548 résultats

CHÉREAU (Jacques);

Lyon, ville capitale de la province et du gouvernem.t général du Lyonois.

Paris Chéreau 1760 circa 340 x 512 mm.

Superbe vue cavalière de la ville de Lyon, accompagnée d'une table numérotée renvoyant aux principaux lieux et monuments. Dynastie célèbre de graveurs et marchands d'estampes, les Chéreau furent actifs au XVIII° siècle. Jacques Chéreau, dit Chéreau le jeune, naquit à Blois en 1688. C'est auprès de son frère François Chéreau qu'il apprit le métier de graveur. Avec un fonds de plus de 3 000 planches gravées, il fut l'un des graveurs, éditeurs et marchands d'estampes les plus prolifiques de son époque. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Marseille, ville et port fameux en Provence.

Paris Chéreau 1760 circa 342 x 512 mm.

Superbe vue cavalière du port et de la ville de Marseille, accompagnée d'une table numérotée renvoyant aux principaux bâtiments de la ville. Dynastie célèbre de graveurs et marchands d'estampes, les Chéreau furent actifs au XVIII° siècle. Jacques Chéreau, dit Chéreau le jeune, naquit à Blois en 1688. C'est auprès de son frère François Chéreau qu'il apprit le métier de graveur. Avec un fonds de plus de 3 000 planches gravées, il fut l'un des graveurs, éditeurs et marchands d'estampes les plus prolifiques de son époque. Quelques légendes partiellement effacées. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Paris, Lutetia, Parisii, ville capitale du royaume de France et la principale de l'Europe.

336 x 513 mm.

Superbe vue cavalière de Paris, publiée par Jacques Chéreau à Paris rue St Jacques au Coq, vers 1760. Cette vue reprend celle de Pierre Aveline (Boutier, 117) postérieure à 1674, elle-même reprise de Merian (Boutier, 49). Paris est vu depuis la colline de Belleville. Avec légendes de 1 à 78 et de A à Z. Dynastie célèbre de graveurs et marchands d'estampes, les Chéreau furent actifs au XVIII° siècle. Jacques Chéreau, dit Chéreau le jeune, naquit à Blois en 1688. C'est auprès de son frère François Chéreau qu'il apprit le métier de graveur. Avec un fonds de plus de 3 000 planches gravées, il fut l'un des graveurs, éditeurs et marchands d'estampes les plus prolifiques de son époque. Très bel exemplaire à grandes marges. Inconnu à Boutier.

CHÉREAU (Jacques);

Roüen.

Paris Charpentier 1760 circa 343 x 510 mm.

Belle vue panoramique de Rouen, accompagnée d'une description de six lignes et de 25 légendes. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Veue de la cour des fontaines de Fontaine Beleau.

Paris Chéreau 1760 circa 367 x 484 mm.

Vue du château de Fontainebleau, d'après Israel Silvestre. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Veuë et perspective du Pont Neuf à Paris.

Paris Chéreau 1760 circa 335 x 515 mm.

Vue animée du Pont Neuf avec la statue équestre d'Henri IV, à gauche l'hôtel de Conti et le Collège des Quatre Nations, à droite le Louvre et les Tuileries. Plus ancien pont de Paris, le Pont Neuf, qui servait de communication directe entre la Cité et les deux autres quartiers de la ville, était dès son origine la promenade publique la plus fréquentée et la plus variée de Paris. Avec 20 légendes, dont les 11 à 13 légèrement effacées. Bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Veûe et perpectives du portail de Notre Dame.

Paris Chéreau 1760 circa 352 x 508 mm.

Vue de la façade principale de Notre-Dame. Jusqu'au XVIII° siècle, le parvis restera une petite place du Moyen-Age bordée de maisons, d'échoppes et des anciens bâtiments de l'Hôtel-Dieu que l'on voit ici sur la droite. Avec texte de 4 lignes. Bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Veüe du chasteau de Meudon du côté de l'entré.

Paris Charpentier 1760 circa 336 x 516 mm.

Avec table de 5 légendes et 4 lignes de description. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Veüe et perspective en général du château royal de Vincenes, du côté du parc à une lieüe de Paris.

Paris Charpentier 1760 circa 333 x 511 mm.

Belle vue générale du château de Vincennes, animée au premier plan de nombreux soldats. Avec table de 7 légendes. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Vue de Caen, ville capitale de la Basse Normandie.

Paris Chéreau 1760 circa 383 x 525 mm.

Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Vue et perspective de la ville de Paris prise du Pont Royal.

Paris Chéreau 1760 circa 365 x 590 mm.

Vue prise du pont de la Concorde, à gauche le Louvre, à droite le quai des Théatins, du nom des religieux italiens qui y avaient établi leur couvent, renommé quai Voltaire en 1791, et le Collège des Quatre Nations. On peut voir également le quai des Morfondus aujourd'hui quai de l'Horloge, ou encore le quai de la Ferraille, aujourd'hui quai de la Mégisserie. Sous la vue figurent 10 lignes en français et en latin à la gloire des monuments représentés, séparées par les armoiries de France, avec 34 légendes également dans les deux langues. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Jacques);

Vüe et perspective du château de Chantilly du côté de la cour.

Paris Charpentier 1760 circa 340 x 510 mm.

Vue du château de Chantilly d'après Aveline. Très bel exemplaire à grandes marges.

CHÉREAU (Veuve).

[NAPOLÉON] Bivouac des troupes russes aux Champs Elisées à Paris au 31 mars 1814.

Paris, Ve Chéreau, [circa 1814]. 285 x 378 mm.

Belle estampe illustrant l'occupation de Paris par les troupes russes d'Alexandre Ier le 31 mars 1814. L'arrivée des troupes russes à Paris marqua la fin de la Campagne de France, au cours de laquelle Napoléon tenta d'éviter l'invasion de la France et de conserver son trône. Paris capitula le 30 mars 1814, Napoléon abdiqua le 6 avril et partit en exil sur l'île d'Elbe. Bon exemplaire aquarellé à l'époque.

CLUVER (Philippe);

[PROVENCE] Alpium Cottiarum maritimarum.

207 x 270 mm.

Carte de la Provence gravée par Henry Le Roy. Contours aquarellés à l'époque. Bel exemplaire. Rare.

COMMISSION des PHARES;

[PHARES] Carte des phares des côtes de France.

1876 En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 743 x 992 mm montée dans une reliure en demi-chagrin vert de l'époque.

Intéressante carte figurant les emplacements des phares situés le long des côtes françaises, ainsi qu'une partie des côtes anglaises, espagnoles et italiennes. Elle a été dressée en 1876 par la Commission des phares, commission française qui mit en place le programme de signalisation du littoral français. La Commission des phares fut créée au printemps 1811 par le comte Molé, alors directeur général des Ponts-et-Chaussées. La légende de la carte donne une classification des phares qui sont divisés en cinq catégories : phare à feu fixe, phare à éclipse, phare à feu varié par des éclats, phare à feu fixe blanc varié par des éclats colorés, et fanal ou feu de port. Bon exemplaire. Reliure usagée.

CORNIC (Charles). MANUSCRIT.

[Carte de la baie de Morlaix].

[circa 1794]. 583 x 720 mm.

Belle copie manuscrite, à l'encre de Chine avec rehauts d'aquarelle, du plan de la baie de Morlaix, dans le Finistère, dressé, dès 1766, par le capitaine Charles Cornic, mais qui ne fut gravé qu'en 1793. Il comprend la région limitée par la pointe de Primel au nord-est, l'île de Siec au nord-ouest, et l'embouchure du Dourduff avec la rivière de Morlaix au sud. Sur les terres sont figurés les bâtiments visibles de la mer et pouvant servir de repères : les clochers des villages dont ceux de Saint-Paul-de-Léon (la Grande Tour qui est en fait le clocher de Notre-Dame de Kreisker, le plus haut de Bretagne avec ses 78 mètres, les deux tours de la cathédrale Saint-Paul, et les Ursulines), la tour de la Lande (actuellement le phare de la Lande, sur une hauteur de la rive ouest de la baie), un moulin près de Plougasnou, et plusieurs maisons et lieux-dits. La partie marine de la baie porte les îles de Batz, de Callot, Verte, aux Dames..., le château du Taureau, la tour de Duon, et détaille et nomme les nombreux îlots et rochers qui découvrent à marée basse. Quelques profondeurs d'eau sont mentionnées entre l'île de Batz et la côte. Neuf navires de guerre portant le drapeau français tricolore et se dirigeant vers le port de Morlaix complètent ce beau dessin. La carte est orientée et la traditionnelle fleur de lis indiquant le nord a été remplacée par un bonnet phrygien ; l'échelle est en lieues marines et en toises. Quelques piqûres, marges légèrement froissées.

CORONELLI (Vincenzo).

[CORSE] Isola di Corsica.

[Venise, 1692]. 603 x 451 mm.

Superbe carte de la Corse, dédiée au cardinal Gaspare Carpegna. Elle est ornée d'un très beau cartouche de titre orné de roses et de deux personnages. Trois autres cartouches contiennent, en haut à droite, les armoiries du cardinal, en bas à gauche celles de Gênes, et à droite celles de la Corse, dans des couronnes de lauriers. Fameux cartographe italien de la seconde moitié du XVIIe siècle, membre de l'ordre des Franciscains, Vincenzo Coronelli publia plus de 400 cartes géographiques, mises à jour grâce aux renseignements qu’il collectait auprès des navigateurs et des missionnaires. Il fabriqua également des globes terrestres et célestes qui firent sa renommée. En 1684, il fonda la première société européenne de géographie, l'Académie des Argonautes, et reçut en 1685 le titre très honorifique de Cosmographe de la République de Venise. Bel exemplaire. Cervoni, 42.

COTTIGNIES (Alexandre J.). MANUSCRIT.

Plan figurative d’une partie du marais d’Annœullin nommé la Nouvelle France.

1780. 165 x 420 mm.

Plan d’arpentage, encre et lavis, donnant le plan d’assèchement de la partie du grand marais d’Annœullin voisin du marais d’Allennes. Il montre les fossés de séparation plantés d’arbres, les fossés de drainage, le numéro des parcelles et l’emplacement des bornes. La superficie de chaque parcelle est notée dans la marge. Le plan est certifié conforme à l’existence des lieux par l’arpenteur expert juré Cottignies. À la fin du XVII° siècle, la ville d’Annœullin, située sur les confins des provinces de Flandre et d’Artois, était entourée par un grand marais qui fournissait tourbe et fourrages. En 1777, le roi Louis XVI ordonnait, par lettres patentes, le défrichement et le partage des marais: deux tiers pour la communauté des habitants (qui fut divisée en 514 portions ménagères tirées au sort en 1779) et un tiers seigneurial (qui fut mis en location). Petites taches brunes dans les marges, petite déchirure anciennement restaurée, plan empoussiéré.

COVENS (Jean);MORTIER (Pierre);

La nouvelle Thébaïde, ou la carte très particulière et exacte de l'abbaye de la Maison Dieu Nostre Dame de La Trappe.

Amsterdam J. Covens et C. Mortier 1720 circa 461 x 423 mm.

Carte figurant l'abbaye bénédictine de La Trappe et ses environs, située dans le Perche, dressée sur les lieux par L. de La Salle. Elle est ornée de deux vignettes représentant Armand Jean Le Bouthillier de Rancé et Saint-Bernard. Exemplaire de choix brillamment aquarellé à l'époque.

CREPY (Etienne-Louis);

Carte nouvelle des environs de Paris contenant aussy la Brie.

Paris Crépy 1753 En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 503 x 718 mm.

Carte figurant les environs de Paris avec plan de la capitale au centre de la carte. Elle s'étend de Franconville à Chartres et de Mantes à Meaux. Deux légères rousseurs dans la partie supérieure. Exemplaire aquarellé à l'époque.

CRIQUETOT-l'ESNEVAL. MANUSCRIT.

Carte et assemblage des communes rurales formant le canton de Criquetot Lesneval, arrondissement du Havre, département de la Seine-Inférieure. Dressée sous l’administration de M. Le Bon de Vanssay, préfet, & de M. Le Cher de Merval, directeur des contributions du cadastre, par B. Girard et F. Carbonnie, géomètres en chef du cadastre.

1827. 1275 x 2000 mm.

Carte monumentale manuscrite du canton de Criquetot-l'Esneval. Grande carte manuscrite entoilée, encre et aquarelle, du canton de Criquetot et comprenant les communes actuelles de Bénouville, Etretat, Bordeaux-Saint-Clair, Le Tilleul, La Poterie-Cap-d'Antifer, Pierrefiques, Sainte-Marie-au-Bosc, Beaurepaire, Villainville, Cuverville, Fongueusemare, Saint-Jouin-Bruneval, Heuqueville, Anglesqueville-l'Esneval, Turretot, Vergetot, Hermeville, Angerville-l'Orcher et Criquetot-l'Esneval. Y sont figurés les limites du canton et des communes, les rivières, les bois, les routes et chemins, les habitations. Plusieurs noms de lieux ont été ajoutés au crayon. Bordure un peu froissée, déchirure au papier dans une partie blanche de la carte (sans déchirure à la toile).

DELAFOSSE (Jean-Baptiste).

Carte des provinces d'Anjou et de Touraine dressée suivant les nouvelles observations de M.rs de l'Accadémie Royale des Sciences.

1780. 506 x 715 mm.

Très belle et rare carte par Jean-Baptiste Delafosse, figurant les provinces de l'Anjou et de la Touraine, divisées en 13 élections (circonscriptions administratives sous l'Ancien Régime). Elle s'étend du nord au sud entre Le Mans et Châtellerault, et d'ouest en est entre Ancenis et Blois. Les villes principales sont signalées par un mur d'enceinte aquarellé en rouge. L'échelle est en lieues d'Anjou, de Poitou et de Touraine. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque, coloris très frais. Très rare.

DELAGRIVE (Jean, abbé).

[VERSAILLES]. V. feuille des Environs de Paris levés géométriquement par M. l'abbé de La Grive.

[1740-1741]. 614 x 832 mm.

Très belle et grande carte figurant Versailles et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre l'ancien château de Clagny, détruit en 1769, et Saint-Aubin, et d'ouest en est entre Voisins-le-Bretonneux et Igny. La carte est ornée d'un superbe cartouche de titre contenant la dédicace au marquis de Vatan, prévôt des marchands de Paris, et aux échevins de la ville, et décoré des armoiries de Paris et de cinq putti exécutant des exercices de géométrie. Les Environs de Paris de l'abbé Delagrive est l'un des recueils les plus importants pour la connaissance de la région parisienne au XVIIIe siècle, et le premier à donner une représentation exacte et très détaillée des villages, abbayes, châteaux, fermes, routes et chemins qui environnaient la ville de Paris. C'est aussi le premier à figurer l'hydrographie et le mode d'occupation du sol (espace construit, labours, prés, bois, vignes, cultures maraîchères et légumières) ainsi que divers objets du paysage (fourches patibulaires, regards, croix de carrefour, poteaux de seigneurie). Graveur-topographe né à Sedan en 1689, Jean Delagrive, prêtre lazariste, professa la philosophie au collège de sa congrégation à Cracovie. De retour à Paris, il se voua exclusivement à la gravure topographique et aux techniques d'arpentage et de triangulation. Ses plans de Paris, de Versailles et des environs de Paris lui valurent les fonctions de géographe de la ville de Paris. En 1733, il participa à la mesure de la perpendiculaire à la méridienne de l'Observatoire. Bel exemplaire finement aquarellé.

DELAGRIVE (Jean, abbé).

Nouveau plan de Paris et de ses faubourgs dressé sur la méridienne de l'Observatoire et levé géométriquement par M. l'abbé Delagrive.

Paris 1728-1880 En 6 feuilles jointes de 1,11 x 1,33 mètres.

Fac-similé de 1880 du monumental plan de Paris réalisé par l’abbé Delagrive en 1728. Il est orné d'un cartouche de titre surmonté des armes de Paris entourées des déesses Piété et Justice, accompagnées de Minerve, Neptune, Mercure et Vénus. En haut à gauche figure le cartouche de dédicace au roi Louis XV, orné de son portrait. Les bordures sont décorées de divers profils de monuments gravés d’après Blondel : Louvre, Invalides, Tuileries, Luxembourg, Sorbonne, Val de Grâce, Notre-Dame, etc. Le plan de Delagrive fut le premier plan de Paris offert au public en souscription, en janvier 1727. Le projet fut mené à terme au bout de deux années. Soucieux de représenter ce plan avec un maximum d’exactitude, Delagrive déclara avoir employé pendant "près de deux années la toise, la chaînette et la boussole", et affirma avoir toujours fondé son travail sur l’observation directe, et non sur la copie ou la consultation de plans antérieurs. Considéré comme le plan de référence pendant de longues années, il était offert par le bureau de la ville aux nouveaux échevins et personnalités diverses. Le plan original de 1728 est de la plus grande rareté. Graveur-topographe né à Sedan en 1689, Jean Delagrive, prêtre lazariste, professa la philosophie au collège de sa congrégation à Cracovie. De retour à Paris, il se voua exclusivement à la gravure topographique et aux techniques d'arpentage et de triangulation. Ses plans de Paris, de Versailles et des environs de Paris lui valurent les fonctions de géographe de la ville de Paris. En 1733, il participa à la mesure de la perpendiculaire à la méridienne de l'Observatoire. Ce fac-similé, de très belle qualité, a été publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans, atlas réunissant des fac-similés des plus célèbres plans de Paris exécutés entre le XVIe et la fin du XVIIIe. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Boutier, 202. (autre exemplaire en noir sur demande)

DELAGRIVE (Jean, abbé).

Plan des fontaines de la ville et des faubourgs de Paris. Les différentes conduites des eaux de source et de rivière. Distinction des Eaux du Roi et de celles qui appartiennent à la ville. Les châteaux d'eau, les regards et réservoirs. Avec les noms des fontaines et des rües où passent les tuyaux de distribution.

Paris, 1735. 547 x 584 mm.

Très beau plan figurant le réseau d'approvisionnement en eau des fontaines de Paris, dressé en 1735 par l'abbé Delagrive pour le Traité de la Police, ouvrage publié par Nicolas Delamare entre 1722 et 1738. Il est orné d'un cartouche de titre décoré d'une fontaine crachant de l'eau, et accompagné d'un cartouche d'explication et d'une légende des symboles utilisés permettant de différencier les conduites d'eau du roi pour les eaux de la Seine et de source, les conduites d'eau de la ville pour les eaux de la Seine et de source, les fontaines et les puits. Graveur-topographe né à Sedan en 1689, Jean Delagrive, prêtre lazariste, professa la philosophie au collège de sa congrégation à Cracovie. De retour à Paris, il se voua exclusivement à la gravure topographique et aux techniques d'arpentage et de triangulation. Ses plans de Paris, de Versailles et des environs de Paris lui valurent les fonctions de géographe de la ville de Paris. En 1733, il participa à la mesure de la perpendiculaire à la méridienne de l'Observatoire. Bel exemplaire, replié. Boutier, 212A.

DELAHAYE (Guillaume-Nicolas).

[FORÊT de FONTAINEBLEAU] Nouvelle Carte de la forêt de Fontainebleau d'après les meilleurs plans.

1778. En 36 sections jointes et montées sur toile de 592 x 827 mm.

Belle carte hautement détaillée de la forêt de Fontainebleau divisée en neuf gardes ou cantons, dressée en 1778 et gravée par Guillaume-Nicolas Delahaye. Le nord est placé à gauche de la carte. Elle s'étend du nord au sud entre Melun et Grez-sur-Loing, ici orthographié Grès, et d'est en ouest entre Arbonne-la-Forêt et Machault. La carte est ornée d'une vue du château de Fontainebleau, et accompagnée de la liste des neuf gardes, avec les indices des plantations nouvelles. Graveur en géographie et topographie français, Guillaume Nicolas Delahaye était le filleul de Guillaume de l'Isle. Il a gravé plus de 1 200 cartes ou plans, dont celles de Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, Didier Robert de Vaugondy, Jean-Baptiste de Mannevillette ou Jean-Nicolas Buache. Ayant obtenu le privilège d'être nommé Premier graveur du Roi (dont il avait commencé la grande "Carte des chasses du Roi", aux environs de Versailles), on le regarde comme le créateur de la gravure topographique. Au bas de la carte a été rapportée une étiquette de l'éditeur Charles Picquet. Géographe, graveur, éditeur et marchand de cartes, actif jusqu'en 1856, Charles Picquet devint, dès 1798, le fournisseur attitré du Dépôt de la Guerre. Vers 1806, il fut nommé au Cabinet topographique de Napoléon, et en 1816 il obtint le brevet de géographe ordinaire du cabinet topographique de Louis XVIII. Rare. Bel exemplaire.

DELAMARCHE (Félix);

Royaume de France divisé en 86 départemens.

Paris Fx. Delamarche 1833 21 x 25 cm.

Carte gravée, avec les contours coloriés, collée sur une mince planche de bois et découpée sous forme de puzzle en suivant la forme des départements. Le tout est placé dans une boîte en bois de l'époque à couvercle coulissant. Petit défaut au couvercle.

DELAMARE (F.).

Nouveau plan de la ville de Paris.

Paris, A. Corion, 1855. En 36 sections montées sur toile de couleur vert bouteille et pliées, formant une carte de 645 x 934 mm ; monté dans une reliure de chagrin vert de l'époque avec carte des environs de Paris (98 x 155 mm) collée sur le contre-plat.

Beau plan de Paris orné de 14 vignettes des monuments et environs de Paris, et d'un titre décoré des armoiries de la ville de Paris. Le plan figure l'enceinte de Thiers construite en 1844. L'enceinte de Thiers, du nom de l'homme politique qui conçut le projet, fut construite entre 1841 et 1844, à la demande de Louis-Philippe, qui souhaitait faire construire autour de la capitale une enceinte bastionnée qui rendrait la ville imprenable. Constituée de 94 bastions, elle englobait non seulement Paris mais aussi les communes environnantes : Montmartre, La Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Auteuil, Passy, etc. Tout autour de cette enceinte, on fit construire 16 forts détachés, dont 7 figurent sur notre plan (forts de l'Est, de Montrouge, de Vanves, du Mont Valérien, d'Aubervilliers, de Romainville, et de Bicêtre). Ces forts sont représentés par des vignettes ou des enceintes fortifiées. Le plan illustre également les travaux d'Haussmann, commencés en 1852. En bleu sont signalées les voies projetées (notamment la plus importante d'entre elles, le boulevard Sébastopol, qui sera inauguré en 1858), et en rose les voies en cours de construction. Les lignes de chemins de fer au départ de Paris sont signalées en noir. Avec table alphabétique des rues et théâtres de Paris. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DELAUNAY & DUBOIS. MANUSCRIT.

Plan de la commune de St Gilles du Mené département des Côtes du Nord, arrondissement communal de Loudéac. Levé en exécution de l'arrêté du gouvernement du 12 brumaire an II. Terminé le 12 prairial an 12 [1 juin 1805], par le Cn Delaunay, géomètre en chef, et le Cn Dubois, arpenteur.

1805. En deux feuilles jointes de 950 x 1220 mm.

Grande carte manuscrite, encre brune et aquarelle de la commune de Saint-Gilles-du-Mené, dans les Côtes d'Armor. Y sont figurés les maisons et bâtiments, les jardins, prés, vergers, pâturages, landes, étangs et bois, chacun avec une couleur propre qui est précisée dans la légende. Le titre est en partie gravé, les noms propres y sont manuscrits. La carte est orientée, l'échelle, en mètres, est au 1/5000. Traces de pliure, avec parfois de petites fentes ; quelques taches claires.

DELÉCEY de CHANGEY (Louis-Charles). MANUSCRIT.

[Carte de la région de Ballancourt-sur-Essonne].

1826. 421 x 546 mm.

Carte minute manuscrite, encre et aquarelle, de la région de Ballancourt-sur-Essonne avec le village, la rivière Essonne et le marais d’Itteville, les routes, fermes, hameaux et moulin, le château du Saussay avec le plan de son parc. Le relief est figuré par des hachures. Avec les quatre profils du terrain correspondant à des tracés inscrits sur la carte. Travail réalisé lorsque l’auteur était élève de l’école royale spéciale militaire de Saint-Cyr avec le cachet de l’école et la signature du professeur. Cachet armorié de L. Ch. Delécey de Changey. Très belle condition.

DENIS (Louis) & PASQUIER (Jacques-Jean).

[FORÊT de FONTAINEBLEAU] Carte de la forest de Fontainebleau et de ses environs divisée en ses huit gardes.

Paris, Denis et Pasquier, 1786. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 540 x 685 mm.

Belle carte figurant la forêt de Fontainebleau divisée en huit gardes ou cantons, dressée en 1764 et corrigée en 1786. La carte de Denis et Pasquier fut la première carte "grand public" qui connut un succès certain, attesté par les rééditions successives. Elle englobe toute la forêt, de Melun à Bourron, et de Moret à Arbonne. Les villes de Fontainebleau et de Moret sont aquarellées en rouge, tandis que les routes principales sont aquarellées en jaune. Y figurent les anciennes et nouvelles routes, les croix, carrefours, chemins, hautes futaies (bois d'arbres élevés), bruyères, roches, etc. Le nord est placé à droite de la carte. La cartographie des forêts a réellement démarré sous Louis XIV. Il n'existait à l'époque pas de tableau d'ensemble des forêts royales, ce qui rendait difficile leur contrôle par le roi et ses fonctionnaires, sans oublier que ces forêts étaient des territoires de chasse appréciés. Rare. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DEPOT de la GUERRE;

[PROVENCE] Marseille.

Paris 1875 525 x 820 mm.

Très grande carte gravée figurant les côtes du sud de la France entre Sète et Saint-Tropez, dressée d'après la carte topographique au 80,000ème levée par les officiers du Corps d'Etat-Major et publiée par le Dépôt de la Guerre. Echelle en mètres, lieux et toises. Bel exemplaire.

DEPOT des CARTES et PLANS de la MARINE;

[HAUTE-NORMANDIE] Côtes de France : Département de la Seine Inférieure, depuis Fécamp jusqu'à Dives.

Paris 1792 585 x 862 mm.

Grande carte figurant les côtes de la Seine-Maritime, appelée Seine-Inférieure jusqu'en 1955. Elle a été dressée d'après les plans levés en 1776 par Louis de La Couldre de La Bretonnière, lieutenant de vaisseau, et Pierre Méchain, astronome hydrographe de la Marine. Tous deux furent chargés en 1776 d'inspecter les côtes entre Dunkerque et Granville. A l'ouest, la carte va jusqu'à Rouen. Très bel exemplaire.

DEPOT GENERAL DE LA MARINE;

[GIRONDE] Plan de l'embouchure de la Gironde.

Paris Dépôt Général de la Marine 1815 633 x 1001 mm.

Grande et belle carte figurant l'embouchure de la Gironde, avec les villes de Royan, Saint-Palais-sur-Mer, Saint-Georges-de-Didonne, Meschers-sur-Gironde, Le Verdon-sur-Mer, la pointe de Grave et le phare de Cordouan. Les sémaphores sont indiqués, ainsi que les profondeurs marines. Le plan a été levé entre 1812 et 1813 par A.M.A. Raoul, ingénieur et hydrographe de 1ère classe, sous le ministère du comte de Jaucourt. Bon exemplaire aquarellé à l'époque.

DEROY (Isidore);

Vue de Nice prise du chemin de Mont-Alban - Vista de Niza tomada del camino de Monte-Albano.

Paris L. Turgis circa 1850 380 x 501 mm.

Belle vue dessinée et lithographiée par Deroy, finement aquarellée à l'époque. Titre en français et en espagnol. Bel exemplaire.

DEROY;

BESANCON (Doubs).

Paris Benard circa 1850 231 x 298 mm.

Estampe figurant la ville de Besançon, dessinée et lithographiée par Deroy. Bel exemplaire.

DEROY;

BOURGES (Cher).

Paris Benard circa 1850 218 x 289 mm.

Estampe figurant la ville de Bourges, dessinée et lithographiée par Deroy. Bel exemplaire.

DEROY;

DIJON (Côte-d'Or).

Paris Benard circa 1850 226 x 298 mm.

Estampe figurant la ville de Dijon, dessinée et lithographiée par Deroy. Bel exemplaire.

DEROY;

MONTBRISON (Loire).

Paris Benard circa 1850 221 x 295 mm.

Estampe figurant la ville de Montbrison, lithographiée par Roissy d'après un dessin de Deroy. Bel exemplaire.

DEROY;

TROYES (Aube).

Paris Benard circa 1850 224 x 298 mm.

Estampe figurant la ville de Troyes, dessinée et lithographiée par Deroy. Bel exemplaire.

DESFRICHES (Aignan-Thomas);

Vue de la ville d'Orléans.

Paris Ve Cochin 1766 485 x 720 mm.

Très belle vue de la ville d'Orléans, gravée par Choffard d'après un dessin de Desfriches, dédiée au Duc d'Orléans par les maire et échevins de la ville, et présentée par de Cypierre, intendant de la province. Natif d'Orléans et négociant, Aignan-Thomas Desfriches (1715-1800) a laissé toute une suite de paysages finement dessinés au crayon noir ou à l'encre de Chine qui sont datés de 1760 à 1787 environ. La Vue de la ville d'Orléans, sa ville natale, est peut-être sa plus belle pièce. Il y figure lui-même, assis sur un talus gazonné, penché sur un carton à dessin, et entouré de ses amis et familiers y compris son nègre Paul. Le dessin original est au Musée d'Orléans. Habiles restaurations. Bonne condition générale.

DESGOTS (Claude).

[BAGNOLET] Plan général du chasteau de Bagnolet et de ses jardins, appartenant à S.A.R. Madame la duchesse d'Orléans, du dessein de Mr. Desgotz, architecte du roi et controlleur de ses bâtimens.

Paris, Mariette, 1727. 418 x 551 mm.

Très rare plan figurant les jardins du château de Bagnolet, dessiné par Claude Desgots, architecte paysagiste du roi. Il est accompagné d'une table de 83 renvois. Construit au XVIIe siècle, le château de Bagnolet fut vendu en 1719 au duc d'Orléans. La duchesse d'Orléans, qui en avait fait sa résidence favorite, fit ajouter deux ailes au bâtiment et redessiner le parc par Claude Desgots, petit-neveu d'André Le Nôtre. Pour pouvoir y aller de Paris, sans passer par la populaire rue de Bagnolet, elle fit ouvrir, vers 1720, une avenue plantée d'ormes (légende n°1 sur le plan), dite "avenue de Madame", correspondant de nos jours à la rue des Orteaux. Collaborateur privilégié de Le Nôtre, Claude Desgots participa aux travaux de Chantilly, des Tuileries, de Saint-Cloud, de Sceaux et de Trianon. En 1692, Le Nôtre lui transmit la moitié de sa charge de dessinateur des plants et parterres, et fit de lui son héritier désigné en lui cédant, en 1698, son office de contrôleur général des bâtiments et manufactures du roi. Desgots travailla par la suite pour les jardins du Palais-Royal, de Saint-Maur, de Champs-sur-Marne et du château de Perrigny en Bourgogne, ainsi que dans plusieurs jardins européens, en Angleterre notamment, pour les parterres du château de Windsor. Rousseurs marginales.

DESNOS (Louis-Charles).

[PROVENCE] Le Comté de Provence et le Comtat Venaissin.

Paris, C.L. Desnos, 1772. 436 x 561 mm.

Belle carte figurant l'ancien fief du Comté de Provence et le Comtat Venaissin. Elle s'étend entre Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue, ici appelée Les Maries ou N.D. de la Mer, et Vintimille en Italie. Elle est ornée d'une rose des vents et d'un cartouche de titre décoré en tête des armoiries du Dauphiné. Le Comtat Venaissin figure ici hors des frontières du Comté de Provence. Cédé à la papauté en 1274, il sera repris par la France en 1791. Editeur parisien de la seconde moitié du dix-huitième siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

DHEULLAND (Guillaume);

[CASTELLANE/ANTIBES] Environs de Castellane, et Antibes.

Paris 1748 227 x 308 mm.

Belle carte gravée des environs de Castellane, Briançonnette, Antibes et Nice, issue du Théâtre de la guerre en Italie. Contours aquarellés à l'époque. Etat parfait.

DONNADEI & SORBIER. MANUSCRIT.

Plan de la ville d’Embrun.

Briançon, 1771. 444 x 730 mm.

Magnifique plan manuscrit de la ville d'Embrun Très beau plan aquarellé de la ville d’Embrun, dans les Hautes-Alpes. Y sont figurés l’enceinte fortifiée avec ses bastions, portes et poterne, les magasins à poudre, les casernes, les latrines, le plan de la ville avec les principaux bâtiments et les jardins. Des chiffres et des lettres renvoient à une légende placée sur la droite du dessin, indiquant les bâtiments religieux et militaires. À l’extérieur de l’enceinte sont dessinés les fossés, les champs, les chemins, les cours d’eau et les falaises. Sous le titre figure la mention "Fait à Briançon le 15e octobre 1771" avec la signature "Donnadei". Ce dernier était ingénieur en chef dans l'artillerie à Briançon. Sous la légende en bas à droite figure la mention "dessiné par Sorbier, ingénieur ordinaire du roi". Très bel état de conservation, coloris très frais, encadré.

DRULEN;

ALENCON (Orne).

Paris Benard circa 1850 225 x 293 mm.

Estampe figurant la ville d'Alençon, lithographiée et dessinée par Drulen. Bel exemplaire.

DUFRÉNOY (Armand) & BEAUMONT (Léonce Élie de).

Carte géologique de la France exécutée sous la direction de Mr. Brochant de Villiers, inspecteur général des Mines, par MM. Dufrénoy et Élie de Beaumont, ingénieurs des Mines, commencée sous l'administration de Mr. Becquey, directeur général des Ponts et Chaussées des Mines, terminée en 1840.

Paris, Ch. Picquet, 1841. En six feuilles coupées en 18 sections chacune, montées sur toile et pliées, pouvant former une carte d'environ 2,16 x 2,21 mètres ; sous chemise et emboîtage in-4 en chagrin vert de l'époque ; étiquette de l'éditeur Picquet au dos de chaque carte ; étiquette de l'Imprimerie lithographique Eug. Delarue J.ne papetier de S.M. l'Empereur collée à l'intérieur de la chemise.

Très rare carte monumentale et première carte géologique de la France, exécutée par les deux géologues et minéralogistes français, Armand Dufrénoy et Elie de Beaumont. Elle est divisée en six feuilles finement aquarellées, qui réunies, forment un carré de plus de deux mètres de côté. Le système de couleurs est le même que celui utilisé pour la carte géologique des bords du Rhin : chaque formation est coloriée d'une couleur particulière, et les différentes divisions à l'intérieur de cette formation sont coloriées de la même couleur, pointillée, hachurée ou quadrillée. Ainsi le jurassique est aquarellé en bleu, les terrains carbonifères en gris, les terrains cristallisés en rose, ou les terrains volcaniques en orange. La Corse est présentée séparément en carton, en bas à droite (390 x 220 mm). En 1822, alors que la carte géologique d'Angleterre en six feuilles de Greenough venait de paraître, André Brochant de Villiers, inspecteur général des Mines, prit la décision de réaliser une carte géologique de la France. Il engagea deux jeunes ingénieurs des Mines, Armand Dufrénoy et Léonce Elie de Beaumont. En 1823, tous trois partirent six mois en Angleterre pour se former. A leur retour, en 1825, l'exploration géologique débuta, de Beaumont examinant la partie orientale de la France et Dufrénoy la partie occidentale. 80 000 km furent ainsi parcourus durant presque quinze ans. La gravure du relief sera achevée en 1840, et la carte sera présentée à l'Académie des Sciences le 20 décembre 1841. Avec cette première carte géologique de la France, Dufrénoy et de Beaumont donnèrent une impulsion décisive au développement de cette science en France. Le succès fut tel que la Société géologique de Londres leur décerna en 1843 sa plus haute distinction. Et en 1868, un décret impérial décidera de la création du "Service de la carte géologique de la France". Une ère nouvelle commençait pour la cartographie géologique française. Exemplaire parfaitement conservé dans son emboîtage de l'époque. Petits défauts d'usage à l'emboîtage.

DUMONT (Jean);

[SAINT-OMER] St. Omer en Artois avec les forts des environs.

La Haye Pierre Husson 1720 359 x 471 mm.

Plan gravé figurant la ville fortifiée de Saint-Omer, issu des Batailles gagnées par le sérénissime prince Fr. Eugène de Savoye. Très bel exemplaire.

DUMONT (Jean);

[SAINT-VENANT] St. Venant assiégé & pris en 1710 par le Pr. d'Orange.

La Haye Pierre Husson 1720 401 x 461 mm.

Plan gravé figurant la ville fortifiée de Saint-Venant et le plan d'attaque de la ville par le prince d'Orange en 1710, issu des Batailles gagnées par le sérénissime prince Fr. Eugène de Savoye. Très bel exemplaire.

DUPAIN-TRIEL fils.

Carte physique et hydrographique de la France.

Paris, chez l'auteur, 1782. 500 x 556 mm.

Belle carte figurant le relief de la France sur laquelle sont indiqués les principales chaînes de montagnes, le cours des fleuves et rivières avec les lieux navigables, les canaux, les villes riveraines, les ports et les principaux ponts. Elle s'apparente à la "Carte physique ou géographie naturelle de la France" dressée par Philippe Buache en 1744. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

DUPLAT;

Nantes (Loire Inférieure).

Paris Benard 1850 circa 229 x 300 mm.

Estampe figurant la ville de Nantes, dessinée d'après nature et lithographiée par Duplat. Cachet froid de l'éditeur. Bel exemplaire.

DÉPÔT de la GUERRE & CARTE de l'ÉTAT-MAJOR.

[TOURAINE] Loches.

Dépôt de la Guerre, 1858. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 592 x 870 mm ; étiquette de l'éditeur Lanée au dos de la carte.

Feuille n°120 de la carte de l'Etat-Major, figurant Loches et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Montbazon et Le Haye Descartes, et d'ouest en est entre Chinon et la forêt de Loches. La carte n°120 a été levée par sept officiers de l'Etat-Major sous la direction du lieutenant général Pelet, gravée et publiée en 1846, et revue en 1858. Au début du XIXe siècle, la carte de France dite de Cassini est achevée. Mais elle se révèle déjà insuffisante. En 1817, une ordonnance royale décrète l'exécution d'une nouvelle carte topographique au 1/80 000e. Une commission spéciale est créée au Dépôt de la Guerre. La carte est établie d'après de nouveaux travaux de triangulation, plus fiables et précis que ceux réalisés pour la carte de Cassini 50 ans auparavant. Les opérations débutent en 1818, et s'achèvent en 1863. En 1833, les premières feuilles sont livrées. Il y en aura en tout 274. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[CHARENTE/ÎLE d'AIX/ÎLE MADAME] Côte ouest de France. Embouchure de la Charente, rades de l'Île d'Aix et des Trousses.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1879-1915. 635 x 985 mm.

Grande carte marine figurant les côtes de la Charente entre Les Mannes et l'Île Madame, avec l'île d'Aix et le nord-est de l'île d'Oléron. Elle a été levée entre 1856 et 1858 par l'ingénieur hydrographe Delbalat, puis corrigée en 1910 et 1914. Tampon du Service Hydrographique dans le coin inférieur droit. Petites salissures et déchirures marginales, sinon bel exemplaire.

DÉPÔT des CARTES et PLANS de la MARINE.

[MARSEILLE] Carte de la côte et des îles des environs de Marseille.

Dépôt des Cartes et Plans de la Marine, 1792. 567 x 872 mm.

Belle et grande carte marine des côtes des Bouches-du-Rhône entre La Couronne et Cassis, avec les îles du Frioul, l'île Maire, l'île du Planier, l'île de Jarre orthographiée Jaire, l'île Calseraigne et l'île Riou. La carte a été dressée d'après les plans levés par les ingénieurs des Camps et Armées en 1777 et 1778. La carte est traversée de lignes de rhumbs marquant la direction des vents, et indique les profondeurs marines. Mouillure claire dans les coins supérieur droit et inférieur gauche, marges empoussiérées.

ESNAUTS (Jacques) & RAPILLY (Michel).

Nouveau plan routier de la ville et faubourgs de Paris.

Paris, Hénaut et Rapilly, 1773. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 535 x 816 mm, sous étui de papier.

Beau plan de Paris, orné d'un cartouche de titre décoré des armoiries de la ville sur fond de fleurs de lys et de roses. Ces armoiries figurent un vaisseau, symbole de la corporation des marchands de l'eau qui donna ensuite naissance à la municipalité de Paris. De chaque côté du plan figure la table alphabétique des rues, paroisses, édifices remarquables, hôpitaux, places, etc. Bel exemplaire. Petits défauts d'usage à l'étui. Boutier, 305B.

ESNAUTS (Jacques).

Carte de la République Française, divisée en 103 départemens avec leur chef-lieux de préfectures comprenant une partie de l'Angleterre et de l'Irlande, les Provinces Unies, partie des cercles d'Allemagne en decà du Rhin, la Suisse, le Piémont et les frontières d'Espagne.

Paris, Esnault, An 10 [1802]. En 48 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,39 x 1,31 m.

Très belle carte murale de la France figurant les 103 départements créés jusqu'en 1802. Aux 83 départements initiaux de 1790 se sont ajoutés notamment les départements annexés en Belgique en 1795, et la rive gauche du Rhin incorporée en 1797 à la suite du traité de Campo-Formio. La scission du département de la Corse, qui figure ici dans un encadré séparé, amène deux nouveaux départements, le Golo au nord et le Liamone au sud, créés en 1793. L'île de Malte est également représentée dans un encadré au bas de la carte, avec le titre "Plan de l'isle de Malte et du Goze, pris par le Génal Buonaparte le 22 prairial l'An VIe", et accompagnée d'une notice relatant la prise de l'île par Bonaparte entre le 21 et le 24 prairial de l'An VI, soit du 9 au 12 juin 1798, alors qu'il est en route pour la Campagne d'Egypte. Avec l'annexion de Malte, "La République a gagné deux vaisseaux, 1200 pièces de canons, 15000 de poudre et 40000 fusils". La carte est ornée d'un beau et grand cartouche de titre décoré d'attributs militaires (canon, fusils, poudre), d'une ancre, d'une sphère armillaire, d'un navire et du coq gaulois. Peu après le début de la Révolution française de 1789, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, leur nombre grimpa jusqu'à 133 en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

ESNAUTS (Jacques).

Nouveau plan routier de la ville de Paris et de ses faubourgs.

Paris, Esnault, 1806. En 24 sections jointes de 0,65 x 1,07 m, monté sur toile.

Très beau plan mural la ville de Paris divisée en 12 mairies, ainsi qu'elles furent décrétées le 11 octobre 1795. Dressé à l'usage des voyageurs en 1806, il figure tous les changements opérés jusqu'à cette date, avec les projets d'embellissement, les nouvelles rues et celles projetées, les ponts, passages, barrières, routes et chemins de ronde qui font le tour de Paris, les nouveaux boulevards de la capitale avec les changements des rues, places, quais, avenues et promenades publiques. Napoléon fut l'instigateur de ces premiers travaux d'embellissement et d'aménagement de voirie de la ville, parmi lesquels figurent le pont des Arts, construit entre 1802 et 1804, le pont d'Austerlitz, entre 1799 et 1807, les greniers de réserve, le quai d'Orsay, ou le marché aux fleurs. Certains quais des îles de la Cité et de Saint-Louis portent les noms pris à la Révolution. Ainsi, l'actuel quai de Bourbon, qui portait le nom de quai d'Alençon avant 1792, est nommé quai de la République, l'actuel quai d'Anjou est nommé quai de l'Union, le quai d'Orléans est nommé quai de l'Egalité, le quai de Béthune, quai de la Liberté, tandis que la rue Saint-Louis est appelée rue de la Fraternité, et que le Champ de Mars porte également le nom de champ de la Fédération. A l'emplacement du futur pont des Invalides figure la mention "Pont projetté". Le plan est accompagné d'une liste des rues, ponts, ruelles, marchés, et de la liste des 12 arrondissements avec les 48 divisions. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

EVEN. MANUSCRIT.

Carte géométrique des mettayries d'Houzillé, du Boisroux, de la Couvenancière, de la Chenevettière, de la Brosse, & de la Guenesse, avec l'étang & le moulin, & le cours des ruisseaux qui s'y rendent ; le tout dans la paroisse de Vergeal, près Vitré.

Houzillé, 3 avril 1778. 670 x 1020 mm.

Belle carte manuscrite, encre brune et aquarelle, des terres que l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé possédait près de Vergéal au sud de Vitré, dans le département d'Ille-et-Vilaine. Y sont figurés le village de Vergéal et ses environs au sud et à l'est, correspondant à la seigneurie d'Houzillé, et comprenant les métaieries et le moulin cités dans le titre, avec les bois et terres s'y rattachant. Chaque bâtiment et chaque parcelle sont nommés, de petites flèches indiquent le sens des cours d'eau, de petits arbres indiquent les haies et les bois. À gauche de la carte une légende manuscrite indique les surfaces des terres. En bas à droite, une note manuscrite, signée et datée Even, ingénieur des Ponts et Chaussées de Bretagne, certifie l'arpentage et en donne le décompte général. La bordure droite de la carte est ornée de huit dessins, avec chacun leur orientation propre, représentant les bâtiments des métairies d'Houzillé, Bois Roux, La Chenevetrie, La Convenancière, La Guenèze, La Brosse, et ceux de l'église de Vergéal. Beau blason orné portant les armoiries de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé et celles de François Berthelot, abbé de 1758 à 1785. La carte est orientée, l'échelle est en toises, le relief est marqué par des hachures grises. Traces de pliures, marges écornées, petites déchirures le long des pliures.

FADEN (William).

A geometrical survey of the province of Britanny, to which have been added Lower Poitou, and Lower Normandy, with part of the provinces of Maine, and Anjou &c... Published for the use of the French royal army acting against the Conventional republicans.

London, W. Faden, 1795. En 40 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,17 x 1,10 m ; sous étui de l'éditeur en papier marbré, avec titre en français.

Très rare carte murale figurant le quart nord-ouest de la France, allant de la pointe du Cotentin à La Rochelle et l'île de Ré, et à l'est jusqu'à Saumur. Elle a été dressée à l'usage de l'Armée catholique et royale française qui regroupait les chouans de Bretagne et de Vendée, soutenue par l'Angleterre contre la Convention. Espérant soulever tout l'ouest de la France afin de mettre un terme à la Révolution française, l'armée royale sera défaite lors de l'expédition de Quiberon le 21 juillet 1795, année de publication de cette carte. Au-dessus du titre se trouve une fleur de lys accompagnée d'un vers en latin du poète Horace. Les villes principales sont signalées par une enceinte fortifiée aquarellée en rouge. Cartographe et éditeur anglais, William Faden a réalisé un grand nombre de cartes remarquables entre 1771 et 1823. Sa contribution au développement de la cartographie fut considérable. Bon exemplaire avec contours aquarellés à l'époque, étui usagé. Rare, manque à Gaudillat.

FELIBIEN (Dom Michel) & LOBINEAU (Dom Guy-Alexis).

Plan de Paris pour servir à l'histoire de la ditte ville composée par D. Michel Félibien et mise au jour par D. G. Alexis Lobineau.

Paris, G. Desprez et J. Desessartz, 1726. En 40 sections jointes de 630 x 860 mm, monté sur toile.

Première édition de ce grand plan de Paris, orné d'un cartouche de titre aux armes de la ville de Paris, figurant un vaisseau, symbole de la corporation des marchands de l'eau qui donna ensuite naissance à la municipalité de Paris. Sur les côtés figure une table alphabétique des rues, églises et collèges. Ce plan a illustré l'Histoire de la Ville de Paris, ouvrage publié en 1725 et considéré comme le meilleur des ouvrages sur l'histoire ancienne de Paris. Dom Félibien, qui avait déjà publié une Histoire de l'abbaye de Saint-Denis, entreprit, en 1711, et à la demande de Jérôme Bignon, prévôt des marchands de Paris, d'écrire sa monumentale histoire de Paris. Mais il mourut en 1719 avant d'avoir terminé son ouvrage. La publication fut achevée par Dom Lobineau, autre membre de la congrégation de Saint-Maur. Bel exemplaire. Boutier, 201.

FER (Nicolas de).

[BELLE-ÎLE-en-MER] Bourg ou ville, et palais de Bell'Isle, située dans une isle de même nom, sur la coste méridionale de Bretagne.

[Amsterdam, Pierre Mortier, 1702]. 212 x 275 mm.

Très beau et rare plan gravé figurant la ville fortifiée du Palais et la citadelle Vauban à Belle-Ile-en-Mer. Sur la droite est mentionné le logement des Fouquet, propriétaires du marquisat de l'île. Le nord est situé à droite de la carte. Le plan est issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de).

[BRETAGNE] Gouvernement général de Bretagne où se trouve la généralité de Nantes.

Paris, chez l'auteur, 1705. 242 x 353 mm + feuillet de texte.

Belle carte de la Bretagne, publiée dans l'Atlas Curieux de Nicolas de Fer, géographe, graveur et éditeur français ayant produit près de 600 cartes, très recherchées pour leur qualité décorative. Bel exemplaire aux contours aquarellés à l'époque, accompagné de son feuillet de texte descriptif. Gaudillat, pl. 33, premier état.

FER (Nicolas de).

[CANAL d'ORLÉANS] Les jonctions des deux grandes rivières de Loire et de Seine par le nouveau Canal d'Orléans et celuy de Briare.

Paris, Danet, [1724]. 377 x 648 mm.

Belle carte détaillée figurant le Canal d'Orléans et le Canal de Briare, reliant la Loire et la Seine, dressée par Nicolas de Fer et publiée par Guillaume Danet, gendre de l'auteur. Inauguré en 1692, le Canal de navigation d'Orléans connut un succès immédiat. Reliant la Loire à la Seine pour rejoindre Paris, il contribua grandement au développement économique du Loiret, et permit l'avènement du négoce entre la Seine et la Loire, et bien plus tard le chemin de fer. Quant au Canal de Briare, l'un des plus anciens canaux de France, commandé par Sully et achevé en 1642, il fut raccordé au Canal d'Orléans en 1720. La carte est ornée d'un cartouche de dédicace au Duc d'Orléans, d'une vignette au bas de la carte figurant deux mariniers sur leur bateau transportant du vin dans des tonneaux, et sur la partie droite de la carte, de quatre jetons (mereaux) que l'on donnait aux ouvriers qui travaillaient au canal, dans lesquels sont représentés un sanglier (pour la viande), du raisin (pour le vin), du blé (pour le pain), et au dos de chacun, l'inscription "Via Ligeris Insequanam 1606" ou Canal de la Loire à la Seine 1606, date à laquelle débutèrent les travaux du Canal de Briare. La carte est accompagnée de descriptions et de légendes de tous les ponts et écluses construits pour les deux canaux. Bel exemplaire avec les villes principales et les contours aquarellés à l'époque. Pelletier et Ozanne, p. 156, fig. 89 (version réduite).

FER (Nicolas de).

[GUYENNE & GASCOGNE] Le gouvernement général de Guienne et Gascogne et ceux du Pays d'Aunis, de Saintonge et Angoumois, du Limosin, de la Marche, du Pays de Foix, de Navarre et Béarn.

Paris, J.F. Bénard, 1711. 472 x 713 mm.

Superbe carte publiée par Jacques François Bénard, gendre et successeur de Nicolas de Fer, ornée d'un cartouche de titre décoré des armoiries des huit régions représentées et d'une rose des vents. Petits trous de ver dans la marge inférieure, sinon bel exemplaire aux contours aquarellés à l'époque.

FER (Nicolas de).

[PICARDIE] Le Cours des rivières d'Oyse, d'Aisne et de Marne, aux environs desquelles se trouve la généralité de Soissons, subdivisée en ses sept élections ... Corrigée et augmentée sur les nouvelles observations de Mrs de l'Académie Royale des Sciences.

Paris, Desnos, 1760. 454 x 567 mm.

Belle carte par Nicolas de Fer, figurant les 7 élections (circonscriptions administratives sous l'Ancien Régime) composant la province de Soissons. Elle s'étend du nord au sud entre Péronne et Château-Thierry, et d'ouest en est entre Beauvais et Rethel. Elle est ornée d'une rose des vents et d'un cartouche de titre décoré de deux blasons. Edition revue par Desnos en 1760. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pastoureau, FER II C, 19 (pour la première édition publiée entre 1708 et 1729).

FER (Nicolas de).

Le Roussillon, subdivisé en Cerdagne, Cap Sir, Conflans, Vals de Carol et de Spir, où se trouve encore le Lampourdan, faisant partie de la Catalogne.

Paris, G. Danet, [circa 1725]. 398 x 544 mm.

Jolie carte du Roussillon avec partie de la Catalogne jusqu'à Montiro, ornée de sept plans de villes fortifiées, d'une rose des vents et de navires, publiée par Guillaume Danet, gendre de Nicolas de Fer. Pliure centrale restaurée avec petit décalage au bas de la pliure. Contours aquarellés à l'époque. Pastoureau, FER II C, 31 ; Institut Càrtografic de Catalunya, p. 126.

FER (Nicolas de).

Les frontières de France et d'Espagne, tant deça que de là les Monts Pirénées.

Paris, G. Danet, [circa 1725]. 501 x 608 mm.

Belle carte figurant les Pyrénées et la Catalogne avec partie du royaume de Valence jusqu'à Torre del Sol-de-Riu, sur laquelle sont indiqués les cols, ports, pertuis et passages intérieurs. Contours coloriés à l'époque. Petites déchirures marginales restaurées. Pastoureau, FER II C, 62 ; Institut Càrtografic de Catalunya, p. 126.

FER (Nicolas de).

Paris.

[Amsterdam, Pierre Mortier, 1702]. 235 x 295 mm.

Magnifique plan de Paris orné des armoiries de France et de la ville de Paris, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

[FONTAINEBLEAU] Forest de Bière ou de Fontaine-bleau contenant 13212 arpens en bois tant bien que mal planté non compris les rochers et bruyères.

Paris G. Danet 1705 [circa 1720] 429 x 420 mm.

Carte gravée figurant la forêt de Fontainebleau, issue des Beautés de la France et publiée par Danet, gendre et successeur de Nicolas de Fer. Elle est ornée des armes royales et d'une rose des vents. Pliure centrale très légèrement brunie.

FER (Nicolas de);

Abbeville, est une ville considérable, capitale du comté de Ponthieu, du gouvernement général de Picardie, située sur la rivière de Somme.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 216 x 273 mm.

Beau plan gravé figurant les fortifications d'Abbeville, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Antibes, ville et port de mer de Provence sur la mer Méditerranée.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 219 x 280 mm.

Beau plan de l'enceinte fortifiée d'Antibes, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Bayonne ville forte et port de mer sur l'Océan, située aux conflans des rivières de l'Adour et de la Nive.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 215 x 276 mm.

Très beau plan gravé figurant l'enceinte fortifiée de Bayonne, modernisée par Vauban à partir de 1680, ainsi que sur la rive droite de l'Adour, la citadelle ou Château Neuf, édifiée par Vauban. Le plan est issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Calais ville forte de Picardie.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 200 x 276 mm.

Beau plan gravé figurant la place forte de Calais, avec les Forts Nieulay et Risban, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Carte particulière des environs de St. Malo et des entrées de la rivière de Dinan comme elles paroissent aux plus basses marées.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 190 x 275 mm.

Belle carte figurant les côtes des Côtes d'Armor entre Saint-Briac-sur-Mer et Rothéneuf, avec les villes de Saint-Lunaire, Saint-Servan-sur-Mer, la Flourie ou encore Paramé, ainsi que les nombreuses îles et ilôts au large des côtes dont les îles Agot et Cézembre. Elle est issue de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Petite tache claire dans la marge droite. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Dieppe ville de Normandie au Pays de Caux.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 211 x 268 mm.

Beau plan gravé figurant la ville de Dieppe, sur lequel sont mentionnés les parcs à huîtres et à poissons, les batteries, ainsi que la citadelle démolie et les ruines du fort Paulet, suite au bombardement de la ville par la flotte anglo-néerlandaise. Il est issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Havre de Grâce.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 196 x 274 mm.

Beau plan gravé figurant la ville fortifiée et la citadelle du Havre, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

La Rochelle ville considérable, port sur la mer Océane.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 213 x 271 mm.

Très beau plan gravé figurant l'enceinte fortifiée de La Rochelle et ses environs, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Le Port Louis autrefois Blavet est une ville considérable de Bretagne, située sur la coste méridionale de cette provinces.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 216 x 289 mm.

Beau plan gravé figurant les fortifications de la ville de Port-Louis et ses environs, avec les îles Saint-Michel et Sainte-Catherine, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Petite mouillure claire au bas du plan. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Lion ville très considérable du royaume de France située aux conflans du Rosne et de la Saone.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 220 x 316 mm.

Très beau plan gravé de la ville de Lyon, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Projet de la ville et forteresse de Nicce.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 162 x 224 mm.

Beau plan figurant les ville, citadelle et forteresse de Nice, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Très légères rousseurs dans les marges supérieure et inférieure. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Rade de Toulon.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 207 x 267 mm.

Carte de la rade de Toulon sur laquelle figurent le magasin à poudre, les deux tours de l'Aiguillette et de Balaguier, ainsi que l'emplacement des canons et des mortiers. Elle est issue de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Rochefort ville dont le port et l'arcenal sont considérables de la province de Saintonge, située à l'entrée de la rivière de Charente.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 210 x 267 mm.

Beau plan gravé figurant la ville fortifiée de Rochefort, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Rouen.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 217 x 288 mm.

Très beau plan gravé de Rouen, orné d'un cartouche de titre animé de 3 personnages. Il est issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

St. Malo ville de la Haute Bretagne, située dans l'isle St. Aaron, jointe à la terre ferme par un pont ou chaussée.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 210 x 277 mm.

Beau plan gravé figurant la ville fortifiée de Saint-Malo, issu de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Veue de Nice.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 133 x 210 mm.

Estampe figurant la ville de Nice vue depuis la rive droite de la rivière Paillon, avec 14 lieux ou monuments légendés. Elle est issue de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Mouillure dans les marges supérieure et inférieure, sinon bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FER (Nicolas de);

Veue du port et des environs de Ville France, situé sur la mer Méditerranée.

Amsterdam Pierre Mortier 1702 154 x 205 mm.

Belle estampe figurant la baie et le port de Villefranche-sur-Mer, avec sa citadelle, les forts du Mont-Alban et de Saint-Hospice, la tour de Mont Boron, le vieux lazaret et le nouveau entre Villefranche et Nice, le couvent des Capucins, et le port de la Darse pour les galères. A droite figure la mention "Tonnara ou pesche des tons". Cette estampe est issue de l'atlas Les Forces de l'Europe, réunissant des plans de villes fortifiées européennes, paru en huit livraisons entre 1690 et 1695. L'atlas fut augmenté et réédité par Pierre Mortier à Amsterdam en 1702. Très légères rousseurs dans les marges supérieure et inférieure. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque. Rare dans de tels coloris.

FORESTIER (F.);

[BRETAGNE] Plan de la ville de Rennes levé par F. Forestier levé après l'incendie arivée le 22 xbre 1720, sur lequel ont esté formé les projets tant du Sr Robelin Directeur des fortifications de cette province, et signé de luy, que du Sr. Gabriel Contrôleur Général des Bâtiments du Roy.

Rennes Guillaume Vatar 1726 510 x 611 mm.

Plan gravé de Rennes, figurant la ville en 1726 avec son enceinte, ses portes, les principaux hôtels et autres édifices. Il montre également les projets de reconstruction entrepris après l'incendie qui ravagea une grande partie de la vieille ville en décembre 1720. La reconstruction fut d'abord confiée à Isaac Robelin, ingénieur de la Marine à Brest et directeur des fortifications de Bretagne. En raison de nombreux désaccords avec la ville, Robelin sera remplacé par le premier architecte de Louis XV Jacques Gabriel en 1724. Le plan de Forestier permet de voir la ville médiévale avec ses remparts, et la ville nouvelle avec ses rues larges et rectilignes et ses places dégagées, et même le projet de canalisation de la Vilaine qui n'interviendra qu'au milieu du XIX siècle. La reconstruction de Rennes changera la répartition de la population : les classes opulentes vont s'installer dans les quartiers édifiés entre 1724 et 1743. En carton en haut à droite "Plan des anciennes ruës de la partie incendiée". Le plan fut gravé à Rennes par Robinet. Malgré quelques faux plis, bonne condition générale. Omis par Tooley. Très rare.

FRICX (Eugène Henry).

[VALENCIENNES] Plan de la ville et citadelle de Valenciennes ville forte du comté d'Hainaut située sur la rivière de l'Escaut ; elle fut prise sur les Espagnols par les François le 17 mars 1677.

Bruxelles, Eugène Henry Fricx, 1709. 370 x 477 mm.

Beau plan gravé figurant la ville et la citadelle de Valenciennes, dressé en 1709 par Eugène Henry Fricx, imprimeur de Bruxelles spécialisé dans les plans de batailles et de sièges. Bel exemplaire à grandes marges.

GANDRIOT (Melle).

Carte de la commune Yzernay.

[circa 1810]. 400 x 535 mm, monté sur carton.

Jolie carte manuscrite, encre noire et aqaurelle, de la commune d'Yzernay, dans le Maine-et-Loire, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Cholet. Y sont figurés les routes, les villages et les hameaux, les cours et étendues d'eau ainsi que les bois. Le plan de la ville d'Yzernay est placé dans un cartouche orné. Le titre est inscrit dans un cartouche architectural, flanqué de deux soldats, porté par deux éléphants, avec au sommet un soldat tenant un drapeau tricolore avec un aigle sur la hampe. La carte est orientée. Traces de pliures, petit trou au centre. Piqûres.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[BAYONNE] 1ère Vue de Bayonne.

circa 1830 217 x 266 mm.

Belle vue de Bayonne et de sa citadelle, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Petites taches dans les marges, petites déchirures dans la marge inférieure restaurées.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[BORDEAUX] 1ère Vue du port et de la ville de Bordeaux prise des Bains.

circa 1830 225 x 282 mm.

Belle vue du port de Bordeaux, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Petites rousseurs dans les marges gauche et droite, sinon bel exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[BORDEAUX] 2è Vue du port et de la ville de Bordeaux prise sous le quai de la Bourse.

circa 1830 224 x 286 mm.

Belle vue de Bordeaux, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Petites rousseurs marginales, sinon bel exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[BOULOGNE-sur-MER] Vue du port de Boulogne prise de la route de Paris.

circa 1830 217 x 295 mm.

Belle vue du port de Boulogne-sur-Mer, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Quelques rousseurs marginales. Exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[CALAIS] Vue de Calais prise du milieu de la jetée.

circa 1830 213 x 294 mm.

Belle vue du port de Calais, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Petites rousseurs dans la marge supérieure. Exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[CAUDEBEC] Vue de Caudebec prise des hauteurs du fg. St. Claire.

circa 1830 223 x 314 mm.

Belle vue de Caudebec prise depuis le faubourg Saint-Clair, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Bel exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[DIEPPE] [Vue du port de Dieppe].

circa 1830 326 x 462 mm.

Belle vue très animée du port de Dieppe, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Cette vue est différente de la vue de Dieppe publiée dans le recueil Vues des côtes de France dans l'Océan et dans la Méditerranée. Elle présente de nombreuses similitudes avec la grande vue de Joseph Vernet de 1778. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Très belle épreuve avant la lettre. Rare.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[DUNKERQUE] Vue de Dunkerque prise de l'entrée du port.

circa 1830 215 x 296 mm.

Belle vue du port de Dunkerque, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Infimes rousseurs marginales. Exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[FREJUS SAINT-RAPHAEL] Vue de la ville de Fréjus et du port de St. Raphaël.

circa 1830 214 x 296 mm.

Belle vue dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Petites rousseurs marginales. Exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[HENDAYE] Vue d'Andaye.

circa 1830 222 x 266 mm.

Belle vue de la baie d'Hendaye et de l'île des Faisans, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Très légères rousseurs dans la marge inférieure, sinon bel exemplaire à grandes marges.

GARNERAY (Louis Ambroise);

[LE HAVRE] 3me vue du Havre prise des hauteurs d'Ingouville.

circa 1830 216 x 295 mm.

Belle vue du Havre, dessinée et gravée à l'aquatinte par Louis Ambroise Garneray. Peintre, graveur et homme de lettres, Garneray fut avant tout marin même si son père, élève de David, lui enseigna le dessin et la peinture. Après avoir servi sous différents commandements dont celui de Surcouf, il se retrouva pendant huit ans, prisonnier des pontons anglais. De retour au pays, il fut nommé Grand Amiral de France et devint, en 1833, directeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Deux petites déchirures dans la marge supérieure, sinon bel exemplaire à grandes marges.