins d'un ingénieur en chef de l'armée française, divisé en deux parties, avec à gauche une vue de la baie avec les nombreux vaisseaux en place, et à droite un plan détaillé des fortifications du rocher. Le plan a été dressé lors de l'un des épisodes de la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis, que fut le Grand Siège de Gibraltar, qui dura de 1779 à 1783, alors que les Espagnols, soutenus par les Français, tentaient de reprendre le rocher aux Anglais. Y figurent le fort Saint-Philippe avec les retranchements construits par les Espagnols après le siège de 1727, afin d'empêcher la possession anglaise de communiquer avec l'Espagne, le Fort du Levant, la bombardière, les magasins à poudre, les batteries, les corps de garde, les bastions, l'hôpital, ainsi que la maison et le jardin du gouverneur. La partie gauche figurant la baie de Gibraltar montre les villes d'Algesiras et de Ceuta, le camp espagnol de Saint-Roch, ainsi que tous les vaisseaux et chaloupes mouillant dans la baie. Au bas du plan figure la note suivante : "Cette place a été bloquée dès le mois de juillet 1779, par l'escadre espagnole aux ordres de Don Barcelo, et l'armée de terre commandée par Don Alvarez de Mendoza. Et le siège dans toutes les règles a été commencé vers la fin d'août 1782". Antoine Barcelo ou Don Antonio Barcelo fut un marin et militaire espagnol, qui se distingua lors du siège de Gibraltar. En 1704, au moment de la Guerre de Succession d'Espagne, l'Angleterre s'emparait de Gibraltar, place forte d'un intérêt stratégique considérable. Cette prise de possession fut confirmée par le traité d'Utrecht de 1713, puis par différents traités conclus au cours du XVIIIème siècle. Cependant, plusieurs tentatives de reprise de ce territoire par les Espagnols eurent lieu, en particulier entre 1727 et 1729, et entre 1779 et 1783, lorsque le "Rocher", assiégé, dut subir les attaques répétées des troupes franco-espagnoles commandées par le duc de Crillon. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

FADEN (William).

[LONDRES] A new pocket plan of the cities of London & Westminster; with the borough of Southwark: comprehending the new buildings and other alterations to the year 1795.

London, William Faden, 1795. En 20 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 468 x 915 mm.

Beau plan de Londres, Westminster et Southwark, s'étendant jusqu'à Islington, Ratcliff, Newington Butts et Paddington. Les limites de la ville de Londres sont aquarellées en rouge, les rues projetées sont aquarellés en jaune (Great Quebeck Street, Dorset Street), et les districts de Westminster en vert. Le plan est accompagné d'une liste des paroisses. Bon exemplaire aquarellé à l'époque. Tache d'encre, toile déchirée par endroits. Howgego, 186.4.

FAUVEL (Albert-Auguste).

[MALAISIE/SINGAPOUR] Carte de la péninsule de Malacca.

[1893]. 715 x 554 mm.

Belle et grande carte gravée en couleurs, figurant la péninsule de Malacca ou péninsule malaise, s'étendant au nord jusqu'à l'île de Ko Lanta en Thaïlande et au sud jusqu'à Singapour. Elle a été dressée par l'explorateur et naturaliste français Albert-Auguste Fauvel d'après les dernières cartes anglaises, pour le Bulletin de la Société de Géographie, dont l'un des rédacteurs fut Alexandre-François Barbié du Bocage. En carton figure une carte de la Malaisie montrant les divisions politiques. Au bas du titre figure un vocabulaire malais-français de 16 termes de géographie. Très légères rousseurs partielles. Bel exemplaire, replié.

FER (Nicolas de).

[BARCELONE] Barcelonne ville et port fameux d'Espagne.

[1690-1695]. 166 x 270 mm.

Beau plan de Barcelone et ses environs, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. Bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

[BARCELONE] Veue, ou profil, de Barcelone, capitale de Catalogne.

[1690-1695]. 93 x 288 mm.

Belle vue de Barcelone, avec table de 23 renvois, issue de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. Mouillure dans la partie gauche.

FER (Nicolas de).

[BELLE-ÎLE-en-MER] Bourg ou ville, et palais de Bell'Isle, située dans une isle de même nom, sur la coste méridionale de Bretagne.

Paris, Sr. de Fer, [1690-1695]. 214 x 299 mm.

Beau plan gravé figurant la ville fortifiée du Palais et la citadelle Vauban à Belle-Île-en-Mer. Sur la droite est mentionné le logement des Fouquet, propriétaires du marquisat de l'île. Le nord est situé à droite de la carte. Le plan est issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. Bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

[COLLIOURE] Collioure ville forte, port sur la mer Méditerranée.

[1690-1695]. 170 x 288 mm.

Plan de la citadelle de Collioure fortifiée par Vauban, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. Bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

[LA ROCHELLE] La Rochelle ville considérable, port sur la mer Océane.

Paris, Sr. de Fer, 1695. 154 x 251 mm.

Plan de la citadelle de La Rochelle, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. Bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

[ÎLE de RÉ] L'Isle de Ré de basse marée, située dans la mer Océane sur la coste occident. de France, devant la ville de la Rochelle et du gouvern. du pais d'Aunis.

[1690-1695]. 151 x 270 mm.

Très belle carte de l'île de Ré, issue de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. La carte montre la citadelle de Saint-Martin ainsi que les forts Martray et de la Prée. Le nord est placé au bas de la carte. Bel exemplaire. Gaudillat, Cartes de l’île de Ré, p. 10.

FER (Nicolas de).

Cinquiême Plan de la ville de Paris, son accroissement, et sa quatriême clôture commancée sous Charles V l'an 1367 et finie sous Charles VI l'an 1383.

[Paris, circa 1720]. 440 x 540 mm.

Beau plan de Paris dressé par Nicolas de Fer, de la série des neuf plans de Paris réalisés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare, entre 1705 et 1738, selon les éditions. Ces neuf plans montrent l'évolution de la ville depuis ses origines en tant que Lutèce sous l'Empire Romain en 56 av. J.-C., jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle. Ce cinquième plan figure Paris entre 1367 et 1383, sous les règnes de Charles V et Charles VI. Le plan montre l'agrandissement de la ville qui débuta sous Philippe II Auguste entre 1180 et 1223, et la nouvelle enceinte construite sous le règne de Charles V par le prévôt Hugues Aubriot entre 1367 et 1383. C'est au cours de ces travaux de fortification que fut bâtie la Bastille en 1371. L'agrandissement de la ville imposa la construction de deux nouveaux ponts : le pont Saint-Michel en 1384 et le pont Notre-Dame en 1414. Le plan est accompagné d'une table de renvois et d'un historique des travaux. Marge droite un peu courte, petit manque restauré au niveau du cartouche en bas à droite. Bel exemplaire. Petites restaurations marginales. Boutier, 158.

FER (Nicolas de).

Le Canal Royal de Languedoc pour la jonction des deux mers Océan et Méditerranée - Le Gouvernement général de Languedoc divisé en Haut et Bas Languedoc et Sévennes.

Paris, Benard, 1712. 452 x 680 mm.

Belle carte figurant dans sa partie supérieure le canal du Languedoc entre Toulouse et Sète, et dans sa partie inférieure le gouvernement général du Languedoc et les Cévennes, publiée par Jacques François Bénard, gendre et successeur de Nicolas de Fer. Elle est décorée de quatre cartouches ornés, dont un cartouche contenant la description du canal, et un beau cartouche de titre orné de figures allégoriques et de personnages représentés lors des travaux. Considéré comme l'une des merveilles du règne de Louis XIV, le Canal du Languedoc ou Canal du Midi, reliant l'Atlantique à la Méditerranée, fut construit de 1667 à 1681, et achevé par Vauban en 1693. Jusqu'à dix mille ouvriers participèrent au percement du canal, et à la construction de ses nombreux aqueducs et ouvrages. Géographe, graveur et éditeur français, Nicolas de Fer a produit près de 600 cartes, très recherchées pour leur qualité décorative. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Pastoureau, FER II C, 29.

FER (Nicolas de).

Lutèce ou premier plan de la ville de Paris.

[Paris, circa 1720]. 445 x 547 mm.

Beau plan de Paris dressé par Nicolas de Fer, de la série des neuf plans de Paris réalisés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare, entre 1705 et 1738, selon les éditions. Ces neuf plans montrent l'évolution de la ville depuis ses origines en tant que Lutèce sous l'Empire Romain en 56 av. J.-C., jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle. Ce premier plan figure Paris en 56 av. J.-C., alors qu'elle vient d'être conquise par le général romain Titus Labienus au cours de la guerre des Gaules. Paris est nommée Lutetia par les Romains, et se limite à l'île de la Cité avec ses maisons de forme ronde, bâties de bois et de terre, et couvertes de roseaux ou de paille, avec les deux ponts reliant l'île aux rives de la Seine : le Petit-Pont, probablement le premier pont construit à Lutèce, et le Grand Pont, futur Pont notre-Dame. Le plan est accompagné d'une description historique. Bon exemplaire. Petites restaurations marginales. Boutier, 154.

FER (Nicolas de).

Quatriême Plan de la ville de Paris, son accroissement, et l'état où elle êtoit sous le règne de Philippe Auguste, qui mourut l'an 1223 après avoir régné 43 ans.

[Paris, circa 1720]. 434 x 533 mm.

Beau plan de Paris dressé par Nicolas de Fer, de la série des neuf plans de Paris réalisés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare, entre 1705 et 1738, selon les éditions. Ces neuf plans montrent l'évolution de la ville depuis ses origines en tant que Lutèce sous l'Empire Romain en 56 av. J.-C., jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle. Ce quatrième plan figure Paris sous Philippe II Auguste, qui régna entre 1180 et 1223. C'est sous le règne de Philippe Auguste que débutèrent véritablement les projets d'agrandissement de Paris, notamment en intégrant les petits bourgs qui environnaient la ville : bourg de Saint-Germain l'Auxerrois, Beau bourg, bourg Tiboust, une partie du bourg l'Abbé, et le bourg Sainte-Geneviève. Afin de protéger la ville d'éventuelles attaques, Philippe Auguste entreprit alors de faire construire une enceinte autour de la ville avec ces nouveaux bourgs. L'enceinte de Philippe Auguste est aujourd'hui la plus ancienne dont on connaisse le tracé avec précision. Hors les murs, il restait encore les bourgs de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Marcel, Saint-Victor, Saint-Eloi et une partie du bourg l'Abbé. C'est encore sous Philippe Auguste que fut aménagé l'emplacement des premières Halles. Le plan est accompagné d'une table de renvois et d'un historique des travaux. Bon exemplaire. Petites restaurations marginales. Boutier, 157.

FER (Nicolas de).

Septième Plan de la ville de Paris, son acroissement et ses embelissemens sous Henry IIII et Louis XIII, depuis 1589 jusqu'en 1643.

[Paris, circa 1720]. 451 x 554 mm.

Beau plan de Paris dressé par Nicolas de Fer, de la série des neuf plans de Paris réalisés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare, entre 1705 et 1738, selon les éditions. Ces neuf plans montrent l'évolution de la ville depuis ses origines en tant que Lutèce sous l'Empire Romain en 56 av. J.-C., jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle. Ce septième plan figure Paris entre 1589 et 1643, sous les règnes d'Henri IV et de Louis XIII, avec les nouvelles constructions et embellissements : le Pont-Neuf en 1604, la Place Royale, actuelle place des Vosges, en 1605, la rue de Harlay et la place Dauphine en 1607 sur l'île du Palais, actuelle île de la Cité, la statue équestre d'Henry IV, toujours sur l'île de la Cité, en 1619, etc. Le plan est accompagné d'une table de renvois et d'une description, et orné d'une stèle décorée d'un globe et des armoiries du roi. Bon exemplaire. Brunissures par endroits, petites restaurations marginales. Boutier, 160.

FER (Nicolas de).

Troisième Plan de la ville de Paris, son êtendüe et les bourgs dont elle êtoit environnée sous le règne de Loüis le Jeune VIIe du nom.

[Paris, circa 1720]. 424 x 526 mm.

Beau plan de Paris dressé par Nicolas de Fer, de la série des neuf plans de Paris réalisés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare, entre 1705 et 1738, selon les éditions. Ces neuf plans montrent l'évolution de la ville depuis ses origines en tant que Lutèce sous l'Empire Romain en 56 av. J.-C., jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle. Ce troisième plan figure Paris sous Louis VII, dit Louis le Jeune, entre 1137 et 1180. La ville était alors divisée en quatre quartiers, qui étaient l'île de la Cité, berceau historique de Paris, et sur la rive droite, les quartiers de la Grève, de la Verrerie et de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. La première enceinte médiévale, érigée vers le Xe siècle, était encerclée de dix bourgs, parmi lesquels Saint-Germain l'Auxerrois, Beau bourg, le bourg Tiboust, une partie du bourg l'Abbé, Sainte-Geneviève, Saint-Germain-des-Prés ou Saint-Victor. Le plan est accompagné d'une table de renvois ornée d'attributs militaires et d'un historique des travaux. Bon exemplaire. Petites restaurations marginales. Boutier, 156.

FLOREZ (Llano) & FEUILLETS d'ART.

Robe portée par Mme Charlotte directrice de la Maison Premet.

[1919]. 274 x 185 mm.

Superbe planche gravée et finement coloriée au pochoir, avec rehauts d'argent, issue des Feuillets d'art, luxueuse revue des débuts de la période Art Déco, publiée entre 1919 et 1922, et consacrée à la littérature, au théâtre, aux arts plastiques et aux arts décoratifs, à la musique et à la mode. Bel exemplaire.

FORNIER (Yvonne). MANUSCRIT.

[Planisphère nautique manuscrit].

Octobre 1949. 1,26 x 1,60 m, sur quatre peaux de vélin jointes, marouflées sur toile et montées sur un châssis en bois.

Grande et belle carte manuscrite, encre noire et gouache, très colorée, représentant un planisphère (sans l'Asie orientale) tel qu'on le représentait au XVIème siècle, date des premiers grands voyages d'exploration. C'est une copie assez fidèle de la plus grande partie du planisphère nautique manuscrit de Pierre Desceliers de 1546, conservé à la bibliothèque de l'université John Rylands à Manchester. Ce cartographe normand, membre de l'école de cartographie de Dieppe, et considéré comme le père de l'hydrographie française, a réalisé plusieurs grands portulans manuscrits grâce aux renseignements qu'il tenait des explorateurs dieppois et de l'armateur Jean Ango. Ce sont des cartes nautiques montrant les contours des continents, accompagnées de nombreuses mentions manuscrites et illustrées de scènes ethnographiques issues de l'expérience des voyageurs européens, ainsi que de représentations d'animaux fantastiques et d'êtres mythologiques. De la carte de Desceliers, l'auteur en a respecté l'orthographe, l'encadrement aux armes du Dauphin auquel la carte est dédiée, et les grands rhumbs, roses des vents, monstres marins et navires qui ornent les mers, et, tout en lui donnant un aspect beaucoup plus coloré, il s'est attaché à reproduire les nombreuses scènes pittoresques et animaux fabuleux qui illustrent les continents.

FREYCINET (Louis de).

[SYDNEY] Nouvelle-Hollande : Nelle Galles du Sud. Vue d'une partie de la ville de Sydney capitale des colonies anglaises aux Terres Australes, et de l'entrée du Port Jackson dans lequel cette ville est située.

[1824]. 173 x 206 mm.

Belle vue figurant l'entrée de la ville de Sydney et de Port Jackson, dessinée par Charles Alexandre Lesueur et gravée à l'eau-forte par Pillement. Bel exemplaire.

FREYCINET (Louis-Claude Desaulses de) & DUPERREY (Louis-Isidore).

[GUAM] Carte particulière de l'île Guam (1ère feuille) - Carte particulière de l'île Guam (2me feuille).

[Paris, 1826]. En deux feuilles de 509 x 768 mm chacune.

Rare et grande carte en deux feuilles de l'île de Guam, faisant partie de l'archipel des îles Mariannes, dans le Pacifique. Les côtes sont très détaillées, tandis qu'à l'intérieur de l'île figure seulement le mont Santa Rosa. En carton, plan de l'île Rota, située au nord de Guam. La carte, levée et dressée par l'officier de Marine Louis-Isidore Duperrey en mars et juin 1819, est issue de la relation de l'un des plus importants voyages de circumnavigation, le Voyage autour du monde sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne, pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820 de Louis de Freycinet. La route de la corvette l'Uranie en mars et juin 1819 est tracée. Accompagné d'une équipe de scientifiques composée de l'enseigne Duperrey, des chirurgiens Quoy et Gaimard, du pharmacien Gaudichaud et du dessinateur Jacques Arago, Louis de Freycinet, commandant de l'Uranie, quitta Toulon le 17 septembre 1817. L'expédition fit escale à Gibraltar, Rio de Janeiro, au Cap, à l'île Maurice et arriva en septembre 1818 sur les côtes ouest de l'Australie. Ils visitèrent ensuite Timor, les Moluques, Guam, Sydney et prirent la route du retour par le cap Horn qu'ils franchirent le 7 février 1820. Arrivé dans le détroit de Lemaire, l'Uranie subit une violente tempête et s'échoua dans la Baie Française. Après avoir sauvé l'essentiel des collections scientifiques, Freycinet et son équipage revinrent en France sur une corvette américaine achetée à cet effet, qu'il rebaptisa la Physicienne. Il arriva au Havre le 13 novembre 1820, après trois ans de navigation, rapportant de nombreuses et précieuses collections de mammifères, d'oiseaux, d'insectes, de poissons et de plantes. Acquitté par le Conseil de guerre, il fut promu capitaine de vaisseau et aussitôt affecté au Dépôt des Cartes. La description qu'elle contient de l'Australie, ainsi que les renseignements sur le Brésil, en font l'une des relations de voyages les plus importantes au XIXe siècle. Bel exemplaire.

FREYCINET (Louis-Claude Desaulses de) & DUPERREY (Louis-Isidore).

[GUAM] Plan du port San-Luis d'Apra (sur l'île de Guam).

[Paris, 1826]. 502 x 764 mm.

Rare plan détaillé figurant l'entrée du port de San Luis de Apra, sur la côte ouest de l'île de Guam, archipel des îles Mariannes, dans le Pacifique. Levé et dressé par l'officier de Marine Louis-Isidore Duperrey en mars et avril 1819, ce plan est issu de la relation de l'un des plus importants voyages de circumnavigation, le Voyage autour du monde sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne, pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820 de Louis de Freycinet. Accompagné d'une équipe de scientifiques composée de l'enseigne Duperrey, des chirurgiens Quoy et Gaimard, du pharmacien Gaudichaud et du dessinateur Jacques Arago, Louis de Freycinet, commandant de l'Uranie, quitta Toulon le 17 septembre 1817. L'expédition fit escale à Gibraltar, Rio de Janeiro, au Cap, à l'île Maurice et arriva en septembre 1818 sur les côtes ouest de l'Australie. Ils visitèrent ensuite Timor, les Moluques, Guam, Sydney et prirent la route du retour par le cap Horn qu'ils franchirent le 7 février 1820. Arrivé dans le détroit de Lemaire, l'Uranie subit une violente tempête et s'échoua dans la Baie Française. Après avoir sauvé l'essentiel des collections scientifiques, Freycinet et son équipage revinrent en France sur une corvette américaine achetée à cet effet, qu'il rebaptisa la Physicienne. Il arriva au Havre le 13 novembre 1820, après trois ans de navigation, rapportant de nombreuses et précieuses collections de mammifères, d'oiseaux, d'insectes, de poissons et de plantes. Acquitté par le Conseil de guerre, il fut promu capitaine de vaisseau et aussitôt affecté au Dépôt des Cartes. La description qu'elle contient de l'Australie, ainsi que les renseignements sur le Brésil, en font l'une des relations de voyages les plus importantes au XIXe siècle. Bel exemplaire.

FREYCINET (Louis-Claude Desaulses de) & DUPERREY (Louis-Isidore).

[HAWAII/O'AHU] Plan du port d'Onorourou, sur l'île Wahou (îles Sandwich).

[Paris, 1826]. 509 x 343 mm.

Très rare plan de la baie d'Honolulu, anciennement Onorourou, située au sud de l'île d'O'ahu, dans l'archipel des îles Hawaii. Levé et dressé par l'officier de Marine Louis-Isidore Duperrey en août 1819, ce plan est issu de la relation de l'un des plus importants voyages de circumnavigation, le Voyage autour du monde sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne, pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820 de Louis de Freycinet. Le plan figure deux pêcheries et un fort. Accompagné d'une équipe de scientifiques composée de l'enseigne Duperrey, des chirurgiens Quoy et Gaimard, du pharmacien Gaudichaud et du dessinateur Jacques Arago, Louis de Freycinet, commandant de l'Uranie, quitta Toulon le 17 septembre 1817. L'expédition fit escale à Gibraltar, Rio de Janeiro, au Cap, à l'île Maurice et arriva en septembre 1818 sur les côtes ouest de l'Australie. Ils visitèrent ensuite Timor, les Moluques, Guam, Sydney et prirent la route du retour par le cap Horn qu'ils franchirent le 7 février 1820. Arrivé dans le détroit de Lemaire, l'Uranie subit une violente tempête et s'échoua dans la Baie Française. Après avoir sauvé l'essentiel des collections scientifiques, Freycinet et son équipage revinrent en France sur une corvette américaine achetée à cet effet, qu'il rebaptisa la Physicienne. Il arriva au Havre le 13 novembre 1820, après trois ans de navigation, rapportant de nombreuses et précieuses collections de mammifères, d'oiseaux, d'insectes, de poissons et de plantes. Acquitté par le Conseil de guerre, il fut promu capitaine de vaisseau et aussitôt affecté au Dépôt des Cartes. La description qu'elle contient de l'Australie, ainsi que les renseignements sur le Brésil, en font l'une des relations de voyages les plus importantes au XIXe siècle. Bel exemplaire.

FREYCINET (Louis-Claude Desaulses de) & DUPERREY (Louis-Isidore).

[HAWAII] Plan de la baie de Kohaï-haï (sur l'île Owhyhi, îles Sandwich).

[Paris, 1826]. 510 x 346 mm.

Très rare plan de la baie de Kawaihae, anciennement Kohaï-haï, située au nord-ouest de l'île d'Hawaii, dans l'archipel du même nom. Levé et dressé par l'officier de Marine Louis-Isidore Duperrey en août 1819, ce plan est issu de la relation de l'un des plus importants voyages de circumnavigation, le "Voyage autour du monde sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne, pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820" de Louis de Freycinet. Le plan figure les maisons du roi Kamehameha II, du chef Kiaïmoukou et de John Young, conseiller du roi, le village proche de Hahina, ainsi que le point de mouillage et l'observatoire de l'Uranie. Accompagné d'une équipe de scientifiques composée de l'enseigne Duperrey, des chirurgiens Quoy et Gaimard, du pharmacien Gaudichaud et du dessinateur Jacques Arago, Louis de Freycinet, commandant de l'Uranie, quitta Toulon le 17 septembre 1817. L'expédition fit escale à Gibraltar, Rio de Janeiro, au Cap, à l'île Maurice et arriva en septembre 1818 sur les côtes ouest de l'Australie. Ils visitèrent ensuite Timor, les Moluques, Guam, Sydney et prirent la route du retour par le cap Horn qu'ils franchirent le 7 février 1820. Arrivé dans le détroit de Lemaire, l'Uranie subit une violente tempête et s'échoua dans la Baie Française. Après avoir sauvé l'essentiel des collections scientifiques, Freycinet et son équipage revinrent en France sur une corvette américaine achetée à cet effet, qu'il rebaptisa la Physicienne. Il arriva au Havre le 13 novembre 1820, après trois ans de navigation, rapportant de nombreuses et précieuses collections de mammifères, d'oiseaux, d'insectes, de poissons et de plantes. Acquitté par le Conseil de guerre, il fut promu capitaine de vaisseau et aussitôt affecté au Dépôt des Cartes. La description qu'elle contient de l'Australie, ainsi que les renseignements sur le Brésil, en font l'une des relations de voyages les plus importantes au XIXe siècle. Très légères rousseurs dans les marges, sinon bel exemplaire.

FREYCINET (Louis-Claude Desaulses de) & DUPERREY (Louis-Isidore).

[HAWAII] Plan de la rade de Kayakakoua sur l'île Owhyhi.

[Paris, 1826]. 345 x 510 mm.

Très rare plan de la baie de Kealakekua, anciennement Kayakakoua, située à l'ouest de l'île d'Hawaii, dans l'archipel du même nom. Levé et dressé par l'officier de Marine Louis-Isidore Duperrey en août 1819, ce plan est issu de la relation de l'un des plus importants voyages de circumnavigation, le "Voyage autour du monde sur les corvettes de S.M. l'Uranie et la Physicienne, pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820" de Louis de Freycinet. Le plan est accompagné de huit légendes montrant notamment le morai (temple) et le tombeau du roi Tamahama, ainsi qu'une batterie de canons. Les villages à proximité de la baie sont également indiqués. Accompagné d'une équipe de scientifiques composée de l'enseigne Duperrey, des chirurgiens Quoy et Gaimard, du pharmacien Gaudichaud et du dessinateur Jacques Arago, Louis de Freycinet, commandant de l'Uranie, quitta Toulon le 17 septembre 1817. L'expédition fit escale à Gibraltar, Rio de Janeiro, au Cap, à l'île Maurice et arriva en septembre 1818 sur les côtes ouest de l'Australie. Ils visitèrent ensuite Timor, les Moluques, Guam, Sydney et prirent la route du retour par le cap Horn qu'ils franchirent le 7 février 1820. Arrivé dans le détroit de Lemaire, l'Uranie subit une violente tempête et s'échoua dans la Baie Française. Après avoir sauvé l'essentiel des collections scientifiques, Freycinet et son équipage revinrent en France sur une corvette américaine achetée à cet effet, qu'il rebaptisa la Physicienne. Il arriva au Havre le 13 novembre 1820, après trois ans de navigation, rapportant de nombreuses et précieuses collections de mammifères, d'oiseaux, d'insectes, de poissons et de plantes. Acquitté par le Conseil de guerre, il fut promu capitaine de vaisseau et aussitôt affecté au Dépôt des Cartes. La description qu'elle contient de l'Australie, ainsi que les renseignements sur le Brésil, en font l'une des relations de voyages les plus importantes au XIXe siècle. Très légères rousseurs dans les marges, sinon bel exemplaire.