175 résultats

AA (Pieter van der).

[LANGUEDOC] Carte du gouvernement de Languedoc.

Leide, Pierre Vander Aa, [1729]. 224 x 297 mm.

Belle carte du Languedoc, dressée d’après les observations de l’Académie Royale des Sciences. Elle est issue de La Géographie moderne, naturelle, historique & politique, par Abraham du Bois, publiée par Pierre van der Aa en 1729. Elle est ornée d'un ravissant cartouche de titre décoré des armoiries du Languedoc figurant la croix de Toulouse et d’un paysage. Bel exemplaire, replié.

AA (Pieter van der).

[PROVENCE] Carte du gouvernement de Provence.

Leide, Pierre Vander Aa, [1729]. 222 x 295 mm.

Belle carte de la Provence, issue de La Géographie moderne, naturelle, historique & politique, par Abraham du Bois, publiée par Pierre van der Aa en 1729. Elle est ornée d'un ravissant cartouche de titre décoré des armoiries de la Provence, et illustré d'un paysage maritime. Bel exemplaire, replié.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

[Carte des marais et canaux entre Arles et Aigues-Mortes].

[circa 1750]. En 2 feuilles jointes de 0,39 x 1,12 m.

Grande carte manuscrite, encre noire et lavis, de la région comprise entre Arles à l'est, et Aigues-Mortes et le fort de Peccais à l'ouest, et portant la partie amont du Petit-Rhône, l'emplacement des villes, les étangs de Coute et d'Escamandre, les marais et le réseau de canaux qui les relient (du Bourgidou, la Grande Ravine, la Radelle, Varene, Sylveréal, robine de S. Gilles), et la Vistre. Titre au dos, d'une écriture postérieure: marais de Beaucaire et canaux de dessèchement. L'échelle est en toises. Belle condition, replié.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

[Fort de Peccais et marais salant de l’Abbé].

[circa 1720]. 430 x 384 mm.

Beau plan manuscrit, encre et aquarelle, d’une partie des marais de la Petite Camargue près d’Aigues-Mortes. Y figurent le plan du fort de Peccais (aujourd’hui en ruine) avec ses bastions, le plan des bâtiments intérieurs, et les deux fossés qui l’entourent, les jardins et cultures à l’est du fort, le chemin qui mène à Aigues-Mortes, la jonction des canaux de Bourgidou et de Sylvéréal, le marais de Calvière et une partie du salin de l’Abbé avec ses bassins (partènements et tables) et le plan de plusieurs bâtiments. En 1248, Saint-Louis acheta une partie des terres de Peccais à l'abbaye bénédictine de Psalmody (qui exploitait le sel sur ce territoire) et fit construire la ville d'Aigues-Mortes. L'abbaye créa alors un nouveau salin qui prit le nom de salin de l'Abbé. Puis le fort de Peccais fut construit en 1568 pour protéger les marais salants et les canaux qui permettaient le transport du sel, dont le roi avait le monopole de la distribution et dont il tirait des revenus importants grâce à l'impôt de la gabelle. Vers la même époque, l'abbaye de Psalmody fut sécularisée, ses bâtiments abandonnés, et le marais de l'Abbé devint propriété de l'évêché d'Alès, qui l'exploite toujours au moment où ce plan est réalisé. Quelques rousseurs et une tache d’encre noire.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

Plan géométrique du domaine de Labadier appartenant à Mrs les héritiers de Louis Mourgues.

[circa 1840]. 543 x 725 mm, sur papier calque et monté sur papier.

Plan manuscrit, encre brune et lavis, de la région comprise entre les canaux de Saint-Jean, de Peccais à Sylveréal, le Petit Rhône et la Méditerranée (correspondant à la Petite Camargue), et portant les étangs, les herbage, les pinèdes, les salines, et les chemins. Les limites des propriétés sont marquées d'un trait rouge avec le nom de leurs propriétaires. L'échelle est en mètres. Traces de pliures ; décharge de quelques indications inscrites à l'encre noire. Quelques petits trous dans le papier dus à l'encre noire utilisée.

ALLARD (Carel).

[ÎLES d'HYÈRES/FORT de BRÉGANÇON] Les isles d'Hyères et le Fort de Brégançon, et autres forces de Provence etc.

Amsterdam, [circa 1700]. 225 x 261 mm.

Très rare et belle carte figurant la baie de Hyères avec les îles de Porquerolles, de Port-Cros et du Levant, également appelée île du Titan. Au centre de la baie s'élèvent l'île et le Fort de Brégançon, ici orthographié Brigançon. L'île est encerclée de trois voiliers. Dans la baie sont mentionnés la Pointe de Loube, actuel Cap de Léoube, la Pointe de l'Argentière, les salines, la Tour de Gapeau, le Port de Pradines ou de la Badine, et le Cap de l'Estérel. La carte montre également la presqu'île de Giens, la plage de l'Almanarre, ici appelée Plage de la Manarre, la Pointe Escampo-Barriou appelée Cap de Scampebariou, et un groupe d'îlots nommés Les Frères. La partie haute de la carte est occupée par des plans des citadelles d'Aix, Saint-Tropez, Nice et Embrun, et une carte du Golfe de Grimaud ou Golfe de Saint-Tropez. Chacune des vignettes est accompagnée d'un texte en néerlandais. Très rare. Coloris de l'époque. Exemplaire bruni, piqûres dans la marge droite, marge supérieure coupée.

[ANONYME].

[ARIÈGE] Plan des maiteries de Génibat extrait du plan de la commune de Montoulieu.

[vers 1830]. En deux feuilles jointes de 52 x 118 cm.

Carte manuscrite, encre noire et aquarelle, de terres relevant d'une métairie située à Génibat, aujourd'hui Ginabat, hameau sur la commune de Montoulieu, à quelques km au sud de Foix, sur la rive gauche de l'Ariège, dans le département du même nom. Y sont figurés le cours de l'Ariège et de celui d'un petit affluent, le ruisseau de Montoulieu, les emplacements des maisons de Ginabat et d'une partie de Montoulieu, les chemins, et les parcelles de terrain numérotées. Réalisé d'après le cadastre, le plan englobe un territoire délimité par l'Ariège à l'est, le ruisseau de Montoulieu au sud-ouest, le chemin de Montoulieu à Foix à l'ouest, et la commune de Prayols au nord. Les parcelles relevant de la métairie sont aquarellées, et une légende à droite du plan en indique la superficie et le type de culture (pâture, pré, bois, labourable ou jardin) ; les quatre bâtiments de la métairie sont en un rouge un peu plus foncé que les autres bâtiments. Un beau dessin à la plume sous la légende représente deux hommes pêchant à la ligne. La carte est orientée. Rares piqûres et légères déchirures sans manque dans les marges. Le plan et roulé et la partie externe est empoussiérée.

[ANONYME].

[BASSE-NAVARRE] Réduction à deux lignes pour cent toises de la carte des Aldudes par ordre de S.M.T.C. et de S.M.C. pour raprocher sous un seul point de vue l'étendue du pays en contestation entre les frontaliers de la Haute et de la Basse Navarre et pour servir à terminer tous différents au sujet dudit pays.

[vers 1770]. 53 x 54,4 cm.

Carte manuscrite, encre brune et aquarelle, d'une zone située à la frontière espagnole, appelée Montagnes des Aldudes ou du Quint, correspondant à la commune d'Aldudes et des territoires voisins, dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle est délimitée au nord par le village de Baïgorry, aujourd'hui Saint-Étienne-de-Baïgorry, et le Château d'Echaux ou Etxauz, au sud par les villages de Roncevaux et de Burguete (Burguette en castillan, Auritz en basque), à l'ouest par le rocher d'Arguinzu, aujourd'hui Argintzu, et à l'est par les villages d'Arnéguy, de Luzaide et d'Undarola ou Ondarolle. Y sont figurés les rivières, les frontières entre la vallée d'Aldudes et la Haute-Navarre (en France) et la Basse-Navarre (en Espagne), ainsi que la vallée de Luzaide, et quelques villes ou villages. La vallée des Aldudes, qui est une voie de passage à travers les Pyrénées, de Bayonne à Pampelune, a fait partie du royaume de Navarre jusqu'au XVIe siècle, époque où le sud du royaume était rattaché à l'Espagne, et le nord, un royaume indépendant. En 1589, Henri III de Navarre devint roi de France sous le nom de Henri IV. Par la suite, les rois de France furent également rois de Navarre, mais la frontière entre la Navarre et l'Espagne fut contestée jusqu'au XIXe siècle. Plusieurs tentatives de conciliation eurent lieu entre les royaumes de France et d'Espagne, comme l'indique le titre complet de la carte : Réduction à deux lignes pour cent toises de la carte des Aldudes levée en 1769 par ordre de S.M.T.C. [Sa Majesté Très Chrétienne, soit le roi de France] et de S.M.C. [Sa Majesté Catholique, soit le roi d'Espagne] pour raprocher [sic] sous un seul point de vue l'étendue du pays en contestation entre les frontaliers de la Haute et de la Basse Navarre. L'une de ces tentatives eut lieu en 1770, entre le duc de Choiseul, secrétaire d'État à la Guerre de Louis XV, et le comte de Fuentes, ambassadeur d'Espagne. Elle donna lieu à l'établissement d'une carte dont notre exemplaire est une copie réduite. La carte est orientée (le nord est en bas), l'échelle est en toises, le relief est marqué par des ombres portées. Bel exemplaire, coloris très frais.

[ANONYME].

[BASTIA] Plan de la ville et du château de Bastia (1738).

[XIXe siècle]. 49 x 69 cm.

Carte manuscrite, encre noire et aquarelle, de la ville côtière de Bastia, au nord-est de la Corse. Y sont figurés le littoral, le plan de la ville et de la citadelle, le port et les environs immédiats dont le fort La Croix, le couvent des Capucins et le couvent Saint-Joseph. Des numéros et lettres (35 au total) sur le plan renvoient à une légende dans la partie droite du plan. Ce plan est une copie du XIXe siècle d'un plan de 1738. La carte est orientée (avec le nord à droite), l'échelle est en toises. Trou comblé au niveau de la citadelle, déchirure sans manque sur quelques cm le long de la pliure centrale, petites taches et déchirures sans manque dans la partie basse, froissement dans la partie gauche.

[ANONYME].

Carte générale du canton de Sagro, district de Bastia.

[début du XIXe siècle]. 46,6 x 68,4 cm, sur une feuille de 51 x 70,5 cm.

Jolie carte manuscrite, à l'encre de Chine, lavis d'encre de Chine et rehauts de rouge et de brun, du canton de Sagro (actuelle partie est du canton de Sagro-di-Santa-Giulia), au nord de Bastia, en Haute-Corse. Y sont figurés les cours d'eau, les routes et chemins, les bourgs et villages, et les limites du canton, des communes, et des trois vallées formant le canton (ces vallées sont nommées communautés sur la carte). Le canton de Sagro, créé en 1789, reprend les limites de l'ancien piève de Brando, lui-même constitué de trois communautés : Brando, Sisco, et Pietracorbara ; ce sont ces trois noms qui sont repris sur la carte, bien que le terme de communauté ne corresponde plus à une unité administrative au début du XIXe siècle. Le canton de Sagro reprit le nom de Brando en 1828, avant de fusionner, en 1973, avec le canton voisin de Santa-Giulia. La carte est orientée, l'échelle est en toises et en verges, le relief est marqué par des hachures. Anciennes pliures doublées, petites déchirures comblées sans manques en dehors des marges.

[ANONYME].

[HAUTES-ALPES] Carte des baillages de Briançon et d'Embrun.

[fin du XVIIIe siècle]. 37 x 45,5 cm.

Belle carte manuscrite, encre brune et aquarelle, des bailliages voisins de Briançon et d'Embrun, correspondant à peu près au sud-est du département des Hautes-Alpes. Y sont figurées les villes, les rivières et les limites du bailliage ; les deux villes principales sont figurées par le dessin de leur citadelle. À noter la représentation de ponts sur le Guil, en amont de Mont-Dauphin jusqu'à la frontière avec le bailliage de Briançon. Aucun autre pont n'est noté sur la carte. On remarque également la présence d'un double trait reliant les villages de Ceillac (orthographié Seillac) et de Molines[-en-Queyras], intitulé Passage du canon. La carte est ornée d'un élégant cartouche de titre. Sur la gauche se trouve un grand cartouche donnant la liste alphabétique des lieux compris dans les deux bailliages. Le relief est marqué par de petites montagnes. Belle condition.

[ANONYME].

[HAUTES-ALPES] Carte du baillage de Gap.

[fin du XVIIIe siècle]. 38 x 49 cm.

Belle carte manuscrite, encre brune et aquarelle, du bailliage de Gap, actuellement au centre du département des Hautes-Alpes. Y sont figurées les villes, les rivières avec trois lacs, et les limites du baillage. Les ville de Gap et de Sisteron (qui ne fait pas partie du bailliage) sont figurées par le dessin de leur citadelle. La carte est ornée d'un élégant cartouche de titre. Sur la gauche figure un grand cartouche donnant la liste alphabétique des lieux compris dans le bailliage. Le relief est marqué par de petites montagnes. Belle condition.

[ANONYME].

[Languedoc].

[vers 1700]. 64 x 57 cm, sur une peau de vélin de 78 x 65 cm environ.

Belle carte manuscrite, à l'encre brune et rehauts de couleur, du Languedoc. Les limites sont Le-Puy-en-Velay et Aurillac au nord, les Pyrénées et la Méditerranée au sud, Cahors à l'ouest et le Rhône à l'est. Y sont figurées les rivières avec les ponts, les villes et les montagnes. Les rivages de la Méditerranée et l'étang de Thau sont en bleu, et quelques ponts sont passés au rouge. Précieux document sur vélin. Traces de pliures, quelques froissements dans les marges, fente (dans la marge) anciennement recousue.

[ANONYME].

Plan de la ville [d'Aigues-Mortes].

[vers 1880]. 39 x 56 cm.

Carte manuscrite, encre noire et aquarelle, de la ville d'Aigues-Mortes, portant le détail de l'enceinte, avec ses portes et ses tours, la tour de Constance, les rues, et le parcellaire avec les parties bâties. L'échelle est en mètres, au 1/1250e. Belle condition.

[ANONYME].

[TARN] Plan des possessions dépendantes de la mettairie d'en Darassou sittuée au lieu de Flamarens, commune de Lavaur.

[vers 1790]. 48 x 75 cm sur deux feuilles jointes.

Carte manuscrite, encre brune et rehauts d'aquarelle, d'un territoire situé dans une boucle de l'Agout, au lieu-dit en Darassou, à 4 km environ à l'est de Lavaur, dans le Tarn. Y sont figurés le plan de la métairie, les chemins et les pièces de terrains avec leur surface, le nom des propriétaires et le type de culture, ainsi qu'une partie de la grand route de Lavaur à Castres. Une note manuscrite postérieure au plan indique "le 3 (?) 1810 planté 12 (?) de vigne à cette partie". La carte est orientée, l'échelle est en cannes. Petites déchirures dans les marges et aux pliures, piqûres et quelques mouillures.

[ANONYME].

[VAUCLUSE] Carte itinéraire du département de Vaucluse où sont désignées les barrières établies sur les routes de ce département.

[vers 1790]. 62 x 62,5 cm.

Belle et grande carte manuscrite, encre noire, encre rouge et lavis vert, du département du Vaucluse. Y sont figurés le Rhône et la Durance, avec leurs nombreuses îles et leurs affluents dans le département, les villes principales et les routes qui les relient. Une abondante légende au bas de la carte détaille la localisation de toutes les barrières. La carte est orientée par une rose des vents ornée d'un bonnet phrygien. L'échelle est en mètres. Très belle condition.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CAMARGUE] Aigues-Mortes et Le Grau-du-Roi.

1891. 570 x 356 mm.

Plans détaillés des ports du Grau-du-Roi et d'Aigues-Mortes, publiés dans l'Atlas des ports de France. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CAMARGUE] I. Saint-Louis-du-Rhône. - II. Golfe de Fos.

1893. 840 x 560 mm.

Très grand et beau plan du port de Saint-Louis-du-Rhône en Camargue, lithographié en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. En carton figure une carte détaillée du golfe de Fos. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CANNES & ANTIBES] I. Cannes. - II. Antibes.

1894. 593 x 382 mm.

Beaux plans des ports de Cannes et d'Antibes, lithographiés en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CORSE/AJACCIO] Port d'Ajaccio.

1889. 568 x 362 mm.

Beau plan du port d'Ajaccio, lithographié en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. Le plan, très détaillé, montre notamment la citadelle, la ville avec ses rues, le château Conti, l'hospice Eugénie, la gendarmerie, la préfecture, le Palais de Justice, et la gare. Bel exemplaire en coloris de l'époque. Mouillure claire dans le coin inférieur droit.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CORSE/BASTIA] Port de Bastia.

1889. 555 x 358 mm.

Très beau plan du port de Bastia, lithographié en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. Le plan, très détaillé, montre notamment la citadelle, la ville avec ses rues, le Palais de Justice, l'hôpital militaire, la gare, l'usine à gaz, les forts de la Croix et de Straforello, et les hauts-fourneaux de Toga. Bel exemplaire en coloris de l'époque. Mouillure claire dans le coin inférieur droit.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CORSE/PORTO-VECCHIO] I. Porto-Vecchio. - II. Bonifacio. - III. Propriano.

1888. 568 x 380 mm.

Beaux plans détaillés des ports de Porto-Vecchio, Bonifacio et Propriano, lithographiés en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. Le plan de Bonifacio montre notamment la citadelle, la caserne, l'hôpital, l'hospice, les écoles, et la douane. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[CORSE/SAINT-FLORENT] I. Saint-Florent. - II. Centuri. - III. Tollari. - IV. Barcaggio. - V. Macinaggio. - VI. Luri. - VII. Porticciolo. - VIII. Erbalunga.

1888. 566 x 355 mm.

Beau plan détaillé du port de Saint-Florent, entouré des plans des ports de Centuri, Tollare, Barcaggio, Macinaggio, Luri, Erbalunga et Porticciolo, lithographiés en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. Le plan de Saint-Florent montre notamment la citadelle, les marais, et au large, la tourelle du Tignoso. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[MARTIGUES] I. Étang de Caronte. - II. Martigues.

1893. 386 x 540 mm.

Belle planche figurant le port de Martigues et l'étang de Caronte, lithographiée en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. L’étang de Caronte est un ancien étang qui reliait la mer Méditerranée à l'étang de Berre, et Martigues à Port-de-Bouc. L'actuel canal de Caronte a été creusé sur cet ancien étang. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[VILLEFRANCHE-sur-MER] Port de Villefranche.

1891. 585 x 375 mm.

Beau plan du port et de la rade de Villefranche-sur-Mer, lithographié en couleurs pour l'Atlas des ports de France, publié sous la direction du Ministère des Travaux Publics. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

AVELINE (Pierre);

Nice, ville capitale du comté de même nom, qui étoit autrefois de la Provence en France.

circa 1690 207 x 308 mm.

Ravissant panorama de la ville de Nice, gravé par Pierre Aveline, graveur à l'eau-forte et au burin spécialisé dans les vues de villes et les maisons royales. Avec liste de 28 légendes. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque avec rehauts d'or.

AVELINE (Pierre) & CRÉPY (Louis).

[AIX-en-PROVENCE] Aix, ville capitale du Comte de Provence, siège d'un archevêché et d'un parlement.

Paris, Crépy, [circa 1720]. 210x 315 mm.

Beau et rare panorama de la ville d'Aix-en-Provence, gravé par Pierre Aveline, et publié par Louis Crépy. Au bas de la vue figure une table de 23 légendes numérotées pour les monuments et lieux principaux, comme le couvent des Cordeliers, le collège, l'hôpital Saint-Jacques, l'hôtel de ville, le palais, ou encore la place des Prêcheurs. Pierre Aveline était un graveur à l'eau-forte et au burin spécialisé dans les vues de villes et les maisons royales. Louis Crépy (1660-1739) était un dessinateur, graveur, éditeur et marchand d'estampes. En 1731, il revendit une partie de son fonds à ses deux fils Louis et Étienne-Louis Crépy. Bel exemplaire.

AVELINE (Pierre) & CRÉPY (Louis).

[AVIGNON] Avignon, ville de Provence, archevesché depuis l'an 1475.

Paris, Crépy, [circa 1720]. 176 x 204 mm.

Beau et rare panorama de la ville d'Avignon, probablement d'après Pierre Aveline, et publié par Louis Crépy. Au bas de la vue figurent un bref historique de la ville, et une table de 15 légendes numérotées pour les monuments et lieux principaux, comme le château, le palais du vice-légat ou Palais des Papes, la cathédrale Notre-Dame, le fort Saint-Martin, la synagogue, ou encore Ville Neuve d'Avignon ou Villeneuve-lès-Avignon. La légende indique également le fameux pont d'Avignon ou pont Saint-Bénezet enjambant le Rhône, et reliant Avignon à Villeneuve-lès-Avignon. Il est nommé ici pont ruiné. Pierre Aveline était un graveur à l'eau-forte et au burin spécialisé dans les vues de villes et les maisons royales. Louis Crépy (1660-1739) était un dessinateur, graveur, éditeur et marchand d'estampes. En 1731, il revendit une partie de son fonds à ses deux fils Louis et Étienne-Louis Crépy. Bel exemplaire.

AYROUARD (Jacques).

[ANTIBES] Plan du port d'Antibe.

[circa 1730]. 297 x 452 mm.

Beau plan gravé du port d'Antibes, issu du rare Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la mer Méditerranée. Quelques rousseurs.

AYROUARD (Jacques).

[BANDOL] Plan de la baye de Bandol en Provence.

[circa 1730]. 297 x 455 mm.

Beau plan gravé issu du rare Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la mer Méditerranée. Bel exemplaire.

AYROUARD (Jacques).

[CORSE/CALVI] Plan de la baye de Calvi en Corse.

[circa 1730]. 287 x 450 mm.

Plan gravé, issu du rare "Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la mer Méditerranée". Bel exemplaire.

AYROUARD (Jacques).

[CORSE/SAINT-FLORENT] Plan du golfe de St. Fiorenzo en lisle de Corse.

[circa 1730]. 298 x 456 mm.

Plan gravé du golfe de Saint-Florent, issu du rare Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la mer Méditerranée. Pliure centrale brunie, rousseurs marginales.

AYROUARD (Jacques).

[ST-TROPEZ] Plan du golfe et des caps de St. Tropez.

[circa 1730]. 299 x 457 mm.

Beau plan gravé du golfe de Saint-Tropez, issu du rare Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la mer Méditerranée. Orné d'une rose des vents et deux profils côtiers. Bel exemplaire.

AYROUARD (Jacques). MANUSCRIT.

Plan du port d’Antibe.

[circa 1750]. 304 x 458, monté sur papier fort.

Copie manuscrite à l'encre de Chine de la carte de Jacques Ayrouard, "Plan du port d'Antibe", extrait du Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la Méditerranée. Le dessin montre quelques petites différences avec le plan gravé : la mention «bancs découvert» sur la gravure est mentionné par «font qui sèche» sur le dessin ; la digue ouest de ce qui est actuellement le port Vauban est absente du dessin mais est mentionnée comme projet sur la gravure. Le petit profil donnant les alignements de l’entrée du port qui est sur la gravure est absent du dessin, et le plan du fort carré et le tracé des bastions et fortifications de la ville présentent quelques variantes. Très bonne condition.

BAYARD (Dominique). MANUSCRIT.

Carte agricole du département de la Haute Garonne. Où sont indiquées, par des teintes conventionnelles, les diverses natures de la couche végétale des terrains dont il se compose.

1853. 950 x 1135 mm, sur papier marouflé sur toile de lin, avec un galon noir cousu en bordures haute et basse.

Grande carte manuscrite, encre brune et aquarelle, du département de la Haute-Garonne, réduction au 1/160 000e de la carte d'état-major. Le dessin de la carte déborde du cadre du département mais seul ce dernier est en couleurs. La carte est accompagnée, en bas et sur la gauche, d'un texte intitulé Statistique du département de la Haute-Garonne, principalement au point de vue agricole et à tout ce qui s'y rattache plus ou moins. Cartouche de titre avec dessous la légende des couleurs et des signes utilisés sur la carte. L'auteur, géomètre à Muret, sous-préfecture de Haute-Garonne, fut, en raison de ses idées politiques, arrêté après le coup d'état du 2 décembre 1851, emprisonné à Muret puis transféré à la prison de Toulouse en janvier 1852, et condamné à l'expulsion du territoire en février. Cette peine fut commuée à l'internement en avril, et il fut finalement gracié en décembre 1852. On peut supposer que c'est à l'occasion de ses «loisirs forcés» qu'il réalisa cette carte, terminée le 17 juillet 1853. (Brémond (Alphonse), Histoire du coup d'état dans le département de la Haute-Garonne, 1870, pages 119/120). Traces de frottement, notamment sur quelques pliures, quelques déchirures.

BELLEFOREST (François de).

[MONTPELLIER] Pourtraict de la ville de Montpellier.

[Paris, Nicolas Chesneau, 1575]. 176 x 310 mm (vue et légendes).

Vue de la ville de Montpellier, issue de la Cosmographie Universelle de François de Belleforest, publiée en 1575. Avec 28 légendes numérotées. Texte sur la même page et au dos. Traduction française de la Cosmographie de Münster, la Cosmographie de Belleforest ne connut qu'une seule édition en 1575. Bel exemplaire. Pastoureau, BELLEFOREST I-2, 56.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Carte de la province d'Ajaccio et fief d'Istria en quatre feuilles.

[1769]. En quatre feuilles d'environ 230-240 x 275-300 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Carte de la province de Bonifacio en trois feuilles.

[1769]. En trois feuilles de 235 x 340-380 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Carte de l'isle de Corse.

1768. 591 x 872 mm.

Grande et belle carte de la Corse, issue de L'Hydrographie françoise publiée entre 1737 et 1772, dressée par ordre du duc de Praslin, nommé ministre de la Marine en 1766. Elle est ornée d'un cartouche de titre, et traversée des lignes de rumb marquant les directions des vents. Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Petites déchirures marginales, mouillure claire au bas de la carte. Cervoni, 96.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Carte des environs de Corte.

[1769]. 223 x 324 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse" publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Golphe de Talane ou de Valinco et Campo-Moro.

[1769]. 210 x 288 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Partie de la province d'Alleria.

[1769]. En deux feuilles d'environ 225 x 325 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Partie de la province de Bastia. En trois feuilles.

[1769]. En trois feuilles d'environ 220 x 320 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan de la baye de St. Fiorenzo.

[1769]. 216 x 322 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan de la province de Balagna.

[1769]. 222 x 310 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan de la ville de Corté dans l'isle de Corse.

[1769]. 218 x 177 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan de Porto Vechio dans l'isle de Corse.

[1769]. 229 x 167 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan des bouches de Bonifacio et partie de la coste, depuis Porto Vecchio jusqu'à Bonifacio.

[1769]. 210 x 288 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan du golfe de Ventilegne et partie de la coste jusqu'à Bonifacio.

[1769]. 222 x 310 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan du port de Calvy.

[1769]. 212 x 286 mm.

Beau plan issu issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Bel exemplaire. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan du port et ville de Bonifacio dans l'isle de Corse.

[1769]. 212 x 163 mm.

Beau plan issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Bel exemplaire. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[CORSE] Plan du port Figuari dans l'isle de Corse.

[1769]. 218 x 177 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BELLIN (Jacques-Nicolas);

[CORSE] Port de Campomoro.

[1769]. 207 x 158 mm.

Bel exemplaire issu de l'Atlas de l'isle de Corse, publié en 1769. Cervoni, 97.

BODENEHR (Gabriel);

[MONTMELIAN] Das veste Schloss Montmelian.

Augsbourg circa 1730 143 x 207 mm.

Estampe gravée figurant la citadelle de Montmélian en Savoie, assiégée par Louis XIV en 1691 et 1705. Elle sera détruite l'anné suivante sur ordre du roi. Accompagnée d'un texte en allemand. Très bel exemplaire.

BOMPAR (Pierre Jean de) & HONDIUS (Jodocus).

[PROVENCE] Provinciæ, regionis Galliæ, vera exactissimaq descriptio. Petro Joanne Bompario auctore. Provence.

[Amsterdam, 1613-1619]. 354 x 505 mm.

Très rare carte de la Provence, issue de l'édition latine de l'atlas de Gerard Mercator intitulé Atlas sive cosmographicæ meditationes de fabrica mundi, en français L'Atlas ou Méditations cosmographiques de la fabrique du monde, publié par Jodocus Hondius entre 1613 et 1619. La carte, gravée par Baptista van Dœtecum, a été dressée d'après la toute première carte de la Provence, qui fut relevée par PierreJean de Bompar, juge royal de Grasse, en 1591. Destinée au duc de Savoie, elle devait servir à l'envahissement de la Provence. La carte de Bompar est une source précieuse de renseignements pour la cartographie de la Provence, et nombre de communes y apparaissent pour la première fois. Les régions montagneuses et les zones boisées sont représentées. Les îles d'Hyères sont nommées Les isles Dor Stoechades, nom donné par le géographe grec Strabon et signifiant îles d'or alignées. Les limites de la carte sont, à l'ouest, Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue, ici appelée Trois Maries, et à l'est, Taggia, près de San Remo. Elle est ornée d'un cartouche de titre, d'un cartouche contenant l'échelle, d'une belle rose des vents, de deux navires et de deux monstres marins. Texte latin au verso. Très bon exemplaire finement colorié à l'époque. Déchirure restaurée dans la partie droite, au niveau du trait d'encadrement, marges un peu courtes. Koeman, 4700:1A.

BONNEFONS (F.). MANUSCRIT.

[Plan du port d'Agde].

[circa 1630]. 370 x 510 mm.

Belle carte manuscrite à l’encre et lavis, du projet de port voulu par Richelieu entre le cap d’Agde et Rochelongue. Y figurent l’îlot Brescou (orthographié Brescon), le Cap d’Agde, Rochelongue, l’étang de Saint-Martin, le projet de jetée depuis le Cap d’Agde jusqu’à un récif ou «rocher occulte appellé la Lauze», plusieurs navires amarrés le long du «molle qu’il faut faire», deux beaux «vaisseaux ronds» naviguant dans le port, et une belle rose des vents. Plusieurs lettres sur le plan renvoient à une légende indiquant, notamment, les «collines où l’on tire la pierre pour le port» et des «monticulles de sable». En 1630, le cardinal de Richelieu ordonna la création d’un grand port sur la côte du Languedoc, au Cap d’Agde. En octobre 1632, il vint reconnaître les lieux et lança la construction de la jetée qui devait rejoindre l’îlot de Brescou. Mais sa mort, en 1642, entraîna l’arrêt des travaux alors qu’un tiers de la jetée avait été réalisé. Le projet fut définitivement abandonné en 1651, lorsque les États du Languedoc cessèrent de le financer. Taches brunes dans les marges externes.

BORDONE (Benedetto).

[Corsica].

[Venise, 1534]. 83 x 143 mm.

Première carte imprimée de la Corse Très rare et première carte imprimée de la Corse, publiée dans la seconde édition de l'Isolario de Benedetto Bordone. L'île est représentée à l'horizontale, le nord orienté à gauche. La carte est dérivée du portulan d'Andrea Bianco de 1436, et ne porte que le seul nom de "Corsica", situé à l'emplacement du Cap Corse. Onze villes sont représentées par des dessins de châteaux. Au nord-est de l'île, on peut voir les îles d'Elbe, Capraia, Giglio et Montecristo. Au verso figure une carte de Pianosa, ici nommée Palmosa, le nord de la Corse avec le Cap Corse nommé, le sud de l'île d'Elbe et les îles de Capraia et Gorgona. Texte en italien sur les deux pages. Miniaturiste, géographe et graveur originaire de Padoue, Benedetto Bordone travailla à Venise. Son Isolario le rendit célèbre. Très bel exemplaire. Cervoni, 1 ; Berthelot & Ceccaldi, p. 78.

BOURG-ARGENTAL. MANUSCRIT.

Plan de partie d'Argental des domaines des Fauries, Sablon d'Allier, Sablon de Mourel et dépendances. Fait sur les lieux le 23 aoust 1729.

1729. 730 x 560 mm.

Carte manuscrite à l'encre brune des environs de Bourg-Argental, à 15 kilomètres d'Annonay, dans la Loire. Y sont figurés la Deûme, le village et les parcelles de terre avec leurs noms et parfois celui du propriétaire. Sur plusieurs d'entre elles figurent également leur surface et un historique des actes dont elles ont fait l'objet depuis 1360, date d'un échange de ces terres entre Jean Clavel et Jean de Montchal, seigneur du même lieu proche d'Argental. Fentes anciennement doublées le long des pliures avec parfois de très petits manques, traces de frottement ; un feuillet de titre rapporté dans la marge gauche.

BOUSQUEL (Auguste).

[ALBI] Plan d'Albi.

Paris, Gratia, 1843. 390 x 478 mm.

Beau plan de la ville d'Albi au milieu du XIXe siècle, dressé par Auguste Bousquel, géomètre du département du Tarn, et publié en 1843. Il est dédié aux membres formant l'organisation judiciaire du tribunal civil d'Albi, et orné d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries de la ville. Le plan illustre les travaux d'urbanisme de la ville d'Albi réalisés dans la première moitié du XIXe siècle, comprenant ceux de l'architecte et urbaniste albigeois Jean-François Mariès, surnommé le Haussmann albigeois. Ces travaux d'embellissement concernent notamment la construction, vers 1815, du Palais de Justice à l'emplacement du couvent des Carmes, la construction, vers 1835, de la première caserne de gendarmerie devant l'Hôtel Dieu, l'aménagement et l'agrandissement en 1840 de l'esplanade devant le Palais de Justice qui devient la place Lapérouse, ou encore le percement de quelques rues comme la rue Sainte-Cécile. Le plan indique les routes royales au départ d'Albi vers Milhau, Lacaune, Lavaur, Castres, Toulouse et Cahors. La légende à gauche du plan donne l'emplacement des églises et de la cathédrale Sainte-Cécile, de l'archevêché, du Palais de Justice, de la Préfecture, et de 75 rues. Certains lieux ou bâtiments sont nommés directement sur le plan : le collège, l'Hôtel Dieu, la place du Vigan, l'École Normale, le Monastère de Notre-Dame, les casernes, l'abattoir, la Gendarmerie, la place Lapérouse, ou encore les prisons. Bel exemplaire. Petite déchirure dans la marge inférieure restaurée, décoloration légère dans la marge droite. Allaire, Albi à travers les siècles, 1933.

BOYER (Denis).

Plan géométrique de la grange et tennement, quartier des Aumettes, terroir de Mormoiron, appartenant à l'hoirie de Madame la Comtesse des Henriquez. Levé par moy, Denis Boyer, géomètre de Mormoiron, en 1789.

1789. 63 x 94 cm, sur une feuille de 66 x 96,5 cm.

Grand plan manuscrit, encre noire et aquarelle, d'une grange et des terres environnantes, sur la commune de Mormoiron, à quelques km à l'est de Carpentras, dans le Vaucluse. Y sont figurés "la grange et l'aire à fouler le bled", une source, les terres, bois et prés de la propriété de l'hoirie (ou héritage) à l'occasion duquel ce plan a été dressé, ainsi que le nom des propriétaires des parcelles voisines. Le plan est orienté par une belle rose des vents, l'échelle est en cannes. Mouillure dans la partie gauche, petites taches dans la partie droite. Marges et une déchirure sans manque doublées anciennement de toile.

BRION de la TOUR (Louis).

[CORSE et SARDAIGNE] Les isles de Sardaigne et de Corse.

Paris, Desnos, 1766. 275 x 302 mm.

Belle carte de la Corse et de la Sardaigne, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis) & LAVALLÉE (Joseph).

[CORSE] Département du Golo, partie de l'île de Corse – Département de Liamone, partie de l'île de Corse.

[Paris, Brion, 1799]. En deux feuilles de 170 x 215 et 167 x 212 mm.

L'une des toutes premières cartes des deux départements de la Corse, dressée par Louis Brion de La Tour pour le Voyage dans les départemens de la France, premier ouvrage de description de la France par départements, deux ans après leur création, et publié entre 1792 et 1803. À sa création le 4 mars 1790, la Corse ne formait qu'un seul département, divisé en 3 arrondissements. En 1793, elle fut divisée en deux départements, le Golo au nord, et le Liamone au sud. Cette scission en deux départements fut effective entre 1796 et 1811. Chacun était divisé en 3 arrondissements. Le Golo occupait une surface de 167 lieues quarrées (1 lieue carrée = 15 km2), et comptait 122 000 habitants, le Liamone, 156 lieues quarrées pour 108 000 habitants. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, trois autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1793 : le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792 ; le troisième département fut créé en 1793, lorsque le département du Rhône-et-Loire fut scindé en deux. Leur nombre augmentera au fil des années, jusqu'à atteindre 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, avec la partie nord finement aquarellée à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[BAGNÈRES-de-LUCHON] Carte de Cassini. Feuille n°76/141. Bagnères-de-Luchon.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 598 x 929 mm ; étiquette au dos portant le titre "Bagneres de Luchon" et le numéro en manuscrit.

Feuille n°76/141 de la carte de Cassini, couvrant la région de Bagnères-de-Luchon dans la Haute-Garonne. Elle est de dimensions plus grandes que les exemplaires classiques, car elle fait partie de ces cartes auxquelles on a joint une partie supplémentaire, correspondant à une zone frontière maritime ou terrestre. Les exemplaires de la Cassini de Bagnères-deLuchon avec cette partie ajoutée sont beaucoup plus rares, car elle est absente la plupart du temps. Elle s'étend au nord jusqu'à Arreau (Hautes-Pyrénées), au sud jusqu'à la frontière espagnole, à l'ouest jusqu'à Gavarnie (Hautes-Pyrénées), et à l'est jusqu'au Pic de la Mède et l'Étang d'Araing (appelé Lac d'Arcigne) dans l'Ariège. Les villes principales comme Bagnères-de-Luchon, Arreau, Ancizan ou Barèges, sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel et rare exemplaire magnifiquement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[BAYONNE] Carte de Cassini. Feuille n°139/101.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 933 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet, onglet de vélin renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°139/101 de la carte de Cassini, couvrant Bayonne et ses environs, dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle s'étend au nord jusqu'à Soustons (Landes), au sud jusqu'à Saint-Sébastien au Pays basque espagnol, et à l'ouest jusqu'à Dax, Sorde et Saint-Palais. L'Atlantique est décoré d'un vaisseau et d'une chaloupe. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[CAUTERETS] Carte de Cassini. Feuille n°179/142. Cauteres les bains.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 592 x 922 mm ; étiquette au dos portant le titre "Cauteres les bains" et le numéro en manuscrit, onglet de soie renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°179/142 de la carte de Cassini, couvrant la région de Cauterets dans le département des Hautes-Pyrénées et la Vallée d'Ossau dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle s'étend au nord jusqu'à Cauterets et Urdos (Pyrénées-Atlantiques), au sud jusqu'à Especières, à la frontière avec l'Espagne, et Saqués en Espagne, à l'ouest jusqu'à Aigues Tortes ou Aguas Tuertas en Espagne, et à l'est jusqu'à Sucugnac. La ville de Cauterets est signalée à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Bel et rare exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[DIGNE-les-BAINS] Carte de Cassini. Feuille n°153/145. Digne.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 927 mm ; étiquette au dos portant le titre "Digne" et le numéro en manuscrit, onglet de soie renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°153/145 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Digne-les-Bains, Manosque et Castellane dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle s'étend du nord au sud entre Thoard et Montpezat, et d'ouest en est entre Forcalquier et Annot. Les villes principales telles que Digne, Forcalquier, Moustiers, Riez ou Castellane, sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel exemplaire magnifiquement aquarellé à l'époque, rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[DIGNE-les-BAINS/VENCE] Cartes de Cassini. Feuilles n°145/153 et n°147/168.

Paris, [1756-1789]. En 36 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,60 x 1,58 m ; onglet de vélin renseigné du titre ; étiquette au dos.

Rare réunion de deux feuilles de la carte de Cassini, habilement cousues bout à bout à l'époque. Ces deux feuilles couvrent les environs de Digne-les-Bains, Manosque, Castellane, Entrevaux et Vence. Elles s'étendent au nord jusqu'à Thoard et Beauvezer, au sud jusqu'à Montpezat et Vence (8 km au nord de Saint-Paul-de-Vence), à l'ouest jusqu'à Forcalquier et à l'est jusqu'à Gattières, Aspremont et Châteauneuf-Villevieille appelée Châteauneuf. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[EMBRUN/GAP/BARCELONNETTE] Carte de Cassini. Feuille n°152/125. Embrun.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 594 x 925 mm ; étiquette au dos portant le titre "Embrun" et le numéro en manuscrit.

Feuille n°152/125 de la carte de Cassini, couvrant la région d'Embrun et de Gap dans le département des Hautes-Alpes, et de Barcelonnette dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle s'étend au nord jusqu'à Embrun, au sud jusqu'à Sisteron et Le Brusquet (Alpes-de-Haute-Provence), à l'ouest jusqu'à Savournon (orthographiée Savornon), et à l'est jusqu'à Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence). Les villes principales comme Embrun, Gap, Barcelonnette, Seyne ou Laragne, sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel et rare exemplaire finement colorié à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[EMBRUN/GAP/BARCELONNETTE] Carte de Cassini. Feuille n°152/125. Embrun.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 598 x 930 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Auvray, onglet de vélin renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°152/125 de la carte de Cassini, couvrant la région d'Embrun et de Gap dans le département des Hautes-Alpes, et de Barcelonnette dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle s'étend au nord jusqu'à Embrun, au sud jusqu'à Sisteron et Le Brusquet (Alpes-de-Haute-Provence), à l'ouest jusqu'à Savournon (orthographiée Savornon), et à l'est jusqu'à Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence). L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[FORT de BELLEGARDE] Carte de Cassini. Feuille n°176/133. Bellegarde.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 925 mm ; étiquette au dos portant le titre "Bellegarde" et le numéro en manuscrit.

Feuille n°176/133 de la carte de Cassini, couvrant les environs du Fort de Bellegarde, à proximité de la ville du Perthus, dans les Pyrénées-Orientales. Elle est de dimensions plus grandes que les autres Cassini, car elle fait partie de ces cartes auxquelles on a joint une partie supplémentaire, correspondant à une zone frontière maritime ou terrestre. La partie rajoutée ici permet d'élargir l'espace occupé par la Méditerranée. Les exemplaires de la Cassini de Bellegarde avec cette partie ajoutée sont beaucoup plus rares, car elle est absente la plupart du temps. Elle s'étend au nord jusqu'à Banyuls-sur-Mer (appelée Bagnols de Marende), au sud jusqu'à Sant Climent Sescebes (appelée Saint Clément Sasseba) et Llançà en Catalogne, et à l'ouest jusqu'à Agullana en Catalogne. Le Fort de Bellegarde et ses redoutes, ainsi que les villes de Sant Climent Sescebes et Llançà, sont signalés à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel et rare exemplaire magnifiquement aquarellé à l'époque, avec la Méditerranée également aquarellée.

CASSINI de THURY (César-François).

[NARBONNE] Carte de Cassini. Feuille n°58/109. Narbonne.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 596 x 927 mm ; étiquette au dos portant le titre "Narbonne" et le numéro en manuscrit.

Feuille n°58/109 de la carte de Cassini, couvrant Narbonne et ses environs dans l'Aude, levée et gravée par Jean-Louis Dupain-Triel. Elle s'étend au nord jusqu'à Béziers (Hérault), Agde et l'étang de Thau (Hérault), au sud jusqu'à Treilles et Castelmaure, et à l'ouest jusqu'à Gasparet. Les villes principales comme Sigean, Narbonne, Béziers ou Agde, sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel exemplaire magnifiquement aquarellé à l'époque, avec la Méditerranée également aquarellée à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[PERPIGNAN] Carte de Cassini. Feuille n°59. Perpignan.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 588 x 925 mm ; étiquette au dos portant le titre "Perpignan" et le numéro en manuscrit, onglet de soie renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°59 de la carte de Cassini, couvrant Perpignan et ses environs proches dans les Pyrénées-Orientales, avec les Étangs de Saint-Nazaire et de Leucate. Elle est de dimensions plus grandes que les exemplaires classiques, car elle fait partie de ces cartes auxquelles on a joint une partie supplémentaire, correspondant à une zone frontière maritime ou terrestre. La partie rajoutée ici permet d'élargir l'espace occupé par la Méditerranée. Les exemplaires de la Cassini de Perpignan avec cette partie ajoutée sont beaucoup plus rares, car elle est absente la plupart du temps. Elle s'étend au nord jusqu'à Leucate (Aude), au sud jusqu'à Banyuls-sur-Mer (appelée Port de Bagnols), et à l'ouest jusqu'à Baho et Le Boulou. Les villes principales comme Perpignan, Rivesaltes, Argelès ou Collioure, ainsi que le Fort Saint Elme, sont aquarellés en rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel exemplaire magnifiquement aquarellé à l'époque, rare dans de tels coloris. Très rare exemplaire avec la Méditerranée également aquarellée à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[PUIGCERDÀ/PRATS-de-MOLLO] Carte de Cassini. Feuille n°177/149. Puigcerdà.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 925 mm ; étiquette au dos portant le titre "Puycerda" et le numéro en manuscrit, onglet de soie renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°177/149 de la carte de Cassini, couvrant la région frontalière franco-espagnole, avec les villes de Puigcerdà en Catalogne (Espagne) et Prats-de-Mollo, dans les Pyrénées-Orientales. Elle est de dimensions plus grandes que les exemplaires classiques, car elle fait partie de ces cartes auxquelles on a joint une partie supplémentaire, correspondant à une zone frontière maritime ou terrestre. La partie rajoutée ici permet d'agrandir la carte, mais elle est a été laissée en blanc. Les exemplaires de la Cassini de Puigcerdà avec cette partie ajoutée sont beaucoup plus rares, car elle est absente la plupart du temps. Elle s'étend à l'ouest jusqu'à Puigcerdà et Seneges ou Saneja, à l'est jusqu'à Lavajol (appelée L'Abajols) et Sant Llorenç de la Muga (St Laurent de la Mouga) en Espagne, et au nord jusqu'à Reynes et Amélie-les-Bains (simplement appelée les Bains) en France. Les villes principales comme Puigcerdà, Llívia, Saint-Laurent-de-Cerdans, Arles-sur-Tech ou Maçanet de Cabrenys (Massanet), sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel exemplaire dans de brillants coloris de l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[SAINT-JEAN-PIED-de-PORT] Carte de Cassini. Feuille n°140/105. St Jean Pied de Port.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 925 mm ; étiquette au dos portant le titre "St Jean pied de port" et le numéro en manuscrit.

Feuille n°140/105 de la carte de Cassini, couvrant Saint-Jean-Pied-de-Port et ses environs, dans les Pyrénées-Atlantiques, à la frontière avec l'Espagne. Elle s'étend au nord jusqu'à Armendarits (orthographiée Armendaritz), au sud jusqu'à l'abbaye de Ronceveaux et la forêt d'Irati en Navarre, à l'ouest jusqu'à Bera (Navarre), et à l'est jusqu'à Ostabat et Saint-Just. Les villes de Saint-Jean-Pied-de-Port et d'Ostabat sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel exemplaire dans de brillants coloris de l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[TARASCON-sur-ARIÈGE/ANDORRE-la-VIEILLE] Carte de Cassini. Feuille n°40/140. Tarascon-sur-Ariège.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 928 mm ; étiquette au dos portant le titre "Tarascon" et le numéro en manuscrit.

Feuille n°40/140 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Tarascon-sur-Ariège, dans le département de l'Ariège. Elle s'étend au nord jusqu'à Rieuprégon (orthographiée Riupregoun), au sud jusqu'à Andorre-la-Vieille, capitale de l'Andorre, à l'ouest jusqu'à Sentein, et à l'est jusqu'à Ax-les-Thermes. Les villes principales comme Tarascon, Cabannes, Vicdessos, Montferrier ou Seix, sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel et rare exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[VENCE/ENTREVAUX] Carte de Cassini. Feuille n°166/147. Vence.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 589 x 924 mm ; étiquette au dos portant le titre "Vence" et le numéro en manuscrit, onglet de soie renseigné du numéro de la feuille.

Feuille n°166/147 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Vence dans le département des Alpes-Maritimes, et d'Entrevaux, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle a été gravée par Aldring. Elle est de dimensions plus grandes que les exemplaires classiques, car elle fait partie de ces cartes auxquelles on a joint une partie supplémentaire, correspondant à une zone frontière maritime ou terrestre. Elle s'étend au nord jusqu'à Aurent (orthographiée Aurant, Alpes-de-Haute-Provence), au sud jusqu'à Vence, La Gaude et Gourdon, et à l'ouest jusqu'à Le Prignolet (orthographiée Le Prignoulet). Les villes de Vence, Roquestéron (appelée La Roque Estéron) et Entrevaux, sont signalées à l'aquarelle rouge. Les routes et chemins sont aquarellés en jaune. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Très bel et rare exemplaire finement colorié à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[LE PUY-en-VELAY] Carte du diocèse du Puy.

[1781]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 983 x 964 mm.

Rare carte du diocèse du Puy-en-Velay provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Quelques rousseurs claires.

CHAPUIS;

RODEZ (Aveyron).

Paris Benard circa 1850 217 x 298 mm.

Estampe figurant la ville de Rodez, lithographiée par Leborne d'après un croquis de Chapuy. Bel exemplaire.

CHARPENTIER (A.).

[LOZÈRE] Carte routière et hydrographique du département de la Lozère.

1878. En 48 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,17 x 1,04 m, sous chemise et étui portant le titre en lettres dorées sur le premier plat et au dos.

Rare carte murale figurant le réseau hydrographique et routier du département de la Lozère, dressée par le service vicinal sous l'administration de Frédéric Armand d'Etchégoyen et de Félix Granet, successivement préfets de la Lozère entre 1876 et 1879, et sous la direction de Charpentier, agent-voyer en chef. Elle montre les limites des départements, d'arrondissements, de cantons et des communes, les chemins de fer, tunnels, viaducs, routes nationales et départementales, les chemins, les voies forestières, les fleuves, canaux, les marais et tourbières, les bureaux de poste et télégraphes, les moulins à eau et à vent, les forges, usines, fonderies et autres manufactures, et les eauxc thermales et minérales. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

CHÉREAU (Jacques);

Marseille, ville et port fameux en Provence.

Paris Chéreau 1760 circa 342 x 512 mm.

Superbe vue cavalière du port et de la ville de Marseille, accompagnée d'une table numérotée renvoyant aux principaux bâtiments de la ville. Dynastie célèbre de graveurs et marchands d'estampes, les Chéreau furent actifs au XVIII° siècle. Jacques Chéreau, dit Chéreau le jeune, naquit à Blois en 1688. C'est auprès de son frère François Chéreau qu'il apprit le métier de graveur. Avec un fonds de plus de 3 000 planches gravées, il fut l'un des graveurs, éditeurs et marchands d'estampes les plus prolifiques de son époque. Quelques légendes partiellement effacées. Très bel exemplaire à grandes marges.

CLUVER (Philippe);

[PROVENCE] Alpium Cottiarum maritimarum.

207 x 270 mm.

Carte de la Provence gravée par Henry Le Roy. Contours aquarellés à l'époque. Bel exemplaire. Rare.

COLMARS. MANUSCRIT.

Plan de Colmars.

[circa 1750]. En deux feuilles jointes de 395 x 600 mm.

Plan manuscrit, encre et aquarelle, de la ville et des fortification de Colmars, au confluent du Verdon et de la Lance, dans les Alpes-de-Haute-Provence, portant le détail des rues de la ville, du tracé de son enceinte fortifiée, et des deux bastions qui la défendent (le fort Saint-Martin ou fort de Savoie et le fort du Calvaire ou fort de France). Des numéros sur le plan renvoient à une légende sur la gauche du plan donnant le nom de tous les ouvrages militaires. À l'extérieur de la ville sont figurés les cours d'eau, les zones rocheuses, les chemins et les parties cultivées. La petite ville de Colmars, située près de la frontière avec le duché de Savoie, fut une place royale dès 1593. L'enceinte a été construite vers 1690 d'après les plans de l'ingénieur Niquet, et les deux forts ont été construits, à la même époque, par Guy Creuzet de Richerand, directeur des fortifications du Dauphiné. Bien que le traité d'Utrecht de 1713, qui rattacha la vallée de l'Ubaye à la France, l'eut éloignée de la frontière avec la Savoie, la ville de Colmars demeura une place forte jusqu'en 1860. L'échelle est en toises. Trace de pliure. Marges écornées avec de petits manques n'affectant pas le dessin.

COMBET (Emile). MANUSCRIT.

Carte routière de quelques communes du canton de St Germain de Calberte en grande partie.

[circa 1790]. 524 x 400 mm, sur papier bleuté.

Carte manuscrite, à l'encre brune, de la majeure partie du canton de Saint-Germain-de-Calberte en Lozère, portant les routes, les rivières et les villages désignés par de petites maisons, différentes en fonction de leur importance. Les limites des communes sont tracées en pointillés surlignés de jaune. La carte ne comprend pas les parties est ou ouest des communes de Saint-Julien-des-Points, Saint-Martin-de-Lansuscle et Moissac-Vallée-Française, mais elle contient la commune de Saint-Frézal-de-Ventalon au nord qui ne fait pas partie du canton. L'échelle est en lieues et en toises. Le titre est inscrit au dos. Les pliures ont été anciennement doublées; très petits manques au centre de la carte; mouillures et tâches brunes.

DELAMARE (F.).

[BAGNÈRES-de-BIGORRE] Nouveau plan de Bagnères-de-Bigorre.

Bagnères, chez les principaux Libraires et M.ds d'Estampes, [circa 1850]. 425 x 498 mm.

Très rare plan de la ville de Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées, gravé par F. Delamare et publié vers 1850 à Bagnères, et par Logerot à Paris. En bas à droite figure un plan topographique des environs de Bagnères, au-dessus, une notice sur la ville. Très rare exemplaire finement aquarellé à l'époque, et très rare édition comportant une légende des couleurs en partie imprimée et en partie manuscrite. La légende manuscrite indique que les routes impériales sont coloriées en rouge, et les routes départementales en violet. La légende imprimée indique que les eaux thermales sont aquarellées en bleu : Grand Établissement Thermal, Bains de Bellevue, Bains du Petit et du Grand Versailles, Bains Charles, Bains Arqué, Bains de Lasserre, Hôtel Frascati et Bains de la Guthière, etc ; les monuments publics en rouge : Prison Cellulaire, Gendarmerie, Église St Vincent, Théâtre, etc ; et les manufactures en bistre : Marbrerie de Mr. Géruzet (marbrerie fondée en 1829 par Aimé Géruzet, et qui fut l'une des plus importantes de France jusqu'en 1880), Tournerie d'Objets en Buis, Papeterie Mécanique, Hôtel du Grand Soleil, Hôtel de Paris, Scierie Mécanique, Imprimerie et Librairie, sans oublier le Marchand de Cartes et Estampes qui a très certainement publié ce plan, et qui se trouvait Allée des Platanes. Il existe une autre édition sans cette légende, publiée en 1852 (Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, Juillet 1852, p. 428, n°66). C'est cette édition sans légende des couleurs que nous avons trouvée à la BnF (exemplaire en noir et blanc). L'exemplaire de la Médiathèque de Bagnères possède un exemplaire aquarellé comme le nôtre (à l'exception du plan topographique), mais sans la légende/explication des trois couleurs. Ce sont les deux seuls exemplaires que nous avons localisés. Bon exemplaire aquarellé à l'époque, anciennement replié. La marge inférieure ayant été coupée, il manque la ligne mentionnant l'éditeur parisien Logerot.

DEPOT de la GUERRE.

[PROVENCE] Marseille.

Paris, 1875. 525 x 820 mm.

Très grande carte gravée figurant les côtes du sud de la France entre Sète et Saint-Tropez, dressée d'après la carte topographique au 80,000ème levée par les officiers du Corps d'Etat-Major et publiée par le Dépôt de la Guerre. Echelle en mètres, lieux et toises. Bel exemplaire.

DEROY (Isidore).

[MARSEILLE] Vue générale de Marseille - Vista general de Marsella.

Paris et New-York, L. Turgis J.ne, [vers 1870]. 375 x 497 mm.

Belle vue à vol d'oiseau du Vieux-Port et de la ville de Marseille, dessinée, lithographiée et finement coloriée à l'époque par Isidore Deroy. La vue est prise depuis l'ouest, avec au premier plan, surplombant le Vieux-Port, le fort Saint-Nicolas, puis la basilique Notre-Dame de la Garde ; sur la gauche, le palais du Pharo. Dans le fond, on distingue le Palais Longchamp, inauguré en 1869. Isidore Deroy (1797-1886) était un peintre, aquarelliste et lithographe français. Il fut l'élève de Louis-François Cassas, et exposa à plusieurs reprises au Salon de peinture et de sculpture. Bel exemplaire finement colorié à l'époque. Deux déchirures restaurées. Catalogue du fonds de L. Turgis et fils, éditeurs d'estampes et d'imagerie religieuses : année 1893, p. 52.

DEROY (Isidore);

Vue de Nice prise du chemin de Mont-Alban - Vista de Niza tomada del camino de Monte-Albano.

Paris L. Turgis circa 1850 380 x 501 mm.

Belle vue dessinée et lithographiée par Deroy, finement aquarellée à l'époque. Titre en français et en espagnol. Bel exemplaire.

DESNOS (Louis-Charles).

[PROVENCE] Le Comté de Provence et le Comtat Venaissin.

Paris, C.L. Desnos, 1772. 436 x 561 mm.

Belle carte figurant l'ancien fief du Comté de Provence et le Comtat Venaissin. Elle s'étend entre Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue, ici appelée Les Maries ou N.D. de la Mer, et Vintimille en Italie. Elle est ornée d'une rose des vents et d'un cartouche de titre décoré en tête des armoiries du Dauphiné. Le Comtat Venaissin figure ici hors des frontières du Comté de Provence. Cédé à la papauté en 1274, il sera repris par la France en 1791. Editeur parisien de la seconde moitié du dix-huitième siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DESNOS (Louis-Charles) & FER (Nicolas de).

Les frontières de France et d'Espagne tant deça que de là les Monts Pirénées.

Paris, Desnos, 1792. 498 x 603 mm.

Très belle carte figurant les régions situées à la frontière franco-espagnole. La partie espagnole couvre la Haute Navarre, le royaume d'Aragon et la Catalogne jusqu'au royaume de Valence. Les cols, ports, pertuis et autres passages intérieurs de la montagne sont indiqués. L'échelle en "Dix heures de chemin" et en "Six lieües de Catalogne" est contenue dans un cartouche architectural décoré en tête d'une sphère armillaire. La première édition fut publiée par Nicolas de Fer en 1694, puis elle fut revue et corrigée par Desnos en 1792. Très bel exemplaire avec les terres et la mer finement aquarellées à l'époque. Rare édition par Desnos. Imago Cataloniæ, p. 126 (édition de de Fer).

DHEULLAND (Guillaume);

[CASTELLANE/ANTIBES] Environs de Castellane, et Antibes.

Paris 1748 227 x 308 mm.

Belle carte gravée des environs de Castellane, Briançonnette, Antibes et Nice, issue du Théâtre de la guerre en Italie. Contours aquarellés à l'époque. Etat parfait.

DONNADEI & SORBIER. MANUSCRIT.

Plan de la ville d’Embrun.

Briançon, 1771. 444 x 730 mm.

Magnifique plan manuscrit de la ville d'Embrun Très beau plan aquarellé de la ville d’Embrun, dans les Hautes-Alpes. Y sont figurés l’enceinte fortifiée avec ses bastions, portes et poterne, les magasins à poudre, les casernes, les latrines, le plan de la ville avec les principaux bâtiments et les jardins. Des chiffres et des lettres renvoient à une légende placée sur la droite du dessin, indiquant les bâtiments religieux et militaires. À l’extérieur de l’enceinte sont dessinés les fossés, les champs, les chemins, les cours d’eau et les falaises. Sous le titre figure la mention "Fait à Briançon le 15e octobre 1771" avec la signature "Donnadei". Ce dernier était ingénieur en chef dans l'artillerie à Briançon. Sous la légende en bas à droite figure la mention "dessiné par Sorbier, ingénieur ordinaire du roi". Très bel état de conservation, coloris très frais, encadré.

DONNET (Alexis) & FRÉMIN (Antoine-Rémy).

[GERS] Département du Gers.

Paris, Dusillion, 1841. 531x 655 mm.

Belle et grande carte du département du Gers, issue de l'Atlas géographique et statistique des départemens de la France, approuvé par le Ministère de l'Instruction Publique le 2 mars 1841, pour son usage dans les collèges royaux, les écoles normales primaires, et les écoles primaires supérieures. Elle a été dressée par Alexis Donnet, revue et rectifiée par Ernest Grangez, et gravée sur acier par les frères Malo. Elle est ornée des armoiries et d'une vue de la ville d'Auch, préfecture du département. Elle est accompagnée d'un texte portant sur la division, l'administration, l'agriculture, l'industrie, le commerce, les monuments, les antiquités, et les hommes célèbres du département. Le département du Gers a été créé le 28 janvier 1790, et divisé en 5 arrondissements et 53 cantons. Alexis Donnet était un ingénieur-géographe attaché au Cadastre de la France. Élève de Bacler d'Albe, il fut à l'origine d'une abondante œuvre cartographique souvent rééditée. À ses cartes de France et des environs de Paris s'ajoutent des cartes de l'Italie et de la péninsule ibérique, et des cartes concernant les nouvelles lignes de chemins de fer. Antoine-Rémy Frémin était un géographe attaché au Dépôt général de la Guerre. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DONNET (Alexis) & FRÉMIN (Antoine-Rémy).

[LOT] Département du Lot.

Paris, Dusillion, 1841. 530x 658 mm.

Belle et grande carte du département du Lot, issue de l'Atlas géographique et statistique des départemens de la France, approuvé par le Ministère de l'Instruction Publique le 2 mars 1841, pour son usage dans les collèges royaux, les écoles normales primaires, et les écoles primaires supérieures. Elle a été dressée par Alexis Donnet, et est ornée des armoiries et d'une vue de la ville de Cahors, préfecture du département. Elle est accompagnée d'un texte portant sur la division, l'administration, l'agriculture, l'industrie, le commerce, les monuments, les antiquités, et les hommes célèbres du département. Le département du Lot a été créé le 29 janvier 1790, et divisé en 3 arrondissements et 29 cantons. Alexis Donnet était un ingénieur-géographe attaché au Cadastre de la France. Élève de Bacler d'Albe, il fut à l'origine d'une abondante œuvre cartographique souvent rééditée. À ses cartes de France et des environs de Paris s'ajoutent des cartes de l'Italie et de la péninsule ibérique, et des cartes concernant les nouvelles lignes de chemins de fer. Antoine-Rémy Frémin était un géographe attaché au Dépôt général de la Guerre. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DONNET (Alexis) & FRÉMIN (Antoine-Rémy).

[PYRÉNÉES-ORIENTALES] Département des Pyrénnées-Orientales.

Paris, Dusillion, 1841. 538x 663 mm.

Belle et grande carte du département des Pyrénées-Orientales, issue de l'Atlas géographique et statistique des départemens de la France, approuvé par le Ministère de l'Instruction Publique le 2 mars 1841, pour son usage dans les collèges royaux, les écoles normales primaires, et les écoles primaires supérieures. Elle a été dressée par Alexis Donnet, revue et rectifiée par Ernest Grangez, et gravée sur acier par Abel Malo. Elle est ornée des armoiries et d'une vue de la ville de Perpignan, préfecture du département. Elle est accompagnée d'un texte portant sur la division, l'administration, l'agriculture, l'industrie, le commerce, les monuments, les antiquités, et les hommes célèbres du département. Le département des Pyrénées-Orientales a été créé le 9 février 1790, et divisé en 3 arrondissements et 17 cantons. Alexis Donnet était un ingénieur-géographe attaché au Cadastre de la France. Élève de Bacler d'Albe, il fut à l'origine d'une abondante œuvre cartographique souvent rééditée. À ses cartes de France et des environs de Paris s'ajoutent des cartes de l'Italie et de la péninsule ibérique, et des cartes concernant les nouvelles lignes de chemins de fer. Antoine-Rémy Frémin était un géographe attaché au Dépôt général de la Guerre. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DUFOUR (Auguste-Henri).

[VAR] Département du Var.

Paris, Maison Bouasse-Lebel et ancienne Maison Basset réunies, [circa 1860]. 533 x 753 mm.

Belle et grande carte du département du Var, issue de l'Atlas départemental de la France, et accompagnée d'une notice statistique comprenant notamment les productions naturelles et industrielles, et d'une notice historique. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DURET (Pierre-Jacques) & JOULLAIN & AULAGNIER.

[MARSEILLE] Vue et perspective de la ville de Marseille et ses environs, prise du côté de la belle vue de la plaine St. Michel. Dediée à S A.S. Mgr. le duc de Penthièvre Grand Amiral de France.

Paris, [1751]. En cinq feuilles jointes et entoilées de 0,86 x 2,85 m.

Très rare et spectaculaire panorama de la ville et du port de Marseille, publié à Paris au milieu du XVIIIe siècle. Il a été gravé par Pierre Jacques Duret sous la direction de M. Le Bas, graveur pour le Cabinet du Roi (Le buriniste Duret était un élève de Le Bas et peut-être apparenté à Le Bas lui-même, puisque l'épouse de ce dernier était née Duret). Les trois éditeurs parisiens sont Joullain, Quay de la Mégisserie à la Ville de Rome, Hochereau l'Ainé, Libraire, Quay et attenant le Caffé de Conti, vis à vis la descente du Pont Neuf au Phenix, et les Srs Aulagnier et Compagnie, Négocians, rue Quincampoix. Au bas du panorama figure une description géographique et historique de la ville de Marseille depuis sa fondation jusqu'au règne de Louis XIV, et une table de renvois (1-53) des monuments et lieux les plus remarquables. Il est décoré d'un cartouche de titre orné des armes de France, et dans le ciel, de l'Allégorie de la Renommée avec plusieurs génies portant les armoiries de Marseille. Ce panorama est vendu par souscription en avril 1751 "chez MM. Aulagnier & Compagnie négocians, rue Quinquampoix à Paris", & "chez M. Le Bas, rue de la Harpe, face à la rue Percée à Paris". Il est vendu en cinq feuilles sur papier Royal dit "Grand Aigle" mais également collé sur toile. Plusieurs artistes ont collaboré à la réalisation de cette vue qui a débuté deux ans auparavant. En novembre 1751, la vue est en vente au prix de 18 livres chez Joullain et les Sieurs Aulagnier. Le Journal historique sur les matières du tems de mai 1751 fait l'annonce suivante: "On donnera au Public vers la fin du mois de Juillet prochain, ou d'Août au plûtard, la vûe & la perspective de toute la Ville de Marseille & de ses environs. Cet ouvrage se grave sous la direction du Sieur Le Bas, Graveur du Cabinet du Roy, chez lequel on a exécuté les Fêtes données à Strasbourg. Cette vûe a été levée très-exactement sur les lieux par un habile Dessinateur en ce genre, qui a observé le point de vûe le plus gratieux & le plus favorable. Cette vûe a été prise du côté de la Plaine de S. Michel ; elle comprend depuis l'extrémité du Cap Colonne, jusqu'au Cap Cecie ; ce qui présente tout le Golphe & l'étendue de la rade des Isles voisines, & du Port. On distingue aisément dans cette projection les Maisons remarquables, comme la Maison de Ville, l'Arcenal, les Paroisses & Couvens désignés par des Lettres de renvoi. On n'a rien oublié pour rendre cet ouvrage parfait. Sur les nuages au-dessus du milieu de cette vûe, est une Renommée avec plusieurs Génies portant les armes de la Ville ; au bas est un Cartouche portant la Dédicace à Monseigneur le Duc de Penthiévre, Grand Amiral de France, & accompagné de plusieurs Emblêmes. Les Souscriptions de cette vûe ont été ouvertes le premier du mois d'Avril dernier chez MM. Aulagnier & Compagnie négocians, rue Quinquampoix à Paris, & chez M. le Bas, rue de la Harpe, vis-à-vis la rue Percée à Paris. Elles seront fermées à la fin du mois d'Août prochain. Ceux qui souscriront obtiendront cet ouvrage à 12 liv. en cinq belles épreuves en blanc, sur du papier Royal dit grand Aigle ; on le vendra dans le public 18 liv. en blanc, & sur le même papier pour les personnes qui la souhaiteront colée sur toile sans gorge 21 liv. avec gorge noire 30 liv. & avec gorge dorée 42 liv. Cette vûe a huit pieds & demi de long sur deux & demi de hauteur, on se flatte que le Public la recevra favorablement. On a employé les plus habiles Artistes dans toutes les parties de l'ouvrage qui est commencé depuis deux ans, & M. le bas qui est à la tête de cet ouvrage est un sur garant de la perfection de ce morceau de gravûre." En novembre 1751, le même Journal historique sur les matières du tems fait l'annonce suivante : "On débite actuellement à Paris chez Le Bas, Graveur du Cabinet du Roi, rue de la Harpe, vis-à-vis la rue Percée ; chez Joullain, Quay de la Mégisserie ; chez Hochereau l’aîné, libraire à la descente du Pont-Neuf, & chez Messieurs Aulagnier, Négociant rue Quincanpoix, la vue & perspective de Marseille, annoncée au public par souscription. Le prix est de 18 liv. en blanc, en cinq belles feuilles, Papier Royal." Belle impression contrastée et très bonne condition pour une gravure de ce format. Coin inférieur gauche manquant refait et soigneusement redessiné (7 x 9 cm), déchirure à gauche de 20 cm et deux déchirures à droite (6 et 2 cm) dans la gravure, restauration dans le ciel en partie supérieure entre la 4ème et la 5ème feuille. Suite de la Clef, ou Journal historique sur les matieres du tems, 1751, Tome LXIX, pp. 345-346, et tome LXX, p. 350.

DÉPÔT de la GUERRE.

CORSE.

1884. 865 x 529 mm.

Très grande carte de la Corse, dressée d'après la carte topographique au 80,000ème levée par les officiers du Corps d'État-Major et publiée par le Dépôt de la Guerre en 1884. Échelle en mètres, lieues et toises. Traces légères de pliures, petites déchirures marginales, verso partiellement empoussiéré.

DÉPÔT de la MARINE.

[CÔTE d'AZUR/BANDOL/SANARY-sur-MER] Côtes de France : Départemens des Bouches du Rhône et du Var, depuis Cassis jusqu'au Cap Sicié.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1792. 402 x 573 mm.

Belle carte détaillée des côtes entre Cassis et le Cap Sicié, avec les villes de La Ciotat, Bandol, Sanary-sur-Mer, appelée Senary ou St. Nazaire, et l'île des Embiez. La carte a été dressée d'après plusieurs plans levés par l'ingénieur géographe Jean-Joseph Verguin en 1743, et par les ingénieurs des Camps et Armées en 1777 et 1778. Petites salissures et déchirures dans les marges, sinon bel exemplaire.

DÉPÔT de la MARINE.

[CÔTE d'AZUR/ÎLES d'HYÈRES] Carte de la rade et des îles d'Hyères.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1792. 565 x 852 mm.

Belle et grande carte détaillée des côtes du Var entre la presqu'île de Giens et la plage de Cavalaire-sur-Mer, avec les îles de Porquerolles, de Port-Cros et du Levant, également appelée île du Titan. La carte a été dressée d'après les opérations géodésiques de l'ingénieur hydrographe Jean-Joseph Verguin. Petites salissures et déchirures dans les marges, sinon bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[CAMARGUE] Carte des côtes méridionales de France. Partie comprise entre Cette et Marseille.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1867-1889. 618 x 980 mm.

Grande et belle carte marine des côtes du Languedoc, de la Camargue et des Bouches-du-Rhône, entre l'Étang de Thau et Marseille. La carte s'étend au nord jusqu'au massif des Alpilles, appelé Montagnes des Alpines. Les feux et phares sont aquarellés en jaune avec un point rouge. Les profondeurs marines sont exprimées en mètres. Bel exemplaire.