604 résultats

BRION de la TOUR (Louis).

La Judée ou Palestine.

Paris, Desnos, [circa 1760]. 280 x 312 mm.

Belle carte de la Terre Sainte, ornée d'un cartouche de titre et encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, dressée par l'ingénieur-géographe du roi Louis Brion de La Tour. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Nouveau Mexique, Louisiane, Canada et Nlle Angleterre.

Paris, Desnos, 1766. 277 x 305 mm.

Belle carte de l'Amérique du Nord, ornée d'un cartouche de titre et encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, dressée par l'ingénieur-géographe du roi Louis Brion de La Tour. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BRITISH ADMIRALTY.

[AMÉRIQUE CENTRALE] Central America - West coast. Burica Point to Mangrove Bluff.

London, 1882-1892. 654 x 978 mm.

Belle et grande carte marine détaillée figurant les côtes de l'Amérique Centrale depuis Mangrove Bluff et Vera Cruz au Mexique jusqu'à Punta Burica au nord du Panama, avec le Belize, le Guatemala, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, et le Costa Rica. Elle a été dressée en 1882 d'après les relevés britanniques et américains les plus récents, puis corrigée jusqu'en 1892. En carton figurent 5 plans des baies de Chacahua, Salina Cruz, Ventosa et Morro Ayuca au Mexique, de Puerto San José et Champerico au Guatemala, et de Salinas au Costa Rica, à la frontière du Nicaragua. Les phares sont aquarellés en jaune avec un point rouge : Acapulco, Puerto San José, Belize City, sur l'île d'Utila au Honduras, ou encore Puerto Limón au Costa Rica. Petit manque dans la marge supérieure, petites déchirures restaurées. Très bonne condition générale.

BRUE (Adrien Hubert).

Carte physique, administrative et routière de la France, indiquant aussi la navigation intérieure du royaume.

Paris, J. Goujon, 1818. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,13 x 1,58 m, étiquette de l'éditeur Auvray au dos de la carte.

Belle et grande carte murale de la France, dressée en 1818 par Adrien Hubert Brué, géographe du comte d'Artois, futur Charles X. Les symboles utilisés permettent de repérer les villes et bourgs fortifiés, les forts et redoutes, les routes royales de 1ère, 2ème et 3ème classe, les relais de poste aux chevaux, les canaux de navigation, etc. La Corse est représentée séparément dans un encadré. Très bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

BRUE (Adrien Hubert).

Nouvelle carte de l'Amérique méridionale et des îles qui en dépendent.

Paris, Ch. Picquet, 1843. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,85 x 1,28 m, étiquette ornée de l'éditeur Charles Picquet au dos.

Très rare carte monumentale de l'Amérique du Sud de près de 2 mètres de hauteur, dressée par Adrien Hubert Brué, géographe du roi Charles X, dédiée à l'Académie royale des sciences de l'Institut de France, revue, corrigée et augmentée par Charles Picquet, géographe du roi Charles X et du duc d'Orléans (futur Louis-Philippe Ier) et propriétaire des cartes et atlas de Brué. En carton : carte de l'archipel des Galapagos, carte de l'archipel des îles Shetland et des Orcades méridionales, et carte des découvertes récemment faites au sud-est de l'Amérique. Les frontières sont signalées par un système de couleurs détaillé à droite de la carte. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

BRUE (Adrien Hubert).

Nouvelle carte de l'Amérique septentrionale, du Groënland et des îles qui en dépendent.

Paris, Ch. Picquet, 1843. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,86 x 1,28 m, étiquette ornée de l'éditeur Charles Picquet au dos.

Très rare carte monumentale de l'Amérique du Nord de près de 2 mètres de hauteur, dressée par Adrien Hubert Brué, géographe du roi Charles X, dédiée à l'Académie royale des sciences de l'Institut de France, revue, corrigée et augmentée par Charles Picquet, géographe du roi Charles X et du duc d'Orléans (futur Louis-Philippe Ier) et propriétaire des cartes et atlas de Brué. En carton : carte des possessions russes en Amérique du Nord, carte de l'archipel du Spitzberg, carte de la partie nord-est des États-Unis, carte des Bermudes, et carte des environs de Mexico et de Vera Cruz. Les frontières et possessions sont signalées par un système de couleurs détaillé à gauche de la carte. Cette carte est historiquement importante pour la cartographie de l'Amérique du Nord. La première édition de 1833 fut en effet la première carte contenant des informations dérivées de Jedediah Smith qui fut le premier à traverser la Sierra Nevada et à explorer les Montagnes Rocheuses. Toile déchirée par endroits. Néanmoins bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

BRUYN (Cornelis de, dit Corneille Le Brun).

[ASTRAKHAN] Astrakan.

[Amsterdam, 1718]. 204 x 620 mm.

Beau panorama de la ville d'Astrakhan, issu du Voyage par la Moscovie, en Perse, et aux Indes orientales. Peintre de formation, Cornelis de Bruyn avait déjà réalisé un voyage en Orient et en Égypte avant d'effectuer ce second voyage entre 1701 et 1708. Il visita la Russie du nord, Moscou (où il fit les portraits de cousines du tsar), la Tartarie, la Perse, Ceylan et Java avant de rentrer par le même chemin. Partout il dessina les villes, les habitants, les paysages, les animaux et les plantes, s'intéressa à toutes sortes de détails sur l'habillement, la nourriture, les châtiments, ou encore les façons de voyager. Exemplaire replié. Mouillures dans la marge supérieure.

BRUYN (Cornelis de, dit Corneille Le Brun).

[IRAN] Spahan.

[Amsterdam, 1718]. 29,4 x 159 cm.

Spectaculaire panorama de plus d'un mètre cinquante de longueur, figurant la ville d'Ispahan en Iran, capitale de l'empire perse entre le XVIe et le XVIIIe siècle, issu du Voyage par la Moscovie, en Perse, et aux Indes orientales. Peintre de formation, Cornelis de Bruyn avait déjà réalisé un voyage en Orient et en Égypte avant d'effectuer ce second voyage entre 1701 et 1708. Il visita la Russie du nord, Moscou (où il fit les portraits de cousines du tsar), la Tartarie, la Perse, Ceylan et Java avant de rentrer par le même chemin. Partout il dessina les villes, les habitants, les paysages, les animaux et les plantes, s'intéressa à toutes sortes de détails sur l'habillement, la nourriture, les châtiments, ou encore les façons de voyager. Exemplaire replié. Quelques froissements, notamment dans la marge gauche, manque au niveau de la marge dans le coin supérieur gauche.

BRUYN (Cornelis de, dit Corneille Le Brun).

[JAKARTA/JAVA] Batavie.

[Amsterdam, 1718]. 169 x 355 mm.

Beau panorama de la ville de Batavia, aujourd'hui Jakarta, dans l'île de Java, issu du Voyage par la Moscovie, en Perse, et aux Indes orientales. Peintre de formation, Cornelis de Bruyn avait déjà réalisé un voyage en Orient et en Égypte avant d'effectuer ce second voyage entre 1701 et 1708. Il visita la Russie du nord, Moscou (où il fit les portraits de cousines du tsar), la Tartarie, la Perse, Ceylan et Java avant de rentrer par le même chemin. Partout il dessina les villes, les habitants, les paysages, les animaux et les plantes, s'intéressa à toutes sortes de détails sur l'habillement, la nourriture, les châtiments, ou encore les façons de voyager. Bon exemplaire, replié.

BRUYN (Cornelis de, dit Corneille Le Brun).

[MOSCOU] Moskow.

[Amsterdam, 1718]. 29,5 x 189,7 cm.

Spectaculaire panorama de Moscou, de près de 2 mètres de longueur, issu du Voyage par la Moscovie, en Perse, et aux Indes orientales. Peintre de formation, Cornelis de Bruyn avait déjà réalisé un voyage en Orient et en Égypte avant d'effectuer ce second voyage entre 1701 et 1708. Il visita la Russie du nord, Moscou (où il fit les portraits de cousines du tsar), la Tartarie, la Perse, Ceylan et Java avant de rentrer par le même chemin. Partout il dessina les villes, les habitants, les paysages, les animaux et les plantes, s'intéressa à toutes sortes de détails sur l'habillement, la nourriture, les châtiments, ou encore les façons de voyager. Exemplaire replié. Quelques froissements, marge gauche partiellement coupée, petites déchirures, quelques mouillures dans la partie haute.

BUCHON (Jean Alexandre).

[GUYANE] Carte géographique, statistique et historique de la Guyane.

Paris, 1825. 473 x 616 mm.

Belle carte figurant la Guyane Française, le Surinam ou Guyane Hollandaise et la Guyane Britannique, avec parties du Brésil et du Venezuela, issue de l'Atlas géographique, statistique, historique et chronologique des deux Amériques et des îles adjacentes, qui n'est autre que l'édition française de l'atlas américain de Carey & Lea, A complete historical, chronological, and geographical American atlas, dont la première édition fut publiée à Philadelphie en 1822. Les bordures contiennent une longue description géographique et historique. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

BULLETIN de la SOCIÉTÉ de GÉOGRAPHIE.

Australie (Nouvelle Hollande).

[1880]. 217 x 275 mm.

Belle carte détaillée de l'Australie, appelée Nouvelle-Hollande jusqu'en 1824, issue du Bulletin de la Société de Géographie, dont l'un des rédacteurs fut Alexandre-François Barbié du Bocage. Bel exemplaire.

BURCKARDT (Charles).

Les quatre Saisons.

Wissembourg, [circa 1880]. 4 planches, chacune 355 x 484 mm.

Quatre planches figurant les quatre saisons, lithographiées en couleurs et publiées par Burckardt à Wissembourg. Titres en 5 langues. Beaux exemplaires. Lègères rousseurs marginales à la planche de l'automne.

CAPITAINE (Louis).

Carte de la France suivant sa nouvelle division en départements et districts. Dédiée à l'Assemblée Nationale par les directeurs et associés de la carte générale de la France.

1790. En 42 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,23 x 1,16 m, sous étui de papier bleu.

Première carte des départements français, publiée lors de l'année de leur création. Belle carte murale de la France en 83 départements, ornée d'un grand cartouche de titre décoré d'attributs militaires et des arts et des sciences, et d'un médaillon sur lequel on peut lire "Assemblée Nationale. La Loi et le Roi". Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Issu d'une famille d'ingénieurs qui travailla à la Carte de France de Cassini, Louis Capitaine fut nommé en 1779 responsable du dépôt de la Carte de France. Il en réalisa plusieurs réductions, d'abord avec les divisions administratives de l'Ancien Régime, puis avec les nouveaux départements. Très bel exemplaire aquarellé à l'époque. Etui usagé. Pelletier & Ozanne, Portraits de la France, fig. 129.

CASSINI de THURY (César-François).

[AVRANCHES] Carte de Cassini. Feuille n°82/95.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 583 x 930 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°82/95 de la carte de Cassini, couvrant Avranches et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre La Bigne et Saint-Hilaire- du-Harcouët, et d'ouest en est entre Avranches et Ménil-Hermei. Les villes et les routes principales sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[BORDEAUX] Carte de Cassini. Feuille n°164/104.

[Paris, circa 1800]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 592 x 931 mm ; étiquette au dos portant le numéro de la feuille.

Feuille n°164/104 de la carte de Cassini, couvrant Bordeaux et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Gauriac et Saint-Morillon, et d'ouest en est entre Le Porge et Saint-Émilion. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Quelques très légères rousseurs. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[DINAN/RENNES] Carte de Cassini. Feuille n°8/128.

[Paris, circa 1810]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 606 x 920 mm.

Feuille n°8/128 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Dinan et Rennes. Elle s'étend du nord au sud entre Plesnin-Trigavou et Rennes, et d'ouest en est entre Saint-Méleuc et Saint-Hilaire-des-Landes. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bon exemplaire. Petits manques de toile aux intersections.

CASSINI de THURY (César-François).

[LA ROCHELLE] Carte de Cassini. Feuille n°97/101.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 588 x 925 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Auvray et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°97/101 de la carte de Cassini, couvrant La Rochelle, Niort et les environs. Elle s'étend du nord au sud entre Maillezais et Tonnay-Charente, et s'étend à l'est jusqu'à Celles-sur-Belle et Brioux-sur-Boutonne. Les forêts de Chizé et d'Aulnay (orthographiée Aunay) sont aquarellées en vert. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[LILLE] Carte de Cassini. Feuille n°18/41.

[Paris, 1756-1789]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 605 x 925 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Auvray et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°18/41 de la carte de Cassini, couvrant Lille et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Menin en Belgique et Douai, et d'ouest en est entre Beaucamps et Beloeil en Belgique. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bon exemplaire. Petites taches d'encre bleue.

CASSINI de THURY (César-François).

[MAYENNE] Carte de Cassini. Feuille n°90/96.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 597 x 942 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°90/96 de la carte de Cassini, couvrant Mayenne et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Saint-Cyr-du-Bailleul et Saint-Germain-Le-Fouilloux, et d'ouest en est entre Saint-Sauveur-des-Landes et Saint-Aignan-de-Couptrain. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[MEAUX] Carte de Cassini. Feuille n°4.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°4 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Meaux. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[MORTAGNE-sur-SÈVRE] Carte de Cassini. Feuille n°102/99.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 922 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°102/99 de la carte de Cassini, couvrant Mortagne-sur-Sèvre et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Chanzeaux (orthographiée Chazeau) et Montravers (orthographiée Mautravers), et d'est en ouest entre Cugand et Le-Puy-Notre-Dame. Le cours de la Sèvre est aquarellé en vert. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[RENNES] Carte de Cassini. Feuille n°9/129.

[Paris, circa 1810]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 599 x 927 mm.

Feuille n°9/129 de la carte de Cassini, couvrant les environs au sud de Rennes. Elle s'étend du nord au sud entre Rennes et Lusanger, et d'ouest en est entre Missiriac et Marcillé. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[SAINT-MALO] Carte de Cassini. Feuille n°7/127.

[Paris, circa 1810]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 614 x 915 mm.

Feuille n°7/127 de la carte de Cassini, couvrant Saint-Malo et ses environs. Elle s'étend au nord jusqu'à Montmartin en Normandie, et d'ouest en est entre le Cap Fréhel et Crollon. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Exemplaire empoussiéré, taches claires.

CASSINI de THURY (César-François).

[SOISSONS] Carte de Cassini. Feuille n44.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 582 x 920 mm ; étiquette au dos portant le titre et le numéro de la feuille.

Feuille n°44 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Soissons, s'étendant du nord au sud entre Vauxaillon (orthographié Vaussalion) et Dormans, et d'ouest en est entre Crépy-en-Valois et Damery. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[VIVIERS] Carte de Cassini. Feuille n°123/90.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 918 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°123/90 de la carte de Cassini, couvrant Viviers et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Fabras et Goudargues, et d'ouest en est entre Altier et Saint-Paul-Trois-Châteaux. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

Carte de France levée par ordre du roy. Première feuille.

[Paris, 1756]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 593 x 938 mm.

Première édition de la première feuille de la carte de Cassini, couvrant Paris et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Pontoise et Montlhéry, et d'ouest en est entre Montfort-l'Amaury et Coutevroult. Les villes principales sont aquarellées en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Manque au niveau de la ville de Gennevilliers, tache d'encre au niveau de Viroflay, manques de toile aux intersections.

CELLARIUS (Andreas).

Typus aspectuum, oppositionum et conjunctionum etz in planetis.

Amsterdam, Petrus Schenk et Gerard Valk, 1708. 433 x 514 mm.

Très belle carte céleste, figurant en son centre une petite carte circulaire axée sur le pôle Nord avec l'Asie, le nord du continent africain et l'Amérique du Nord où la Californie est représentée comme une île. Autour de cette carte un entrecroisement de lignes illustre les aspects astrologiques avec les conjonctions et les oppositions entre les planètes, avec tout autour les 12 signes du zodiaque. Les bordures sont ornées de nombreux angelots. Cette carte est issue de l'Atlas Coelestis, ou atlas céleste, publié une première fois en 1660, puis en 1708 par Schenk et Valk. Entièrement dédié au monde céleste, c'est le seul atlas du genre élaboré à l'époque de l'âge d'or de la cartographie hollandaise. Les 29 cartes qui le composent sont les plus remarquables jamais réalisées. D'origine allemande ou polonaise, Cellarius fut mathématicien et recteur de l'école de latin à Hoorn, au nord d'Amsterdam. Très bel exemplaire dans de beaux coloris de l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[JEMAPPES/DÉPARTEMENT] Département de Jemappes.

Paris, P.G. Chanlaire et Veuve Dumez, [1818]. 501 x 571 mm.

Rare carte de l'ancien département de Jemappes gravée par Tardieu, issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Le département de Jemappes, divisé en 3 arrondissements et 32 cantons, fut le nom donné au comté du Hainaut pendant les périodes d'occupation et d'annexion par la France, d'abord en 1793, à la suite de la bataille de Jemappes, puis de 1795 à 1814, date de l'abdication de Napoléon Ier. La carte est issue de la dernière édition de l'atlas de Chanlaire, qui est plus rare que la première et augmentée de tous les départements annexés par Napoléon, notamment en Italie, en Belgique ou aux Pays-Bas. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Rare.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[LUXEMBOURG/NAPOLÉON] Département des Forêts.

Paris, P.G. Chanlaire et Veuve Dumez, [1818]. 508 x 598 mm.

Rare carte de l'ancien département des Forêts gravée par Tardieu, issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Le département des Forêts fut un département français qui exista de 1795 à 1814, date de l'abdication de Napoléon Ier. Divisé en 4 arrondissements et 28 cantons, il était principalement constitué de l'ancien duché de Luxembourg et d'une partie du duché de Bouillon. Son nom venait de la forêt des Ardennes qui couvrait la majeure partie de son territoire. La carte est issue de la dernière édition de l'atlas de Chanlaire, qui est plus rare que la première et augmentée de tous les départements annexés par Napoléon, notamment en Italie, en Belgique ou aux Pays-Bas. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Rare.

CHARLE (Jean Baptiste Louis).

Carte routière et administrative de la France indiquant les routes de poste, royales et départementales, avec distances en kilomètres, les réseaux de chemins de fer, les canaux et rivières navigables, les itinéraires des bateaux à vapeur et paquebots.

Paris, Dopter, [circa 1850]. 570 x 832 mm, sur toile de lin.

Belle carte détaillée de la France dressée par Charle, géographe au Dépôt général de la Guerre. Elle est ornée de 48 vignettes de vues de villes françaises, dont une vue, sous le titre, montrant la statue équestre d'Henri IV sur le Pont Neuf. En carton figurent une carte circulaire des environs de Paris et une carte de la Corse. Bel exemplaire, sur toile de lin.

CHASSES DU ROI.

[SAINT-DENIS] Carte des environs de Versailles, dite des Chasses du Roi. S.t Denis. Feuille n°3.

[Paris, Ch. Picquet, vers 1820]. 440 x 777 mm.

Feuille n°3 de la Carte des environs de Versailles, dite des Chasses du Roi, couvrant les environs de Saint-Denis, gravée par Bouclet, Doudan et Tardieu l'aîné, écrite par Giraldon et Lale. Elle s'étend du nord au sud entre Villiers-le-Bel et Bobigny, orthographiée Baubigny, et d'ouest en est entre Gennevilliers et Villepinte. On peut voir notamment les villes de Saint-Gratien, Villetaneuse, Gonesse, Le Bourget, Roissy ou encore Drancy. Les villes principales et leurs jardins sont bien dessinés. L'échelle est en toises et en mètres. La Carte des Chasses du Roi, ou plus exactement Carte topographique des environs de Versailles ou des Chasses Impériales, fut l'une des plus grandes entreprises cartographiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Louis XV confia ce projet à Jean-Baptiste Berthier, chef des ingénieurs-géographes du Dépôt de la Guerre, qui fit appel aux meilleurs topographes de l'époque. La Carte des Chasses du Roi fit l'objet de trois campagnes de levés entre 1764 et 1773. Les 9 premières cartes, dont la carte d'assemblage, parurent à la fin du XVIIIe siècle. Les 4 dernières feuilles ne furent achevées qu'en 1807, pour les chasses de l'Empereur. Couvrant une surface de 3 400 km2, cette carte se distingue par la précision et la multitude des détails représentés, et reste l'un des meilleurs outils pour la connaissance générale de l'occupation du sol (labours, prés, vignes, cultures maraîchères et légumières, bois, remises, parcs) et de l'hydrographie (canal Saint-Denis et canal de l'Ourcq) au XVIIIe siècle. Charles Picquet fut géographe, graveur, éditeur et marchand de cartes géographiques. Il devint, dès 1798, le fournisseur attitré du Dépôt de la Guerre en cuivres et en cartes et sera nommé au Cabinet topographique de Napoléon vers 1806. En 1816, il obtint le brevet de géographe ordinaire du Cabinet topographique de Louis XVIII. Il s'installe la même année au Quai de Conti N°17, entre l'Hôtel des Monnaies et le Pont des Arts. Cachet à sec de l'éditeur. Bel exemplaire.

CHATELAIN (Henry Abraham).

Carte contenant le royaume du Mexique et la Floride.

[Amsterdam, circa 1720]. 405 x 521 mm.

Carte figurant l'Amérique du Nord, le Mexique, l'Amérique Centrale et les Antilles. Cette carte est dérivée de la carte de Guillaume de l'Isle, la première à restituer le cours exact du Mississippi. Elle est basée sur les récits des survivants de l'expédition de La Salle et sur ceux des explorateurs et colons français dans la région du Golfe, comme Bienville et d'Iberville. Les tribus indiennes et leurs villages sont indiqués, de même que les forts français et anglais le long de la côte Est. La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique, qui est l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis l'ouvrage fut réédité en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire.

CHATELAIN (Henry Abraham).

Carte géographique de France, avec des remarques curieuses sur l'ancienne et la nouvelle géographie.

[Amsterdam, circa 1720]. 441 x 537 mm.

Belle carte de la France agrémentée de nombreuses notes historiques et géographiques, notamment sur les batailles qui se sont déroulées entre le Ve et le XVIIe siècle. En bas à gauche figure une carte des Gaules. Bel exemplaire, replié.

CHATELAIN (Henry Abraham).

L’Empire du Japon, tiré des cartes des Japonnois.

[Amsterdam, circa 1720]. 373 x 436 mm.

Très belle carte du Japon, publiée dans l'Atlas Historique, décorée d'un cartouche contenant les armoiries de la noblesse, et d'une petite carte des environs de la ville de Nagasaki dans l'île de Kyushu, orthographiée Kioe Sioe, là où s'installèrent les Hollandais. La carte de Châtelain est dérivée d'une carte publiée en 1715 par Adriaan Reland, éminent cartographe et orientaliste hollandais, qui fut le premier Européen à utiliser des caractères japonais sur une carte. Il fut également le premier à nommer les trente six provinces. D'un point de vue géographique, seule la partie sud de l'île de Hokkaido, ici nommée Jedso, est représentée. L'île principale de Honshu est appelée Nipon Japon, et l'île de Shikoku, Sikokf. Véritable encyclopédie géographique, l'Atlas Historique est l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis l'ouvrage fut réédité en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire. Walter, Japan. A cartographic vision. European printed maps from the early 16th to the 19th century, 70 ; Hubbard, The Mapping of Japan, 73 ; Campbell, MCC 36, Japan: European Printed Maps to 1800, 45.

CHAUMIER (C.J.) & JAILLOT (Hubert).

Carte routière du théâtre de la guerre dans la partie septentrionale de l'Italie.

Paris, Basset An VII, [1799]. En 27 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,53 x 1,02 m, sous étui.

Belle carte du sud de la France et du nord de l'Italie, dressée par Hubert Jaillot et augmentée par Chaumier des départements du sud de la France créés entre 1790 et 1793 (Mont-blanc, Ain, Isère, Drôme, etc). Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petits défauts d'usage à l'étui.

CLEROT (Victor).

[SAVOIE] Départements de la Savoie et H.te Savoie.

Paris, Maison Bouasse-Lebel, [circa 1860]. 753 x 530 mm.

Belle et grande carte des départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, issue de l'Atlas départemental de la France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CLEROT (Victor).

Nouvelle carte topographique des environs de Paris dressée d'après les Chasses et Plans du Cadastre.

Paris, Victor Clérot, [circa 1830]. 0,74 x 1,05 m, repliée et montée dans une reliure en chagrin marron, avec titre en lettres dorées sur le premier plat.

Belle et grande carte détaillée figurant Paris et ses environs. Bon exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites déchirures à quelques pliures, reliure usagée avec manque au dos.

COLLIGNON (Jean-Baptiste).

[ANGERS] Andegavum – Angers. De Lincler. Collignon sculpsit. Cum privil. Regis. excudit Parisiis.

[circa 1630]. En deux feuilles jointes de 205 x 825 mm.

RARE ET EXCEPTIONNEL PANORAMA GRAVÉ DU XVIIe SIÈCLE. Premier tirage de ce superbe panorama d’Angers, gravé par Jean-Baptiste Collignon (1609-1657) d’après L. de Lincler. Avec 4 lignes de description en latin et en français. Belle épreuve, réenmargée à l’époque. Pliures remises à plat, rousseurs le long d’une pliure.

COLLIGNON (Jean-Baptiste).

[NANTES] Nannetum – Nantes. De Lincler. Collignon sculpsit. Cum privil. Regis. excudit Parisiis.

[circa 1630]. En deux feuilles jointes de 205 x 725 mm.

RARE ET EXCEPTIONNEL PANORAMA GRAVÉ DU XVIIe SIÈCLE. Premier tirage de ce superbe panorama de Nantes, gravé par Jean-Baptiste Collignon (1609-1657) d’après L. de Lincler. Avec 4 lignes de description en latin et en français. Belle épreuve, réenmargée à l’époque. Pliures remises à plat. Défauts et rousseurs aux pliures.

COLLIGNON (Jean-Baptiste).

[SAINT-CLOUD] S. Clodoueus – Sainct Cloud. De Lincler delineavit ad vivum. Colignon incidit. Mariette excudit Parisiis cum privil. Regis.

[circa 1630]. En deux feuilles jointes de 205 x 810 mm.

RARE ET EXCEPTIONNEL PANORAMA GRAVÉ DU XVIIe SIÈCLE. Premier tirage de ce superbe panorama de Saint-Cloud, gravé par Jean-Baptiste Collignon (1609-1657) d’après L. de Lincler. Avec 5 lignes de description en latin et en français. Belle épreuve, réenmargée à l’époque. Pliures remises à plat, rousseurs le long d’une pliure.

COLLIGNON (Jean-Baptiste).

[TOURS] Turonum – Tours. De Lincler. Collignõ sculpsit. Excudit Parisiis.

[circa 1630]. En deux feuilles jointes de 205 x 820 mm.

RARE ET EXCEPTIONNEL PANORAMA GRAVÉ DU XVIIe SIÈCLE. Premier tirage de ce superbe panorama de Tours, gravé par Jean-Baptiste Collignon (1609-1657) d’après L. de Lincler. Avec 4 lignes de description en latin et en français. Belle épreuve, réenmargée à l’époque. Pliures remises à plat.

COMPAGNIE UNIVERSELLE du CANAL INTEROCÉANIQUE de PANAMA.

[CANAL de PANAMA] Plan général du canal. Janvier 1888.

[1888]. 281 x 775 mm.

Carte gravée en couleurs, figurant le tracé du canal de Panama reliant l'Atlantique au Pacifique entre les villes de Colón et de Panama, avec le tracé des dérivations et du chemin de fer de Colón à Panama. Elle a été dressée en 1888 par la Compagnie Universelle du Canal Interocéanique de Panama, et publiée dans le Bulletin de la Société de Géographie, dont l'un des rédacteurs fut Alexandre-François Barbié du Bocage. En bas à droite figure une vue panoramique du canal et d'une écluse. La première tentative de construction du canal de Panama commença en 1880, sous l'impulsion du français Ferdinand de Lesseps. Il ne sera achevé qu'en 1914, après plus de 30 ans de travaux. Rousseurs partielles, déchirures restaurées.

COOK (James).

[PACIFIQUE] Carte de l'hémisphère austral montrant les routes des navigateurs les plus célèbres.

[1780]. 535 x 535 mm.

Belle carte figurant l'hémisphère Sud avec l'Australie (Nouvelle-Hollande), et le sud des continents africain et américain. Les routes des grands explorateurs sont représentées par des pointillés : Mendana en 1595, Schouten en 1616, Tasman en 1642, Halley en 1700, Bougainville en 1768, Furneaux en 1773, ou encore Cook en 1775. Aux quatre coins figure la liste des îles du Pacifique avec leurs latitudes. Cette carte, dressée par James Cook, a d'abord été publiée dans la relation de son second voyage publiée en 1778, puis dans l'Abrégé de l'histoire générale des voyages en 1780. Bel exemplaire, replié.

CORONELLI (Vincenzo).

Le Quattro Valli, di Lucerna, Angrogna, S. Martino, e La Perosa.

[Venise, 1690]. 448 x 596 mm.

Belle carte figurant une partie des Alpes françaises et suisses, et une partie du Pîémont jusqu'à Pinerolo, issue de l'Atlante Veneto. Un blason orne chacune des quatre vallées. La carte est dédiée à Lunardo Dona, ambassadeur extraordinaire de la République de Venise. Fameux cartographe italien de la seconde moitié du XVIIe siècle, membre de l'ordre des Franciscains, Vincenzo Coronelli publia plus de 400 cartes géographiques, mises à jour grâce aux renseignements qu’il collectait auprès des navigateurs et des missionnaires. Il fabriqua également des globes terrestres et célestes qui firent sa renommée. En 1684, il fonda la première société européenne de géographie, l'Académie des Argonautes, et reçut en 1685 le titre très honorifique de Cosmographe de la République de Venise. Brunissures au dos, légèrement visibles au recto. Bonne condition générale.

CORONELLI (Vincenzo).

Partie Occidentale du Canada ou de la Nouvelle France où sont les nations des Ilinois, de Tracy, les Iroquois, et plusieurs autres peuples ; avec la Louisiane nouvellement découverte etc.

Paris, J.B. Nolin, 1688 [1754].

Très rare carte pré-révolutionnaire. Cinquième état de la plus grande rareté, publié en 1754, au déclenchement de la Guerre de Sept Ans (appelée French and Indian War aux Etats-Unis) qui sera suivie de la Guerre d'Indépendance, et à un moment important dans l'histoire coloniale française dans la Vallée de l'Ohio. Très importante mention de la Ohio Company ou Compagnie de l'Ohio. En 1687, Coronelli dresse la toute première carte dédiée aux Grands Lacs et au fleuve Mississippi. C'est la toute première carte aussi précise et exacte de la région, dressée d'après les compte-rendus de missionnaires et explorateurs français tels que Louis Jolliet, Jacques Marquette, Louis Hennepin, René-Robert Cavelier de La Salle et Claude-Jean Allouez, qui fonda en 1669 la mission de Saint-François Xavier, qui apparaît sur cette carte pour l'une des toutes premières fois. Quatre états de la carte ont été publiés entre 1687 et 1690. Plus de 60 ans après, alors que Nolin est mort et qu'aucun autre état n'a été publié dans l'intervalle, le fils de Nolin, Jean-Baptiste Nolin II, publie une nouvelle édition de cette carte en 1754, apportant de nombreuses additions et corrections, afin d'illustrer la lutte entre les Français et les Britanniques pour le contrôle de la Vallée de l'Ohio et la protection du commerce de fourrures avec les Indiens, à la veille de la Guerre de Sept Ans, et à un moment clé dans l'histoire coloniale française. Ces ajouts et corrections sont : - "Fleuve Missisipi" a été renommé "Mississipi Fl." ; - "Riv. des Ozages" est renommé "Missouri R." ; le fleuve Missouri est à présent entièrement tracé et s'étend jusqu'à l'encadrement de la carte ; - une portion de la "Rivière Ouabachs" (actuelle rivière Wabash) a été renommée "Rivière Oyo" ; - les affluents de l'Ohio ont été tracés et montrent la "R. Cheraquis" (fleuve Cherokee, aujourd'hui Tennessee), la "R. des anciens Chouanons" (fleuve Shawnee qui tient son nom de la tribu indienne, actuel fleuve Savannah), la "Polessipi R." (ou fleuve Pellissippi, actuel fleuve Clinch dans le Tennessee), la "Hogchegée R." (au sud du fleuve Tennessee) ; le fleuve Ohio est nommé "La Rivière Oyo ou la Belle Rivière que les Anglois nomment Alliganey". L'auteur a également ajouté de nombreux forts, construits par les Français pour sécuriser le contrôle de la Vallée de l'Ohio et le commerce des fourrures avec les Indiens. Au début des années 1750, les Français entreprirent la construction d'une ligne de forts, débutant avec le "Fort de la Presqu'Isle" sur le Lac Erié, près de l'actuelle ville d'Erié en Pennsylvanie, suivi du "Fort de la R. aux Boeufs", près de l'actuelle ville de Waterford, et le Fort Duquesne, construit par les Français en 1754, près du fleuve Monongahela, à l'emplacement de l'actuelle ville de Pittsburgh. "Ft. Duquesne", situé au sud-est du Lac Erié, est le plus significatif d'entre eux, car il est à l'origine de la Guerre de Sept Ans ou French and Indian War. La French and Indian War débuta par un conflit opposant les Français et les Britanniques sur le contrôle de la jonction des fleuves Allegheny et Monongahela, et sur l'emplacement du Fort Duquesne. Ce conflit entraîna la Bataille de Jumonville Glen en mai 1754, au cours de laquelle des miliciens de Virginie, sous le commandement de George Washington, alors âgé de 22 ans, prirent en embuscade une patrouille française. La Bataille de Jumonville marquera les débuts de la French and Indian War. Fort Duquesne sera détruit en 1758. Les autres forts ajoutés sont : - à la jonction des "Rivière Oyo" et "Ouabache R.", un fort français nommé "Ft. Ste Anne ou Vincenne" ; il s'agit de Fort Vincennes dans l'Indiana, construit en 1731 par le lieutenant français François-Marie Bissot de Vincennes, pour sécuriser la basse Vallée du Wabash. En 1779, durant la Guerre d'Indépendance, Fort Vincennes sera le théâtre du Siege du Fort Sackville ou Bataille de Vincennes, qui verra la victoire d'une milice patriote de l'Illinois sur les Britanniques ; - à la jonction des fleuves Ohio et Mississippi, figurent deux autres forts français, "Ft. de Chartres" et "Ancien Ft. françois" ; Fort Chartres fut construit une première fois en 1720 sur la rive est du Mississippi, puis reconstruit en 1753 près du premier. La carte montre l'emplacement des deux constructions, "Ancien Ft. françois" étant la première construction ; - au sud-ouest du Lac Erié figure "Ft. des Miamis". Fort Miamis fut construit en 1722, c'est l'un des trois forts français construits dans ce qui est aujourd'hui l'Indiana. Il tient son nom du fort du même nom construit en 1679, au sud-est du Lac Ontario ; - au sud du Fort de la Rivière aux Boeufs, apparaît la mention "Postes de Joncaire". Il s'agit du poste de traite ou échange de biens, fondé en 1721 par le français Louis-Thomas Chabert de Joncaire. Chabert de Joncaire était commerçant, officier dans les troupes coloniales régulières, agent et interprète auprès des Indiens. En 1735 il succéda à son père en tant qu'agent principal pour la Nouvelle-France auprès des Iroquois. L'une des caractéristiques les plus remarquables de cette carte réside dans la mention de la célèbre Compagnie de l'Ohio ou Ohio Company. Au-dessus du cartouche de titre, près des fleuves ajoutés " Malanguele " (Monongahela) et " Patowmac " (Potomac), figure la mention " Wills Cric Ft anglois à la Compag. e d'Oyo ". Fondée en 1748, la Ohio Company, officiellement Ohio Company of Virginia, était une compagnie de spéculation foncière dont le but était de permettre aux Virginiens de coloniser le Pays de l'Ohio (plus ou moins l'état actuel de l'Ohio), et de faire du commerce avec les Indiens. L'objectif de la Ohio Company était clairement de bloquer l'expansion des Français dans ce territoire. La Compagnie bénéficiait d'une concession attribuée par la Grande-Bretagne et d'un traité avec les Iroquois, mais avec la France, alliée aux Cherokees, qui revendiquait également la région, le conflit éclata et contribua au déclenchement de la French and Indian War. Le fort britannique mentionné ici, à la jonction du ruisseau de Wills Creek et du fleuve Potomac, à l'emplacement actuel de la ville de Cumberland dans le Maryland, est Fort Cumberland, qui servait également de poste de traite, construit en 1754 à Wills Creek par George Washington, alors jeune soldat dans la milice de Virginie. D'abord nommé Fort Mount Pleasant, ou Fort at Wills Creek, ou Post at Wills Creek, il fut renommé Fort Cumberland en 1755. La carte est ornée d'un magnifique cartouche de titre décoré des armoiries de Michel Antoine Baudrand, dédicataire de la carte en 1688, et d'Indiens chassant à l'arc. Sur ce cinquième état, le sommet du cartouche de titre a été modifié afin de faire de l'espace pour les affluents de l'Ohio, et montre un seul trappeur européen au lieu de deux. Les trois lignes de texte au-dessus du cartouche ont été retirées pour la même raison. Carte très importante et de la plus grande rareté, illustrant la lutte entre les Français et les Britanniques pour le contrôle de la Vallée de l'Ohio, publiée en 1754, lors du déclenchement de la French and Indian War en mai de la même année. Porte la très rare mention de la Compagnie de l'Ohio. Nous n'avons localisé aucun exemplaire de cet état dans les collections publiques. L'exemplaire est en bonne condition générale, néanmoins il est uniformément bruni, le papier est aminci par endroits, de petites fentes ont été consolidées, et légères traces de pliures. Burden, Update to the mapping of North America 2016, 630, 5ème "état extrêmement rare" ; a localisé un seul exemplaire dans une collection privée ; manque aux bibliographies usuelles telles que Kershaw, Tooley, et Schwartz. Description en anglais disponible sur demande.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Bonnet de tulle et perkale, à pointes. Camisole de perkale.

1811. 173 x 90 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Capote de velours en satin. Douillette de Florence.

1807. 172 x 92 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Chapeau de velours frisé. Robe de mérinos.

1812. 172 x 91 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Chapeau de velours épinglé. Redingote de mérinos garnie en pluche de soie.

1812. 173 x 93 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Coiffure à l'enfant, lissée par un peigne forment demi-cercle.

1811. 173 x 92 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Coiffure à la chinoise. Robe de satin. Ceinture de velours.

1812. 170 x 91 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Couronne de lis. Robe de crèpe.

1814. 172 x 93 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Demi-parure. Costume dessiné à Lonchamp.

1807. 170 x 91 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Peigne en couronne. Robe de gaze, à raies de satin.

1809. 170 x 88 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Toque de satin ornée de plumes de vautour. Robe de mérinos.

1812. 173 x 92 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COSTUMES PARISIENS.

[PREMIER EMPIRE] Toque de velours. Redingote de velours.

1811. 172 x 91 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

COULIER (Philippe-Jacques).

[CURACAO/BONAIRE] Carte du fanal de la Pte. Lacre d'après une carte espag.le de 1816.

Paris, [1844-1848]. 276 x 200 mm.

Rare plan figurant la partie sud de l'île de Curaçao avec l'ilôt de Petit Curaçao, et l'île Bonaire, situées au large du Venezuela, issu de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Orné d'un profil côtier. Petites rousseurs dans les marges.

COULIER (Philippe-Jacques).

[CURACAO] Plan du phare projetté de Sta Anna, de Curaçao, d'après celui de l'amirauté anglaise, de 1837.

Paris, [1844-1848]. 280 x 200 mm.

Très rare plan figurant la baie de Santa Anna au sud de l'île de Curaçao, issu de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Orné d'un profil côtier où l'on voit Tafelberg ou Mt. de la Table. Petites rousseurs dans les marges.

COULIER (Philippe-Jacques).

[MOZAMBIQUE] Plan du fanal (feu accidentel) de Sofala, d'après celui de M.r Owen, de 1823.

[Paris, 1844-1848]. 285 x 205 mm.

Rare carte figurant les côtes du Mozambique aux environs de Sofala, issue de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Ornée d'un profil côtier du Cap Natal. Bon exemplaire.

COULIER (Philippe-Jacques).

[MOZAMBIQUE] Plan du fanal projeté de la rivière Quillimane, d'après celui de M.r Vidal, de 1823.

[Paris, 1844-1848]. 285 x 205 mm.

Rare carte figurant les côtes du Mozambique aux environs de Quelimane, issue de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Ornée d'un profil côtier de la baie d'Algoa. Bon exemplaire.

COULIER (Philippe-Jacques).

[SOMALIE] Plan de l'ancien phare de Brava, d'après celui de M.r Owen, de 1824.

[Paris, 1844-1848]. 284 x 205 mm.

Rare carte figurant les côtes de la Somalie, issue de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Ornée d'un profil côtier de la ville de Brava. Bon exemplaire.

COUTANS (Guillaume) & PICQUET (Charles).

Atlas topographique en XVI feuilles des environs de Paris, [...] Par Dom G. Coutans, ex-bénédictin ; Revu, corrigé & considérablement augmenté, d'après nombre de cartes précieuses & plans particuliers, tant gravés que manuscrits. Par Charles Picquet, géographe-graveur ; Dédié et présenté au Ier Consul Bonaparte.

Paris, Picquet et Deterville, 1800. En 17 feuilles coupées en sections et montées sur toile, avec onglets de vélin renseignés du titre et du numéro de la feuille, étiquette de l'éditeur au dos de chaque carte ; sous emboîtage en veau de l'époque.

Suite complète de 17 cartes gravées dont une carte d'assemblage portant le titre, toutes très finement aquarellées à l'époque. Très détaillées, elles couvrent les régions de Gisors, Beaumont, Senlis, La Ferté Milon, Mantes, Pontoise, Meaux, Château-Thierry, Dreux, Versailles, Brie sur Yerres, Coulommiers, Chartres, Etampes, Melun et Provins. Les échelles sont indiquées en mètres. Édité une première fois en 1775 par Dom Guillaume Coutans, géographe et bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur, l'Atlas topographique des environs de Paris fut révisé par Charles Picquet en 1800. Géographe, graveur, éditeur et marchand de cartes, actif jusqu'en 1856, Charles Picquet, devint, dès 1798, le fournisseur attitré du Dépôt de la Guerre. Vers 1806 il est nommé au Cabinet topographique de Napoléon, et en 1816 il obtient le brevet de géographe ordinaire du cabinet topographique de Louis XVIII. Rare exemplaire avec les cartes finement aquarellées à l'époque. Très bonne condition, quelques cartes sont plus sombres. Défauts d'usage à l'étui. Shirley, Maps in the atlases of the British Library, II, T.COUT-1b) ; Monglond, V, 1 à 3. — Quérard, II, 325.

DANET (Guillaume).

Carte générale de la Terre ou mappe monde avec les quatre principaux sistèmes & les figures des sept planètes.

Paris, G. Danet, 1729. 495 x 730 mm.

Rare mappemonde à deux hémisphères, publiée à Paris en 1729. Elle est ornée d'un cartouche de titre décoré de deux figures allégoriques entourant les armoiries royales. Les bordures sont décorées de sphères illustrant les quatre théories de l'Univers : pour Copernic, le Soleil était au centre de l'Univers, tandis que Ptolémée, Descartes et Tycho Brahé affirmaient, au contraire, que la Terre était bien le centre de l'Univers. La carte est également décorée de sphères illustrant les planètes, dont une carte de la Lune par Cassini, d'une sphère armillaire et de deux cornes d'abondance. Les routes de grands voyageurs comme Magellan en 1520 ou Abel Tasman en 1642 sont indiquées en pointillés. Y figurent également les découvertes de Halley en 1700, de Drake, ainsi qu'une note sur Amerigo Vespucci au sud-est de la Terre de Feu. Marchand papetier, éditeur et marchand de cartes de géographie, Guillaume Danet épousa en 1695 la fille de Nicolas de Fer. À la mort de ce dernier, il hérita de la moitié de son fonds de cartes et plans qu'il se contenta de rééditer. Cette carte est par conséquent rare, car le nom de de Fer n'y figure pas en tant qu'auteur. Contours aquarellés à l'époque. Petites déchirures restaurées.

DELAFOSSE (Jean-Baptiste).

[DANEMARK] Carte du royaume de Danemarck divisé en ses différents états.

Paris, Mondhare, 1780. 514 x 626 mm.

Rare et belle carte du Danemark, ornée d'un cartouche de titre. En carton, carte de l'Islande. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DELAGRIVE (Jean, abbé).

Neuvième plan de Paris ses accroissemens sous le règne de Louis XV. L'Etendüe de la ville et des faubourgs avec les bornes et limites qui y ont été posées en conséquence des déclarations du Roy des 18 juillet 1724 ; 29 janvier 1726 ; 23 mars et 28 sept.e 1728 et sous les ordres de MM. les commissaires nommés par lettres patentes des 12 août 1724, et 29 mars 1728.

Paris, 1735. 616 x 847 mm.

Grand plan de Paris dressé et publié par l'abbé Delagrive en 1735, et le dernier de la série des 9 plans de Paris dressés pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare entre 1722 et 1738. Il est orné d'un titre inscrit sur une draperie tenue par un ange et une femme ailée. En bas à gauche, le cartouche contenant la description du plan est orné de la déesse Minerve entourée d'amours dessinateurs, à laquelle Mercure rend visite. En haut à gauche, en carton, figurent les limites de La Chapelle et de La Villette. Graveur-topographe né à Sedan en 1689, Jean Delagrive, prêtre lazariste, professa la philosophie au collège de sa congrégation à Cracovie. De retour à Paris, il se voua exclusivement à la gravure topographique et aux techniques d'arpentage et de triangulation. Ses plans de Paris, de Versailles et des environs de Paris lui valurent les fonctions de géographe de la ville de Paris. En 1733, il participa à la mesure de la perpendiculaire à la méridienne de l'Observatoire. Petites restaurations. Bon exemplaire. Boutier, 211.

DELAGRIVE (Jean, abbé).

Plan de Paris divisé en seize quartiers en exécution de l'Ordonnance du Bureau de la Ville du 24 février 1744.

Paris, Fourneau, [1744]. 599 x 885 mm.

Très grand plan de Paris, orné d'un cartouche de titre entouré des armoiries des membres du Bureau de la Ville, et de Jean-Baptiste Taitbout, greffier en chef de la ville. Ce plan est identique à celui publié par Delagrive en 1741. Il reprend la même division en 16 quartiers municipaux, qui fut établie en janvier 1684. Le plan figure également les fontaines, avec les conduites qui les alimentent, marquées par des lignes fines dans les rues de passage. Il prend également en compte les récents travaux effectués sous la direction de Michel Etienne Turgot. Avec table alphabétique de renvois pour les rues, les paroisses, les collèges, les hôpitaux et les communautés religieuses. Graveur-topographe né à Sedan en 1689, Jean Delagrive, prêtre lazariste, professa la philosophie au collège de sa congrégation à Cracovie. De retour à Paris, il se voua exclusivement à la gravure topographique et aux techniques d'arpentage et de triangulation. Ses plans de Paris, de Versailles et des environs de Paris lui valurent les fonctions de géographe de la ville de Paris. En 1733, il participa à la mesure de la perpendiculaire à la méridienne de l'Observatoire. Bon exemplaire. Petites déchirures marginales restaurées, quelques jaunissures par endroits. Boutier, 232Ab.

DELAMARCHE (Félix).

Carte générale de l'Europe divisée en ses différens états.

Paris, Fx. Delamarche et Ch.les Dien, 1819. 503 x 624 mm.

Carte de l'Europe, accompagnée d'une table. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DELAPORTE (Louis) & GARNIER (Francis).

[CAMBODGE/ANGKOR] Colonnade de l'entrée ouest et vue générale d'Angcor Wat - Angcor Thom : Phimanacas (ruines du palais des rois d'Angcor) - Vue de Stunc Trenc et de l'embouchure du Se Cong.

Paris, [1873]. 433 x 639 mm.

Magnifique planche lithographiée en deux tons par Benoist et Eugène Cicéri d'après un dessin de Louis Delaporte, figurant une vue générale du temple d'Angkor Wat, une vue des ruines du palais royal d'Angkor Thom et une vue de la ville de Stunc Trenc ou Stung Treng, à l'embouchure de la rivière Sékong. La planche est issue de l'une des relations les plus remarquables du XIXe siècle, le Voyage d'exploration en Indo-chine de Francis Garnier, effectué entre 1866 et 1868. L'expédition, dont le commandement fut confié au capitaine Doudart de Lagrée, avec Garnier comme second, partit de Saïgon en 1866, remonta le Cambodge, pénétra dans le Laos, après avoir visité les ruines d'Angkor, entra ensuite en Birmanie et arriva, en 1867, dans la province chinoise du Yun-nan. Après la mort de Doudart de Lagrée, Garnier prit le commandement de l'expédition et la ramena à Saïgon après avoir descendu le Yang-Tse-Kiang. Très légères traces de pliures dans la marge supérieure, sinon bel exemplaire.

DENECOURT (Claude-François).

[FORÊT de FONTAINEBLEAU] Nouvelle Carte topographique de la forêt de Fontainebleau.

Fontainebleau, L. Donzelle, 1882. En 24 sections jointes et montées sur toile de 775 x 620 mm.

Belle carte, très décorative et détaillée, de la forêt de Fontainebleau, dressée par Claude-François Denecourt, dessinée par Charles Colinet, conducteur des Ponts et Chaussées, et gravée en couleurs par Erhard Schièble. Elle est ornée de deux belles vignettes montrant une vue du château et une vue du Fort de l'Empereur, construit en 1851 par Claude-François Denecourt et inauguré par Napoléon III en 1853, et aujourd'hui renommé Tour Denecourt. Au-dessus du titre figurent les armoiries de Fontainebleau, ainsi que les noms de peintres et décorateurs italiens de la Renaissance, qui firent partie de la première École de Fontainebleau. Les bordures de la carte sont décorées des armoiries des rois de France et d'un médaillon contenant le portrait de Denecourt. La carte est accompagnée d'une petite carte itinéraire de Paris à Fontainebleau, d'une liste des sites et curiosités indiqués sur la carte, d'une légende expliquant les symboles utilisés, d'une situation topographique des sites de la forêt, et d'un itinéraire des principales promenades parcourables en 6 heures chacune. Ancien militaire, Claude-François Denecourt contribua grandement à faire connaître la forêt de Fontainebleau, dont il écrivit les premiers guides touristiques. Considéré comme le bienfaiteur de la forêt, il traça les sentiers, marqua les itinéraires des promeneurs et créa même des grottes artificielles, des tunnels et des passages souterrains. Le "sylvain de Fontainebleau", comme le nommait Théophile Gautier, consacra quarante années de sa vie et une bonne partie de ses revenus à l’entretien de cette forêt. Rare et bel exemplaire. Deux petites taches brunes, dont une plus prononcée.

DESNOS (Louis-Charles) & FER (Nicolas de).

L'Italie divisée en ses estats reveue corrigée et augmentée notament des postes et grandes routes.

Paris, Desnos, [circa 1790]. 453 x 600 mm.

Belle carte de l'Italie, dressée par Nicolas de Fer en 1707, puis revue et augmentée par Louis-Charles Desnos vers 1790. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries du Dauphin Louis de France, et de 14 blasons des duchés et royaumes de l'Italie. Les routes principales et routes des postes sont tracées. Bel exemplaire avec les contours et la mer finement aquarellées à l'époque. Légères rousseurs à la pliure centrale. Rare édition.

DESNOS (Louis-Charles) & FER (Nicolas de).

Les frontières de France et d'Espagne tant deça que de là les Monts Pirénées.

Paris, Desnos, 1792. 498 x 603 mm.

Très belle carte figurant les régions situées à la frontière franco-espagnole. La partie espagnole couvre la Haute Navarre, le royaume d'Aragon et la Catalogne jusqu'au royaume de Valence. Les cols, ports, pertuis et autres passages intérieurs de la montagne sont indiqués. L'échelle en "Dix heures de chemin" et en "Six lieües de Catalogne" est contenue dans un cartouche architectural décoré en tête d'une sphère armillaire. La première édition fut publiée par Nicolas de Fer en 1694, puis elle fut revue et corrigée par Desnos en 1792. Très bel exemplaire avec les terres et la mer finement aquarellées à l'époque. Rare édition par Desnos. Imago Cataloniæ, p. 126 (édition de de Fer).

DESNOS (Louis-Charles).

[DAUPHINÉ] Gouvernement de Dauphiné, et généralité de Grenoble.

Paris, Sr. Desnos, 1766. 223 x 342 mm.

Belle carte du Dauphiné, indiquant les routes et les distances, ornée d'un cartouche de titre. Elle est issue du Nouvel Itinéraire général, publié en 1766. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous de ver dans la marge supérieure, sans atteinte à la carte, légère décoloration au niveau de la pliure centrale.

DESNOS (Louis-Charles).

[PROVENCE] Gouvernement de Provence et généralité d'Aix, avec le Comtat Venaiscin.

Paris, Sr. Desnos, 1766. 230 x 343 mm.

Belle carte de la Provence, indiquant les routes et les distances, ornée d'un cartouche de titre. Elle est issue du Nouvel Itinéraire général, publié en 1766. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous de ver dans la marge supérieure, sans atteinte à la carte.

DESNOS (Louis-Charles).

Carte de France divisée en 86 départements formant la nouv. division de la Rép.e décrétée par l'Assemblée Nation.le & sanction. en 1792.

Paris, C.n Desnos, 1793. En 6 feuilles non jointes pouvant former une carte de 1,54 x 1,50 m.

Très rare et superbe carte murale de la France figurant les 86 départements à la date de 1793. Elle est ornée d'un très beau et grand cartouche de titre décoré d'un médaillon contenant la devise de la République Française surmontée du bonnet phrygien, de quatre personnages symbolisant les grands fleuves français, et de deux grandes roses des vents. En carton figurent l'île d'Ouessant et la Corse, avant que celle-ci ne soit, en 1793, divisée en deux départements, le Golo au nord et le Liamone au sud. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare.

DESNOS (Louis-Charles).

Gouvernements d'Aunis, de Saintonge, de Limosin, avec partie de celui de Guyenne et le gouvernement de Béarn et Basse Navarre.

Paris, Sr. Desnos, 1765 [1766]. 357 x 247 mm.

Belle carte figurant le sud-ouest de la France, indiquant les routes et les distances, ornée d'un cartouche de titre. Elle est issue du Nouvel Itinéraire général, publié en 1766. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

DESNOS (Louis-Charles).

L'Europe suivant les nouvelles observations de Mr. de Cassini et de Mr. Haas.

Paris, Sr. Desnos, 1790. 498 x 644 mm.

Belle carte de l'Europe, ornée d'un cartouche de titre décoré d'attributs militaires et accompagnée d'une table. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Bas de la pliure centrale fendu. Exemplaire en coloris de l'époque.

DESNOS (Louis-Charles).

La France divisée en ses principaux gouvernements avec toutes les routes de ce royaume.

Paris, Desnos, 1782. 510 x 731 mm.

Superbe et très rare carte de la France dressée d'après les observations de l'Académie Royale des Sciences. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries royales et d'attributs militaires, d'un plan de Paris et de 15 plans de places fortes françaises élégamment disposés tout autour de la carte, accompagnés de petites descriptions. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare.

DESNOS (Louis-Charles).

La Sphère artificielle ou armilaire oblique, élevée sur l'horizon à la latitude de Paris.

Paris, Desnos, 1762. 436 x 669 mm.

Estampe figurant au centre une sphère armillaire entourée de deux planisphères célestes, de deux hémisphères et de diverses sphères et diagrammes illustrant les quatre théories de l'univers : pour Copernic, le soleil était au centre de l'univers, tandis que Ptolémée, Descartes et Tycho Brahé affirmaient, au contraire, que la terre était bien le centre de l'univers. Tous ces diagrammes sont accompagnés d'un texte. Sont également exposées les éclipses de lune et de soleil, et une description des planètes. Marge inférieure légèrement brunie. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

DESNOS (Louis-Charles).

Les Isles Britanniques où sont les royaumes d'Angleterre et d'Écosse, que nous appellons Grande-Bretagne et celuy d'Irlande.

Paris, S. Desnos, 1766. En quatre feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 1,06 x 0,86 m.

Belle et grande carte des Îles Britanniques, ornée d'un magnifique cartouche décoré des armoiries royales du royaume. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

DEZAUCHE (Jean-Claude).

[BRETAGNE] Carte itinéraire de la Bretagne contenant les départemens du Finistère, du Morbihan, des Côtes du Nord, d'Isle et Vilaine et de la Loire Inférieure.

Paris, chez l'auteur, An 8 [1800]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 528 x 716 mm.

Carte de la Bretagne, figurant les routes des postes et autres routes de communication, dressée par Jean-Claude Dezauche, successeur de Guillaume de l'Isle et de Philippe Buache. Contours aquarellés à l'époque. Exemplaire empoussiéré. Gaudillat, 73.

DRU (Léon).

[THAÏLANDE/BIRMANIE] Carte de la frontière entre le royaume de Siam et la province de Tenasserim.

[1882]. 250 x 189 mm.

Belle carte gravée en couleurs et dressée par l'ingénieur géologue Léon Dru, d'après la carte du lieutenant Bagge, pour servir au projet de percement d'un canal dans l'isthme de Kra, afin de relier la Mer d'Andaman au Golfe de Thaïlande, publiée dans la revue L'Exploration. Journal des conquêtes de la civilisation sur tous les points du globe, publiée sous la direction de Charles Hertz. Bel exemplaire.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[CHARENTE-MARITIME] Département de la Charente Infér.re.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 760 x 533 mm.

Belle et grande carte du département de la Charente Inférieure, renommé Charente-Maritime en 1941, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[COTENTIN/MANCHE] Normandie. Manche.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 802 x 576 mm.

Superbe et grande carte du département de la Manche, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la ville de Cherbourg et du portrait du comte de Tourville, et de 4 vignettes montrant des vues de Cherbourg, de Coutances, de Carentan et du Mont-Saint-Michel. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[CÔTES-d'ARMOR] Département des Côtes-du-Nord.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 547 x 743 mm.

Belle et grande carte du département des Côtes-du-Nord, renommé Côtes-d'Armor en 1990, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[DORDOGNE] Département de la Dordogne.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 762 x 526 mm.

Belle et grande carte du département de la Dordogne, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[EURE] Normandie. Eure.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 560 x 780 mm.

Belle et grande carte du département de l'Eure, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la ville d'Évreux et du portrait du peintre Nicolas Poussin, et de 4 vignettes montrant des vues de Pont-Audemer, d'Évreux, de Louviers et du Château Gaillard aux Andelys. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[FINISTÈRE] Département du Finistère.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 544 x 758 mm.

Belle et grande carte du département du Finistère, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[GIRONDE] Département de la Gironde.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 761 x 534 mm.

Belle et grande carte du département de la Gironde, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[ISÈRE] Départements de l'Isère.

Paris, Maison Bouasse-Lebel, [circa 1860]. 540 x 748 mm.

Belle et grande carte du département de l'Isère, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[LANDES] Département des Landes.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 545 x 747 mm.

Belle et grande carte du département des Landes, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Taches dans la marge inférieure.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[LOIRE-ATLANTIQUE] Département de la Loire Inférieure.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 543 x 750 mm.

Belle et grande carte du département de la Loire Inférieure, renommé Loire-Atlantique en 1957, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[MORBIHAN] Département de la Vendée.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 540 x 753 mm.

Belle et grande carte du département du Morbihan, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[MOSELLE] Lorraine. Moselle.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 582 x 806 mm.

Belle et grande carte du département de la Moselle, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la Moselle, d'attributs militaires et du portrait d'Antoine Charles Louis de Lasalle, général de cavalerie du Premier Empire, et de 4 vignettes. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[ORNE] Normandie. Orne.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 577 x 790 mm.

Belle et grande carte du département de l'Orne, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la ville d'Alençon et du portrait de l'historien François Eudes de Mézeray, et de 4 vignettes montrant des vues d'Argentan, de Jumilly, d'Alençon et de Mortagne. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[SEINE-MARITIME] Normandie. Seine Inférieure.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 577 x 800 mm.

Belle et grande carte du département de la Seine Inférieure, renommé Seine-Maritime en 1955, issue de l'Atlas départemental de la France. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la ville de Rouen et du portrait de Pierre Corneille, et de 4 vignettes montrant des vues du Havre, de Jumièges et de Rouen. Elle est accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[VAR] Département du Var.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 533 x 753 mm.

Belle et grande carte du département du Var, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[VENDÉE] Département de la Vendée.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 539 x 752 mm.

Belle et grande carte du département de la Vendée, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Deux déchirures dans la partie haute de la carte restaurées.

DUFOUR (Auguste-Henri).

Département de la Seine avec le plan des fortifications de la ville de Paris.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 543 x 752 mm.

Belle et grande carte du département de la Seine créé le 27 janvier 1790 et supprimé en 1968, et qui comprenait alors Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Elle est issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

Indes, Colonies anglaises.

Paris, Paulin et Le Chevalier, 1858. 554 x 753 mm.

Belle et grande carte figurant le Pakistan, le Népal, l'Inde, le Tibet, la Chine, l'Indochine, la Malaisie, Sumatra et l'ouest de Bornéo, dressée par Dufour et gravée par Dyonnet. L'Inde est divisée en trois présidences administrées par les Britanniques : présidences du Bengale, de Madras et de Bombay. Les colonies françaises (Pondichéry, Chandernagor, Karikal, Yanaon et Mahé) sont soulignées en bleu, les colonies portugaises en jaune (Goa, Daman et Diu). En 1858, date de cette carte, les territoires gérés par la Compagnie anglaise des Indes orientales sont incorporés à la couronne britannique. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.