18 résultats

[Martinique].

[circa 1860]. 270 x 405 mm.

Carte manuscrite sur papier bristol, encres noire et de couleurs, montrant l'île de la Martinique entourée d'un dessin au fusain représentant les principales productions de l'île. Cette carte est une copie de la carte de la Martinique de l'Atlas national illustré de Victor Levasseur, dont l'illustration est due à Raymond Bonheur (le père de Rosa Bonheur, mais ceci est une autre histoire). Le copiste n'a pas reproduit intégralement l'original : le cartouche a été laissé en blanc, seuls les noms principaux ont été portés sur la carte, et il n'a pas reproduit le buste de Joséphine. Traces de frottement, trous d'épingle aux quatre coins.

ANONYME.

[Les Chutes du Niagara].

[circa 1820]. 356 x 510 mm, monté sur un carton de 508 x 640 mm.

Dessin sur papier, gouache et aquarelle, montrant les Chutes du Niagara, situées sur la rivière Niagara reliant les lacs Érié et Ontario, à la frontière entre le Canada et les États-Unis. Au premier plan figure un paysage avec une maison en bois, et un homme assis sur un rocher, regardant les chutes. Deux petites piqûres, sinon belle condition, coloris frais.

BACHMANN (John).

[NEW ORLEANS] View of the New Orleans.

Paris, Wild, [circa 1855]. 425 x 622 mm.

Très rare et superbe vue à vol d'oiseau de la Nouvelle-Orléans, dessinée d'après nature par John Bachmann, lithographiée et finement aquarellée à l'époque par Léon-Auguste Asselineau. La vue est prise depuis la rive gauche du Mississippi, avec le Lac Pontchartrain en arrière-plan. Le Mississippi est animé de nombreux voiliers et bateaux à vapeur, dont le Créole, le Natchez, l'America, le Magnolia et le Belle Key. Rare état non mentionné par Reps, Views and Viewmakers of Urban America (1161-1163). déchirure restaurée dans la partie droite de l'estampe, salissures dans les marges.

BELLIN (Jacques-Nicolas).

[MARTINIQUE] Carte de l'isle de la Martinique.

1758. 199 x 303 mm.

Belle carte de la Martinique par Nicolas Bellin, ingénieur hydrographe français à la tête du Dépôt des cartes et plans de la Marine, chargé de dresser les cartes de toutes les côtes des mers connues. Bel exemplaire aquarellé.

BRION de la TOUR (Louis);

Carte des Isles Antilles dans l'Amérique septentrionale, avec la majeure partie des Isles Lucayes ; faisant partie du théâtre de la guerre entre les Anglais et les Américains.

Paris, Esnauts et Rapilly, 1782; 517 x 757 mm.

Belle et grande carte de la Mer des Caraïbes où se déroula une partie du théâtre de la guerre entre les Anglais, les Français et les Américains lors de la Guerre d'Indépendance, et publiée un an avant le Traité de Paris de 1783 qui mit fin à la guerre. Chacune des îles porte l'initiale du pays dont elle est la possession, et est aquarellée en fonction de ce pays : F pour France (Haïti, Guadeloupe, Saint-Christophe, Dominique, Martinique, Tobago, etc), A pour Angleterre (Jamaïque, île de New Providence dans l'archipel des Bahamas, Sainte-Lucie, Anguila, Antigua), et enfin E pour l'Espagne (Cuba, Saint-Domingue, Porto Rico). La carte montre également le sud-est de la Floride avec Biscayne orthographié Biscaino, ainsi que les côtes du Venezuela, de la Colombie et du Nicaragua, où l'on voit la ville de Bluefields orthographiée Blewfields. La carte est décorée d'un élégant cartouche de titre. La partie supérieure droite de la carte est occupée par une large notice historique des îles des Antilles. La Guerre des Antilles entre la France et la Grande-Bretagne se déroula de 1775 à 1783, et fut l'une des conséquences de la Guerre d'Indépendance. Bel exemplaire avec les contours et la mer finement coloriés à l'époque. Mouillures très claires dans la partie basse de la carte. Rare. Sellers & Van Ee, 1741.

COULIER (Philippe-Jacques).

[CURACAO/BONAIRE] Carte du fanal de la Pte. Lacre d'après une carte espag.le de 1816.

Paris, [1844-1848]. 276 x 200 mm.

Rare plan figurant la partie sud de l'île de Curaçao avec l'ilôt de Petit Curaçao, et l'île Bonaire, situées au large du Venezuela, issu de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Orné d'un profil côtier. Petites rousseurs dans les marges.

COULIER (Philippe-Jacques).

[CURACAO] Plan du phare projetté de Sta Anna, de Curaçao, d'après celui de l'amirauté anglaise, de 1837.

Paris, [1844-1848]. 280 x 200 mm.

Très rare plan figurant la baie de Santa Anna au sud de l'île de Curaçao, issu de l'Atlas général des phares et fanaux à l'usage des navigateurs. Orné d'un profil côtier où l'on voit Tafelberg ou Mt. de la Table. Petites rousseurs dans les marges.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[BRÉSIL/TRINDADE et MARTIN VAZ] Carte et plan des ilôts de Martin-Vaz et de la Trinité.

[1827]. 361 x 498 mm.

Belles cartes de l'archipel brésilien de Trindade et Martin Vaz, situé à un millier de kilomètres au large des côtes, levées en octobre 1822 par Bérard, officier de marine à bord de la corvette la Coquille, lors du voyage autour du monde du commandant Duperrey. Avec deux profils côtiers. Très légères rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[BRÉSIL/ÎLE de SANTA CATARINA] Carte d'une partie de la côte du Brésil comprise entre le Rio Guaratuba et la Laguna de Gurupaba - Plan de l'île Santa Catharina.

[1827]. 520 x 369 mm.

Belles cartes détaillées des côtes de l'état de Santa Catarina, avec l'île du même nom située au large de la ville de Florianopolis, levées par des ingénieurs portugais en 1783, et enrichies des observations effectuées en 1819 lors de l'expédition hydrographique commandée par le baron Albin Roussin. Quelques rousseurs.

DUPERREY (Louis-Isidore).

[CHILI] Plan du port de Valparaiso (côte du Chili).

[1827]. 360 x 497 mm.

Beau plan du port de Valparaiso, au centre du Chili, levé en 1790 lors de l'expédition des corvettes espagnoles la Descubierta et l'Atrevida, sous le commandement de l'explorateur et navigateur italien Alessandro Malaspina, qui fit carrière dans la Marine espagnole. Le plan, gravé par Ambroise Tardieu, fut transmis au commandant Duperrey lors de son escale au Chili en 1823, au cours de son voyage autour du monde à bord de la corvette la Coquille. Quelques rousseurs.

ELIOT (J.B.).

Carte du théâtre de la guerre actuel entre les Anglais et les Treize Colonies Unies de l'Amérique septentrionale dressée par J.B. Eliot Ingénieurs des Etats Unis.

Paris, Mondhare, 1778. 695 x 515 mm.

Premier état. Carte de la plus grande rareté, connue à très peu d'exemplaires, figurant le théâtre de la guerre opposant les Anglais aux treize colonies des Etats-Unis en 1778. Elle s'étend de la baie de Chesapeake au New Hampshire, et est ornée d'un beau cartouche de titre décoré d'attributs militaires et d'une scène de bataille. Publiée en feuille isolée, cette carte est considérée comme étant la première carte imprimée à porter le nom "Etats Unis", son auteur, J.B. Eliot étant décrit comme "Ingénieur des Etats Unis". Ingénieur militaire américain, J.B. Eliot fut l'aide de camp du général Washington. Peu après le 4 mai 1778, date à laquelle la France devint l'alliée des Américains dans la Guerre d'Indépendance, Eliot expédia sa carte à Paris pour la faire graver et la publier la même année. C'est aux Etats-Unis que l'auteur a réuni les informations nécessaires pour dresser sa carte, qui ne ressemble à aucune autre carte révolutionnaire. Très bel exemplaire à grandes marges, contours coloriés à l'époque. Pritchard & Taliaferro, Degrees of latitude, Mapping colonial America, map 58 ; Schwartz and Ehrenberg, The Mapping of America, plate 122 ; Phillips, Maps of America, 859 ("the earliest map in the collection which has the title United States"); McCorkle, New England in Early Printed Maps 1513 to 1800, 778.3.

HERISSON (Eustache).

Carte de l'Amérique septentrionale et méridionale, où se trouvent les découvertes les plus nouvelles, et les trois voyages de Cook.

Paris, Basset, 1795. 525 x 767 mm.

Belle et grande carte de l'Amérique, dressée par Eustache Hérisson, élève de Rigobert Bonne. La carte figure les routes des trois voyages du capitaine Cook effectués entre 1768 et 1780. En carton figurent deux petites cartes de Saint-Domingue et de la Martinique. Très bel exemplaire avec les contours et les mers finement coloriés à l'époque. Rare édition à la date de 1795.

JAUBERT (Claire).

Géographie. Cours de l'abbé Gauthier. 6eme classe de géographie, vacances 1844.

1844. 3 cartes, en quatre sections chacune, entoilées et pliées, étiquettes de titre manuscrites au dos de chacune des cartes.

Cartes manuscrites, encre noire et aquarelle, de l'Amérique du Nord (540 x 430 mm), de l'Amérique du Sud (540 x 430 mm), et de l'Afrique (430 x 540 mm). Beau travail d'élève portant également la signature du professeur. L'abbé Gauthier (1746-1818), avait conçu une nouvelle méthode d'enseignement, basée sur un jeu de questions et réponses, et publia de nombreux ouvrages dans lesquels il explique ses principes d'éducation. Après sa mort, l'un de ses élève, Demoyencourt, continua d'utiliser sa méthode, et publia également des ouvrages pédagogiques. C'est pourquoi la carte d'Afrique porte également une étiquette lithographiée avec son nom. Très belle condition.

MERIAN (Matthäus).

[BRESIL] Mauritiopolis Reciffa et circumiacentia castra.

[1649]. 288 x 372 mm.

Très belle et rare carte détaillée figurant les environs de la ville de Récife, baptisée Mauritsstad par les Hollandais lorsqu'ils la colonisèrent en 1630. Elle est issue de l'ouvrage Archontologia cosmica publié en 1649. La carte montre le môle de Mendonça, les salines, les marais, le fleuve Capibaribe, l'avenue Olinda, le château du prince Guillaume d'Orange, ou encore le palais de Boa Vista érigé par Maurice de Nassau en 1643. Bel exemplaire.

MERIAN (Matthäus).

[BRESIL] Sinus Omnium Sanctoru.

[1649]. 295 x 377 mm.

Très belle carte détaillée figurant la Baie de Tous les Saints ou Baía de Todos os Santos, avec en carton un plan de la ville de Salvador de Bahia. Elle est issue de l'ouvrage Archontologia cosmica publié en 1649. Bel exemplaire.

MERIAN (Matthäus).

[SAINT-DOMINGUE] Civitas S. Dominici in Hispaniola.

[1649]. 193 x 324 mm.

Belle vue de la ville de Saint-Domingue ou Santo Domingo, appartenant aujourd'hui à la République Dominicaine, issue de l'ouvrage Archontologia cosmica publié en 1649. Elle est ornée des armoiries de Charles Quint, roi d'Espagne, et de plusieurs navires. Bel exemplaire.

MERIAN (Matthäus).

America noviter delineata.

[1649]. 277 x 360 mm.

Très belle carte du continent américain, dérivée de la carte de Hondius de 1618. Elle est issue de l'ouvrage Archontologia cosmica publié en 1649. En carton figure une carte du Groenland. la carte est ornée d'un cartouche de titre, de deux vaisseaux et de monstres marins. Bel exemplaire. Burden, 251.

MOREAU DU TEMPLE (René).

Carte des environs du Fort Royal de la Martinique.

[circa 1770]. 711 x 628 mm.

Très rare et superbe carte du territoire situé au nord de Fort-de-France compris entre, au nord, deux sommets intitulés Grands Pitons, et, au sud, la côte entre fond Bellemare et la Pointe de la Carière. Il s’agit d’une copie manuscrite et aquarellée de l’époque de la fameuse carte de La Martinique levée entre 1663 et 1665, sous la direction de René Moreau du Temple, par des ingénieurs géographes du roi envoyés sur place après la conclusion du Traité de Paris de 1763 qui rendait l’île, brièvement occupée par les Anglais, à la France. Son échelle de 1000 toises pour 13,5 cm permet de représenter de nombreux détails et particularités topographiques. Les routes, chemins et rivières sont tracés avec précision, le type de végétation mentionné et les habitations identifiées avec le nom des propriétaires et la nature des bâtiments. Les plans de la ville et du fort de Fort Royal sont d’une grande précision. Le relief est montré par ombres portées. Cette carte, considérée comme hautement stratégique, a eu une diffusion très limitée. Elle n’a été reproduite qu'à très peu d'exemplaires, probablement moins d'une dizaine, destinés essentiellement aux autorités civiles et militaires de l’île et de la métropole. D’après Moreau de Jonnès, en 1794, lors de la seconde invasion de l'île, le général anglais Charles Grey se serait emparé de l'exemplaire resté en Martinique au Dépôt Local des Fortifications. Le précieux document aurait aussitôt été expédié en Angleterre, mais n'arriva jamais à bon port, le vaisseau qui le transportait ayant brûlé entièrement. Traces de pliures anciennes. L'exemplaire a été très habilement restauré.