604 résultats

AA (Pieter van der).

La France.

Leyde, Pierre Vander Aa, [circa 1730]. 223 x 296 mm.

Carte de la France, dressée d'après les observations de l'Académie Royale des Sciences, ornée d’un cartouche de titre décoré de personnages, d'armoiries et d'attributs militaires. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der).

L’Inde de ça le Gange.

Leyde, Pierre Vander Aa, [circa 1730]. 223 x 298 mm.

Belle carte de l'Inde, ornée d'un ravissant cartouche de titre illustré de scènes. Bel exemplaire.

ALBERTI (Leandro).

[CORSE] L'Isola di Corsica.

[1588]. 245 x 169 mm.

Très rare carte de la Corse gravée sur bois, issue de la seconde édition de l'ouvrage de Leandro Alberti Isole appartenenti alla Italia, publiée à Venise en 1588. Membre de l'ordre des Dominicains, Leandro Alberti (1479-1552) fut un géographe et historien établi à Bologne. Pliure centrale légèrement brunie. Cervoni, 7 ; Berthelot & Ceccaldi, pp. 85-89.

ALPHAND (Adolphe).

[PARIS 1er et 2ème arrondissements] 1.er arrond.t du Louvre - 2.e arrond.t de la Bourse.

Paris, [1878]. 570 x 720 mm.

Très grand plan des 1er et 2ème arrrondissements de Paris, gravé et chromolithographié en rouge et noir par Wuhrer, issu de l'Atlas municipal des vingt arrondissements de la Ville de Paris. Les 20 arrondissements de Paris furent créés le 16 juin 1859, lorsque les faubourgs situés entre les fortifications de l'enceinte de Thiers et le mur des Fermiers Généraux furent annexés à Paris. Adolphe Alphand succéda au baron Haussmann au poste de directeur des travaux de Paris après la destitution de ce dernier en 1870. Il avait auparavant contribué à l'embellissement de la capitale avec la création et la transformation de nombreux parcs, jardins et promenades. Bel exemplaire.

ALPHAND (Adolphe).

[PARIS 3ème et 4ème arrondissements] 3.e arrond.t du Temple - 4.e arrond.t de l'Hôtel de Ville.

Paris, [1878]. 601 x 727 mm.

Très grand plan des 3ème et 4ème arrrondissements de Paris, gravé et chromolithographié en rouge et noir par Wuhrer, issu de l'Atlas municipal des vingt arrondissements de la Ville de Paris. Les 20 arrondissements de Paris furent créés le 16 juin 1859, lorsque les faubourgs situés entre les fortifications de l'enceinte de Thiers et le mur des Fermiers Généraux furent annexés à Paris. Adolphe Alphand succéda au baron Haussmann au poste de directeur des travaux de Paris après la destitution de ce dernier en 1870. Il avait auparavant contribué à l'embellissement de la capitale avec la création et la transformation de nombreux parcs, jardins et promenades. Bel exemplaire.

ALPHAND (Adolphe).

[PARIS 5ème et 6ème arrondissements] 5.e arrond.t du Panthéon - 6.e arrond.t du Luxembourg.

Paris, [1878]. 593 x 773 mm.

Très grand plan des 5ème et 6ème arrrondissements de Paris, gravé et chromolithographié en rouge et noir par Wuhrer, issu de l'Atlas municipal des vingt arrondissements de la Ville de Paris. Les 20 arrondissements de Paris furent créés le 16 juin 1859, lorsque les faubourgs situés entre les fortifications de l'enceinte de Thiers et le mur des Fermiers Généraux furent annexés à Paris. Adolphe Alphand succéda au baron Haussmann au poste de directeur des travaux de Paris après la destitution de ce dernier en 1870. Il avait auparavant contribué à l'embellissement de la capitale avec la création et la transformation de nombreux parcs, jardins et promenades. Bel exemplaire.

ALPHAND (Adolphe).

[PARIS 7ème arrondissement] 7.e arrond.t du Palais Bourbon.

Paris, [1878]. 605 x 784 mm.

Très grand plan du 7ème arrrondissement de Paris gravé et chromolithographié en rouge et noir par Wuhrer, issu de l'Atlas municipal des vingt arrondissements de la Ville de Paris. Les 20 arrondissements de Paris furent créés le 16 juin 1859, lorsque les faubourgs situés entre les fortifications de l'enceinte de Thiers et le mur des Fermiers Généraux furent annexés à Paris. Adolphe Alphand succéda au baron Haussmann au poste de directeur des travaux de Paris après la destitution de ce dernier en 1870. Il avait auparavant contribué à l'embellissement de la capitale avec la création et la transformation de nombreux parcs, jardins et promenades. Bel exemplaire.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Asie orientale comprenant l'empire Chinois et le Japon, les états de l'Indo-Chine et le grand archipel d'Asie.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1862. 1,07 x 0,61 m.

Belle et très grande carte de l'Asie du Sud-est, avec le Tibet, la Chine, la Russie et le Japon, figurant les possessions françaises, anglaises, espagnoles, hollandaises et portugaises. Petites déchirures et rousseurs marginales. Très bon exemplaire en coloris de l'époque.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Carte générale de l'Afrique d'après les dernières découvertes.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1863. 630 x 897 mm.

Très grande et belle carte de l'Afrique, figurant les possessions et établissements anglais, français, espagnols, portugais, hollandais, ainsi que les possessions de l'Empire Ottoman et celles de l'Iman de Mascate. En carton figurent 8 petites cartes des Canaries, de Madère, de Sainte-Hélène, ou encore de Mayotte. Très bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Mappemonde en deux hémisphères.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1864. 567 x 888 mm.

Belle et grande mappemonde à deux hémisphères, lithographiée en couleurs. La légende permet d'identifier, par un système de couleurs, les colonies anglaises, françaises, espagnoles, portugaises, hollandaises et danoises. Bel exemplaire.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Pavillons et cocardes des principales puissances du globe d'après des documens officiels.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1860. 460 x 582 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Petite déchirure au bas des marges gauche et droite restaurée.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Plan d'ensemble des travaux de Paris.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1868. En 50 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 0,94 x 1,26 m.

Superbe plan monumental figurant les travaux d'agrandissement du baron Haussmann depuis 1851, et l'un des premiers plans figurant le Paris moderne. Tous les travaux sont signalés à l'aquarelle rouge : en rouge uni, les voies ouvertes (boulevards Sébastopol, Magenta, Malesherbes, avenue de l'Empereur, future avenue du Trocadéro en 1871, boulevard et place Saint-Michel, créés en 1855, etc), en rouge hachuré, les voies modifiées (boulevards de la Chapelle, de Grenelle, avenue du Roi de Rome, devenue avenue Kléber en 1879, etc), et par un double trait rouge, les voies projetées (boulevard Pereire, etc). Les monuments et bâtiments publics sont signalés en gris hachuré. Tout autour de la ville, on distingue très nettement l'enceinte de Thiers, du nom de l'homme politique qui conçut le projet. Construite entre 1841 et 1844, elle était constituée de 94 bastions, et englobait non seulement Paris mais aussi les communes environnantes. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petite tache d'encre sur la partie gauche de la carte. Pinon & Le Boudec, pp. 110-111.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Plan géométral de Paris et de ses agrandissements à l'échelle d'un millimètre pour 10 m (10,1000).

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1859. En 32 sections jointes et montées sur toile de 1,02 x 2,18 m ; étiquette de l'éditeur au dos.

Très rare exemplaire avec la description des délimitations des arrondissements et des quartiers placée à droite du plan. Seconde édition à la date de 1859 (la première est de 1858) de ce plan monumental de Paris, illustrant les travaux d'agrandissement du baron Haussmann, et l'un des tout premiers plans figurant le Paris moderne. Publié en 1859, c'est aussi l'un des tout premiers plans montrant la nouvelle division de Paris en 20 arrondissements créés le 16 juin 1859, lorsque les faubourgs situés entre les fortifications de l'enceinte de Thiers et le mur des Fermiers Généraux furent annexés à Paris. En 1859, les travaux d'Haussmann ont déjà débuté depuis 7 ans. Le plan montre les percées les plus récentes, et notamment la plus importante d'entre elles, le boulevard Sébastopol, inauguré en 1858, dont on voit ici une portion se poursuivre sur la rive gauche jusqu'à la rue des Ecoles, et qui sera renommée boulevard Saint-Michel en 1867. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pinon & Le Boudec, p. 107 (sans la description des délimitations).

ANDRIVEAU-GOUJON (J.).

Carte physique et routière de l'Italie indiquant les distances d'un relais à l'autre et les dernières divisions politiques.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1863. En deux feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 1,19 x 0,96 m.

Belle carte murale de l'Italie de près d'1,20 m de hauteur, figurant les routes principales. Très bel et rare exemplaire avec l'intérieur des terres en couleurs.

ANONYME.

[AUBERVILLIERS] Commune d'Aubervilliers.

[1895]. 155 x 227 mm.

Plan de la commune d'Aubervilliers publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune d'Aubervilliers fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[BAGNOLET] Commune de Bagnolet.

[1895]. 195 x 135 mm.

Plan de la commune de Bagnolet publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Bagnolet fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[LE PRÉ-SAINT-GERVAIS] Commune du Pré St. Gervais.

[1895]. 151 x 108 mm.

Plan de la commune du Pré-Saint-Gervais publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune du Pré-Saint-Gervais fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[LES LILAS] Commune des Lilas.

[1895]. 145 x 110 mm.

Plan de la commune des Lilas publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune des Lilas fut créée en 1867 par scission de Bagnolet, Pantin et Romainville, et fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[PANTIN] Commune de Pantin.

[1895]. 225 x 179 mm.

Plan de la commune de Pantin publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Pantin fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[ROMAINVILLE] Commune de Romainville.

[1895]. 209 x 140 mm.

Plan de la commune de Romainville publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Romainville fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[SAINT-DENIS] Commune de St. Denis.

[1895]. 303 x 243 mm.

Plan de la commune de Saint-Denis publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Saint-Denis fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[SAINT-OUEN] Commune de St. Ouen.

[1895]. 208 x 180 mm.

Plan de la commune de Saint-Ouen publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Saint-Ouen fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[STAINS] Commune de Stains.

[1895]. 210 x 193 mm.

Plan de la commune de Stains publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Stains fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

[ÉPINAY-sur-SEINE ] Commune d'Épinay.

[1895]. 153 x 235 mm.

Plan de la commune d'Épinay publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune d'Épinay fut renommée Épinay-sur-Seine en 1920 et fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANONYME.

Département de Paris (ci-devant partie de l'Isle de France) divisé en 3 districts et 16 cantons, comprenant III municipalités.

[circa 1793]. 172 x 218 mm.

Carte du département de Paris, décrété les 13 et 19 janvier 1790 par l'Assemblée Nationale, puis renommé département de la Seine en 1795. Il comprenait Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Il fut supprimé en 1968. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[IRAK] L'Euphrate et le Tigre.

1779. 432 x 521 mm.

Rare carte de la région historique de Mésopotamie située entre les cours de l'Euphrate et du Tigre en Irak. Elle s'étend au nord jusqu'au lac de Van en Turquie et Tabriz en Iran, au sud jusqu'au Golfe Persique, à l'ouest jusqu'aux côtes de la Syrie et à l'est jusqu'à Hamadan en Iran. Y figurent les villes antiques de Babylone ou de Ninive, appelée Ninus, près de la ville de Mossoul, orthographiée Mosul. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Carte générale de la Tartarie chinoise dressée sur les cartes particulières faites sur les lieux par les RR PP Jésuites et sur les mémoires particuliers du P. Gerbillon.

Paris, Dezauche, [circa 1780]. 515 x 803 mm.

Très rare édition par Jean-Claude Dezauche de cette belle détaillée figurant le nord de la Chine, la Tartarie chinoise, la Corée, les îles du Japon et l'île russe de Sakhaline au large de la Sibérie. Dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, elle fut publiée pour la première fois en 1735 dans la Description de l'empire de la Chine et de la Tartarie chinoise de Jean-Baptiste du Halde. Elle a été dressée d'après le récit de Jean-François Gerbillon, un prêtre jésuite français envoyé en Chine par Louis XIV en 1685 pour y fonder la Mission française de Chine. Gerbillon effectuera plusieurs voyages en Tartarie, et résidera à la Cour de l'empereur chinois Kangxi à Pékin, en tant qu'astronome et mathématicien. Il mourra à Pékin en 1707. La carte est décorée d'un cartouche de titre. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Très rare édition entièrement regravée par Jean-Claude Dezauche, successeur du grand Guillaume de l'Isle et de son gendre Philippe Buache. Pliure horizontale légèrement brunie, petits défauts à la pliure centrale, petites déchirures dans la marge inférieure. Néanmoins bon exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Carte la plus générale et qui comprend la Chine, la Tartarie chinoise et le Tibet dressée sur les cartes particulières des RR PP Jésuites.

Paris, Dezauche, [circa 1780]. 480 x 698 mm.

Très rare édition par Jean-Claude Dezauche de la plus belle des cartes de la Chine publiées au XVIIIe siècle, figurant également la Tartarie chinoise, le Tibet, la Corée et l'île russe de Sakhaline au large de la Sibérie, et s'étendant à l'ouest jusqu'à la Mer Caspienne. Dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, elle fut publiée pour la première fois en 1735 dans la Description de l'empire de la Chine et de la Tartarie chinoise de Jean-Baptiste du Halde. La carte, très détaillée, a été dressée d'après les cartes établies par les missionnaires jésuites, chargés par l'empereur chinois Kangxi de réaliser une étude détaillée de la région qui se déroula entre 1708 et 1716. La carte de d'Anville est à cette époque la toute première carte occidentale aussi détaillée de la région. C'est aussi l'une des premières cartes aussi précises de la Corée, pourtant interdite aux occidentaux. La carte est décorée d'un magnifique cartouche de titre montrant l'empereur Kangxi sur son trône, entouré d'attributs militaires, ainsi que deux missionnaires jésuites accompagnés d'une escorte armée. Un second cartouche contenant l'échelle est décoré de deux chasseurs et d'un loup. Pour cette nouvelle édition entièrement regravée, Dezauche a rajouté en haut de la carte un avertissement concernant les couleurs utilisées pour les contours : la Chine divisée en 15 provinces a été colorée de carmain ou de rouge ; la Tartarie chinoise divisée en 6 portions de bleu ou couleur d'eau ; le Royaume de Corée de saffran ou de jaune ; le Tibet qui confine à la Chine du côté du couchant et la partie occidentale de la Tartarie n'ont point de division de couleurs parce qu'il est difficile d'établir des limites bien précises dans ces contrées. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Très rare édition entièrement regravée par Jean-Claude Dezauche, successeur du grand Guillaume de l'Isle et de son gendre Philippe Buache. Pliure horizontale légèrement brunie, sinon bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[SINGAPOUR] Nouvelle carte des mers comprises entre le détroit de Banca et P.o Timon, avec la partie orientale du détroit de Malac.

[1775-1781]. 494 x 668 mm.

Belle carte marine figurant les côtes orientales de l'île de Sumatra, le nord de l'île de Bangka, orthographiée Banca, et le sud de la Malaisie avec l'île de Singapour identifiée sous le nom d'Î[le] de Jatana ou de Saincapour, avec le détroit de Singapour et toutes les îles qui s'y trouvent. En carton figure un plan de l'anse au sud-est de l'île de Timon, actuelle Tioman. La carte est traversée de lignes de rhumb permettant aux vaisseaux de maintenir leur cap. Le nord est placé à droite de la carte. Elle est ornée de onze profils côtiers. La carte est issue du Neptune Oriental, publié entre 1775 et 1781. Cet atlas, composé de grandes cartes nautiques, de cartes détaillées de parties de côtes ou d’entrées de port, était accompagné d’instructions nautiques nécessaires à la navigation entre l’Europe et l’Asie. On y trouve plus particulièrement des cartes nouvelles de Madagascar, Sumatra, Java, des Philippines et de la Chine. L’ouvrage valut une grande renommée à son auteur car il comblait les nombreuses lacunes des cartes hollandaises. Jean-baptiste d’Après de Mannevillette fut un hydrographe et capitaine de vaisseau au service de la Compagnie des Indes. En 1745, la première édition du Neptune Oriental, fruit de 12 années de travail, le rendit célèbre. Trente ans plus tard, en 1775, il publia une seconde édition, très augmentée et entièrement remaniée grâce aux informations collectées dans les journaux de bord des navires de la Compagnie des Indes et de la correspondance qu’il entretenait notamment avec l’abbé de Lacaille et l’hydrographe anglais Alexander Dalrymple. Bel exemplaire. Très légers défauts au niveau de la pliure centrale.

APRÈS de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d') & DALRYMPLE (Alexander).

[HONG KONG] Carte d'une partie des côtes de la Chine et des isles adjacentes, depuis l'isle nommée la Pierre Blanche, jusqu'à celle de l'Artimon.

[1775-1781]. 333 x 484 mm.

Belle carte marine figurant les côtes de la Chine, et carte très importante pour la cartographie de Hong Kong. Elle a été dressée par Alexander Dalrymple d'après les observations faites à bord du senau le Goudelours et du vaisseau le Londres en 1754, 1759 et 1760. Elle s'étend à l'ouest jusqu'à Macao. Au centre, Hong Kong est identifiée sous le nom de Fanchinchow, avec les îles de Lamma, de Po Toi orthographiée Poo-Toy, et de Dangan appelée Gde Lema. La carte est traversée de lignes de rhumb permettant aux vaisseaux de maintenir leur cap. La carte est issue du Neptune Oriental, publié entre 1775 et 1781. Cet atlas, composé de grandes cartes nautiques, de cartes détaillées de parties de côtes ou d’entrées de port, était accompagné d’instructions nautiques nécessaires à la navigation entre l’Europe et l’Asie. On y trouve plus particulièrement des cartes nouvelles de Madagascar, Sumatra, Java, des Philippines et de la Chine. L’ouvrage valut une grande renommée à son auteur car il comblait les nombreuses lacunes des cartes hollandaises. Jean-baptiste d’Après de Mannevillette fut un hydrographe et capitaine de vaisseau au service de la Compagnie des Indes. En 1745, la première édition du Neptune Oriental, fruit de 12 années de travail, le rendit célèbre. Trente ans plus tard, en 1775, il publia une seconde édition, très augmentée et entièrement remaniée grâce aux informations collectées dans les journaux de bord des navires de la Compagnie des Indes et de la correspondance qu’il entretenait notamment avec l’abbé de Lacaille et l’hydrographe anglais Alexander Dalrymple. Il manque une fleur de lys ornant une ligne de rhumb, qui a été grattée à la Révolution. Très légères taches jaunes dans les parties haute et basse de la carte, avec trace de pliure dans la partie haute.

ARROWSMITH (Aaron).

[Feuille n°4 de la carte en neuf feuilles du Pacifique].

London, A. Arrowsmith, 1798. 637 x 793 mm, montée sur toile.

Feuille n°4 de la grande carte en neuf feuilles du Pacifique intitulée Chart of the Pacific Ocean, publiée à Londres en 1798. Cette feuille montre les côtes de la Chine, avec Formose, les Philippines, l'Asie du Sud-est, et les côtes septentrionales de l'Australie. Elle s'étend à l'est jusqu'aux Îles Salomon et l'île d'Espiritu Santo dans le Vanuatu ou archipel des Nouvelles-Hébrides. Les routes des explorateurs sont marquées : Byron en 1765, Carteret en 1767, Bougainville en 1768 ou encore Bligh en 1792. Exemplaire replié. Rousseurs.

ARTARIA.

[MILAN] Pianta della città di Milano.

Milano, Epimaco e Pasquale Artaria, 1838. 499 x 566 mm, replié et monté dans une reliure cartonnée de papier marbré.

Plan de Milan, orné d'une vue du Dôme. Les 102 édifices publics sont numérotés sur le plan et repris dans la légende. Le plan est accompagné de trois rares billets de réservation pour un voyage en vélocifère entre Côme et Milan, pour un voyage en malle-poste, et pour la diligence du Canton suisse du Tessin (au nord du Lac Majeur), tous au nom du comte de Palys et datés de 1839. Le billet pour le voyage en vélocifère est également au nom de Pandely Rodocanachi. Mention manuscrite au dos du plan "Plan de Milan à Mr le Cte de Palys, acheté le 8 lundi d'avril 1839". Bon exemplaire.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & ROUSSEL (Capitaine).

Paris, ses fauxbourgs et ses environs. Où se trouve le détail des villages, châteaux, grands chemins pavez et autres, des hauteurs, bois, vignes, terres et prez, levez géométriquement. Par le S.r Roussel Cap.ne ingénieur ord.re du Roy, Ch.er de S.t Louis.

Paris, Imprimerie Nationale, [1731-1880]. En 4 feuilles jointes et montées sur toile, formant un plan de 0,75 x 1,07 m.

Superbe plan mural de Paris et ses environs par le capitaine Roussel, reproduit en héliogravure et réduit au 2/5 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan fut publiée par Jaillot en 1731. Le plan du capitaine Roussel, dont la première édition fut publiée en 1730, est l'un des plus remarquables et des plus spectaculaires du XVIIIe siècle. C'est le premier plan décrivant précisément les faubourgs de Paris, dix ans avant celui de Delagrive publié en 1740-1741. Il s'étend d'est en ouest de Vincennes au bois de Boulogne, et du nord au sud de la plaine Saint-Denis à Bicêtre et Ivry. Il est entouré d'une bordure ornée de fleurs et caducées, avec le monogramme de Louis XV. En haut du plan figurent des divinités ailées et des angelots portant les armes de France. Quelques rousseurs sur le plan, mouillures affectant la toile au dos du plan. Boutier, 206B, Fac-similé.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & TAVERNIER (Melchior).

Le plan de la ville, cité, université, fauxbourgs de Paris avec la description de son antiquité.

Paris, Imprimerie Nationale, [1630-1880]. En 2 feuilles jointes et montées sur toile, formant un plan de 553 x 725 mm.

Magnifique vue de Paris à vol d'oiseau au XVIIe siècle, reproduite en héliogravure sur papier fort, publiée en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. Cette vue, dont l'édition originale, d'une extrême rareté, fut publiée en 1630, est ornée en haut à gauche des armes de France et de Paris, dans un cartouche porté par deux angelots ; en bas à droite et à gauche, deux cartouches ornés encadrent chacun un sizain. La bordure supérieure est ornée de huit vignettes, figurant de gauche à droite, le roi Louis XIII, des gentilhommes, des marchands, des "crocheteurs et villageois", des paysannes, des bourgeoises, des dames, et enfin la reine, Anne d'Autriche. Le plan de Tavernier est une mise à jour du plan de Merian de 1615, où figurent désormais le pont Marie, le pont de bois et le pont Royal, les constructions sur l'île Notre-Dame, le nouvel Hôtel du luxembourg, le nouveau Palais du Louvre, l'hôpital de la Charité, et le lotissement des "Marets du Temple". Le plan original est accompagné d'un large texte qui n'a pas été reproduit pour ce fac-similé. Bel exemplaire. Boutier, 58, Fac-similé a.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & TURGOT (Michel-Étienne).

Plan de Paris.

Paris, Imprimerie Nationale, [1739-1880]. En huit feuilles jointes et montées sur toile de 1,01 x 1,27 m.

L'un des plus célèbres et des plus beaux plans de Paris au XVIIIe siècle, dit Plan de Turgot, reproduit en héliogravure et réduit au 2/5 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan fut publiée en 1739. En 1734, Michel Etienne Turgot, alors prévôt des marchands de la municipalité parisienne, décida de promouvoir la magnificence de la ville de Paris en faisant réaliser un nouveau plan de la ville et de ses faubourgs. C'est dans ce but qu'il fit appel à Louis Bretez, membre de l'Académie de Peinture et de Sculpture, et professeur de perspective. Pendant deux ans, ce dernier fit des relevés très précis sur le terrain, ayant même l'autorisation d'entrer dans chaque maison, chaque jardin et chaque hôtel particulier. En 1736, Claude Lucas, graveur de l'Académie des Sciences, fut chargé de graver à l'eau-forte et au burin les 21 planches du plan dit de "Turgot". Ce dernier ne parut qu'en 1739 et il fut offert au Roi, aux membres de l'Académie, à la Municipalité mais aussi aux représentations françaises à l'étranger. C'est l'une des plus belles représentations de Paris au XVIIIe siècle, et la seule à montrer les églises, édifices, fontaines, places, et monuments publics en élévation. Rousseurs, mouillures affectant la toile au dos du plan sans incidence au recto. Boutier, 219a, Fac-similé.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & VASSALLIEU dit NICOLAY (Benedit).

Portrait de la ville, cité, et université de Paris avec les faubours di celle.

Paris, Imprimerie Nationale, [1609-1880]. En deux feuilles jointes et montées sur toile de 620 x 776 mm.

Magnifique plan de Paris en 1609 par Vassallieu dit Nicolay, reproduit en héliogravure et réduit au 1/5 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan, d'une extrême rareté, fut publiée vers 1645. Il est orné en haut à gauche du monogramme d'Henri IV, sous les armes de France et de Navarre, entourées du grand cordon de l'Ordre du Saint-Esprit et surmontées d'une couronne fermée, en bas à droite des armes de Paris. En haut à droite figure un portrait équestre d'Henri IV : le roi vainqueur, ceint d'une couronne de laurier et monté sur un cheval caparaçonné, fait son entrrée (le 22 mars 1594 ?) dans la capitale qu'il vient de prendre, à la tête de ses troupes ; il est accueilli par une femme, revêtue d'une robe fleurdelisée, qui lui offre de sa main gauche un bateau miniature toutes voiles dehors, symbole de Paris, alors qu'elle porte sa main droite à son coeur ; un soldat à genoux implore sa clémence, au milieu des cadavres de ses compagnons d'armes. La vie et l'activité professionnelle de Nicolay restent mal connues. Ingénieur du roi dès 1585, il est l'auteur d'un important traité d'artillerie, resté manuscrit. Son plan de Paris propose sans nul doute la vision d'un ingénieur militaire : ce n'est plus la symétrie majestueuse, autour de la Seine, qui organise la représentation de Paris, comme dans les plans du siècle précédent. C'est la ville solidement fortifiée qui est ici mise en évidence : l'orientation choisie pour le plan permet en effet de grossir les fortifications récentes qui protègent la ville au nord, alors que l'université est toujours protégée par les murailles de Charles V. Quelques très légères rousseurs, petites mouillures affectant la toile au dos du plan sans incidence au recto. Boutier, 42A, Fac-similé.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/ARZEW] Port d'Arzew.

1889. 415 x 556 mm.

Plan détaillé du port d'Arzew, publié dans l'Atlas des ports de France. Petite décoloration dans les marges gauche et droite. Exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/BENI SAF] Port de Beni-Saf.

1889. 406 x 548 mm.

Grand plan détaillé du port de Berni Saf, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/BÉJAÏA] Port de Bougie.

1891. 413 x 568 mm.

Grand plan détaillé du port de Bougie ou Béjaïa, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/CHERCHELL & TIPAZA] I. Cherchell - II. Tipaza.

1889. 580 x 375 mm.

Plans détaillés des ports de Cherchell et de Tipaza, publiés dans l'Atlas des ports de France. Petite décoloration dans la marge haute. Exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/COLLO] Port de Collo.

1889. 570 x 380 mm.

Grand plan détaillé du port de Collo, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/DELLYS] Port de Dellys.

1891. 571 x 358 mm.

Grand plan détaillé du port de Dellys, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/GHAZAOUET & MERS-EL-KÉBIR] I. Nemours - II. Mers-El-Kébir.

1888. 580 x 383 mm.

Plans détaillés des ports de Nemours, aujourd'hui Ghazaouet, et de Mers-El-Kébir, publiés dans l'Atlas des ports de France. Petite décoloration dans les marges haute et basse. Exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/JILEL] Port de Djidjelli.

1890. 386 x 539 mm.

Plan détaillé du port de Djidjelli ou Jilel, publié dans l'Atlas des ports de France. Petite décoloration dans les marges gauche et droite. Exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/ORAN] Port d'Oran.

1890. 582 x 843 mm.

Grand plan détaillé du port d'Oran, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque. Petite décoloration dans la marge gauche.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/STORA & SKIKDA] I. Stora - II. Philippeville - III. Carte de la baie de Philippeville.

1892. 587 x 840 mm.

Plans détaillés des ports de Stora et de Philippeville, aujourd'hui Skikda, publiés dans l'Atlas des ports de France. Petite décoloration dans les marges gauche et droite. Exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/TÉNÈS] Port de Ténès.

1889. 577 x 372 mm.

Grand plan détaillé du port de Ténès, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CONCARNEAU] Port de Concarneau.

1879. 570 x 380 mm.

Grand plan détaillé du port de Concarneau, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[LE CROISIC] Port du Croisic.

1879. 570 x 365 mm.

Grand plan détaillé du port du Croisic, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[SAINT-NAZAIRE] Port de Saint-Nazaire.

1883. 567 x 360 mm.

Grand plan détaillé du port de Saint-Nazaire, publié dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BAILLEUL (Gaspard de).

Nouveau plan de la ville et fauxbourgs de Paris divisé en vingt quartiers.

Paris, chez le Sieur Gaspard de Baillieul, 1738. En 4 feuilles jointes de 0,99 x 1,44 m, sous cadre et verre.

Superbe plan monumental de Paris, dressé par Gaspard de Bailleul et gravé par Nicolas de Bailleul le jeune. Le cartouche de titre est décoré des armoiries de Paris et du dédicataire, Louis Armand de Bourbon, prince de Conti. Le plan est orné de 36 vignettes figurant les principaux monuments de Paris et ses environs, chacun accompagné d'un commentaire historique, ainsi que d'un plan de l'île de la Cité et d'une carte des environs de Paris. Boutier a recensé 7 éditions de ce plan entre 1724 et 1764, mais le nôtre, daté 1738 et sans nom d'éditeur, ne correspond à aucune de ces éditions. Exemplaire aquarellé. Décalage au niveau de la jointure centrale, ayant masqué une partie du plan. Boutier, 199.

BARBIER (Georges).

Laissez-moi-seule.

1919. 265 x 183 mm.

Superbe planche gravée et finement coloriée au pochoir, avec rehauts d'or, issue des Feuillets d'art, luxueuse revue des débuts de la période Art Déco, publiée entre 1919 et 1922, et consacrée à la littérature, au théâtre, aux arts plastiques et aux arts décoratifs, à la musique et à la mode. Bel exemplaire.

BAUDRAND (Michel Antoine).

La Grèce tirée des Mémoires de Monsieur l'abbé Baudrand.

Paris, Sr. Jaillot, 1716. 454 x 544 mm.

Très belle carte de la Grèce dressée d'après les mémoires de Michel Antoine Baudrand, historien et géographe français mort en 1700. Elle est ornée d'un cartouche de titre animé de personnages, dont un personnage féminin tenant les armoiries de la Grèce. La carte est dédiée à Nicolas Le Camus, seigneur de La Grange, nommé premier président de la Cour des Aides en 1714. Le cartouche de dédicace est décoré des armoiries du dédicataire. Très bel et rare exemplaire avec la mer finement aquarellée à l'époque. Zacharakis, 239/127.

BEAULIEU (Sébastien de Pontault, Sieur de).

[PAYS BASQUE / TRAITÉ DE PAIX DES PYRÉNÉES / ÎLE des FAISANS] Plan de l'isle de la Conférence où le Traité de la Paix Générale, entre la France et l'Espagne a esté conclu ensemble le mariage du Roy avec l'Infante, et l'entreveüe des deux Roys, par leurs premiers Ministres Monseig.r le Card.l Mazarin, et Dom Loüis d'Haro, au mois de novembre 1659.

Paris, chez l'autheur, [circa 1694]. 447 x 541 mm.

Belle estampe figurant l'Île des Faisans aussi appelée Île de la Conférence, issue des Glorieuses Conquestes de Louis le Grand, aussi connu sous le nom de Grand Beaulieu, superbe recueil consacré aux sièges et batailles de Louis XIII et Louis XIV, entre 1630 et 1697. C'est sur l'Île des Faisans que fut signé le Traité de Paix dit des Pyrénées, ainsi que le mariage entre le roi Louis XIV avec l'infante d'Espagne, dont c'était l'une des clauses. Le traité et le mariage furent âprement négociés entre les deux couronnes au cours de l'année 1659. La conférence dura trois mois, et donna son nom à l'île, aussi appelée Île des Faisans, située sur le fleuve Bidassoa, à la frontière franco-espagnole. L'estampe est ornée de trois cartouches, dont un pour le titre et deux pour les légendes. En carton, plan de l'Île de la Conférence. Tout autour de l'estampe figurent 76 plans de citadelles françaises, espagnoles et italiennes. L'estampe montre la ville d'Irun, orthographiée Iron, Hendaye, orthographiée Andaie, ainsi que le Fort de Behobie ruiné. On voit également au loin une chapelle, l'église de Notre Dame de Guadalupe et le château de Figuieres. Au premier plan figure le long cortège royal à l'approche du pont menant à l'île. Le nord est placé à droite de l'estampe. Bel exemplaire, monté sur carton. Quelques rousseurs marginales. Pastoureau, BEAULIEU XV, II, 57.

BEAUTEMPS-BEAUPRÉ (Charles-François) & DÉPÔT-GÉNÉRAL DE LA MARINE.

[MORBIHAN/BELLE-ÎLE-en-MER] Carte particulière des côtes de France (Belle-Île, presqu'île de Quiberon, îles Houat et Haedik, P.te du Grand Mont).

Paris, Dépôt-Général de la Marine, 1827. 592 x 877 mm, montée sur toile à l'époque.

Grande et belle carte marine figurant la baie de Quiberon avec la partie sud de la presqu'île de Quiberon, la Pointe du Grand Mont et Saint-Gildas dans la presqu'île de Rhuys, ainsi que Belle-Île-en-Mer, et les îles de Houat et Hoedic, orthographiée Haedik. La carte a été levée en 1819 et 1820 par les ingénieurs hydrographes de la Marine, sous les ordres de Beautemps-Beaupré, ingénieur hydrographe et cartographe, considéré comme le père de l'hydrographie moderne. Avec indication des profondeurs marines. Exemplaire légèrement empoussiéré, parties gauche et droite de la carte très légèrement brunies. Bonne condition générale. Cachet froid et étiquette de J. Forest aîné, libraire à Nantes.

BEAUTEMPS-BEAUPRÉ (Charles-François) & DÉPÔT-GÉNÉRAL DE LA MARINE.

[MORBIHAN/QUIBERON] Carte particulière des côtes de France (baie de Quiberon et Morbihan).

Paris, Dépôt-Général de la Marine, 1827. 592 x 880 mm, montée sur toile à l'époque.

Grande et belle carte marine figurant les côtes du Morbihan entre Erdeven, orthographiée Ardevenne, et la Pointe de Penvins, avec la presqu'île de Quiberon et le Golfe du Morbihan. Elle s'étend au nord jusqu'à Vannes. La carte a été levée en 1819 et 1820 par les ingénieurs hydrographes de la Marine, sous les ordres de Beautemps-Beaupré, ingénieur hydrographe et cartographe, considéré comme le père de l'hydrographie moderne. Avec indication des profondeurs marines. Bel exemplaire. Cachet froid de J. Forest aîné, libraire à Nantes.

BELLEFOREST (François de).

Typus orbis terrarum. Description universelle de tout le Monde.

[Paris, Nicolas Chesneau, 1575]. 335 x 502 mm.

Belle mappemonde de forme ovale, issue de la Cosmographie Universelle de François de Belleforest, publiée en 1575. La carte est dérivée de la mappemonde d'Abraham Ortelius de 1570, à laquelle François de Belleforest a ajouté un titre en français et les instructions au relieur dans le coin supérieur gauche. Les détails géographiques incluent un immense continent austral, portant les noms de Beach et Psitacorum regio, repris des mémoires de voyage de Marco Polo. L'Amérique du Nord présente ce renflement vers l'ouest caractéristique de l'époque. Au centre figure une note en latin disant que l'Amérique fut découverte en 1492 par Christophe Colomb pour le compte du roi Ferdinand II de Castille. Les mers sont décorées d'un navire et de monstres marins. Traduction française de la Cosmographie de Münster, la Cosmographie de Belleforest ne connut qu'une seule édition en 1575. Bel exemplaire. Shirley,135.

BELLEYME (Pierre de).

[MÉDOC] Carte de la Guyenne dite Carte de Belleyme. Feuille n°12 (Blaye, Fort Médoc, Pauillac).

[1785]. En 21 sections montées sur toile de 605 x 950 mm.

Feuille n°12 de la carte de la Guyenne de Pierre de Belleyme, dite carte de Belleyme, couvrant la région du Médoc, délimitée à l'ouest par le Lac d'Hourtin et à l'est par la Gironde. Y figurent les villes de célèbres cépages telles que Saint-Estèphe, Pauillac, ou encore Saint-Julien, ainsi que la ville de Blaye ou le Fort de Médoc. La carte s'étend jusqu'à Saint-Seurin au nord, Listrac et Arcins au sud, et Saint-Androny et Saint-Gènes à l'est (orthographiées Saint-Andronic et Saint-Genez). La carte de la Guyenne fut décidée, au XVIIIe siècle, par l'intendant Charles Boutin qui désirait doter sa province d'une carte plus détaillée et précise que celle que réalisait Cassini pour l'ensemble de la France. En 1761, un arrêt du Conseil du Roi ordonne le levé de la carte, aux frais de la province. La responsabilité administrative de la Carte de la Guyenne est assumée par l’intendant, et l’entreprise cartographique est confiée à Pierre de Belleyme (1747-1819), ancien officier du Génie, qui laissera son nom à la carte. Sur les 54 planches qu’elle devait initialement compter, seules 48 furent achevées. Les levés, effectués de 1761 à 1774, à une échelle double de celle de la Carte de Cassini, permirent de soigner la partie topographique du travail, en différenciant les routes et les chemins, et en distinguant les forêts et les bois, les châtaigniers, les « piñadas », les landes, les marais et les dunes de sable. Bel exemplaire. Deux petites taches d'encre bleue.

BELLEYME (Pierre de).

Carte de la France divisée en 83 départements et subdivisée en districts avec les chefs-lieux de cantons présentée à l'Assemblée Nationale et au Roi.

Paris, Vignon, 1791. En 4 feuilles non jointes, coupées en sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,15 x 1,58 m ; étiquette en forme de médaillon de l'éditeur parisien Vignon, collée sous le titre, onglets de vélin numérotés.

L'une des toutes premières cartes des départements français, publiée un an après leur création. Superbe carte murale de la France ornée d'un cartouche de titre monumental, décoré des attributs des arts et des sciences. Le titre est placé sur un socle de pierre, sur lequel sont posés deux médaillons contenant trois fleurs de lys, et sur lesquels on peut lire "Assemblée Nationale. La Loi et le Roi" et "Louis XVI Roi des François" ; au-dessus figurent deux autres médaillons "Département de l'Ain. Fédération à Paris 14 juillet 1790" et "Département de l'Yonne. Fédération à Paris 14 juillet 1790". A gauche du titre, le livre de la Constitution est posé sur un "autel de la patrie", avec le bonnet phrygien posé sur la pointe d'une baïonnette. Sous le titre est collée l'étiquette en forme de médaillon de l'éditeur parisien Vignon. Avec table alphabétique des départements et de leurs districts, et tableau des symboles utilisés sur la carte. En carton figure la Corse (280 x 157 mm), avant que celle-ci ne soit, en 1793, divisée en deux départements, le Golo au nord et le Liamone au sud. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Très bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[AFRIQUE du SUD/LE CAP] Plan du fort et de la ville du Cap de Bonne Espérance.

[circa 1760]. 209 x 265 mm.

Plan de la ville du Cap, montrant la ville, la place d'armes et le fort. Une légende donne l'emplacement de la maison des esclaves, de la maison de plaisance du gouverneur et des bâtiments de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales (hôpital, magasins, boucherie, écuries). Bel exemplaire, replié.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CEYLAN/SRI LANKA] Carte de l'isle de Ceylan.

1750. 258 x 246 mm.

Belle carte de l'île de Ceylan par Jacques-Nicolas Bellin, publiée dans l'Histoire générale des voyages. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire, replié.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Carte de l'isle de Corse.

1768. 591 x 872 mm.

Grande et belle carte de la Corse, issue de L'Hydrographie françoise publiée entre 1737 et 1772, dressée par ordre du duc de Praslin, nommé ministre de la Marine en 1766. Elle est ornée d'un cartouche de titre, et traversée des lignes de rumb marquant les directions des vents. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Petites déchirures marginales, mouillure claire au bas de la carte. Cervoni, 96.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[GOLFE de GÊNES] Carte réduite du Golphe de Genes.

1768. 568 x 859 mm.

Grande et belle carte détaillée des côtes de la Méditerranée et du Golfe de Gênes, entre l'île de Porquerolles et la ville de Livourne, avec le nord de la Corse, les îles de Gorgona, Capraia et Pianosa, et la partie ouest de l'île d'Elbe. La carte est issue de L'Hydrographie françoise publiée entre 1737 et 1772. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré d'attributs maritimes, et traversée des lignes de rumb marquant les directions des vents. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Petites déchirures et salissures marginales, sinon bel exemplaire.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[GUYANE] Carte de la Guyane.

1757. 236 x 318 mm.

Belle carte figurant le Surinam et la Guyane Française, par Jacques-Nicolas Bellin, publiée dans l'Histoire générale des voyages. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[GUYANE] Carte réduite des costes de la Guyane depuis la rivière d'Orénoque jusqu'au Cap de Nord, à l'entrée de la rivière des Amazones.

1760. 555 x 865 mm.

Belle et grande carte figurant les côtes de la Guyane Française, du Surinam ou Guyane Hollandaise, de la Guyane Britannique et de la partie orientale du Venezuela, qui était alors appelée Guyane Espagnole. Issue de L'Hydrographie françoise publiée entre 1737 et 1772, la carte est ornée d'un grand cartouche de titre aux armes du roi, d'une rose des vents et de cinq profils côtiers. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[MARTINIQUE] Carte de l'isle de la Martinique.

1758. 199 x 303 mm.

Belle carte de la Martinique par Nicolas Bellin, ingénieur hydrographe français à la tête du Dépôt des cartes et plans de la Marine, chargé de dresser les cartes de toutes les côtes des mers connues. Bel exemplaire aquarellé.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[MARTINIQUE] Carte de l'isle de la Martinique.

Nuremberg, Héritiers de Homann, 1762. 466 x 555 mm.

Belle carte de la Martinique en coloris de l'époque, dressée par Jacques-Nicolas Bellin, ornée de deux cartouches et d'une rose des vents. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Éditeurs de cartes à Nuremberg, Johann Baptist Homann et ses héritiers ont dominé le marché de la cartographie allemande pendant près de cent ans. Exemplaire bruni avec taches dans les marges.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[MARTINIQUE] Carte de l'isle de la Martinique.

1758. 200 x 305 mm.

Belle carte de la Martinique, publiée dans l'Histoire générale des voyages. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[NEW ORLEANS] Plan de la Nouvelle Orléans. Sur les manuscrits du Dépôt des cartes de la Marine.

[circa 1760]. 191 x 275 mm.

Beau plan de La Nouvelle-Orléans, dressé d'après les manuscrits du Dépôt de la Marine. Il est accompagné de 18 légendes renvoyant aux lieux principaux de la ville. L'échelle est de 150 toises. Le plan a été dressé par Jacques-Nicolas Bellin, et est issu de l'Histoire générale des voyages. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763, ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire, replié.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[OCÉAN INDIEN] Carte réduite de l'Océan Oriental ou mer des Indes.

1757. 557 x 865 mm.

Très belle carte de l'océan Indien depuis les côtes occidentales du sud de l'Afrique jusqu'aux côtes occidentales de l'Australie et les Philippines, issue de L'Hydrographie françoise publiée entre 1737 et 1772. La carte est traversée des lignes de rumb marquant les directions des vents. Seconde édition à la date de 1757, la première datant de 1740. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Exemplaire restauré, quelques manques, notamment à la pliure centrale. Norwich, 280.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[PHILIPPINES] Carte des isles Philippines dressée sur la carte espagnole du R.P. Murillo de Velarde. 2e feuille.

1752. 209 x 302 mm.

Belle carte gravée de la partie sud de l'archipel des Philippines avec l'île de Mindanao. Elle a été dressée sur la carte de Murillo Velarde, géographe de la Compagnie de Jésus résidant à Manille, chargé, en 1734, de dresser une carte des Philippines pour le roi d'Espagne. Bel exemplaire.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[RÉUNION] Carte de l'isle de Bourbon autrefois Mascareigne.

[circa 1760]. 208 x 237 mm.

Belle carte de l'île de la Réunion, issue de l'édition hollandaise de l'Histoire générale des voyages, avec le titre de la carte en hollandais. Bel exemplaire, replié.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[SAINT-PIERRE-et-MIQUELON] Carte de l'isle Saint Pierre.

1763. 564 x 865 mm.

Rare et grande carte de l'île de Saint-Pierre, située au sud de Terre-Neuve, avec l'île du Grand Colombier, l'île aux Bours, actuelle île aux Vainqueurs, et l'île aux Chiens, aujourd'hui renommée île aux Marins. La carte a été levée par l'ingénieur géographe Jean Fortin. Y figurent Le Bourg (aujourd'hui devenu ville de Saint-Pierre), où résidait le gouverneur de l'île, à cette époque François-Gabriel d'Angeac, qui fut l'un des premiers gouverneurs de Saint-Pierre-et-Miquelon entre 1763 et 1773, ainsi que les lieux de stockage du bois de chauffage, les barachois et les zones de broussailles. En carton, carte d'une partie de Terre-Neuve et des îles de Saint-Pierre et Miquelon. Le nord est placé à droite de la carte. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire aquarellé. Petites déchirures marginales restaurées.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[SAINTE-LUCIE] Carte de l'isle de Sainte Lucie.

1758. 199 x 304 mm.

Belle carte de l'île de Sainte-Lucie, située au sud de la Martinique, publiée dans l'Histoire générale des voyages. Le nord est placé à gauche de la carte. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire. Tooley, MCC n°81, Printed maps of St. Kitts, St. Lucia and St. Vincent, p. 11.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[TAÏWAN] L'Isle Formose et partie des costes de la Chine.

[circa 1760]. 234 x 283 mm.

Une des rares cartes qui soit entièrement dédiée à l'île de Taïwan, anciennement dénommée Formose, avec les côtes de la province chinoise du Fujian. A l'intérieur de l'île on peut lire "l'intérieur de cette isle n'est pas connue". La ville de Tainan, au sud-ouest de l'île, est appelée "Taiouan ou Taivan". La carte a été dressée par Jacques-Nicolas Bellin, et est issue de l'Histoire générale des voyages. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763, ou le Neptune François en 1773. Très bel exemplaire, replié.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[TOKYO] Plan de Jedo.

[circa 1760]. 249 x 250 mm.

Beau plan gravé de la ville de Tokyo, anciennement Edo ou Jedo. Y sont nommés le palais de l'Empereur, le pont du Japon et le faubourg de Sinagawa. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bel exemplaire, replié.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

L'Empire de la Chine.

1748. 287 x 403 mm.

Belle carte de la Chine avec la Corée, les îles de Formose et d'Haïnan, dressée par Jacques-Nicolas Bellin pour l'Histoire générale des voyages. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763, ou le Neptune François en 1773. Bon exemplaire, replié. Petites déchirures marginales.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

Plan de la ville et du port de Boston capitale de la Nouvelle Angleterre érigée prémierement en 1630.

Paris, Lattré, 1762-1764. 485 x 663 mm.

Très rare et superbe plan de la ville de Boston et ses environs, et très rare premier état avant l'ajout des détails pour la ville de Charlestown. C'est également le tout premier plan détaillé de la ville de Boston publié en France. Il est attribué à Jacques-Nicolas Bellin, et a été publié à Paris par Lattré. Il n'est pas daté, mais il a vraisemblablement été publié entre 1762 et 1764, d'après les renseignements fournis par la carte, où il est fait mention de l'incendie qui ravagea la ville en 1760, et du fait que son port "est regardé comme le meilleur de la colonie angloise". Le catalogue du British Museum le date de 1762, tandis que Sellers et van Ee avancent la date de 1764 avec un point d'interrogation. Il peut certainement être daté avant 1764, car Bellin publie à cette date un plan de Boston de petit format où figure un nombre plus important de bâtiments dans la ville de Charlestown. Le plan, très détaillé, montre Boston divisée en 12 quartiers, établis en 1735, avec le nom des rues, les batteries de défense, les quais, le magasin à poudre, les collines (Fox Hill, Beacon Hill), ainsi que l'Arbre de Liberté ou Liberty Tree, célèbre orme de la ville qui se tenait près du Boston Common, jardin public nommé "Commune" sur le plan. Les 12 bâtiments principaux de la ville sont numérotés, et nommés dans la légende : l'Hôtel de Ville, la Chapelle du roi, la maison du gouverneur, la douane, ou encore la prison, située dans Queen Street (R. Queen), renommée Court Street en 1788. En haut à gauche figure la liste des 12 quartiers, et celle des dix incendies qui frappèrent la ville entre 1653 et 1760 ; en haut à droite, 16 lignes de description de la ville. Les environs proches de Boston sont également nommés : Roxbury, Dorchester, château Castle dans l'isle (Castle Island), et les îles de Noddles et de Bird. Nous n'avons localisé que quatre exemplaires de ce premier état, tous se trouvant à la Boston Public Library, qui les date de 1764. La Library of Congress possède un exemplaire dans un état postérieur, avec l'ajout de détails pour la ville de Charlestown, qu'elle date également de 1764. La British Library possède un exemplaire que nous n'avons pas pu visualiser, il nous est donc impossible de dire s'il s'agit du premier état. Exemplaire finement colorié à l'époque. Déchirure restaurée au niveau de l'échelle, le coin inférieur droit de la marge et du cadre a été refait. Coloris très frais. Sellers & van Ee, 885. An exceptional and extremely rare map of Boston and its environs Extremely rare first state [BELLIN (Jacques-Nicolas)]. Plan de la ville et du port de Boston capitale de la Nouvelle Angleterre érigée prémierement en 1630. Paris, Lattré, [1762-1764]. 485 x 663 mm. A rare and attractive map of Boston and its immediate environs, and very rare first state before the addition of details for the city of Charlestown. This is also the earliest detailed map of Boston published in France, attributed to Jacques-Nicolas Bellin, and published in Paris by Lattré. It is not dated, but it was very likely published between 1762 and 1764, from the details given on the map, mentioning the fire which destroyed the city in 1760, and that its harbour is considered as the best harbour of the English colony. The catalogue of the British Museum dates their copy from 1762, and Sellers & van Ee from 1764. It can certainly be dated before 1764, since at that date, Bellin publishes a small map of Boston with a larger number of buildings in the city of Charlestown. The map shows in great detail the city of Boston divided in 12 districts that were established in 1735, with the names of the streets, the defence batteries, the docks, the powder house, the hills (Fox Hill, Beacon Hill), and Liberty Tree, a famous elm tree that stood near Boston Common, a public garden named "Commune" on the map. The 12 main buildings of the city are numbered and named in the legend: the Town Hall, the King's chapel, the governor's mansion, the Custom House or the jailhouse, located in Queen Street (R. Queen), renamed Court Street in 1788. At top left, list of the 12 districts, and the 10 fires that struck the city between 1653 and 1760; top right, 16 lines of description of the city. The immediate environs of Boston are also named: Roxbury, Dorchester, Castle Island (château Castle dans l'isle), as well as Noddles Bird islands. We have located only 4 copies of this first state, all at the Boston Public Library, which dates them from 1764. The Library of Congress possesses a copy in a later state, with the addition of details for the city of Charlestown, which they also date from 1764. The British Library has a copy, but since it is not pictured, we can't say which state it is. Small tear restored, lower right corner of the margin and the border redone. Sellers & van Ee, 885.

BENEDETTI (Ignazio).

[ROME] La topografia di Roma di Gio Batta Nolli dalla maggiore in questa minor tavola dal medesimo ridotta.

1773. En 12 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 468 x 684 mm.

Beau plan de Rome, gravé et publié par Ignazio Benedetti en 1773. Ce plan est la réduction du plus célèbre et du plus spectaculaire des plans de Rome, dressé par Giovanni Battista Nolli en 1748. Il est orné d'un superbe cartouche de dédicace au cardinal Giovanni Carlo Boschi, décoré d'un ange portant les armoiries du cardinal, et de vues de la place Saint-Pierre, de la fontaine de Trevi, de la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem, et de la basilique Sainte-Marie-Majeure. Dans cette édition de 1773, l'auteur a rajouté les trois nouveaux églises construites depuis le plan de 1748, à savoir l'église de San Paolo Primo Eremita, achevée en 1785, l'église Santa Caterina da Siena, reconstruite entre 1766 et 1775, et l'église de Santa Lucia del Gonfalone, reconstruite en 1764. Les 173 bâtiments principaux de la ville sont numérotés sur le plan et repris dans la légende. Bel exemplaire.

BENITO (Garcia).

Dogaresse.

[vers 1930]. 369 x 269 mm.

Superbe planche gravée sur bois, coloriée au pochoir et rehaussée à l'or, issue de l'album publicitaire La dernière lettre persane, présentant des modèles de fourrures de la maison Max de Paris, dessinés par Benito. Bel exemplaire.

BENITO (Garcia).

Florentin.

[vers 1930]. 370 x 270 mm.

Superbe planche gravée sur bois, coloriée au pochoir et rehaussée à l'or, issue de l'album publicitaire La dernière lettre persane, présentant des modèles de fourrures de la maison Max de Paris, dessinés par Benito. Bel exemplaire.

BENITO (Garcia).

Geisha.

[vers 1930]. 370 x 270 mm.

Superbe planche gravée sur bois, coloriée au pochoir et rehaussée à l'or, issue de l'album publicitaire La dernière lettre persane, présentant des modèles de fourrures de la maison Max de Paris, dessinés par Benito. Bel exemplaire.

BENITO (Garcia).

Noailles-duc.

[vers 1930]. 371 x 271 mm.

Superbe planche gravée sur bois, coloriée au pochoir et rehaussée à l'or, issue de l'album publicitaire La dernière lettre persane, présentant des modèles de fourrures de la maison Max de Paris, dessinés par Benito. Bel exemplaire.

BENITO (Garcia).

Scheherazade.

[vers 1930]. 369 x 270 mm.

Superbe planche gravée sur bois, coloriée au pochoir et rehaussée à l'or, issue de l'album publicitaire La dernière lettre persane, présentant des modèles de fourrures de la maison Max de Paris, dessinés par Benito. Bel exemplaire.

BEUVELOT.

[MOSCOU] Ancien Palais des Czars (Starinoï Tzarskoï Dvoretz) dans le Kremlin.

[circa 1815]. 192 x 245 mm.

Ravissante vue figurant l'ancien palais des tsars, actuel palais des Térems, situé dans l'anceinte du Kremlin de Moscou. La vue a été dessinée sur les lieux en 1812 par Beuvelot, attaché à l'état-major de la Grande Armée de Napoléon, lors de la Campagne de Russie, et finement gravée à l'aquatinte et coloriée par F.P. Michel. Elle est accompagnée de 5 lignes de description. Bel exemplaire.

BIANCONI (François Xavier).

[TRANSVAAL] Nouvelle carte physique & minière du Transvaal, de l'état libre d'Orange, des colonies anglaises, colonie portugaise de Mozambique, Rhodesia, Nyassaland, etc.

Paris, Taride, 1900. 745 x 671 mm, repliée et montée dans une couverture de papier rouge.

Carte figurant les mines d'or, d'argent, de diamants, de cuivre, de charbon, ainsi que les lieux où l'on peut trouver des éléphants. Taches brunes par endroits, déchirures aux pliures.

BLAEU (Johannes).

[GUYANE] Guiana sive Amazonum regio.

[Amsterdam, 1635-1638]. 373 x 494 mm.

Belle carte figurant le Surinam et la Guyane Française, ornée d'une rose des vents et de trois navires. Au centre de la Guyane figure le lac mythique de Parime. Jusqu'au XIXe siècle, en effet, les cartographes reporteront dans l'espace inexploré entre l'Orénoque et l'Amazone cet immense lac sur les rives duquel s'élève Manoa aussi appelée El Dorado, fabuleuse cité aux parois d'or. Texte français au verso. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BLAEU (Willem).

[BERRY] Bituricum ducatus - Duché de Berri.

Amsterdam, [1643-1650]. 380 x 498 mm.

Belle carte figurant le duché de Berry, issue de l'édition française du Theatrum Orbis Terrarum. Elle est ornée d'un grand cartouche de titre décoré des armoiries de la région, et animé de deux personnages féminins. En bas à droite, le cartouche contenant l'échelle est décoré d'une sphère armillaire et des deux tours antiques qui sont à l'origine du nom de la ville de Bourges (Bituris en latin), capitale du Berry. Entre les deux tours figure un verset en latin "Turribus a binis, inde vocor Bituris" (De ces deux tours, je tire le nom de Bourges). Les villes principales sont signalées à l'aquarelle rouge. Texte français au verso. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Mouillure claire dans la marge inférieure. Koeman's Atlantes Neerlandici, 4360:2.

BLAEU (Willem).

[ISLANDE] Tabula Islandiae Auctore Georgio Carolo Flandro.

Amsterdam, [1635-1638]. 381 x 495 mm.

L'une des plus belles cartes de l'Islande, dressée d'après la carte de Joris Carolus, vers 1620. La carte de Carolus a supplanté celle d'Ortelius, vers 1590, et celle de Mercator, vers 1600. Voyageur hollandais, Joris Carolus se rendit plusieurs fois en Islande, la première en 1617. Sa carte servit de prototype jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Elle fut également reprise par Hondius. Très décorative, elle est ornée d'un volcan en éruption, de deux roses des vents, d'un navire, de monstres marins et d'un très beau cartouche de titre animé de deux personnages. Texte français au verso. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque.

BLAEU (Willem).

Africæ nova descriptio.

[Amsterdam, 1642-1664]. 409 x 557 mm.

Très précieuse carte à bordures témoignant du talent artistique de Willem Janszoon Blaeu, l'un des plus grands maîtres de la cartographie néerlandaise, et le plus célèbre au XVIIe siècle. La carte, issue de l'édition hollandaise du Theatrum Orbis Terrarum ou Théâtre du Monde, est ornée de magnifiques bordures : la bordure supérieure contient des vues des grandes villes d'Afrique telles que Tanger, Ceuta, Alger, Tunis, Alexandrie, Le Caire, Mozambique, Saint Georges de la Mine ou São Jorge da Mina (fort construit par les Portugais en 1482 à Elmina au Ghana), et Canaria (vue des Canaries) ; les bordures de côté contiennent des personnages en costumes représentant les pays d'Afrique (Maroc, Congo, Guinée, Mozambique, Madagascar, etc). Les terres sont décorées de vignettes figurant des éléphants, lions, singes ou autruches, tandis que les mers sont ornées de vaisseaux arborant des pavillons des Pays-Bas, du Royaume-Uni ou d'Amsterdam, de monstres marins et d'un hippocampe. Texte hollandais au verso. Exemplaire finement colorié à l'époque. Pliure centrale restaurée. Koeman, 8600:2 ; Betz, 57.3 ; Norwich, 32.

BOISSEAU (Jean).

Description de la Nouvelle France où sont remarquées les diverses habitations des François, despuis la première descouverte jusques à présent, receuillie et dressée sur diverses relations modernes.

Paris, Jean Boisseau, 1643. 347 x 545 mm.

Carte de la Nouvelle-France. Les Cinq Grands Lacs nommés pour la première fois. Remarquable et très rare carte du Canada par Jean Boisseau, réduite sur la carte du Canada de Samuel de Champlain publiée en 1632. Contrairement à ce que l'on a pensé pendant longtemps, ce n'est pas Nicolas Sanson en 1650, mais bien Jean Boisseau qui fut le premier, en 1643, à représenter et à nommer les cinq Grands Lacs sur une carte imprimée. Alors que Champlain, en 1632, n'avait pas nommé les lacs Erié et Michigan, Boisseau identifie les cinq Grands Lacs : Lac Derie (Lac Erié), Lac des Puans (Lac Michigan), Lac de St Louis (Lac Ontario), Mer Douce ou Lac (Lac Huron), et Grand Lac (Lac Supérieur). Près du Lac Michigan figure la mention "I. où il y a une mine de cuivre". La rivière des Outaouais ou Ottawa river est nommée rivière des Algonmequins. Long Island est nommée "I. de l'Ascension". A l'emplacement de la future New York figure la mention "Habitation des Sauvages Maniganaticouoits". Quelques villages sont dessinés, les tribus indiennes dispersées autour des lacs sont nommées (Hurons, Yroquois, Carantouannais, Andastocchonons, Algonmequins, Maniganaticouoits), parfois accompagnées de commentaires : "Nation où il y a quantité de beuffles", "Les Andastocchonons qui font la porcellaine", "Lieu où il y a quantité de cerfs", "Lieu où les Sauvages font sècherie de framboise, et blues tous les ans", ou encore l'emplacement de la "Chasse des caribous". Au sud, la carte va jusqu'à la baie de Chesapeake, nommée "Chesapeacq Bay". Rare premier état daté 1642. Un second état, sans la date, le nom de Boisseau et le lieu d'impression, fut publié vers 1664. Marges gauche et droite courtes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Burden, 261 ; Kershaw, 83.

BONNE (Rigobert).

[RÉUNION/MAURICE/RODRIGUE] Cartes particulières des isles de France, de Bourbon et de Rodrigue - Carte générale des isles dont les figures ci-dessus offrent un plus ample détail.

[circa 1770]. 213 x 318 mm.

Belles cartes détaillées des îles de la Réunion (anciennement Bourbon), de Maurice (anciennement Île de France) et de Rodrigue. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNISEL (J.).

Plan de la ville et faubourgs de Paris, avec ses monuments, divisé par quartiers et arrondissements.

Paris, Jean, 1816. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,97 x 1,25 m.

Rare et superbe plan mural de la ville de Paris divisée en 12 arrondissements et 48 quartiers, publié sous la Restauration en 1816. Il montre les premiers travaux d'embellissement et d'aménagement de voirie qui avaient été ordonnés par Napoléon, parmi lesquels figurent le canal de l'Ourcq, terminé en 1802, le canal de Saint-Denis, commencé en 1811, le bassin de la Villette, destiné à alimenter la capitale, achevé entre 1806 et 1809, les Abattoirs, les cimetières du Nord, de l'Est, de Vaugirard, de Sainte-Catherine (décret du 12 juin 1804), la nouvelle Morgue place du Marché-Neuf (ordonnance de police de 1804), le pont des Arts, construit entre 1802 et 1804, le pont d'Austerlitz, entre 1799 et 1807, les greniers de réserve, le quai d'Orsay, le marché aux fleurs, ou encore la partie occidentale de la rue de Rivoli. Sur la rive droite, face au Champ de Mars, figure le dessin d'un "palais projeté". Il s'agit de la villa Trocadéro, projet de l'architecte Antoine-François Peyre, qui ne fut jamais réalisé. Autour du plan ont été disposées 29 vues des principaux monuments parisiens, dont le "palais projeté" de la villa Trocadéro. Les 12 arrondissements de la ville sont délimités par un trait d'aquarelle. Le plan est accompagné d'une liste des rues, passages, ponts, places, abattoirs, cimetières, et des arrondissements. Le titre est inscrit dans un drapé, et décoré de 3 fleurs de lys. Bel exemplaire avec contours aquarellés à l'époque. Minuscule manque au niveau de la place Louis XV (place de la Concorde).

BRAUN (Georg) & HOGENBERG (Frans).

[BUDAPEST] Buda citerioris Hungariæ caput regni auita sedes vulgo Ofen.

[Cologne], 1617 [1618]. 315 x 476 mm.

Superbe vue gravée des villes de Buda et Pest, situées sur les deux rives du Danube, réunies en 1873 et formant aujourd'hui la ville de Budapest. Elle est ornée d'un bel encadrement, d'un cartouche de titre et de deux personnages en costumes de l'époque, dont un Turc. Les quatre monuments principaux, tels que la forteresse et le palais royal, sont numérotés et légendés au bas de la vue. En 1526, Pest fut prise par les Turcs, puis ce fut au tour de Buda en 1541. En 1686, les Turcs furent vaincus par les Habsbourg. Budapest passa alors sous domination autrichienne. La planche est issue de la sixième partie du Civitates Orbis Terrarum, oeuvre monumentale renfermant plus de 500 plans et vues de villes du monde entier, publiée en six parties à partir de 1572. Texte latin au verso. Petit manque de couleur au-dessus du cartouche de titre, quelques craquelures dans le papier. Exemplaire dans de très beaux coloris de l'époque. Koeman, 689.

BRAUN (Georg) & HOGENBERG (Frans).

[JÉRUSALEM] Hierosolyma clarissima totius Orientis civitas Judeæ metropolis.

[Cologne, 1572]. 338 x 485 mm.

Estampe figurant deux plans de la ville de Jérusalem ancienne au temps de Jésus-Christ, et moderne. En bas à droite, une vignette montre Moïse recevant les Tables de la Loi. La vue est issue de la première partie du Civitates Orbis Terrarum, tout premier atlas de vues de villes publié en six parties à partir de 1572. Cette oeuvre monumentale qui renferme plus de 500 plans et vues de villes du monde entier, est considérée à ce jour comme la plus ambitieuse et la plus réussie de toute l'histoire de la cartographie. Le texte imprimé au dos de chaque planche fut compilé par Braun, alors chanoine de la cathédrale de Cologne, et les vues furent gravées par Hogenberg. Texte latin au verso. Taches d'encre rouge dans la marge supérieure. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Laor, 1039 ; Koeman, 1961 (état 2).

BRIET (Philippe) & SANSON d'ABBEVILLE (Nicolas).

Royaume du Japon designé par le père Ph. Briet, de la Compagnie de Jésus.

Paris, Pierre Mariette, [1676]. 370 x 520 mm.

Très belle carte du Japon dressée par le père jésuite Philippe Briet d'Abbeville, d'après la carte des missions jésuites publiée à Rome en 1646 par le père Antonio Francisco Cardim. Elle-même dérivait de l'une des dernières cartes expédiées du Japon, celle du père Girolamo de Angelis, envoyée en Europe en 1621. L'actuelle île de Hokkaido au nord, encore peu connue à cette époque, est nommée Terre de Jesso et est à peine visible sur la carte. Briet divise le Japon en sept parties et soixante-six royaumes. Les mines d'argent et d'or sont signalées. A l'ouest figurent les côtes orientales de la Corée. Reconnu comme le fondateur de la cartographie française, Nicolas Sanson quitta sa ville natale d'Abbeville pour Paris, où il rencontra Richelieu en 1627. Ce dernier, très impressionné par son oeuvre cartographique, le présenta au roi Louis XIII qui le nomma Géographe Ordinaire du Roi. Il fut le premier, en France, à concevoir un atlas mondial et publia près de trois cents cartes. Très bel exemplaire aux contours aquarellés à l'époque. Walter, 32 ; Pastoureau, 9, p. 74.

BRION de la TOUR (Louis).

[BRETAGNE] Gouvernement de Bretagne.

Paris, Sr. Desnos, 1765 [1766]. 228 x 253 mm.

Belle carte de la Bretagne, figurant les routes et chemins de communication, dressée par l'ingénieur-géographe du roi Louis Brion de La Tour, pour le Nouvel Itinéraire général, publié en 1766. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Galeries de ver dans la marge supérieure, sans atteinte à la carte.

BRION de la TOUR (Louis).

Carte des pays et principaux lieux connus dans les premiers âges du Monde.

Paris, S. Desnos, 1772. 280 x 315 mm.

Belle carte du Moyen-Orient, ornée d'un cartouche de titre montrant les pyramides d'Egypte et les Tables des Dix Commandements et encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, dressée par l'ingénieur-géographe du roi Louis Brion de La Tour. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Carte des États-Unis de l'Amérique septentrionale, dressée d'après les cartes anglaises.

Paris, S. Desnos, 1783. 227 x 258 mm.

L'une des premières cartes nommant les États-Unis nouvellement constitués, publiée en 1783. Les États-Unis furent proclamés par le Traité de Paris signé le 3 septembre 1783, qui mettait un terme à la Guerre d'Indépendance et reconnaissait les treize États-Unis d'Amérique. Le Traité est ratifié le 14 janvier 1784 par le Congrès de la Confédération et le 9 avril par le roi Georges III d'Angleterre ; l'échange des ratifications a lieu le 12 mai 1784 à Paris. La carte couvre la région à l'est du fleuve Mississippi, et figure les frontières des 13 états, les villes telles que Detroit, les rivières et lacs, les villages et territoires indiens, dont la Contrée des Six Nations, en référence aux six nations iroquoises, et les forts. La source principale de cette carte fut la carte de John Mitchell Map of the British and French dominions in North America, utilisée par la Grande-Bretagne et les États-Unis lors des négociations du Traité pour fixer les frontières de la nouvelle nation. Petites restaurations à la pliure centrale. Contours aquarellés à l'époque. Sellers and van Ee, 740 ; McCorkle, 780.1 ; Pritchard and Taliaferro, Mapping colonial America. Degrees of latitude, 70.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Amérique méridionale.

Paris, Esnauts et Rapilly, 1780. 752 x 526 mm.

Belle et grande carte de l'Amérique du Sud, ornée d'un cartouche de titre. Bon exemplaire, contours coloriés à l'époque. Deux petites déchirures restaurées, rousseurs dans le coin inférieur gauche.