Référence :LBW-8127

[LUXEMBOURG] Ensemble de six vues de la ville de Luxembourg.

FRESEZ (Jean-Baptiste).

Bruxelles, de l'Imprimerie de Dewasme-Pletinckx, 1835

Exceptionnel ensemble de six vues de la ville de Luxembourg, de la plus grande rareté, dessinées par Jean-Baptiste Fresez, lithographiées par Paul Lauters, et publiées à Bruxelles par Antoine Dewasme Pletinckx en 1835. - Vue de Luxembourg, prise au dessus de la porte du château. 322 x 441 mm. - Vue de Luxembourg, prise du Faubourg Clausen. 335 x 446 mm. - Vue de Luxembourg, prise de la Porte de Mansfeld. 337 x 455 mm. - Vue de Luxembourg, prise de la Porte de Trèves. 336 x 452 mm. - Vue de Luxembourg, prise de la Porte d'Eich. Porte la mention supplémentaire "Se vend chez Hoffman, libraire, à Luxembourg". 335 x 447 mm. - Vue de Luxembourg, prise de la Porte de Thionville. 335 x 445 mm. Ces six lithographies représentent différents points de vue de la ville. La première est prise au-dessus de la porte du château, forteresse d'une grande importance stratégique pour le contrôle de la rive gauche du Rhin. Elle fut démantelée, avec ses casemates, ses batteries, et sa caserne, entre 1867 et 1883. La seconde nous offre une vue plongeante depuis les hauteurs du faubourg Clausen. Cette vue embrasse à la fois la ville-haute, le faubourg de Clausen avec la vieille tour Altmünster ; à droite, la ville-basse de Pfaffenthal, fermée par la porte et les écluses de Mansfeld ; à gauche, la ville-basse du Grund, et en haut, à gauche, les casernes du Rham. Sur la droite, l'artiste s'est représenté en train de dessiner. La vue depuis la porte de Mansfeld montre au premier plan un pont sur la rivière Alzette, et deux pêcheurs. En hauteur, on aperçoit les casemates du Bock, vaste réseau de tunnels et galeries souterraines commencé en 1644, et le pont du château. La vue prise depuis la porte de Trèves montre la ville avec ses fortifications, la rivière Alzette et l'abbaye de Neimënster. Trois lavandières sont représentées au bord de la rivière Sur la vue prise depuis la porte d'Eich, on aperçoit, au fond de la vallée, la ville-basse du Pfaffenthal que traverse la rivière Alzette et qu'encadrent et surmontent des remparts imposants, des redoutes, des bastions, des forts détachés et deux tours espagnoles, élevées à droite et à gauche dans le mur d'enceinte de la ville-basse. À droite, la porte d'Eich, à gauche, la porte des Bons-Malades, derrière celle-ci s'élève la chapelle de Saint-Mathieu. Au centre se trouve la caserne Vauban. Sur les hauteurs, la ville et le Bock dans toute son étendue. Aucune autre vue de cette époque ne donne d'une façon aussi nette la descente du Pfaffenthal avec ses trois portes intermédiaires. Au premier plan sur la droite, se tiennent deux hommes. La dernière vue montre au premier plan une partie du mur de Wenceslas, avec la porte Thionville, devant laquelle des soldats montent la garde. Sur la gauche en hauteur, se trouve la Citadelle du Saint-Esprit, derrière elle la ville haute, entre les tours de la cathédrale et l'église Saint-Michel. Les Publications de la Section historique de l'Institut grand-ducal de Luxembourg citent trois autres vues dans cette série : Vue de Luxembourg, prise du Fetschenhof (plus grande que les huit autres) ; et deux vues intitulées Vue de Luxembourg, prise du haut du château. Peintre luxembourgeois d'origine française, Jean-Baptiste Fresez (1800-1867) fut le peintre le peintre le plus important du Luxembourg au XIXe siècle, et le maître incontesté de l'art à Luxembourg, selon ses contemporains. Il fréquente l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, puis s'installe, en 1824, comme professeur de dessin à Luxembourg. En 1826, il publie son premier recueil de lithographies du Luxembourg, puis en 1856, son Album pittoresque du Grand-Duché de Luxembourg. La faïencerie Villeroy & Boch, dans laquelle travaillait son père, a produit une série d'assiettes en porcelaine avec des représentations de châteaux luxembourgeois peints par Fresez. Paul Lauters (1806-1875) était professeur de dessin à l'École Royale de Gravure. Antoine Dewasme Pletinckx était un lithographe et éditeur installé à Bruxelles. En 1838, il fut l'un des fondateurs de la Société des Beaux-Arts. En 1843, il fut administrateur de l'École Royale de Gravure. Très rare. La collection en ligne du Musée National d'Histoire et d'Art du Luxembourg présente seulement deux vues de cette série, la Vue de Luxembourg, prise du Fetschenhof, et la Vue de Luxembourg, prise de la Porte de Mansfeld. Sur Worldcat, nous n'avons trouvé que la Vue de Luxembourg prise de la porte d'Eich, et la Vue de Luxembourg prise de la porte Thionville (Staatsbibliothek zu Berlin). Estampes en très bonne condition. Pour deux d'entre elles, des manques dans les marges ont été comblés, et trois présentent une déchirure restaurée. Publications de la Section historique de l'Institut grand-ducal de Luxembourg (ci-devant «Société archéologique du Grand-Duché» constitué sous le protectorat de Son Altesse Royale le Grand-Duc de Luxembourg, Volume XLVI, 1898, p. 302, 97-105.

8,000.00 €