330 résultats

SANTO-DOMINGO (capitaine).

Exposé de la conduite de M. Santo-Domingo, commandant le vaisseau le Léopard, en station à Saint-Domingue.

Paris, Imprimerie de Quillau, 1791. In-8 de 16 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin bordeaux au dos avec le titre en long (reliure moderne).

Récit en forme de justification du capitaine en second du Léopard, en mouillage à Port-au-Prince en juillet 1790. Nommé capitaine par l'équipage (car son titulaire était à terre et refusait de remonter à bord), et il embarqua, après une escale à Saint-Marc, les membres de l'Assemblée Générale (nouveau nom de l'Assemblée Coloniale) et les mena en France. [Joint, du même:] - Conduite de M. de Santo-Domingo, lue par lui-même à l'Assemblée Nationale, le 7 octobre 1790. Paris, Didot fils aîné, 1790. In-8 de 8 pp.; cartonnage de papier marbé à la bradel, pièce de titre de maroquin citron au dos avec le titre en long (reliure moderne). Bons exemplaires. Correction manuscrite de l'époque page 5 du premier texte. Max Bissainthe, 5714, 7916, 7917. — Sabin, 76875 & 76874.

SANÉ (Alexandre-Marie).

Tableau historique, topographique et moral des peuples des quatres parties du monde; comprenant les lois, les coutumes et les usages de ces peuples.

Paris, Carteret, Mongie, an IX-1801. 2 volumes in-8 de (2) ff., 486 pp. — (2) ff., 506 pp.; demi-basane mouchetée à petits coins de vélin vert, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison, tranches jaunes (reliure de l'époque).

Première édition. Le premier volume est consacré aux peuples d'Europe, et le second au reste du monde. On y trouve notamment des descriptions sur les Brésiliens, les Chinois, les insulaires des Antilles ou ceux de la mer du Sud, les Otaïtiens, ou encore les Papoux. Bel exemplaire. Monglond, V-651.

SAUGNIER.

Relation des voyages de Saugnier, à la côte d'Afrique, à Maroc, au Sénégal, à Gorée, etc.

Paris, Lamy, an VIII-1799. In-8 de (2) ff., xliv-viij-341 pp.; demi-veau fauve, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Troisième édition, augmentée d'un avertissement contenant une biographie et une bibliographie de Jean-Benjamin de Laborde qui publia cet ouvrage, d'après le journal de l'auteur. L'ouvrage est divisé en trois parties. La première relate le voyage de l'auteur vers le Sénégal, son naufrage sur la côte mauritanienne où il fut capturé et vendu comme esclave au Maroc, puis racheté et libéré (1783-1784). La seconde retrace un nouveau voyage au Sénégal où Saugnier remonta le fleuve pour acheter des esclaves à Galam et les livrer sur la côte aux navires négriers (1785-1786). La troisième traite du commerce avec le Sénégal "avec des détails intéressans pour ceux qui se destinent au commerce de l'or, de l'ivoire, et autres productions de ce pays". Bon exemplaire. Boucher de La Richarderie, IV, 112. — Gay, 388. — Monglond, II, 337.

SCHŒLCHER (Victor).

L'esclavage au Sénégal en 1880.

Paris, librairie centrale des publications populaires, 1880. In-8 de 120 pp.; demi-basane fauve, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Rare première édition. Ouvrage écrit après une interpellation au sénat par Schœlcher, du ministre de la marine et des colonies au sujet de la pratique traditionelle de l'esclavage au Sénégal, et de l'attitude de l'administration coloniale. L'esclavage avait été aboli en 1848 sur tous les territoire français, mais l'expansion coloniale fut faite en respectant les traditions des populations et, "dans ces traditions, figure au premier rang ce qu'on appelle l'esclavage, mais qui n'est, pour parler plus exactement, qu'une espèce de servage héréditaire." (discour du ministre, page 29). Or l'article 7 de la loi de 1848 stipulait que "le principe que le sol de France affranchit qui le touche, est appliqué aux colonies et possession de la République." Principe qui n'était pas appliqué par l'administration qui, au contraire, dénonce Schœlcher, remettait les esclaves échappés à leurs propriétaires. L'ouvrage contient le discours de Shœlcher, la réponse du ministre, des arrêt locaux concernant les esclaves fugitifs, et de nombreux témoignages sur le trafic des esclaves au Sénégal. Bel exemplaire. Petites éraflures sur le premier plat. Ryckebusch, 7443.

[SENEGAL] — AMICI (Domenico).

[Vue animée d’un comptoir français, probablement Saint Louis au Sénégal].

1872. Aquarelle originale datée et signée (26,4 x 36,9 cm) sur papier fort.

Cette aquarelle, signée et datée «D. Amici 1872» dans la partie inférieure, représente, au premier plan, un petit bassin délimité par une digue, d’où émergent de nombreux rochers. Deux personnages, dont l’un agenouillé sur la jetée et l’autre maniant une longue perche, vaquent à leurs occupations. Au second plan se trouvent trois constructions, montées sur pilotis: disposées parallèlement aux quais, elles semblent correspondre aux magasins et à la direction du comptoir. Un grand mât surmonté du drapeau français domine cet ensemble. Devant ces bâtiments, l’artiste a représenté des personnes vêtues à l’européenne, discutant entre elles ou se déplaçant, parmi lesquelles plusieurs jeunes femmes munies d’une ombrelle. Une petite embarcation, de couleur verte, est amarrée à proximité. Puis on aperçoit, à l’arrière-plan, une partie des quais où circulent des piétons ainsi qu’une calèche. Deux palmiers y ont été représentés. On remarque aussi deux bâtiments, l’un donnant sur le quai et l’autre construit en hauteur, avec un escalier ou une rampe permettant d’y accéder. Une large rangée d’arbres termine l’arrière-plan. Né en 1808 à Rome, Domenico Amici réalisa de nombreuses gravures et eaux-fortes représentant, pour la plupart, des vues d’architecture et des paysages pris dans cette ville. Il est notamment l’auteur d’un album intitulé «Principali vedute di Roma» (1832-1835, 42 pl.) et d’un autre portant comme titre: «Nuova raccolta delle vedute antiche e moderne di Roma e suoi contorni (1835-1847, 50 pl.). Parmi ses œuvres aquarellées, on peut citer «Assemblée devant une villa romaine, 1861» et «Le Forum, 1873». Sa signature est toujours composée de grandes lettres penchées tantôt vers la gauche, tantôt vers la droite, selon la disposition des éléments du dessin. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, I, p. 270. – Site internet artnet.fr (indique par erreur 1871 comme date de décès).

[SENEGAL] — DRANER (Jules Renard, dit).

[Colon à l'éventail].

Vers 1870. Aquarelle originale et rehaut de blanc sur papier (29 x 20,5 cm), signée en bas à droite.

Très jolie aquarelle représentant un colon se pavanant au Sénégal, dessinée par le caricaturiste belge Draner. En arrière-plan se trouve un batiment arborant le drapeau français, ainsi qu'un couple d'africains dont l'homme porte une ombrelle. En 1814, le Sénégal fut donné à la France par le Traité de Paris, et se vit, par la suite, accorder le monopole du commerce. De 1854 à 1865, Louis Faidherbe fut nommé gouverneur de la colonie, et créa le port de Dakar. Bon état de conservation.

SOLOGOUB (Leonid Romanovitch).

Murailles de Constantinople.

1919. Aquarelle originale sur carton signée en bas à gauche (46 x 34 cm).

Belle aquarelle originale représentant une vue des vestiges des murailles de Constantinople. Léonid Romanovitch Sologoub (1884-1956), intègra, en 1910, l'union des architectes artistes, et participa à Moscou et Saint Petersbourg aux expositions du monde de l 'art dont il devint membre en 1918. En 1919, il partit en Chine puis visita Ceylan, l'Inde et le Japon, pour arriver enfin à Constantinople à la fin de l'année. Bon état de conservation.

SOLTYKOFF (Alexis).

[Vues d'Inde].

Vers 1840. Aquarelles originales sur carton (env. 25 x 18 cm).

Ensemble de 2 magnifiques aquarelles attribuées au Prince Alexis Soltykoff. Elles correspondent parfaitement à deux lithographies de De Rudder illustrant son ouvrage "Voyages dans l'Inde" publié à Paris vers 1850, et intitulées Intérieur du Couvent de Condgeveram, à 40 Milles de Madras, et Une rue de Lahore. Alexis Soltykoff naquit à Saint-Pétersbourg et, après un bref passage dans la diplomatie russe, s'installa à Paris en 1840. Il visita la plus grande partie de l'Orient et de l'Europe, et effectua deux voyages en Inde, en 1841-43, puis à nouveau en 1844-46, toujours accompagné de son carnet de dessins. Collectionneur fasteux, il forma de beaux ensembles d'armes, d'émaux et de bijoux précieux et en céda une partie au gouvernement français sous l'Empire. Bel état de conservation. Une des aquarelles a une pliure sans manque.

SONTHONAX (Léger-Félicité).

Discours sur la situation actuelle de Saint-Domingue, & sur les principaux évènemens qui se sont passés dans cette île depuis la fin de floréal an 4, jusqu'en messidor de la 5 de la république.

Paris, Imprimerie Nationale, An 6 [1798]. In-8 de 26 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Discours prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 4 février 1798. Le 29 avril 1792, l'auteur fut nommé comme l'un des trois commissaires civils pour Saint-Domingue, et il séjourna sur l'île du 18 septembre 1792 au 14 juin 1794, période durant laquelle il proclama la liberté des esclaves. En 1795, il fut placé par le Directoire à la tête d'une nouvelle commission civile et retourna sur l'île en mai 1796. élu député de Saint-Domingue au Conseil des Cinq-Cents, il quitta définitivement l'île le 24 août 1797. L'objet de son discours est le compte-rendu de cette seconde. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8016. — Inconnu de Monglond. — Sabin, 97117.

SONTHONAX (Léger-Félicité).

Discours sur la situation actuelle de Saint-Domingue, & sur les principaux évènemens qui se sont passés dans cette île depuis la fin de floréal an 4, jusqu'en messidor de la 5 de la république.

Paris, Imprimerie Nationale, An 6 [1798]. In-8 de 26 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Discours prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 4 février 1798. Le 29 avril 1792, l'auteur fut nommé comme l'un des trois commissaires civils pour Saint-Domingue, et il séjourna sur l'île du 18 septembre 1792 au 14 juin 1794, période durant laquelle il proclama la liberté des esclaves. En 1795, il fut placé par le Directoire à la tête d'une nouvelle commission civile et retourna sur l'île en mai 1796. élu député de Saint-Domingue au Conseil des Cinq-Cents, il quitta définitivement l'île le 24 août 1797. L'objet de son discours est le compte-rendu de cette seconde. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8016. — Inconnu de Monglond. — Sabin, 97117.

SPARRMAN (Anders).

Voyage au cap de Bonne-Espérance, et autour du monde avec le capitaine Cook, et principalement dans le pays des Hottentots et des Caffres.

Paris, Buisson, 1787. 3 volumes in-8 de xxxij-389-(1) pp. — (2) ff., 366-(1) pp. — (2) ff., 366-(5) pp..; veau marbré, dos lisses ornés de fers représentant des navires, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, roulette encadrant les plats, coupes ornées, tranches jaunes mouchetées (reliure de l'époque de P. Meslant).

Première édition in-8, parue en même temps que l'original in-4, et traduite par Le Tourneur. Elle est illustrée d'une planche double en frontispice du premier volume, d'une carte dépliante (cap de Bonne-Espérance), et de 15 planches gravées dépliantes. Naturaliste suédois, Sparrman rencontra, au Cap de Bonne-Espérance, le Capitaine Cook qui lui proposa de l'accompagner en tant que botaniste de son expédition autour du monde. Il parcourut notamment l'Océanie de la Nouvelle-Zélande à Tahiti et retourna u Cap en 1775, où il entreprit un voyage à l'intérieur des terres jusqu'alors peu connues. Bel exemplaire. Habiles restaurations, petite tache brune dans les pages de la préface. Boucher de La Richarderie, IV, 234. — Brunet, V, 474. — Gay, 3125. — Mendelssohn, II, 414 (pour l'édition anglaise). — Pritzel, 9784.

STUART (Gilbert).

George Washington.

Paris, London, Berlin & New-York Manzi, Joyant & Co, 1900. Gravure originale (61 x 34 cm).

Beau portrait en pied de George Washington, alors âgé de 64 ans, gravé en couleurs par Georges Petit d'après un tableau du peintre américain Gilbert Stuart. Le premier président des États-Unis (de 1789 à 1797) est représenté en pied, dans la pose d'un orateur. Il est vêtu d'un manteau noir, tenant une épée dans sa main gauche, la main droite tendue devant lui. Il est installé dans une pièce avec des colonnes en arrière-plan et des draperies. Derrière lui se trouve une chaise avec le sceau des États-Unis au sommet de son dossier, et à gauche une table drapée d'un tapis, sur laquelle sont posés un encrier, du papier et un chapeau. Ce portait est appelé portrait de Lansdowne , du nom de William Petty, 1er marquis de Lansdowne à qui fut offert le premier exemplaire. Un autre exemplaire fut réalisé pour William Kerin Constable, qui devint la propriété d'Henry E. Pierrepont de Brooklyn. Cet exemplaire est aujourd'hui au Brooklyn Museum à New York. Bel état de conservation.

TARBÉ (Charles).

Discours sur l'état actuel de la colonie de Saint-Domingue.

Paris, Imprimerie Nationale, prairial an V [1797]. In-8 de 18 pp.; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin rouge (reliure moderne).

Cinq ans après un Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, fait à l'Assemblée Nationale, au nom du Comité Colonial, Charles Tarbé, désormais député de l'Yonne au Conseil des Cinq-Cent, prononça un nouveau discours lors de la séance du 30 mai 1797, dans lequel il demandait le rappel des agents du Directoire, Sonthonax et Raimond, et l'annulation de toutes les décisions qu'ils avaient prises. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8093. — Inconnu de Sabin et de Monglond.

THIERRY (Charles, baron de).

Pièce autographe signée.

Vers 1850. Etiquette in-64 oblong (4,8 x 7,8 cm) de 1 p. sur papier fort, montée sur une feuille comportant des annotations.

Neveu de Thierry de Ville-d'Avray, intendant du garde-meuble de la Couronne, le baron de Thierry (1794-1864) commença une carrière diplomatique, puis acheta, en 1821, de vastes terrains situés dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, à proximité de la baie des Iles et de la rivière Hokianga. Il proposa alors la création d'une colonie et prit le titre de "chef souverain de la Nouvelle-Zélande". Arrivé dans l'île en 1837, il ne fut pas reconnu par les chefs Maoris, ni par les autorités britanniques ou françaises. Après l'annexion de la Nouvelle-Zélande par la Grande-Bretagne en 1840, il dut renoncer à ses prétentions. La présente étiquette, authentifiée par un collectionneur d'autographes du XIXe siècle qui la monta sur papier vergé et ajouta une notice biographique ainsi que la description des armoiries de Thierry, contient le texte suivant : "Verre volcanique dont se servaient anciennement les Néozélandais pour tailler la chère [sic] humaine dans leurs festins anthropophages". Elle servait probablement à désigner, dans une collection d'objets récoltés sur place, le verre volcanique dont les bords devaient être particulièrement tranchants. Curieux document. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs, Océanie, pp. 361-362.

THÉBAUDIÈRES (Pierre-André-François Viau de).

Vues générales sur les moyens de concilier l'intérêt du commerce national avec la prospérité des colonies.

Paris, Demonville, 1790. In-8 de 23 pp.; cartonnage de papier marbré à la Bradel, pièce de titre rouge (reliure moderne).

Ancien procureur général au conseil supérieur du Cap, et député de Saint-Domingue, l'auteur proposait que "le commerce de France aura la faculté exclusive d'approvisionner notre colonie, sous la condition expresse que toutes les fois que le baril de farine […] s'élevera au dessus de 45 livres, il sera libre à la colonie de s'en procurer chez l'étranger à un plus bas prix, & de la payer en denrées du pays" (page 9). Ainsi cela éviterait la spéculation des marchands français. Bon exemplaire. Correction manuscrite de l'époque page 9. Max Bissainthe, 8129. — Ryckebusch, 7745. — Sabin, 95295.

TISSOT (Charles-Joseph).

Exploration scientifique de la Tunisie. Géographie comparée de la province romaine d'Afrique.

Paris, Imprimerie Nationale, 1884-1888. 2 volumes in-4 de viij-697 pp. — (2) ff., xxxviij-868 pp., (2) ff., ij pp.; demi-maroquin brun foncé, dos lisse orné de filets à froid (reliure de l'époque).

Rare première édition, illustrée de figures dans le texte, de 6 planches en noir, de 4 cartes ou plans en couleurs dont 2 dépliants, et d'un atlas relié à la fin du tome deux comprenant 22 plans ou cartes dont 18 en couleurs. Archéologue et diplomate, Charles Tissot consacra une bonne partie de ses travaux à l'exploration de l'Afrique du nord ancienne, et plus particulièrement aux routes romaines et aux relevés épigraphiques. étant mort subitement en 1884, c'est Salomon Reinach qui se chargea de la correction du premier volume, alors en cours de publication, et consacré à la géographie (physique, historique et paysage) de la Tunisie. Puis il publia le seond volume (consacré au réseau routier) qui était rédigé mais pas corrigé, et y ajouta un atlas. Bon exemplaire. Légères rousseurs. Les pages 641 à 664, du tome 1 sont reliées entre les pages 688 et 689. Numa Broc, Afrique, 311.

TOUSSAINT LOUVERTURE (François Dominique Toussaint, dit).

Pièce signée.

Quartier général de Santo Domingo, 21 pluviôse an 9. [10 février 1801] 1 p. in-folio (31,2 x 19,4 cm), en-tête imprimé «Toussaint Louverture, Général en Chef de l’Armée de St-Domingue»; apostilles et cachets, principalement au verso.

Laisser-passer pour le commandant de l’île de la Tortue. Située à proximité immédiate de la côte nord d’Haïti, l’île de la Tortue est une île rocheuse et montagneuse qui a longtemps servi de repaire aux flibustiers, corsaires, boucaniers et pirates. A partie de 1791, à la suite de la révolte des esclaves à Saint-Domingue, de nombreux colons s’y installèrent. L’île était réputée pour la qualité de son climat et l’absence de fièvre jaune. «Laissez librement passer le citoyen Estradier, capitaine de grenadiers au 2e Bataillon du cy devant 60e Régiment d’infanterie, commandant militaire à l’isle de la Tortue; allant en France par la première occasion qui se présentera, pour y rétablir sa santé et y solliciter sa retraite…». Le général demande qu’il ne lui soit apporté aucun empêchement, et qu’on lui prête, au contraire, les secours, aides et assistance dont il pourrait avoir besoin. De nombreuses apostilles ont été ajoutées, ce qui permet de retracer le voyage du capitaine Estradier après son départ: Philadelphie, 15 floréal an 9 (5 mai 1801); Boston, 13 prairial an 9 (2 juin); Bordeaux, 8 vendémiaire an 10 (30 septembre); Cahors, 3 frimaire an 10 (24 novembre); Paris, 12 pluviôse an 10 (1er février 1802); idem, 19 pluviôse an 10 (8 février). Descendant d'esclaves, Toussaint Louverture (vers 1743-1803) joua un rôle historique de premier plan en tant que chef de la Révolution haïtienne. Nommé par Bonaparte capitaine-général de Saint-Domingue en mars 1801, il promulgua en juillet de la même année une constitution autonomiste, ce qui lui valut d’être arrêté en 1802 lors de l'expédition du général Leclerc. Il fut alors transféré en France et incarcéré au fort de Joux (Doubs) où il mourut. Traces de plis, quelques petites déchirures sans manque de texte. Précieux document, établi lors de l’invasion de la partie espagnole de Saint-Domingue.

VATTEMARE (Alexandre).

Album russe.

Paris, Challamel, 1842. In-folio oblong, demi-toile mauve à coins, pièce de titre noire (reliure moderne).

Rare album comprenant un titre illustré, un feuillet de dédicace, et 15 planches dont 3 avec 2 illustrations et 3 de reproductions d'autographes. L'auteur se fit connaitre par un spectacle de ventriloque où il jouait tous les personnages des pièces qu'il représentait, sous le nom de monsieur Alexandre. Durant ses tournées en Europe et en Amérique, il réunit une collection de dessins, estampes, médailles et autographes. Puis, en 1833, il conçut et mit en place un système d'échange d'œuvres en double dans les collections publiques et, pour le financer, publia un Album cosmopolite illustré par les pièces de sa collection. Notre Album russe est une réunion, sous un nouveau titre, des illustrations et autographes se rapportant à la Russie extraite de son Album cosmopolite. Bon exemplaire de cet ouvrage peu commun.

VAUBLANC (Vincent-Marie VIENOT de).

Discours sur l'état de Saint-Domingue et sur la conduite des agens du Directoire.

Paris, Imprimerie Nationale, prairial an V [1797]. In-8 de 48 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin orange (reliure moderne).

Discours prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 29 mai 1797 dans lequel l'auteur, natif de Saint-Domingue où son père était cantonné, demande le rappel des envoyés du Directoire à Saint-Domingue (Sonthonax, Leblanc, Raymond et Giraud) coupables d'abus de pouvoir. Bon exemplaire. Petite galerie de ver dans la marge en fin de volume. Max Bissainthe, 8293. — Inconnu de Monglond. - Sabin, 98682.

VAUBLANC (Vincent-Marie VIENOT de).

Discours sur l'état de Saint-Domingue et sur la conduite des agens du Directoire.

Paris, Imprimerie Nationale, An V [1797]. In-8 de 48 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

Discours prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 29 mai 1797, dans lequel l'auteur, qui naquit et grandit à Saint-Domingue où son père était cantonné, demande le rappel des envoyés du Directoire à Saint-Domingue (Sonthonax, Leblanc, Raymond et Giraud) coupables d'abus de pouvoir. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8293. — Inconnu de Monglond. — Sabin, 98682.

VAUX (Roberts).

Mémoire sur la vie d'Antoine Bénezet. Abrégé de l'ouvrage original.

Londres, Vogel, 1824. In-8 de (1) f., iv-(2)-88 pp. ; broché, couverture bleue muette.

Protestant d'origine française devenu Quaker durant son séjour en Angleterre, Antoine Benezet migra avec sa famille en Amérique en 1731. Il y ouvrit la première école publique pour filles à Philadelphie, et s'intéressa à l'instruction des sourds-muets. Il fut surtout connu pour son opposition à l'esclavage et pour son action en faveur de l'instruction des Noirs pour lesquels il créa une école du soir en 1750 puis, en 1770, la Negro School. Bon exemplaire. Ex-libris manuscrit du pasteur Emilien Frossard (1802-1881), dessinateur et fondateur de la société Ramond pour l'étude scientifique des Pyrénées. Dos et partie du premier plat passé, petites déchirures au dos. Sabin, 98703.

VERNET (Horace).

Prise de la S'Mala d'Abd-El-Kader.

Vers 1850. Gravure originale (126 x 43 cm avec marges).

Spectaculaire gravure panoramique par Augustin Burdet d'après un tableau d'Horace Vernet, représentant la bataille de la Smala ou combat de Taguine. Cette bataille qui se conclua par la prise de la smala d'Abd el-Kader par le duc d'Aumale le 16 mai 1843, est un épisode important de la conquête de l'Algérie par la France. A la demande de Louis-Philippe, elle fut immortalisée par Horace Vernet en 1843 par un tableau mesurant 21,39 m de large et 4,89 m de haut. Considéré comme le plus grand tableau du XIXe siècle, il est l'attraction principale des salles d'Afrique au musée de l'histoire de France à Versailles. La présente gravure est sans nul doute une des plus belles et impressionnantes reprises du tableau. Réalisée par Augustin Burdet, ce travail lui demanda cinq ans d'efforts, et constitue son principal titre de gloire. Très bon état de conservation.

VERNEUIL.

Réponse des colons de Saint-Domingue, à l'adresse de Polverel et Sontonax.

Paris, Lefortier, 1794. In-8 de 20 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

Opuscule, daté du 25 août 1794, et signé de "Verneuil, déporté par Sonthonax". Il sagit de l'un des colons de Saint-Domingue qui fut exilé par Léger-Félicité Sonthonax et Étienne Polverel, commissaires civils pour Saint-Domingue, envoyés par l'Assemblée Législative pour y faire appliquer la loi qui accordait la pleine citoyenneté à tous les libres de couleur. Cette justification fut publiée alors que les commissaires civils avaient été rappellés en France et mis en accusation. Pour leur défense, ils assurèrent que les exilés avaient pour projet "de faire égorger les citoyens les uns par les autres, et livrer nos propriétés aux émigrés de Coblentz". Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8319. — Sabin, 99242.

VERNEUIL — CLAUSSON (L. J.) — MILLET (Thomas) — BRULLEY (Augustin-Jean).

Faction anglaise, ses projets. Adresse à la Convention nationale.

Paris, Laurens, 1795/1796. In-8 de 15 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Brochure non datée, et signée par Verneuil, L'Archevesque-Thibaut, Thomas Millet, Brulley, Duny, Clausson, Page, et Legrand secrétaire. Les signataires, qui étaient sortis de prison après la loi du 30 septembre 1794, demandent que leurs papiers, qui ne sont plus sous scellés, mais ont été saisis par la commission des colonies, soient enfin examinés. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8316. — Inconnu de Sabin.

VIETNAM.

Une rue dans Cholon.

1903. Fusain en couleurs signé du monogramme AT (47,7 x 32,5 cm), monté sous passe-partout.

Très beau dessin original représentant une rue de Cholon avec au premier plan un groupe de personnes attablé prenant leur repas. Cholon est un quartier de Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saïgon), au Vietnam. Il se caractérise par son commerce du riz, et on y trouve une très forte communauté chinoise implantée à la fin du siècle. Situé jadis à l'écart de la ville, il fait aujourd'hui partie de ses 5e et 6e arrondissements. Bon état de conservation.

VILLARET-JOYEUSE (Thomas).

Discours sur l'importance des colonies & les moyens de les pacifier.

Paris, Imprimerie Nationale, An 5 (1797). In-8 de 11 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

Discours prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 31 mai 1797, par Thomas Villaret-Joyeuse, député du Morbihan et membre de la commission des colonies. Il avait un frère qui possèdait une plantation à l'île Maurice, et était le principal porte-parole des colons esclavagistes au Conseil des Cinq-Cents. Dans son discours, l'auteur demande que Saint-Domingue soit déclarée en état de siège et que le pouvoir y soit remis aux autorités militaires. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8359. — Inconnu de Monglond. — Sabin, 99561.

VILLER. — DIEN (Charles).

Carte politique de S.t Domingue, par M.M. Leyritz, Levassor & Bourjolly, colons-propriétaires.

An XI-1803. Gravure originale (65,2 x 105,3 cm).

Très rare carte murale de l'île de Saint-Domingue, dessinée par Viller d'après le nouveau système colonial des citoyens Leyritz, Levassor et Bourjolly, colons-propriétaires à Saint-Domingue. Elle a été gravée par Charles Dien, et imprimée par Croisey. Cette carte politique, expliquée dans un texte en bas à gauche, divise l'île en deux régions : la région des Plaines, qui ne peuvent être cultivées que par des Africains, et celle des Montagnes, dont le climat est favorable à la santé et aux travaux des Européens. Selon ce système colonial, chaque individu est placé là où il est le plus utile. La carte montre les routes, les montagnes et rivières, les mines d'or anciennement exploitées, et les mines d'argent. Une légende en bas à droite donne l'explication des couleurs utilisées, mais la carte a été laissée en noir. Ces trois couleurs devaient indiquer les territoires peuplés uniquement de familles européennes (Préfectures intérieures), les positions occupées par les garnisons européennes (Préfectures militaires), et les établissements cultivés par les Africains (Préfectures maritimes). Au bas de ces explications figure une note disant que des considérations particulières ont empêché de publier l'ouvrage qui avait été annoncé pour paraître avec la carte politique. Bien que cette carte ait été publiée en 1803, ce nouveau système colonial, mis au point par les colons-propriétaires Leyritz, Levassor et Bourjolly, ne vit jamais le jour, en raison des événements politiques qui se déroulèrent cette année-là, provoquant l'indépendance de Saint-Domingue. Elle a été gravée d'après une carte manuscrite du même auteur, qui se trouve à la Bibliothèque nationale de France. Intitulée Carte politique de St Domingue. Rédigée d'après le nouveau sistème colonial des citoyens Levassor, Leyritz et Bourjolly, colons, elle est cependant d'un format beaucoup plus petit et mesure 40 x 40 cm. La BnF la date de 1800. Contrairement à la version imprimée, cette version manuscrite est bien aquarellée selon les indications. Il existe une autre version imprimée en langue allemande, au format 30 x 41 cm, publiée à Weimar en 1804. Il semblerait que tous les exemplaires de la version imprimée soient restés en noir. Sur les trois exemplaires que nous avons localisés dans les collections publiques ( BnF, bibliothèque de l'Université d'Amsterdam et Université du Wisconsin), aucun n'est aquarellé. Bel exemplaire. Petites déchirures dans les marges n'affectant pas la partie gravée. Duvivier, Bibliographie Générale et Méthodique d'Haïti, 1941, p. 105. — Catalogue des Cartes et Ouvrages géographiques qui composent le cabinet de Simon Schropp et Comp. à Berlin, Septembre, 1805, p. 160. — Bulletin of the American Geographical Society, Volume 47, 1915, p. 639. — Journal of The Royal Geographical Society, Vol. 26, 1856, p. CXXXVII.

VOLTAIRE (François-Marie Arouet de).

Fragments sur l'Inde, et sur le général Lalli.

Lausanne, 1773. In-8 de (2) ff., 162 pp.; veau granité, dos lisse orné, pièce de titre verte, coupes ornées, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Édition publiée la même année que l'originale. Le général Thomas-Arthur de Lally-Tollendal, gouverneur général de l'Inde française, fut condamné à mort puis exécuté, en 1766, car rendu responsable de la perte des établissements français en Inde durant la guerre de Sept Ans. Cette exécution produisit une grande indignation en France et en Europe, et Voltaire, alors âgé de 79 ans, publia ce mémoire. Il y dénonce le jugement de haute trahison, et, en parti grâce à son soutien, le fils du général obtiendra une révision du procès, et la cassation du jugement de haute trahison, mais pas la réhabilitation complète de son père. Bel exemplaire. Habiles restaurations. Bengesco, Bibliographie des œuvres de Voltaire, 1828.

WALLIS (Edward).

Wallis's elegant and instructive game exhibiting the wonders of nature, in each quarter of the world.

London, E. Wallis, 1818. En 12 sections montées sur toile et pliées, formant une planche de 473 x 620 mm ; livret broché in-12 de 20 pages ; sous étui de papier marbré de l'auteur et éditeur Edward Wallis (211 x 124 mm), illustré d'une grande vignette lithographiée en couleurs sur le premier plat.

Très rare jeu de parcours lithographié et finement colorié à l'époque. Le plateau est composé de 26 vignettes figurant des merveilles de la nature. Il est accompagné d'un livret de 20 pages donnant les instructions du jeu et une description de chaque vignette, et d'un étui de l'éditeur dont le premier plat est orné d'une grande vignette lithographiée en couleurs. Les merveilles de la nature représentées sont : l'Etna en Sicile, la cascade de la rivière Vinagre en Colombie, un tremblement de terre, des tourbillons de sable brûlant dans les déserts de l'Arabie, la grotte de Poole dans le Derbyshire, l'apparition d'un volcan dans l'Atlantique près de l'île de São Miguel, dans l'archipel des Açores, la source de l'Arveyron dans la Mer de Glace, le sommet du Chimborazo en Équateur, les colonnes de basalte sur l'île de Staffa dans l'archipel des Hébrides, le Bassin des Chites dans l'île de la Réunion (nommée Bourbon dans la description), une trombe marine, les montagnes de glace dans le pôle Nord, un rocher perforé à Tolaga Bay en Nouvelle-Zélande, la grotte d'Antiparos en Grèce, Peak Cavern (grotte) dans le Derbyshire, une fontaine ardente dans le Dauphiné, le Pic du Teide sur l'île de Tenerife dans les Canaries, le Pont du Diable en Suisse, un rocher sur la rivière Nahe en Allemagne, les Chutes du Niagara, une cascade sur la White River en Jamaïque, l'arche naturelle de Rockbridge en Virginie, la grotte de Fingal sur l'île de Staffa dans l'archipel des Hébrides, le maelstrom ou tourbillon des îles Lofoten en Norvège, des sources bouillonnantes dans la ville de Geysir en Islande (qui a donné son nom au terme geyser), et enfin les ponts naturels d'Icononzo en Colombie. Le livret contient des descriptions détaillées de chaque merveille. Pour l'Etna, il est dit qu'une éruption en 1669 anéantit 5 000 maisons et forma une immense montagne de deux miles de circonférence ; pour les tremblements de terre, l'auteur cite celui de 1755 qui engloutit la majeure partie de la ville de Lisbonne et ses 70 000 habitants ; l'apparition du volcan dans l'Atlantique fut observée en 1811 à bord du sloop britannique le Sabrina, et fut décrit comme un spectacle aussi sublime que terrifiant ; les montagnes de glace dans le pôle Nord causèrent la perte de l'explorateur britannique Sir Hugh Willoughby et de son équipage, tandis que Lord Mulgrave échappa de peu au même sort en 1773, lorsque ses vaisseaux furent envahis par la glace pendant 3 jours. Le jeu se joue avec un toton ou toupie en bois dont la pointe est traversée d'un dé, numéroté de 1 à 8. Chaque joueur doit avoir une pyramide et 4 jetons de la même couleur. Selon l'historien F.R.B. Whitehouse, ce jeu était l'une des "plus belles productions" de Edward Wallis. Edward Wallis était le fils de John Wallis. Les Wallis furent les principaux éditeurs de jeux pour enfants en Angleterre entre 1785 et 1847. Bel exemplaire. Rousseurs à la brochure, petits défauts à l'étui.

WOODARD (David).

Relation des malheurs et de la captivité, pendant deux ans et cinq mois, du capitaine David Woodard, et de quatre de ses compagnons, dans l'isle de Célébès, située sous la ligne équinoxiale. avec la description de cette isle, de ces productions, et des mœurs et coutumes de ses habitans.

Paris, F. Buisson, an XIV-1805. In-8 de (2) ff., 322 pp.; basane racinée, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, illustrée du portrait de l'auteur, de 2 cartes gravées dépliantes, et de 2 planches gravées représentant des types de bateaux. Ouvrage rédigé par William Vaughan d'après le récit de David Woodard, capitaine au service de la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales. La première partie retrace la captivité de l'auteur; elle est suivie d'une description de l'île des Célèbes (géographie, population, sciences naturelles, mœurs, administration) puis d'une réunion de "relations de longs jeûnes et de souffrance" tant en mer qu'à terre. Bon exemplaire. Quelques piqûres. Boucher de La Richarderie, V-173. — Hill, 1912 (pour l'édition anglaise).