Référence :LBW-7664

[Expédition aux Nouvelles-Hébrides].

JOHNSON (Martin).

Malekula, Espiritu Santo, Tomman, 1917. Ensemble de 13 photographies, non signées, env. 12 x 16 cm (pour 10 photos) et 18 x 25 (pour 3 photos) ; légendes au crayon, en français, au verso de 11 photographies.

Un voyage d’exploration chez les Big Nambas, aux Nouvelles-Hébrides, en 1917. Ces photographies montrent des groupes de villageois, parfois accompagnés de leur chef, des portraits d’hommes et d’enfants « têtes longues » ainsi que des monuments sculptés et disposés dans une forêt. Les explorateurs Martin et Osa Johnson apparaissent sur une photo, Osa sur une autre. Liste des photographies : - Malekula, Nouvelles-Hébrides, 1917. Le grand chef des Big Nambas, Nikhapat ou Nagapate. A côté, Atree, son secrétaire. Etui pénien (Nambas). - Le grand chef Nagapate des Big Nambas. - [Sans légende]. Montre un villageois vu de profil. - [Sans légende]. Représente un autre villageois. - Homme de Espiritu Santo. - Baie de Tanemarou (Malekula). Nouvelles-Hébrides, 1917. - Namboués, tambours à fente, troncs d’arbres creusés au couteau qui servent de cloches dans les cérémonies (caisses de résonance). - Les ancêtres. Bois sculptés dans la forêt de Malekula (Nouvelles-Hébrides), 1917. - Osa Johnson à Malekula (Nlles Hébrides), 1917. - Osa et Martin Johnson, Malekula. - Femmes des Big Nambas. - Un enfant des têtes longues. Ile de Tomman, pointe sud de Malekula. - Une mère et son enfant des têtes longues. Ile de Tomman, pointe sud de Malekula. Espiritu Santo est une île située dans l’archipel du Vanuatu (Nouvelles-Hébrides) ; elle en est la plus grande par sa superficie et a pour capitale Luganville. Située au sud d’Espiritu Santo, Malekula (anciennement Mallicolo) est la deuxième plus grande île du Vanuatu. Célèbres pour leur étui pénien de grande taille, les Big Nambas ont longtemps été considérés par la littérature coloniale comme l’un des peuples les plus sauvages et les plus cannibales de l’archipel. Ils doivent cette réputation au facteur d’isolement géographique (le plateau de Malekula est difficile d’accès, la côte inhospitalière, les cocotiers n’y poussent pas et l’eau y est rare), et à leur longue résistance au christianisme et à l’administration (source : Francis Bryard, 2012, sur le site academia.edu). Cinéaste et voyageur américain, Martin Elmer Johnson (1884-1937) se rendit une première fois aux Nouvelles-Hébrides en 1908, lors du voyage qu’il effectua avec Jack London à bord du Snark où il servait comme cuisinier. Marié en 1910 à Osa Leighty, il retourna aux Hébrides en 1917 pour y réaliser des films documentaires. Il s’installa à Vao, chez le mariste Prin et, de là, se rendit à Malekula, chez les Big Nambas, où il rencontra le chef Nagapata. Il en ramena un film intitulé Cannibals of the South Seas. En 1919, il fit un nouveau voyage aux Nouvelles-Hébrides. Dans les années 1920, il entreprit des expéditions en Afrique de l’Est puis, dans les années 1930, en Indonésie. Il mourut dans un accident d’aviation aux Etats-Unis. Au cours de ses voyages, il était toujours accompagné de son épouse Osa (1894-1953). Sur son séjour aux Nouvelles-Hébrides, il publia un livre intitulé Cannibal-Land, Adventures with a camera in the New Hebrides (Boston, 1922). Très bon état de conservation. O’Reilly, Bibliographie des Nouvelles-Hébrides, 290 et 313-316 (pour ses publications) et Hébridais, pp. 112-113 : « Johnson était un excellent photographe, et on lui doit quelques-unes des plus belles photographies d’indigènes hébridais ».

1,500.00 €