45 résultats

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

[ARGENTINE & CHILI] Amérique du Sud. Feuille 4e. Confédération Argentine et Chili.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1878. 629 x 462 mm.

Belle carte de l'Argentine et du Chili, issue de l'Atlas universel publié par Eugène Andriveau-Goujon. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

[COLOMBIE, GUYANE, VENEZUELA & ÉQUATEUR] Amérique du Sud. Feuille 1ère. Colombie, Guyane, Venezuela, Équateur.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1878. 464 x 631 mm.

Belle carte de la partie nord de l'Amérique Latine, issue de l'Atlas universel publié par Eugène Andriveau-Goujon. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

[PÉROU & BOLIVIE] Amérique du Sud. Feuille 2e. Pérou, Bolivie.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1878. 465 x 632 mm.

Belle carte du Pérou et de la Bolivie, issue de l'Atlas universel publié par Eugène Andriveau-Goujon. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Amérique du Nord.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1880. 624 x 460 mm.

Belle carte de l'Amérique du Nord avec l'Amérique centrale, issue de l'Atlas universel publié par Eugène Andriveau-Goujon. Un système de couleurs permet d'identifier les possessions anglaises, françaises, espagnoles, danoises, hollandaises, et suédoises. En carton, la mer de Behring. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

ANDRIVEAU-GOUJON (Eugène).

Carte générale des États-Unis et du Mexique comprenant l'Amérique Centrale et les Antilles.

Paris, E. Andriveau-Goujon, 1876. En deux feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 623 x 900 mm.

Grande et belle carte des États-Unis, du Mexique et des Antilles, issue de l'Atlas universel, publié par Eugène Andriveau-Goujon. En carton, l'entrée de New York, la carte des rapports entre l'Europe & l'Amérique, les petites Antilles, et les états de l'Amérique centrale. Un système de couleurs permet d'identifier les possessions françaises, anglaises, hollandaises, danoises, espagnoles et suédoises. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[GOLFE du MEXIQUE] Carte réduite du golphe du Mexique et des isles de l'Amérique.

1749. 539 x 825 mm.

Très belle carte du Golfe du Mexique avec les petites et les grandes Antilles, la Floride, le Mexique, et le nord de la Colombie et du Venezuela. Elle a été dressée par Jacques-Nicolas Bellin pour L'Hydrographie françoise, publiée entre 1737 et 1772. Elle est ornée d'un grand cartouche de titre décoré des armes royales, et contenant l'explication des symboles utilisés et un système de couleurs permettant de différencier les possessions françaises (en bleu), espagnoles (en rouge), anglaises (en jaune), hollandaises (en vert) et danoises (en orangé). Ingénieur hydrographe français, Bellin entra en 1721 au Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine, créé en 1720 par le Régent. C’est grâce à lui que le Dépôt de la Marine, constitué à partir des archives de la Marine, devint l’une des plus belles collections d’Europe. Il publia de nombreux ouvrages et atlas tels que la Description géographique de la Guyane en 1763 ou le Neptune François en 1773. Bon exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Petites déchirures dans la marge inférieure.

BLAEU (Johannes).

[BRÉSIL/BAHIA] Sinus Omnium Sanctor?.

Amsterdam, I. Covens et C. Mortier, [circa 1720]. 295 x 377 mm.

Belle carte figurant la Baie de Tous les Saints ou Baía de Todos os Santos, et très rare édition publiée par Covens et Mortier. À l'entrée de la baie est représentée une flotte de vaisseaux hollandais. En carton, plan de la ville de Salvador de Bahia avec 18 légendes. Exemplaire finement colorié à l'époque. Manques de papier dans les marges gauche et droite refaits avec du papier ancien.

BONNE (Rigobert).

[AMÉRIQUE CENTRALE] Partie méridionale de l'ancien Méxique ou de la Nouv.le Espagne.

[1780]. 211 x 318 mm.

Carte du sud du Mexique et de l'Amérique centrale, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Pliure centrale légèrement brunie.

BONNE (Rigobert).

[CUBA] L'isle de Cuba.

[1780]. 214 x 316 mm.

Belle carte de Cuba issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

[GOLFE du MEXIQUE] Les Isles Antilles, et le Golfe du Mexique.

[1780]. 206 x 314 mm.

Belle carte du golfe du Mexique, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. En carton, carte des Bermudes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Pliure centrale légèrement brunie.

BONNE (Rigobert).

[GRANDS LACS] Partie occidentale du Canada, contenant les cinq Grands Lacs, avec les pays circonvoisins.

[1780]. 212 x 314 mm.

Belle carte figurant la région des Grands Lacs, indiquant l'emplacement des tribus indiennes, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Pliure centrale légèrement brunie.

BONNE (Rigobert).

[GUADELOUPE & MARIE-GALANTE] Les isles de la Guadeloupe, de Marie Galante, de la Désirade, et celles des Saintes : colonie françoise dans les Antilles.

[1780]. 220 x 319 mm.

Belle carte issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Fort-de-France est nommée Fort Royal, son nom de 1672 à 1793. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

[LOUISIANE & FLORIDE] Carte de la Louisiane, et de la Floride.

[1780]. 321 x 205 mm.

Belle carte de la Louisiane et de la Floride, indiquant l'emplacement des tribus et villages indiens, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Pliure centrale légèrement brunie.

BONNE (Rigobert).

[MARTINIQUE] Carte de l'isle de la Martinique, colonie françoise dans les Isles Antilles.

[1780]. 325 x 215 mm.

Belle carte de la Martinique, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Fort-de-France est nommée Fort Royal, son nom de 1672 à 1793. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

[NOUVEAU-MEXIQUE] Le Nouveau Mexique avec la partie septentrionale de l'ancien, ou de la Nouvelle Espagne.

[1780]. 208 x 315 mm.

Carte du Nouveau-Mexique et du nord du Mexique, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Pliure centrale légèrement brunie.

BONNE (Rigobert).

[SAINT-DOMINGUE] Carte de l'isle de S.t Domingue une des grandes Antilles, colonie françoise et espagnole.

[1780]. 212 x 314 mm.

Belle carte de l'île de Saint-Domingue divisée en parties française et espagnole, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

Amérique septentrionale.

[1780]. 215 x 319 mm.

Carte issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

Carte de la partie nord, des États Unis, de l'Amérique septentrionale.

[1780]. 212 x 315 mm.

Carte de la côte est des États-Unis, entre le Maine et le Maryland, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

Carte de la partie sud des États Unis de l'Amérique septentrionale.

[1780]. 212 x 313 mm.

Carte de la côte est des États-Unis, entre la baie de Chesapeake en Virginie et le sud de la Géorgie, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

Carte des Isles Antilles ou du Vent avec la partie orientale des Isles sous le Vent.

[1780]. 320 x 212 mm.

Belle carte des Antilles issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Fort-de-France est nommée Fort Royal, son nom de 1672 à 1793. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bel exemplaire.

BONNE (Rigobert).

L'Amérique divisée en ses principaux états.

Paris, Lattré, 1782. En deux feuilles jointes formant une carte de 0,73 x 1,01 m.

Rare et belle carte murale de l'Amérique, dressée d'après les cartes de Rigobert Bonne, ingénieur-géographe et cartographe. Elle est ornée d'un superbe cartouche de titre décoré d'un Amérindien entouré d'un palmier, de deux pélicans et d'un castor. En carton, cartes de la Martinique, de Saint-Domingue et du nord de l'Amérique. Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Contours aquarellés à l'époque. Traces de pliures avec restaurations.

BONNE (Rigobert).

Supplément pour les Isles Antilles, extrait des cartes angloises.

[1780]. 321 x 212 mm.

Carte des Antilles, issue de l'Atlas de toutes les parties connues du globe terrestre, dressé pour l'Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les Deux Indes. Ingénieur-géographe et cartographe, Rigobert Bonne succéda à Jacques-Nicolas Bellin comme hydrographe du Dépôt de la Marine en 1773. Bon exemplaire.

BRION de la TOUR (Louis).

Carte des États-Unis de l'Amérique septentrionale, dressée d'après les cartes anglaises.

Paris, S. Desnos, 1783. 227 x 258 mm.

L'une des premières cartes nommant les États-Unis nouvellement constitués, publiée en 1783. Les États-Unis furent proclamés par le Traité de Paris signé le 3 septembre 1783, qui mettait un terme à la Guerre d'Indépendance et reconnaissait les treize États-Unis d'Amérique. Le Traité est ratifié le 14 janvier 1784 par le Congrès de la Confédération et le 9 avril par le roi Georges III d'Angleterre ; l'échange des ratifications a lieu le 12 mai 1784 à Paris. La carte couvre la région à l'est du fleuve Mississippi, et figure les frontières des 13 états, les villes telles que Detroit, les rivières et lacs, les villages et territoires indiens, dont la Contrée des Six Nations, en référence aux six nations iroquoises, et les forts. La source principale de cette carte fut la carte de John Mitchell Map of the British and French dominions in North America, utilisée par la Grande-Bretagne et les États-Unis lors des négociations du Traité pour fixer les frontières de la nouvelle nation. Petites restaurations à la pliure centrale. Contours aquarellés à l'époque. Sellers and van Ee, 740 ; McCorkle, 780.1 ; Pritchard and Taliaferro, Mapping colonial America. Degrees of latitude, 70.

BRION de la TOUR (Louis).

Guayane, Terre Ferme, Isles Antilles et N.elle Espagne.

Paris, Desnos, 1766 [1772]. 280 x 310 mm.

Belle carte figurant le Mexique, l'Amérique Centrale, la Colombie, le Venezuela et les Antilles, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

L'Amérique dressée pour l'étude de la géographie.

Paris, Desnos, 1764 [1772]. 285 x 313 mm.

Belle carte de l'Amérique, encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, et ornée d'un cartouche de titre illustré. Elle a été dressée par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi, et est issue de l'Atlas général, civil, ecclésiastique et militaire, méthodique et élémentaire pour l'étude de la géographie et de l'histoire, atlas destiné à l'instruction de la jeune noblesse de l'École Royale Militaire. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Pliure centrale brunie.

BRION de la TOUR (Louis).

Nouveau Mexique, Louisiane, Canada et Nlle Angleterre.

Paris, Desnos, 1766. 277 x 305 mm.

Belle carte de l'Amérique du Nord, ornée d'un cartouche de titre et encadrée d'une bordure florale décorée des armoiries royales, dressée par l'ingénieur-géographe du roi Louis Brion de La Tour. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

BRION de la TOUR (Louis).

Tableau général de l'Amérique, comprenant les principales régions qui composent cette partie du monde ; leurs divisions par états ou provinces ; les villes les plus distinguées par leur rang, leur population et leur comerce : avec des notes aussi curieuses qu'intéressantes.

1775. 520 x 730 mm.

Très rare carte figurant le continent américain, dressée et publiée en 1775 par Louis Brion de La Tour, ingénieur-géographe du roi. De chaque côté figure la liste des possessions et colonies des Britanniques, des Espagnols et des Portugais, à gauche en Amérique du Nord, et à droite en Amérique du Sud. Il s'agit probablement de la rare première édition, trois autres ayant été publiées postérieurement en 1785, 1789 et 1792. Contours aquarellés à l'époque. Marges coupées au trait d'encadrement, traces de pliures dans la liste de gauche, pliure centrale restaurée avec défauts au bas de la pliure. The Lowery collection. A descriptive list of maps of the Spanish possessions within the present limits of the United States, 1502-1820, 1912, pp. 376-377.

CHATELAIN (Henry Abraham).

Carte de la Terre Ferme, du Pérou, du Brésil, et du pays des Amazones.

[Amsterdam, circa 1720]. 403 x 518 mm.

Belle carte figurant la partie nord de l'Amérique Latine, avec le sud de l'Amérique Centrale depuis le Costa Rica. Elle est basée sur la carte de Guillaume de l'Isle, dressée d'après les relations du géographe de Laet et des missionnaires jésuites de Acuña et Rodriguez. Tandis que les côtes sont très détaillées, une partie de l'intérieur des terres, non encore suffisamment explorée, a été laissée vide, en particulier le nord-ouest du Brésil, appelé Pays des Amazones. La carte figure les noms des tribus, les chaînes de montagnes, les mines, les marais, mentionne le large usage du guarani et signale l'existence du lac Parime et de la ville de Manoa del Dorado, sans les dessiner. La carte est issue de l'Atlas Historique, véritable encyclopédie géographique et l'œuvre de Nicolas Gueudeville pour le texte et d'Henry Abraham Châtelain pour les cartes. La première édition fut publiée à Amsterdam en 1708, puis rééditée en 1718, 1721 et 1732-39. Bel exemplaire, replié. Petite déchirure au bas de la carte restaurée.

d'ORLEANS (François).

[GUERRE DE SÉCESSION/VIRGINIE] Bataille de Gaine's Mill. Virginie (27 juin 1862).

[1862]. 366 x 740 mm.

Très rare lithographie en deux tons figurant la bataille de Gaine's Mill qui se déroula en Virginie le 27 juin 1862, lors de la Guerre de Sécession. Cette vue a été dessinée sur les lieux par François d'Orléans, prince de Joinville et fils de Louis-Philippe, et lithographiée par Lemercier. L'estampe est signée et datée en bas à droite. Contraint à l'exil depuis la Révolution de 1848, le prince de Joinville participa aux côtés de ses neveux le comte de Paris et le duc de Chartres à la Guerre de Sécession sous le drapeau nordiste, et exécuta de nombreuses aquarelles au cours de la guerre. Sur cette estampe figurent au premier plan le général Porter, le comte de Paris, le colonel Radowitz, le lieutenant Monteith, le duc de Chartres, le général Morell et le général Meade. La bataille de Gaine's Mill se déroula sur une journée, et vit la victoire du général Lee et ses troupes sudistes. Bon exemplaire.

DU PETIT-THOUARS (Louis-Marie Aubert).

[MEXIQUE] Vue d'Acapulco, prise du mouillage de la Vénus.

[Paris, 1841]. 193 x 384 mm.

Belle vue panoramique d'Acapulco, dessinée par Mesnard et lithographiée par Sabatier, prise depuis la frégate la Vénus, qui fit escale à Acapulco entre le 17 et le 24 janvier 1838. La vue est issue du Voyage autour du monde sur la frégate la Vénus, pendant les années 1836-1839. Capitaine de vaisseau en 1836, du Petit-Thouars réalisa un tour du monde sur la frégate la Vénus, faisant successivement escale aux îles Canaries, au Brésil, au Chili, au Kamtchatka, au Mexique, en Polynésie, en Australie, et à la Réunion, avant de regagner Brest en juin 1839. De retour en France, il conseilla au gouvernement l'annexion des îles Marquises et fut promu contre-amiral et commandant des forces navales d'Océanie. Son voyage implanta la France en Polynésie. Bel exemplaire.

GUATEMALA;LOCKHORST (Bernard van);

État de Guatémala (Amérique Centrale).

Paris 1843 Lithographies originales (environ 29 x 35 cm).

Rarissime ensemble de 10 planches lithographiées par François Joseph Dupressoir d'après des croquis de Bernard van Lockhorst : - Vue de la grande place et du Palais du Gouvernement à Guatémala-Nueva. - Vue de la maison habitée par la Commission d'Exploration envoyée par la Compagnie Belge de Colonisation dans l'état de Guatémala. - Vue prise au fond de la Baie de Santo-Thomas. - Vue d'Isabal, prise du lac de ce nom (District de Santo Thomas). - Intérieur du Couvent de San-Geronimo. - Vue prise des hauteurs de Guénas, près Guatémala Antigua. - Vue du lac Atitlan, à 27 lieues de Guatémala. - Vue de l'entrée du Rio-Dulce, (prise de Linvingston). - Vue de Boca Nueva, Vera-Paz. - Consécration de la Chapelle de la Communauté de l'Union. Santo Thomas de Guatemala. Ces vues du Guatemala furent dessinées par Bernard van Lockhorst, attaché à la Commission d'Exploration mise en place par le gouvernement belge lors du projet de colonisation au Guatemala. En 1831, la Belgique prit son indépendance des Pays-Bas, et ne possèdait plus aucune colonie ni marine militaire. Le nouveau roi Léopold Ier, se sentant à l'étroit dans son petit territoire, estima nécessaire de doter le pays d'une colonie, et décida de fonder une colonie belge à Santo Tomas de Guatemala, dans le golfe du Honduras. À cet effet la Compagnie Belge de Colonisation fut créée en 1841. Celle-ci mit en place la Commission d'Exploration, à laquelle fut attaché Bernard van Lockhorst, en qualité de dessinateur. En janvier 1842, la Compagnie et la Commission arrivèrent au port de Santo Tomas. Les premiers colons, pour la plupart sans formation, s'y installèrent en mars 1843. Mal organisée, insuffisamment ravitaillée, victime de dissensions internes, la colonie périclita très vite. Le projet se soldera par un échec et le rapatriement des colons, à peine dix ans après leur implantation. Rarissimes estampes non référencées dans les bibliographies usuelles, et sur lesquelles nous n'avons pas trouvé d'informations. La Bibliothèque Nationale de France possède un album de 16 lithographies ; la New York Public Library possède également un album de 16 planches dont deux sont de Francisco Cisnéros ; la Bibliothèque Nationale de Colombie possède 9 planches dont 2 sont différentes de notre suite ; la Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1843, mentionne 7 planches. Quelques salissures marginales, déchirure marginale à une planche restaurée.

HERISSON (Eustache).

Carte de l'Amérique septentrionale & méridionale, où se trouvent les trois voyages de Cook et ceux de Mackenzie, Vancouver et La Pérouse.

Paris, Basset, 1810. En deux feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 0,84 x 1,17 m.

Belle et rare carte murale de l'Amérique, dressée par Eustache Hérisson, élève de Rigobert Bonne, ingénieur hydrographe de la Marine. La carte montre les routes des grands voyages de La Pérouse entre 1785 et 1788, de Mackenzie à l'extrême nord du continent, de Vancouver, ainsi que les trois voyages du capitaine Cook effectués entre 1768 et 1780. En carton figurent six petites cartes des îles de Saint-Domingue, Portorico, la Guadeloupe, la Martinique, Sainte-Lucie et Tobago. Bel exemplaire, replié, contours aquarellés à l'époque. Petites taches claires au bas de la 1ère feuille.

HOMANN (Héritiers de).

[PANAMA] Portus Pulchri in Isthmo Panamensi - Scenographia Portus Pulchri.

[Nuremberg], Homann Héritiers, 1740. 480 x 282 mm.

Estampe en deux parties, dédiée à la bataille de Portobelo, en latin Portus Pulchri, forteresse espagnole située au nord de l'isthme de Panama. La partie haute est occupée par une carte figurant la baie de Portobelo, occupée par la flotte anglaise. Portobelo est représentée, avec son port et ses forteresses. La partie basse figure l'entrée de la flotte anglaise dans la baie de Portobelo. Sur la gauche, on peut voir le fort Iron, et sur la droite, la forteresse de la Gloria, la ville de Portobelo et le fort San Jerónimo. La carte et la vue sont accompagnées d'une description et d'une table de légendes, en allemand. La bataille de Portobelo se déroula le 1er décembre 1739. C'est la première grande action de la Guerre de l'Oreille de Jenkins, conflit colonial opposant les Britanniques aux Espagnols, ainsi nommé en référence à Robert Jenkins, capitaine d'un navire marchand anglais dont l'oreille fut tranchée par un capitaine de la marine espagnole. La bataille de Portobelo s'acheva avec la prise et la destruction de la ville par la flotte britannique commandée par l'amiral Edward Vernon. Éditeurs de cartes à Nuremberg, Johann Baptist Homann et ses héritiers ont dominé le marché de la cartographie allemande pendant près de cent ans. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Petits trous dans le titre général, trace de pliure au niveau du second titre.

HUMBOLDT (Frédéric-Henri-Alexandre, baron de).

[COLOMBIE/BOGOTA] Carte du cours de Rio Meta et d'une partie de la chaîne orientale des montagnes de la Nouvelle Grenade.

[Paris], 1813. 232 x 495 mm.

Rare carte figurant une partie du royaume de la Nouvelle-Grenade, actuelle Colombie, avec le cours du Río Meta, rivière de Colombie traversant la vaste plaine des Llanos, jusqu'à son embouchure dans l'Orénoque, à la frontière avec le Venezuela. La carte a été gravée par Tardieu d'après les esquisses de Humboldt, pour l'Atlas géographique et physique du royaume de la Nouvelle-Espagne, qui accompagnait l'ouvrage intitulé Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne. La carte s'étend à l'ouest jusqu'au Río Magdalena, entre la ville de Bohorquez, nommée Bojorque, et Natagaima, orthographiée Natagayma. À l'est du royaume de Nouvelle-Grenade, on voit également la chaîne des plateaux d'altitude, appelés paramos. À l'emplacement de l'actuelle Bogotá figure la ville de Santa Fé, dont le nom complet était Santa Fé de Bogotá. On peut également lire la mention Plateau de Bogota (1350 t). Naturaliste allemand, Humboldt parcourut l'Amérique Latine entre 1799 et 1804. En 1801, il explora le royaume de la Nouvelle-Grenade. Il rapporta de son voyage d'importantes observations scientifiques dans les domaines de la géographie, de l'ethnographie, de la géologie et de l'histoire naturelle. Bel exemplaire.

HUMBOLDT (Frédéric-Henri-Alexandre, baron de).

[MEXIQUE/MEXICO] Carte de la vallée de Mexico et des montagnes voisines esquissée sur les lieux en 1804, par Don Louis Martin.

Paris, 1808. 392 x 457 mm.

Rare carte détaillée figurant les environs de la ville de Mexico, dessinée sur les lieux par Don Louis Martin en 1804, rédigée et corrigée en 1807 d'après les opérations trigonométriques de Don Joaquin Velasquez, et d'après les observations astronomiques et les mesures barométriques du baron de Humboldt par Jabbo Oltmanns. La carte a été gravée pour l'Atlas géographique et physique du royaume de la Nouvelle-Espagne, qui accompagnait le très important ouvrage de Humboldt intitulé Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne. La carte s'étend du nord au sud entre Tula et Jiutepec, orthographiée Jautepec, et d'ouest en est entre Toluca et Puebla de Los Ángeles. Le relief est bien détaillé, avec les chaînes de montagnes, les lacs et les volcans, dont ceux de Popocatépetl et de Iztaccíhuatl, au sud-est de Mexico. Naturaliste allemand, Humboldt parcourut l'Amérique Latine entre 1799 et 1804. En 1803, il explora le royaume de la Nouvelle-Espagne, actuel Mexique. Il rapporta de son voyage d'importantes observations scientifiques dans les domaines de la géographie, de l'ethnographie, de la géologie et de l'histoire naturelle. Bel exemplaire.

HUMBOLDT (Frédéric-Henri-Alexandre, baron de).

[ÉQUATEUR/GUAYAQUIL] Radeau de la rivière de Guayaquil.

[1810]. 335 x 411 mm.

Belle estampe figurant un radeau sur le Río Guayas, dans la ville de Guayaquil, au sud-ouest de l'Équateur. Elle a été dessinée par Pierre Antoine Marchais d'après une esquisse de Humboldt, et gravée par Bouquet. Elle est issue de l'Atlas pittoresque des Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l'Amérique. L'estampe montre trois personnages masculins à bord d'un grand radeau. Ces grands radeaux, que l'on appelait balzas, étaient utilisés pour la pêche ou le transport des marchandises, sur les côtes du Pacifique et à l'embouchure de la rivière Guayas, que l'on appelait Guayaquil. Le radeau, chargé de fleurs et de fruits, est figuré au moment où il est mis à l'ancre. On distingue des ananas, des avocatiers, des régimes de bananes ou encore des feuilles de cocotiers. Ces derniers ont été dessinés d'après Turpin et Poiteau. À l'avant du radeau, un homme est occupé à un fourneau. Naturaliste allemand, le baron de Humboldt parcourut l'Amérique Latine entre 1799 et 1804, en compagnie du botaniste Aimé Bonpland. En 1801, ils explorèrent le vice-royaume de la Nouvelle-Grenade, qui couvrait les actuels Panama, Venezuela, Équateur et Colombie. Durant leur périple en Équateur, Humboldt et Bonpland firent l’ascension de plusieurs volcans: le Pichincha (4784m), le Cotopaxi (5911m), l'Antisana (5752m), l'Illiniza (5126m) et surtout le Chimborazo (6263m), considéré alors comme la plus haute montagne du globe. Humboldt rapporta de son voyage d'importantes observations scientifiques dans les domaines de la géographie, de l'ethnographie, de la géologie et de l'histoire naturelle. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rousseurs légères dans les marges, marge inférieure coupée avec la mention "De l'Imprimerie de Langlois".

JAILLOT (Alexis-Hubert) & DESNOS (Louis-Charles).

L'Amérique divisée en septentrionale et méridionale subdivisée en ses principales parties - L'Amérique divisée en ses principales parties sçavoir dans la Septentrionale les Terres Arctiques, le Canada ou Nouvelle France, la Floride, la Nouvelle Espagne et le Nouveau Mexique ; dans la Méridionale la Terre Ferme, le Pérou, le Chili, la Terre Magellanique, le Paraguay, le Brésil. Les isles de Terre Neuve, Antilles, Magellaniques et de Californie.

Paris, Desnos, 1782. En quatre feuilles jointes formant une carte de 1,12 x 1,32 m.

Très belle carte murale du continent américain, dressée par Alexis-Hubert Jaillot, mise au jour et publiée par Louis-Charles Desnos en 1782. Cette carte est une version très agrandie de la carte de l'Amérique de Jaillot, en deux feuilles, publiée en 1695. Elle est ornée d'un superbe cartouche de titre décoré des armoiries royales du dédicataire, le dauphin Louis de France, duc de Bourgogne, d'un couple d'Amérindiens avec leur enfant, et de deux singes tenant chacun un perroquet. Successeur de la maison d'édition de Sanson à Paris, Alexis-Hubert Jaillot fut nommé géographe du roi Louis XIV en 1678, et publia de nombreuses cartes et atlas, parmi lesquels l'Atlas Nouveau, le Neptune François et l'Atlas François. Éditeur parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Louis-Charles Desnos était "libraire et ingénieur géographe pour les globes et les sphères de Sa Majesté Danoise". En tant qu'éditeur, il publia entre 1764 et 1786 une série d'atlas thématiques, et travailla notamment avec Brion de la Tour. Bel exemplaire aquarellé. Petites déchirures et froissements en bordure des marges, renforcements au niveau des pliures. Wagner, 441 (édition de 1695).

LE BRETON (Louis).

[RIO de JANEIRO] Rio Janeiro. Vue prise de l'île das Cobras - Rio de Janeiro. Vista tomada da ilha das Cobras.

Paris, S. Stampa fils, Lisboa, Manuel Costenla, [circa 1850]. 390 x 494 mm.

Très rare et magnifique vue de Rio de Janeiro, lithographiée en couleurs d'après un dessin de Louis Le Breton. La vue est prise depuis l'île des Cobras, avec sa forteresse au-dessus de laquelle flotte le drapeau du Brésil. Elle offre un beau panorama de la baie, animée de nombreux voiliers, et de la ville de Rio. L'estampe permet de voir le Fort de Santa Cruz, l'île de Villegagnon, le Pain de Sucre, les églises la Gloria et Saint-Sébastien, le Corcovado, la cathédrale, la montagne de la Tijuca et l'arsenal. Titre en français et en portugais. Peintre de marines, aquarelliste et chirurgien de marine, Louis Le Breton fut l'un des artistes les plus prolifiques de son temps et le témoin de nombreuses scènes maritimes du XIXe siècle. Très rare, un seul exemplaire localisé à la Bibliothèque Nationale du Brésil. Exemplaire finement colorié à l'époque. Rousseurs, salissures et restaurations marginales, restauration avec effacement partiel en bas à gauche du Pain de Sucre.

LE BRETON (Louis).

[TERRE-NEUVE] Pêche à la morue sur le Grand Banc de Terre-Neuve. Les embarcations élongeant les lignes.

Paris, F. Sinnett, [circa 1845]. 370 x 501 mm.

Belle vue lithographiée en couleurs d'après un dessin de Louis Le Breton, figurant une scène de pêche à la morue au large de Terre-Neuve. La vue montre au premier plan une mer agitée dans laquelle des matelots, à bord de petits canots, tendent (élongent) des lignes de pêche, retenues à leurs extrémités par des bouées surmontées d'un drapeau. Près de ces canots se tient un trois-mâts voiles affalées, battant pavillon français. En arrière-plan, on aperçoit trois autres canots et trois navires. Lancée dès le milieu du XVIe siècle, la pêche à la morue dans les Grands Bancs de Terre-Neuve connut son apogée au XIXe siècle. Chaque année, plus de 10 000 pêcheurs, que l'on appelait les Terre-Neuvas, quittaient les régions littorales françaises pour les bancs de Terre-Neuve et le long de la côte française de Terre-Neuve. À la fin du XIXe siècle, la pêche intensive avec des moyens modernes conduisit à une quasi-disparition de la ressource en morue et à une interdiction de pêche par les autorités canadiennes. Peintre de marines, aquarelliste et chirurgien de marine, Louis Le Breton fut l'un des artistes les plus prolifiques de son temps et le témoin de toutes les scènes maritimes du XIXe siècle. Embarqué à 19 ans comme aide-chirurgien sur l'Astrolabe dans l'expédition de Dumont d'Urville, il sera nommé dessinateur de l'expédition à la mort de Ernest Goupil, décédé en Tasmanie. C'est à Louis Le Breton que reviendra la tâche de rassembler l'iconographie du voyage qui sera publiée dans l'Atlas pittoresque. Il a réalisé deux autres estampes sur le Pacifique, plus précisément sur Tahiti, lors de l'annexion française par le contre-amiral du Petit-Thouars en 1842. Bel exemplaire.

LOCKHORST (Bernard van).

[GUATEMALA] État de Guatémala (Amérique Centrale). Ensemble de 10 planches lithographiées.

[Paris, 1843].

Rarissime ensemble de 10 planches lithographiées par François Joseph Dupressoir d'après des croquis de Bernard van Lockhorst : - Vue de la grande place et du Palais du Gouvernement à Guatémala-Nueva. 295 x 344 mm. - Vue de la maison habitée par la Commission d'Exploration envoyée par la Compagnie Belge de Colonisation dans l'état de Guatémala. 290 x 358 mm. - Vue prise au fond de la Baie de Santo-Thomas. 285 x 355 mm. - Vue d'Isabal, prise du lac de ce nom (District de Santo Thomas). 287 x 354 mm. - Intérieur du Couvent de San-Geronimo. 278 x 357 mm. - Vue prise des hauteurs de Guénas, près Guatémala Antigua. 281 x 354 mm. - Vue du lac Atitlan, à 27 lieues de Guatémala. 297 x 350 mm. - Vue de l'entrée du Rio-Dulce, (prise de Linvingston). 295 x 359 mm. - Vue de Boca Nueva, Vera-Paz. 288 x 355 mm. - Consécration de la Chapelle de la Communauté de l'Union. Santo Thomas de Guatemala. 292 x 383 mm. Dix belles vues du Guatemala, dessinées par Bernard van Lockhorst, attaché à la Commission d'Exploration mise en place par le gouvernement belge lors du projet de colonisation au Guatemala. En 1831, la Belgique a pris son indépendance des Pays-Bas, et ne possède plus aucune colonie ni marine militaire. Le nouveau roi Léopold Ier, se sentant à l'étroit dans son petit territoire, estime nécessaire de doter le pays d'une colonie, et décide de fonder une colonie belge à Santo Tomas de Guatemala, dans le golfe du Honduras. À cet effet la Compagnie Belge de Colonisation fut créée en 1841. Celle-ci mit en place la Commission d'Exploration, à laquelle fut attaché Bernard van Lockhorst, en qualité de dessinateur. En janvier 1842, la Compagnie et la Commission arrivèrent au port de Santo Tomas. Les premiers colons, pour la plupart sans formation, s'y installèrent en mars 1843. Mal organisée, insuffisamment ravitaillée, victime de dissensions internes, la colonie périclita très vite. Le projet se soldera par un échec et le rapatriement des colons à peine dix ans après leur implantation. Rarissimes estampes non référencées dans les bibliographies usuelles, et sur lesquelles nous n'avons pas trouvé d'informations. La Bibliothèque Nationale de France possède un album de 16 lithographies ; la New York Public Library possède également un album de 16 planches dont deux sont de Francisco Cisnéros ; la Bibliothèque Nationale de Colombie possède 9 planches dont 2 sont différentes de notre suite ; la Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1843, mentionne 7 planches. Quelques salissures marginales, déchirure marginale à 1 planche restaurée.

MONTANUS (Arnold Van Bergen ou Van den Berg, dit).

[CUBA] Havana.

[Amsterdam, 1673]. 290 x 354 mm.

Superbe vue du port et de la ville de La Havane, issue de l'ouvrage Die Unbekante Neue Welt oder Beschreibung des Welt-teils Amerika, l'un des plus grands ouvrages illustrés sur le Nouveau Monde au XVIIe siècle. La vue, prise depuis la mer, montre au premier plan un magnifique galion, quelques embarcations ainsi que le Fort El Morro, à l'entrée de la baie de La Havane. Très légères rousseurs, petites déchirures marginales.

ORBIGNY (Alcide d').

[ARGENTINE/CORRIENTES] Carte d'une partie de la Rép.que Argentine comprenant les provinces de Corrientes et des missions.

[Paris, 1835-1847]. 535 x 709 mm, montée sur toile de l'époque.

Grande carte figurant le nord-est de l'Argentine, dressée sur les lieux en 1828 par Narcisse Parchappe, d'après ses propres observations et celles de d'Alcide d'Orbigny. Elle est issue du très rare Voyage dans l'Amérique Méridionale de d'Orbigny, publié entre 1835 et 1847. La carte couvre la province de Corrientes, et s'étend à l'ouest jusqu'au Rio Paraná, à l'est jusqu'au Rio Uruguay, marquant la frontière avec le Brésil et l'Uruguay, au nord jusqui'à la ville de Laureles au Paraguay, et au sud jusqu'à la ville de Belen, au nord de l'Uruguay. En 1826, le Muséum d'histoire naturelle chargea Alcide d'Orbigny de faire un voyage scientifique dans l'Amérique du sud. Pendant sept années, il explora le Brésil, l'Uruguay, l'Argentine, la Patagonie, le Chili, le Pérou et la Bolivie. Peu après son arrivée en Argentine, il rencontra Narcisse Parchappe qui l'accompagna un temps dans la province de Corrientes, entre mars 1827 et avril 1828, et qui exécuta quelques cartes et planches pour la relation de son voyage. D'Orbigny ramena de son expédition une impressionnante collection d'histoire naturelle ainsi que de nombreux matériaux pour la géologie, la paléontologie et l'ethnographie. Bon exemplaire. Salissures dans la marge supérieure.

WEBB (Benjamin).

A Map of North America & the West India islands, with part of South America, Europe, Africa & the Atlantic ocean with its islands.

[circa 1770]. 262 x 454 mm.

Carte manuscrite sur papier, encre brune et aquarelle, montrant l'Amérique septentrionale, l'Atlantique, et l'ouest de l'Europe et de l'Afrique. Y sont figurés les limites territoriales, les principaux cours d'eau et les îles de l'Atlantique (Antilles, Açores, Canaries...). Y figurent également les colonies anglaises en Amérique. Cette carte a été réalisée peu après la signature du Traité de Paris qui mit fin à la guerre de Sept Ans. En effet, à côté du nom des îles des Antilles sont notés leurs tailles, la nation propriétaire et la date éventuelle de prise par les Anglais et celle de restitution en 1763. Avec cartouche de titre et un autre cartouche donnant les latitudes de plusieurs villes (qui ne se trouvent pas toutes sur la carte). Bien que rédigée en anglais, la carte semble avoir été dessinée par un allemand comme le laisse suposer la mention qui se trouve en bas à gauche de la carte: "Von Benjamin Webb gezeichnet" (dessiné par Benjamin Webb). Petites traces de frottements, marges écornées avec de petites déchirures et légers manques n'affectant pas le dessin.

WIT (Frederick de).

[BRÉSIL] Littora Brasiliæ - Pascaert van Brasil.

[circa 1680]. 483 x 563 mm.

Superbe carte des côtes du Brésil divisées en capitaineries, ornée d'un magnifique cartouche de titre illustré de scènes montrant des explorateurs et missionnaires portugais et hollandais, une cérémonie amérindienne et une scène d'exploitation minière. L'Atlantique est décoré de quatre navires et deux roses des vents. Le nord est placé à droite de la carte. Avec plus de 400 cartes et vues publiées entre 1648 et 1712, Frederick de Wit fut l'un des plus importants graveurs et éditeurs de cartes hollandais. En 1694, il acquit une partie des fonds de Blaeu et de Jansson vendus aux enchères 20 ans plus tôt. Exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rousseurs, manque comblé à l'extrême droite de la carte, au niveau de la mer.

WYTFLIET (Cornelis van).

[BRÉSIL] Brasilia.

[1607]. 228 x 286 mm.

Rare carte du Brésil, issue de l'atlas Descriptionis Ptolemaicæ augmentum. Sive Occidentis notitia. Cet atlas est le premier atlas consacré au seul continent américain. Il contient la première carte de la Californie et du sud-ouest des États-Unis, et la première carte mentionnant le nom Canada dans son titre. Les deux premières éditions furent publiées à Louvain en 1597 et 1598. L'atlas fut ensuite publié à Douai en 1603, avec un texte en latin, puis en 1605, 1607 et 1611 avec un texte français. Bon exemplaire. Petites rousseurs dans la marge inférieure, partie de la bordure de la marge gauche refaite.