libraire : Librairie Le Bail

3273 résultats

CAMOCIO (Giovanni Francesco).

[ZAKYNTHOS] Zante insula posta nel mare Mediteraneo.

[Venise, 1572]. 177 x 209 mm.

Rare carte figurant l'île de Zante ou Zakynthos, dans la mer Ionienne, issue de l'isolario "Isole famose, porti, fortezze e terre maritime sottoposte alla Ser. Sig. di Venetia", publié à Venise en 1572 par Giovanni Francesco Camocio, graveur vénitien appartenant à l'école de Lafréri, actif entre 1558 et 1575. Elle est ornée d'un cartouche contenant une petite description de l'île. Le nord est situé à gauche de la carte. Petits trous de ver dans le coin inférieur gauche, sinon bel exemplaire. Zacharakis, 782/508.

CANCLAUX (Jean-Baptiste Camille de).

Pièce signée, en partie imprimée, signée également par le major du régiment, le capitaine commandant le détachement et le commissaire des guerres.

Auray, 1792. 1 p. in-4 oblong (22,4 x 29,3 cm), en-tête imprimé "Régiment du Port-au-Prince" corrigé à l'encre "Cap", vignette et encadrement gravés, sceau de la municipalité d'Auray et apostille des officiers municipaux, traces de plis.

Congé de rétablissement d'un fusilier du régiment du Cap. "Nous soussignés, certifions à tous ceux qu'il appartiendra, avoir donné Congé de rétablissement au nommé Pierre Ménager, dit Ménager fusilier, de la Compagnie de Lamaronière au Régt du Cap en garnison à Auray, âgé de vingt-huit ans […] pour aller à Rémalard en Perche…". Maréchal de camp, le général Canclaux venait de remporter, le 8 juillet précédent, une importante victoire contre les Vendéens près de Quimper. Peu après, il reçut la mission de veiller à l'embarquement à Brest des troupes pour Saint-Domingue. Nommé lieutenant général en septembre, il défendra victorieusement Nantes contre 80000 Vendéens en 1793. On joint : [REGIMENT DU CAP]. Certificat de service, signé par les administrateurs du régiment. Landerneau, 20 frimaire an 3 [10 décembre 1794], 1 p. in-8 oblong, sceau du 106e régiment d'infanterie, traces de plis. "Nous membres du Conseil d'administration du ci-devant Régiment du Cap actuellement 2e bataillon du 106e régiment, certifions à qui il appartient, que le citoyen Pierre Ménager […] âgé de 30 ans […] a servi en qualité de fusilier dans la compagnie ci-devant La Marronnière au dit Régiment du Cap depuis le 12 juin 1786 jusqu'au 26 juillet 1792; qu'il s'y est comporté toujours en brave militaire. [Il] a fait la campagne contre les Nègres révoltés de l'Amérique en 1791". Le certificat fait ici allusion au soulèvement des esclaves de Saint-Domingue, qui eut lieu en août 1791, à la suite de l'opposition des colons aux décrets de l'Assemblée nationale sur l'égalité des droits. Intéressant ensemble.

CANTELLI da VIGNOLA (Giacomo);

Arcipelago Mar Egeo.

Roma Gio. Giacomo de Rossi 1685 [1688] 546 x 447 mm.

Belle carte figurant l'archipel de la Mer Égée, gravée par Vincenzo Mariotti et issue de Il Mercurio geografico publié à Rome en 1688 par Giovanni Giacomo de Rossi. Elle est ornée d'un cartouche de dédicace et d'un cartouche de titre animé des représentations de Neptune et Perséphone, et de monstres marins. Bel exemplaire aux contours aquarellés à l'époque. Marge gauche très courte. Rare. Zacharakis, 547.

CAPITAINE (Louis).

Carte de la France suivant sa nouvelle division en départements et districts. Dédiée à l'Assemblée Nationale par les directeurs et associés de la carte générale de la France.

1790. En 42 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,23 x 1,16 m, sous étui de papier bleu.

Première carte des départements français, publiée lors de l'année de leur création. Belle carte murale de la France en 83 départements, ornée d'un grand cartouche de titre décoré d'attributs militaires et des arts et des sciences, et d'un médaillon sur lequel on peut lire "Assemblée Nationale. La Loi et le Roi". Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Issu d'une famille d'ingénieurs qui travailla à la Carte de France de Cassini, Louis Capitaine fut nommé en 1779 responsable du dépôt de la Carte de France. Il en réalisa plusieurs réductions, d'abord avec les divisions administratives de l'Ancien Régime, puis avec les nouveaux départements. Très bel exemplaire aquarellé à l'époque. Etui usagé. Pelletier & Ozanne, Portraits de la France, fig. 129.

CAPITAINE (Louis);

Carte générale des Etats-Unis de l'Amérique septentrionale divisée en ses 17 provinces.

1799 395 x 452 mm.

Carte détaillée figurant la côte Est des Etats-Unis depuis Québec au Canada jusqu'à Saint-Augustin en Floride. Dressée par Louis Capitaine pour la relation de voyage du duc de La Rochefoucauld-Liancourt intitulée Voyage dans les ìtats-Unis d'Amérique, fait en 1795, 1796 et 1797. Manque de papier dans la marge gauche, exemplaire replié.

CAROCCI (Giuseppe);

[Florence] Vue de la place de S. Croce.

1840 circa 145 x 190 mm.

Ravissante estampe figurant la place de Santa Croce à Florence, gravée à l'aquatinte et très finement aquarellée sur papier gouaché en bleu, par le graveur florentin Giuseppe Carocci. Très bel exemplaire.

CAROCCI (Giuseppe);

[Florence] Vue de la place du Grand Duc.

1840 circa 153 x 187 mm.

Ravissante estampe figurant le Palazzo Vecchio sur la Piazza della Signoria de Florence, gravée à l'aquatinte et très finement aquarellée sur papier gouaché en bleu, par le graveur florentin Giuseppe Carocci. Très bel exemplaire.

CAROCCI (Giuseppe);

Vue de la métropolitaine de Florence.

1840 circa 166 x 215 mm.

Ravissante estampe figurant la cathédrale Santa Maria del Fiore sur la Piazza del Duomo à Florence, gravée à l'aquatinte et très finement aquarellée sur papier gouaché en bleu, par le graveur florentin Giuseppe Carocci. Très bel exemplaire.

CAROCCI (Giuseppe);

Vue de la métropolitaine de Sienne.

1840 circa 169 x 214 mm.

Ravissante estampe figurant la façade de la cathédrale Santa Maria del Fiore sur la Piazza del Duomo à Florence, gravée à l'aquatinte et très finement aquarellée sur papier gouaché en bleu, par le graveur florentin Giuseppe Carocci. Très bel exemplaire.

CAROCCI (Giuseppe);

Vue du derrière de la métropolitaine de Florence.

1840 circa 145 x 183 mm.

Ravissante estampe figurant le campanile et la façade arrière de la cathédrale de Florence, gravée à l'aquatinte et très finement aquarellée sur papier gouaché en bleu, par le graveur florentin Giuseppe Carocci. Très bel exemplaire.

CAROLI (Francesco de).

Carta degli stati di S.M. il Re di Sardegna e parte de paesi ad essi confinanti rettificata nella Regia Topografia.

Turin, 1779. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 750 x 868 mm.

Rare carte des états du roi de Sardaigne figurant le Piémont et la Sardaigne, ornée d'un cartouche de titre animé de quatre personnages. Bel exemplaire aux contours coloriés à l'époque.

CARONNI (Felice).

Ragguaglio del viaggio compendioso di un dilettante antiquario sorpreso da Corsari condotto in Barberia e felicemente ripatriato.

Milano, Francesco Sonzogno, 1805-1806. 2 volumes in-8 de 140 pp. — ix-(1)-270 pp.; demi-veau havane, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison beiges, tranches bleues (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition, illustrée de 2 portraits, de quelques figures de monnaies gravées dans le texte, et de 13 planches (sur 12 feuillets) dont 2 cartes dépliantes. En juin 1804, lors d'un voyage de Palerme à Naples, le navire sur lequel l'auteur se trouvait fut capturé par des pirates. Il fut retenu prisonnier à Tunis quelques mois pendant lesquels il put se livrer à l'étude des monnaies et monuments de l'antiquité. Le premier ouvrage contient le récit de sa captivité, et le second, qui a pour titre Ragguaglio di alcuni monumenti di antichita ed arti raccolti negli ultimi viaggi da un dilettante ... le fruit de son étude des ruines de Carthage et des monnaies qu'il trouva sur place. Bon exemplaire. Gay, 415 bis.

CARY (G. & J.) & CRUCHLEY (George Frederick).

[LONDRES] Cary's new plan of London and its vicinity, published by authority of her Majesty's Post Master General.

London, G.F. Cruchley, 1851. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 678 x 854 mm ; sous étui de toile bleu avec grande étiquette de l'éditeur sur le premier plat, et accompagné d'un livret contenant l'index alphabétique des rues de (3) ff., 47 pp. avec étiquette de l'éditeur parisien Longuet sur le premier plat.

Superbe plan de Londres, Westminster et Southwark, et des villages environnants aujourd'hui intégrés à Londres : Chelsea, Camden, Islington, Brixton, Greenwich, Hackney, Battersea, etc. Il a été finement aquarellé à l'époque, en utilisant 4 couleurs permettant de distinguer les parcs et jardins, les gares et lignes ferroviaires, les docks de la ville, les cimetières et quelques monuments importants comme l'Artillery Ground où s'exerçaient les archers, ou encore la Lord's Cricket Ground Tavern, où se réunissaient les joueurs du stade de cricket fondé en 1814 et situé sur St. John's Wood Road. A l'ouest de la ville, dans Hyde Park, figure pour la première fois sur le plan de Cary, le bâtiment de l'Exhibition of Industry of All Nations. Aquarellé en marron, il s'agit du Crystal Palace, construit pour la toute première Exposition Universelle, qui se tint à Londres en 1851, année de la publication du plan. Le plan est accompagné de son rare livret contenant un index alphabétique des rues, jardins, gares ferroviaires, etc, pour 1851. Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare, accompagné de son livret.

CARY (John).

[LONDRES] Cary's new pocket plan of London, Westminster and Southwark; with all the adjacent buildings in St. George's Fields &c &c.

London, J. Cary, 1819. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 420 x 613 mm.

Beau plan de Londres, Westminster et Southwark, et des villages environnants aujourd'hui intégrés à Londres : Chelsea, Camden, Islington, Brixton, Greenwich, Hackney, Battersea, etc. Il a été finement aquarellé à l'époque, en utilisant un système de couleurs permettant de distinguer les parcs et jardins, les nouveaux docks, les voies principales et quelques monuments importants comme l'Artillery Ground où s'exerçaient les archers. Le plan est accompagné de deux listes des points de relais de la Poste, d'une liste des bâtiments publics, et d'une liste des tarifs des transport en fiacre pour 350 destinations (Hackney coach fares). Très bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Howgego, 192.

CASSAS (Louis-François);

[CROATIE] Plan général de la ville et des environs de Spalatro.

Paris 1802 407 x 567 mm.

Carte figurant la ville fortifiée de Split et ses environs, dessinée par Louis-François Cassas, gravée par Perrier fils. Bel exemplaire replié.

CASSAS (Louis-François);

[CROATIE] Vue générale de Spalatro. Prise en mer près la Punta di St. Stefano.

Paris 1802 266 x 458 mm.

Estampe dessinée par Louis-François Cassas et gravée à l’eau-forte par Paris. Bel exemplaire.

CASSAS (Louis-François);

Vue de la ville et du port de Trieste, prise du Môle neuf.

Paris 1802 270 x 405 mm.

Estampe dessinée par Louis-François Cassas et gravée à l’eau-forte par Desmaisons. Bel exemplaire.

CASSAS (Louis-François);

Vue de l’entrée du grand canal de Trieste.

Paris 1802 252 x 399 mm.

Estampe dessinée par Louis-François Cassas et gravée à l’eau-forte par Desmaisons. Bel exemplaire.

CASSAS (Louis-François);

Vue générale de Trieste, de son port, du Lazareth & des côtes de l’Istrie, prise du chemin de Vienne.

Paris 1802 266 x 451 mm.

Estampe dessinée par Louis-François Cassas et gravée à l’eau-forte par Niquet. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[BÉZIERS] Carte du diocèse de Béziers.

[1781]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 910 x 921 mm.

Rare carte du diocèse de Béziers provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Etiquette imprimée au dos "Bas Languedoc Diocèse de Béziers 1er. suff. de Narbonne", et étiquette manuscrite "Provenant du Cabinet du ci-devant Roi, le 7 février 1793 l'an 2e de la République". Rousseurs. Rare exemplaire dans de très beaux coloris de l'époque.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[LE PUY-en-VELAY] Carte du diocèse du Puy.

[1781]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 983 x 964 mm.

Rare carte du diocèse du Puy-en-Velay provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Quelques rousseurs claires.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[NISMES] Carte du diocèse de Nismes.

[1781]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 882 x 955 mm.

Rare carte du diocèse de Nimes provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Quelques rousseurs claires.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[RIEUX-VOLVESTRE] Carte du diocèse de Rieux.

[1781]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,04 x 0,85 m.

Rare carte du diocèse de Rieux-Volvestre provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[SAINT-PAPOUL] Carte du diocèse de St. Papoul.

[1781]. En 4 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 471 x 533 mm.

Rare carte du diocèse de Saint-Papoul provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[SAINT-PONS-de-THOMIERES] Carte du diocèse de St. Pons.

[1781]. En 9 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 620 x 703 mm.

Rare carte du diocèse de Saint-Pons-de-Thomières provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[TOULOUSE] Carte du diocèse de Toulouse.

[1781]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 980 x 950 mm.

Rare carte du diocèse de Toulouse provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. En carton, Enclave du diocèse temporel de Toulouse et du spirituel de Rieux, et Enclave du temporel de Toulouse et du spirituel de Mirepoix. Quelques rousseurs. Différence de couleur de papier au centre de la carte.

CASSINI de THURY (César-François) & CAPITAINE (Louis).

[VIVIERS] Carte du diocèse de Viviers.

[1781]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1 x 1,45 m.

Rare carte du diocèse de Viviers provenant des Cartes des diocèses de la province de Languedoc, levées par ordre de Arthur Richard Dillon, archevêque et primat de Narbonne, sous la direction de Cassini, de Montigny et Perronet, et réduites par Louis Capitaine en 1781. Exemplaire uniformément bruni.

CASSINI de THURY (César-François).

[AVRANCHES] Carte de Cassini. Feuille n°82/95.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 583 x 930 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°82/95 de la carte de Cassini, couvrant Avranches et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre La Bigne et Saint-Hilaire- du-Harcouët, et d'ouest en est entre Avranches et Ménil-Hermei. Les villes et les routes principales sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[BORDEAUX] Carte de Cassini. Feuille n°164/104.

[Paris, circa 1800]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 592 x 931 mm ; étiquette au dos portant le numéro de la feuille.

Feuille n°164/104 de la carte de Cassini, couvrant Bordeaux et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Gauriac et Saint-Morillon, et d'ouest en est entre Le Porge et Saint-Émilion. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Quelques très légères rousseurs. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[CHÂLONS-en-CHAMPAGNE] Carte de Cassini. Feuille n°25.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°25 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Châlons-en-Champagne, anciennement Châlons-sur-Marne. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[DINAN/RENNES] Carte de Cassini. Feuille n°8/128.

[Paris, circa 1810]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 606 x 920 mm.

Feuille n°8/128 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Dinan et Rennes. Elle s'étend du nord au sud entre Plesnin-Trigavou et Rennes, et d'ouest en est entre Saint-Méleuc et Saint-Hilaire-des-Landes. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bon exemplaire. Petits manques de toile aux intersections.

CASSINI de THURY (César-François).

[GANNAT] Carte de Cassini. Feuille n°79/51.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet de vélin portant le numéro de la feuille.

Feuille n°79/51 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Gannat, Vichy et Saint-Pourçain-sur-Sioule dans l'Allier. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[GIEN] Carte de Cassini. Feuille n°34.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 580 x 905 mm ; étiquette au dos portant le titre et le numéro de la feuille, et onglet de vélin renseigné du numéro.

Feuille n°34 de la carte de Cassini, couvrant Gien et ses environs. Les villes principales sont aquarellées en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[LA ROCHELLE] Carte de Cassini. Feuille n°97/101.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 928 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°97/101 de la carte de Cassini, couvrant La Rochelle et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Maillezais et Tonnay-Charente, et s'étend à l'est jusqu'à Celles-sur-Belle et Brioux-sur-Boutonne. Les villes principales sont aquarellées en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Superbe exemplaire brillamment aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[LA ROCHELLE] Carte de Cassini. Feuille n°97/101.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 588 x 925 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Auvray et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°97/101 de la carte de Cassini, couvrant La Rochelle, Niort et les environs. Elle s'étend du nord au sud entre Maillezais et Tonnay-Charente, et s'étend à l'est jusqu'à Celles-sur-Belle et Brioux-sur-Boutonne. Les forêts de Chizé et d'Aulnay (orthographiée Aunay) sont aquarellées en vert. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[LILLE] Carte de Cassini. Feuille n°18/41.

[Paris, 1756-1789]. En 16 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 605 x 925 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Auvray et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°18/41 de la carte de Cassini, couvrant Lille et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Menin en Belgique et Douai, et d'ouest en est entre Beaucamps et Beloeil en Belgique. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bon exemplaire. Petites taches d'encre bleue.

CASSINI de THURY (César-François).

[LISIEUX] Carte de Cassini. Feuille n°27.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°27 de la carte de Cassini, couvrant Lisieux et ses environs, et les côtes du Calvados et de l'Eure entre Ouistreham (orthographié Oyestreham) et Quillebeuf-sur-Seine. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Superbe exemplaire brillamment aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[LORGUES/BRIGNOLES/DRAGUIGNAN] Carte de Cassini. Feuille n°146/154.

[Paris, circa 1810]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 592 x 920 mm ; étiquette au dos.

Feuille n°154/146 de la carte de Cassini, couvrant Lorgues et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Quinson et Pignans, et d'ouest en est entre Rians et Roquebrune-sur-Argens. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[LUXEMBOURG] Carte de Cassini. Feuille n°69/175.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 920 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°69/175 de la carte de Cassini, couvrant les environs de la ville de Luxembourg. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Mouillures claires dans la partie haute de la carte.

CASSINI de THURY (César-François).

[MAYENNE] Carte de Cassini. Feuille n°90/96.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 597 x 942 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°90/96 de la carte de Cassini, couvrant Mayenne et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Saint-Cyr-du-Bailleul et Saint-Germain-Le-Fouilloux, et d'ouest en est entre Saint-Sauveur-des-Landes et Saint-Aignan-de-Couptrain. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[MAYENNE] Carte de Cassini. Feuille n°90/96.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 582 x 920 mm ; étiquette au dos portant le numéro de la feuille et le titre.

Feuille n°90/96 de la carte de Cassini, couvrant Mayenne et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Saint-Cyr-du-Bailleul et Saint-Germain-Le-Fouilloux, et d'ouest en est entre Saint-Sauveur-des-Landes et Saint-Aignan-de-Couptrain. Les villes principales comme Mayenne, Fougères et Juvigny, sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[MEAUX] Carte de Cassini. Feuille n°4.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°4 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Meaux. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[MIRECOURT/VOSGES] Carte de Cassini. Feuille n°64.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 925 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°64 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Mirecourt, Epinal et Saint-Dié-des-Vosges. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[MORTAGNE-sur-SÈVRE] Carte de Cassini. Feuille n°102/99.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 922 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°102/99 de la carte de Cassini, couvrant Mortagne-sur-Sèvre et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Chanzeaux (orthographiée Chazeau) et Montravers (orthographiée Mautravers), et d'est en ouest entre Cugand et Le-Puy-Notre-Dame. Le cours de la Sèvre est aquarellé en vert. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[NANTES/NOIRMOUTIER] Carte de Cassini. Feuille n°131/168.

[Paris, circa 1810]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 603 x 934 mm, étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet de vélin portant le numéro de la feuille.

Feuille n°131/168 de la carte de Cassini, couvrant les environs au sud de Nantes, et montrant l'île de Noirmoutier. Elle s'étend au nord jusqu'à Doulon, au nord de Nantes, aujourd'hui annexée à la ville, au sud jusqu'à Palluau, et à l'est jusqu'à Clisson. L'île de Noirmoutier est bien détaillée, et montre les corps de garde, l'Abbaye de la Blanche, de l'ordre des Cîteaux, ou encore le Fort Saint Pierre. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[NEUF-BRISACH] Carte de Cassini. Feuille n°77/164.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet de vélin portant le numéro de la feuille.

Feuille n°77/164 de la carte de Cassini, couvrant Neuf-Brisach en Alsace et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Biesheim et Brinckheim, et d'ouest en est entre Saint-Amarin et Fribourg. Les villes principales sont aquarellées en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[NOYON] Carte de Cassini. Feuille n°13.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 925 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°13 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Noyon, Saint-Quentin, Laon, Saint-Gobain et Guise. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[POITIERS] Carte de Cassini. Feuille n°92/67.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 925 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°92/67 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Poitiers et de Mirebeau. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Superbe exemplaire brillamment aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[RENNES] Carte de Cassini. Feuille n°9/129.

[Paris, circa 1810]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 599 x 927 mm.

Feuille n°9/129 de la carte de Cassini, couvrant les environs au sud de Rennes. Elle s'étend du nord au sud entre Rennes et Lusanger, et d'ouest en est entre Missiriac et Marcillé. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASSINI de THURY (César-François).

[ROCROI] Carte de Cassini. Feuille n°40.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 920 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°40 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Rocroi et Givet dans les Ardennes, et le sud de la Belgique. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Superbe exemplaire brillamment aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[ROUEN] Carte de Cassini. Feuille n°25/8.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 592 x 925 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet.

Feuille n°25/8 de la carte de Cassini, couvrant Rouen et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Duclair, orthographiée Ducler, et Hardencourt-Cocherel, et d'ouest en est entre Routot et Gisors. Les villes principales sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[SAINT-JEAN-PIED-de-PORT] Carte de Cassini. Feuille n°140/105.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 594 x 918 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet, et onglet de vélin portant le numéro de la feuille.

Feuille n°140/105 de la carte de Cassini, couvrant Saint-Jean-Pied-de-Port et ses environs, dans les Pyrénées-Atlantiques, à la frontière avec l'Espagne. Elle s'étend au nord jusqu'à Armendarits, au sud jusqu'à l'abbaye de Ronceveaux et la forêt d'Irati, à l'ouest jusqu'à Bera en Navarre, et à l'est jusqu'à Ostabat et Saint-Just. Les villes de Saint-Jean-Pied-de-Port et d'Ostabat sont signalées à l'aquarelle rouge. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[SAINT-MALO] Carte de Cassini. Feuille n°7/127.

[Paris, circa 1810]. En 24 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 614 x 915 mm.

Feuille n°7/127 de la carte de Cassini, couvrant Saint-Malo et ses environs. Elle s'étend au nord jusqu'à Montmartin en Normandie, et d'ouest en est entre le Cap Fréhel et Crollon. L'échelle est en toises et en mètres. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Exemplaire empoussiéré, taches claires.

CASSINI de THURY (César-François).

[SEDAN] Carte de Cassini. Feuille n°43.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°43 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Sedan et de Charleville-Mézières dans les Ardennes. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[SOISSONS] Carte de Cassini. Feuille n44.

[Paris, 1756-1789]. En 18 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 582 x 920 mm ; étiquette au dos portant le titre et le numéro de la feuille.

Feuille n°44 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Soissons, s'étendant du nord au sud entre Vauxaillon (orthographié Vaussalion) et Dormans, et d'ouest en est entre Crépy-en-Valois et Damery. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'État-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[TOUL] Carte de Cassini. Feuille n°41.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 930 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°41 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Toul en Lorraine. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Superbe exemplaire brillamment aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CASSINI de THURY (César-François).

[TULLE] Carte de Cassini. Feuille n°154/34.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 920 mm ; étiquette au dos et onglet de vélin portant le numéro de la feuille.

Feuille n°154/34 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Tulle et de Brive-la-Gaillarde en Corrèze. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[VANNES] Carte de Cassini. Feuille n°172/158.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 595 x 920 mm ; étiquette au dos et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°172/158 de la carte de Cassini, couvrant les environs de Vannes, Lorient, Port-Louis, Auray, Locminé et Josselin. Les villes principales sont signalées par une citadelle aquarellée en rouge. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Echelle en toises. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CASSINI de THURY (César-François).

[VIVIERS] Carte de Cassini. Feuille n°123/90.

[Paris, 1756-1789]. En 21 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 590 x 918 mm ; étiquette au dos de l'éditeur Charles Picquet et onglet portant le numéro de la feuille.

Feuille n°123/90 de la carte de Cassini, couvrant Viviers et ses environs. Elle s'étend du nord au sud entre Fabras et Goudargues, et d'ouest en est entre Altier et Saint-Paul-Trois-Châteaux. L'échelle est en toises. La carte de Cassini est la première carte générale et particulière du royaume de France. En 1747, Louis XV décide de confier à César-François Cassini l'élaboration d'une carte de France, "particulière" - c'est-à-dire détaillée - et "générale", parce-qu'elle doit couvrir tout le royaume. Les levés furent effectués entre 1756 et 1789 et les 182 feuilles composant la carte furent publiées entre 1756 et 1815. Trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail, principalement César-François Cassini de Thury dit Cassini III (mort en 1787) et son fils Jean-Dominique Cassini de Thury dit Cassini IV. Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. La carte de Cassini ne sera pas remplacée avant 1866, avec la carte d'Etat-Major à l'usage des militaires. Bel exemplaire.

CASTONNET DES FOSSES (Henri).

Une lettre inédite de La Boullaye Le Gouz.

Angers, imprimerie Lachèse et Dolbeau, 1886. In-8 de 16 pp.; broché, couverture rose imprimée.

Tiré à part d'un article publié en 1882 dans les Mémoires de la Société Nationale d'Agriculture, Sciences et Arts d'Angers. Il s'agit de la retranscription d'une lettre, datée de 1666 et envoyée à Colbert par François de La Boullaye-Le Gouz, membre d'une ambassade envoyée à Ispahan pour y négocier un traité de commerce pour l'établissement de la Compagnie des Indes en Perse. Bon exemplaire conservé dans sa brochure d'origine. Envoi autographe signé de l'auteur sur la couverture, dont le nom du dédicataire a été enlevé. Petit manque à la couverture. Bords de la couverture passés.

CELLARIUS (Andreas).

Typus aspectuum, oppositionum et conjunctionum etz in planetis.

Amsterdam, Petrus Schenk et Gerard Valk, 1708. 433 x 514 mm.

Très belle carte céleste, figurant en son centre une petite carte circulaire axée sur le pôle Nord avec l'Asie, le nord du continent africain et l'Amérique du Nord où la Californie est représentée comme une île. Autour de cette carte un entrecroisement de lignes illustre les aspects astrologiques avec les conjonctions et les oppositions entre les planètes, avec tout autour les 12 signes du zodiaque. Les bordures sont ornées de nombreux angelots. Cette carte est issue de l'Atlas Coelestis, ou atlas céleste, publié une première fois en 1660, puis en 1708 par Schenk et Valk. Entièrement dédié au monde céleste, c'est le seul atlas du genre élaboré à l'époque de l'âge d'or de la cartographie hollandaise. Les 29 cartes qui le composent sont les plus remarquables jamais réalisées. D'origine allemande ou polonaise, Cellarius fut mathématicien et recteur de l'école de latin à Hoorn, au nord d'Amsterdam. Très bel exemplaire dans de beaux coloris de l'époque.

CHALMANDRIER (Nicolas).

[LA ROCHELLE] Nouveau plan de La Rochelle tel qu'il est aujourd'hui sous le règne de Louis XV. En 1773. - Ancien plan de La Rochelle et de ses environs avec la digue, les lignes et forts construits pour empêcher le secours de cette place assiégée depuis un an et prise en 1628 par le roi Louis XIII sous le ministère du cardinal de Richelieu. - Carte du pays d'Aulnis. Avec les isles de Ré, d'Oléron et provinces voisines. Dressée en 1773.

Paris, chez l'auteur, et La Rochelle, chez le sieur d'Auvin, 1773. En 18 sections remises à plat, formant une carte de 480 x 680 mm.

Remarquable estampe dédiée à la ville de la Rochelle, contenant deux plans de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, une carte du pays d'Aunis, un plan de la citadelle de Saint-Martin-de-Ré, un plan de la ville et des fortifications de Brouage, un plan de Rochefort et un plan de la citadelle du château d'Oléron, gravés et publiés par Nicolas Chalmandrier. Le plan de La Rochelle en 1773, dédié aux maires et échevins de la ville, est orné d'un cartouche de titre décoré des armoiries de la ville, avec sa devise "Servabor Rectore Deo". L'ancien plan montre La Rochelle après qu'elle ait été prise en 1628 par Louis XIII. Y figurent les 11 forts entourant la ville, ainsi que la digue construite lors du siège de la ville, conduit entre 1627 et 1628 par le cardinal de Richelieu. Graveur parisien de cartes et plans, Nicolas Chalmandrier a gravé six feuilles de la carte de Cassini, ainsi que des plans de villes françaises et étrangères comme Paris, Toulouse, Montpellier, Madrid ou Gibraltar. Bel exemplaire. Gaudillat, Cartes de l'île de Ré, pp. 104-105.

CHAMBRY (G.).

Notes de voyage aux Indes, en chine et au Japon, par un officier en congé.

Paris, Georges Chamerot, 1887. In-8 de viij-318 pp.; demi-percaline bordeaux à la bradel, pièce de titre, non rogné (reliure de l'époque).

Première édition, peu commune, illustrée d'une carte gravée indiquant l'itinéraire de l'auteur. Journal d'un voyage d'agrément fait durant l'année 1882. Parti de Paris le 22 décembre 1881, l'auteur débarqua à Bombay le mois suivant. Il parcourut le nord de l'Inde (Calcutta, Bénarès, Lucknow, Delhi, Jaipur, Agra, le Cachemire, Shimla), la Birmanie, Pondichéry, Ceylan, la Cochinchine (Saïgon) et la Chine depuis Hong-Kong jusqu'à Pékin. Il visita également le Japon et les temples de Nikko avant de retourner en France en avril 1883. Bon exemplaire. Envoi autographe signé de l'auteur au prince de Sagan (Hélie de Talleyrand-Périgord 1859-1937). Dos passé, coiffes frottées.

CHAMOUIN (Jean-Baptiste-Marie);

Océanique.

circa 1840 217 x 288 mm.

Bon exemplaire aux contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre Grégoire) & MENTELLE (Edmé)

[LA SESIA] Département de La Sesia.

Paris, P.G. Chanlaire, 1818. 490 x 535 mm.

Carte gravée par Tardieu, issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Représente le département de La Sesia, chef-lieu Verceil, annexé par Napoléon et resté sous administration française entre avril 1801 et mai 1814. Mouillure dans la marge inférieure sinon bel exemplaire aux contours aquarellés à l'époque. Rare.

CHANLAIRE (Pierre Grégoire);MENTELLE (Edmé);

[BELGIQUE] Département de l'Escaut.

Paris P.G. Chanlaire 1818 490 x 588 mm.

Carte gravée par Tardieu, issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Représente le département de l'Escaut dont la ville principale était Gand. Le département est divisé en quatre arrondissements et en 41 cantons. Bel exemplaire avec contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[AVEYRON] Département de l'Avéiron.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 204 x 190 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de l'Aveyron, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 25 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 80 cantons, réduits à 43 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillure dans la partie haute de la carte.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[BANLIEUE de PARIS] Département de la Seine.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 200 x 235 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Seine, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Cet ancien département, créé le 27 janvier 1790 et supprimé en 1968, comprenait alors Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, et était divisé en 3 arrondissements communaux et 17 cantons formant 20 justices de paix. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillures et rousseurs.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[BOUCHES-du-RHÔNE] Département des Bouches du Rhône.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 188 x 205 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département des Bouches-du-Rhône, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 9 février 1790, le département fut divisé en 3 arrondissements et 36 cantons, réduits à 24 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillure claire dans la marge supérieure.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[CALVADOS] Département du Calvados.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 186 x 198 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Calvados, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 5 février 1790, le département fut divisé en 6 arrondissements et 72 cantons, réduits à 37 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[CANTAL] Département du Cantal.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 187 x 194 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Cantal, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 28 janvier 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 21 cantons, réduits à 23 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Au centre de la carte figure le point culminant des monts du Cantal, appelé Plomb du Cantal. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[CHARENTE-MARITIME] Département de la Charente Inférieure.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 221 x 184 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Charente Inférieure, renommé Charente-Maritime en 1941, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 6 février 1790, le département fut divisé en 6 arrondissements et 49 cantons, réduits à 37 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[CORRÈZE] Département de la Corrèze.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 187 x 200 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Corrèze, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 23 janvier 1790, le département fut divisé en 3 arrondissements et 39 cantons, réduits à 29 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[CÔTES d'ARMOR] Département des Côtes du Nord.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 190 x 198 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département des Côtes d'Armor, anciennement Côtes du Nord jusqu'en 1990, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 30 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 82 cantons, réduits à 47 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[DORDOGNE] Dpartement de la Dordogne.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 188 x 199 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Dordogne, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 26 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 74 cantons, réduits à 47 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[DRÔME] Département de la Drôme.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 184 x 197 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Drôme, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 3 février 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 50 cantons, réduits à 28 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[FINISTÈRE] Département du Finisterre.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 188 x 200 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Finistère, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 22 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 82 cantons, réduits à 43 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[GERS] Département du Gers.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 186 x 196 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Gers, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 28 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 53 cantons, réduits à 30 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[GIRONDE] Département de la Gironde.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 211 x 173 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Gironde, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 6 février 1790, le département fut divisé en 6 arrondissements et 73 cantons, réduits à 43 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[HAUTE-GARONNE] Département de la Hte. Garonne.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 198 x 181 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Haute-Garonne, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 23 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 56 cantons, réduits à 41 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[HAUTES-PYRÉNÉES] Département des Hautes Pyrennées.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 190 x 200 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département des Hautes-Pyrénées, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 4 février 1790, le département fut divisé en 3 arrondissements et 35 cantons, réduits à 26 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillures marginales.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[ISÈRE] Département de l'Isère.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 193 x 202 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de l'Isère, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 3 février 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 91 cantons, réduits à 44 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[LANDES] Département des Landes.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 184 x 201 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département des Landes, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 15 février 1790, le département fut divisé en 3 arrondissements et 25 cantons, formant 28 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[LOIR-et-CHER] Département de Loir et Cher.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 188 x 200 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Loir-et-Cher, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 26 janvier 1790, le département fut divisé en 3 arrondissements et 30 cantons, réduits à 24 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[LOT-et-GARONNE] Département du Lot et Garonne.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 189 x 200 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Lot-et-Garonne, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 8 février 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 73 cantons, réduits à 38 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[LOT] Département du Lot.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 185 x 197 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Lot, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé en 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 49 cantons, réduits à 41 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[MANCHE] Département de la Manche.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 207 x 184 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Manche, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 27 janvier 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 64 cantons, réduits à 48 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillures marginales.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[MONT-BLANC] Département du Mont-Blanc.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 192 x 200 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Mont-Blanc, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Le département du Mont-Blanc fut effectif entre 1792 et 1815, et couvrait le territoire du duché de Savoie. Il était alors divisé en 4 arrondissements et 55 cantons, réduits à 32 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[MORBIHAN] Département du Morbihan.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 190 x 203 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Morbihan, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 30 janvier 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 69 cantons, réduits à 37 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillure dans la marge gauche.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[NIÈVRE] Département de la Nyèvre.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 189 x 195 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département de la Nièvre, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 26 janvier 1790, le département fut divisé en 4 arrondissements et 149 cantons, réduits à 25 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[PUY-de-DÔME] Département du Puy de Dôme.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 192 x 199 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département du Puy-de-Dôme, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 5 février 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 72 cantons, réduits à 50 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillures marginales.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[PYRÉNÉES-ATLANTIQUES] Département des Basses Pyrennées.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 190 x 204 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département des Basses-Pyrénées, renommée Pyrénées-Atlantiques en 1968, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 8 février 1790, le département fut divisé en 5 arrondissements et 53 cantons, réduits à 40 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Mouillure dans la marge gauche.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[PYRÉNÉES-ORIENTALES] Département des Pyrénnées Orientales.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 190 x 198 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées du département des Pyrénées-Orientales, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Créé le 9 février 1790, le département fut divisé en 3 arrondissements et 27 cantons, réduits à 17 justices de paix. La légende permet notamment d'identifier les préfectures, sous-préfectures et tribunaux. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Contours aquarellés à l'époque. Tache d'encre dans la marge droite.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & HERBIN de HALLE (Pierre Etienne).

[RHÔNE-et-LOIRE] Départements du Rhône et de la Loire.

Paris, chez l'auteur, [An X - 1802]. 192 x 185 mm.

L'une des toutes premières cartes imprimées des départements du Rhône et de la Loire, créés en 1793, issue de l'Atlas de la République Française, par Pierre-Grégoire Chanlaire, auteur de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[ARDÈCHE] Département de l'Ardèche décrété le 7 février 1790 par l'Assemblée Nationale.

Paris, Dumez, [1793]. 512 x 586 mm.

Première carte imprimée du département de l'Ardèche, divisé en 3 districts et 36 cantons. Gravée par d'Houdan, elle est issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[ARIÈGE] Département de l'Arriège décrété le 27 janvier 1790 par l'Assemblée Nationale.

Paris, Dumez, [1793]. 507 x 575 mm.

Première carte imprimée du département de l'Ariège, divisé en 3 districts et 28 cantons. Gravée par d'Houdan, elle est issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[AUDE] Département de l'Aude décrété le 29 janvier 1790 par l'Assemblée Nationale.

Paris, P.G. Chanlaire, [1818]. 510 x 577 mm.

Première carte imprimée du département de l'Aude, divisé en 4 arrondissements et 31 cantons. Gravée par d'Houdan, elle est issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[CHARENTE] Département de la Charente décrété le 30 janvier 1790 par l'Assemblée Nationale.

Paris, Dumez, An II - 1793. 511 x 583 mm.

Première carte imprimée du département de la Charente, divisé en 6 districts et 44 cantons. Gravée par d'Houdan, elle est issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bon exemplaire finement aquarellé à l'époque.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[CÔTES d'ARMOR] Département des Côtes du Nord décrété le 30 janvier 1790 par l'Assemblée Nationale.

Paris, Dumez, [1793]. 510 x 590 mm.

Première carte imprimée du département des Côtes du Nord, aujourd'hui Côtes d'Armor, divisé en 9 districts et 81 cantons. Gravée par d'Houdan, elle est issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque. Rare dans de tels coloris.

CHANLAIRE (Pierre-Grégoire) & MENTELLE (Edmé).

[JEMAPPES/DÉPARTEMENT] Département de Jemappes.

Paris, P.G. Chanlaire et Veuve Dumez, [1818]. 501 x 568 mm.

Rare carte de l'ancien département de Jemappes gravée par Tardieu, issue de l'Atlas National de France, premier atlas des départements français. Le département de Jemappes, divisé en 3 arrondissements et 32 cantons, fut le nom donné au comté du Hainaut pendant les périodes d'occupation et d'annexion par la France, d'abord en 1793, à la suite de la bataille de Jemappes, puis de 1795 à 1814, date de l'abdication de Napoléon Ier. La carte est issue de la dernière édition de l'atlas de Chanlaire, qui est plus rare que la première et augmentée de tous les départements annexés par Napoléon, notamment en Italie, en Belgique ou aux Pays-Bas. Peu après le début de la Révolution française, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789, pris par l'Assemblée constituante afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, deux autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1792, le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. Rare. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque. Très légères rousseurs.