Référence :LBW-6713

Lettre signée, avec son cachet, à Stéphane Poignant.

ALGERIE. — ABD-EL-KADER (Emir).

1er Rabi’Al-Thani 1282 [24 août 1865]. 1⁄2 p. petit in-folio (31 x 21,2 cm) sur une feuille double; traduction copiée sur la même page.

Lettre de recommandation pour l’un de ses fils. «A Sa Seigneurie le grand, l’élevé, Monsieur le Préfet d’Alger, que Dieu vous bénisse, que les salutations les plus complètes soient sur vous ainsi que la miséricorde de Dieu […]. Nous espérons de votre bonté et de votre excellente initiative, un bon accueil en faveur du porteur Es-Séid Kaddour ben Mahi Ed-din qui est au nombre de mes enfants et qui compte parmi les personnes que nous chérissons le plus. Nous espérons que vous l’aiderez de tout votre pouvoir dans ses affaires. Que Dieu vous bénisse et augmente votre grade. Ainsi soit-il. Abd El-Kader ben Mahi Ed-din». Né en 1808 dans la Régence d’Alger, l’émir Abd-el-Kader est une figure majeure de la résistance algérienne contre la colonisation française. Fait prisonnier en 1847, il fut détenu à Pau puis à Amboise. Libéré en 1852, il séjourna à Paris, voyagea au Proche-Orient et s’installa en Syrie en 1860. Lors des émeutes anti-chrétiennes qui eurent lieu la même année, il sauva du massacre un grand nombre de chrétiens menacés par les Druzes, ce qui lui valut la reconnaissance internationale. Il effectua un dernier voyage à Paris en 1865 puis retourna à Damas où il mourut en 1883. Nommé préfet d’Alger en 1864, Stéphane Poignant avait succédé à Gustave Mercier-Lacombe; il resta à son poste jusqu’en 1869, date à laquelle il fut remplacé par Charles Le Myre de Vilers. Créé en 1848, le département d’Alger couvrait alors le centre de l’Algérie, laissant à l’est le département de Constantine et à l’ouest celui d’Oran. Intéressant et précieux document.

1,000.00 €