4 résultats

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Océanie.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1880. 462 x 623 mm.

Belle carte de l'Asie du Sud-est et de l'Océanie, issue de l'Atlas universel publié par Eugène Andriveau-Goujon. Un système de couleurs permet d'identifier les colonies anglaises, françaises, hollandaises, espagnoles, portugaises et américaines. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

COOK (James).

[KIRIBATI] Isle de Noël.

[1782]. 172 x 221 mm.

Carte de l'île Christmas ou Kiritimati, dans l'archipel des Kiribati. Elle a été dressée lors du troisième voyage de Cook, qui se déroula à bord du navire la Résolution entre 1776 et 1780. Cook visita l'île le 24 décembre 1777, et la nomma ainsi à cette occasion. Son troisième voyage l'emmena également en divers endroits du Pacifique : Nouvelle-Zélande, Tahiti, l'archipel des Iles Hawaï, l'Alaska, et le détroit de Bering. Bloqué par la banquise, il retourna aux îles Sandwich (Hawaï) où il fut attaqué et massacré par des indigènes. Bel exemplaire.

COOK (James).

[ÎLES KERGUELEN] Plan du port Palliser, dans la Terre de Kerguelen - Plan du havre de Noël, dans la Terre de Kerguelen.

[1782]. 164 x 225 mm.

Plans des côtes des îles Kerguelen, dressés lors du troisième voyage de Cook, qui se déroula à bord du navire la Résolution entre 1776 et 1780. Quatre ans après le navigateur français Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec, Cook arriva aux Kerguelen le 25 décembre 1776, et nomma à cette occasion Port-Christmas (Port-Noël), au nord de l'archipel. Port Palliser, situé sur la presqu'île Joffre, fut ainsi nommé par Cook en hommage à son ami l'amiral Hugh Palliser, qui servit à ses côtés à Terre-Neuve. Son troisième voyage l'emmena également en divers endroits du Pacifique : Nouvelle-Zélande, Tahiti, l'archipel des Iles Hawaï, l'Alaska, et le détroit de Bering. Bloqué par la banquise, il retourna aux îles Sandwich (Hawaï) où il fut attaqué et massacré par des indigènes. Bel exemplaire.

DUMONT D'URVILLE (Jules-Sébastien-César).

[NOUVELLE-ZÉLANDE] Carte générale de la partie de la Nouvelle Zélande reconnue par le Capitaine de Frégate Dumont d'Urville, dressée par M.r Lottin, enseigne de V.au.

[Paris, 1833]. 581 x 429 mm.

Belle carte figurant l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, avec la partie nord de l'île du Sud, dressée entre janvier et mars 1827, et montrant en pointillés la route suivie par la corvette l'Astrolabe. Elle est issue du Voyage de la corvette l'Astrolabe exécuté par ordre du roi pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M.J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Le voyage de Dumont d'Urville est la plus importante expédition française ordonnée par le gouvernement entre la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle. Après avoir accompagné Duperrey dans son expédition en qualité de commandant en second, Dumont d'Urville reçut le grade de capitaine de frégate et le commandement de l'Astrolabe pour explorer les parties peu connues de la Polynésie et rechercher les traces du naufrage de La Pérouse. Dans cette expédition, Dumont d'Urville, secondé par le lieutenant de vaisseau Charles-Hector Jacquinot, s'était adjoint les services de deux des plus grands médecins naturalistes de la Marine ; Jean-René Quoy et Joseph-Paul Gaimard. L'équipe scientifique comprenait également Pierre-Adolphe Lesson, chargé des recherches botaniques et le dessinateur Louis-Auguste de Sainson. Quittant Toulon le 25 avril 1826, l'Astrolabe passa par Ténériffe et les îles du Cap-Vert, atteignant la Nouvelle-Hollande (Australie) le 7 octobre. Il longea la côte sud de l'Australie et fit relâche à Port Western puis à Port Jackson. L'expédition se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux archipels Tonga et Fidji, en Nouvelle-Irlande, et rallia Hobart-Town en longeant les côtes australiennes. Durant ce séjour, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, venait de découvrir à Vanikoro les débris d'un des bâtiments de La Pérouse. Changeant ses programmes, il se rendit sur les lieux et y découvrit les carcasses des deux navires et plusieurs objets qui furent déposés plus tard au Musée naval de Paris. Pour commémorer ce naufrage, Dumont d'Urville fit édifier un monument à la mémoire de La Pérouse et de ses hommes. Ayant rempli sa mission, il entama le chemin du retour en faisant escale à Batavia, à l'île Maurice et à la Réunion, et parvint à Marseille le 24 février 1829. Les résultats de cette expédition furent considérables ; soixante-cinq cartes et plans ainsi que plusieurs milliers de planches anatomiques et de dessins, plus de dix mille espèces d'animaux, près de sept mille espèces de plantes et d'innombrables échantillons de minéralogie qui enrichirent les collections du Muséum d'histoire naturelle. Bel exemplaire. Petite restauration à la pliure centrale.