libraire : Librairie Le Bail

3334 résultats

[LAC de CÔME] Bellagio au lac de Como.

[circa 1850]. 194 x 259 mm, montée sur papier fort.

Splendide vue gravée à l'aquatinte et très finement gouachée à l'époque, figurant le village de Bellagio, au bord du Lac de Côme. Très bel exemplaire parfaitement conservé, superbes coloris très frais.

[LAC de CÔME] Panorama du lac de Como.

[circa 1850]. 180 x 252 mm, montée sur papier fort.

Superbe vue panoramique du Lac de Côme, gravée à l'aquatinte et très finement gouachée à l'époque. La vue est prise depuis les hauteurs du village de Bellagio, et montre, sur la rive opposée, le village de Tremezzo avec la Villa Carlotta. Tout au nord du lac, en arrière-plan, on aperçoit les montagnes de la Valteline. Au premier plan se tiennent deux femmes, près d'un oratoire à la Vierge Marie. Très bel exemplaire parfaitement conservé, superbes coloris très frais.

[LAC de CÔME] Varenna au lac de Como.

[circa 1850]. 192 x 256 mm, montée sur papier fort.

Splendide vue gravée à l'aquatinte et très finement gouachée à l'époque, figurant le village de Varenna, au bord du Lac de Côme. Très bel exemplaire parfaitement conservé, superbes coloris très frais.

[LAC de CÔME] Villa Carlotta autrefois Sommariva au lac de Como.

[circa 1850]. 200 x 257 mm, montée sur papier fort.

Splendide vue gravée à l'aquatinte et très finement gouachée à l'époque, figurant la Villa Carlotta, située dans le village de Tremezzo, au bord du Lac de Côme. Très bel exemplaire parfaitement conservé, superbes coloris très frais.

[LAC de CÔME] Villa Taverna et Torno au lac de Como.

[circa 1850]. 188 x 257 mm, montée sur papier fort.

Splendide vue gravée à l'aquatinte et très finement gouachée à l'époque, figurant la Villa Taverna et le village de Torno, sur la rive est du Lac de Côme. Très bel exemplaire parfaitement conservé, superbes coloris très frais.

[Voyage au Sichuan]. Manuscrit autographe signé "Paul".

Hankéou, sur le fleuve [Yang-Tsé], Tchengtou, Kinting, 1922. In-8 oblong (19 x 24,7 cm) de (1) et 66 ff. cartonnés, recouverts de papier rouge pailleté d'or; en feuilles, sous deux plats recouverts de soie brodée bleu nuit à motif floral vert foncé, lacets de fermeture (reliure de l'époque).

Relation d'un voyage dans le centre de la Chine. L'auteur, dont on ne connaît que le prénom, quitte Hankéou (actuelle Wuhan, province de Hubei) fin avril 1922, à bord d'un bâtiment à vapeur qui remonte le Yang-Tsé-Kiang. Il passe par le canyon pittoresque des gorges du Yang-Tsé, au départ d'Itchang (Yichang) et arrive début mai à Tchongking (Chongqing). De là, il se rend, par voie terrestre, à Tchengtou (Chengdu, la capitale du Sichuan), ainsi qu'à Koan Hsien (Tsing-chin), en passant par Tseulioutsing. Il effectue ensuite l'ascension du Ngomei Shan (ou mont Emei, au sud-ouest de Chengdu), une montagne haute de 3040 mètres où se trouvent de nombreux monastères au milieu d'une importante végétation. Le récit s'achève à Kinting (Kiating), entre Chengdu et le mont Emei, le 10 juin 1922. Cette relation est illustrée de 108 photographies montées dans le texte, en général à raison d'une ou deux par page, parfois trois ou quatre. Elles sont de deux formats : 4,4 x 6,8 cm pour les plus petites, et 6,7 x 11,2 cm pour les plus grandes. Une quinzaine d'entre elles sont répétées et existent en deux versions, grande ou petite, ce qui donne environ 90 sujets représentés. Non signées, mais prises par l'auteur tout au long du trajet, les photographies représentent les gorges du Yang-Tsé, des embarcations sur le fleuve, des paysages, des ponts, des temples, un convoi funèbre, une colonne de militaires, des Européens en chaises à porteurs, une rizière, une exploitation de sel gemme, etc. Le texte, d'une écriture très lisible, comporte quelques ratures et corrections. Il est divisé en 6 chapitres : La fin du Han (pp. 1-3). - Le Fleuve (pp. 4-6). - Les Gorges (pp. 7-25). - De Tchongking à Tchengtou et Koan Hsien par Tseulioutsing (pp. 26-48). - Koan Hsien (pp. 49-55). - Le Ngomei Shan (pp. 56-66). Certains titres sont accompagnés de leur traduction en chinois. Extraits : "C'est la fin d'avril : il n'a encore donné que son premier flot; il coule tranquille et limoneux. Dans la plaine sans limites, les jonques, voiles hautes, emplissent l'horizon telles une flottille de pêche devant le port à l'heure du retour […]. Le vapeur fraie sa route le long de la rive abrupte qu'il serre et sa passerelle est de niveau avec la plaine; cette berge est un large liston brun surmonté d'un étroit filet vert […]. Fleuve nourricier, source de vie, mais nouveau Saturne aussi… La plaine, toute, appartient au Grand Dragon jaune : elle doit le subir et le laisser onduler librement sur elle…" (Le Fleuve, 28 avril 1922, pp. 4-6). "Dans le jour qui se lève à peine, un mur qui paraît sans issue; sans un coup de barre, le vapeur s'y est engagé; de chaque côté du sillage le blanc du ciel se rétrécit. Submerge le fleuve, une odeur balsamique d'orangers en fleurs que la brise encore endormie n'a pu chasser, elle s'est épandue au cours de la nuit hors des vallées latérales où les vergers se cachent […]. Un premier coude brusque, le vapeur s'annonce par un long hululement qui s'en va éveiller la vallée, frappe les dures parois et revient multiple. C'est la gorge du Foie de Bœuf et du Poumon de Cheval…" (Les Gorges, s.d., pp. 7-8). "Quelques cinq cents kilomètres d'une route impériale de jadis - dix à douze journées - de nombreux villages, des missions tout le long de la route, est-il possible d'hésiter ? Ce n'était pas cependant pas la simplicité même au printemps 1922, et seule une occasion exceptionnellement favorable pouvait décider un nouveau venu en pays setchouanais à la tenter. Notre consul à Tchengtou, Monsieur B [Marcel Baudez, consul à Chengdu de 1921 à 1925], s'apprêtait à y retourner avec sa famille. Tchongking et Tchengtou, les deux villes les plus importantes de la province étaient alors en très mauvais termes et le brigandage faisait rage […]. Le pays venait d'être troublé et le retour de la belle saison allait le secouer de nouveau. Ces considérations, beaucoup plus que les quatre-vingt hommes d'escorte que le gouverneur de Tchongking tenait absolument à nous donner, décidaient du départ, dès que la compagnie de transport chargée du recrutement des coolies les avait rassemblés. C'était pour quatre Européens une caravane assez importante : l'escorte de quatre-vingts soldats, en ordre plutôt dispersé, quatre hommes par grande chaise de voyage - confortables fauteuils de rotin établis pour la circonstance - deux hommes par chaise chinoise, des domestiques et une vingtaine d'autres pour les bagages et les vivres : c'était le minimum pour éviter les contacts trop intimes avec l'hospitalité locale…" (De Tchongking à Tchengtou, Tchengtou, mai 1922, pp. 26-28). "[Les coolies] sont fouettés et pleins d'entrain : une longue aspiration de la grande fumée, l'opium, les a dopés pour la fin de la journée […]. Nous approchons de la limite de la zone d'action des troupes de Tchongking; les prochains villages sont peut-être aux mains de celles de Tchengtou : le contact serait dangereux pour les escortés; cette considération agit-elle sur nos gardiens ? Toujours est-il qu'après un déjeuner où ils sont restés en arrière, nous ne les reverrons plus. Notre sécurité n'en paraît pas diminuée car un commissaire de la police locale qui a demandé la faveur de voyager discrètement parmi nos coolies par crainte des voleurs, n'en demeure pas moins notre compagnon…" (id., p. 39). Le premier feuillet comprend 7 photographies avec la dédicace "Pour toi qui ne l'a pas vu, ton Paul". Intéressant témoignage sur la Chine au début du XXe siècle, apparemment inédit.

Adresse de l'Assemblée Provinciale de la partie du nord de Saint-Domingue à l'Assemblée Nationale.

Paris, imprimerie de Demonville, 1790. In-8 de 23 pp., cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge avec le titre en long (reliure moderne).

Les membres de l'Assemblée Provinciale dénoncent les décisions de l'Assemblée Générale de Saint-Domingue de s'ériger en "corps législatif en ce qui concerne le régime intérieur", c'est à dire décider et voter les lois de la colonie, alors qu'elle n'a qu'un droit de proposition. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 4382. — Inconnu de Ryckebusch et de Sabin.

Album Mexicano. Coleccion de paisajes, monumentos, costumbres y ciudades principales de la republica.

Mexico, Debray sucs. C. Montauriol, 1875-1885. In-4 oblong, demi-basane rouge, dos à nerfs (reliure de l'époque).

Album peu commun illustré de 28 planches lithographiées, dont 26 coloriées, avec les légendes en anglais, en espagnol et en français, d'après des dessins de Castro, Callice, Mohar, Perez, ou Albarez. Elles représentent des vues des monuments et jardins de Mexico (la cathédrale, le jardin du Zocalo, la place de Guardiola, l'Alameda, la place Saint Dominique, la place de Guadalupe), ainsi que des vues des environs (Chapultepec, Tacubaya, Queretaro, Guanajuato, Puebla, Toluca, Guadalajara, et 2 vues de la gare de Veracruz). Malgré la mention tomo 1° sur le titre, il n'est jamais paru de second volume. Bon exemplaire. Mors frotté. Palau, 5553.

Album sur le Moyen-Orient.

1888. In-folio, chagrin noir, dos à nerfs, tranches dorées (reliure de l'époque).

Album offert en présent et constitué de 25 photographies originales reproduisant des gravures de l'ouvrage de Louis Lortet La Syrie d'aujourd'hui, publié en 1884. Elles sont contrecollées sur papier fort et montées sur onglet. On trouve ainsi représenté : Un cheik de Deir el Kamar ; Fellah du village de Nain ; Femmes musulmane et metouali de Sidon ; Fellahine en costume de fête ; Levantines et jeune femme de Smyrne ; Femmes de Bethléem ; Femme sakkar ; Femmes de Lattakieh ; Femmes deTripoli ; Princesse druse ; La fontaine à Nazareth, ou encore Jaffa, marchands de lanternes. Bel exemplaire de présent avec un feuillet de garde sur lequel on trouve frappé en lettres dorées : A André et Renée, 1888.

Algérie et Désert. Carnet de dessins.

Algérie, Espagne, Grèce, Turquie, Ukraine (pour la plupart), 1880-1885. In-16 oblong (11,4 x 17 cm) de (33) ff.; toile grise, titre manuscrit sur chaque plat, lacets de fermeture (reliure de l’époque), taches sur les plats.

Carnet d’un voyageur en Algérie, en Méditerranée et en mer Noire. Il comprend 61 dessins exécutés à l’encre sur papier fort, dont 40 aquarellés, le premier étant rehaussé de pierre blanche. Les dessins occupent généralement une page entière au recto ou au verso de chaque feuillet, sauf pour 4 d’entre eux exécutés sur double page. Une légende manuscrite, à l’encre, permet de situer les sujets représentés. La partie la plus importante est consacrée à l’Algérie, avec 37 dessinsmontrant des vues pittoresques, des montagnes, des maisons avec leur architecture, des habitants en costumes, etc. La disposition des dessins permet de reconstituer l’itinéraire du voyageur: il part du Djurdjura (Grande Kabylie) où il dessine deux villageois ainsi qu’une jeune fille, puis il se dirige vers le Sud-Est et représente un marabout entre El Kantara et Biskra. Il dessine la Montagne de Sel au nord de Biskra, puis une caravane à Souk-Ahras. Il prend ensuite la direction du Sud-Ouest, traverse un désert pierreux et arrive à Berriane où il dessine l’intérieur de la maison du Caïd. Parvenu à Ghardaïa, il réalise deux vues générales, l’une aquarellée et l’autre en noir, sur double page, montrant les fortifications. Il dessine aussi deux portes de la ville, dont celle d’El-Ateuf. Dans les environs de Ghardaïa, il donne une vue de Beni-Isguen avant de dessiner une oasis ainsi que quelques portraits de jeunes femmes. L’étape suivante est Ouargla, où il dessine la mosquée ainsi qu’une rue avec ses maisons basses. Puis il se rend à Sedrata, un site archéologique situé au sud de Ouargla, dont il fournit trois dessins et un plan du palais, ainsi qu’une vue extérieure. Remontant vers le Nord, il arrive à Touggourt où il effectue le portrait d’une jeune femme en costume. Il rejoint ensuite Biskra, traverse le village de Mdoukal, dessine un campement dans l’Aurès puis parvient à Bou Saada où il représente une rue avec ses habitants. Se dirigeant à nouveau vers le Sud, il dessine, sur double page, le djebel Milok près de Laghouat, puis continue vers l’Est pour visiter Ain Mahdi et Aflou. La suite du carnet contient deux vues de Barcelone, une de la côte corse, deux des côtes grecques (cap Matapan, Taygète), et, sur double page, un beau panorama de Constantinople (Corne d’Or) puis un autre représentant l’entrée du Bosphore. Après une dernière vue du Bosphore, le voyageur arrive à Odessa (Ukraine) où il dessine une habitante en costume, une grande place entourée de maisons ainsi que trois vues du port montrant différents navires. Le carnet continue par une vue du détroit des Dardanelles, puis de Salonique et un détail architectural de l’Acropole d’Athènes. Il s’achève par une vue de l’île d’Öland, au large de la Suède, en mer Baltique. Ensemble bien conservé. Provenance: ex-libris manuscrit «Madame A. Gerlaud» au verso du premier plat.

Aperçu historique, statistique et topographique sur l'état d'Alger.

Paris, Ch. Picquet, 1830. In-12 de viij-238 pp., et un atlas in-folio oblong ; demi-veau fauve, dos lisses ornés, pièces de titre noires, tranches marbrées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Deuxième édition, publiée la même année que la première, et augmentée de 20 pages et de 4 cartes et 5 lithographies dans l'atlas. L'atlas contient 7 cartes ou plans gravés, dont 6 dépliants (2 sont d'après les relevés du capitaine Boutin) et de 14 planches lithographiées, dont plusieurs issues de la collection du colonel Rottiers représentant des vues et des costumes. Ouvrage publié par le Dépôt Général de la Guerre à l'usage de l'armée expéditionnaire d'Afrique, qui quitta le port de Toulon le 25 mai 1830, en direction d'Alger. Il fut rédigé par le géographe Charles Picquet, en grande partie d'après le rapport du capitaine Boutin, envoyé en mission d'espionnage, en 1808, dans la régence d'Alger; c'est en grande partie sur ses plans que l'armée française s'emparera d'Alger le 5 juin 1830. Le texte comprend une partie historique qui est un résumé des principales expéditions dirigées par diverses nation européennes contre l'Afrique du nord, depuis la fin du XVe siècle. La deuxième partie est une description du pays, et la troisième un exposé de son organisation militaire. Bon exemplaire. Manque la page de titre de l'atlas. Gay, 852 (première édition).

Approvisionnemens de St. Domingue. Réponse des députés des manufactures et du commerce de France, aux motions de MM. De Cocherel & Raynaud, députés de l'isle de St. Somingue à l'Assemblée Nationale.

Versailles, Imprimerie de Ph.-D. Pierres, 1789. In-8 de (1) f., 55 pp.; cartonnage à la bradel de papier marbré vert, pièce de titre de maroquin rouge avec le titre en long, non rogné (reliure moderne).

Réponse datée du 24 septembre 1789 et signée par 21 députés des ports de Marseille, Bayonne, Bordeaux, La Rochelle, Nantes, Lorient, Le Havre, Rouen, Dieppe, Amiens et Dunkerque qui y dénoncent les arguments avancés par les colons de Saint-Domingue pour ouvrir la colonie au commerce des blés. Bon exemplaire. Tache brune dans la marge en fin de volume. Inconnu de Max Bissainthe, de Monglond et de Sabin.

Arrêt du conseil d'état du roi, concernant le commerce étranger dans les isles françoises de l'Amérique.

Paris, Imprimerie Royale, 1784. In-4 de 10 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Les lettres patentes d'octobre 1727 avaient exclu tout les étrangers du commerce des colonies françaises. Cet arrêt, daté du 30 août 1784, décida d'ouvrir les entrepôts des nouveaux ports des îles françaises des Antilles (Sainte-Lucie, Martinique, Guadeloupe, Tabago et Saint-Domingue) au commerce avec les navires étrangers. Bon exemplaire. Manque à Sabin.

Arrêt du conseil d'état du roi, concernant le retour des Noirs, Mulâtres ou autres gens de couleurs aux colonies.

Paris, Imprimerie Royale, 1777. In-4 de 2 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

Arrêt du 7 septembre 1777, signé de Sartine (ministre de la marine) accordant aux colons ayant amené avec eux des domestiques "un nouveau délai de deux mois, à compter du jour de la publication du présent arrêt, pendant lesquels lesdits habitans pourront faire repasser lesdits domestiques Noirs, Mulâtres ou autres gens de couleur, dans les colonies d'où ils les auroient amenés. Veut sa majesté que ceux desdits domestiques qui n'auroient pas été remis dans deux mois pour tout délai, aux dépôts établis dans les ports, en exécution de ladite déclaration, ne puissent être retenus que de leur consentement, au service de leurs maîtres." Bon exemplaire. Ryckebusch, 250.

Arrêt du conseil d'état du roi, qui, à compter du 10 novembre prochain, convertit en gratifications & primes l'exemption du demi-droit accordée aux denrées coloniales provenant de la traite des Noirs.

Paris, Imprimerie Royale, 1784. In-4 de 8 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Afin d'encourager le commerce de la traite des Nègres, les lettres patentes du mois de janvier 1716 permettait une exemption des droit de douane sur le sucre exporté en métrople. Constatant "que la quantité des Nègres transportés aux isles françoises de l'amérique, qui s'élevait en 1716 qu'à deux ou trois mille Nègres, a été successivement porté au nombre de quinze mille, sans que l'importation des sucres consommés dans le royaume ait pu suivre la même progression", l'arrêt du 26 octobre 1784 décida qu'une prime remplacerait l'ancien système. Bon exemplaire. Ryckebusch, 263.

Arrêt du conseil du roi, pour l'encouragement du commerce de France avec les États-Unis de l'Amérique.

Paris, Imprimerie Royale, 1788. In-4 de 6-(2 bl.)pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Arrêt daté du 29 décembre 1787 et signé du secrétaire d'état de la marine La Luzerne, établissant les droit de douane pour les marchandises venant des États-Unis et qui "accorde aux citoyens & habitans des États-Unis, tous les privilèges & avantages dont ses propres sujets de France jouissent ou pourront jouir en Asie & dans les Échelles qui y conduisent". Bon exemplaire. Manque à Sabin.

Coleccion de articulos tipos y costumbres de la isla de Cuba por los mejores autores de este genero.

La Havane, Miguel de Villa, 1881. In-folio de 255 pp.; demi-basane marine, dos lisse orné de filets (reliure de l'époque).

Recueil de texte de différents auteurs (dont Antonio Bachiller y Morales) et illustré de 20 planches (dont une en couleurs) du peintre espagnol Victor Patricio de Landaluze. Ce dernier fit toute sa carrière à Cuba où il enseigna à l'Académie de San Alejandro de La Havane. Il fut le représentant le plus connu du Costumbrismo, un mouvement artistique attaché à dépeindre la vie quotidienns, et les folklores locaux. Bel exemplaire de cet ouvrage peu commun.

Comptes généraux de la Martinique, depuis le 9 décembre 1814, jusqu'au 31 décembre 1816.

Paris, J. L. Scherff, 1817. In-4 à pagination multiple; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin rouge (reliure moderne).

Ouvrage composé de 2 tableaux dépliants. Ces comptes furent vérifiés par une Commission créée par le gouverneur, le comte Pierre de Vaugiraud. Nommé en décembre 1814, il fut chargé de remettre de l'ordre dans les comptes publics qui se trouvaient en grand désordre après l'occupation anglaise. Dans ces comptes, outre la vérification des comptes royaux et municipaux, on trouve celle des fees (une taxe anglaise), celle de la caisse des curateurs des successions vacantes, et celle de la régie des biens des déportés et des absents. Bon exemplaire. Inconnu de Sabin.

Conquête de l'isle de Minorque par les Français, ou journal historique de cette expédition par mer & par terre.

1756. In-12 de (2) ff., vij-(1 bl.)-180 pp.; demi-veau havane, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouge mouchetées (reliure de l'époque).

Ouvrage attribué à François Morénas par La France Littéraire, et à Pierre-Laurent Buirette de Belloy par Barbier. [Suivi de :] - Lettre d'un négociant à un milord, dans laquelle on considère, sans partialité, l'importance de l'île Minorque, & de Port-Mahon; avec l'historique & une description abrégé de l'une & de l'autre. S.l., 1756. (2) ff., 63 pp. Traduction, par Guillaume Mazéas, de l'ouvrage anglais The importance of the island of Minorca..., publié la même année à Londres. - [FORBONNAIS (François Véron Duvergne de)]. Essai sur l'admission des navires neutres dans nos colonies. S.l., 1755. 107 pp. En 1755, au début de la guerre de Sept ans, l'Angleterre ouvrit les hostilités sans déclaration de guerre et captura de nombreux navires français. La marine française ne pouvant plus assurer le service des colonies dont elle avait le monopole, l'auteur proposa, pour remédier à ce problème, d'ouvrir les ports aux navires des nations n'ayant pas pris part à la guerre. - Nouvelle de Minorque. Compiègne, Louis Bertrand, 1757. 16 pp. - Lettre d'un Mahonois à un Anglois. S.l., 1756. 47 pp. - Lettre d'un grenadier à sa maitresse sur la prise du fort S. Philipp. S.l., 1756. 12 pp. Bel exemplaire.

Discours prononcé à l'Assemblée Nationale, le 2 octobre 1790, au nom de l'Assemblée Générale de la partie françoise de Saint-Domingue.

Paris, Didot fils aîné, 1790. In-8 de 34 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, picèce de titre de maroquin vert au dos avec le titre en long (reliure moderne).

Discours en forme de justification prononcé par un membre de l'Assemblée Générale de Saint-Domingue, dans lequel il retrace les premiers troubles survenus dans l'île, depuis l'annonce de la révolution jusqu'à leur départ en juillet 1790. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 5497. — Manque à Sabin.

Déclaration du roi, concernant la course sur les ennemis de l'état.

Paris, P. G. Simon, 1778. In-4 de 15 pp.; en feuilles, non rogné.

Déclaration donnée à Versailles le 24 juin 1778 qui réactualise l'ordonnance de 1691. En janvier 1778, la France signa un traité d'alliance avec les colons américains en guerre contre l'Angleterre. Le roi accorda alors toutes sortes de facilités aux armateurs qui souhaitaient armer des navires pour mener la guerre de course contre les navires anglais. Bon exemplaire. Inconnu de Polak.

Déclaration du roi, qui permet l'entrée & l'entrepôt, dans les différens port du royaume, des taffias venans des colonies françoises de l'Amérique.

Paris, P. G. Simon, 1777. In-4 de 4 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

"Le commerce des eaux-de-vie extraites des sirops & mélasses, & connues sous le nom de taffias, a été prohibé dans toute l'étendue de notre royaume, par déclaration du 24 janvier 1713. L'opinion répandue alors que cette liqueur étoit dangereuse & nuisible à la santé. Mais l'expérience ayant depuis long-temps prouvé qu'elle étoit utile & salubre" cette interdiction est levée par la présente déclaration du 6 mars 1777. Bon exemplaire. Manque à Sabin.

Extrait de la première édition de la Carte de l'Isthme de Suez dressée pour l'avant projet du canal de communication des deux mers par Linant de Bellefonds.

1855. Circa 304 x 348 mm, entoilée et pliée.

Carte manuscrite, encre et aquarelle, copie d'une partie de la carte de l'isthme de Suez dressée par Linant de Bellefonds, directeur général des travaux publics en Égypte et ingénieur en chef du canal de Suez en 1855. Cette belle carte, entièrement aquarellée, représente la région nord de l'isthme, autour de la ville de Péluse et du lac de Menzaleh. Y figurent le détail topographique des bras du Nil, les nombreuses îles du lac, les puits, les routes antiques et modernes avec les relais de poste, quelques habitations, les ruines de Péluse et de quelques tels ou tells (terme archéologique désignant un site en forme de monticule). Des observations dans un cartouche donnent des indications sur la nature des sols, la végétation et les parties inondables. La carte n'indique pas le tracé du canal de Suez. L'échelle est en myriamètres et en milles romains. Très belle condition. Catalogue cartes manuscrites 2013, n° 160, marqué 3 000 €

Extrait des procès-verbaux de l'Assemblée Nationale, relativement à l'état des personnes dans les colonies.

Paris, Imprimerie Nationale, 1791. In-8 de 12 pp. ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre en long au dos (reliure moderne).

Textes et exposés des motifs des décrets des 13 et 15 mai 1791 qui abandonnaient les décisions relatives au sort des "personnes non-libres" et de "l'état politique des gens de couleur" aux assemblées coloniales. Bon exemplaire. Ryckebusch, 3105.

Faits et idées sur Saint-Domingue, relativement à la révolution actuelle.

Paris, Séguy-Thiboust, 1789. In-4 de 40 pp.

Réunion de plusieurs textes et documents sur les conséquences de la réunion des Etats-généraux à Saint-Domingue : Un rappel des événements depuis l'annonce de la convocation des États-généraux; une protestation contre la décision de ne pas autoriser l'envoi de députés des colonies aux États-généraux; une réflexion sur les travaux de la société correspondante des colons français assemblés à Paris; une proposition de constitution pour Saint-Domingue; ou encore un tableau de la population blanche. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 5734. — Monglond, I, 232. — Inconnu de Sabin.

L'assemblée générale de la partie françoise de Saint-Domingue aux représentants de la nation.

Paris, Didot, 1790. In-8 de 8 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre en maroquin rouge avec le titre en long (reliure moderne).

Lettre datée du 9 octobre 1790 et signée de Bérault, président, Aimé Gaultier, vice-président, Daubonneau, Denix, Gault et d'Augy, secrétaires. Députés de l'assemblée de Saint-Marc, ils quittèrent Saint-Domingue sur le vaisseau le Léopard après que le gouverneur, Antoine de Thomassin de Peynier, les ai dispersé. Dans cette lettre, ils mettent en avant la pureté de leurs intentions tout en demandant que l'assemblée leur permettent de déposer les pièces pour leur défense et qu'elle leur communique celles de leur accusation. Bon exemplaire. Max bissainthe, 4529. — Inconnu de Monglond et de Sabin.

Les Américains réunis à Paris, & ci-devant composant l'Assemblée Générale de la partie françoise de Saint-Domingue, à l'Assemblée Nationale.

Paris, Imprimerie Nationale, 1791. In-8 de 7 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun avec le titre en long (reliure moderne).

Lettre adressée à l'Assemblée Nationale par les membres de l'Assemblée Coloniale de Saint-Domingue se trouvant à Paris. En effet, par le décret du 12 octobre 1790 l'Assemblée Nationale avait mis fin a cette "assemblée générale séante à Saint-Marc", déclaré ses décrets "nuls & incapables de recevoir aucune exécution" et déchus les membres de cette assemblée de leur statut de député avant de décider ultérieurement de leur sort. Cette échéance arriva en ce début d'année 1791 et les membres déchus de l'Assemblée Coloniale cherchent, dans cette lettre, à convaincre de la pureté de leurs intentions. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 4434. — Inconnu de Monglond et de Sabin.

Lettre des colons résidens à St-Domingue.

1788. In-8 de 15 pp.; cartonnage papier marbré, pièce de titre en long au dos (reliure moderne).

Rare lettre collective d'environ 3000 propriétaires et planteurs de Saint-Domingue, dans laquelle ils demandent au roi Louis XVI de pouvoir être représenté à l'assemblée des états généraux dont ils ont apprit la convocation, et surtout expriment leur volonté de se gouverner eux-mêmes. Bon exemplaire portant la mention manuscrite "certifié véritable, commissaire rapporteur, M. De Gouy". Max Bissainthe, 6633. — Manque à Ryckebusch et à Sabin.

Lettre et déclaration des députés de Saint-Domingue à l'Assemblée Nationale, adressée à leurs commettans.

1790. In-8 de 7 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge avec le titre en long (reliure moderne).

Lettre datée du 9 août 1790 et signée par Louis-Marthe de Gouy d'Arsy, de Chabanon, Jean-François Reynaud de Villeverd, René-Armand Le Vasseur de Villeblanches, dans laquelle ils rendent compte des démarches effectuées contre le ministre de la marine et des colonies César-Henri de La Luzerne. En effet, ils constituèrent un dossier contre ce dernier et le déposèrent au Comité des Rapports de l'Assemblée Nationale "sous la clause bien expresse de ne donner copie à M. de la Luzerne que des articles qui le concernoient en bien ou en mal, et non des autres passages qui pouvoient compromettre des colons, des citoyens, le salut de la colonie, en un mot le secret de nos commettans". Par la suite, ils durent avertir leurs mandants que le ministre avait exigé, et obtenu, la communication de l'intégralité des pièces du dossier. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 6654. — Inconnu de Sabin et de Monglond.

Loi relative aux colonies, & particulièrement à celle de l'île Cayenne & de la Guyane françoise. Décret de l'Assemblée Nationale, du 5 juillet 1792.

Grenoble, imprimerie de J.M. Cuchet, 1792. Petit in-4 de 4 pp.; en feuilles, sans couverture.

Créée par décret du 28 mars 1790, l'assemblée coloniale de Guyane s'arrogea rapidement tous les pouvoirs, légiférant par décrets sur tous les sujets et refusant l'autorité du gouverneur au point que ce dernier quitta la colonie au début de 1791. Le 5 juillet 1792, l'Assemblée Nationale Législative décida l'envoi d'un commissaire civil "chargé de faire procéder sans délai, à la réorganisation de l'assemblée coloniale". Les dispositions prises par l'assemblée coloniale ne furent pas toutes annulée; ainsi les "jugemens rendus par les tribunaux que l'assemblée coloniale auroit substitué aux tribunaux précédements existans […] seront exécutés selon leur forme & teneur" et "sont aussi confirmés les actes par lesquels l'assemblée coloniale […] auroit affranchi, en récompense de leurs services, des nègres", mais "tous les citoyens qui auroient été exilés ou déportés sans jugement légal, sont libres de retourner dans la colonie". Le commissaire civil devait également se faire rendre compte de l'administration civile et autoriser ou annuler les actes de l'assemblée coloniale en fonction de leur conformité au droit français. Bon exemplaire.

Mémoire introductif d'instance présenté à MM. les membres du Conseil du contentieux administratif de Cochinchine dans la cause entre MM. Vandelet et Dussutour (demandeurs), et M. le gouverneur de Cochinchine (défendeur).

Saigon, C. Guilland & Martinon, 1883. In-8 de 84 pp. ; cartonnage marbré, titre au dos (reliure moderne).

En 1881, les négociants français Vandelet et Dussutour obtinrent du roi du Cambodge, et pour trois ans, le monopole du commerce de l'opium et de l'alcool de fabrication indigène. Mais le gouverneur de Cochinchine, désigné comme arbitre pour régler un différent entre le roi et les négociants, en profita pour ajouter de nouvelles clauses au contrat, ce qui donna lieu à de nombreuses difficultés. Bon exemplaire.

Mémoires de la Société des Philantropes.

Berne, La Société Typographique, 1778. In-8 de (4) ff., 358-(1) pp.; demi-veau marbré, dos lisse orné, tranches rouges (reliure à l'imitation).

Première édition de cet ouvrage peu commun. Contient: - FEBUÉ (abbé). Essai philantropique sur l'esclavage des Nègres. - SONNENFELDS (J. von). Mémoire sur l'abolition de la torture. - [LAFFON de LADÉBAR]. Discours sur l'amour de l'utilité publique. - Considérations sur l'abus de la sécularisation des biens ecclésiastiques. - MOUDEAU. Voyage de Moncacht-Apé pour servir de suite ou de pendant aux voyages de Gulliver. - [YOUNG]. Mémoire sur l'état actuel de l'agriculture en Angleterre. La Société des Philanthropes fut fondée en 1775 à Strasbourg par Jean de Turckheim. Ouverte à toutes les confessions, cette société eut des membres à travers toute l'Europe, notamment Panckoucke, l'abbé Baudeau, l'abbé Rozier ou encore l'abbé Grégoire. Elle prôna la tolérance, pratiqua la charité, et s'intéressa également à l'économie, la géographie, ou encore la pédagogie. Cet ouvrage est la seule publication périodique de la Société, qui éditait aussi des manuels scolaires, des calendriers pour les paysans et des traductions des auteurs classiques de l'antiquité. Bon exemplaire. Un feuillet manuscrit contenant l'errata, petite galerie de ver en marge intérieure avec perte de quelques lettres. Manque à Ryckebusch et à Sabin.

Mémoires pour servir à écrire l'histoire de la marine militaire de France. Première livraison (seule parue).

Caen, Typographie de Pagny, 1834. In-8 de (2) ff., IX pp., (1) f. blanc, 78 pp., (1) f. d'errata; percaline verte, dos muet (reliure de l'époque).

Exemplaire de l'auteur, comportant des annotations autographes. Edition originale, illustrée de 2 planches gravées et 4 tableaux dépliants hors texte. Cet ouvrage est consacré au combat naval du 13 prairial an 2 (1er juin 1794), qui opposa, au large d'Ouessant, la flotte française commandée par le contre-amiral Villaret de Joyeuse à celle de l'amiral Howe. Villaret tint tête à l'ennemi, perdit 8 vaisseaux mais assura l'entrée à Brest d'un convoi de 350 navires venant d'Amérique qui devait sauver la France de la famine. On y trouve d'abord la relation anglaise du combat, extraite des journaux des officiers de l'escadre de Howe, avec deux lettres de cet amiral, suivies d'un supplément à cette relation; vient ensuite un extrait du journal de Jean-Bon Saint-André, commissaire de la Convention, embarqué sur le vaisseau-amiral français. Puis l'auteur analyse les manœuvres des navires, en particulier le trajet de l'escadre anglaise qui arriva à couper l'escadre française en ayant l'avantage du vent, et relève les erreurs commises par Villaret de Joyeuse. La première planche gravée représente le combat naval; la seconde montre les lignes de bataille avec la position de chaque navire. Les tableaux donnent la liste des bâtiments qui participèrent au combat, avec l'indication du nom de chaque capitaine ainsi que du nombre de canons. Pour la flotte anglaise, le nombre de tués et de blessés est également indiqué. L'auteur a annoté essentiellement les premières pages de garde (4 pp.), le titre ainsi que les pages 4 et 78. Il explique qu'il a composé cette étude en réponse à l'ouvrage intitulé "Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français de 1792 à 1815", publié chez Panckoucke de 1817 à 1821 en 27 vol. in-8 : "MM. Ernest Panckoucke et Le Comte qui auraient pu être instruits de la vérité des faits par des hommes du métier témoins oculaires encore vivans, ont reproduit les mensonges officiels ou officieux du premier et du second rapporteur de la Convention nationale…" (1e page de garde). Puis il affirme avoir écrit avec véracité "pour constater et consigner devant les contemporains et bientôt devant la postérité, les fautes et les témérités du gouvernement inexpérimenté de 1793 qui amena la décadence de la marine militaire de France" (4e page de garde). Enfin, il pense que son mémoire pourra servir aux élèves de la marine, car "la connaissance des fautes commises dans la pratique peut servir à établir une bonne théorie" (p. 78). Resté anonyme, l'auteur précise qu'il a été admis à l'Ecole polytechnique en 1796, après avoir fait deux campagnes sur l'escadre sortie de Brest en 1794 et 1795. Polak, sous le n° 5470, mentionne une publication similaire parue à Brest en 1837 (in-8 de 78 pp.), par Jean-Marie Pierre Le Bastard de Kerguiffinec (1771-1850), ancien capitaine de frégate et député du Finistère sous la Monarchie de Juillet. La présente édition ne figure pas dans Polak. Seul un exemplaire est mentionné au CCFr (BnF, cote 8-LH6-7). Précieux et rare document.

Notices coloniales publiées à l'occasion de l'Exposition Universelle d'Anvers en 1885.

Paris, Imprimerie Nationale, 1885. 3 volumes in-8 de x-664-(1) pp. — (2) ij-745-(1 bl.)-(1) pp. — (3) ff., 768 pp.; demi-chagrin marron, dos à nerfs (reliure de l'époque).

Ouvrage publié par le Département de la Marine et des Colonies à l'occasion de l'Exposition Universelle d'Anvers de 188. Il est illustré de 17 cartes en couleurs dépliantes (Indochine, Tonkin, Cochinchine, Inde française, Mayotte, Madagascar, La Réunion, Nouvelle-Calédonie, Tahiti, Sénégal, établissements français du golfe de Guinée, Guyane, Martinique, Guadeloupe, ou encore Saint-Pierre et Miquelon), et de 9 cartes en noir dont 5 sur double page et 1 dépliante (chemin de fer du Sénégal). Les notices furent rédigées par les administrations coloniales à qui le ministère avait envoyé un questionnaire demandant des renseignement sur la situation géographique, le climat, la population, le commerce, les cultures, les industries locales, l'imigration des différentes colonies françaises. Le premier volume est consacré au Tonkin, à la Cochinchine, l'Inde française, Mayotte, Nossi-Bé, et Madagascar; le deuxième volume à La Réunion, la Nouvelle-Calédonie, Tahiti, le Sénégal, les établissements français du golfe de Guinée, Obock et ses dépendances; et le troisième aux possessions françaises de l'ouest africain (Congo), la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Pierre et Miquelon, les îles Kerguelen, et le territoire d'Assinie. Bon exemplaire. Étiquette de la bibliothèque de la Société de Propagande Coloniale, société fondée en 1892 pour promouvoir la mise en valeur des colonies. Coins frottés, déchirures sans manque à trois cartes, marges externes de deux cartes froissées. O’Reilly, Nouvelle-Calédonie, 2120. — O’Reilly, Tahiti, 6326. — Ryckebusch, 5993.

Notices statistiques sur les colonies françaises. Imprimées par ordre de M. le Vice-Amiral de Rosamel, Ministre Secrétaire d'Etat de la Marine et des colonies.

Paris, Imprimerie Royale, 1837-1840. 4 tomes in-8 de (2) ff., iij-248 pp. — (3) ff., 271 pp. — (2) ff., ij-320 pp. — (2) ff., 216 pp.; veau bleu, dos lisses richements ornés, filet doré et dentelle à froid encadrant les plats, coupes ornées, tranches mouchetées (reliure de l’époque).

Les bibliographies sont en désaccord sur l'auteur de ces notices ; pour Quérard il s'agirait de Paul-Alexandre Tiby, sous-chef au ministère de la marine, et pour Barbier, d'Edme-Jean-Hilaire Filleau-Saint-Hillaire, directeur du bureau des colonies. Le premier tome est consacré à la Martinique, à la Guadeloupe et à ses dépendances; le deuxième à La Réunion et à la Guyane française; le tome 3 aux établissements français de l'Inde, au Sénégal et à ses dépendances; et le quatrième aux Possessions françaises à Madagascar et aux îles Saint-Pierre et Miquelon. Bel exemplaire. Barbier, III, 486. — Brunet, VI, 28637. — Quérard, IX, 473. — Ryckebusch, 5984, 5985. — Sabin 95786.

Observations d'un colon sur les inconvéniens et les dangers de séparer le département des colonies de celui de la marine.

1790. In-8 de 16 pp. ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin rouge (reliure moderne).

Le 26 octobre 1790, Charles-Pierre Claret de Fleurieu fut nommé ministre de la marine, et demanda la séparation de son ministère d'avec les colonies. Un projet de décret en ce sens fut rédigé que l'auteur de ces observations contredit point à point. Bon exemplaire. Inconnu des principales bibliographies.

Observations sur les intendances des Isles. Manuscrit.

Vers 1775. In-4 (21,6 x 16,8 cm) de 3 pp. 1⁄4 sur une feuille double; on joint 1 p. in-8 manuscrite sur le même sujet.

La Martinique souhaite le rappel de son intendant. L'auteur, resté anonyme, affirme dès le début que la probité seule est à désirer chez un intendant des îles, et que celui-ci a le devoir de surveiller ses bureaux où se font des "prévarications sans nombre". Puis il rappelle l'origine de cette institution, avant d'énumérer les responsabilités d'un intendant de justice, police et finances. Vient ensuite l'objet de la présente note : "A la paix on renvoïa pour intendant à la Martinique, M. de La Rivière, à qui succéda le président Peinier. C'est aujourd'hui le président Tachere qui remplit cette place. Il arrive assez ordinairement qu'on rappelle au bout de 3 ans les intendants des isles; il y a plus de 3 ans, et contre le vœu des habitans, que le président actuel est à la Martinique…". La note jointe va dans le même sens : "L'intendance de la Martinique est occupée par M. le Président Acher [sic] depuis 4 ans; cette intendance n'étant que triennale, M. le Président Acher pourroit être rappelé; c'est le vœu de la colonie…". Il s'agit de Philippe-Athanase de Tascher, ancien président à mortier au Parlement de Metz, qui occupa l'intendance de la Martinique de 1771 à 1777. L'auteur préconise aussi le rétablissement de l'intendance de la Guadeloupe, réunie depuis peu à celle de la Martinique. Traces de plis. Les documents sont très lisibles.

Ordonnance de l'amirauté de France, portant injonction à toutes personnes demeurantes dans l'étendue de l'amirauté de France, ou des amirautés particulières de son ressort, qui ont à leur service des Nègres ou Mulâtres, de l'un ou l'autre sexe, d'en faire leur déclaration en personne ou par procureur, au greffe de l'amirauté de France, ou aux greffes des amirautés particulières de son ressort; & à tous Nègres ou Mulâtres qui ne sont au service de personne; de faire pareille déclaration, sous telle peine qu'il appartiendra.

Paris, P. G. Simon, 1777. In-4 de 4 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Ordonnance du 16 avril 1777. Constatant que l'ordonnance du 31 mars 1762 qui portait sur le même point n'était plus appliquée, et que "le nombre de ces gens de couleur se sont multipliés à un tel point, que le plus petit particulier en a à son service: les colons en ont inondé le royaume & […] ont laissé une libre carrière à l'introduction de cette espèce d'homme, dont le nombre & la qualité du sang, ainsi que la nuance de la couleur, ne peut qu'altérer l'uniformité de celle des habitans de ce royaume", un recensement "des Noirs ou Mulâtre qui sont dans Paris & dans le ressort de la cour" est ordonné. Bon exemplaire. Manque à Ryckebusch.

Ordonnance de nosseigneurs de l'amirauté de France, portant prorogation du délai accordé par celle du 16 avril 1777, aux personnes ayant à leurs service des Nègres, Nègresses, Mulâtres, ou autres gens de couleurs, ainsi qu'aux Nègres, Nègresses ou Mulâtres n'étant au service de personne, pour faire leur déclaration au greffe de l'amirauté de France à Paris, ou aux greffes des amirautés particulières de son ressort, à peine de 300 livres d'amende contre les maîtres, & de prison contre les Nègres, Nègresses, Mulâtres, ou autres gens de couleurs.

Paris, P. G. Simon, 1777. In-4 de 4 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin rouge en long (reliure moderne).

Ordonnance du 7 juillet 1777 qui prolonge le délai de déclaration obligatoire des gens de couleur se trouvant sur le territoire français. Bon exemplaire. Manque à Ryckebusch.

Ordonnance du roi portant application du code d'instruction criminelle à l'île de la Martinique et à l'île de la Guadeloupe.

Paris, Imprimerie Royale, 1828. In-4 de 159 pp.; basane flammée, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge avec le titre en long, roulette encadrant les plats, coupes ornées, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Publication du code d'instruction criminelle à destination des deux îles des Antilles, en application de l'article 7 de l'ordonnance du 24 septembre 1828 sur l'organisation judiciaire à la Martinique et à la Guadeloupe. Ce dernier stipule que ces deux îles seront régies par les différents codes (civil, de procédure civile, de commerce, d'instruction criminelle et pénale) "modifiés et mis en rapports avec leurs besoins". Bon exemplaire. Rousseurs en début de volume.

Ordonnance du roi, concernant les procureurs & économes-gérans des habitations situées aux isles sous le vent.

Paris, P. G. Simon & N. H. Nyons, 1785. In-4 de 12 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun en long (reliure moderne).

Ordonnance du 3 décembre 1784, régissant les conditions de mise en gérance de leurs propriétés par les colons de Saint-Domingue. En effet, après "des abus qui se sont introduits dans la gestion des habitations situées à Saint-Domingue" cette ordonnance détaille toutes les obligations à respecter, tant pour les propriétaires que pour les gérants pour la gestion des biens et des esclaves. Bon exemplaire. Manque à Sabin.

Picturesque Europe.

London, Cassel, Petter & Galpin, 1876-1880. 10 volumes grand in-4; percaline rouge, dos lisses, titres dorés et encadrements en noir et or sur les premiers plats, une illustration dorée différente sur chacun des 10 volumes, tranches dorées (cartonnage de l'éditeur).

L'illustration se compose de nombreuses figures gravées sur bois dans le texte, de 10 frontispices et de 60 planches gravées sur acier. Rare édition en 10 volumes et en cartonnage d'éditeur. Elle se trouve généralement en 5 volumes, ce qui explique que, parmi les 10 frontispices présent dans l'ouvrage, il n'y en ait que 5 différents se trouvant présent de un à trois fois. L'ouvrage est fait de chapitres consacrés à une région ou pays, rédigés par différents auteurs, dont le principal est Thomas George Bonney. Les quatre premier volumes sont consacrés à la Grande Bretagne, les six autres au reste de l'Europe, principalement la France, l'Italie et les Alpes, mais on y trouve également des chapitres consacrés à l'Espagne, le Rhin, la Norvège, la Russie, la Grèce, la Hollande, la Belgique, Constantinople et la Suède. Bel exemplaire en reliure uniforme de l'éditeur. Coiffes et coins émoussés, rares piqûres. Andres, Steel-engraved views, 120.

Plans et environs de Londres.

6 plans gravés, entoilés et pliés, placés dans un emboîtage commun en demi-maroquin rouge, dos lisse orné, armes d'Orléans en tête et chiffre LPO en pied du dos (emboîtage de l'époque).

Contient: - FADEN (W.). A new topographical map of the country in the vicinity of London. 1810. 85 x 82 cm. Contours aquarellés à l'époque. - London in miniature with the surrounding villages an entire plan. Edward Mogg, 1822. 54 x 95 cm. Aquarellé à l'époque. - London and Westminster in the reign of queen Elizabeth, Anno Dom. 1563. [circa 1800]. 41 x 107 cm. Aquarellé à l'époque. - Londres avec les additions prises sur un plan de 1802. Paris, au Dépôt Général de la Guerre, an 12 [1804]. 40 x 54 cm. - FADEN (W.). The country twenty-five miles round London. 1802. 104 x 127 cm. Aquarellé à l'époque. - CARY (John). Cary's new and accurate plan of London and Westminster, the borough of Southwark and part adjacent. London, Cary, 1819. 82 x 153 cm. Aquarellé à l'époque. Très bel exemplaire aux armes et au chiffre de Louis-Philippe d'Orléans avec ses armes et son chiffre au dos de l'emboîtage, et une étiquette à ses armes au dos de chacune des cartes. Catalogue de la vente de la bibliothèque de Louis-Philippe de 1852, n° 1390. - OHR, 2577.

Précis des vexations exercées par ordre du Ministère François, contre les habitans de Tabago et leurs créanciers anglois.

Paris de l'imprimerie du Patriote françois 1790 1 feuillet in-4 de 2 pp., broché.

Rare pamphlet contre Philippe-Rose Roume, dit de Saint-Laurent, commissaire-général et ordonnateur de Tobago, chargé par le Ministre de la Marine d'étudier les réclamations des colons de cette île. En effet, cette colonie était devenue française en 1783, et les colons anglais se plaignaient de la façon dont les articles du traité de cession étaient appliqués. Bon exemplaire. Inconnu de Sabin.

Précis sur la colonisation des bords de la Nana, à la Guyane française.

Paris, Imprimerie Nationale, 1835. In-8 de (2) ff., 70 pp.; cartonnage gris (reliure moderne).

Première édition. Rapport officiel remis à l'amiral Duperré, ministre de la marine et des colonies, au sujet d'une tentative de colonisation par des "laboureurs européens" sur les rives de la Mana en Guyane pour y "donner un développement plus considérable à la production des denrées coloniales". Ce fut un échec, mais, en 1828, Anne-Marie Javouhey, fondatrice de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Cluny, proposa d'y fonder une colonie pour y élever et établir des orphelins. Le rapport relate les progrès de cet établissement jusqu'à la fin de l'année 1834. Bon exemplaire. Leclerc, II, 3455.

Rapport sur la commission établie à Tabago, fait au nom des Comités de commerce et des colonies, réunis.

Paris, Imprimerie Nationale, 1791. In-8 de 18-(2 bl.) pp.; cartonnage de papier marbré, titre en long au dos, non rogné (reliure moderne).

Rapport technique qui demandait l'abrogation d'une commission établie "sous l'ancien gouvernement" et chargée de juger les droits des créanciers des terres à Tobago, ces derniers étant contraire au traité fait avec l'Angleterre lorsque, en 1713, l'île de Tobago devint française. Bon exemplaire. Quelques piqûres sur les premiers et derniers feuillets. Inconnu de Monglond et de Sabin.

Relation d'une conspiration tramée par les Nègres, dans l'isle de S. Domingue ; défense que fait le Jésuite confesseur, aux Negres qu'on suplicie, de révéler leurs fauteurs et complices.

1758. In-12 de 8 pp.; cartonnage de papier vert muet (reliure postérieure).

Rare petite plaquette contenant des extraits d'une lettre d'un colon de Saint-Domingue, datée du 24 juin 1758, et relatant les procès et les exécutions d'esclaves accusés d'être des complices de François Mackandal. Esclave marron et meneur de plusieurs rébellions, il fut capturé, jugé et comdamné à mort en 1758. Dans les mois qui suivirent, de nombreux complices furent arrêtés puis interrogées, avec des dénionciations à la clé de sorte "qu'on en brûle quatre ou cinq tous les mois: il y a déjà eu vingt-quatre Negres ou Negresses esclaves, & trois Negres libres qui ont subi le même sort" (page 4). Bon exemplaire. Ex-libris gravé et armorié du prince Marc-Antoine Borghèse (1814-1886). Max Bissainthe, 7688.

Relation impartiale d'un officier de marine employé dans l'escadre expéditionnaire contre l'Irlande, devant servir de justification à la hardiesse d'une entreprise condamnée dans les tems et d'apologie aux vastes idées du gouvernement français. Manuscrit.

Vers 1797. 2 cahiers in-folio (env. 32 x 21 cm) respectivement de (5) et (8) pp., plus quelques ff. restés vierges; brochés, rubans de soie bleue ou jaune.

Récit de l'expédition d'Irlande. En 1796, le Directoire mit au point un projet de débarquement en Irlande, afin de soutenir les républicains irlandais dans leur tentative de rébellion contre le pouvoir britannique. Cette expédition devait aussi permettre une éventuelle invasion de la Grande-Bretagne. Rassemblée à Brest, la flotte française était commandée par le vice-amiral Morard de Galles; elle comprenait trois escadres emmenant environ 15000 soldats placés sous le commandement du général Hoche. Le débarquement était prévu en décembre dans la baie de Bantry, l'une des baies du sud-ouest de l'Irlande qui entre profondément dans les terres. Le premier cahier s'ouvre par un discours préliminaire qui fait d'abord l'éloge de la liberté face au despotisme, puis souligne la menace britannique en rappelant la faiblesse de la marine française pendant la Révolution. Vient ensuite la relation du départ de Brest, le 25 frimaire an 5 (15 décembre 1796), malgré la surveillance des navires britanniques de l'amiral Colpoys. En effectuant d'habiles manœuvres, Morard de Galles fit croire aux Anglais que la flotte française se dirigeait vers le Sud : "Le gouvernement britannique était dans la plus ferme persuasion que si nous avions des coups à porter, ils ne pouvaient tomber que sur le Portugal, aussi pourvut-il à sa défense" (p. 4). Le second cahier, qui porte comme titre : "Départ du port de Brest", contient une relation détaillée de la traversée vers l'Irlande. Il couvre la période du 23 frimaire an 5 (13 décembre 1796) au 1er nivôse an 5 (21 décembre 1796). Un tableau récapitule l'ensemble des bâtiments : 17 vaisseaux, 12 frégates et 6 corvettes, répartis en 3 escadres et une escadre légère. Les différents mouvements sont décrits : mouillage dans la baie de Camaret, traversée du raz de Sein, naufrage d'un navire, dispersion de la flotte, perte de contact avec le navire amiral, arrivée à proximité des côtes irlandaises et ouverture des plis cachetés qui désignent la baie de Bantry comme objectif. La fin de la campagne, non relatée ici, eut lieu le 30 décembre 1796, l'échec de l'opération étant dû principalement au mauvais temps. Extraits : (26 au 27 frimaire) : "L'armée sur une ligne de convoy mal formée n'en continuait pas moins sa route pour le raz, une partie l'avait doublée quand à 7 h nous y donnâmes dans l'entrée. A 7 h 1⁄4 comme nous fûmes obligé de revirer de bord, nous aperçûmes un bâtiment qui tombait en travers sur Stévenet, à 7 h 3⁄4 il échoua. Comme nous passâmes nous-mêmes très près de ce récif et à portée de voix, il nous héla pour demander un secours que nous étions nous-mêmes dans le moment de réclamer. Nous le hélâmes aussi pour connaître son nom ce que nous ne pûmes savoir, faisant alors nos efforts pour nous éloigner du danger. Il a tiré une partie de la nuit des coups de canon de détresse de distance en distance, brûlé quantité d'amorces et lancé des fusées […]. A 11 h le lougre l'Affronteur nous passa à poupe et nous informa du naufrage de la nuit, que c'était le vaisseau le Séduisant qui s'était perdu, que le Redoutable avait sauvé son grand canot avec 40 hommes, et que le Renard avait également sauvé quelques hommes de l'équipage, que le susdit vaisseau était rasé de tous mâts et était submergé jusqu'aux gaillards…" (p. 3). (29 au 30 frimaire) : "Les vents étaient tombés de la partie de NO à ONO. Nous élongeâmes l'escadre ralliante du général Bouvet et nous revirâmes de bord pour reprendre les amures à bâbord comme elle. Nous forçâmes de voiles pour joindre l'Immortalité dont nous nous étions éloignés d'environ une lieue 1⁄2 quand nous courrions bord à contre. A 1 h 1⁄2 nous lui passâmes à poupe et mis en même temps en panne sous le vent à elle. Le canot du général Richery qui était déjà à son bord vint prendre le nôtre, et nous ne fûmes servis qu'à 3 h que le général Nielly remonta à bord. Le général Bouvet ordonna l'ordre des trois colonnes à l'armée ainsi réunie; le général Nielly prit le commandement de la 2e escadre et le général Richery celui de la 3e" (p. 6). (30 frimaire au 1er nivôse) : "A 7 h 1⁄2 dès que le jour pointa, une terre très élevée et festonnée par l'inégalité de ses montagnes, se présenta à notre vue. Nous laissâmes la clarté se faire avant de la relever. A 8 h nous la distinguâmes parfaitement […]. A 9 h 1⁄2 le général ordonna de décacheter les paquets N° 1 qui contenaient les instructions relatives à la baie de Bantry qui est le lieu désigné pour la descente. Les vaisseaux du vent ne purent profiter de leur position avantageuse, car voyant leurs généraux sous le vent ils s'y rallièrent sans ordre. Il n'en fut même établi aucun, et depuis l'ouverture des dépêches et l'ordre à l'armée de forcer de voiles, les bâtiments cherchèrent à s'élever à l'envie les uns des autres vers l'entrée de cette baie…" (pp. 7-8). Précieuse relation, apparemment inédite, établie par un témoin oculaire. Références : Taillemite, Dictionnaire des marins français, pp. 379-380 (Morard de Galles), 69 (Bouvet de Précourt), 392 (Nielly) et 450 (Richery).

Réplique des députés des manufactures & du commerce de France à MM. les députés de Saint-Domingue, concernant l'approvisionnement des colonies.

Versailles, Imprimerie de Ph.-D. Pierres, 1789. In-8 de 20 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun avec le titre en long (reliure moderne).

Lettre signée par 23 députés défendant les intérêts des marchands des ports de France, dans laquelle ils s'opposent à l'ouverture des ports de Saint-Domingue pour le commerce avec les navires étrangers, et contestent l'exactitude des chiffres avancés par les députés pour la promouvoir. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 7708. — Inconnu de Monglond et de Sabin.

Réponse au mémoire justificatif de l'administration de M. de Vioménil à la Martinique.

1790. In-4 de (1) f., 26 pp., broché.

Première édition. Elle est signée Arnaud de Corio et Ruste, députés de la ville de Saint-Pierre, et de plusieurs paroisses de la Martinique. Elle donne le point de vue des colons de la ville de Saint-Pierre, partisans de la Révolution, contre "l'administration aristocrique de M. de Vioménil", qui "se flatte que la révolution ne sera pas opérée" car "il y a à Saint-Pierre, & dans toutes les autres colonies, des gens vendus aux Anglois pour y semer l'esprit de révolte". Antoine-Charles Du Houx de Vioménil fut le second de Rochambeau lors de la guerre d'Indépendance des États-Unis, avant d'être nommé gouverneur de La Martinique en 1789. En juillet 1790, il publia une Réponse de M. le comte de Vioménil aux inculpations calomnieuses qui ont été répandues contre lui relativement à son administration à la Martinique.

Résumés historiques sur la Perse moderne, l'Inde et la Chine, en quatre parties.

Bordeaux, Prosper Faye, 1843. In-8 de (6) ff., 353 pp., (1) f. ; demi-veau fauve, dos lisse orné, tranches marbrées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Ouvrage peu commun divisé en quatre parties comprenant un résumé historique sur la Perse, un résumé historique sur la Chine, un précis sommaire de l'histoire des Tartares, et des notices sur la Corée, le Japon, le Tonkin, la Cochinchine, l'Inde et l'Arabie moderne. Bon exemplaire. Légères rousseurs.

Réunion de 3 catalogues de l'imprimerie catholique de Beyrouth.

Beyrouth, 1878. In-8, toile beige, dos lisse, pièce de titre de veau rouge (reliure du XXe siècle).

On trouve ainsi relié : - Catalogue de l'imprimerie catholique des PP. missionnaires de la compagnie de Jésus en Syrie. Beyrouth, 1878. 11-(1)-15 pp. Couvertures bleues conservées. Catalogue d'ouvrages imprimées en arabe et en syriaque, dont la première partie donne la liste en français, et la seconde est imprimée en arabe. - Catalogue de l'imprimerie catholique des PP. missionnaires de la compagnie de Jésus en Syrie. Beyrouth, imprimerie catholique, 1888. 38 pp., (15) ff. Première couverture conservée. Catalogue d'ouvrages imprimés en arabes et en syriaque, (principalement des livres religieux et des manuels d'étude de l'arabe). Le titre de chaque ouvrage est imprimé en arabe, les commentaires et les tarifs sont en français. Les 15 derniers feuillets contiennent des spécimens de tous les caractères de l'imprimerie (hébreux, samaritains, syriaques, arabes, arméniens, grecs et latins). - Catalogue spécial de l'imprimerie catholique (fondée en 1853). Beyrouth, librairie de l'imprimerie catholique, 1904. 67-iij pp., (2) ff. Couvertures illustrées conservées. Catalogue d'ouvrages imprimés en arabe, syriaque et bilingue français-arabe. Les titres des ouvrages sont imprimés en arabe, les commentaires et les tarifs sont en français. Le fond de l'éditeur s'est agrandi, on y trouve des manuels d'arabe, des recueils de poésies, des contes (dont les milles et une nuits), des revues. Bel exemplaire.

Supplément à la dénonciation de M. de La Luzerne, ministre de la marine et des colonies, ou réponse par des pièces justificatives, sans réplique, au prétendu mémoire justificatif qu'il a publié en juin 1790.

Vers 1790. In-8 de 31 pp. ; cartonnage de papier marbré, titre au dos (reliure moderne).

Signé par 10 députés de Saint-Domingue (dont Louis-Marthe de Gouy d'Arsy qui avait déjà publié un opuscule contre le ministre), cette brochure ou plutôt ce pamphlet, répond au mémoire justificatif du ministre cherchant à se disculper de l'accusation d'être responsable de la ruine des colonies. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 6008. — Inconnu des principales bibliographies.

Traité de navigation et de commerce entre la France et la Grande-Bretagne. Conclu à Versailles le 26 septembre 1786.

Paris, Imprimerie Royale, 1786. In-4 de 45 pp.; cartonnage de papier marbré, pièce de titre rouge (reliure moderne).

Texte du Traité Eden-Rayneval, du nom des signataires anglais et français. Conçu dès la fin de la Guerre d'Indépendance des états-Unis pour mettre fin au conflit économique que se livraient les deux puissances, ce traité instaura un système de réduction progressif des droits de douane. Mais, très vite, il se révélera trop favorable à l'Angleterre, dont l'avance industrielle sur la France était notoire, bouleversant ainsi l'équilibre économique français. Le marché français se trouva envahi de produits anglais moins chers et de meilleures qualités, provoquant l'abaissement des prix et la mise au chômage de milliers d'ouvriers et artisans. De ce fait, ce traité sera l'une des causes de la révolution de 1789. Bon exemplaire.

Vingt jours de voyage en Suisse. Manuscrit.

s.l., 1836. Petit in-8 (17,2 x 10,5 cm) de (1) f. de titre et 114-(1) pp.; cartonnage recouvert de papier marbré, étiquette de papier blanc en haut du dos (reliure de l’époque), charnières frottées, coins usés.

Récit d’un voyage à travers la Suisse. L’auteur, un Français dont les initiales «FB» figurent sur le titre, a divisé son récit en 38 chapitres d’une écriture régulière et parfaitement lisible. Emmenant quelques compagnons de voyage, il quitte Genève le 13 août 1836 à bord d’un bateau à vapeur qui le conduit à Villeneuve, à l’extrémité Est du lac Léman, au pied des Préalpes vaudoises. Peu avant son arrivée, il aperçoit le château de Chillon, un site pittoresque situé au bord du lac. De Villeneuve, il pénètre dans la vallée du Rhône et se rend à pied à Bex où il observe la cascade de Pissevache. Remontant le fleuve, il traverse successivement Martigny et Sion (Valais), puis arrive à Sierre après deux jours de voyage. L’étape suivante est Louèche, où le curé tient une petite auberge et dont les eaux attirent un grand nombre de malades. De là, il se dirige vers le Nord et pénètre dans le canton de Berne, passe par Frutigen le cinquième jour du voyage et parvient à la vallée d’Interlaken, le «bijou de la Suisse», remarquable pour ses deux lacs formés par les eaux de l’Aar, ce qui en fait un endroit très fréquenté. Remontant la vallée de l’Aar, il parvient à Handeck où il observe les chutes spectaculaires de ce fleuve qui impressionnent les touristes. Il se rend ensuite à la Grimsel, une montagne dont il effectue l’ascension. Le huitième jour, il arrive à la source du Rhône, puis se dirige vers Andermatt pour visiter le pont du Diable. Remontant vers le Nord, il traverse Altdorf et évoque l’histoire du Grütli où se réunirent, en 1307, les fondateurs de la confédération helvétique. Il donne ensuite une description du couvent d’Einsiedeln, qui est le centre du culte de la Vierge et reçoit 120000 pèlerins chaque année. L’étape suivante est Zurich, dont l’aspect lui rappelle Genève; il effectue la visite de la cathédrale ainsi que de l’arsenal qui contient une assez belle collection de vieilles armures. Le treizième jour du voyage, il arrive au pied du Rigi, une montagne située à proximité de Lucerne, dont il effectue l’ascension. De là, il aperçoit le Rossberg, situé dans les environs de Zoug, dont l’éboulement, en 1806, avait rasé un village entier. A Lucerne, le voyageur remarque le monument élevé à la mémoire des Suisses qui défendirent Louis XVI aux Tuileries, lors de la journée du 10 août 1792. Il se rend ensuite à Berne, siège du gouvernement fédéral, dont l’architecture annonce que cette ville est le centre d’un état riche et fortement constitué. Après un passage sur la politique, où il évoque une crise momentanée entre la France et la Suisse, l’auteur s’étend sur Fribourg, dont il mentionne les deux éléments les plus remarquables pour les touristes: le pont et l’orgue de la cathédrale. Le retour à Genève a lieu après vingt jours de voyage, soit au début du mois de septembre. Le manuscrit, daté du 11 octobre 1836, s’achève par une table des matières. Intéressante relation, qui ne semble pas avoir été publiée. Provenance: ex-libris manuscrit «Joséphine Müller» inscrit au crayon sur une page de garde.

Vue intérieure de Londres du côté de Somerset House.

1819-1829. 592 x 920 mm, monté sur papier avec une bordure de gouache noire.

Spectaculaire vue de Londres, gouache et aquarelle, prise depuis la Tamise et montrant le pont de Waterloo, le pont de Blackfriars au second plan, la façade de Somerset House sur la gauche et l'imposante silhouette de la cathédrale Saint-Paul en arrière-plan. Compte tenu des différents monuments présents sur la vue, le dessin peut être daté entre 1819, date de l'inauguration du pont de Waterloo, et 1829, date de la fondation du King's College de Londres, dont les bâtiments, inaugurés en 1831, ne sont pas présents sur cette vue, à droite de Somerset House où ils se trouvent encore aujourd'hui. Cette jolie vue est animée de passants et de voitures à cheval sur les ponts, ainsi que de plusieurs embarcations sur la Tamise : quelques barges remplies de charbon, des barques près du débarcadère sur la gauche du dessin (où un couple s'apprête à embarquer), un canot à voile et deux canots à rame. A noter également la présence de réverbères pour l'éclairage au gaz sur le pont de Waterloo. Titre manuscrit au dos. Piqûres et quelques auréoles dans la partie haute du dessin.

[ANONYME].

[BESANCON] Plan de Besançon.

Besançon, Ch. Marion, [vers 1880]. En 8 sections montées sur toile et pliées, formant un plan de 322 x 367 mm.

Plan de la ville de Besançon figurant les monuments antiques et modernes, dressé et lithographié d'après les plans de L. Rouzet, ingénieur-voyer de la ville. Trois éléments permettent de le dater vers 1880 : la synagogue, présente sur le plan, construite entre 1869 et 1871 ; en revanche la gare de la Mouillère, inaugurée en 1884, n'y figure pas, et la place de l'Abondance n'a pas encore été baptisée place de la Révolution, elle le sera en 1904. Avec liste des monuments antiques (signalés en rouge) et modernes. Bel exemplaire en coloris de l'époque.

[ANONYME].

[Carte des environs de Paris].

[circa 1820]. En 40 sections montées sur toile et pliées, formant une carte de 0,77 x 1,25 m ; étiquette au dos de l'éditeur Simonneau.

Belle et grande carte très détaillée figurant Paris et ses environs, s'étendant du nord au sud entre Pontoise et Montlhéry, et d'ouest en est entre Rambouillet et Meaux. Les villes principales sont aquarellées en rose, avec au centre de la carte un plan de Paris aquarellé de même. Bel exemplaire finement aquarellé à l'époque.

[ANONYME].

Afbeeldinge van't zeer vermaarde Eiland Geks-Kop. Gelegen in de Actie-zé, ontdekt door Mons.r Lau-rens, werdende bewoond door een verzameling van alderhande Volkeren, die men dézen generalen Naam (Actionisten) geeft.

[circa 1720]. 284 x 227 mm.

Le Mississippi Bubble, ou première grande faillite bancaire en France. L'une des plus célèbres curiosités cartographiques illustrant les activités de la Compagnie Française en Occident et les événements sur l'énorme spéculation financière autour du "projet Mississippi", surnommé le "projet véreux du Mississippi" ou "Mississippi Bubble", qui s'acheva par la faillite de la Compagnie et celle de nombreux investisseurs en Europe. En août 1717, l'homme d'affaires écossais John Law, alors ministre des Finances du royaume de France, prend le contrôle de la Mississippi Company fondée en 1684 et la rebaptise Compagnie Française en Occident (ou Compagnie du Mississippi). Son objectif initial était de faire commerce avec les colonies françaises en Amérique du Nord, qui comprenaient une grande partie du bassin de la rivière Mississippi et la colonie française de la Louisiane. Par le biais d'une publicité exagérée et afin d'attirer les investisseurs, John Law surévalua la richesse effective de la Louisiane, ce qui entraîna, à l'été 1720, la faillite de la Compagnie. Sur le modèle des placards d’actualité lancés aux Pays-Bas au XVIIème siècle, cette gravure est composée de deux parties : en tête, on trouve la vue, en pied, le texte légendant l’image, composé de deux colonnes. L'illustration montre une île en forme de tête de bouffon, baignant dans la Mer des Actions, avec au centre de l'île la ville de Quinqempoix, en référence à la rue Quincampoix qui était alors le siège de la banque fondée par John Law pour le projet Mississippi. Autour de cette île figurent les petites îles de la Pauvreté, de la Tristesse et du Désespoir. De chaque côté de la carte figurent deux vignettes, l'une montrant des actionnaires et investisseurs, furieux, manifestant devant le siège de la banque, l'autre montrant un investisseur désemparé fuyant ses créanciers sur un char à voile. Bel exemplaire, infimes rousseurs.

[ANONYME].

Plan de Lille de la citadelle et banlieue de la ville et de ses environs.

1784. 550 x 765 mm.

Très beau plan figurant la ville et la citadelle de Lille, orné d'un grand cartouche de titre et d'une vue de la ville prise du côté de la Porte des Malades. Sur les côtés figure une liste numérotée renvoyant aux bâtiments principaux des 7 paroisses de la ville et à ceux de la citadelle. Très bel exemplaire, replié.

[BOURRUT LÉMERIE].

[JEU de CARTES des DÉPARTEMENTS] Analyse géographique des départements de la France.

Paris, [1836]. Jeu de cartes (13,2 x 8,2 cm) dans dans sa boîte d'origine (16 x 12 cm) en carton recouverte de papier rouge, avec carte de titre aquarellée collée sur le couvercle.

Troisième édition de cette suite de cartes éducatives dédiées aux départements français, bien complète de ses 90 cartes comprenant 4 cartes numérotées de I à IV, dont une carte avec le titre, portant la mention de 3me édition, une carte d'avertissement, une carte de distribution, une carte avec la liste des départements, et 86 cartes des départements numérotées de 1 à 86. Chaque département est représenté par une carte géographique entourée d'attributs représentatifs de la région et du nom des ses hommes célèbres. Un texte de présentation géographique et administrative du département occupe la partie inférieure. La numérotation des départements ne suit pas un ordre alphabétique mais géographique. La dernière carte numérotée 86 représente la Corse. La première édition de ce jeu avait paru à Paris chez Bourrut Lémerie vers 1819, la seconde en 1830 par le même éditeur. Cette troisième édition sans nom d'éditeur, a été augmentée et enrichie des éléments décoratifs entourant les cartes. Les départements français furent créés peu après le début de la Révolution française, par décret du 22 décembre 1789 pris par l'Assemblée constituante, afin de remplacer les provinces de France jugées contraires à l'homogénéité de la nation. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790. Initialement au nombre de 83, trois autres départements vinrent s'ajouter entre 1791 et 1793 : le Vaucluse regroupant Avignon et le Comtat Venaissin annexés en 1791, puis le département du Mont-Blanc, lorsque la Savoie fut incorporée à la France en 1792 ; le troisième département fut créé en 1793, lorsque le département du Rhône-et-Loire fut scindé en deux. Leur nombre atteignit 133 départements en 1812, lors des conquêtes napoléoniennes. À la chute de l'Empire, en 1815, la France revint au nombre initial de 86 départements. Cartes en bonne condition, petites rousseurs ou taches pour une quinzaine d'entre elles. Boîte usagée.

[RUSSIE].

Carte des gouvernemens européens de l'empire de Russie avec les parties voisines de la Russie asiatique, de la Turquie, de l'Autriche, de Varsovie et de la Prusse, réduite d'après la grande carte, publiée au Dépôt Impérial à St. Pétersbourg. - Allgemeine Charte von dem russisschen Reiche in Europa nebst den angränzenden Theilen von Schweden, Preussen, Pohlen, Osterreich und der Türkey, nach der grossen russischen Charte von Suchtelen und Oppermann.

Wien, Kunst und Industrie Comptoir, Vienne et Pesth, Au Bureau d'Industrie, 1812. En 60 sections montées sur toile, formant une carte de 1,48 x 1,27 m ; sous chemise et étui de papier marbré.

Belle carte murale figurant l'empire de Russie en Europe, publiée l'année même de la Campagne de Russie. Elle a été dressée d'après la "Carte générale de l'Empire de Russie et des frontières voisines", en 113 feuilles et en langue russe, commencée en 1801 et terminée en 1804 par le quartier-maître-général Suchtelen et le général-major Karl Oppermann, publiée par le Dépôt des Cartes Impériales à Saint-Pétersbourg. Elle s'étend d'ouest en est entre la Valachie et les villes de Tjumen et Kurgan en Russie, et du nord au sud entre la Finlande et la Mer Noire et la Mer d'Aral. Bel exemplaire aux contours coloriés à l'époque. Défauts d'usage à l'étui.

AA (Pieter van der).

[SARDAIGNE] Insula et regnum Sardiniae.

Leide, [circa 1720]. 302 x 376 mm.

Belle carte gravée de la Sardaigne, ornée d'un médaillon figurant un personnage et un cerf. Légères rousseurs, fausse pliure le long de la pliure centrale.

AA (Pieter van der).

La France.

Leyde, Pierre Vander Aa, [circa 1730]. 223 x 296 mm.

Carte de la France, dressée d'après les observations de l'Académie Royale des Sciences, ornée d’un cartouche de titre décoré de personnages, d'armoiries et d'attributs militaires. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der).

L’Afrique.

Leyde, Pierre Vander Aa, [circa 1730]. 224 x 299 mm.

Belle carte du continent africain, dressée d'après les observations de l'Académie Royale des Sciences, et ornée d’un cartouche de titre décoré de personnages et animaux. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der).

L’Inde de ça le Gange.

Leyde, Pierre Vander Aa, [circa 1730]. 223 x 298 mm.

Belle carte de l'Inde, ornée d'un ravissant cartouche de titre illustré de scènes. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der).

Nova delineatio totius orbis terrarum - Nouveau carte du monde.

Leide, vers 1720. 260 x 345 mm.

Belle mappemonde publiée par van der Aa à Leide vers 1720. Cette carte est une réduction de la grande mappemonde de Arnold Colom publiée vers 1655 (Shirley, 395). Une première version réduite de la carte de Colom fut publiée par Jacob van Meurs en 1660. Dans le style des mappemondes de cette époque, elle est ornée de six figures allégoriques symbolisant le Jour et la Nuit, et les quatre éléments. D'un point de vue géographique, la Californie est représentée comme une île, tandis que les contours de l'Australie, toujours rattachée à la Nouvelle-Guinée, et de la Nouvelle-Zélande, respectivement Hollandia Nova et Zelandia Nova, sont partiellement dessinés, avec la pointe sud de la Tasmanie ou Terre de van Diemen. Très belle impression, exemplaire parfait, replié.

AA (Pieter van der);

La Chine.

Leide circa 1730 222 x 298 mm.

Carte figurant la Chine, la Corée du Sud et les îles de Taiwan et Hainan, ornée d’un joli cartouche de titre animé de personnages. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der);

La Floride.

Leide circa 1730 222 x 298 mm.

Très belle carte du sud des États-Unis avec la Floride, le Mississippi et le Texas, probablement basée sur la Carte du Mexique et de la Floride de Guillaume de l’Isle. Elle est ornée d’un ravissant cartouche de titre animé de deux Indiens. Bel exemplaire. Rare. Cumming, 155.

AA (Pieter van der);

La Pologne.

Leide circa 1730 222 x 296 mm.

Carte de la Pologne, ornée d’un joli cartouche de titre animé de personnages. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der);

Le Brésil.

Leide circa 1730 223 x 297 mm.

Bel exemplaire.

AA (Pieter van der);

Le Cap de Bonne Espérance.

Leide circa 1730 223 x 297 mm.

Carte ornée d’un joli cartouche de titre surmonté d’un lion et d’un tigre, et illustré d’une vue de Table Bay et de l’habitation du gouverneur du Cap. Bel exemplaire. Tooley, MCC n°6, Early Maps and Views of the Cape of Good Hope, 10.

AA (Pieter van der);

Mexique ou Nouvelle Espagne.

Leide circa 1730 223 x 297 mm.

Carte du Mexique et de l’Amérique Centrale jusqu’au Costa Rica, ornée d’un cartouche de titre figurant le conquistador espagnol Hernan Cortez ayant capturé deux Aztèques. Bel exemplaire.

AA (Pieter van der);

Turquie en Europe.

Leide Pierre van der Aa circa 1720 224 x 297 mm.

Belle carte de la Grèce avec l'ouest de la Turquie, ornée d'un cartouche de titre animé de plusieurs personnages. Bel exemplaire.

ABBEVILLE. MANUSCRIT.

Abbeville capitale du Ponthieu, dans la province de Picardie, diocèse et baillage d'Amiens, sur la rivière de Somme.

1790. 282 x 870 mm.

Beau dessin à la plume et encre de Chine, d'une vue cavalière de la ville d'Abbeville, dans la Somme. La vue est prise depuis le nord de la ville : on y voit la rivière Novion au premier plan, l'enceinte avec la porte Marcadet, et la Somme qui sort de la ville sur la droite du dessin. Derrière les murs de la ville, le dessin des églises est particulièrement soigné, et l'on reconnaît très bien l'église Saint-Vulfran au centre. Des lettres et des chiffres sur le dessin renvoient à une légende placée sous le dessin. La vue est ornée, en haut à gauche du titre, des armoiries de la ville accompagnées de sa devise Fidelis (Je suis fidèle). Déchirures habillement comblées dans le ciel et au centre, le dessin est doublé avec les marges renforcées.

ACHIN.

Nouvelle Carte routière du voyageur aux environs de Paris contenant : les départements de la Seine, de Seine et Oise et partie de ceux adjacens ; la seule ornée des vues des principaux monumens qui s'y trouvent situés. Revue et augmentée par Achin.

Paris, Le Roi, 1827. 797 x 783 mm, monté sur toile.

Très rare carte de forme circulaire, figurant Paris et ses environs, dressée à l'usage des voyageurs. Très détaillée, elle donne, dans un rayon de huit lieues, toutes les communes, châteaux et fermes des environs de Paris, les chef-lieux de justices de paix, les bureaux de poste aux lettres, les lieux d'étape, etc. Elle est ornée de 25 vignettes représentant les principaux monuments de Paris et ses environs : La Malmaison, Manufacture de Jouy, aqueduc d'Arcueil, Manufacture Royale de Porcelaine, Château de Versailles, ancien Château de Meudon, maison de Boileau, Palais des Tuileries, etc. Le plan est accompagné d'un tableau chronologique des principales foires se tenant aux environs de Paris, avec indication des voitures qui les desservent, et de deux petites cartes des routes et des lieux de poste aux environs de Paris, et des routes et des lieux d'étapes aux environs de Paris. Traces de pliures anciennes avec très petit manque à l'une d'elles. Bon exemplaire.

ACKERMANN (René).

[JEU de l'OIE/JEU CHINOIS] Chinesen-Spiel.

Wissembourg, R. Ackermann, [circa 1900]. 394 x 314 mm.

Jeu de l'oie en langue allemande, lithographié en couleurs, composé de 63 cases numérotées, certaines figurant des personnages ou bâtiments chinois. La dernière case au centre montre un Chinois fumant une pipe à opium. Les règles du jeu sont données au bas du jeu. Bel exemplaire.

ACKERMANN (René).

[JEU de l'OIE] Gänse-Spiel.

Wissembourg, R. Ackermann, [circa 1900]. 303 x 389 mm.

Jeu de l'oie en langue allemande, lithographié en couleurs, composé de 63 cases numérotées. Les règles du jeu sont données au centre du jeu. Les coins sont illustrés de scènes d'enfants. Bel exemplaire.

ACKERMANN (René).

[JEU de l'OIE] Neues Gänsespiel.

Wissembourg, [circa 1900]. 393 x 310 mm.

Jeu de l'oie en langue allemande, lithographié en couleurs, composé de 100 cases numérotées. Bel exemplaire.

ACKERMANN (René).

[JEU de l'OIE] Neues Hintz- und Peter-Spiel.

Wissembourg, R. Ackermann, [circa 1900]. 370 x 300 mm.

Jeu de l'oie en langue allemande, lithographié en couleurs, composé de 85 cases de quatre couleurs. La dernière case au centre représente les deux personnages Hintz et Peter avec le commentaire "Bravo ! Le gros lot a été remporté !". Les règles du jeu sont données au bas du jeu. Bel exemplaire.

ACKERMANN (René).

[JEU] Mensch ärgere dich nicht ! Ne te fâche jamais !.

[Wissembourg, circa 1910]. 363 x 301 mm.

Jeu en allemand et en français, lithographié en couleurs. Le jeu "Mensch ärgere dich nicht", en français "Ne vous fâchez pas" ou "T'en fais pas" est un jeu dont le titre même s'attaque à la colère que peuvent provoquer les jeux de société. Le principe est simple : le premier joueur à déplacer toutes ses pièces de l'autre côté du plateau gagne. Le jeu a été inventé entre 1907 et 1908 par l'allemand Josef Friedrich Schmidt. Bel exemplaire.

ADAM (Victor-Jean).

L'Estafette. La Estafeta. Mail coach.

Paris, L. Turgis J.ne, vers 1830. 337 x 448 mm.

Lithographie en coloris de l'époque d'après un dessin de Victor Adam. Signée en bas à gauche. Exemplaire à très grandes marges. Rousseurs claires.

ADAM (Victor-Jean).

La Chaise de poste. La Silla de posta. Post chaise.

Paris, L. Turgis J.ne, vers 1830. 333 x 446 mm.

Lithographie en coloris de l'époque d'après un dessin de Victor Adam. Signée en bas à droite. Exemplaire à très grandes marges. Petites rousseurs claires dans les marges.

ADAM (Victor-Jean).

La Diligence. La Diligencia. Stage coach.

Paris, L. Turgis J.ne, vers 1830. 333 x 447 mm.

Lithographie en coloris de l'époque d'après un dessin de Victor Adam. Sur la diligence figure le nom de "Rue Notre Dame des Victoires", d'où partaient les messageries impériales. Signée en bas à gauche. Exemplaire à très grandes marges. Petites rousseurs claires, essentiellement dans les marges.

ADAM (Victor-Jean).

La Malle-poste. El Coche correo. Post chaise with 5 horses.

Paris, L. Turgis J.ne, vers 1830. 332 x 446 mm.

Lithographie en coloris de l'époque d'après un dessin de Victor Adam, figurant la malle-poste de Saint-Etienne. Signée en bas au centre. Bel exemplaire à très grandes marges.

AGNELLI (Federico);

[MILAN] Il Duomo di Milano.

Milano 1698 330 x 485 mm.

Estampe figurant le Dôme de Milan, gravée par Federico Agnelli. Bel exemplaire.

AGUIRRE (Domingo de);GIL (Geronimo Antonio);

La Plaza de S. Antonio en el R. sitio de Aranjuez. Vista desde la entrada por el puente de Barcas.

Madrid 1773 523 x 725 mm.

Belle vue de la ville d'Aranjuez, gravée par Geronimo Antonio Gil d'après un dessin du capitaine d'infanterie Domingo de Aguirre. La vue est prise depuis le pont de Barcas et montre la place de San Antonio, aujourd'hui nommée Jardin del Parterre, et au second plan le Palacio Real ou Palais Royal. Le Palais Royal d'Aranjuez, ville située à quelques kilomètres au sud de Madrid, est une des résidences du roi d'Espagne. Commandé par Philippe II et achevé sous le règne de Philippe VI, il est inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Pliure centrale restaurée avec de très petits manques.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

[Carte des marais et canaux entre Arles et Aigues-Mortes].

[circa 1750]. En 2 feuilles jointes de 0,39 x 1,12 m.

Grande carte manuscrite, encre noire et lavis, de la région comprise entre Arles à l'est, et Aigues-Mortes et le fort de Peccais à l'ouest, et portant la partie amont du Petit-Rhône, l'emplacement des villes, les étangs de Coute et d'Escamandre, les marais et le réseau de canaux qui les relient (du Bourgidou, la Grande Ravine, la Radelle, Varene, Sylveréal, robine de S. Gilles), et la Vistre. Titre au dos, d'une écriture postérieure: marais de Beaucaire et canaux de dessèchement. L'échelle est en toises. Belle condition, replié.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

[Fort de Peccais et marais salant de l’Abbé].

[circa 1720]. 430 x 384 mm.

Beau plan manuscrit, encre et aquarelle, d’une partie des marais de la Petite Camargue près d’Aigues-Mortes. Y figurent le plan du fort de Peccais (aujourd’hui en ruine) avec ses bastions, le plan des bâtiments intérieurs, et les deux fossés qui l’entourent, les jardins et cultures à l’est du fort, le chemin qui mène à Aigues-Mortes, la jonction des canaux de Bourgidou et de Sylvéréal, le marais de Calvière et une partie du salin de l’Abbé avec ses bassins (partènements et tables) et le plan de plusieurs bâtiments. En 1248, Saint-Louis acheta une partie des terres de Peccais à l'abbaye bénédictine de Psalmody (qui exploitait le sel sur ce territoire) et fit construire la ville d'Aigues-Mortes. L'abbaye créa alors un nouveau salin qui prit le nom de salin de l'Abbé. Puis le fort de Peccais fut construit en 1568 pour protéger les marais salants et les canaux qui permettaient le transport du sel, dont le roi avait le monopole de la distribution et dont il tirait des revenus importants grâce à l'impôt de la gabelle. Vers la même époque, l'abbaye de Psalmody fut sécularisée, ses bâtiments abandonnés, et le marais de l'Abbé devint propriété de l'évêché d'Alès, qui l'exploite toujours au moment où ce plan est réalisé. Quelques rousseurs et une tache d’encre noire.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

Carte des environs d'Aiguesmortes.

[circa 1820]. 327 x 330 mm.

Carte manuscrite sur papier, comprenant la région délimitée au sud par la rive de la Méditerranée avec le Grau du Roi, le Petit Rhône à l'est, Le Cailar au nord, l'étang de Mauguio, le canal de Lunel et Marsillargues à l'ouest, correspondant à la Petite Carmargue. Y sont figurés le littoral, les chemins, les canaux, les étangs, les marais salants, et Aigues-Mortes qui est au centre de la carte. Avec la mention manuscrite «dessiné par F. V. Bain» en bas du dessin. La carte est orientée, l'échelle est en mètres. Condition excellente.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

Plan de la ville [d'Aigues-Mortes].

[circa 1880]. 390 x 560 mm.

Carte manuscrite, encre noire et aquarelle, de la ville d'Aigues-Mortes, portant le détail de l'enceinte, avec ses portes et ses tours, la tour de Constance, les rues, et le parcellaire avec les parties bâties. L'échelle est en mètres, au 1/1250.

AIGUES-MORTES. MANUSCRIT.

Plan géométrique du domaine de Labadier appartenant à Mrs les héritiers de Louis Mourgues.

[circa 1840]. 543 x 725 mm, sur papier calque et monté sur papier.

Plan manuscrit, encre brune et lavis, de la région comprise entre les canaux de Saint-Jean, de Peccais à Sylveréal, le Petit Rhône et la Méditerranée (correspondant à la Petite Camargue), et portant les étangs, les herbage, les pinèdes, les salines, et les chemins. Les limites des propriétés sont marquées d'un trait rouge avec le nom de leurs propriétaires. L'échelle est en mètres. Traces de pliures ; décharge de quelques indications inscrites à l'encre noire. Quelques petits trous dans le papier dus à l'encre noire utilisée.

AIR FRANCE.

AIR FRANCE. Réseau Aérien Mondial.

Paris, Perceval, 1956. Lithographie en couleurs de 477 x 704 mm.

Belle affiche publicitaire figurant le réseau aérien de la compagnie Air France dans le monde, réalisée et publiée en 1956. Les lignes en exploitation sont indiquées par un trait en continu, les lignes en projet par un trait en pointillé. Ces dernières concernent notamment les Etats-Unis et l'Australie. La carte est ornée d'une rose des vents avec le logo Air France en son centre, et de deux avions de ligne de la flotte Air France, le Super Constellation Lockheed, construit en 1952 pour les longs courriers, et le Vickers Viscount, construit en 1953 pour les moyens courriers. Au bas de la carte figure le slogan "Sur le plus long réseau du monde, les appareils les plus modernes", et en anglais "On the world's largest air network, the world's best new aircraft". Bel exemplaire, non entoilé.

AIR FRANCE.

Réseau Aérien Postal. Air France.

Paris, Perceval, 1948. Lithographie en couleurs de 585 x 955 mm.

Belle affiche publicitaire figurant le réseau aérien de la compagnie Air France dans le monde, réalisée et publiée en 1948. Elle est ornée d'une rose des vents avec le logo Air France en son centre. Les lignes en exploitation sont indiquées par un trait en continu, les lignes en projet par un trait en pointillé, parmi lesquelles Singapour-Sydney ou Canton-Manille. En haut à droite figure une carte plus détaillée du réseau aérien en Europe. Dessinateur, graveur, affichiste et illustrateur français, Lucien Boucher (1889-1971) est surtout connu pour sa longue collaboration avec la compagnie Air France, pour laquelle il a réalisé une série d'affiches publicitaires et de planisphères en couleurs destinés à décorer les bureaux de vente de la société. Quelques rousseurs dans la partie gauche de la carte. Exemplaire en pleins coloris de l'époque, non entoilé.

ALGER. MANUSCRIT.

Vue d'Alger.

[circa 1820]. 443 x 466 mm, monté sur papier fort.

Dessin sur papier à l'encre de Chine, lavis et rehauts de couleur montrant une vue d'Alger depuis la mer, copié d'après une lithographie intitulée «Vue d'Alger imédiatement avant le bombardement par l'escadre anglaise, sous le lord Exmouth, le 27 août 1816» publiée à Paris, imprimerie de E. Ardit, 1816, et dessinée par Benj. Hayter, officier à bord de L'Impregnable. L'auteur du dessin a scrupuleusement copié son modèle, reprenant les lettres de renvoi et leur légende, sauf en ce qui concerne l'escadre anglaise : la mer et le port sont vides, et la légende commence à la lettre P car le début de l'alphabet a été utilisé pour nommer tous les navires de ladite escadre. Pour le titre et la légende, l'auteur a utilisé une encre qui a troué le papier, ces endroits ont été anciennement découpés et les parties manquantes réécrites sur des bandes de papier. Fente sans manque au milieu du dessin.

ALIBERT (Jean).

Nouveau Plan routier de la ville et faubourgs de Paris en 1780.

Paris, Alibert, Esnauts et Rapilly, 1780. En 24 sections jointes de 543 x 805 mm, monté sur toile.

Première édition de ce beau plan de Paris, orné d'un cartouche de titre aux armes de la ville de Paris, figurant un vaisseau, symbole de la corporation des marchands de l'eau qui donna ensuite naissance à la municipalité de Paris. Sur les côtés figure une table alphabétique des rues, paroisses, collèges, hôpitaux, édifices remarquables, places etc. Ce plan reproduit de très près le plan routier de Lattré publié entre 1768 et 1788 (Boutier, 286). Bon exemplaire. Boutier, 323A.

ALLARD (Carel).

[GIBRALTAR] De haven en straat van Gibraltar.

Amsterdam, [circa 1705]. 496 x 587 mm.

Très rare carte gravée figurant Gibraltar en 1704, ornée d'une vue du rocher et d'une scène de bataille navale. En carton en bas à droite, le détroit de Gibraltar. Fausse pliure verticale, mouillure claire dans le coin inférieur gauche, exemplaire colorié à l'époque.

ALLARD (Carel).

[ÎLES d'HYÈRES/FORT de BRÉGANÇON] Les isles d'Hyères et le Fort de Brégançon, et autres forces de Provence etc.

Amsterdam, [circa 1700]. 225 x 261 mm.

Très rare et belle carte figurant la baie de Hyères avec les îles de Porquerolles, de Port-Cros et du Levant, également appelée île du Titan. Au centre de la baie s'élèvent l'île et le Fort de Brégançon, ici orthographié Brigançon. L'île est encerclée de trois voiliers. Dans la baie sont mentionnés la Pointe de Loube, actuel Cap de Léoube, la Pointe de l'Argentière, les salines, la Tour de Gapeau, le Port de Pradines ou de la Badine, et le Cap de l'Estérel. La carte montre également la presqu'île de Giens, la plage de l'Almanarre, ici appelée Plage de la Manarre, la Pointe Escampo-Barriou appelée Cap de Scampebariou, et un groupe d'îlots nommés Les Frères. La partie haute de la carte est occupée par des plans des citadelles d'Aix, Saint-Tropez, Nice et Embrun, et une carte du Golfe de Grimaud ou Golfe de Saint-Tropez. Chacune des vignettes est accompagnée d'un texte en néerlandais. Très rare. Coloris de l'époque. Exemplaire bruni, piqûres dans la marge droite, marge supérieure coupée.

ALLARD (Carel);

[ANDALOUSIE] Nieuwe en nauwkeurige kaart ... van Spanje genaamt Andalusie ... en de stadt van Cadix ... en haven van Gibraltar.

Amsterdam R. et I. Ottens circa 1705 482 x 574 mm.

Rare carte gravée figurant l'extrême sud de l'Andalousie, avec représentations détaillées de Cadiz et Gibraltar. Bel exemplaire finement colorié à l'époque.

ALLARD (Carel);

[BELGIQUE/ANVERS] S.R.I. Antverpiae Marchionatus et dominium Mechliniae.

Amsterdam circa 1700 500 x 582 mm.

Carte gravée figurant les environs d'Anvers et de Malines. Les fortifications des villes principales comme Anvers, Malines, Hulst ou Dendermonde sont aquarellées en rouge. Bel exemplaire colorié à l'époque.