Nouveautés


     Afrique
     Amérique
     Perse et Arabie
     Asie
     Cartes célestes
     Europe
     France
     Mappemondes
     Océanie
     Pôles
     Terre Sainte
     Décoration

 

EUROPE

     Allemagne      Autriche      Bénélux      Espagne, Portugal      Europe centrale      Europe générale      Grèce      Hongrie      Iles Britanniques      Italie      Méditerranée      Pologne      Russie et ex-URSS      Scandinavie      Suisse      Turquie

141 résultats

[Camps militaires de Kassel et ses environs].

1762. 340 x 500 mm environ chacune.

Ensemble de 11 cartes manuscrites, encre brune et aquarelle, montrant les plans des camps occupés, lors de la Guerre de Sept Ans, par l'armée française, placée sous le commandement de Jacques-Philippe de Choiseul, comte de Stainville (et frère du ministre), de juin à septembre 1762, dans la région de Kassel et dans la Hesse : - Camp retranché de Cassel. L'armée a occupé deux fois ce camp, la première fois le 20 juin jusqu'au 22, et la seconde le 24 du même mois. Les troupes qui sont placées sur ce plan sont de la division de Mr. le C.te de Stainville, qui y est resté pendant le camp de Landwerhagen. - Camp de Grebenstein le 22 juin 1762. L'armée y a resté jusqu'au 24 du même mois. - Camp de Landwerhagen que l'armée a occupé depuis le 25 juin 1762, jusqu'au 15 juillet. - Camp d'Hessler. Le 24 juillet 1762. - Camp d'Oberweisel le 6 7.bre. - Camp de Langgöns du 7 au 9 7.bre. - Camp de Burckhartzfeld où l'armée du roy est arrivée le 9 7.bre et en est partie le 12. - Camp de Groffdorff le 12 7.bre. - Camp de Nider Weimar. Le 13 7.bre jusqu'au 15 du même mois. - Attaque d'Amöneburg et combat du moulin de Brückmühl, le 21 7.bre 1762. - Camp de Rosdorff le 29 7.bre. Seul le cartouche de titre du premier plan est terminé, la carte de la bataille d'Amöneburg contient un grand cartouche explicatif. Les cartes sont orientées, les échelles ne sont pas précisées, le relief est marqué par des hachures. Plusieurs marges écornées, parfois avec des déchirures mais sans manque, sauf pour le dernier plan qui présente des manques aux coins supérieur et inférieur gauche.

[Carte de la bataille de Fontenoy].

[circa 1745]. 298 x 458 mm.

Carte manuscrite, encre brune et aquarelle, des environs au sud-est de la ville de Tournai, dans le Hainaut, où se déroula la bataille de Fontenoy, le 11 mai 1745. Y sont figurés le plan des fortifications de Tournai et de sa citadelle, le cours de l’Escaut, les bois, les villages (dont Antoing et Fontenoy), les hameaux et habitations, les positions des troupes en présence (les Français en bleu, les Anglais en rouge, les Hollandais en jaune), les redoutes et les fortifications élevées par les Français autour des villages de Fontenoy et d’Anthoin, et les tirs d’artillerie. Avec, dans un cartouche en haut à gauche du plan, les positions françaises avant la bataille. En ce début de 1745, lors de la Guerre de Succession d'Autriche, les armées françaises ont envahi les Pays-Bas autrichiens, et ont mis le siège devant la ville de Tournai. Une armée anglo-néerlandaise se porte alors en défense de la ville assiégée. La rencontre a lieu à Fontenoy où le maréchal de Saxe, à la tête de l'armée française, avait placé ses troupes. Ce fut une victoire française, et la ville de Tournai fut ensuite rapidement prise. L'échelle est en lieues. Cachet armorié de Louis-Charles Delécey de Changey. Bonne condition.

[Carte de la région d'Oppenau].

[circa 1770]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 870 x 640 mm.

Belle carte manuscrite, entièrement aquarellée, de la vallée de la Rench entre Oberkirch et Oppenau, et de la région au sud de cette ville, en Forêt Noire, dans le Bade-Wurtemberg, près de la frontière française. Y sont figurés, outre ces deux villes, les vallées, les cours d'eau, les villages, les routes, les parties boisées, et deux forts. Les contours de la carte correspondent au bassin supérieur de la Rench, qui est au sud d'Oberkirch, et tout autour sont indiquées les frontières qu'elle a avec les territoires du Würtemberg, de la ville de Zell am Hamersbach, de l'abbaye de Gengenbach, et de l'évêché de Strasbourg. Jusqu'en 1803, Oberkirch et Oppenau étaient des possessions des évêques de Strasbourg. La carte est orientée. Petites traces de frottement sur les parties blanches de la carte. La toile noire qui double la carte est fragilisée au niveau des pliures.

[Carte de la région du cours supérieur de la Lahn].

1760-1762. 333 x 470 mm.

Carte manuscrite sur papier, encre noire avec rehauts d'encre rouge et traces de bleu, du cours supérieur de la Lahn, dans la région de Hesse. Y sont figurés la Lahn et ses affluents, les villes et villages, dont Wetter, Biedenkopf et Bad Laasphe, les routes et les moulins, et les emplacements des campements d'un corps d'armée placé sous le commandement de M. de Stainville, très probablement Jacques-Philippe de Choiseul, comte de Stainville, lieutenant général des armées du roi placé sous le commandement du maréchal de Broglie lors des dernières campagnes de l'armée française en Hesse durant la Guerre de Sept Ans. La carte n'a pas de titre mais seulement une légende donnant les noms des commandants des différents postes. L'échelle est de deux pouces pour une lieue, le relief est marqué par des hachures. Taches brunes dans la marge droite, déchirures sans manque, traces de pliures, marges légèrement écornées.

[Carte du bailliage de Deux-Ponts].

[circa 1790]. En 48 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,05 x 1,02 m.

Carte manuscrite, encre noire et aquarelle, du bailliage de Deux-Ponts, en allemand Zweibrücken, faisant partie de la principauté de Deux-Ponts, aujourd'hui comprise dans les Lands de la Sarre et de Rhénanie-Palatinat, au nord de la frontière française. Y sont figurés les plans des villes principales (Kübelberg, Waldmohr, Homburg, Blieskastel, Hornbach...), les routes et les ponts, les cours d'eau, les lacs et les régions marécageuses, ainsi que les parties boisées. La carte est orientée, l'échelle est en toises, le relief est marqué par des ombres portées et parfois des hachures. La petite principauté de Deux-Ponts, ou Zweibrücken, était un état du Saint-Empire romain germanique qui, en 1792, fut envahi par les troupes françaises. Elle fit partie, jusqu'en 1815, du département du Mont-Tonnerre. Petites taches et quelques frottements.

[Carte du nord des Balkans].

[circa 1820]. En 12 sections entoilées et repliées de 560 x 780 mm.

Carte manuscrite, lavis bleu et noir avec des rehauts en rouge et en jaune, d'une région couvrant les actuels territoires de l'Albanie et de la Macédoine, du nord de la Grèce et de la Turquie d'Europe, délimitée à l'ouest par la côte de l'Adriatique, au sud par la mer Egée, et à l'est par la mer Noire. Elle couvre les régions de l'époque qu'étaient la Macédoine, l'Épire, la Théssalonique, et la Thrace. Y sont figurés les villes, les rivières, les lacs, et le réseau routier permettant de relier Constantinople à la mer Adriatique. Cette carte a été dressée au début du XIXe siècle, au moment où la lutte des Grecs contre l'empire ottoman pour leur indépendance (1821-1829) suscita un mouvement de sympathie à travers toute l'Europe, connu sous le nom de philhelénisme. L'échelle est de 60 miles pour 1 degré ; le relief est marqué par ombres portées. Bonne condition.

[Plan de la forteresse de Verrua sur le Pô, près de Crescentino].

1705. En quatre feuilles jointes de 1,14 x 0,81 m.

Beau plan, encre et aquarelle, de l’attaque du pont sur le Pô, au pied de la forteresse de Verrua dans le Piémont. Y sont figurés la partie ouest de la place forte de Verrua avec le «basfort» et le donjon; les bras de Pô; le campement, les redoutes et les tranchées de l’armée française; le pont défendu par le «fort de l’isle» entre deux bras du Pô, et une tête de pont menant au camp de Crescentino (où se trouve l’armée du duc de Savoie); et enfin le schéma d’attaque du fort sur l’île par l’armée française, placée sous le commandement du duc de Vendôme. La prise du fort de l’île au pied de la forteresse de Verrua, au début de mars 1705 (lors de la Guerre de Succession d'Espagne), fut la première phase du siège qui mena l’armée française, le 10 mars suivant, à prendre la place forte elle-même. Traces de pliures avec de petits manques au croisement de deux pliures, bordure droite écornée avec de petites déchirures sans manque.

[Plan de la ville et de la baie de Cadix].

1825. 222 x 312 mm.

Plan manuscrit, encre brune et rehauts d'aquarelle, montrant la ville et une partie de la rade de Cadix. Y sont figurés la presqu'île de Cadix avec le contour de ses fortifications, l'île de Léon, la baie Sainte-Marie avec l'île et le fort du Trocadéro, les forts défendant la côte, quelques bâtiments, les récifs le Diamant et les Porcs, et le chenal de la Carraque. Bien que la carte soit pourvue d'une échelle, les proportions ne sont pas vraiment respectées et la carte s'apparente plus à un schéma explicatif, probablement dressé en 1823, au moment de la bataille du Trocadéro qui vit un corps expéditionnaire français venir au secours du roi d'Espagne, Ferdinand VII, prisonnier à Cadix après une révolution libérale. L'échelle est en toises. Traces de pliures, petites taches et un petit trou dans la partie blanche du papier.

[Plan de Philippsburg].

[circa 1710]. 455 x 715 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, de la ville de Philippsburg dans le Bade-Wurtemberg. Y sont figurés le plan de la ville, le détail des fortifications, un bastion avancé sur la rive gauche du Rhin, les chemins, les champs, les parties marécageuses, et quelques éléments en dehors de la ville (moulin brûlé, redoute des Capucins, redoute du cimetière). Située sur la rive droite du Rhin, Philippsburg est une ville que se sont longtemps disputée la France et l'Empire. Elle doit son nom à Philipp Christoph von Sötern (1567-1652), évêque de Spire qui y fit construire la première forteresse. L'échelle est en toises. Traces de pliure et de mouillures; petits manques le long des pliures, sans manque important. Le papier est coupé au ras des marges.

[Plan de Rome].

[circa 1830]. En deux feuilles jointes de 415 x 525 mm.

Très intéressant plan manuscrit de la ville de Rome, encre et aquarelle, superposant le plan de la ville antique (à l’encre brune) et celui de la ville moderne (à l’aquarelle rose). Le relief est figuré par de fines hachures au crayon. Bonne condition.

[Plan du siège de Sébastopol] [et] Plan des attaques de Sébastopol.

1854-1855. 272 x 422 mm et 288 x 386 mm, sur papier fin.

Cartes manuscrites, encre noire et rehaut d'aquarelle, du siège de Sébastopol, copie d'une carte publiée dans le journal Le Constitutionnel, le 23 octobre 1854, et des attaques de Sébastopol, copie d'un plan publié dans le journal L'Illustration, le 29 mars 1856. Les cartes ne sont pas signées, mais elles provienent de la collection de Louis-Charles Delécey de Changey et sont de sa main. Le siège de Sébastopol est l'épisode principal de la Guerre de Crimée qui opposa, de 1853 à 1856, l'empire russe à une coalition formée de l'empire Ottoman, du Royaume-Uni, de la France et du royaume de Sardaigne, et qui s'acheva par la défaite de la Russie. Il dura onze mois, d'octobre 1854 à septembre 1855, fut meurtrier et marqué par des épidémies, mais marqua le début de la défaite russe. Belle condition.

Carte des environs d'Eissenac.

1757. En 2 feuilles jointes de 271 x 830 mm, dont plan de 271 x 433 mm.

Belle carte manuscrite, encre noire et aquarelle, de la ville et des environs d'Eisenach, à l'ouest du Land de Thuringe. La carte comprend la région de la vallée de l'Hörsel un peu en amont d'Eisenach jusqu'à son embouchure dans la Werra, et figure le contour de la ville, le détail des habitations de ses faubourgs et des villages de la vallée, les routes, la Nesse et d'autres affluents du Hörsel, ainsi que l'emplacement et les mouvements de troupes autour de la ville. Le texte manuscrit explique que la carte indique «la position des troupes du roy aux ordres de M. le P.ce de Soubise ainsi que celle des troupes de l'Empire qui n'a été déterminée que le 16 au soir [...] mais enfin tous les avis se sont réunis à la regarder comme très avantageuse pour y attendre l'ennemi s'il ose s'y avancer». La suite du texte détaille la position des armées, et de conclure: «cette position ne peut être forcée [...], il n'y a plus à craindre que l'indétermination de M. le prince de Hildeburghausen, qui n'ayant pas beaucoup de confiance à la valeur de ses troupes, aura de la peine à se décider d'y attendre l'ennemy». Ce plan et le texte qui l'accompagne se rapportent à l'un des épisodes de la Guerre de Sept Ans, alors qu'une armée française, placée sous le commandement du maréchal de Soubise, fut envoyée par Louis XV pour aider l'Autriche contre le roi de Prusse. Les deux armées firent leur jonction le 27 août 1757 à Erfurt, puis se replièrent à Eisenach mi-septembre à l'approche de l'armée prussienne, qui renoncera à les y attaquer. La carte est orientée, l'échelle est en toises, le relief est marqué par ombres portées. Petite déchirure au bas de la carte restaurée. Coloris très frais. Replié.

Carte des environs de Namur.

[circa 1690]. 425 x 540 mm.

Belle carte à l'encre brune et aquarelle des environs de Namur, depuis la ville de Gembloux (orthographiée Gemblours) qui se trouve dans le coin nord-ouest de la carte, jusqu'au village de Gerves au sud-est. Y sont figurés les rivières, les routes et les chemins, les parties boisées et les terres cultivées, les villages, les hameaux et les ermitages, un moulin à grain et un autre à papier. Le plan de la ville de Namur est très bien détaillé, on y voit l'enceinte bastionnée, la citadelle, le faubourg de Jambes, mais pas le fort Guillaume qui a été construit en 1690-1691. Le filigrane du papier est celui de Benoît Colombier, papetier à Ambert entre 1660 et 1685, à qui l'on attribue la conception et la réalisation des plus grandes feuilles produites au XVIIe siècle. Ces feuilles, particulièrement recherchées par les cartographes, ont notamment été utilisées pour l'édition parisienne de 1693 du Neptune François. Traces de pliure, bordure jaunie et légèrement écornée avec de petites déchirures sans manque à la carte. Pacha et Miran, p. 61 (Dictionnaire des papetiers).

Carte des environs du fort de Kell pour faire connoitre la position du camp de l'armée du roy depuis le 12 8.bre 1733 jusqu'au 3e 9.bre.

1733. 357 x 545 mm.

Carte manuscrite, encre et aquarelle, de la rive droite du Rhin, portant les environs de la ville de Kehl. Y sont figurés le Rhin, la citadelle de Kehl, quelques villages, les chemins, les cultures et les bois, ainsi que l'emplacement des troupes françaises qui, en ce début de Guerre de Succession de Pologne, ont franchi le Rhin pour assiéger la citadelle de Kehl. Une légende détaille les noms et emplacements des bataillons d'infanterie et de cavalerie. La carte est orientée, l'échelle est en toises. Carte entièrement doublée de soie. Traces de pliures, petites déchirures dans les marges.

Citadelle de Milan.

[circa 1756]. 340 x 505 mm, entoilé.

Belle carte manuscrite, encre noire et lavis, portant le détail de la citadelle de Milan avec tout son système défensif, l'enceinte fortifiée, les fossés et les bastions avancés. Une esquisse du plan de la ville de Milan autour de la citadelle et le dessin de jardins complètent le dessin. Des tranchées d'approche, l'emplacement d'une batterie et la mention "maisons démolies" près de l'église des Carmes laissent supposer qu'il s'agit d'un plan d'un siège de la citadelle. Le plan a probablement été dessiné lors de la tentative de blocus de la citadelle de Milan, en 1756, par des troupes espagnoles placées sous le commandement de Jean-Thierry du Mont, comte de Gages, lors de la Guerre de Succession d'Autriche. Le plan est orienté et pourvu d'une échelle dont l'unité n'est pas précisée. Traces de pliure, petite déchirure le long d'une pliure sans manque important.

Egra.

1742. 350 x 565 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, de la ville d’Egra, en Tchéquie, près de la frontière allemande. Y sont figurés le plan de la ville avec les rues, les bâtiments principaux, les fossés, l’enceinte fortifiée avec ses bastions, la boucle du fleuve Eger au pied des remparts, quelques bâtiments d’un faubourg, les champs et les vergers. Plusieurs numéros sur le plan renvoient à une légende à la gauche du plan. En avril 1742, lors de la Guerre de Succession d'Autriche, la ville d'Egra fut assiégée et prise par les troupes du maréchal de Broglie. Le plan a été complété, par une autre main, des détails des ouvrages des militaires français : galerie sous les remparts, chemins couverts, redoute (sur une partie ajoutée en haut du plan), une digue «pour faire refluer la rivière à la hauteur que l’on jugera convenable en cas d’attaque» et «ligne formée d’abatis d’arbres provenant des vergers marqués sur le plan». La légende a également été complétée à l'encre brune. L'échelle est en toises. Ex-libris manuscrit au dos du chevalier de Golbering, 1779. Traces de pliures, marges écornées avec de petites déchirures sans atteinte au dessin, petites taches brunes.

Fort S.te Izabeth du Passage à la côte de Guipuscöa en Espagne.

[circa 1750]. 362 x 506 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, du Fort Santa Isabel situé à l'entrée du port de Pasaia (Pasajes en castillan, Le Passage en français), à l'embouchure d'un estuaire, près de Saint-Sébastien, au Pays Basque espagnol. Y sont figurés l'épais mur d'enceinte percé de meurtrières, les bâtiments qui s'y trouvent, plusieurs escaliers, et une source ; le littoral rocheux est bien détaillé. Le Fort Santa Isabel fut construit en 1621 pour défendre l'entrée du port de Pasaia, et fut actif jusqu'en 1867. On conserve aujourd'hui des restes de fortifications et autres éléments de défense. Le port de Pasaia est, avec Bilbao, le seul port de la côte basque. Mais c'est la rade la plus sûre de toute la côte nord de l'Espagne, dont un goulet protège le bassin des caprices de la mer. C'est depuis ce port qu'en 1777, La Fayette embarqua pour les États-Unis. L'échelle est en toises. Taches brunes dans la partie inférieure et traces de pliure, petites déchirures doublées dans les marges.

Fronti basse delle nuove fortificazioni di Genova verso la foce del Bisagno.

[circa 1790]. En 3 feuilles jointes de 223 x 945 mm.

Beau dessin manuscrit, encre noire et lavis, figurant une partie des fortifications de la ville de Gênes en Ligurie. Cette partie, comprise entre le bastion du Prato et le bastion Ricci, est située à l'embouchure du fleuve Bisano. Une petite note en italien indique que les parties en jaune doivent être surélevées. L'échelle est en toises de Paris et en pas génois. Au dos figure le titre «Mappa delle fronti basse del Bisagno. Gênes». Pliures.

Isle de Jersey.

[circa 1775]. En 3 feuilles jointes de 400 x 628 mm.

Belle carte, encre noire et aquarelle, de l'île de Jersey, dans la Manche, à l'ouest de la péninsule du Cotentin. Y sont figurés les contours de l'île, les rivières avec leurs moulins, les villages et hameaux, ainsi que le système de défense de l'île avec ses redoutes, batteries et châteaux. Jersey est la plus grande et la plus méridionale des îles anglo-normandes, devenues anglaises lors de la conquête de l'Angleterre par le duc Guillaume de Normandie, en 1066. Depuis, les îles sont restées sous la souveraineté des ducs de Normandie. De ce fait son statut juridique est très particulier, elles ne sont pas rattachées au Royaume-Uni (et ne font donc pas partie de l'Union Européenne) : c'est une dépendance de la couronne, un bailliage placé sous la souveraineté de la reine d'Angleterre qui y règne en tant que duc de Normandie. La carte est orientée, l'échelle est en lieues. Traces de pliures, petite déchirure le long d'une pliure. Belle condition générale.

Philippeville.

[circa 1710]. 422 x 602 mm.

Beau plan manuscrit sur papier à l'encre noire et aquarelle, montrant les fortifications et la ville de Philippeville, dans la province de Namur, avec ses principaux bâtiments et ses nombreux jardins ainsi que les chemins et les champs hors de la ville. Philippeville fut fondée en 1555 par Marie de Hongrie, gouverneur des Pays-Bas et sœur de Charles Quint, pour contrer les incursions françaises aux Pays-Bas espagnols. Devenue française en 1659 (par les traité des Pyrénées), ses fortifications sont renforcées et complétées par Vauban. Puis Philippeville est rattachée au royaume des Pays-Bas en 1815, avant de devenir belge lors de la révolution de 1830. Le titre est inscrit dans un beau cartouche en grisaille décoré de trophées militaires. L'échelle est en toises. Bel exemplaire.

Pianta della città di Temesvar designata nel statto ch'essa fù resa a le arme imperiali sotto il glorioso comando di sua A. il prencipe Eugenio di Savoia li 13 d'agosto MDCCXVI.

1716. En 2 feuilles jointes de 410 x 644 mm.

Beau plan manuscrit sur papier mince, représentant le siège de Timisoara, à l'ouest de la Roumanie. Y sont figurés les fortifications de la ville et de son château, la rivière Bega qui entoure la ville, les chemins et quelques bâtiments à l'extérieur de la ville, ainsi que le plan des attaques et tranchées mises en place par l'armée du prince Eugène de Savoie, lors du siège de la ville, en 1716, dans le cadre de la guerre entre l'empire et les Ottomans, mettant fin à la domination ottomane sur la ville depuis 1552. Le titre et la légende sont inscrits dans des cartouches en grisaille. Le plan est orienté par une rose des vents, l'échelle est en pieds. Traces de pliures, marges froissées avec trois petits trous, l'un dans la marge, et les deux autres dans des parties blanches du dessin ; petite tache brune.

Pianta della città e fortezza di Savona.

1772. En 2 feuilles jointes de 535 x 700 mm.

Plan manuscrit, encre brune et lavis, portant le détail de la forteresse, du plan de la ville et des jardins de Savone en Ligurie. Une légende importante identifie les bâtiments civils et religieux de la ville et du dispositif défensif de la citadelle. Le plan est orienté, l'échelle est en pas. Pliures. Marges écornées avec de petites déchirures sans manque important.

Plan d'Orzi Nuovi dans le territ. brescian.

[circa 1790]. 392 x 524 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et lavis, portant le détail des rues et des fortifications de la ville d'Orzinuovi en Lombardie. Située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Brescia, la place forte d'Orzinuovo fut fondée en 1193 pour protéger le territoire bressan. La ville a depuis lors partagé l'histoire de Brescia, qui est passée sous la domination vénitienne au XVe siècle jusqu'à la fin de l'indépendance de la cité-état en 1797. Des lettres sur le plan renvoient à une légende identifiant les portes, bastions, demi-lunes, magasin à poudre et autres ouvrages militaires de la ville. L'échelle est en pas vénitiens. Marge supérieure froissée, sinon très belle condition.

Plan de Belgrade, capitale de la Servie, avec ses nouvelles fortifications.

1788. 446 x 572 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, montrant le détail du plan de la ville, de ses fortifications et du fort de Belgrade, au confluent du Danube et de la Save. Deux cartouches destinés à la légende ont été laissés en blanc. Ce plan a été réalisé au début de la Guerre Russo-Turque, lorsque l'Autriche entra en guerre contre l'Empire Ottoman et mit le siège devant Belgrade. Petites déchirures doublées dans les marges.

Plan de Cadiz.

[circa 1710]. 455 x 306 mm.

Belle carte manuscrite, à l'aquarelle, de la baie de Cadix, sur la côte andalouse. Y sont figurés l'enceinte de la ville et des forts qui la protègent, des tours, quelques villages et maisons, un moulin, et trois navires. Le plan ne comporte aucune légende ni nom de lieu, hormis le titre qui est inscrit dans un cartouche surmonté d'un dessin figurant les instruments utilisés par le cartographe. Le plan est orienté, l'échelle est en lieues. Papier jauni, quelques piqûres; trace de pliure, petites déchirures dans les marges, une marge doublée au dos.

Plan de Dantzig.

[circa 1740]. 381 x 497 mm, sur papier fin huilé et doublé.

Carte manuscrite, encre noire et aquarelle, portant le détail de la ville et des environs proches de Dantzig (ou Gdansk) en Pologne, près de la mer Baltique. Y sont figurés le plan de la ville et de ses fortifications, la Vistule et l'important réseau de canaux qui y est relié, les habitations, les parcelles cultivées, ainsi que des réseaux de tranchées et des rectangles d'emplacements de troupes. Y sont également figurées les tranchées d'approche et les positions des troupes françaises lors du siège de la ville en 1734, durant la Guerre de Succession de Pologne, lorsque Louis XV envoya des troupes secourir son beau-père, Stanislas Ier, nouvellement élu roi de Pologne, alors qu'il s'était réfugié dans la forteresse de Dantzig, assiégée par des troupes russes. Le plan est orienté, l'échelle est en Ruthen Rhein, le relief est marqué par des hachures. Traces de pliure, petites pliures dans les marges et quelques minuscules manques dans le plan.

Plan de Gertruydenberg.

[circa 1793]. 470 x 600 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, de la ville de Mont-Sainte-Gertrude dans la province du Brabant septentrional. Y sont figurés la rivière Donge, le plan de la ville avec ses jardins, le détail des fortifications, les polders, digues et chemins hors de la ville. Une flèche aux couleurs du drapeau français indique le sens du courant. Lors des guerres révolutionnaires, la ville de Mont-Sainte-Gertrude, ou Gertruydenberg, fut prise par l'armée française commandée par le général Dumouriez le 5 mars 1793, puis reprise par l'armée du prince d'Orange, le 1er avril de la même année. Le plan fut très certainement établi à cette époque. Les trois couleurs de l'empennage de la flèche indiquant le sens du courant en témoignent, mais, pour ce faire, on s'est servi d'un plan de cette ville publié en 1747 chez Le Rouge; la taille en a été augmentée et le cadre légèrement agrandi, mais les numéros de renvois sur le plan et la légende sont identiques. L'échelle est en toises.

Plan de la citadelle d'Anvers.

1793-1795. En deux feuilles jointes de 635 x 955 mm.

Beau plan très détaillé de la citadelle d'Anvers, située au sud de la ville d'Anvers, sur la rive de l'Escaut, dans la région flamande. Y sont figurés le détail des fortifications et le plan des bâtiments de la citadelle. La table des renvois est placée à droite du plan. À la fin du XVIIIe siècle, Anvers faisait partie des Pays-Bas autrichiens. Elle participa à la révolte contre les Autrichiens qui déboucha sur la création, en 1790, de l'éphémère confédération des États-Belgiques-Unis. Mais la bataille de Jemmapes, en novembre 1792, aboutit, après quelques escarmouches, au rattachement de la Belgique à la France révolutionnaire. C'est après cet épisode que le plan a été réalisé, car le légende mentionne une caserne détruite lors du bombardement de 1792. Petite mouillure dans la marge gauche, rares piqûres, trace jaunie au niveau de la jonction des deux feuilles.

Plan de la Mirandole et de ses attaques, commencés la nuit du quatre au cinq octobre 1734.

[circa 1735]. 269 x 394 mm.

Plan manuscrit, encre noire et aquarelle, de la ville de Mirandola, au nord de Modène. Y sont figurés le plan de l'enceinte fortifiée et du château, les chemins qui y mènent et le canal de la Concordia. Le plan indique le tracé des «attaques» avec les tranchées d'approche, les redoutes et la position des batteries lors du siège de la ville par les troupes françaises sous le commandement du général de Maillebois, au cours de la Guerre de Succession de Pologne. Alors que les travaux d'approche étaient terminés et qu'une brèche avait été faite dans les murs, les assiégeants furent contraints de partir, le 12 octobre 1734, devant l'avancée des troupes autrichiennes. Le plan est orienté, l'échelle est en toises. Très bonne condition.

Plan de la ville d’Egra située sur la frontière de Bohême dans le haut Palatinat.

1742. 338 x 441 mm.

Beau plan manuscrit, encre et aquarelle, montrant le plan de la ville, les rues, les principaux bâtiments, l’enceinte fortifiée, les fossés et les collines environnantes. Le relief est marqué par ombres portées. Plusieurs numéros sur le plan renvoient à une légende à la droite du plan. Le plan a été dessiné au moment de la prise de la ville par le maréchal de Saxe; y sont figurées les positions des armées françaises et les batteries d’artillerie ; un texte sous le titre donne des précision sur les remparts, les fossés, la rivière, l’angle de tir des batteries et le déroulement de la bataille. La ville d’Egra (qui se trouve actuellement en République tchèque, tout près de la frontière avec l’Allemagne), fut prise en avril 1742, après un siège de 12 jours, par les troupes du maréchal de Saxe au service de la France, lors de la Guerre de Succession d’Autriche (1740-1748). Ex-libris manuscrit au dos du chevalier de Golbering, 1779. L'échelle est en toises. Traces de pliure, petites déchirures sans manque dans la marge.

Plan de la ville et citadelle de Tournay.

1691. 485 x 663 mm.

Beau plan manuscrit, encres de couleurs et aquarelle, de la ville de Tournai, dans la province du Hainaut. Y sont figurés la rivière Escaut et ses ponts, le plan de la ville avec ses églises et ses principaux bâtiments, le plan de la citadelle, et le détail des fortifications. Prise en 1667 par Vauban, lors de la Guerre de Dévolution, après un siège de deux jours seulement, la ville de Tournai fut ensuite presque entièrement remaniée par les ingénieurs du roi. Une citadelle pentagonale fut édifiée dans la ville haute, de nombreux bastions furent construits pour protéger les murs de la ville, le cours de l'Escaut fut modifié, de nouveaux ponts furent édifiés et les autres modifiés. Malgré tout, pendant la Guerre de Succession d'Espagne, en 1709, la ville fut prise après un siège de trois semaines et la citadelle capitula un mois plus tard. Le traité d'Utrecht de 1713 rendit la ville aux Provinces-Unies. Le plan est orienté. Marge supérieure partiellement coupée au trait d'encadrement, sinon très bel exemplaire dans de beaux coloris.

Plan de la ville, chasteau, & citadelle de Casal.

[circa 1720]. 427 x 574 mm.

Très beau plan manuscrit sur papier, à l'encre noire et aquarelle, montrant la rivière Pô et ses nombreux bras, et le détail du plan et des fortifications de la ville de Casale Monferrato dans le Piémont. Propriété des ducs de Mantoue au XVIIe siècle, la ville de Casale Monferrato est vendue en 1682 au roi de France Louis XIV qui charge Vauban d'en renforcer les fortifications. Une première campagne de travaux s'achève en 1684, puis une seconde a lieu en 1691-1693 pour aboutir au résultat définitif montré par notre plan. Durant la Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697), Casale est prise par les Piémontais puis, en 1696, reprise par Vauban lui-même. Les fortifications de la ville furent détruites par les Français avant la restitution définitive de la ville aux Piémontais par le traité d'Utrecht de 1713. Le plan est orienté par une rose des vents. Condition excellente.

Plan de Passau.

[circa 1850]. 118 x 152 mm.

Très jolie petite carte manuscrite, encre et aquarelle, portant le détail de la ville et des environs immédiats de Passau, en Bavière, au confluent du Danube, de l'Inn et de l'Ilz. Y sont figurés le Danube et ses deux affluents, la ville de Passau et ses faubourgs, les chemins, les bois et les hameaux. Le plan est orienté, l'échelle est en mètres, le relief est figuré par des hachures. Condition excellente.

Plan de Péniscola et terrain environant.

1813. 630 x 850 mm, sur beau papier vélin.

Très belle carte de la presqu'île de Peñíscola et de ses environs. Y sont figurés le littoral avec la presqu'île sur laquelle on voit l'enceinte, le château et le plan de la ville, et une partie de la côte, à l'ouest de la péninsule, avec les chemins, les zones cultivées, quelques bâtiments et plusieurs puits. Bâtie sur un îlot rocheux relié à la terre par un isthme de sable, et pourvue de sources d'eau douce, la péninsule de Peñíscola a toujours été une place forte. Le château actuel fut bâti par les Templiers à la fin du XIIIe siècle. Les fortifications furent reconstruites au XVIe siècle. La carte est orientée, l'échelle est en toises. Taches brunes au bas de la marge inférieure, sinon belle condition.

Plan de Péñiscola.

1813. 612 x 803 mm, sur beau papier vélin.

Très beau plan manuscrit, encre et aquarelle, de la presqu'île de Peñíscola, dans la province de Castellón, sur la côte méditerranéenne, entre Barcelone et Valence. Y sont figurés le littoral, le cordon de sable qui relie la presqu'île à la terre, le plan des rues et du château (beaucoup plus détaillé que pour la ville où seuls les blocs de bâtiments sont dessinés), et les ouvrages de défense qui entourent la ville. Lors de la campagne d'Espagne, la ville fut prise le 4 février 1812 par les troupes françaises placées sous le commandement du maréchal Suchet, et occupée jusqu'en mai 1814, après un siège par les Espagnols au cours duquel la poudrière, près du château, explosa, causant des dégâts importants aux maisons environnantes. Le plan est orienté, l'échelle est en toises. Très belle condition.

Plan de Rees.

1762. 410 x 552 mm.

Plan manuscrit, encre noire et aquarelle, de la ville de Rees, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie sur la rive droite du Rhin, et près de la frontière avec les Pays-Bas. Y sont figurés le Rhin et son pont de bateaux, la ville sur la rive droite avec le détail de ses fortifications ainsi qu'un projet de renforcement de ceux-ci, les routes, une digue, un moulin, et un ruisseau à l'extérieur de l'enceinte ; le plan des faubourgs est esquissé au crayon. Daté de 1762, ce plan a été réalisé lors de la campagne en Allemagne pendant la dernière année de la Guerre de Sept Ans. La carte est orientée, l'échelle est de 2 pouces pour 100 toises. Traces de pliures, petites déchirures dans les marges sans manque important, trous d'épingle aux quatre coins.

Plan de Taragone et des ouvrages projetés pour la réduction de cette place.

1811. 555 x 760 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et lavis, de la ville de Tarragone, au sud de la Catalogne, au bord de la Méditerranée. Y sont figurés le plan de la ville et celui de la ville basse, avec les fortifications qui les entourent, le fort Olivo, la rivière Francoli, les chemins, le rivage et la jetée du port. Une partie seulement de la ville est en coloris plus accentués que le reste du plan, correspondant à la zone que les occupants on décidé de conserver. Assiégée une première fois durant la campagne d'Espagne (1808-1814), la ville de Tarragone est prise par le maréchal Suchet le 28 juin 1811 après un siège de cinquante-cinq jours et un assaut meurtrier. Puis il fallu mettre la ville en défense. Pour cela, un projet propose de réduire la surface de la ville et de la protéger par un nouvel ouvrage défensif reliant une partie des anciennes fortifications. En 1813, les Anglais tenteront, en vain, de reprendre la ville, mais l'armée française devra se replier quelque temps plus tard devant l'avancée des troupes espagnoles, portugaises et anglaises coalisées contre la France. L'échelle est en mètres, le relief est marqué par ombres portées. Petites taches et traces de poussière dans les marges qui sont écornées avec de petites déchirures, une déchirure plus importante doublée et sans manque dans la partie gauche du dessin.

Plan de Weesep.

[circa 1700]. 226 x 262 mm, monté sur papier fort.

Plan manuscrit sur papier, à l'encre noire et lavis, de la ville et des fortifications de Weesp, en Hollande septentrionale, près de l'embouchure de la Vecht. Y sont figurés le cours de la rivière et de ses bras et ses trois ponts, le plan de la ville et de ses quatre bastions construits après le siège de 1672 par les Français (dans la cadre de la guerre de Hollande), la zone inondable avec la profondeur de l'eau, les chemins et digues, et deux ruines d'anciens batardeaux. L'échelle est en toises. Condition parfaite.

Plan des attaques de Charleroi.

[après 1794]. 490 x 616 mm.

Beau plan manuscrit, encre noire et aquarelle, de la ville de Charleroi dans le Hainaut. Y sont figurées la rivière Sambre, les fortifications de la ville haute et de la ville basse, les zones inondables entourant la ville, les tranches et batteries mises en place lors du siège de 1794. En pointillé sont également figurées les tranchées et batteries du siège de 1746 ainsi que les parties des fortifications détruites au moment de la restitution de la ville à l'Autriche en 1748. Au cours des XVIIIe et XVIIIe siècles, la ville de Charleroi a été plusieurs fois prise puis perdue par les Français, et la dernière ne fut pas la plus simple, comme l'indique le sous-titre : le siège de cette place fut commencé le 13 prairial (1er juin 1794), levé le 15 (3 juin), repris le 25 (13 juin), levé le 28 (16 juin), repris le 30 (18 juin) et enfin terminé le 7 messidor 2me année Rép.que (25 juin 1794), époque de la prise. En effet, le général Charbonnier à la tête de l'armée des Ardennes, échoua une première fois et fut rappelé à Paris et destitué. C'est finalement le général Jourdan qui prit la ville après un bombardement de sept jours ; le lendemain il remporta la bataille de Fleurus qui permit à la France révolutionnaire d'annexer les Pays-Bas autrichiens. Rare plan réunissant sur une même feuille les deux derniers sièges de Charleroi par les Français : celui de 1746 par le prince de Conti lors de la Guerre de Succession d'Autriche, et celui de 1794. Trous d'épingle aux angles.

Plan des attaques de Fontarabie. La tranchée a esté ouverte la nuit du 27 au 28e may 1719. La guarnison a capitulé le 16e juin à 6 heures du soir.

[début du XVIIIe siècle]. 253 x 311 mm, papier marouflé sur toile.

Plan manuscrit, encre noire et aquarelle, des murs de la ville de Fontarrabie, au Pays Basque espagnol, sur la rive gauche de l'estuaire de la Bidassoa qui forme la frontière avec la France, en face de la ville d'Hendaye. Y sont figurés les contours de l'enceinte fortifiée, l'estuaire, les tranchées et les batteries mises en place par l'armée française. La ville de Fontarrabie fut prise en juin 1719, lors de la Guerre de la Quadruple-Alliance (1718-1720) qui opposa l'Espagne à une alliance formée de l'Angleterre, de l'Autriche et des Pays-Bas, à laquelle se joignit la France en 1719 avec une armée placée sous le commandement du maréchal de Berwick, qui fut envoyée au Pays Basque espagnol. L'échelle est en toises. Trous aux angles.

Plan du camp de Steinheim.

[circa 1745]. 195 x 262 mm.

Joli plan manuscrit, encre noire et aquarelle, du campement de l'armée française à Steinheim, dans la Hesse, en face de Hanau qui est sur l'autre rive du Main, et à quelques kilomètres à l'est de Francfort-sur-le-Main. Y sont figurés le Main et deux petits affluents, la ville de Steinheim et les villages de Nider Steinheim et Gros Hainstatt, les chemins, les bois, les champs, et l'emplacement des différents régiments de l'armée française en stationnement près de Steinheim. Cette carte illustre un épisode de la Guerre de Succession d'Autriche, lorsqu'une armée française, placée sous le commandement du prince de Conti, manœuvrait au-delà du Rhin, fin juin 1745. L'échelle est en lieues. Traces de pliures avec deux minuscules manques à deux d'entre elles. Coloris très frais.

Plan du chasteau et bourg de S.t Félix avec ses nouveaux travaux. Citué à trois mille de la Mirandole.

[circa 1705]. 265 x 359 mm.

Beau plan manuscrit du bourg de Saint Félix, ou San Felice sul Panaro, près de Mirandola, dans la province de Modène. Y sont figurés le plan de la ville et du château, les fossés qui les entourent, les chemins, les champs et quelques maisons au-delà de l’enceinte. Ce plan a probablement été dessiné lors de la Guerre de Succession d’Espagne (1701-1714), alors que des troupes françaises, sous le commandement du duc de Vendôme, menaient campagne dans le Piémont. La légende indique les magasins à fourrage et à bois, ainsi que des travaux de remise en état et de prolongation de l’enceinte palissadée de la petite ville. L’encre noire utilisée pour tracer un cadre autour du plan a attaqué et percé le papier de sorte qu’une grande partie de la marge s’est détachée et a disparu.

Plan du château de Démon.

[circa 1740]. En 2 feuilles jointes de 720 x 285 mm.

Beau plan à l'encre de Chine, du fort de Demonte, dans la vallée piémontaise de la Stura di Demonte, à une vingtaine de kilomètres de la frontière française. Y sont figurés le château avec ses trois enceintes, et les différents éléments de défense, avec des remarques dans la légende sur leur état d'achèvement. Situé sur un rocher dans la haute vallée de la Stura di Demonte, dans le royaume de Piémont et Sardaigne, d'où il permettait de contrôler la frontière avec la France, le château de Demonte avait été doté de trois enceintes, dont la première à mi-pente, et reliées entre elles par des galeries creusées dans la roche. Malgré cela, le château fut pris par le prince de Conti en avril 1744, lors de la campagne italienne de la Guerre de Succession d'Autriche. Avant de repasser en France, le prince de Conti ordonna la destruction du fort pour garder la route du Piémont ouverte. Il confia l'opération à l'ingénieur militaire Bernard Forest de Bélidor qui, au lieu de démanteler la place pierre par pierre comme cela se faisait alors, plaçât des charges de poudre dans les souterrains et fit sauter «non seulement le château avec toutes ses fortifications, mais encore le rocher qui le soutenoit» (Bélidor. Œuvres diverses concernant l'artillerie et le génie, 1764, page xxvij de la préface). L'échelle est en toises, le relief est figuré par des hachures. Traces de pliures, une tache d'encre et quelques piqûres.

Plan du château de Harbourg sur l'Elbe.

[circa 1750]. 240 x 390 mm.

Plan manuscrit, encre brune et aquarelle, de la citadelle de la ville de Harbourg, sur la rive gauche de l'Elbe, dans la Basse-Saxe, et qui forme actuellement l'un des quartiers de la ville de Hambourg. Y sont figurés l'Elbe avec ses îles, le détail des fortifications et du plan de la citadelle, les fossés, et une partie des faubourgs de la ville. Prise par un détachement de 80 hussards et dragons courant septembre 1757, dans le cadre de la Guerre de Sept-Ans, la citadelle de Harbourg fut assiégée par les Hanovriens les 28 septembre et rendue le 31 décembre 1757. La carte est orientée, l'échelle est en toises. Manques de papier et rousseurs dans la marge inférieure, six trous d'épingle avec des traces de rouille dans les marges.

Plan particulier de l'isle S.t Sébastien.

[circa 1705]. 320 x 490 mm.

Beau plan manuscrit, encre et aquarelle, de l’île de Saint Sébastien, au large de Cadix en Espagne. Y sont figurés les rochers affleurants et émergeants, et, sur l’île, le plan de la redoute, la tour, quelque bâtiments et un jardin. On y voit également un projet pour renforcer la défense de la redoute en y ajoutant un mur qui entoure la moitié de l'île, un fossé et un glacis. Un profil de ce système se trouve en haut du dessin. Ce plan, datant du début du XVIIIe siècle, a probablement été dessiné vers 1705, au moment de la Guerre de Succession d’Espagne, lorsque des troupes françaises et espagnoles tentèrent de reprendre Gibraltar que les Anglais avaient pris en 1704. L'échelle est en toises (mais différente poutr le plan est le profil). Trace de pliure, petite déchirure sans manque sur quelques cm le long d’une pliure, quelques tâches brunes sur la partie gauche, mouillure le long de la pliure verticale, pliure centrale brunie.

Presqu'île de Sorrento.

[circa 1800]. 517 x 827 mm, sur beau papier Whatmann filigrané et daté de 1794.

Belle carte manuscrite, encres noire, rouge et bleue, de la presqu'île de Sorrento, depuis le Sarno jusqu'à Positano. Y sont figurés les cours d'eau, les villages et habitations isolées, le détail des plans des villes de Sorrento, Positano et Castello a Mare, les profondeurs d'eau le long de la côte, de petites îles ainsi que les lieux de mouillage. La péninsule de Sorrento a été nommée d'après la ville du même nom, sur sa côte nord. Située au sud de Naples dont elle ferme la baie, elle fait face à l'île de Capri. Traces de pliures.

Veue de Ricazoli, du bourg et de l'isle.

[circa 1790]. 351 x 512 mm.

Beau dessin à la plume, lavis d'encre de Chine et aquarelle montrant la ville de Kalkara sur la côte ouest du grand port, prise depuis La Valette, capitale de l'île de Malte, et montrant, de gauche à droite (et du nord-est au sud-ouest): le fort Rikazoli qui surveille l'entrée du port, les jardins et la villa Bighi, la port des Anglais, le fort Saint-Ange devant Le Bourg ainsi que la ligne de fortification de Cottonera en arrière plan, le port des galères, la Citta Senglea ou Isla, et le port des Français. Des petits numéros sur le dessin renvoient à une légende placée sous le titre qui énumère les principaux bâtiments visibles sur le dessin. Dans le port au premier plan se trouvent de nombreux canots et plusieurs navires au mouillage : une galère et trois trois-mâts battant pavillon maltais, ainsi qu'un trois-mâts suédois. Taches noires dans le coin supérieur gauche, quelques rousseurs.

Vieux Brisack.

[circa 1710]. 480 x 640 mm.

Belle carte manuscrite, encre noire et aquarelle, de la ville de Vieux-Brisach, ou Breisach am Rhein, dans le Bade-Wurtemberg, sur la rive droite du Rhin. Y sont figurés le Rhin avec ses bras et nombreuses îles, le plan de la ville haute et de la ville basse avec leurs fortifications ainsi que celui de la ville neuve (construite en 1674 sur l'île des Cadets), le pont les reliant, et les forts du Rhin et Mortier. Situé sur une éminence rocheuse au bord du Rhin, Brisach est un site important pour la défense du Rhin et fut tantôt une tête de pont française, tantôt un avant-poste de l'empire. Prise par Turenne en 1638, lors de la Guerre de Trente Ans, elle est rendue à l'empire en 1697 par le traité de Ryswick, qui mettait fin à la Guerre de la Ligue d'Augsbourg. En compensation, Louis XIV fit construire par Vauban, sur la rive gauche du Rhin, la ville fortifiée de Neuf-Brisach. Puis Brisach, renommé Vieux-Brisach, fut reprise par Vauban en 1703 ; ce fut sont dernier siège. Rendue en 1714, la ville fut de nouveau occupée par les Français en 1745 puis en 1796. La carte est orientée, l'échelle est en toises. Très belle condition dans des coloris très frais.

Vüe-Sud-Est de la cité-Valette et de la Florianne ou basse-ville.

[circa 1790]. En trois feuilles jointes et entoilées de 410 x 733 mm.

Très beau panorama, encre et aquarelle, de la ville de La Valette, sur l'île de Malte, prise depuis la pointe de terre devant le château Saint-Ange (sur laquelle se trouvent trois personnages). On y voit le grand port avec plusieurs vaisseaux battant pavillon maltais, dont deux galères au premier plan, et la rive nord-ouest où se trouvent, de gauche à droite, le faubourg de La Floriane, la cité de La Valette avec son mur d'enceinte et la pointe Saint-Elme. Les différents monuments de la ville sont nommés dans la légende sous le dessin, parmi lesquels le Palais du Grand-Maître, l'église Saint-Jean ou le couvent des Dominicains. Quelques taches d'humidité affectant les légendes. Rogné court, au raz du texte manuscrit.

[ANONYME]. Plan manuscrit de Mannheim.

[MANNHEIM] Plan de Manheim. Résidence de l'électeur Palatein, au confluent du Rhein et du Main.

[milieu du XVIIIe]. En 15 sections montées sur toile et pliées formant un plan de 470 x 704 mm.

Beau plan de la ville, du château et des fortifications de la ville de Mannheim, située au confluent du Rhin et du Neckar (et non du Main comme indiqué sur le titre, par contre le nom porté sur le plan est Neckre, soit le nom français de la rivière). Y sont figurés le plan quadrilatère de la ville, le détail des fortifications, le cours des deux rivières et de leurs bras, les faubourgs et leurs jardins. La ville de Mannheim fut la capitale du Palatinat et le siège de la Cour et de son administration de 1720 à 1778. Le plan est orienté, l'échelle est en verges du Rhin. Traces et mouillures prononcées le long des pliures verticales.

ARMSTRONG (Mostyn John).

[EDIMBOURG] Plan of the city, castle and suburbs of Edinburgh.

London, M.J. Armstrong, 1775. En 8 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 342 x 448 mm.

Rare plan d'Edimbourg, figurant le projet de Nouvelle ville dessiné par l'architecte écossais James Craig, et présenté au roi en 1767. Ce projet prévoyait, au nord de la Vieille ville, l'aménagement de trois rues parallèles, Queen Street, George Street et Prince's Street, débouchant sur deux parcs, St Georges' Square et St Andrews' Square. La Nouvelle ville correspond aujourd'hui au quartier de New Town d'Edimbourg. Le plan est orné des armoiries de la ville, et accompagné d'un index des lieux et bâtiments principaux. Bel exemplaire.

ARROWSMITH (Aaron) & ARTARIA ET COMPAGNIE.

Nouvelle carte géographique, et des postes de l'Europe d'après la dernière division des états et pays, et ensuite des traités les plus récens - Neueste Post und general Karte von Europa.

Vienne, Artaria et Compagnie, 1808. En 60 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,23 x 1,44 m ; sous étui de papier marbré.

Très rare carte murale de l'Europe et ses routes de postes, dressée d'après la carte d'Arrowsmith, avec titre en français et en allemand. Elle a été gravée par Johann Spiegl le jeune. Le cartouche de titre en français est décoré d'un angelot, celui du titre en allemand est orné d'attributs militaires et scientifiques. La carte, dressée sous Napoléon, couvre l'empire de Russie avec la mer Noire et la Crimée, l'empire de Turquie et la Méditerranée avec l'Afrique du Nord. Elle a été publiée à Vienne par les cousins Carlo Artaria (1747-1808) et Francesco Artaria (1744-1808), fondateurs de la maison d'édition cartographique "Artaria & Co". Bel exemplaire avec contours aquarellés à l'époque. Défauts d'usage à l'étui.

AYROUARD (Jacques).

[ELBE] Plan de Porto Ferraro.

[circa 1730]. 297 x 455 mm.

Beau plan gravé figurant le port de Porto Ferraro sur l’île d’Elbe, publié dans le rare Recueil de plusieurs plans des ports et rades et de quelques cartes particulières de la mer Méditerranée. Orné d'une rose des vents. Jacques Ayrouard était hydrographe et Pilote Royal des Galères du Roy. Bel exemplaire.

BAILLIEUL (Gaspard-François).

[VIEUX-BRISACH] Plan de Brisac scitué sur le Rhin, capitale du Brisgaw.

Paris, Sr Baillieul, [circa 1730]. En 8 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 389 x 506 mm.

Plan des fortifications de la ville de Vieux-Brisach, située sur le Rhin dans le Bade-Wurtemberg. Y figurent le fort Saint-Louis, le fort Mortier, les redoutes, les cazernes, et les villes d'Achkarren et de Hochstetten. Le fort Saint-Jacques et la Ville Neuve sont indiqués comme démolis. Construits sur la grande île du Rhin, appelée Ile des Cadets, face à Vieux-Brisach, ils furent détruits en 1698 en application du traité de Ryswick. Seul fut conservé le fort Mortier, sur la rive gauche du Rhin, à proximité duquel Vauban fixa l'emplacement de la future place forte de Neuf-Brisach. Le nord est placé à gauche du plan. Bon exemplaire.

BAUDRAND (Michel Antoine).

La Grèce tirée des Mémoires de Monsieur l'abbé Baudrand.

Paris, Sr. Jaillot, 1716. 454 x 544 mm.

Très belle carte de la Grèce dressée d'après les mémoires de Michel Antoine Baudrand, historien et géographe français mort en 1700. Elle est ornée d'un cartouche de titre animé de personnages, dont un personnage féminin tenant les armoiries de la Grèce. La carte est dédiée à Nicolas Le Camus, seigneur de La Grange, nommé premier président de la Cour des Aides en 1714. Le cartouche de dédicace est décoré des armoiries du dédicataire. Très bel et rare exemplaire avec la mer finement aquarellée à l'époque. Zacharakis, 239/127.

BEAURAIN (Jean de).

[CADIX] Plan de la ville de Cadis.

Paris, Mr. de Beaurain, [circa 1740]. En 8 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 306 x 475 mm.

Beau plan détaillé de la ville de Cadix, orné de deux cartouches, dont l'un contenant le titre et les légendes, et le second une petite description historique de la ville. Le nord est au bas de la carte. Echelle en Vara Castillanas et en Tayzas. Jean de Beaurain étudia avec Pierre Moullart-Sanson et fut nommé géographe du roi en 1721. Il exécuta de nombreux relevés militaires sur demande royale. Bon exemplaire.

BEAURAIN (Jean de).

[FRIBOURG-en-BRISGAU] Plan des villes et châteaux de Fribourg.

Paris, Mr. de Beaurin, [circa 1720]. En 6 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 280 x 358 mm.

Joli plan de Fribourg, dressé en septembre 1713 alors que la ville était assiégée par les troupes de Louis XIV commandées par le maréchal de Villars lors de la Guerre de Succession d'Espagne. Il est orné d'une vue montrant le camp de l'armée française. Bon exemplaire.

BEAURAIN (Jean de).

[FURNES] Plan de la ville de Furnes.

Paris, chez l'auteur, [circa 1750]. En 6 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 397 x 403 mm.

Beau plan de la ville de Furnes en Belgique, fortifiée par Vauban vers 1690, accompagné d'une liste de 21 renvois. Jean de Beaurain étudia avec Pierre Moullart-Sanson et fut nommé géographe du roi en 1721. Il exécuta de nombreux relevés militaires sur demande royale. Bel exemplaire.

BEEK (Johann Adam).

[Carte des environs de Brno].

1777. 496 x 636 mm.

Carte manuscrite, encre noire et lavis, montrant la région au sud-est de Brno, en Moravie du sud. Y sont figurés les plans et noms allemands des villages de Cernovice et Nenovická (qui font aujourd'hui partie de la ville de Brno), Slatina, Slapanice, Türany, Chrlice, ainsi que deux lieux nommés Lateiner Kapelle et Maximilian Hoff, qui sont plus difficiles à identifier. Y sont également figurés les routes, les cours d'eau, les étangs, et les parties boisées. La carte a été réalisée par un grenadier du régiment autrichien Harrach, comme il est indiqué après son nom au bas de la carte: «gemeiner Grenad. von Harrach fecit 1777». Le relief est marqué par des hachures. Traces de pliure, petites fentes sans manque et anciennement doublées dans les marges, légères piqûres dans l'angle inférieur gauche.

BERTIUS (Petrus).

Britannicarum delineatio Ptolemaica ad naturalem locorum situm restituta.

Paris, Melchior Tavernier, 1628. 141 x 183 mm.

Rare carte ptolémaïque des Îles Britanniques, dessinée par Petrus Bertius et gravée par Melchior Tavernier, pour la première édition de la Geographia vetus, atlas du monde ancien publié en 1628. Les deux premières éditions de cet atlas furent publiées par Melchior Tavernier en 1628 et en 1630 ; une troisième édition fut publiée par Jean Boisseau en 1645, lorsque Tavernier cessa son commerce. Né en Flandre en 1565 et révoqué en 1606, Bertius se réfugia à Paris où il fut nommé, dès 1618, cosmographe et historiographe du roi Louis XIII. On ne lui doit que deux atlas. Petites mouillures marginales, sinon bel exemplaire. Pastoureau, BERTIUS A ; Shirley, 409.

BERTIUS (Petrus).

Hispaniæ C Plinii secundi delineata.

Paris, Melchior Tavernier, 1628. 143 x 186 mm.

Rare carte du monde en forme de sphendoné (bandeau porté par les femmes de la Grèce antique), figurant les terres connues sous Posidonios d'Apamée (135-51 av. J.-C.), géographe et historien grec. Elle a été dessinée par Petrus Bertius et gravée par Melchior Tavernier, pour la première édition de la Geographia vetus, atlas du monde ancien publié en 1628. Les deux premières éditions de cet atlas furent publiées par Melchior Tavernier en 1628 et en 1630 ; une troisième édition fut publiée par Jean Boisseau en 1645, lorsque Tavernier cessa son commerce. Né en Flandre en 1565 et révoqué en 1606, Bertius se réfugia à Paris où il fut nommé, dès 1618, cosmographe et historiographe du roi Louis XIII. On ne lui doit que deux atlas. Petites mouillures marginales, sinon bon exemplaire. Pastoureau, BERTIUS A ; Shirley, 321.

BEUVELOT.

[MOSCOU] Ancien Palais des Czars (Starinoï Tzarskoï Dvoretz) dans le Kremlin.

[circa 1815]. 192 x 245 mm.

Ravissante vue figurant l'ancien palais des tsars, actuel palais des Térems, situé dans l'anceinte du Kremlin de Moscou. La vue a été dessinée sur les lieux en 1812 par Beuvelot, attaché à l'état-major de la Grande Armée de Napoléon, lors de la Campagne de Russie, et finement gravée à l'aquatinte et coloriée par F.P. Michel. Elle est accompagnée de 5 lignes de description. Bel exemplaire.

BLAEU (Willem).

[ISLANDE] Tabula Islandiae Auctore Georgio Carolo Flandro.

Amsterdam, [1635-1638]. 381 x 495 mm.

L'une des plus belles cartes de l'Islande, dressée d'après la carte de Joris Carolus, vers 1620. La carte de Carolus a supplanté celle d'Ortelius, vers 1590, et celle de Mercator, vers 1600. Voyageur hollandais, Joris Carolus se rendit plusieurs fois en Islande, la première en 1617. Sa carte servit de prototype jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Elle fut également reprise par Hondius. Très décorative, elle est ornée d'un volcan en éruption, de deux roses des vents, d'un navire, de monstres marins et d'un très beau cartouche de titre animé de deux personnages. Texte français au verso. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque.

BREUGNOT MONBORNE (E.).

[BRUXELLES] Carte topographique de Bruxelles et ses environs. 1825.

1825. En 6 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 320 x 414 mm.

Plan de la ville de Bruxelles, dressé par l'ingénieur géographe Breugnot Monborne, et lithographié par Schouten Carpentier. Avec table des rues. Frottement avec perte de quelques lettres au niveau de la table. Contours aquarellés à l'époque.

BUVELOT (H.).

Calendrier perpétuel.

1838. 722 x 514 mm.

Très beau dessin à la plume et encre noire, présentant un modèle de calendrier perpétuel permettant de déterminer le jour de la semaine de n'importe quelle date entre 1838 et 2005. C'est un calendrier julien qui était en vigueur à l'époque en Roumanie, et qui est toujours utilisé par l'église orthodoxe. Le calendrier est inscrit dans une rosace entourée d'une couronne de branchage portant les renvois des années sur le calendrier, le dessin présente une large bordure de motifs géométriques et fleuris. Dans les coins inférieurs se trouvent deux vues de Bucarest «d'après nature», et dans le coin en haut à gauche, une vue qui n'est pas nommée mais qui représente le château de Chillon sur le bord du lac Léman, en Suisse (peut-être une allusion à l'origine de l'auteur). Le dessin est dédicacé «à Monsieur le Marquis de Châteaugiron, membre de la Légion d'Honneur, de la Chambre des Pairs, et Consul Général de France à Bucharest». Il s'agit de René-Charles-Hippolyte Le Prestre, marquis de Châteaugiron, qui fut consul de France à Bucarest de 1837 à 1841, avant d'être nommé consul à Nice. L'auteur du dessin est peut-être le même qui publia, en 1837 à Bucarest, un texte pour l'enseignement du français; ce peut être également une certaine «Madame Buvelot» qui tenait une pension de jeunes filles à Bucarest au milieu du XIXe siècle. Petites traces de frottements, marges doublées.

CASSINI de THURY (César-François).

[LUXEMBOURG] Carte de Cassini. Feuille n°69.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 920 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°69 de la carte de Cassini, couvrant les environs de la ville de Luxembourg. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Mouillures claires dans la partie haute de la carte.

CHATELAIN (Henry Abraham).

[VENISE] Carte du plan de Venise, l'état de sa noblesse et ses différens degrez, avec quelques autres remarques curieuses sur cette superbe ville.

[Amsterdam, 1708]. 385 x 470 mm.

Superbe vue à vol d'oiseau de Venise, avec les îles de San Michele et Murano. Sous la vue figurent la liste de la noblesse de la ville, ainsi que des remarques. L'estampe est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire.

CHAUMIER (C.J.) & JAILLOT (Hubert).

Carte routière du théâtre de la guerre dans la partie septentrionale de l'Italie.

Paris, Basset An VII, [1799]. En 27 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,53 x 1,02 m, sous étui.

Belle carte du sud de la France et du nord de l'Italie, dressée par Hubert Jaillot et augmentée par Chaumier des départements du sud de la France créés entre 1790 et 1793 (Mont-blanc, Ain, Isère, Drôme, etc). Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petits défauts d'usage à l'étui.

CHISHOLM (C. E.).

Vue de la ville de Lausanne, Pays de Vaud.

20 juillet 1822. 285 x 385 mm, monté sur carton.

Très joli dessin, lavis d'encre sépia, montrant la ville de Lausanne, prise depuis le nord avec, au centre, le château Sainte-Marie et la cathédrale Notre-Dame, la ville en contrebas, le lac Léman et les montagnes en arrière-plan. Daté et signé en bas à droite du dessin. Les initiales de la signature peuvent faire penser à Caroline Elizabeth Jones, épouse Chisholm (1808-1877), appartenant au mouvement humaniste de Grande-Bretagne, surtout connue pour son action envers les émigrés en Australie, mais la date pose problème. En effet, en 1822, elle n'a que quatorze ans et n'a connu son mari que huit ans plus tard. Belle condition. Montage postérieur.

CHOLNHUBER (Jos.).

[TRIESTE] Pianta della C.R. città e porto franco di Trieste - Grundriss der Stadt und des freyen Seehafens Triest.

Trieste, Johann Torricella, [1795]. En 8 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 358 x 511 mm.

Très rare plan figurant la ville et le port de Trieste, avec la città vecchia ou vieille ville, et la città nuova Teresiana ou ville nouvelle, aujourd'hui appelée Borgo Teresiano, en plein centre de Trieste. La ville nouvelle fut construite au milieu du XVIIIe siècle après que le port de Trieste ait obtenu le statut de port franc. Parmi les travaux de cette ville nouvelle, visibles sur le plan, figurent le Canal Grande, canal navigable construit entre 1750 et 1756 en plein coeur du Borgo Teresiano, afin que les marchandises arrivant par mer puissent rapidement rejoindre le centre de la ville, au plus près des commerçants. Sur le Canal Grande figure le Ponte Rosso, pont levis de bois construit en 1756. L'index des lieux et bâtiments principaux de la ville cite le grand Môle, actuel Môle Audace, en précisant que sa batterie de défense a été rénovée en 1788 à l'occasion de la guerre contre les Turcs. Titre en italien et en allemand. Le nord est à gauche du plan. Bel exemplaire.

COLLINS (capitaine Greenville).

[Carte marine de la baie de Falmouth] & [Carte marine de Mounts-Bay et de l'estuaire de Folew].

[circa 1750]. 2 cartes de 440 x 555 mm chacune, montées sur carton.

Deux cartes manuscrites, encres noire et rouge et lavis, portant le détail de quatre baies ou rades des Cornouailles, au sud-ouest de l'Angleterre: carte de Fowey avec la carte de Mounts-Bay en encart, et la carte de Falmouth avec la rade de Helford Sound en encart. Y sont figurés le tracé de la côte et des estuaires avec les profondeurs d'eau, les bancs de sable, les zones rocheuses et les endroits où un navire peut jeter l'ancre. Les villes, villages, tours, moulins, églises, et autres bâtiments visibles depuis la mer, sont figurés par de petits dessins. La carte de Fowey porte également un profil de la côte au sud de cette ville. Ces deux cartes sont des copies manuscrites de deux cartes publiées pour la première fois en 1693 dans The British Coasting Pilot, sans les cartouches de titre, et sans les deux profils des côtes pour la carte de Falmouth. Les cartes sont orientées, les échelles sont en miles anglais. La partie gauche de la carte de Fowey est déchirée avec perte de la partie ouest de Mounts-Bay et du début du profil de la côte.

DELAGRANGE d'AUDEVILLE.

Plan de l'attaque des retranch.ts de la Sciette. Le 19 juillet 1747.

1747. 220 x 98 mm, sur parchemin.

Beau dessin à l'encre de Chine sur parchemin avec des rehauts de vert et de rouge, montrant une partie des retranchements de l'armée du prince de Savoie sur le plateau d'Assietta (dans le Piémont), l'emplacement des troupes françaises le 18 juillet au soir, l'attaque française menée par le maréchal de Villemur le lendemain, et l'emplacement où le chevalier de Belle-Isle a été tué. Le dessin est orné en tête des armes de Jean-Philippe d'Orléans, dit le chevalier d'Orléans (1702-1748), fils naturel du Régent Philippe d'Orléans, général des galères et grand prieur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France. Curieux plan manuscrit sur peau de vélin montrant un sanglant épisode de la Guerre de Succession d'Autriche connu sous le nom de bataille d'Assietta ou bataille du col de l'Assiette : le 19 juillet 1747, les retranchements d'Exilles sont attaqués par les Français, commandés par le chevalier de Belle-Isle (frère du maréchal), qui y est tué. L'emplacement de son décès est inscrit sur le plan. Trace de pliure, vélin légèrement froissé avec de petits frottements.

DELÉCEY de CHANGEY (Louis-Charles).

Francfort. Munich. Bâle.

[circa 1850]. 3 feuilles de 200 x 290 mm chacune.

3 plans manuscrits à l'encre brune et aquarelle des villes de Francfort-sur-le-Main, plus grande ville du Land de Hesse, de Munich, capitale du Land de Bavière, et de Bâle en Suisse, chef lieu du canton de Bâle-ville. Y sont figurés les plans et rivières de chacune de ces villes, accompagnés d'une mention des lieux principaux sur le dessin, avec des lettres renvoyant à une légende à droite du plan. Cachet armorié de L. Ch. Delécey de Changey sur chacune des feuilles. Belle condition.

DESNOS (Louis-Charles) & FER (Nicolas de).

L'Italie divisée en ses estats reveue corrigée et augmentée notament des postes et grandes routes.

Paris, Desnos, [circa 1790]. 453 x 600 mm.

Belle carte de l'Italie, dressée par Nicolas de Fer en 1707, puis revue et augmentée par Louis-Charles Desnos vers 1790. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré des armoiries du Dauphin Louis de France, et de 14 blasons des duchés et royaumes de l'Italie. Les routes principales et routes des postes sont tracées. Bel exemplaire avec les contours et la mer finement aquarellées à l'époque. Légères rousseurs à la pliure centrale. Rare édition.

ESNAUTS (Jacques) & RAPILLY (Michel).

[GIBRALTAR] Plan de Gibraltar, attaqué par terre et par mer par l'armée espagnole et française aux ordres de M.r le duc de Crillon, en présence de M.gr le Comte d'Artois. D'après les dessins d'un ingénieur en chef de l'Armée.

Paris, Esnauts et Rapilly, 1782. 750 x 513 mm.

Très beau plan de Gibraltar, dressé d'après les dessins d'un ingénieur en chef de l'armée française, divisé en deux parties, avec à gauche une vue de la baie avec les nombreux vaisseaux en place, et à droite un plan détaillé des fortifications du rocher. Le plan a été dressé lors de l'un des épisodes de la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis, que fut le Grand Siège de Gibraltar, qui dura de 1779 à 1783, alors que les Espagnols, soutenus par les Français, tentaient de reprendre le rocher aux Anglais. Y figurent le fort Saint-Philippe avec les retranchements construits par les Espagnols après le siège de 1727, afin d'empêcher la possession anglaise de communiquer avec l'Espagne, le Fort du Levant, la bombardière, les magasins à poudre, les batteries, les corps de garde, les bastions, l'hôpital, ainsi que la maison et le jardin du gouverneur. La partie gauche figurant la baie de Gibraltar montre les villes d'Algesiras et de Ceuta, le camp espagnol de Saint-Roch, ainsi que tous les vaisseaux et chaloupes mouillant dans la baie. Au bas du plan figure la note suivante : "Cette place a été bloquée dès le mois de juillet 1779, par l'escadre espagnole aux ordres de Don Barcelo, et l'armée de terre commandée par Don Alvarez de Mendoza. Et le siège dans toutes les règles a été commencé vers la fin d'août 1782". Antoine Barcelo ou Don Antonio Barcelo fut un marin et militaire espagnol, qui se distingua lors du siège de Gibraltar. En 1704, au moment de la Guerre de Succession d'Espagne, l'Angleterre s'emparait de Gibraltar, place forte d'un intérêt stratégique considérable. Cette prise de possession fut confirmée par le traité d'Utrecht de 1713, puis par différents traités conclus au cours du XVIIIème siècle. Cependant, plusieurs tentatives de reprise de ce territoire par les Espagnols eurent lieu, en particulier entre 1727 et 1729, et entre 1779 et 1783, lorsque le "Rocher", assiégé, dut subir les attaques répétées des troupes franco-espagnoles commandées par le duc de Crillon. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

FER (Nicolas de).

[CATALOGNE] Maison et chambre angélique de la Vierge Marie de Mont-Serrat située en Catalogne à sept lieües et au nord de Barcelone.

Paris, Sr. de Fer, 1705. 222 x 334 mm.

Superbe vue du massif montagneux de Montserrat en Catalogne, montrant l'abbaye Santa Maria de Montserrat et les monastères situés à proximité. Publiée dans l'Atlas Curieux. Petites mouillures dans la marge haute, sinon bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

[CATALOGNE] Principauté de Catalogne.

Paris, Sr. de Fer, [1705]. 242 x 347 mm.

Carte figurant la région de la Catalogne s'étendant au sud jusqu'à Peniscola, royaume de Valence, avec texte descriptif. Publiée dans l'Atlas Curieux. Bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

[MINORQUE] Le port et la ville de Mahon, le bourg et le fort de St. Philippe.

[1705]. 222 x 325 mm.

Beau plan publié dans l'Atlas Curieux. Petite mouillure marginale sinon bel exemplaire.

FER (Nicolas de).

Madrid, ville considérable de la Nouvelle Castille, séjour ordinaire des roys d'Espagne.

Paris, Sr. de Fer, [circa 1700]. En 4 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 247 x 346 mm.

Plan de Madrid avec table de renvois. Bon exemplaire.

FER (Nicolas de).

Münich, ville capitale des états de Son Altesse électorale de Bavière.

Paris, Sr. de Fer, [circa 1705]. En 6 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 249 x 339 mm.

Exemplaire empoussiéré et taché.

GIRARD (J.-P.).

Vue d'une cataracte à Rydal, dans le comté de Westmoreland.

[circa 1830]. 280 x 418 mm, monté sur papier.

Gouache sur papier montrant une vue de Rydal Fall, dans le comté historique du Westmorland, au nord de l'Angleterre. C'est un paysage prisé des poètes romantiques anglais. Située sur la propriété de sir Michael Le Flemming, à Rydal Hall, les visiteurs venaient admirer la cascade depuis un petit pavillon installé en face d'elle. Le poète William Wordsworth, qui s'était installé dans les environs, lui a consacré un poème An Evening walk. Titre et signature "J.P. Girard" sur le montage, qui pourrait être Johann-Peter Girard (1769-1851), peintre de paysages et dessinateur. Belle condition.

GUILAUCH.

Plan von der Affaire bey Goerlitz der 7ten September 1757.

1789. 255 x 277 mm.

Carte manuscrite sur papier, encre et aquarelle, de la bataille de Moys, près de Görlitz, en Saxe. Y figurent la ville de Görlitz, les routes, les rivières et les villages de Hennersdorff, Leopoldshayn, Hermsdorff, Schönbrunn, Kuna, Moys, Posen, Leschwitz et Kieslitz, ainsi que les positions des armées en présence dont les mouvements sont expliqués dans la légende placée sous la carte. La bataille de Moys eut lieu le 7 septembre 1757, durant la Guerre de Sept Ans, et vit s'affronter une armée prussienne de 13 000 hommes à une armée autrichienne deux fois plus nombreuse. Le corps prussien capitula et son commandant, le lieutenant général Hans Karl von Winterfeldt, succomba à ses blessures le lendemain de la bataille. L'échelle est en lieues, le relief est marqué par des hachures. En bas à droite figure la mention «gezeichnet durch Guilauch (?) im Juni 89». Petites taches dans les marges.

HERISSON (Eustache).

Carte de l'Empire Français et de l'Allemagne, où l'on a marqué en lieues respectives, les postes de ces deux grandes parties de l'Europe.

Paris, Basset, 1810. En deux feuilles non jointes, coupées en sections et pliées, pouvant former une carte de 0,78 x 1,06 m, sous étui.

Belle carte murale de la France, de l'Allemagne et du nord de l'Italie, avec les routes des postes, dressée en 1810 lors des conquêtes napoléoniennes. La France compte alors 130 départements, comprenant notamment les départements annexés aux Pays-Bas (Bouches-de-l'Escaut en 1810), ou en Italie (département du Taro en 1808, de Montenotte en 1805). La carte montre également les divisions fixées par le Traité de Vienne en 1809, entre les empires français et autrichien. En carton, carte des environs de Paris. Bon exemplaire, contours coloriés à l'époque. Etui usagé.

HOMANN (Héritiers de).

[POSTES] Nouvelle carte géographique des postes d'Allemagne - Neue und vollstændige Postkarte durch ganz Deutschland.

Nuremberg, Héritiers de Homann, 1786. En 32 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 776 x 968 mm.

Belle carte figurant les routes des postes de l'Allemagne, ornée de deux cartouches de titre, d'un cartouche contenant l'explication des symboles utilisés en français et en allemand, et d'un cartouche de dédicace au prince Karl Anselm von Thurn und Taxis, décoré d'une scène illustrant la poste et des armoiries du prince. Lamaison princière de Thurn und Taxis(également appelée, en français,maison de La Tour et Tassisoude Tour et Taxis) est une familleallemandequi a dirigé un importantservice postalenEuropedès leXVIesiècle. Bon exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

HOMANN (Johann Baptist).

[STOCKHOLM] Accurater Grundriss und Prospect der kön. Schwed. Reichs u. Hauptstadt Stockholm.

Nuremberg, [1720]. En 15 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 500 x 592 mm.

Plan de la vieille ville de Stockholm, composée de l'île de Stadsholmen et des îlots de Riddarholmen, Helgeandsholmen et Strömsborg, avec les îles environnantes. Il est orné d'un cartouche de titre et d'un cartouche contenant l'échelle, avec 4 personnages. Avec index des bâtiments principaux pour l'île de Stadsholmen et l'îlot de Riddarholmen. Le nord est à gauche du plan. Editeurs de cartes à Nuremberg, Johann Baptist Homann et ses héritiers ont dominé le marché de la cartographie allemande pendant près de cent ans. Bon exemplaire en coloris de l'époque.

JAILLOT (Alexis-Hubert).

[COBLENCE] Plan de Coblens et du château d'Hermanstein.

Paris, Sr. Jaillot, 1781. En 8 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 427 x 558 mm.

Beau plan figurant la ville fortifiée de Coblence, située aux confluents de la Moselle et du Rhin, avec la forteresse d'Ehrenbreitstein, alors appelée Hermanstein. Le nord est en bas à gauche du plan. Bel exemplaire.

JEAN (Pierre).

[BRUXELLES] Plan de la ville de Bruxelles, divisé en arrondissemens et sections, dressé d'après les meilleurs matériaux, en 1824.

aris, Jean, 1824. En 15 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 555 x 662 mm.

Joli plan de la ville de Bruxelles, divisée en 4 arrondissements et 8 sections, avec longue table alphabétique des établissements religieux, édifices, fontaines et ponts. Contours aquarellés à l'époque. Bon exemplaire.

LAURO (Giacomo).

Roma antiqua triumphatrix abantiquis monumentis et rerum gestarum memoriis eruta.

Romae, Jacobus de Rubeis, [circa 1660]. En 2 feuilles coupées en 18 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 490 x 747 mm.

Rare et belle vue à vol d'oiseau de la Rome antique, dessinée et gravée par le graveur romain Giacomo Lauro, et publiée à Rome par Giovanni Giacomo de Rossi. La vue, prise depuis la rive droite du Tibre, figure le centre historique de Rome, avec ses 279 monuments antiques représentés en élévation. Les bordures sont ornées de 20 vignettes figurant des scènes de l'histoire de Rome, et de deux petites cartes sur les sept collines de Rome. Graveur émérite et éditeur romain, Giacomo Lauro fut actif entre 1583 et 1645. Il a notamment gravé une série de vues de villes italiennes et étrangères, dont la plupart se trouvent dans son ouvrage intitulé Heroico splendore delle città del mondo. Légère décoloration au centre du plan. Bonne condition générale.

LE ROUGE (Georges-Louis).

[DÜSSELDORF] Plan de Dusseldorp capitale du duché de Berg.

Paris, Sr. Le Rouge, 1758. En 12 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 500 x 572 mm.

Plan figurant la ville fortifiée de Düsseldorf et le Fort Düsselburg, situé sur la rive opposée du Rhin, correspondant aujourd'hui au district d'Oberkassel. Y sont mentionnés la place d'armes, le marché, les cazernes, la glacière, les bastions, et le pont volant servant à relier les deux rives du Rhin. Le nord est en bas à gauche du plan. Bon exemplaire.

LE ROUGE (Georges-Louis).

[HAMELN] Plan de Hameln clef du Hanover, avec ses fortifications.

Paris, Sr. Le Rouge, 1757. En 12 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 485 x 562 mm.

Plan de la ville fortifiée de Hameln en Basse-Saxe, publié en 1757. Cette place forte fut prise la même année par la France, lors de la Guerre de Sept Ans. Avec table de renvois. Fortes traces d'humidité.

LE ROUGE (Georges-Louis).

[LUXEMBOURG] Nouveau plan de Luxembourg.

Paris, Sr. Le Rouge, 1745. En 8 sections montées sur toile bordées de soie bleue et pliées, formant un plan de 330 x 490 mm.

Beau plan de l'enceinte fortifiée de Luxembourg, sur lequel sont nommés le château, les forts du Gronde et du Saint-Esprit, les bastions, les cavaliers (éléments destinés à renforcer les bastions), les bâtiments religieux (Chapelle, Capucins, Jésuites), les demi-lunes, et les ouvrages à corne. Bel exemplaire.

LE ROUGE (Georges-Louis).

[SILÉSIE] Théâtre de la guerre en Silésie. Nouvelle carte.

Paris, chez l'auteur, 1741. 497 x 640 mm.

Belle carte de la région polonaise de Silésie, ornée d'un cartouche de titre et d'un plan de la ville de Wroclaw accompagné de 38 légendes. Les villes principales sont signalées par des fortifications aquarellées en rouge. La carte s'étend à l'est jusqu'à Cracovie. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Marges haute et basse un peu courtes.

LE ROUGE (Georges-Louis).

Dresde sur l'Elbe, capitale de la Saxe, résidence de l'Electeur de Saxe roy de Pologne.

Paris, Le Rouge, 1757. En 12 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 452 x 566 mm.

Beau plan de la ville de Dresde et ses fortifications, avec titre en français et en allemand. On y voit la ville neuve sur la rive droite de l'Elbe, faisant face à la vieille ville sur l'autre rive, lex deux étant reliées par un pont. Avec index des bâtiments en français et en allemand. Le nord est à droite du plan. Déchirure restaurée.

LE ROUGE (Georges-Louis).

Malines à 4 lieues de Bruxelles.

Paris, Sr. Le Rouge, [circa 1750]. En 8 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 313 x 472 mm.

Plan de la ville fortifiée de Malines ou Mechelen, dans la province d'Anvers. Rousseurs.

LEPAUTRE (Pierre).

[NAMUR] Plan et profil de la ville et du chasteau de Namur, pris par le roy Louis Le Grand, le 30 juin 1692.

[circa 1700]. En 9 sections montées sur toile bordée de soie bleue et pliées, formant un plan de 548 x 381 mm.

Très belle estampe par Pierre Lepautre, célébrant la victoire et la prise de Namur par Louis XIV. La partie supérieure contient une vue de la ville placée dans un cartouche entouré de draperies aux fleurs de lys, et ornée en tête des armoiries royales. Sous la vue figure un grand plan de la ville, animé en bas à droite d'une scène figurant Louis XIV et ses officiers à cheval. Le tout est contenu dans un encradement floral. Namur capitula le 30 juin 1692, au terme de 30 jours de siège. Pierre Lepautre (1652-1716) fut dessinateur d'architecture et graveur des Bâtiments du Roi sous la direction de Jules Hardouin-Mansart, premier architecte du roi Louis XIV. Rousseurs claires.

LEROUX de MONTBELLAY.

Plan de la ville et château de Trarbach & partie de Traben.

[circa 1750]. 436 x 622 mm.

Beau plan manuscrit de la ville et citadelle de Trarbach sur la Moselle dans le Rhénanie-Palatinat, montrant le cours de la Moselle, le plan de la ville et du château de Trarbach, une partie de la ville de Traben sur l'autre rive, le pont reliant les deux villes, les rochers escarpés, les chemins, les parties boisées et les parties cultivées. Jusqu'en 1804, la ville de Trarbach a fait partie du comté de Sponheim ; elle fut prise par les Français deux fois au cours du XVIIIe siècle, en 1701 lors de la Guerre de Succession d'Espagne, et en 1734 durant la Guerre de Succession de Pologne. L'échelle est en toises. Bel exemplaire, coloris très frais.

LINNELL (Edward).

A plan of Trafford grounds in the parish of Byfield, with the old grange grounds; in the parish of Chipping Warden, and three grounds adjoining; in the parish of Farndon. In the County of Northampton belonging to Wm Henry Chauncy esq. Surveyd in the year 1778 by Edward Linnell.

1778. 715 x 488 mm, sur peau de vélin.

Rare plan manuscrit sur peau de vélin, à l’encre noire rehaussée d'aquarelle, dressé par Edward Linnel. Il représente le plan des terres de Trafford, propriété de sir William Henry Chauncy de Edgcott (1728-1788), situées sur les paroisses de Byfield, Chipping Warden, et Farndon, près de Daventry dans le Northamptonshire. Y sont figurés le plan des parcelles, les cours d’eau, les chemins, les haies et les parties boisées. Il est orné d’un très beau cartouche surmonté des armes du propriétaire entourant le titre, d’un tableau donnant le nom des terres, avec leurs surfaces et leurs prix. La carte est orientée, l'échelle est en chains.

MAUGEIN (Charles).

[GIBRALTAR] Plan de la ville et des forts de Gibraltar, avec la baye d'Algesiras.

Paris, chez l'auteur, [circa 1784]. En 24 sections montées sur toile bordée et pliées, formant un plan de 656 x 794 mm.

Superbe plan figurant les fortifications de Gibraltar et la baie d'Algesiras, dessiné et gravé par l'ingénieur français Charles Maugein. Le plan a été dressé lors du Grand Siège qui dura de 1779 à 1783, alors que les Espagnols, soutenus par les Français, tentaient de reprendre le rocher aux Anglais. Y figurent les mortiers et les canons le long de la côte, la tour de Rocadillo, le fort Saint-Philippe, occupé par les Espagnols, et situé au pied de la forteresse, le camp espagnol de Saint-Roch avec le commentaire "Retranchement pour ôter aux Anglois la communication avec l'Espagne", et enfin le rocher, avec sa "roche escarpée et innaccessible". Le plan est dédié au comte de Montbarrey, secrétaire d'Etat à la Guerre de 1777 à 1780, et orné des armoiries du dédicataire. Le nord est placé à droite du plan. Avec table de légendes. Bel exemplaire brillamment colorié à l'époque.

MENTELLE (Edmé).

Plan de Vienne et de ses faubourgs.

Paris, Jean, [circa 1810]. En 8 sections montées sur toile bordées de soie bleue et pliées, formant un plan de 338 x 438 mm.

Plan de Vienne gravé par Tardieu, avec index des lieux et bâtiments principaux. Bon exemplaire.

MERIAN (Matthäus).

[ANCÔNE] Ancona.

[1649]. 216 x 344 mm.

Belle vue de la ville d'Ancône, issue de l'ouvrage Archontologia cosmica publié en 1649. Elle est accompagnée de 33 légendes numérotées renvoyant aux principaux bâtiments de la ville. Bel exemplaire.