18 résultats

ANDRIVEAU-GOUJON (J.).

Pavillons et cocardes des principales puissances du globe d'après des documens officiels.

Paris, J. Andriveau-Goujon, 1854. 460 x 585 mm.

Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BERTIUS (Petrus).

Orbis stans sive molaris sectus.

Paris, Melchior Tavernier, 1628. 143 x 193 mm.

Rare mappemonde dessinée par Petrus Bertius et gravée par Melchior Tavernier, montrant la Californie comme une île. Elle est issue de la première édition de la Geographia vetus, atlas du monde ancien publié en 1628. Les deux premières éditions de cet atlas furent publiées par Melchior Tavernier en 1628 et en 1630 ; une troisième édition fut publiée par Jean Boisseau en 1645, lorsque Tavernier cessa son commerce. Né en Flandre en 1565 et révoqué en 1606, Bertius se réfugia à Paris où il fut nommé, dès 1618, cosmographe et historiographe du roi Louis XIII. On ne lui doit que deux atlas. Petites mouillures marginales, sinon bon exemplaire. Pastoureau, BERTIUS A ; Shirley, 322.

BERTIUS (Petrus).

Orbis terrarum ex mente Pomponii Melæ delineatus.

Paris, Melchior Tavernier, 1628. 154 x 194 mm.

Rare carte du monde selon Pomponius Mela, le plus ancien géographe romain connu, ayant vécu sous le règne de l'empereur Claudius, vers l'an 40. Elle a été dessinée par Petrus Bertius et gravée par Melchior Tavernier, pour la première édition de la Geographia vetus, atlas du monde ancien publié en 1628. Les deux premières éditions de cet atlas furent publiées par Melchior Tavernier en 1628 et en 1630 ; une troisième édition fut publiée par Jean Boisseau en 1645, lorsque Tavernier cessa son commerce. Né en Flandre en 1565 et révoqué en 1606, Bertius se réfugia à Paris où il fut nommé, dès 1618, cosmographe et historiographe du roi Louis XIII. On ne lui doit que deux atlas. Petites mouillures marginales, sinon bon exemplaire. Pastoureau, BERTIUS A ; Shirley, 321.

BERTIUS (Petrus).

Pinax Ptolemaicus Chlamydoeides.

Paris, Melchior Tavernier, 1628. 143 x 203 mm.

Rare carte du monde en forme de manteau ou chlamyde (draperie de la Grèce antique), figurant les terres connues sous Ptolémée, le plus célèbre des astronomes de l'Antiquité. Elle a été dessinée par Petrus Bertius et gravée par Melchior Tavernier, pour la première édition de la Geographia vetus, atlas du monde ancien publié en 1628. Les deux premières éditions de cet atlas furent publiées par Melchior Tavernier en 1628 et en 1630 ; une troisième édition fut publiée par Jean Boisseau en 1645, lorsque Tavernier cessa son commerce. Né en Flandre en 1565 et révoqué en 1606, Bertius se réfugia à Paris où il fut nommé, dès 1618, cosmographe et historiographe du roi Louis XIII. On ne lui doit que deux atlas. Petites mouillures marginales, sinon bon exemplaire. Pastoureau, BERTIUS A ; Shirley, 321.

BERTIUS (Petrus).

ΣΦΕΝΔΟΝΗ [sphendoné], hoc est, Funda Posidonii.

Paris, Melchior Tavernier, 1628. 143 x 195 mm.

Rare carte du monde en forme de sphendoné (bandeau porté par les femmes de la Grèce antique), figurant les terres connues sous Posidonios d'Apamée (135-51 av. J.-C.), géographe et historien grec. Elle a été dessinée par Petrus Bertius et gravée par Melchior Tavernier, pour la première édition de la Geographia vetus, atlas du monde ancien publié en 1628. Les deux premières éditions de cet atlas furent publiées par Melchior Tavernier en 1628 et en 1630 ; une troisième édition fut publiée par Jean Boisseau en 1645, lorsque Tavernier cessa son commerce. Né en Flandre en 1565 et révoqué en 1606, Bertius se réfugia à Paris où il fut nommé, dès 1618, cosmographe et historiographe du roi Louis XIII. On ne lui doit que deux atlas. Petites mouillures marginales, sinon bon exemplaire. Pastoureau, BERTIUS A ; Shirley, 321.

BLAEU (Willem).

Nova totius terrarum orbis geographica ac hydrographica tabula. Auct: Guiljelmo Blaeuw.

[Amsterdam, 1635-1638]. 408 x 547 mm.

Très précieuse mappemonde à bordures par le maître de la cartographie hollandaise, et, selon Shirley, "l'un des chefs-d'œuvre de l'art de la cartographie". Dressée sur la projection de Mercator, la carte est encadrée de magnifiques bordures figurant les sept planètes (Lune, Mercure, Venus, Soleil, Mars, Jupiter et Saturne), les Sept Merveilles du Monde (les jardins suspendus de Babylone, le Colosse de Rhodes, la pyramide de Khéops, le Mausolée d'Halicarnasse, le Temple d'Artémis à Éphèse, la statue de Zeus à Olympie et le Phare d'Alexandrie), les quatre éléments et les quatre saisons ; tandis que les mers sont ornées de navires et monstres marins. Au centre de l'Amérique du Nord figure un cartouche contenant un texte en latin, disant que l'Amérique fut découverte en 1492 par Christophe Colomb au nom du roi de Castille, et que son nom lui fut donné par Amerigo Vespucci en 1499. Les coins inférieurs de la carte sont ornés de deux cercles contenant les terres arctiques et antarctiques. En bas à droite, cartouche de dédicace à Cornelis Pietersz Hooft, marchand et bourgmestre d'Amsterdam, orné des armoiries du dédicataire. Quatrième état. Texte français au verso. Pliure centrale restaurée avec très légers manques au niveau de la vignette figurant le Mausolée d'Halicarnasse. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Shirley, 255 ; van der Krogt, 000:2A ; Schilder, VI, 1.4.

BOUCHER (Lucien).

AIR FRANCE.

Paris, Perceval, [1950]. Lithographie en couleurs de 590 x 960 mm.

Superbe et grand planisphère céleste réalisé pour la compagnie aérienne Air France, dessiné par Lucien Boucher et publié par Perceval à Paris en 1950. Il est décoré d'un titre inscrit sur une bannière flottante, d'une rose des vents ornée du logo d'Air France et d'un globe représentant les lignes de la compagnie. Les quatre coins sont décorés d'anges aux joues gonflées symbolisant les vents. Les deux hémisphères austral et boréal sont ornés de représentations des étoiles (en caractères dorés) et des constellations, et des douze signes du zodiaque. Dessinateur, graveur, affichiste et illustrateur français, Lucien Boucher (1889-1971) est surtout connu pour sa longue collaboration avec la compagnie Air France, pour laquelle il a réalisé une série d'affiches publicitaires et de planisphères en couleurs destinés à décorer les bureaux de vente de la société. Bel exemplaire en pleins coloris de l'époque, non entoilé.

BOUCHER (Lucien).

AIR FRANCE. Réseau Aérien Mondial.

Paris, Perceval, [1947]. Lithographie en couleurs de 523 x 897 mm.

Superbe planisphère réalisé pour la compagnie aérienne Air France, dessiné par Lucien Boucher et publié par Perceval à Paris en 1947. Il est décoré d'un beau cartouche de titre et de nombreuses vignettes illustrant les continents, de vaisseaux, de monstres marins, et d'une rose des vents. Les lignes aériennes de la compagnie sont tracées en blanc, dont la ligne Paris-New York, inaugurée en 1946. Celles-ci vont jusqu'à Manille à l'est, et Panama à l'ouest. Dessinateur, graveur, affichiste et illustrateur français, Lucien Boucher (1889-1971) est surtout connu pour sa longue collaboration avec la compagnie Air France, pour laquelle il a réalisé une série d'affiches publicitaires et de planisphères en couleurs destinés à décorer les bureaux de vente de la société. Bel exemplaire en pleins coloris de l'époque, non entoilé. Légères traces de cassures.

FORNIER (Yvonne). MANUSCRIT.

[Planisphère nautique manuscrit].

Octobre 1949. 1,26 x 1,60 m, sur quatre peaux de vélin jointes, marouflées sur toile et montées sur un châssis en bois.

Grande et belle carte manuscrite, encre noire et gouache, très colorée, représentant un planisphère (sans l'Asie orientale) tel qu'on le représentait au XVIème siècle, date des premiers grands voyages d'exploration. C'est une copie assez fidèle de la plus grande partie du planisphère nautique manuscrit de Pierre Desceliers de 1546, conservé à la bibliothèque de l'université John Rylands à Manchester. Ce cartographe normand, membre de l'école de cartographie de Dieppe, et considéré comme le père de l'hydrographie française, a réalisé plusieurs grands portulans manuscrits grâce aux renseignements qu'il tenait des explorateurs dieppois et de l'armateur Jean Ango. Ce sont des cartes nautiques montrant les contours des continents, accompagnées de nombreuses mentions manuscrites et illustrées de scènes ethnographiques issues de l'expérience des voyageurs européens, ainsi que de représentations d'animaux fantastiques et d'êtres mythologiques. De la carte de Desceliers, l'auteur en a respecté l'orthographe, l'encadrement aux armes du Dauphin auquel la carte est dédiée, et les grands rhumbs, roses des vents, monstres marins et navires qui ornent les mers, et, tout en lui donnant un aspect beaucoup plus coloré, il s'est attaché à reproduire les nombreuses scènes pittoresques et animaux fabuleux qui illustrent les continents.

FORTIFICATIONS. MANUSCRIT.

[Plan d'un d'un demi hexagone régulier].

[circa 1750]. 494 x 648 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, d'un plan théorique d'une fortification en forme de demi-hexagone avec courtine, bastions, fossés, tenailles, demi-lunes et contrescarpe. Sous le plan se trouve une coupe des fortifications passant par une demi-lune dont le tracé est marqué en pointillé sur le plan. L'échelle est en toises, mais différente pour le plan et la coupe. Marges empoussiérées, trace de pliure.

FORTIFICATIONS. MANUSCRIT.

Plan d'un pentagone régulier suivant le second système de Mr le maréchal de Vauban.

[circa 1750]. 667 x 515 mm, sur beau papier de Hollande des papeteries C. & J. Honig.

Intéressant plan manuscrit, encre noire et rouge, d'un plan théorique d'une citadelle pentagonale bastionnée, dite du deuxième système de Vauban, où l'on voit également les traits de crayon et de compas ayant servi à réaliser le dessin du plan, celui du cartouche de titre et des lettres le composant. Toute sa vie, Vauban a fait évoluer la conception et la construction des places fortifiées, les adaptant aux différents types de terrains, se basant sur le bon sens et l'expérience. Sa pensée a été théorisée après sa mort en trois systèmes distincts où sont augmentées progressivement la taille et la diversité des ouvrages de défense au-delà des murs d'enceinte. Le cartouche de titre, au crayon, n'est qu'esquissé sur sa partie gauche. Marge droite empoussiérée, une petite déchirure dans la marge inférieure, trace de pliure.

HERISSON (Eustache).

Mappe monde en deux hémisphères, où sont marquées les découvertes les plus récentes et les routes des trois voyages de Cook.

Paris, Basset, 1795. 467 x 766 mm.

Belle et grande mappemonde à deux hémisphères, dressée par Eustache Hérisson, élève de Rigobert Bonne. La carte figure les routes des grands explorateurs, et des trois voyages du capitaine Cook effectués entre 1768 et 1780. La Nouvelle-Guinée n'est plus rattachée à l'Australie, contrairement à la Tasmanie. La Nouvelle-Zélande a maintenant une forme reconnaissable. Très bel exemplaire avec les contours et les mers finement coloriés à l'époque. Rare édition à la date de 1795.

HOMANN (Johann Baptist).

[PAVILLONS] Flaggen aller Seefahrenden Potenzen und Nationen in der gantzen Weldt.

Nuremberg, [circa 1720]. 495 x 587 mm.

Superbe planche brillamment coloriée à l'époque, figurant 140 pavillons de marine de pays européens, africains et asiatiques. Éditeurs de cartes à Nuremberg, Johann Baptist Homann et ses héritiers ont dominé le marché de la cartographie allemande pendant près de cent ans. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ORTELIUS (Abraham).

Typus orbis terrarum.

[Anvers], 1587 [1592-1612]. 358 x 490 mm ; encadrée, sous verre.

Datée de 1587, cette mappemonde est l'une des plus célèbres, et la dernière des trois mappemondes d'Abraham Ortelius. De forme ovale, elle est issue de l'édition latine du Theatrum Orbis Terrarum, et est dérivée de la mappemonde murale de Mercator en 21 feuilles de 1569. Par rapport à ses deux précédentes mappemondes, Ortelius a corrigé les contours de l'Amérique du Sud, qui a maintenant une forme plus reconnaissable, et les Iles Salomon situées au nord-est de l'Australie, apparaissent pour la première fois sur une carte. Les médaillons aux quatre coins de la carte contiennent des textes classiques de Cicéron et de Sénèque. Le Théâtre de l'Univers, considéré comme le premier atlas géographique "moderne", fut publié par Abraham Ortel, plus connu sous le nom d'Ortelius, le plus célèbre cartographe du XVIe siècle. Texte latin au verso. Bel exemplaire finement colorié à l'époque. Shirley, 158 ; van den Broecke, 3.

PHILIPPE de PRETOT (Etienne-André).

Carte de l'Ancien et du Nouveau Monde.

1767. 286 x 415.

Belle mappemonde dessinée par l'ingénieur Maurille-Antoine Moithey, issue de la Cosmographie universelle, physique, astronomique. Ornée d'un cartouche de titre. Bel et rare exemplaire entièrement aquarellé à l'époque. Perte de trois lettres dans la légende au bas de la carte.

PHILIPPE de PRETOT (Etienne-André).

Orbis vetus.

1768. 258 x 353.

Belle carte figurant le monde ancien sous l'Antiquité, dessinée par l'ingénieur Maurille-Antoine Moithey, issue de la Cosmographie universelle, physique, astronomique. Ornée d'un cartouche de titre. Bel et rare exemplaire entièrement aquarellé à l'époque. Petites taches dans la marge supérieure.

ROQUE (Joseph). MANUSCRIT.

Télégraphes et paquebots.

[circa 1880]. 340 x 470 mm.

Carte manuscrite du monde à l'encre noire, encre de couleurs et lavis bleu, portant le tracé des lignes de télégraphes (allant jusqu'en Australie) et des différentes lignes de compagnies maritimes (Messageries transatlantiques, Chargeurs Réunis, Pacific mail steam navigation, etc). Bon travail d'élève. Petits trous d'épingle aux angles de la feuille.

WEIS (Johann Martin).

Carte de l'Isle de la Félicité.

1743. 250 x 350 mm.

Rarissime curiosité cartographique, dans l'esprit de la Carte de Tendre de Madeleine de Scudéry, figurant une île imaginaire, appelée Île de la Félicité, bordée par les Mer Sauvage et Mer Favorable. Le point culminant de l'île est appelé le Bonheur Parfait. Au sud de l'île, sur la mer Favorable, figure le Port de la Félicité près duquel se tiennent les écueils de la Volupté et de l'Ambition, l'Écueil de la Suffisance en face du Port de Richesse, et l'Écueil du Caprice en face du Port de Beauté ; à l'est, l'Écueil de l'Ennui, en face du Port d'Égalité ; à l'ouest, l'Écueil de la Fadeur en face du Port de Complaisance. Au nord, sur la Mer Sauvage, se trouve le Port de Vertu, rendu impraticable par le plateau du Rocher de Pruderie. Les villages se nomment Philosophie, Harmonie, Cajollerie, ou Le Je Ne Scay Quoy. On remarque également le Château de Santé, le Marais des Plaisirs Innocents, la Tour des Badinages, la Montagne des Honneurs ou encore la rivière de l'Amour Propre. Cette carte a été dressée par Johann Martin Weis pour l'Ordre de la Félicité ou des Félicitaires, ordre paramaçonnique mixte fondé à Paris vers 1740 par Scipion-Louis-Joseph de La Garde, marquis de Chambonas. L'Ordre de la Félicité était l'une des quelques sociétés secrètes de l’époque empruntant à la maçonnerie le serment et la pratique d’un rituel, mais s’ouvrant aux femmes. Cette société, dont le but allégorique était un voyage à l'Île de la Félicité, était essentiellement composée de seigneurs et de dames distinguées, et avait adopté une terminologie maritime pour initier ses membres. L'Île de la Félicité était mentionnée dans l'oraison du saint Nicolas, patron de l'Ordre, que devait réciter toute personne souhaitant être admise : «Tous les secrets de l'Ordre résident dans une bienheureuse navigation pour aborder l'île, cette merveilleuse île de la Félicité, toujours demeurée invisible aux yeux de tous les peuples...». Dans un ouvrage paru en 1904, intitulé L'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux, J.-C. Bord mentionnait un exemplaire de cette carte qui accompagnait la remise d'un diplôme de l'Ordre de la Félicité au marquis de Chambonas. La carte est décorée d'un cartouche de titre orné d'attributs militaires et d'une ancre, symbole de l'Ordre. Une légende de six symboles permet d'identifier les villes, bourgs, villages, hameaux, la maison de campagne et le château. Marges courtes, pliure centrale remise à plat et présentant de très petits défauts, quelques rousseurs claires, petite tache au niveau de l'échelle. J.-C. Bord, L'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux. Correspondance Littéraire, Historique et Artistique. Questions et Réponses, Lettres et Documents Inédits. 1904 ; Arthur Dinaux, Les sociétés badines, bachiques, littéraires et chantantes. 1867.