libraire : Librairie Le Bail

3863 résultats

ANONYME.

[STAINS] Commune de Stains.

[1895]. 210 x 193 mm.

Plan de la commune de Stains publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune de Stains fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

[ANONYME].

[TARN] Plan des possessions dépendantes de la mettairie d'en Darassou sittuée au lieu de Flamarens, commune de Lavaur.

[vers 1790]. 48 x 75 cm sur deux feuilles jointes.

Carte manuscrite, encre brune et rehauts d'aquarelle, d'un territoire situé dans une boucle de l'Agout, au lieu-dit en Darassou, à 4 km environ à l'est de Lavaur, dans le Tarn. Y sont figurés le plan de la métairie, les chemins et les pièces de terrains avec leur surface, le nom des propriétaires et le type de culture, ainsi qu'une partie de la grand route de Lavaur à Castres. Une note manuscrite postérieure au plan indique "le 3 (?) 1810 planté 12 (?) de vigne à cette partie". La carte est orientée, l'échelle est en cannes. Petites déchirures dans les marges et aux pliures, piqûres et quelques mouillures.

ANONYME.

[TARRAGONE] Plan du siège de Tarragone par l'armée de Sa Majesté en Arragon en 1811.

598 x 874 mm.

Très grand plan de la ville de Tarragone, au sud de la Catalogne, dressé en 1811 par un ingénieur militaire de l'armée de Napoléon. Le siège de la ville de Tarragone par l'armée française, commandée par le maréchal Suchet, débuta le 4 mai 1811, et se termina par une victoire française le 28 juin. Le plan figure la ville fortifiée avec la Ville Basse, les forts Olivo et Lorito aux abords de la ville, les batteries, bastions et redoutes, la rivière Francoli, et les chemins. Petites déchirures dans les marges, sinon bon exemplaire.

[ANONYME].

[VAUCLUSE] Carte itinéraire du département de Vaucluse où sont désignées les barrières établies sur les routes de ce département.

[vers 1790]. 62 x 62,5 cm.

Belle et grande carte manuscrite, encre noire, encre rouge et lavis vert, du département du Vaucluse. Y sont figurés le Rhône et la Durance, avec leurs nombreuses îles et leurs affluents dans le département, les villes principales et les routes qui les relient. Une abondante légende au bas de la carte détaille la localisation de toutes les barrières. La carte est orientée par une rose des vents ornée d'un bonnet phrygien. L'échelle est en mètres. Très belle condition.

[ANONYME].

Vue du château de St Fernando de Figueras, de Notre Dame du Roure, de Mont Roig, & du château de Bellegarde, à l'extrémité nord de la ville de Figueras.

[1794 ?]. 20,5 x 46,5 cm ; monté sous passe-partout.

Joli dessin, aquarelle et gouache, montrant le château de San Fernando (Sant Ferran en catalan), vue depuis le nord de la ville de Figueras, en Catalogne. Le château se trouve sur la gauche, la chaine des Pyrénées en arrière-plan au pied duquel se trouve le mont-Roig (à une altitude de 291 m), près duquel se trouve l'ermitage de la Mare de Déou del Roure. Le château de Bellegarde mentionné au titre se trouve au col du Perthus, visible à droite sur le dessin. Joint : Château de Figuéres, vu de l'extrémité de la rue Vilafan, sud de la ville. [1794 ?]. 22 x 47 cm. Joli dessin, aquarelle et gouache, montant le sud du château de Sant Ferran, au nord de Figueras, en Catalogne. Outre la forteresse, on voit, sur la droite du dessin, quelques maisons de Figueras, et, au premier plan, un homme qui dresse des cibles pour l'exercice au tir. Ces deux vues ont probablement été réalisées en novembre 1794, à l'occasion de la guerre du Roussillon, qui opposa l'Espagne et le Portugal à la France à partir de mars 1792. Les armées espagnoles sont d'abord victorieuses et parviennent à occuper la vallée du Tech. Mais en 1794, l'armée française parvint à reprendre les positions perdues, à poursuivre au-delà des Pyrénées et finalement à prendre Figueras le 27 novembre 1794. L'ermitage de la Mare de Déou del Roure fut détruit par les troupes françaises durant cet offensive. Quelques piqûres sur le premier dessin. Petite déchirure sans manquepour le second, et dessin légèrement jauni, sauf au niveau de plusieurs bandes de papier collées au dos.

[ANONYME].

Vue du château de Windsor du côté du parck.

[XVIIIe siècle]. 14,5 x 22,5 cm, sur une feuille pliée en deux de 22,7 x 30,7 cm.

Dessin à la plume et aquarelle, du château royal de Windsor, à l'ouest de Londres. Encadré par deux grands arbres, le château est vu depuis le sud, ce qui permet de bien voir la hauteur sur laquelle il se trouve. On y voit, de gauche à droite, la partie basse (Lower Ward) avec la porte Henri VIII et la chapelle Saint-Georges, le donjon ou Tour Ronde sur laquelle flotte un imposant drapeau, puis la partie haute. Intéressant dessin offrant l'aspect du château avant les importants travaux du XIXe siècle.

[ANONYME].

[ÉGYPTE] Carte hydrographique du lac Mariout au niveau de la haute mer.

[vers 1860]. 74 x 147 cm, sur papier mince monté sur toile.

Très grande carte manuscrite, encre noire et aquarelle, du lac Mariout, à l'ouest du delta du Nil, en Égypte. Y sont figurés le lac avec ses îles ; la lagune qui le sépare de la mer Méditerranée et sur laquelle se trouve la ville d'Alexandrie, une partie du lac d'Aboukir, le canal Mahmoudiyah (ouvert en 1820), la ligne de chemin de fer (inaugurée en 1854), ainsi que des habitations. Connu dès l'Antiquité sous le nom de lac Maréotis, le lac Mariout était alors un grand lac d'eau douce, alimenté par le Nil, et séparé de la mer par un isthme étroit. Il s'est progressivement asséché durant le Moyen Âge. En 1770, lors du siège d'Alexandrie par les Anglais, ces derniers ouvrirent le lac sur la mer, lequel retrouva son niveau antique tel qu'on peut le voir sur la carte, mais avec de l'eau salée. Depuis il a été de nouveau en grande partie asséché. Le relief est marqué par des courbes de niveau. Bel exemplaire, replié. Petits froissements et petites déchirures sans manque au niveau du croisement de certaines pliures.

ANONYME.

[ÉPINAY-sur-SEINE ] Commune d'Épinay.

[1895]. 153 x 235 mm.

Plan de la commune d'Épinay publié en 1895. Elle faisait alors partie du département de la Seine, créé en 1790, et comprenant Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ce département fut supprimé en 1968. La commune d'Épinay fut renommée Épinay-sur-Seine en 1920 et fut intégrée à la Seine-Saint-Denis en 1968. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ANSON (George);

Carte de la mer du Sud ou mer Pacifique.

1749 280 x 543 mm.

Carte publiée dans le récit du voyage autour du monde de Georges Anson, figurant la route du navire le Centurion, depuis Acapulco jusqu'à Guam. Bon exemplaire, replié.

[ANTILLES] — GOERING-SCHMIDT.

Baumwolle. [Coton].

Leipzig, F.E. Wachsmuth, vers 1890. Lithographie originale (66 x 87 cm), montée sur toile, entre deux baguettes de bois.

Belle planche pédagogique lithographiée en couleurs, illustrant la culture du coton. Elle a été dessinée par Goering-Schmidt pour la série intitulée Ausländische Kulturpflanzen ou Cultures étrangères, et publiées à Leipzig par la maison d'édition de F.E. Wachsmuth, active entre 1870 et 1910, et spécialisée dans l'édition de planches illustrées destinées à l'enseignement scolaire. La scène se déroule dans une plantation aux Antilles. Elle montre des esclaves cueillant le coton dans un grand champ de cotonniers. Dans un hangar à proximité, le coton est ensuite mis en balles pour être transporté. La partie haute est occupée par une illustration du cotonnier herbacé, avec notamment une branche montrant la progression de la maturité, avec une fleur qui s'ouvre progressivement pour donner à maturité une boule constituée de fibres blanchâtres. L'illustration est intitulée Gossypium herbaceum L., nom latin pour le coton. Le coton occupa une place relativement importante dans l’economie et le commerce de la Guadeloupe au XVIIIe siecle avant de decliner inexorablement au cours du suivant. Bon exemplaire. Deux mouillures, exemplaire empoussiéré. L'inscription "Coton" au feutre rouge au dos est un peu visible sur le recto.

[ANTILLES — GUYANE — SENEGAL].

Ensemble de 36 pièces signées concernant la carrière du sous-commissaire de la Marine Adolphe Treuille.

Fort-de-France, Cayenne, Saint-Louis (pour la plupart), 1853-1874. 37 pp. petit in-folio (env. 30 x 22 cm) ; en feuilles. On joint un livret de solde au nom d’Adolphe Treuille, dérelié, bords déchirés et froissés.

Intéressant ensemble permettant de retracer la carrière maritime d’Adolphe Edouard Treuille, né en 1834 à La Trinité (Martinique) et mort en 1875 à Basse-Terre (Guadeloupe). Ecrivain de la Marine en poste aux Antilles, Treuille embarque en 1853 sur l’aviso à vapeur la Vedette en qualité d’officier d’administration. Il se rend en Guyane, et revient l’année suivante à la Martinique à bord de la frégate l’Armide. Il est alors employé au bureau de l’inscription maritime de Saint-Pierre, dans le secrétariat de l’ordonnateur. En 1858, il est à bord du vapeur l’Achéron de la station navale des Antilles et du golfe du Mexique. Deux ans plus tard, il occupe les fonctions de chef de service au Port du Marin à la Martinique. En 1861, il est employé au détail des hôpitaux et continue son activité au secrétariat de l’ordonnateur de la Martinique. Toujours dans le même service en 1862, il est à cette date chargé du détail des approvisionnements et des travaux. La même année, il remplit les fonctions de chef du service administratif et administrateur du sous-quartier de La Trinité. En 1864, il porte le titre de commis de la Marine, employé au détail des travaux et approvisionnements de l’inscription maritime à Fort-de-France. L’année suivante, il est promu au grade d’aide-commissaire de la Marine. En 1866, on le retrouve en poste à Cayenne, chargé du détail des armements et de l’inscription maritime, avant de devenir chef du secrétariat de l’ordonnateur de la Guyane. Il conserve ses fonctions jusqu’en 1870, date à laquelle il est nommé chef du service administratif à Saint-Laurent-du-Maroni. Devenu sous-commissaire de la Marine, il obtient, en mars 1871, un congé de convalescence pour la France. Puis il part pour le Sénégal où il prend, à Saint-Louis, la direction du détail des revues, armements, inscription maritime, hôpitaux et prisons. En janvier 1872, il prend celle du bureau des approvisionnements et travaux et des subsistances à Saint-Louis, puis il devient chef du 1er bureau de la direction de l’Intérieur. En 1873, il sert à Gorée, puis il est détaché à Dakar en qualité de chef du service administratif. De retour à Cayenne à la fin de 1873, il prend la direction du détail des subsistances. En février 1874, il est nommé chef du secrétariat de l’ordonnateur de la colonie. Malade, il quitte la Guyane en octobre 1875 pour un congé de convalescence à la Guadeloupe. Après un passage à l’hôpital de Fort-de-France, il revient en Guadeloupe où il meurt le 22 novembre 1875 à l’hôpital militaire de Basse-Terre. Le livret joint contient des renseignements sur le versement de sa solde et ses dates de départ des différentes colonies (in-8 de 40 pp., en partie imprimées). Traces de plis et déchirures ; marge supérieure coupée dans la plupart des documents.

ANVERS. MANUSCRIT.

Plan de la citadelle d'Anvers.

1793-1795. En deux feuilles jointes de 635 x 955 mm.

Beau plan très détaillé de la citadelle d'Anvers, située au sud de la ville d'Anvers, sur la rive de l'Escaut, dans la région flamande. Y sont figurés le détail des fortifications et le plan des bâtiments de la citadelle. La table des renvois est placée à droite du plan. À la fin du XVIIIe siècle, Anvers faisait partie des Pays-Bas autrichiens. Elle participa à la révolte contre les Autrichiens qui déboucha sur la création, en 1790, de l'éphémère confédération des États-Belgiques-Unis. Mais la bataille de Jemmapes, en novembre 1792, aboutit, après quelques escarmouches, au rattachement de la Belgique à la France révolutionnaire. C'est après cet épisode que le plan a été réalisé, car le légende mentionne une caserne détruite lors du bombardement de 1792. Petite mouillure dans la marge gauche, rares piqûres, trace jaunie au niveau de la jonction des deux feuilles.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[1785]. 403 x 480 mm.

Très belle planche figurant des embarcations chinoises, deux scènes de pêche au poisson et une scène sur la manière de prendre les canards, dessinée par Humblot et gravée par Baquoy d'après les récits de moines jésuites, et publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Amérique septentrionale publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d'Orléans premier prince du sang.

Paris, chez l'auteur, 1746. En deux feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 825 x 860 mm.

Belle et grande carte de l'Amérique du Nord en deux feuilles, dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, gravée par Guillaume-Nicolas Delahaye, et publiée sous les auspices de Louis d'Orléans, duc de Chartres puis duc d'Orléans en 1723. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre dessiné par Hubert-François Gravelot ou Hubert-François Bourguignon d'Anville, frère de l'auteur, et gravé par Thomas Major. Ce cartouche est illustré d'une Amérindienne et de deux angelots. Après avoir lu de nombreux récits de voyageurs et étudié les cartes de ses prédécesseurs, d'Anville réalisa qu'il y avait encore de vastes zones du continent restées inconnues. Avec cette carte de l'Amérique du Nord, il a corrigé une grande partie des exagérations et des distorsions trouvées sur les cartes antérieures de Guillaume de l'Isle, en ajoutant des informations plus récentes et plus précises sur la forme des Grands Lacs et la configuration du bassin du Mississippi, y compris le bas Missouri, l'Arkansas et la rivière Rouge du Sud. Sur les bords du fleuve Missouri, par exemple, il a représenté le fort d'Orléans (fort français et premier fort européen, construit en 1723), après avoir soigneusement étudié les récits de son fondateur, Étienne de Veniard, sieur de Bourgmont (1679-1734), revenu en France en 1725 avec un certain nombre de représentants tribaux amérindiens. Pour les côtes du Golfe du Mexique, d'Anville a récolté d'importantes informations dans les cartes topographiques manuscrites de l'ingénieur français Valentin Devin, arrivé en Louisiane en 1719 comme dessinateur. En haut à gauche en carton, carte des régions au nord du Canada. L'éminent cartographe français Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Réputé pour sa minutie et son exactitude, il collectait et comparait autant de sources d'informations géographiques que possible, puis corrigeait et republiait les cartes au fur et à mesure que de nouvelles données étaient disponibles. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, contours aquarellées à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[BOTANIQUE].

[1785]. 366 x 458 mm.

Très belle planche figurant des plantes et fruits cultivés en Chine : ginseng, rhubarbe, coton, thé, litchi, etc. Dessinée d'après les récits de moines jésuites, cette planche a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[CANTON] Carte particulière de l'entrée de Canton.

[1785]. 391 x 247 mm.

Belle carte détaillée de l'entrée de la ville de Canton, montrant également les villes de Macao et de Quanghai, ainsi que les îles de la baie, dont l'île de Shangchuan, où figure le tombeau de Saint François Xavier, décédé sur l'île en 1552. En carton, plan de Quang-Tcheou-Fou. Dressée d'après les récits de moines jésuites, la carte a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[CANTON] Province de Quang-Tong.

[Paris, 1735]. 421 x 529 mm.

Très belle carte figurant la province de Canton et l'île d'Hainan, avec Macao et la future Hong-Kong, dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville pour la Description de l'empire de la Chine et de la Tartarie chinoise de Jean-Baptiste du Halde, publiée en 1735, puis en 1737, pour son Nouvel Atlas de la Chine, de la Tartarie chinoise, et du Thibet. Les villes principales sont nommées, la ville de Canton est appelée Quang Tcheou Fou, la mer de Chine est appelée Nan Hai ou mer du Sud. La carte est ornée d'un très beau cartouche de titre figurant des Chinois faisant du commerce avec un Européen. L'échelle est en lys ou stades chinois. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Légère trace de pliure en haut à droite de la carte. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Confucius le plus célèbre philosophe de la Chine.

[1785]. 314 x 186 mm.

Planche figurant le philosophe chinois Confucius, dessinée par Honbleau d'après les récits de moines jésuites, et publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[GUANGXI] Province de Quang-Si.

[1785]. 263 x 405 mm.

Belle carte figurant la province du Guangxi, à l'ouest de Canton, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues françaises. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, replié.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[GUIZHOU] Province de Koei-Tcheou.

[1785]. 258 x 302 mm.

Belle carte figurant la province du Guizhou, au sud de la Chine, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues françaises. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Habillement des Chinois.

[1785]. 382 x 505 mm.

Superbe planche figurant 16 hommes et femmes chinois en habits traditionnels : dames chinoises, dame tartare, fille de ménage, bonzesse, villageoise, empereur de la Chine en habit ordinaire et habit de cérémonie, mandarins de lettres en habit d'hiver et d'été, mandarins de guerre, bonze et villageois. L'estampe a été dessinée par Humblot et gravée par Fonbonne d'après les récits de moines jésuites, et publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[HUBEI & HUNAN] Province de Hou-Quang.

[1785]. 489 x 408 mm.

Belle carte figurant les provinces du Hubei et du Hunan, au sud de la Chine, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, replié.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[HUNAN] Province de Ho-Nan.

[1785]. 324 x 322 mm.

Belle carte figurant la province du Hunan, au sud de la Chine, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[JIANGSU & ZHEJIANG] Province de Kiang-Nan.

[1785]. 338 x 275 mm.

Belle carte figurant la province du Jiangsu et le nord de la province du Zhejiang, couvrant les villes de Shanghai et de Nankin, à l'embouchure du fleuve Bleu ou Yang-Tsé-Kiang, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues françaises. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, replié.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[JIANGXI] Province de Kiang-Si.

[1785]. 338 x 275 mm.

Belle carte figurant la province du Jiangxi, au sud-est de la Chine, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, replié.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[MER NOIRE] Troisième partie de la carte d'Europe contenant le midi de la Russie, la Pologne et la Hongrie, la Turquie y compris celle d'Asie presqu'entière.

1760. En 28 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,85 x 1,07 m.

Belle et grande carte centrée sur la Mer Noire, avec la Russie, l'Ukraine, la Crimée, la Turquie et l'île de Chypre. Elle est décorée d'un cartouche de titre orné de deux personnages. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, contours aquarellés à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Nôce chinoise.

[1785]. 398 x 490 mm.

Très belle planche figurant une procession de noce chinoise, dessinée par Humblot et gravée par Haussard d'après les récits de moines jésuites, et publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Observatoire de Peking.

[1785]. 274 x 376 mm.

Belle planche figurant l'observatoire de Pékin, construit en 1442 et considéré comme l'un des plus anciens observatoires astronomiques. Dessinée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Obsèques des Chinois.

[1785]. 402 x 487 mm.

Belle planche figurant une procession funéraire, dessinée par Humblot et gravée par Maisonneuve d'après les récits de moines jésuites, et publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[PEKIN] Province de Pe-Tche-Li.

[1785]. 374 x 290 mm.

Belle carte détaillée de la province de Pékin, bordée au nord et à l'ouest par la Grande Muraille de Chine. Elle est décorée d'un cartouche de titre orné de trois dragons. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lys ou stades chinois, et lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, replié.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[PORTRAITS].

[1785]. 366 x 465 mm.

Belle planche figurant les portraits de Matteo Ricci, Adam Schaal et Ferdinand Verbiest, premiers prêtres jésuites missionnaires en Chine au XVIIe siècle, de Paul Siu, colao ou premier ministre d'état, de Candide Hiu, sa petite-fille, et d'une représentation de la croix utilisée par les chrétiens de Chine lorsqu'ils se font ensevelir. L'estampe a été dessinée par Humblot et gravée par Fonbonne l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Première partie de la carte d'Asie contenant la Turquie, l'Arabie, la Perse, l'Inde en deça du Gange et de la Tartarie ce qui est limitrophe de la Perse et de l'Inde. Publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d'Orléans premier prince du sang.

Paris, chez l'auteur, 1751. En deux feuilles pouvant être jointes pour former une carte de 740 x 784 mm.

Belle et grande carte figurant la péninsule arabique, la Turquie, la Perse et l'Inde, dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, gravée par Guillaume-Nicolas Delahaye, et publiée sous les auspices de Louis d'Orléans, duc de Chartres puis duc d'Orléans en 1723. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre décoré en tête d'une allégorie de la Foi, et de trois personnages issus du continent, dont un bouddhiste. Les frontières sont aquarellées en vert, rose et jaune. La péninsule Arabique est divisée en trois Arabies : l'Arabie Pétrée (Jordanie), l'Arabie Déserte (Arabie Saoudite) et l'Arabie Heureuse (Yémen). De courtes annotations décrivent certaines régions de la péninsule comme très arides, stériles ou couvertes de sable. L'éminent cartographe français Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Réputé pour sa minutie et son exactitude, il collectait et comparait autant de sources d'informations géographiques que possible, puis corrigeait et republiait les cartes au fur et à mesure que de nouvelles données étaient disponibles. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, contours aquarellées à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[PÉKIN] Province de Pe-Tche-Li.

[Paris, 1737]. 376 x 290 mm.

Très belle carte détaillée de la province de Pékin, bordée au nord et à l'ouest par la Grande Muraille de Chine, publiée en 1737 dans le Nouvel Atlas de la Chine, de la Tartarie chinoise, et du Thibet, dont les cartes furent dressées d'après les récits de moines jésuites. Le cartouche de titre est orné de trois dragons. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

Seconde partie de la carte d'Asie contenant la Chine et partie de la Tartarie, l'Inde au delà du Gange, les isles Sumatra, Java, Borneo, Moluques, Philippines, et du Japon. Publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d'Orléans premier prince du sang.

Paris, chez l'auteur, 1752. En 20 sections montées sur toile et repliées, formant une carte de 0,73 x 1,04 m ; étiquette au dos avec titre manuscrit.

Belle et grande carte figurant la Chine, la Corée, les îles du Japon, et l'Asie du Sud-est jusqu'à l'île de Timor et la Nouvelle-Guinée, avec parties du Tibet et de la Tartarie chinoise. Elle a été dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, gravée par Guillaume-Nicolas Delahaye, et publiée sous les auspices de Louis-Philippe d'Orléans, duc de Chartres puis duc d'Orléans en 1752. Elle est ornée d'un beau cartouche de titre illustré du portrait d'un Chinois et de deux dragons ailés. Pour la partie chinoise, d'Anville a puisé dans le récit du prêtre jésuite français Jean-François Gerbillon, envoyé en Chine par Louis XIV en 1685 pour y fonder la Mission française de Chine. Gerbillon effectuera plusieurs voyages en Tartarie, et résidera à la Cour de l'empereur chinois Kangxi à Pékin, en tant qu'astronome et mathématicien. Il mourra à Pékin en 1707. Pour le Tibet, d'Anville a été le premier européen à en donner une représentation précise et détaillée dans sa Carte générale du Tibet, et qui contient en particulier l'extrémité occidentale du grand Désert de Sable, et le pays des environs de Hami, dressée à partir des récits de moines jésuites que lui fournissait Jean-Baptiste du Halde. La carte couvre également le désert de Gobi, appelé Cobi ou grand Désert de Sable. L'éminent cartographe français Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Réputé pour sa minutie et son exactitude, il collectait et comparait autant de sources d'informations géographiques que possible, puis corrigeait et republiait les cartes au fur et à mesure que de nouvelles données étaient disponibles. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, contours aquarellées à l'époque.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[SHANDONG] Province de Chan-Tong.

[1785]. 231 x 370 mm.

Belle carte figurant la province du Shandong, au nord-est de la Chine, sur la Mer Jaune, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues françaises. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire, replié.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[SHANXI] Province de Chan-Si.

[1785]. 358 x 248 mm.

Belle carte figurant la province du Shanxi, au nord de la Chine. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[SICHUAN] Province de Se-Tchuen.

[1785]. 410 x 481 mm.

Belle carte figurant la province du Sichuan, à l'ouest de Canton, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues françaises. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[TIBET] Carte générale du Tibet ou Bout-Tan et des pays de Kashgar et Hami dressée sur les cartes et mémoires des RR PP Jésuites de la Chine et accordée avec la situation constante de quelques pays voisins. Avril 1733.

[Paris, 1735]. 457 x 585 mm.

Très belle carte figurant le Tibet, considérée comme la première carte européenne donnant une représentation précise et détaillée de ce pays. Elle a été dressée par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville pour la Description de l'empire de la Chine et de la Tartarie chinoise de Jean-Baptiste du Halde, publiée en 1735, puis il la reprendra en 1737 dans son Nouvel Atlas de la Chine, de la Tartarie chinoise, et du Thibet. Dressée d'après les récits de moines jésuites que lui fournissait du Halde, la carte couvre également le désert de Gobi et parties du Boutan, de la Mongolie, du Népal et du Pakistan, avec à l'extrême gauche de la carte la ville de Lahor. Le cartouche de titre est orné d'un portrait non identifié pouvant être celui du Dalaï Lama ou de l'un des moines jésuites à l'origine de la carte. A Lhassa, orthographiée Lasa, figure le palais du Potala, avec l'inscription "Pagode où réside le Dalaï Lama". Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[YUNNAN] Province d'Yun-Nan.

[1785]. 370 x 439 mm.

Belle carte figurant la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. Au nord de la région, où se trouve le Tibet, figure la mention "Terres des lamas", et à l'ouest, en Birmanie, "Peuples sauvages peu connus". L'échelle est en lis ou stades chinois, et en lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

ANVILLE (Jean Baptiste Bourguignon d').

[ZHEJIANG] Province de Tche Kiang.

[1785]. 257 x 237 mm.

Belle carte figurant la province du Zhejiang, à l'est de la Chine, sur la mer de Chine, décorée d'un cartouche de titre. Dressée d'après les récits de moines jésuites, elle a été publiée en 1785 dans l'Atlas général de la Chine, qui accompagnait l'Histoire générale de la Chine du père Mailla. L'échelle est en lis ou stades chinois, et lieues communes de France. Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville fut nommé géographe du roi en 1718. Il a produit plus de 200 cartes considérées comme les meilleures de son époque. Leur précision, basée sur les découvertes les plus récentes, révolutionna la cartographie. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

A chart of the China sea.

[1775-1781]. 662 x 481 mm.

Très belle carte marine figurant la mer de Chine et les côtes du Cambodge, du Vietnam, de la Chine et de la Malaisie, avec les îles de Taiwan et Hainan, publiée dans le Neptune Oriental. Elle a été dressée d'après les relevés effectués par Alexander Dalrymple, hydrographe écossais au service de la Compagnie anglaise des Indes Orientales, qui effectua plusieurs explorations dans l'archipel indonésien. Très bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[CEYLAN/SRI LANKA] Carte de la baye et du port de Trinquemalay dans l'isle de Ceylan.

[1775-1781]. 490 x 665 mm.

Belle carte marine figurant la baie de Trincomalee, ville située sur la côte nord-est du Sri Lanka. La carte a été levée en 1762 par Neichelson. Avec nombreuses indications des profondeurs marines et deux profils côtiers. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[ILE RODRIGUES] Plan de l'isle Rodrigues.

[1775-1781]. 331 x 482 mm.

Carte de l'île Rodrigues, île de l'archipel des Mascareignes située à l'est de l'île Maurice. En carton figure la pointe nord de Madagascar entre le cap d'Ambre et Infandria. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[KENYA/TANZANIE/MOZAMBIQUE] Carte de la côte orientale d'Afrique, depuis l'isle de Patte jusques à Mocambique, avec les isles adjacentes.

[1775-1781]. 670 x 485 mm.

Carte marine figurant les côtes orientales de l'Afrique entre l'île de Patte, actuelle Kizingitini au Kenya, et la ville de Mozambique, en passant par la Tanzanie avec les îles de Pemba et de Zanzibar. Au bas de la carte on peut voir la pointe nord-ouest de Madagascar. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d') & [DEPOT GENERAL DE LA MARINE].

[MORBIHAN] Plan du Port-Louis et de l'Orient, situé à la côte méridionale de Bretagne.

[circa 1815]. 495 x 335 mm.

Beau plan détaillé figurant les entrées de Port-Louis et de Lorient, dans le Morbihan. Tirage un peu faible, sinon bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[OCEAN INDIEN] Carte des isles et dangers situés au nord-est de l'isle Madagascar.

[1775-1781]. 334 x 495 mm.

Belle carte marine détaillée figurant les archipels au nord-est de Madagascar, sur laquelle sont tracées les routes empruntées par les vaisseaux français et anglais entre 1728 et 1776. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[OCEAN INDIEN] Carte réduite de l'archipel du nord-est de l'isle Madagascar.

[1775-1781]. 488 x 667 mm.

Belle carte marine figurant la pointe nord de Madagascar et les îles et archipels environnants : Seychelles, Réunion, Maurice, Rodrigues, archipel des Chagos, etc. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[SEYCHELLES] Plan des isles Mahé.

[1775-1781]. 334 x 484 mm.

Belle carte marine figurant l'archipel des Seychelles, découvertes en 1742 lors de l'expédition envoyée par Mahé de La Bourdonnais, gouverneur des îles Maurice et de la Réunion. Elle est accompagnée d'une petite description historique. Bel exemplaire.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[SINGAPOUR] Nouvelle carte des mers comprises entre le détroit de Banca et P.o Timon, avec la partie orientale du détroit de Malac.

[1775-1781]. 494 x 668 mm.

Belle carte marine figurant les côtes orientales de l'île de Sumatra, le nord de l'île de Bangka, orthographiée Banca, et le sud de la Malaisie avec l'île de Singapour identifiée sous le nom d'Î[le] de Jatana ou de Saincapour, avec le détroit de Singapour et toutes les îles qui s'y trouvent. En carton figure un plan de l'anse au sud-est de l'île de Timon, actuelle Tioman. La carte est traversée de lignes de rhumb permettant aux vaisseaux de maintenir leur cap. Le nord est placé à droite de la carte. Elle est ornée de onze profils côtiers. La carte est issue du Neptune Oriental, publié entre 1775 et 1781. Cet atlas, composé de grandes cartes nautiques, de cartes détaillées de parties de côtes ou d’entrées de port, était accompagné d’instructions nautiques nécessaires à la navigation entre l’Europe et l’Asie. On y trouve plus particulièrement des cartes nouvelles de Madagascar, Sumatra, Java, des Philippines et de la Chine. L’ouvrage valut une grande renommée à son auteur car il comblait les nombreuses lacunes des cartes hollandaises. Jean-baptiste d’Après de Mannevillette fut un hydrographe et capitaine de vaisseau au service de la Compagnie des Indes. En 1745, la première édition du Neptune Oriental, fruit de 12 années de travail, le rendit célèbre. Trente ans plus tard, en 1775, il publia une seconde édition, très augmentée et entièrement remaniée grâce aux informations collectées dans les journaux de bord des navires de la Compagnie des Indes et de la correspondance qu’il entretenait notamment avec l’abbé de Lacaille et l’hydrographe anglais Alexander Dalrymple. Bel exemplaire. Très légers défauts au niveau de la pliure centrale.

APRES de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[ÎLE MAURICE] Plan de l'Isle de France.

[1775-1781]. 497 x 714 mm.

Rare carte de l'île Maurice Magnifique carte de l'île Maurice, dont les côtes sont très détaillées, tandis qu'à l'intérieur des terres ne figurent que quelques pitons ou montagnes : piton du milieu de l'île, piton de la Savanne, piton de la Rivière Noire ou piton du Fougué. Le nord est orienté à droite de la carte. Superbe exemplaire.

APRÈS de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d') & DALRYMPLE (Alexander).

[HONG KONG] Carte d'une partie des côtes de la Chine et des isles adjacentes, depuis l'isle nommée la Pierre Blanche, jusqu'à celle de l'Artimon.

[1775-1781]. 333 x 484 mm.

Belle carte marine figurant les côtes de la Chine, et carte très importante pour la cartographie de Hong Kong. Elle a été dressée par Alexander Dalrymple d'après les observations faites à bord du senau le Goudelours et du vaisseau le Londres en 1754, 1759 et 1760. Elle s'étend à l'ouest jusqu'à Macao. Au centre, Hong Kong est identifiée sous le nom de Fanchinchow, avec les îles de Lamma, de Po Toi orthographiée Poo-Toy, et de Dangan appelée Gde Lema. La carte est traversée de lignes de rhumb permettant aux vaisseaux de maintenir leur cap. La carte est issue du Neptune Oriental, publié entre 1775 et 1781. Cet atlas, composé de grandes cartes nautiques, de cartes détaillées de parties de côtes ou d’entrées de port, était accompagné d’instructions nautiques nécessaires à la navigation entre l’Europe et l’Asie. On y trouve plus particulièrement des cartes nouvelles de Madagascar, Sumatra, Java, des Philippines et de la Chine. L’ouvrage valut une grande renommée à son auteur car il comblait les nombreuses lacunes des cartes hollandaises. Jean-baptiste d’Après de Mannevillette fut un hydrographe et capitaine de vaisseau au service de la Compagnie des Indes. En 1745, la première édition du Neptune Oriental, fruit de 12 années de travail, le rendit célèbre. Trente ans plus tard, en 1775, il publia une seconde édition, très augmentée et entièrement remaniée grâce aux informations collectées dans les journaux de bord des navires de la Compagnie des Indes et de la correspondance qu’il entretenait notamment avec l’abbé de Lacaille et l’hydrographe anglais Alexander Dalrymple. Il manque une fleur de lys ornant une ligne de rhumb, qui a été grattée à la Révolution. Très légères taches jaunes dans les parties haute et basse de la carte, avec trace de pliure dans la partie haute.

APRÈS de MANNEVILLETTE (Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d').

[LA RÉUNION] Plan de l'Isle de Bourbon, située sur l'océan Oriental.

Dépôt-Général de la Marine, [1775-1781]. 490 x 331 mm.

Belle carte de l'île de la Réunion, découverte au XIVe siècle par le Portugais Mascarenhas, et nommée Île Bourbon par Étienne de Flacourt en 1649. Le long des côtes figurent quelques noms, tandis que l'intérieur des terres ne montre que la Montagne des Salazes la plus élevée de l'isle et le volcan du piton de la Fournaise simplement nommé Volcan. Cachet de collectionneur au bas de la carte "Lazarré 1797". La carte est issue du Neptune Oriental, publié entre 1775 et 1781. Cet atlas, composé de grandes cartes nautiques, de cartes détaillées de parties de côtes ou d’entrées de port, était accompagné d’instructions nautiques nécessaires à la navigation entre l’Europe et l’Asie. On y trouve plus particulièrement des cartes nouvelles de Madagascar, Sumatra, Java, des Philippines et de la Chine. L’ouvrage valut une grande renommée à son auteur car il comblait les nombreuses lacunes des cartes hollandaises. Jean-Baptiste d’Après de Mannevillette fut un hydrographe et capitaine de vaisseau au service de la Compagnie des Indes. En 1745, la première édition du Neptune Oriental, fruit de 12 années de travail, le rendit célèbre. Trente ans plus tard, en 1775, il publia une seconde édition, très augmentée et entièrement remaniée grâce aux informations collectées dans les journaux de bord des navires de la Compagnie des Indes et de la correspondance qu’il entretenait notamment avec l’abbé de Lacaille et l’hydrographe anglais Alexander Dalrymple. Très bon exemplaire. Trace de pliure horizontale, petites rousseurs marginales.

[ARGENTINE].

El general San Martin.

Buenos Aires, Imp. del Comercio del Plata, 1863. In-4 de (2) ff., cxxxvij-(1 bl.)-361-(1 bl.)-(1) pp.; demi-maroquin vert, dos à nerfs orné (reliure de la fin du XIXe siècle).

Première édition, illustrée d'une photographie originale représentant la statue du général, et une planche en couleurs (étandard royal tenu par Francisco Pizarro lors de la conquête du Pérou). Ouvrage consacré au génétal José de San Martin (1778-1850), héros des indépendances sud-américaines, publié à l'occasion de l'inauguration de sa statue équestre, réalisée par le sculpteur Louis-Joseph Daumas. L'ouvrage contient plusieurs pièces : description de la statue, courte biographie du général, poèmes en son honneur, sources documentaires, bibliographie et iconographie du général. Très bel exemplaire à grandes marges enrichi d'un portrait gravé à la manière noire par Edmond Castan, réalisé d'après l'unique photographie du général.

ARGENTRÉ (Bertrand d') & BOUGUEREAU (Maurice).

[BRETAGNE] Description du Pays Armorique à prés[ent] Bretaigne.

[Paris, Nicolas Buon, 1618]. 350 x 462 mm.

Très rare carte de la Bretagne, issue de la troisième édition de L'Histoire de Bretaigne, des roys, ducs, comtes, et princes d'icelle, depuis l'an 383 jusques au temps de Madame Anne Reyne de France dernière Duch.se de Bertrand d'Argentré, revue et augmentée par Charles d'Argentré de La Boissière, fils de l'auteur, et publiée en 1618. Verso blanc. Parue pour la première fois en 1582, la carte du juriste et historien breton Bertrand d'Argentré, est la plus ancienne carte connue de la Bretagne, et la première carte jamais tracée de cette province seule. En 1591, Maurice Bouguereau, libraire tourangeau, fait appel à Gabriel Tavernier pour en exécuter une nouvelle gravure pour son Théâtre Françoys, en apportant quelques modifications, notamment dans le titre et sa présentation, ou dans la toponymie, et en insérant son nom à droite de la ville de Nantes comme suit : Cæsaroduni Turonum in Ædibus Mauricij Boguerealdi (à Tours, chez Maurice Bouguereau). Il existe deux versions de la nouvelle gravure, l'une avec texte au dos, publiée dans le Théâtre Françoys, l'autre avec le verso blanc. C'est cette dernière version, conforme à notre exemplaire, qui sera utilisée en 1618 par l'éditeur Nicolas Buon pour illustrer la troisième édition de L'Histoire de Bretaigne, le cuivre de la carte originelle n'étant sans doute plus disponible. La Bretagne est divisée en deux régions géographiques et linguistiques, délimitées par une ligne en pointillés partant de Port toriao (Portrieux)au nord, jusqu'à Comblac (Escoublac)au sud : à l'ouest, la Basse-Bretagne, où l'on parle le breton (langue celtique), à l'est, la Haute-Bretagne, où l'on parle le gallo (langue romane). La Haute Bretagne était divisée en cinq évêchés (Dol, Nantes, Rennes, Saint- Brieuc et Saint Malo), et la Basse Bretagne en quatre évêchés (Quimpercorentin, Saint Pol de Léon, Tréguier et Vannes). Ce sont ces neuf évêchés qui représentent aujourd'hui les neuf bandes du drapeau breton, le Gwenn ha du. La carte est ornée des armoiries de la Bretagne, entourées du collier de l'ordre de l'Hermine et de l'Épi, avec la devise de l'ordre "À ma vie", de trois roses des vents indiquant les jours de lunaison, les phases de la lune, les heures des pleines mers et des basses mers. L'échelle, en lieues de Bretaigne, est représentée sous la forme d'une obélisque. La carte s'étend au nord jusqu'à Granville, Avranches et le Mont Saint-Michel, avec l'îlot Tombelaine, orthographié Tombellaye, et au sud jusqu'à l'île de Noirmoutier, orthographiée Narmortier, le lac de Grand-Lieu et le village de La Gravelle. La presqu'île de Quiberon est ici représentée comme une île. L'Atlantique, nommé La Grande Mer Occéane, est décoré de rinceaux, partant des baies vers les roses des vents. Bel exemplaire, replié. Marges courtes, excepté pour la marge haute. Gaudillat, planche n°7 (version avec texte au dos pour le Théâtre Françoys) ; Cordier, Jean-Yves, Florilège de la Bibliothèque d'Étude de Brest. Bertrand d'Argentré et la carte de la Bretagne, 2013.

ARGENTRÉ de LA BOISSIÈRE (Charles d') & ARGENTRÉ (Bertrand d').

[BRETAGNE] Rennes ville capitale de Bretagne et siège du Parlement.

[Paris, Nicolas Buon], 1616 [1618]. 310 x 405 mm.

Très rare vue cavalière de la ville de Rennes, dite "plan de d'Argentré". À l'instar de sa carte de la Bretagne, le plan de Rennes de d'Argentré est considéré comme le tout premier plan de la ville. Il est issu de la troisième édition de L'Histoire de Bretaigne, des roys, ducs, comtes, et princes d'icelle, depuis l'an 383 jusques au temps de Madame Anne Reyne de France dernière Duch.se de Bertrand d'Argentré, revue et augmentée par Charles d'Argentré de La Boissière, fils de l'auteur, et publiée en 1618. Cette troisième édition de L'Histoire de Bretaigne est la seule renfermant ce plan, ce qui explique sa rareté. Il a été spécialement réalisé à la demande de Charles d'Argentré pour cette édition, comme l'indique le cartouche au bas de la vue : Redon. communi hanc poligraphiam V. C. Carol. d'Argentré P. D. D. Anno 1616, qui devrait pouvoir se traduire comme suit : Vue de la ville de Rennes par Charles d'Argentré 1616. Le plan a été dessiné par G. Closche ou Cloche, dont le nom apparaît en bas à droite (Weigert, Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIe siècle. Tome III, Chauvel-Duvivier, 1954, p. 14). Il est orné, en haut à gauche, des armoiries de la ville de Rennes, en haut à droite, des armoiries du royaume de France. La ville est entourée de son enceinte fortifiée, dont les sept portes sont nommées : P. Mordelaize, P. Sct Michel, P. des Foulons, P. de Sct Georges, P. Blanche, P. de Toussainctz, et P. Champ Dolent. On remarque que le nord de la ville, ou Ville Haute, est nettement plus dense que le sud, ou Ville Basse, proche de la Vilaine et inondable. Bon exemplaire. Les marges gauche et droite sont très courtes, et une partie de la bordure à droite a été coupée. Leroux, Bulletin de géographie historique et descriptive, 1894 p. 364, n°72 ; Péhant, Catalogue méthodique de la bibliothèque publique de la ville de Nantes, Volume 5, 1870, p. 422, n°49023.

ARMY SERVICE FORCES.

[CHINE] China. Southeast coast.

[1945]. 0,87 x 1,17 m.

Très grande carte en couleurs de la partie sud-est de la Chine, avec les îles d'Hainan et de Formose (Taiwan), le nord de l'Indochine française jusqu'à Huong Khe au Vietnam, et le nord de l'île de Luzon aux Philippines. Elle a été préparée et distribuée par l'armée des États-Unis en 1945. La partie droite est illustrée de cartes des environs de Shanghai, Wenzhou, Fuzhou, Shantou, Canton et Hong Kong. Le territoire du Kouang-Tchéou-Wan, au sud de la Chine, est indiqué comme cédé par bail à la France. Il fut cédé à la France en 1898 à la suite du traité de Kouang-Tchéou-Wan, et rétrocédé à la Chine en 1945. Les limites des régions et les frontières sont indiquées en rouge. Bel exemplaire, replié.

ARNOUT (Jules);

[PAYS BASQUE] Biarritz - Le Palais Impérial (ou la villa Eugénie).

Paris circa 1850 150 x 221 mm.

Vue de la ville de Biarritz dessinée et lithographiée à deux tons par Arnout pour la série France en miniature. Infimes rousseurs dans la marge inférieure.

ARNOUT (Jules);

[PAYS BASQUE] Biarritz - Vue générale prise du phare.

Paris circa 1850 150 x 218 mm.

Vue de la ville de Biarritz dessinée et lithographiée à deux tons par Arnout pour la série France en miniature. Petites rousseurs dans la marge gauche.

ARNOUT (Jules);

Vue générale de Rouen prise du quai St. Sever.

vers 1850 315 x 415 mm.

Belle vue animée du port de Rouen, dessinée et lithographiée par Jules Arnout. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

ARNOUT (Louis Jules).

Excursions aériennes. Paris en ballon. Vue prise du Pavillon Marsan (Château des Tuileries).

Paris, Jeannin, Londres, Gambart, Junin & Co., 1846. 327 x 444 mm.

Belle vue aérienne de Paris, dessinée d'après nature et lithographiée à deux teintes par Louis Jules Arnout. La vue est prise au-dessus du Pavillon de Marsan, en regardant vers le sud. Au premier plan, les jardins du Carrousel et des Tuileries, animés de nombreux promeneurs ; puis la place de la Concorde, avec son obélisque et ses deux fontaines, la Fontaine des Fleuves et la Fontaine des Mers, installées entre 1835 et 1840 par l'architecte Jacques Hittorff ; et enfin les Champs-Élysées jusqu'à l'Arc de Triomphe. Sur la gauche, on voit la Seine, le Palais Bourbon et l'Hôtel des Invalides ; sur la droite, la rue de Rivoli. Dans le ciel, l'auteur a représenté sa montgolfière survolant Paris. Le Pavillon de Marsan faisait partie du Palais des Tuileries. Après l'incendie et la destruction du Palais des Tuileries lors de la Commune le 24 mai 1871, le Pavillon de Marsan fut reconstruit à entre 1875 et 1878. Il est aujourd'hui un élément du palais du Louvre, et abrite le Musée des Arts décoratifs. Le peintre et lithographe Louis Jules Arnout fut l'élève de Jean Sébastien Rouillard, et exposa à Paris, au Salon, de 1852 à 1867, des vues de grandes villes françaises et européennes. Tout comme son contemporain Alfred Guesdon, il voyageait en France et en Europe à bord d'une montgolfière, et dessinait ses vues aériennes depuis la nacelle. Il représentait sa montgolfière sur chacun de ses dessins, comme on peut la voir ici au-dessus de Paris. En 1845, le journal L'Iconographe décrivait ce tout nouveau procédé en ces termes : « Cette ingénieuse et toute nouvelle idée, exécutée avec une exquise perfection, aura une vogue immense ; c’est la première fois que des vues de villes ont été prises par ce moyen étourdissant ; aussi l’aspect en est-il des plus extraordinaires [...] leur exactitude scrupuleuse et leur exécution exquise, font, de chaque vue, un admirable panorama. Cette excellente idée sera appliquée à tous les points culminants du globe : capitales, villes importantes, ou fêtes intéressantes ». Bel exemplaire. Cachet à froid de l'artiste Jules Arnout. Salissures dans l'angle inférieur droit. Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1846, p. 107 ; Dutertre, L’Iconographe, Journal des imprimeurs-lithographes et des marchands d’estampes, 1846, p. 198.

ARNOUT (Louis Jules).

Excursions aériennes. Paris en ballon, vue prise au dessus du quartier François Ier.

Paris, Jeannin, Londres, Gambart, Junin & Co. 1846 323 x 441 mm.

Belle vue aérienne de Paris, dessinée d'après nature et lithographiée à deux teintes par Louis Jules Arnout. La vue est prise au-dessus du quartier François Ier sur la rive droite, à hauteur du pont des Invalides et du début de l'avenue des Champs-Élysées, en regardant vers l'est. Au premier plan sur la gauche, on peut voir le grand espace arboré qui accueillera le Palais de l'Industrie pour l'Exposition universelle de 1855, palais qui sera détruit en 1896 pour laisser place aux Petit et Grand Palais ; sur la droite, l'ancien pont suspendu des Invalides avec ses deux portiques, construit entre 1828 et 1829, qui sera démoli et reconstruit pour l'Exposition universelle de 1855. Dans le ciel, l'auteur a représenté sa montgolfière survolant Paris. Le peintre et lithographe Louis Jules Arnout fut l'élève de Jean Sébastien Rouillard, et exposa à Paris, au Salon, de 1852 à 1867, des vues de grandes villes françaises et européennes. Tout comme son contemporain Alfred Guesdon, il voyageait en France et en Europe à bord d'une montgolfière, et dessinait ses vues aériennes depuis la nacelle. Il représentait sa montgolfière sur chacun de ses dessins, comme on peut la voir ici au-dessus de Paris. En 1845, le journal L'Iconographe décrivait ce tout nouveau procédé en ces termes : « Cette ingénieuse et toute nouvelle idée, exécutée avec une exquise perfection, aura une vogue immense ; c’est la première fois que des vues de villes ont été prises par ce moyen étourdissant ; aussi l’aspect en est-il des plus extraordinaires [...] leur exactitude scrupuleuse et leur exécution exquise, font, de chaque vue, un admirable panorama. Cette excellente idée sera appliquée à tous les points culminants du globe : capitales, villes importantes, ou fêtes intéressantes ». Bel exemplaire. Cachets à froid de l'éditeur Henri Jeannin et de l'artiste Jules Arnout. Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1846, p. 107 ; Dutertre, L’Iconographe, Journal des imprimeurs-lithographes et des marchands d’estampes, 1846, p. 198.

ARNOUT (Louis Jules).

Excursions aériennes. Paris et ses fortifications. Vue prise en ballon au dessus du Mont Valérien.

Paris, Jeannin, Londres, E. Gambart, Junin & Co. 1847 329 x 443 mm.

Superbe et rare vue aérienne de Paris, dessinée d'après nature et lithographiée à deux teintes par Louis Jules Arnout, et coloriée à l'époque. Cette vue générale de Paris est prise au-dessus de la colline où se trouve le fort du Mont Valérien, à l'ouest de Paris, et nous donne un bel aperçu des fortifications et des forts détachés situés tout autour de Paris en 1847. Ainsi on peut voir l'enceinte de Thiers encerclant la ville. L'enceinte de Thiers, du nom de l'homme politique qui conçut le projet, fut construite entre 1841 et 1844, à la demande de Louis-Philippe, qui souhaitait faire construire autour de la capitale une enceinte bastionnée qui rendrait la ville imprenable. Constituée de 94 bastions, elle englobait non seulement Paris mais aussi les communes environnantes : Montmartre, La Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Auteuil, Passy, etc. Tout autour de cette enceinte, on fit construire, entre 1840 et 1846, 16 forts détachés (forts de l'Est, de Vanves, du Mont Valérien, d'Aubervilliers, de Romainville, de Bicêtre, de Charenton, d'Ivry, de Montrouge, de Nogent, de Rosny, etc), tous visibles sur l'estampe, tels que celui du Mont Valérien que l'on voit ici au premier plan. L'enceinte de Thiers et les forts ont été aquarellés à l'époque en rouge-orangé. Le peintre et lithographe Louis Jules Arnout fut l'élève de Jean Sébastien Rouillard, et exposa à Paris, au Salon, de 1852 à 1867, des vues de grandes villes françaises et européennes. Tout comme son contemporain Alfred Guesdon, il voyageait en France et en Europe à bord d'une montgolfière, et dessinait ses vues aériennes depuis la nacelle. Il représentait sa montgolfière sur chacun de ses dessins, comme on peut la voir ici au-dessus de Paris. En 1845, le journal L'Iconographe décrivait ce tout nouveau procédé en ces termes : « Cette ingénieuse et toute nouvelle idée, exécutée avec une exquise perfection, aura une vogue immense ; c’est la première fois que des vues de villes ont été prises par ce moyen étourdissant ; aussi l’aspect en est-il des plus extraordinaires [...] leur exactitude scrupuleuse et leur exécution exquise, font, de chaque vue, un admirable panorama. Cette excellente idée sera appliquée à tous les points culminants du globe : capitales, villes importantes, ou fêtes intéressantes ». Bel exemplaire. Cachet à froid de l'artiste Jules Arnout. Bibliographie de la France, ou Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1847, p. 22 ; Dutertre, L’Iconographe, Journal des imprimeurs-lithographes et des marchands d’estampes, 1846, p. 240.

ARROWSMITH (Aaron) & ARTARIA ET COMPAGNIE.

Nouvelle carte géographique, et des postes de l'Europe d'après la dernière division des états et pays, et ensuite des traités les plus récens - Neueste Post und general Karte von Europa.

Vienne, Artaria et Compagnie, 1808. En 60 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 1,23 x 1,44 m ; sous étui de papier marbré.

Très rare carte murale de l'Europe et ses routes de postes, dressée d'après la carte d'Arrowsmith, avec titre en français et en allemand. Elle a été gravée par Johann Spiegl le jeune. Le cartouche de titre en français est décoré d'un angelot, celui du titre en allemand est orné d'attributs militaires et scientifiques. La carte, dressée sous Napoléon, couvre l'empire de Russie avec la mer Noire et la Crimée, l'empire de Turquie et la Méditerranée avec l'Afrique du Nord. Elle a été publiée à Vienne par les cousins Carlo Artaria (1747-1808) et Francesco Artaria (1744-1808), fondateurs de la maison d'édition cartographique "Artaria & Co". Bel exemplaire avec contours aquarellés à l'époque. Défauts d'usage à l'étui.

ARTARIA.

[MILAN] Pianta della città di Milano.

Milano, Epimaco e Pasquale Artaria, 1838. 499 x 566 mm, replié et monté dans une reliure cartonnée de papier marbré.

Plan de Milan, orné d'une vue du Dôme. Les 102 édifices publics sont numérotés sur le plan et repris dans la légende. Le plan est accompagné de trois rares billets de réservation pour un voyage en vélocifère entre Côme et Milan, pour un voyage en malle-poste, et pour la diligence du Canton suisse du Tessin (au nord du Lac Majeur), tous au nom du comte de Palys et datés de 1839. Le billet pour le voyage en vélocifère est également au nom de Pandely Rodocanachi. Mention manuscrite au dos du plan "Plan de Milan à Mr le Cte de Palys, acheté le 8 lundi d'avril 1839". Bon exemplaire.

ARTARIA ET COMPAGNIE.

[VENISE] Nuova pianta della città e porto franco di Venezia.

Vienna, Artaria & Comp., [circa 1830]. En 18 sections montées sur toile et repliées, formant un plan de 498 x 688 mm ; deux étiquettes au dos du libraire vénitien Hermann F. Münster."

Rare et beau plan de Venise, publié à Vienne par la maison d'édition cartographique Artaria & Comp. Sur les côtés figurent la liste des lieux à visiter, des églises, des paroisses, des établissements publics, des lieux militaires et des casernes. Bel exemplaire.

ARTEZAY de LA SAUVAGÈRE (d'). MANUSCRIT.

Plan de Béthune.

1727/1728. En deux feuilles jointes de 485 x 703 mm.

Très beau plan, encre et aquarelle, montrant la ville de Béthune avec les remparts de la ville qui furent renforcés sous la direction de Vauban. Le plan de la ville indique les principaux bâtiments publics, des chiffres et des lettres renvoient à une légende qui en donne les noms. À l’extérieur des fortifications sont figurés le château et le parc d’Annezin (aujourd’hui disparus), les faubourgs de la Porte d’Arras, du Rivage et de la Porte Neuve, quelques moulins, plusieurs fermes et les redoutes des Grenouilles et du Pont-Barrois. L'auteur appartient à la famille Le Royer de La Sauvagère d'Artezay (ou Artezet) qui a donné plusieurs ingénieurs militaires. Il s’agit vraisemblablement de Félix Le Royer de La Sauvagère (1707-1782), ingénieur du roi et capitaine dans le corps royal du génie, en poste à Béthune en 1727-1728. Il fit toute sa carrière dans le corps du génie et fut également connu pour sa passion pour les antiquités et les nombreux ouvrages qu’il publia sur ce sujet. L'échelle est en toises. Trace de pliure, et trace de décharge du dessin le long de cette pliure au niveau du plan de la ville. Petite déchirure anciennement doublée en bas de la feuille mais ayant légèrement «brouillé» une petite zone du dessin. Petits trous d'épingle aux angles du dessin.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

Chambord. Château royal de Chambord.

Paris F. Sinnett circa 1855 236 x 277 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

Chaumont. Le château de Chaumont.

Paris F. Sinnett circa 1855 235 x 275 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

Chenonceaux. Le château de Chenonceaux.

Paris F. Sinnett circa 1855 232 x 275 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[DINAN] Place des Cordeliers à Dinan.

Paris F. Sinnett circa 1855 250 x 267 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[DINAN] Place Duguesclin à Dinan.

Paris F. Sinnett circa 1855 245 x 264 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[DINAN] Vue de Dinan prise de la Vallée des Noyers.

Paris F. Sinnett circa 1855 250 x 263 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[LA ROCHE BERNARD] Pont de La Roche Bernard.

Paris F. Sinnett circa 1855 242 x 280 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Rousseurs légères.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[LAVAL] Vue de Laval.

Paris F. Sinnett circa 1855 242 x 275 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste).

[LE HAVRE] Vue du Hâvre à vol d'oiseau.

Paris, Imp. Frick aîné & fils, [1873]. 483 x 655 mm.

Très rare et grande vue à vol d'oiseau de la ville du Havre, dessinée et lithographiée en deux tons par Léon-Auguste Asselineau. Cette vue générale est prise depuis le sud, avec le port au premier plan, et va jusqu'au cap de La Hève. Elle montre la ville en pleine activité industrielle, avec un port animé de nombreux bateaux circulant dans les différents bassins et le canal de Tancarville, des ouvriers travaillant sur les quais, et des personnes sur la jetée assistant à la sortie des bateaux. Le Grand Quai, le boulevard François Ier et la rue de Paris, sont également animés de passants. À l'entrée du port, on peut voir le sémaphore et son mât à signaux, et le phare. À l'intérieur de la ville, on distingue très nettement les principaux bâtiments : l'église Notre-Dame, le Grand Hôtel et les Bains Frascati, le Musée-Bibliothèque, la gare, le nouvel Hôtel de Ville, le bureau des douanes, et l'église Saint-François. Au milieu du titre figurent les armes de la ville, fondée par François Ier en 1517. élève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Âge pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire. Journal général de l'Imprimerie et de la Librairie, 1873, p. 360.

ASSELINEAU (Léon-Auguste).

Le Palais de Justice à Paris.

Paris, F. Sinnett, [circa 1855]. 246 x 261 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[NANTES] Pont de la Poissonnerie à Nantes.

Paris F. Sinnett circa 1855 240 x 275 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Rousseurs légères.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

Orléans. Vue prise de la rive gauche de la Loire.

Paris F. Sinnett circa 1855 242 x 275 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Rousseurs légères.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[PLOERMEL] Eglise de Plöermel.

Paris F. Sinnett circa 1855 302 x 202 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[RENNES] Hôtel de Ville de Rennes.

Paris F. Sinnett circa 1855 247 x 276 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Très légères rousseurs.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[RENNES] Palais de l'université à Rennes.

Paris F. Sinnett circa 1855 240 x 275 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Très légères rousseurs.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[RENNES] Vue de la place du Palais de justice à Rennes.

Paris F. Sinnett circa 1855 237 x 276 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Très légères rousseurs.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[RENNES] Vue du Calvaire à Rennes.

Paris F. Sinnett circa 1855 242 x 276 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[RENNES] Vue du théâtre, à Rennes.

Paris F. Sinnett circa 1855 235 x 276 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Très légères rousseurs.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[RENNES] Vue générale de Rennes, prise de Mail d'Onges.

Paris F. Sinnett circa 1855 243 x 274 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

Rouen. Façade de l'église St. Ouen et Hôtel de la mairie.

Paris F. Sinnett circa 1855 242 x 276 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

Rouen. Vue de Rouen prise de St. Sever.

Paris F. Sinnett circa 1855 242 x 276 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bon exemplaire.

ASSELINEAU (Léon-Auguste);

[VANNES] La Cathédrale de Vannes.

Paris F. Sinnett circa 1855 235 x 272 mm.

Estampe dessinée et lithographiée en couleurs par Asselineau. Elève de Roehn à Paris, Léon-Auguste Asselineau exposa au Salon de 1836 à 1847. Il fut connu surtout comme illustrateur et travailla pour le Moyen-Age pittoresque, dirigé par Viollet Le Duc. Bel exemplaire.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & ANDROUET du CERCEAU (Jacques).

La ville, cité, université de Paris.

[Paris, Imprimerie Nationale, circa 1552-1880]. En deux feuilles pouvant former un plan de 653 x 780 mm.

Magnifique et grand plan de Paris, reproduit en héliogravure sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. Le plan de Paris de l'architecte Jacques Androuet du Cerceau, traditionnellement appelé "plan de Saint-Victor", du nom de la bibliothèque parisienne qui conservait au XVIIIe siècle l'unique exemplaire alors connu, a été gravé vers 1552. Au cours du XIXe siècle, cinq exemplaires de ce plan ont été localisés, dont deux sont encore conservés aujourd'hui. Paris est représentée vers 1550, avec le récent Pont Saint-Michel (1547), le nouvel Arsenal (1549), ou encore la porte de Nesle (1550). La rangée de maisons construites en 1552 sur le Petit Pont y figure, mais le front bastionné entre l'Arsenal et la Bastille, entrepris en 1552, est absent. Le plan est orné, en haut à gauche, des armoiries de France, entourées du collier de Saint-Michel, et en haut à droite, des armoiries de Paris, tandis que les angles sont décorés de quatre têtes d'anges aux joues gonflées, symbolisant les vents. Bel exemplaire. Légères rousseurs. Boutier, 8a, Fac-similé.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & BOISSEAU (Jean).

Plan général de la ville, cité, université, isles et faubourgs de Paris.

[Paris, Imprimerie Nationale, 1648-1880]. En deux feuilles pouvant former un plan d'environ 760 x 744 mm.

Superbe plan de Paris par Jean Boisseau, reproduit en héliogravure et réduit au 1/4 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan, de toute rareté, fut publiée en 1648. Il est orné d'un cartouche de dédicace aux échevins de la ville, et des armoiries de Louis XIV et d'Anne d'Autriche, la ville de Paris, de François de l'Hôpital, gouverneur de la ville, de Jérôme Fréron, prévôt des marchands de 1646 à 1649, des procureur, greffier et receveur de la ville, et des 4 échevins élus en 1647 et 1648. Le nord est placé au bas du plan. Géographe et généalogiste français, Jean Boisseau était enlumineur du roi. Bel exemplaire. Boutier, 76, Fac-similés. (autre exemplaire avec les feuilles jointes et entoilées disponible sur demande)

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & BULLET et BLONDEL.

Plan de Paris. Levé par les ordres du Roy. Et par les soins de Messieurs les Prévost des Marchands et Eschevins.

[Paris, Imprimerie Nationale, 1676-1880]. En deux feuilles pouvant former un plan d'environ 885 x 894 mm.

Magnifique plan de Paris dit de Bullet et Blondel, reproduit en héliogravure et réduit au 1/2 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan, commandé par la prévôté des marchands et exécuté par Pierre Bullet sous la direction de François Blondel, fut publiée en 1676. Important pour la topographie de Paris sous Louis XIV, le plan de Bullet et Blondel fut le premier "plan projet", c'est-à-dire confectionné pour étudier des projets et les y reporter. Y figurent les édifices et les monuments tels que les couvents, les établissements publics et surtout les hôtels particuliers, présentés en vues perspectives. Un trait en pointillé marque la division de la ville en vingt quartiers de police, telle qu'elle a été fixée par édit en décembre 1701, avec les noms de chaque quartier. Le plan est encadré d'une large bordure de feuilles de chêne, et illustré de grandes vignettes figurant les 4 principales portes de Paris, de 2 médaillons contenant un portrait de Louis XIV et une allégorie de Lutèce, d'un plan des fontaines et d'une carte des environs de Paris. Bel exemplaire. Boutier, 115B, Fac-similé.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & FER (Nicolas de).

Le nouveau plan de Paris dressé sur les mémoires de M.r Jouvin de Rochefort, trésorier de France. Corigé, augmenté, et enrichi des veües de Versailles, et de ses bosquets, de Meudon, Fontaine-Bleau, St. Germain, et de quelques autres maisons royalles, situées aux environs.

Paris, Imprimerie Nationale, [1697-1880]. En 2 feuilles jointes de 605 x 782 mm.

L'un des plus beaux plans de Paris au XVIIe siècle, reproduit en héliogravure et réduit au 1/3 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. Ce plan, dont l'édition originale fut publiée en 1697, figure les limites des 17 quartiers de police avec les noms de leur commissaire de police, tels qu'ils existaient avant la réforme de 1702. Il est dédié à Marc René de Voyer de Paulmy, marquis d'Argenson, nommé lieutenant général de police en 1697, et orné de 25 vignettes, accompagnées chacune d'une description, représentant différents aspects des résidences royales de Versailles, Marly, Fontainebleau, Saint-Cyr, Saint-Germain-en-Laye, Meudon et Clagny. Selon la presse du moment, il est le premier plan à représenter les limites des quartiers parisiens. Bel exemplaire. Boutier, 139A, Fac-similé.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & GOMBOUST (Jacques).

Lutetia - Paris.

[Paris, Imprimerie Nationale, 1652-1880]. En quatre feuilles pouvant être jointes pour former un plan d'environ 1,10 x 1,35 m.

Superbe plan de Paris par Jacques Gomboust, reproduit en héliogravure et réduit au 1/4 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan fut publiée en 1652. Levé en 1649, le plan de Gomboust fut le premier plan à grande échelle de Paris. Il est orné d'une vue de Montmartre, d'une vue du Louvre, et de vues des maisons royales et remarquables aux environs de Paris, décorées des armoiries royales et des armoiries du chancelier Séguier. La carte est entourée d'une frise de feuillage, avec des armoiries aux quatre angles : du maréchal de l'Hôpital, gouverneur de Paris, de Louis Séguier, sieur de Saint-Brisson, prévôt de Paris, d'antoine Le Febvre, prévôt des marchands, et de la ville de Paris. Les bordures extérieures sont occupées par une description de la ville intitulée "De l'antiquité, grandeur, richesses, gouvernement, &c. de la ville de Paris". Bel exemplaire. Mouillures marginales légères. Boutier, 84, Fac-similés, a. (autre exemplaire avec les feuilles jointes et entoilées disponible sur demande)

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & JOUVIN de ROCHEFORT (Albert).

Paris et ses environs.

[Paris, Imprimerie Nationale, 1672-1880]. En quatre feuilles pouvant former un plan d'environ 1,10 x 1,35 m.

Superbe plan de Paris par Jouvin de Rochefort, reproduit en héliogravure et réduit au 1/4 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan fut publiée entre 1672 et 1674. Jouvin de Rochefort fut le premier à présenter Paris dans un axe Nord-Sud, la Seine étant représentée à l'horizontale, mais aussi à représenter les localités environnantes comme Montmartre ou Charonne au nord. Le plan est encadré d'une bordure florale et orné de deux vues de Notre-Dame et de l'Hôtel de Ville. Le grand cartouche de dédicace est richement orné des armes du dédicataire Simon Arnaud Seigneur de Pomponne, et de trois anges. En bas à droite figure une grande carte des environs de Paris, décorée des armoiries royales et de la ville de Paris, et entourée de cinq anges. Les monuments principaux sont représentés en élévation. Mouillures marginales, rousseurs à deux feuilles. Boutier, 112, Fac-similé. (autre exemplaire avec les feuilles jointes et entoilées disponible sur demande)

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & LEGRAND (Henri).

Paris en 1380.

[Paris, 1880]. 600 x 698 mm.

Grand plan dressé par Henri Legrand, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. Le plan figure Paris en 1380, date à laquelle fut construite l'enceinte de Charles Quint, l'une des 7 grandes enceintes ayant entouré Paris. Le nord est placé à gauche du plan. Bel exemplaire.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & QUESNEL (François).

Carte ou description nouvelle de la ville, cité, universitée, et fauxbours de Paris. 1609.

[Paris, Imprimerie Nationale, 1609-1880]. En deux feuilles pouvant former un plan d'environ 872 x 890 mm.

Superbe et très grand plan de Paris par François Quesnel, reproduit en héliogravure et réduit au 2/5 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan, d'une extrême rareté, fut publiée en 1609. Le plan est orné d'un cartouche de titre, d'un portrait équestre d'Henri IV avec les armoiries de France, des représentations allégoriques de la Foi, de la Loi et de la Renommée, avec les armes de Paris, et d'un portrait en médaillon de François Quesnel. Les coins sont décorés de quatre têtes d'anges aux joues gonflées, symbolisant les vents. Le plan de Paris est la seule oeuvre cartographique majeure de Quesnel connue à ce jour. Bel exemplaire. Boutier, 41, Fac-similé. (autre exemplaire avec les feuilles jointes et entoilées disponible sur demande)

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & TAVERNIER (Melchior).

Le plan de la ville, cité, université, fauxbourgs de Paris avec la description de son antiquité.

Paris, Imprimerie Nationale, [1630-1880]. En 2 feuilles jointes et montées sur toile, formant un plan de 553 x 725 mm.

Magnifique vue de Paris à vol d'oiseau au XVIIe siècle, reproduite en héliogravure sur papier fort, publiée en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. Cette vue, dont l'édition originale, d'une extrême rareté, fut publiée en 1630, est ornée en haut à gauche des armes de France et de Paris, dans un cartouche porté par deux angelots ; en bas à droite et à gauche, deux cartouches ornés encadrent chacun un sizain. La bordure supérieure est ornée de huit vignettes, figurant de gauche à droite, le roi Louis XIII, des gentilhommes, des marchands, des "crocheteurs et villageois", des paysannes, des bourgeoises, des dames, et enfin la reine, Anne d'Autriche. Le plan de Tavernier est une mise à jour du plan de Merian de 1615, où figurent désormais le pont Marie, le pont de bois et le pont Royal, les constructions sur l'île Notre-Dame, le nouvel Hôtel du luxembourg, le nouveau Palais du Louvre, l'hôpital de la Charité, et le lotissement des "Marets du Temple". Le plan original est accompagné d'un large texte qui n'a pas été reproduit pour ce fac-similé. Bel exemplaire. Boutier, 58, Fac-similé a.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & VASSALLIEU dit NICOLAY (Benedit).

Portrait de la ville, cité, et université de Paris avec les faubours di celle.

Paris, Imprimerie Nationale, [1609-1880]. En deux feuilles jointes et montées sur toile de 620 x 776 mm.

Magnifique plan de Paris en 1609 par Vassallieu dit Nicolay, reproduit en héliogravure et réduit au 1/5 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan, d'une extrême rareté, fut publiée vers 1645. Il est orné en haut à gauche du monogramme d'Henri IV, sous les armes de France et de Navarre, entourées du grand cordon de l'Ordre du Saint-Esprit et surmontées d'une couronne fermée, en bas à droite des armes de Paris. En haut à droite figure un portrait équestre d'Henri IV : le roi vainqueur, ceint d'une couronne de laurier et monté sur un cheval caparaçonné, fait son entrrée (le 22 mars 1594 ?) dans la capitale qu'il vient de prendre, à la tête de ses troupes ; il est accueilli par une femme, revêtue d'une robe fleurdelisée, qui lui offre de sa main gauche un bateau miniature toutes voiles dehors, symbole de Paris, alors qu'elle porte sa main droite à son coeur ; un soldat à genoux implore sa clémence, au milieu des cadavres de ses compagnons d'armes. La vie et l'activité professionnelle de Nicolay restent mal connues. Ingénieur du roi dès 1585, il est l'auteur d'un important traité d'artillerie, resté manuscrit. Son plan de Paris propose sans nul doute la vision d'un ingénieur militaire : ce n'est plus la symétrie majestueuse, autour de la Seine, qui organise la représentation de Paris, comme dans les plans du siècle précédent. C'est la ville solidement fortifiée qui est ici mise en évidence : l'orientation choisie pour le plan permet en effet de grossir les fortifications récentes qui protègent la ville au nord, alors que l'université est toujours protégée par les murailles de Charles V. Quelques très légères rousseurs, petites mouillures affectant la toile au dos du plan sans incidence au recto. Boutier, 42A, Fac-similé.

ATLAS des ANCIENS PLANS de PARIS & VERNIQUET (Edme).

Plan de la ville de Paris avec sa nouvelle enceinte. Levé géométriquement sur la méridienne de l'Observatoire. Par le C.en Verniquet. Parachevé en 1791. Dessiné et gravé par les C.ens P.T. Bartholomé, et A.J. Mathieu.

[Paris, Imprimerie Nationale, 1799-1880]. En six feuilles pouvant former un plan d'environ 1,41 x 1,65 m.

Plan monumental de Paris par Verniquet, reproduit en héliogravure et réduit au 1/3 sur papier fort, publié en 1880 dans l'Atlas des anciens plans de Paris, important atlas consacré aux plans de Paris ayant marqué l'histoire de la topographie de la ville entre 1530 et 1799. L'édition originale de ce plan fut publiée en 1799. De tous les plans du XVIIIème siècle, celui de l'architecte Edme Verniquet est le seul qui offre une vue mathématiquement exacte de la capitale, et en fait l'un des plus célèbres plans de l'histoire de la cartographie parisienne. C'est le premier plan géométral de Paris fondé sur des calculs trigonométriques, et le premier à représenter fidèlement le tracé des «rues, places publiques, marchés, quais et culs-de-sac» et les plans des édifices publics ou privés. Le plan de Verniquet, le dernier dressé au XVIIIème siècle, servit de fond topographique à la plupart des plans du XIXème siècle. L'architecte Edme Verniquet (1727-1804) débute sa carrière en Bourgogne, à la suite de son père, avant d'être appelé à Paris par Buffon (1772) qui le charge de travaux d'agrandissement sur les bâtiments du Jardin des Plantes. En 1774, il achète l'une des quatre charges de commissaire général de la voirie près le bureau des finances de Paris et commence, dès 1775 et à ses frais, les relevés nécessaires pour établir un plan des rues de Paris. De privé, le projet devient public ; il emploiera jusqu'à 60 ingénieurs et plus de 80 aides pour les opérations de relevé trigonométrique. Rousseurs, mouillure à 4 feuilles. Boutier, 369a, Fac-similés.

ATLAS des PORTS de FRANCE.

[ALGÉRIE/ARZEW] Port d'Arzew.

1889. 415 x 556 mm.

Plan détaillé du port d'Arzew, publié dans l'Atlas des ports de France. Petite décoloration dans les marges gauche et droite. Exemplaire aquarellé à l'époque.