272 résultats

MILLET (Thomas).

Examen du rapport fait par M. Barnave à l'Assemblée Nationale, sur l'affaire de Saint-Domingue, rapport imprimé dans le Moniteur, seul écrit public où il ait paru.

Paris, Lejay, 1790. In-8 de 134 pp.; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin brun (reliure moderne).

Impression sur 2 colonnes, avec d'un côté le texte de Barnave (qui demandait la dissolution de l'Assemblée dissidente de Saint-Domingue, connu sous le nom d'Assemblée de Saint-Marc) et de l'autre le commentaire de Thomas Millet, l'un des chefs de file de cette Assemblée. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 6940. — Monglond, I, 934. — Inconnu de Sabin.

MILLIN (Aubin Louis).

Voyage en Savoie, en Piémont, à Nice et à Gênes.

Paris, C. Wassermann, 1816. 2 volumes in-8 de (2) ff., VI, II, 376 pp. - (2) ff., 415 pp. ; demi-basane brune, dos lisses ornés, pièces de titre de veau orange, tranches rouges (reliure de l'époque).

Edition originale, dédiée à l'abbé Andrès, bibliothécaire du roi, et secrétaire de l'Académie royale de Naples. Après avoir visité les départements du midi pour étudier les monuments, Millin entreprit, en 1811, un voyage en Italie. Parti de Paris, il s'arrêta dans les principales villes de France situées sur la route et entra en Italie par le Piémont. Après avoir passé l'hiver à Rome, il partit pour Naples, visita les deux calabres et fut de retour dans la capitale française en 1813. Par la suite il publia le récit de son séjour en Savoie et au Piémont en donnant des descriptions sur les villes de Chambéry, Turin ou encore Nice. Bel exemplaire. Légères rousseurs. Brunet, III, 1723 ; Fossati Bellani, 473.

MOREAU (Jacob Nicolas).

L'observateur hollandois. Sur l'état présent des affaires de l'Europe.

La Haye, [Paris], 1755-1759. 4 volumes in-12, demi-maroquin vert, dos lisses filetés or (reliure moderne).

Rare collection, bien complète des 46 lettres et notamment de la seconde partie de la vingt-troisième qui manque toujours. Ces lettres furent rédigées par Moreau, un juriste attaché au Ministère des Affaires étrangères, d'après les notes fournies par l'abbé de La Ville, premier commis du même ministère. Elles furent très vraisemblablement écrites et publiées avec l'accord du gouvernement, et, bien que se présentant comme impartiale, l'auteur (très bien renseigné par ailleurs) défend en fait le point de vue français contre celui de l'Angleterre. La série commence un an avant le début officiel de la Guerre de Sept ans (1756-1763), qui fut précédée par des accrochages entre Français et Anglais en Amérique du Nord, connus sous le nom de guerre franco-indienne. Dans le cours des lettres, l'auteur reviendra souvent sur la situation du Canada. On trouve relié entre les dix-huitièmes et dix-neuvièmes lettres: Essai de paraphrase de la réponse de M. de Hellen au mémoire de M. de Kauderbach. Liège, Pierre Marteau, 1756. 88 pp. imprimées sur 2 colonnes. Bien que ne faisant pas proprement partie de l'Observateur hollandois, cet ouvrage se trouve assez souvent relié avec lui. Bel exemplaire de cet ouvrage peu commun. Mouillure claire marginale au tome 4. Hatin, 61. — Ouvrage non cité dans les bibliographies usuelles telles que Sabin, Leclerc, Kress ou Ined.

MOREAU de JONNÈS (Alexandre).

Tableau du climat des Antilles, et des phénomènes de son influence sur les plantes, les animaux et l'espèce humaine.

Paris, imprimerie de Migneret, 1817. In-8 de (2) ff., 83-(1) pp.; demi-chagrin vert, dos à nerfs orné (reliure de la fin du XIXe siècle).

Première édition. Marin et officier d'état-major, Moreau de Jonnès passa de nombreuses années aux Antilles où il navigua dans toute la région. Il fut aide de camp de plusieurs généraux et amiraux, et participa à de nombreuses missions avant d'être fait prisonnier par les Anglais en 1809 et d'être emprisonné cinq années à Londres. Il rentra en France lors de la Restauration et fut chargé des travaux cartographiques et statistiques au ministère de la marine. Bel exemplaire. Leclerc, II, 3385. — Sabin, 50560.

MOREAU de SAINT-MÉRY (Médéric-Louis-Élie).

De la danse.

Parme, Bodoni, 1803. Petit in-4 (6 x 11,5 cm) de (4) ff., 61 pp.; cartonnage de papier marbré, dos lisse avec étiquette de titre imprimée, non rogné (reliure de l'époque).

Nouvelle édition, par Bodoni, d'un très rare petit ouvrage publié pour la première fois en 1797, soi-disant, à 12 exemplaires. L'auteur était un colon créole de La Martinique devenu député à l'Assemblée Constituante en 1789. Défenseur de la cause coloniale, il s'opposa à l'abolition de l'esclavage, et s'exila en Amérique. En 1798, protégé par Talleyrand, il revint en France et fut nommé, en 1801, administrateur général des états de Parme. Son ouvrage est un éloge de la danse telle qu'elle se pratiquait dans les colonies françaises des Antilles. Il y décrit avec précision les types de danses des créoles, des affranchis et plus particulièrement des esclave,s avec les chœurs de chanteurs et de chanteuses qui se répondent, les tambours et les guitares. Il est le premier à donner une description des danses vaudous. Bel exemplaire. Ex-libris gravé de la bibliothèque de Mme de Barante, probablement Marie-Césarine-Joséphine Houdetot (1794-1877), native de l'île Maurice, qui épousa, en 1811, l'historien Prosper Brugière de Barante (1782-1866). Cioranescu, XVIIIe siècle, 47253 (édition de 1801). — Max Bissainthe, 7022 (édition de 1801).

MOREAU de SAINT-MÉRY (Médéric-Louis-Élie).

Opinion sur la motion de M. de Curt.

Paris, Imprimerie Nationale, 1789. In-8 de 20 pp.

Discours prononcé devant l'Assemblée Nationale le 1er décembre 1789. Moreau de Saint-Méry dénonce l'ignorance par la métropole des affaires des colonies, et considérait que les décrets de l'Assemblée Nationale ne s'appliquaient pas aux colonies car aucune mention particulière sur ce point n'y figurait. Il termine en demandant "de leur donner le comité particulier qu'elles réclament", et qui est l'objet de la motion de M. Curt présentée à l'assemblée le 27 novembre 1789. Bon exemplaire. Ryckebusch, 5833. — Inconnu de Monglond et de Sabin.

MORENAS (Joseph-Elzéar).

Seconde pétition contre la traite des Noirs, présentée à la Chambre des Députés, le 19 mars 1821, et à celle des Pairs, le 26.

Paris, Mme Jeunehomme-Crémière, 1821. In-8 de (1) f., 62 pp.; cartonnage marbré, titre au dos (reliure moderne).

Première édition. Envoyé au Sénégal comme botaniste pour tenter d'y introduire de nouvelles espèces, l'auteur fut épouvanté par les conditions dans lesquelles la traite des esclaves, pourtant interdite, était pratiquée par des armateurs français. En 1820, il publia une première pétition aux députés dénonçant ces abus mais le ministre de la marine s'étant contenté de destituer plusieurs employés que l'auteur avait accusé de complicité, il publia cette seconde pétition pour que soit réellement mit fin à la pratique de la traite. Bon exemplaire. Ex-libris manuscrit sur la couverture du comte Jean Pelet de la Lozière (1759-1842), pair de France. Mouillure claire marginale. Ryckebusch, 5852.

MORLAND (George).

Traite des Nêgres. Quel contrat infame, l'un marchande ce qui n'appartient à personne, l'autre vend la propriété de la nature. - L'Africain hospitalier. Les Noirs sont d'un caractère doux et humain, au milieu des horreurs de la guerre, ils sont toujours restés fidels à la France, j'apporte ici leur serment de vivre et de mourir français : législateurs rendez nos frères à leurs droits naturels, et vos noms y seront bénis.

1794-1795. Ensemble de 2 gravures au pointillé (env. 41,5 x 48,5 cm.).

Ces deux gravures sont l'œuvre de Mlle Rollet dite "la citoyenne Rollet", et furent exécutées, pour la première, d'après une toile de 1788 du peintre anglais George Morland, intitulée Execrable Human Traffick, or The Affectionate Slaves, et pour la seconde, en 1790, intitulée African Hospitality. La première gravure représente une scène où figurent des marchands d'esclaves européens négociant des esclaves africains. Cette gravure dénonçant le commerce des esclaves noirs fut réalisée en 1794, en hommage à la première abolition de l'esclavage dans les colonies françaises par la Convention Nationale le 4 février 1794. Puis l'esclavage fut restauré en 1809. Le commerce d'esclaves fut aboli en 1818, mais l'émancipation générale ne fut décrétée qu'en 1848. La seconde gravure, anti-esclavagiste, représente une famille noire recueillant des naufragés blancs. La scène est inspirée de l'histoire du Grosvenor, vaisseau de la Compagnie des Indes, qui fit naufrage le 4 août 1782 au large de la côte sud-africaine. Bon exemplaire. Quelques restaurations dans les marges. Lescot, Haïti, Images d'une colonisation 1492-1804, pl. 28.

MORNY (Auguste de).

Question des sucres.

Paris, Félix Locquin et compagnie, 1839. In-8 de 46 pp.; cartonnage gris à la bradel, titre en long au dos (reliure moderne).

Question des sucres. Première édition. Député du Puy-de-Dôme, et chargé de la défense de l'industrie sucrière indigène, Morny publie ici les meilleurs passages de plusieurs articles parus dans le Messager. Bel exemplaire. Ryckebusch, 5863.

MURPHY (James Cavanah).

Voyage en Portugal à travers les provinces d'Entre-Douro et Minho, de Beira, d'Estramadure et d'Alenteju, dans les années 1789 et 1790; contenant des observations sur les mœurs, les usages, le commerce, les édifices publics, les arts, les antiquités, etc. de ce royaume.

Paris, Denné jeune, 1797. 2 volumes in-8 de xvj-218 pp. — viij-290 pp.; veau porphyre, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin vert, roulette encadrant les plats, coupes filetées, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition in-8 (publiée en même temps que l'in-4). Elle est illustrée de 23 planches gravées dépliantes (plan de Lisbonne, bâtiments, inscriptions, costumes). En 1788, à la demande de William Conyngham, l'architecte James Murphy se rendit au Portugal pour y étudier le monastère et l'église de Bathala, chef d'œuvre de l'architecture gothique du Portugal. Puis il visita Lisbonne et les provinces méridionales, et revint à Londres en 1790. Le récit de ses voyages donne une intéressante description d'un pays souvent ignoré par les artistes et les voyageurs. Bel exemplaire. Quelques rousseurs, plus prononcées à certains feuillets. Brunet, III-1955. — Graesse, IV, 631. — Monglond, IV, 179.

MÉRILHOU (Joseph).

Rapport fait à la chambre par M. Mérilhou, au nom d'une commission spéciale chargée de l'examen du projet de loi tendant à modifier les articles 2 et 3 de la loi du 24 avril 1833 sur le régime législatif des colonies.

1844. In-8 de 62-(2 bl.) pp. ; cartonnage de papier marbré, titre au dos (reliure moderne).

Rapport lu à la chambre des pairs, lors de la séance du 3 juillet 1844, par le rapporteur d'une commission de sept membres (parmi lesquels le duc de Broglie et le baron Dupin) chargée d'examiner un projet de loi du gouvernement sur les colonies. En désaccord avec le gouvernement, la commission recentra le projet sur le statut des esclaves, dont elle souhaitait améliorer les conditions de vie. [Joint:] - Supplément au rapport fait à la chambre par M. Mérilhou, au nom d'une commission spéciale chargée de l'examen d'un projet de loi tendant à modifier les articles 2 et 3 de la loi du 24 avril 1833 sur le régime législatif des colonies. Sans lieu ni date. 32 pp. La cession de 1844 se termina sans que la modification de la loi ait été votée, la commission présenta de nouveau son projet, avec de petites modifications qui sont détaillées dans ce rapport. Bon exemplaire. Petites tâches sur le premier feuillet. Ryckebusch, 5672, 5673. — Sabin, 47968 (pour le rapport, le supplément n'est pas mentionné).

NIEBUHR (Carsten).

Description de l'Arabie, d'après les observations et recherches faites dans le pays même.

Copenhague, Nicolas Möller, 1773. In-4 de (1) f., xliij-(3)-372 pp.; veau bleu, dos à nerfs orné, roulette encadrant les plats, coupes et chasses ornées, tranches mouchetées (reliure du XIXe siècle).

Première édition française, traduite de l'allemand par Ferdinand-Louis Mourier. Elle est illustrée d'une grande carte dépliante du Yemen avec les contours rehaussés, d'un tableau généalogique dépliant, et de 24 planches gravées dont 10 dépliantes (objet, costume, écriture et inscriptions, monnaies, monuments, cartes). Mathématicien, cartographe et astronome, Niebuhr reçut en 1758 l'offre de faire partie de l'expédition que le gouvernement danois envoyait en Arabie. Le 7 janvier 1761, il partit de Copenhague en compagnie de l'orientaliste von Haven, du naturaliste Forskaal, du médecin Cramer et du peintre Baurenfeind. En 1765, resté l'unique survivant de toute l'expédition après la disparition de ses compagnons, Niebuhr visita Surate et Maskat, la Perse, passa ensuite par Bassora, Bagdad, l'île de Chypre, la Palestine, Damas et Constantinople. Ce n'est qu'en novembre 1767 qu'il revint à Copenhague. Bon exemplaire, à grandes marges, avec l'ex-libris de Armand de Saint-Ferriol (1817-1880), frère de Louis de Sain-Ferriol, qu'il accompagna lors de son voyage en Égypte, en 1842. (n° 1669 du catalogue de la vente de sa bibliothèque à Grenoble en 1881). Dos légèrement passé. Brunet, IV, 74. — Boucher de La Richarderie, IV, 441. — Chadenat, 1941. — Gay, 3589. — Hage Chahine, 3441.

NIEKAMP (Johann Lucas).

Histoire des voyages que les Danois ont fait dans les Indes Orientales, depuis l'an 1705 jusqu'à la fin de l'année 1736.

Genève, Henri-Albert Gosse & Comp., 1747. 3 volumes in-8 de (1) f., xxxvj-244 pp. — (1) f., 282 pp. — (1) f., 202-(1) pp.; basane marbrée, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, coupes ornées, tranches bleues mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition de 1745 avec des titres de relais datés de 1747. En effet, cet ouvrage fut d'abord publié sous le titre d'Histoire de la mission danoise dans les Indes orientales. L’ouvrage fut traduit de l’allemand par Benjamin Gaudard. Il retrace l’histoire, entre 1705 et 1736, de la colonie danoise et des missionnaires évangéliques de Tranquebar dans le sud de l’Inde. Bon exemplaire. Légères rousseurs. Boucher de La Richarderie, V, 25. — Brunet, VI, 28154. — Chadenat, 6381.

PAGUENAUD (Jean Louis).

Guerrier Dankali. Côte orientale d'Afrique.

Vers 1940. Deux dessins originaux sur papier (320 x 235 mm), signés et légendés.

Représentation de deux guerriers Dankali, tribu originaire de Djibouti. Les deux dessins sont signés de Jean-Louis Paguenaud (1876-1952). Nommé peintre officiel de la marine en 1922, il voyagea en Amérique du Sud, en Amérique Centrale, en Asie et en Afrique. Chaque dessin comporte un envoi du dessinateur daté de 1943. Quelques piqûres affectent les dessins.

PALACIO FAJARDO (Manuel).

Esquisse de la révolution de l'Amérique espagnole, ou récit de l'origine, des progrès et de l'état actuel de la guerre entre l'Espagne et l'Amérique espagnole, contenant les principaux faits et les divers combats, etc., etc.

Paris, P. Mongie l'aîné, 1817. In-8 de vj-359-(1) pp.; demi-veau moucheté, dos lisse orné, pièce de titre rouge (reliure de l'époque).

Première édition française. Docteur en droit et en médecine, l'auteur prit part, en 1810, à la première révolution qui proclama l'indépendance du Venezuela. Il dut fuir en 1812 lors de la reconquête espagnole et se réfugia dans l'Etat libre de Carthagène des Indes, qui le chargea d'une mission diplomatique pour obtenir la reconnaissance de l'indépendance des colonies espagnoles. Par la suite, il se rendit à Washington, puis, après le refus des Etats-Unis, en France et en Angleterre. Son ouvrage , publié à Londres en 1817, fut rapidement traduit en français et en allemand. En 1818, il retourna au Venezuela avec une cargaison d'armes, fut nommé au gouvernement de Simon Bolivar mais mourut peu après. Bon exemplaire. Mouillure claire en fin de volume. Sabin, 58266.

PALGRAVE (William Gifford).

Une année de voyage dans l'Arabie centrale (1862-1863).

Paris, L. Hachette, 1866. 2 volumes in-8 de (2) ff., xvj-346-(1) pp. — (2) ff., 429-(1 bl.)-(1) pp.; demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné, tranches dorées (reliure de l'éditeur).

Première édition française, traduite de l'anglais par Émile Jonveaux. Elle est illustrée d'un portrait de l'auteur, d'une carte sur double page, et de 4 plans. L'auteur vécut plusieurs années à Damas où il apprit la langue arabe, ce qui lui permit de voyager sous le costume traditionnel et de se présenter comme médecin de Syrie. Il fut l'un des premiers voyageurs à visiter l'intérieur de la péninsule arabique, la traversant en diagonale depuis la pointe de la mer Morte jusqu'à la côte d'Omân en passant par Bahreïn et le Qatar. Bel exemplaire. Quelques rousseurs à deux planches. Gay, 3696. — Hage Chahine, 3528.

PASSERAT de LA CHAPELLE (Claude-François).

Réflexions générales sur l'isle Minorque; sur son climat, sur la manière de vivre de ses habitans, & sur les maladies qui y règnent.

Paris, Veuve d'Houry, 1764. In-12 de (1) f., x-133-(2) pp.; veau marbré, dos lisse orné, coupes filetées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition, rare. L'auteur fut nommé médecin de l'armée du roi en 1756 à Minorque occupée par les Français durant la guerre de Sept Ans. Il décida alors "d'examiner l'exposition des différents quartiers où les troupes étaient réparties, la nature du terrain, celle des eaux, & le genre de vie des habitants, espérant [se] mettre par là en état de mieux connaitre les causes & les caractères des maladies qui pouvaient régner dans le pays, & y attaquer les soldats" (préface). Bel exemplaire. Coiffes et coins frottés.

PAUL (G.).

Affaire d'Haïti.

Paris, Renard, 1836. In-8 de (1) f., 43 pp. ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre (reliure moderne).

En 1825, le gouvernement français reconnut l'indépendance de Saint-Domingue, et le gouvernement d'Haïti s'engagea à verser une indemnisation aux colons expulsés de leurs terres. L'auteur dénonce la mauvaise volonté de l'état d'Haïti dans ce domaine, refait tout l'historique des relation avec l'île sur ce sujet depuis 1825, et invite le gouvernement français à faire pression pour qu'il paye sa dette. Bel exemplaire. Manque à Sabin.

PAVIE (Auguste).

Deux légendes cambodgiennes. Réachkol. Rot-Thi-Sen.

Saigon, Imprimerie du Gouvernement, 1884. In-folio oblong de (11) ff. ; plein chagrin rouge, dos à nerfs orné (reliure de l'époque, dos refait).

Exemplaire unique, réalisé spécialement pour le gouverneur de la Cochinchine, Charles Thomson. Il est constitué d'un tiré à part de deux légendes cambodgiennes extraites de l'ouvrage d'Auguste Pavie, Excursion dans le Cambodge et le royaume de Siam, imprimé et publié à Saîgon en 1884 et dédié au même gouverneur. L'illustration se compose de 58 dessins à l'encre de Chine et lavis, exécutés par un artiste local: un titre (en cambodgien) illustré pour chacun des contes, 20 dessins pour le premier et 36 pour le second. En 1883, lors de la réalisation de cet album, Auguste Pavie n'avait pas encore réalisé son grand voyage d'exploration du Laos. Il était un employé au service des postes et télégraphes, et était chargé de diriger le chantier de la ligne télégraphique entre Phnom Penh et Bangkok. Bel exemplaire.

PERROT (Nicolas).

Mémoire sur les mœurs, coustumes et religion des sauvages de l'Amérique septentrionale.

Leipzig & Paris, A. Franck, 1864. In-8 de viij-341-(1)-xlij pp.; demi-maroquin rouge, dos à nerfs, tête dorée, non rogné (reliure de l'époque de Petit).

Première édition, publiée et annotée par le père Jules Tailhan. Ouvrage faisant partie de la collection Bibliotheca Americana, collection d'ouvrages rares ou inédits sur l'Amérique. Son auteur, Nicolas Perrot, fut coureur des bois, puis interprète, et fréquenta, de 1665 à 1699, la région des grands lacs. Son mémoire, destiné à l'indendant du Canada, ne devait pas être publié (néanmoins, le père Charlevoix put le consulter pour son ouvrage sur la Nouvelle France). Il y décrit les mœurs des Amérindiens qu'il avait cotoyé, et plus particulièrement les Outaouais. Le prospectus de la collection, de 4 feuillets, est relié entre le faux-titre et le titre, les pages xli à xlii, correspondant à la table, sont reliées en début de volume, avant la préface. Bon exemplaire. Quelques piqûres dans les marges et sur les tranches. Sabin, 61022.

PETIT (Edouard).

En Océanie.

Paris, Charles Bayle, 1888. In-16 de 223-(1) pp.; demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couvertures conservées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition, illustrée de 4 figures par A. de Bar et G. de Mare. Originaire de Saint-Denis de la Réunion, l'auteur fut nommé commissaire adjoint de la marine en 1880 et fut affecté en Polynésie. Durant trois années, il navigua dan sle Pacifique, dont il tira ce petit ouvrage fait de récits de rencontres et d'anecdotes de voyage. Il visita successivement les îles de la Société, les Gambiers, les Tubai, Tahiti, les Marquises, Tuamotu, Wallis, Samoa et Tonga, et les îles Fidji. Bon exemplaire. Numa Broc, Océanie, p.313. — O'Reilly, Tahiti, 1344.

PEYRÉ (Aimé).

Civilisation de l'Afrique centrale, ou appel à la formation d'une société dont le but serait de substituer l'influence française à l'influence maure dans les contrées situées au nord de l'équateur.

Paris, Delaunay, 1832. In-8 de 70 pp. ; cartonnage de papier gris, titre au dos (reliure moderne).

Première édition, rare. L'auteur montre que la colonisation de l'Afrique équatoriale est non seulement possible, mais également souhaitable car «la couleur et la conformation physique des nègres ne sauraient être un obstacle invincible au développement de leurs facultés morales et intellectuelles» (page 21). Bel exemplaire. Quérard, VII, 107.

PEYSSONNEL (Charles le fils, comte de).

Essai sur les troubles actuels de la Perse, et de Georgie.

Paris, Desaint & Saillant, 1754. Petit in-8 de 155-(3) pp.; veau marbré, dos à nerfs orné au chiffre, pièce de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée de 2 planches dépliantes avec les généalogies des princes de Caket et de Carduel. Fils du diplomate et consul de France à Smyrne, Charles de Peyssonnel fut lui-même consul en Crimée, à La Canée puis à Smyrne. Il prit sa retraite et rentra en France en 1782 et publia plusieurs ouvrages, fruit de son expérience après plus de 35 ans passés dans l'Empire Ottoman. Bel exemplaire au chiffre de la famille Luynes et avec l'ex-libris armorié du château de Dampierre. Hage Chahine, 3674.

PHILLIP (Arthur).

Voyage du gouverneur Phillip à Botany-Bay, avec une description de l'établissement des colonies du port Jackson et de l'île Norfolk.

Paris, Buisson, 1791. In-8 de (2) ff., 443 pp.; demi-basane verte, dos lisse orné, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite de l'anglais par Aubin-Louis Millin. Récit de l'expédition vers l'Australie et des premières années, très difficiles, de la première colonie européenne qui y fut créée sous la direction du capitaine Arthur Phillip, premier gouverneur de la Nouvelle-Galles du sud et fondateur de la ville de Sydney. On trouve aux pages 376 à 430 une relation abrégée de la révolte du navire le Bounty commandé par le lieutenant Bligh. Bon exemplaire. Chadenat, 5107. — Ferguson, 90.

PONS (François-Raymond-Joseph de).

Question des hommes de couleurs, libres, ajournée à mercredi prochain 11 mai 1791.

Paris, imprimerie de L. Potier de Lille, 1791. In-8 de 7 pp.; cartonnage de papier marbré, pièce de titre en long au dos (reliure moderne).

L'auteur plaide pour l'ajournement du projet de loi qui proposait d'accorder des droits civiques aux hommes de couleurs dans les colonies. En effet, le nombre d'esclaves étant "dans une proportion effrayante avec les blancs […] c'est la grande distance que l'esclave apperçoit entre lui & le blanc qui écarte de son esprit toute idée de révolte. […] Mais l'anéantir subitement, seroit prononcer l'arrêt de mort contre tous les colons". Bon exemplaire. Max Bissainthe, 7434. — Ryckebusch, 6547. — Sabin, 64000.

PREZIOSI (Amadéo).

Costumes ottomans.

1871. Aquarelle originale signée et montée sur carton (25 x 18,5 cm), encadrée.

Très jolie aquarelle réalisée par Preziosi, représentant différents dignitaires de l'Empire Ottoman. Peintre de genre, paysagiste et aquarelliste, Amadeo Preziosi s'installa à Constantinople en 1842. Ses nombreuses aquarelles représentant des scènes de la vie quotidienne au XIXe siècle le rendirent célèbre. Il laissa deux très beaux recueils de lithographies sur la Turquie et l'Egypte : Stamboul, Souvenirs d'Orient, publié en 1858, et Souvenirs du Caire en 1862. Bon état de conservation. Quelques piqures sur le carton.

PRIETO (Alejandro).

Proyectos sobre la colonizacion del istmo de Tehuantepec.

Mexico, I. Cumplido, 1884. In-8 de 126, II pp. ; cartonnage de papier marbré à la Bradel, pièce de titre de maroquin noir, tranches mouchetées (reliure moderne).

Edition originale, illustrée de 5 planches lithographiées hors texte. Rare opuscule, imprimé à Mexico, relatif aux projets de colonisation et à l'établissement d'un chemin de fer dans le Mexique méridional long de 200 kilomètres, entre les golfes de Campeche et de Tehuantepec. Cette voie ferrée devait relier Coatzacoalcos sur la côte est à Salina Cruz sur la côte Pacifique. Bel exemplaire.

PUGNET (Jean-François-Xavier).

Essai sur la topographie de l'île de Sainte-Lucie.

Paris, Didot jeune, an XII-1804. In-4 de (1) f., 40-(1) pp. ; cartonnage de papier marbré à la Bradel, pièce de titre fauve (reliure moderne).

Ancien médecin de l'armée d'Egypte, Pugnet accompagna le général Jean-François-Xavier Noguès, lorsqu'il fut nommé commandant des armées de Sainte-Lucie. L'île avait été rendue aux Français en 1802 mais, en 1804, les Anglais l'envahirent de nouveau et chassèrent les Français. Ce petit essai est des premiers sur la topographie de l'île. Bel exemplaire. Monglond, VI, 759. — Sabin, 66619.

PÉRON (François) — FREYCINET (Louis-Claude Desaulses de).

Voyage de découvertes aux Terres Australes, exécuté par ordre de sa majesté l'empereur et roi, sur les corvettes le Géographe, le Naturaliste, et la goélette le Casuarina, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804.

Paris, Imprimerie Royale, 1807-[1824]. 3 volumes de texte in-4 de (2) ff., xv-496 pp., (1) f. — xxxi-471 pp. — xvi-576 pp., (1) f., un atlas grand in-4 et un atlas grand in-folio ; demi-veau havane, dos lisses ornés, tranches jaspées (reliure de l'époque, à l'imitation pour le volume de navigation et l'atlas hydrographique).

Édition originale illustrée d'un portrait gravé de Péron et de 2 tableaux dépliants. L'atlas pittoresque est composé de 2 titres, de (2) ff. de table, de 40 planches gravées dont 23 coloriées, et de 14 cartes et plans ; plan de la ville de Sydney, cartes générales de la Nouvelle-Hollande et de la Terre Napoléon, vues de Sydney et de Timor, histoire naturelle, costumes. L'atlas hydrographique comporte un titre gravé, un feuillet de table et 32 cartes gravées ; carte générale de la Nouvelle Hollande, carte générale de la Terre Napoléon, carte de la baie des Chiens Marins, plan de la ville de Sydney. En 1800, le capitaine Baudin fut chargé par le gouvernement français d'aller compléter la reconnaissance des côtes de l'Australie. Il quitta Le Havre avec les deux corvettes le Géographe et le Naturaliste, avec, à son bord, de nombreux savants tels que Péron, Bory de Saint-Vincent, Freycinet ou encore Lesueur. L'expédition reconnut la plus grande partie des côtes nord-ouest et sud-ouest de la Nouvelle-Hollande, la baie des Chiens Marins et les terres voisines de la Nouvelle-Galles méridionale. Ce voyage fut également un incontestable succès au niveau scientifique et plus précisément dans le domaine de l'histoire naturelle. Péron, avec l'aide du peintre Lesueur, forma une collection de plus de 100 000 spécimens d'animaux, dont 2500 espèces nouvelles vinrent enrichir les collections du Muséum. En 1803, le capitaine Baudin mourut à l'île de France et la relation de ce voyage fut donc commencée par Péron et achevée par Freycinet. Ce dernier publia également un volume de texte concernant la navigation et la géographie de cette expédition qui se trouve rarement. Très bel exemplaire bien complet de toutes ses parties et notamment du rare atlas hydrographique. Ferguson, 449, 536, 979. — Hill, 1329. — Monglond, VII, 675-680. — Nissen, ZBI, 3120. — Sabin, 60998.

QUERELLE DES RITES.

Prière pour l'Eglise de la Chine, avec les raisons qui ont engagé à la donner présentement.

Vers 1700. In-12 de 32 pp. ; veau havane moucheté, dos à nerfs, pièce de titre de maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque).

[relié avec : ] - Lettre de M. Louis de Cicé, nommé par le S. Siège à l'Evêché de Sabula, et au vicariat apostolique de Siam, du Japon, etc. aux RR. PP. Jésuites sur les idolâtries et sur les superstitions de la Chine. Cologne, Corneille d'Egmond, 1700. 64 pp. - Lettre écrite de la province de Fokien dans la Chine sur la fin de l'année 1700 où l'on rapporte le cruel traitement que les chrétiens des jésuites ont fait à Mr. Maigrot évêque de Conon et Vicaire Apostolique, et au R. P. Croquet de l'ordre de S. Dominique. 12 pp. En 1693, monseigneur. Maigrot, vicaire apostolique de la Chine, condamna les rites chinois tels que les autorisaient les Jésuites. - Lettre de Mr. de Lionne, Evêque de Rosalie aux RR. PP. Jésuites. Touchant la décision du S. Siège, sur la grande affaire des Cérémonies chinoises. 1706. 12 pp. - Décret de notre S. P. le Pape Clément XI et de l'Inquisition de Rome contre l'appel des Evêques de Macao et d'Ascalon, le jeudi 8 août 1709. (3) ff. - Décret de notre S. P. le Pape Clément XI sur la grande affaire de la Chine. 1709. 161 pp. - [SERRY (J. H.)] Le Mahométisme toléré par les jésuites dans l'isle de Chio. 1709. 24 pp. - Ludovico Appiani sacerdoti congregationis missionis, et missionario apostolico in Regna Sinarum. 4 pp. - TOURNON (Cardinal de). Discursus summi Pontificis in laudem eminentissimi Cardinalis de Tournon. (2) ff. - Oraison funèbre de l'éminentissime Charles-Thomas Maillard, Cardinal de Tournon, légat apostolique dans la Chine et les Indes orientales. Prononcée dans la chapelle du Pape le 27 de novembre 1711 par Monsieur Charles Majel. Rome, suivant la copie imprimée, 1712. 120 pp. Mandaté par le Pape Clément XIV, pour règler les affaires de la chrétienté dans la Chine et les Indes, le cardinal de Tournon s'occupa activement de la réforme des rites pratiqués par les chrétiens malabares. Le 11 juillet 1704, il proscrivit par un décret toute cérémonie qui se rattachait de près ou de loin aux anciennes supersitition des ces peuples. Au commencement de 1705, il réunit à Canton les chefs des diverses missions et leur enjoignit de faire disparaître des temples catholiques les images et les emblèmes relatifs au culte que les Chinois rendaient au ciel, à Confucius et à leurs ancêtres. Il promulgua le 28 Janvier 1707 le fameux mandement enjoignant aux missionnaires de se conformer à ses vues. Les Jésuites intriguèrent auprès de l'Empereur de Chine qui le plaça à Macao sous la garde des Portugais dans la Maison des Jésuites. Il mourut au même endroit en 1710. Le Pape prononça lui-même son éloge funèbre. Bel exemplaire. Cordier, BS, 900, 888, 3585, 911, 3595, 3597.

RADIGUET (Max).

Souvenirs de l'Amérique espagnole. Études sur la société au Pérou et au Chili (la ville et la campagne de Rio-Janeiro).

Paris, Michel Lévy frères, 1856. In-18 de xvj-308 pp.; maroquin rouge, dos à nerfs orné de filets à froid, chiffre GT au dos, coupes filetées, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure de l'époque de Petie, successeur de Simier).

Première édition. En 1841, Max Radiguet embarqua sur la frégate La Reine-Blanche, comme secrétaire de l'amiral Dupetit-Thouars chargé d'une mission d'exploration dans le Pacifique. Dans cet ouvrage, il raconte la première partie du voyage en Amérique latine avec des escales à Rio de Janeiro, Valparaiso, Lima. [Relié avec, du même auteur:] Souvenirs, promenades et rêveries. Paris, Vve Dondey-Dupré, 1856. In-18 de 72 pp. Bel exemplaire. Envoi autographe de l'auteur à G. Du Tillet., et ex-libris aux armes de la famille Du Tillet. Borba de Moraes, 697. — Numa Broc, Amérique, p.270. — Sabin, 67424.

RAIMOND Julien.

Observations sur l'origine et les progrès du préjugé des colons blancs contre les hommes de couleurs; sur les inconvéniens de le perpétuer; la nécessité, la facilité de le détruire; sur le projet du Comité colonial, etc.

Paris, Belin, Desenne, Bailly, 26 janvier 1791. In-8 de viij-46 pp. ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin vert (reliure moderne).

Plaquette très rare signée de M. Raymond, homme de couleur de Saint-Domingue. Les Origines du préjugé sont précédés d'une Lettre de J.P. Brissot à M. Raymond, lettre contre Barnave et son projet de plan sur l'organisation des colonies. Elles sont suivies d'une Lettre de M. Raymond à J. P. Brissot. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 7545. — Ryckebusch, 6773.

RALLIER (Louis-Antoine Esprit).

Suite des observations sur Saint-Domingue.

Paris, Baudouin, 1797. In-8 de 40 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin brun (reliure moderne).

L'auteur était membre du Conseil des Anciens, l'une des deux chambres, avec le conseil des Cinq-Cents, du Directoire; alors que le Conseil des Cinq-Cents proposait les lois, celui des Anciens les votait. Après avoir comparé la situation des propriétés et des cultivateurs en France et à Saint-Domingue, Rallier étudia la situation des "cultivateurs nouvellement affranchis" et de leurs relations avec les propriétaires et les autorités, puis proposa une série d'articles préparatoires à une nouvelle législation. Bon exemplaire. Petite galerie de ver dans la marge, rares taches brunes. Max Bissainthe, 7571. — Monglond, IV, 74. — Sabin, 67605.

RICHARD (abbé Jérôme).

Histoire naturelle, civile et politique du Tonquin.

Paris, Moutard, 1778. 2 volumes in-12 de viij pp., iij à xxxviij, 366 pp. — xij-366-(2) pp.; veau marbré, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et tabac, coupes filetées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Première édition. Elle fut rédigée par l'abbé Richard d'après le mémoire que le père Charles-Thomas de Saint-Phalle (prêtre des Missions Étrangères qui résida au Tonkin de 1730 à 1738) écrivit à la demande de Dupleix. Divisé en deux parties, l'ouvrage contient une description du pays (géographie, gouvernement, coutumes, législation, religion…) et l'état des missions chrétiennes au Tonkin. Bel exemplaire. Boucher de La Richarderie, V, 126. — Brébion, 145 (édition de 1788). — Chadenat, 960. — Cordier BI, 1621. — Quérard, VIII, 22.

ROOKE (Henri).

Voyage sur les côtes de l'Arabie heureuse, sur la Mer Rouge et en Égypte. Contenant le récit d'un combat des Anglois avec M. de Suffren, et leur expédition contre le Cap de bonne-Espérance en 1781.

Londre, et se vend à Paris, Royez, 1788. In-8 de (1) f., vi-154 pp. (mal chiffrée 150); demi-basane marbrée, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition française, traduite de l'anglais par Louis Langlès. L'auteur prit part à l'expédition britannique placée sous le commandement du chef d'escadre George Jonstone qui avait pour but la prise de la colonie néerlandaise du Cap de Bonne-Espérance. Mais, après la bataille de Porto Praya (au large des îles du Cap Vert) qui vit la défaite des Anglais par une flotte française placée sous le commandement du bailli de Suffren, l'escadre anglaise se dirigea vers l'Arabie. Là, l'auteur, malade, quitta l'expédition et se rendit à Moka à bord d'un navire arabe, puis à Al Hudaydah et à Suez. Il poursuivit en caravanne jusqu'au Caire, remonta le Nil jusqu'à Rosette, et se rendit à Alexandrie pour s'embarquer vers l'Angleterre. Chadenat, 5452. — Gay, 116. — Hage Chahine, 4130. — Ibrahim-Hilmy, II, 181. [Relié avec:] LANGLES (Louis). Ambassades réciproques d'un roi des Indes, de la Perse &c. et d'un empereur de la Chine, traduites du persan, avec la vie de ces deux souverains & des notes tirées de différents auteurs orientaux, manuscrits & imprimés. Londres, et se rend à Paris, Royez, 1788. In-8 de (1) f., 58 pp. Récit écrit par Louis Langlès d'après celui d'Abd al Razz?k Samarqandi, ambassadeur perse à Calicutt au XVe siècle, et d'après des extraits de la collection des voyages de Melchisedech Thevenot pour l'ambassade chinoise. Boucher de La Richarderie, I, 45. Bel exemplaire.

ROUME (Philippe-Rose).

Mémoire de M. Roume, commissaire et ordonnateur de l'isle de Tabago, chargé par le Ministre de la Marine de répondre aux réclamations des hypothécaires anglois, qui réfute un mémoire adressé à l'Assemblée Nationale pour les créanciers anglois des habitans de la même isle, par MM. Tod & Francklyn, députés de ces créanciers.

Paris, Imprimerie Nationale, 1790. In-8 de (2) ff., 202-(2 bl.) pp.; cartonnage de papier marbré rouge à la bradel, pièce de titre de maroquin fauve, non rogné (reliure moderne).

Durant la Guerre d'Indépendance des états-Unis, les Français prirent l'île de Tobago, et il fut convenu, par le traité de cession, que les lois françaises s'appliqueraient mais que les engagements antérieurs seraient soumis aux lois anglaises qui étaient alors en vigueur. De ce fait, un tribunal spécial fut créé. Mais il y eut de nombreuses contestations sur les dettes des colons contractées envers des créanciers anglais, lesquels portèrent un mémoire devant l'Assemblée Nationale. Roume, commissaire-général et ordonnateur de Tobago, fut chargé de rédiger une réponse à ces réclamations. Bon exemplaire. Inconnu de Monglond. — Sabin, 73468.

ROUSSILLOU (Pierre).

Opinion, sur l'affaire des colonies.

Paris, Imprimerie Nationale, 1791. In-8 de 8 pp. ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin rouge (reliure moderne).

Discours prononcé devant l'assemblée nationale, le 25 septembre 1791. L'auteur se prononce pour laisser la faculté aux assemblées coloniales de faire des lois "concernant l'état des personnes non-libres, & l'état politique des hommes de couleurs & négres libres". Bon exemplaire. Ryckebusch, 7223.

SAINT-DOMINGUE — LABAN.

Lettre autographe signée.

Roseaux, paroisse Saint-Marc, 20 mai 1790. 4 pp. in-4 d'une écriture régulière et très lisible.

Lettre d'un français établi à Saint-Domingue, adressée à son oncle demeurant à Toulouse. Il est d'abord question de l'héritage de ses parents, dont il n'a encore rien reçu. Désireux de récupérer sa part, il a signé une procuration qu'il a envoyée à Toulouse en juin dernier. Ne sachant pas si les biens de ses parents ont été vendus, il demande à son oncle de lui fournir des explications. Il souhaiterait aussi avoir des nouvelles de son frère, Joseph Laban, et demande qu'on adresse son courrier dans une enveloppe au nom de "Monsieur Roux et Cie, négociant à Saint-Marc, isle St Domingue". Il précise aussi que les lettres à destination des îles ou de l'étranger doivent être affranchies de Toulouse pour Bordeaux (ou autre port de mer), sinon elles ne sont pas acheminées. La dernière partie évoque la situation dans la colonie : "Vers la fin de décembre dernier le paÿs a été sagement gardé par les Blancs et gens de couleur libres, plusieurs nègres annonçant ou laissant voir qu'ils auroient secoué le joug de l'esclavage le jour du premier de l'an, sur les faux bruits que ces êtres brutaux avoient ouï que le Roy les avoit affranchis… En mars dernier les gens de couleur au lieu-dit la Petite Rivière ont voulu se révolter. Le commandant de St Marc, M. de Campan, homme brave, les a repoussés et les a obligés de prêter en place publique le serment de fidélité, les chefs de cette conjuration ont été proscrits. Leur tête est à prix, on en a saisi quelques-uns, ils sont retenus en prison, et je pense qu'ils seront punis selon qu'ils le méritent. L'assemblée générale a été convoquée à St Marc d'où elle n'est pas prête à sortir. Il y a présentement dans cette ville deux ou trois cents membres qui composent ce corps…". Intéressante lettre, écrite un an avant le soulèvement des esclaves de Saint-Domingue (1791).

SAINT-DOMINGUE.

Contrat relatif à une construction. Pièce signée Barrault de Narçay, notaire.

Port-au-Prince, 1789. In-folio (31,4 x 20,2 cm) de 3 pp., sur une feuille double.

Contrat établi entre les frères Merceron, entrepreneurs en bâtiment à Port-au-Prince, et le sieur Gouin, représentant l'habitation-sucrerie Damien. Il concerne la construction d'un batardeau (digue ou barrage provisoire) sur l'habitation, aux conditions suivantes : les pilotis seront en bois de pitchpin de 22 à 27 pieds de long, fournis par l'habitation mais choisis par l'entrepreneur; ce dernier choisira les madriers ainsi que d'autres ustensiles nécessaires aux travaux, mais les ferrures seront fournies par l'habitation, etc. Il est aussi question du personnel : "Les ouvriers Blancs seront nourris aux dépens de l'habitation et ledit sieur du fief s'oblige de donner à chacun des ouvriers Nègres deux gourdins par semaine pour leur nourriture". Pour le règlement, les frères Merceron recevront 6600 livres dans la quinzaine à partir du début des travaux, et le surplus qui sera dû sera réglé pour moitié à la fin de la présente année, l'autre moitié à fin juillet 1790. En tout, 6 conditions forment ce contrat de construction. Située dans la plaine du Cul-de-Sac, près de Port-au-Prince, l'habitation Damien sera attribuée au général Rochambeau en 1802 (source : François Blancpain, La colonie française de Saint-Domingue, de l'esclavage à l'indépendance, p. 207). Intéressant manuscrit.

SAINT-DOMINGUE.

Journal des travaux, événements et de l'emploi des Nègres de l'habitation de Messieurs les héritiers Baugé en juillet 1778 [et] février 1781.

La Grande Plaine, 1778-1781. Ensemble de 2 pièces manuscrites signées. 2 feuilles doubles in-folio, respectivement de 4 pp. (42,3 x 27,4 cm) et 3 pp. (37,7 x 25,2 cm), traces de plis, petite usure à un angle sans perte de texte.

Précieux documents, donnant la répartition des esclaves selon leur emploi et mentionnant les travaux quotidiens effectués par ces derniers. L'habitation-sucrerie Baugé était située à la Grande Plaine, près de la Croix-des-Bouquets, à l'est de Port-au-Prince. Son ancien propriétaire, M. Baugé Robinière, mourut en 1769. Les journaux, apparemment signés par le régisseur et un contremaître, ont été établis pour ses héritiers. En juillet 1778, l'exploitation comprenait 478 esclaves formant l'atelier général, dont 156 pour le grand atelier (composé des sucriers, cabrouetiers et "fort Nègres"), 52 pour le petit atelier (jeunes esclaves et anciens trop faibles pour les grands travaux), 46 pour les ouvriers (charpentiers, tonneliers, charrons, employés à la guildiverie, etc.) et 224 occupant différentes fonctions (gardiens d'animaux, tailleurs de haies, coupeurs de bois…), y compris les enfants trop jeunes pour travailler, ainsi que les vieillards infirmes hors d'état de travailler "jouissant de la liberté soit par le nombre de leurs enfants soit par le testament de Monsieur Beaugé Robinierre [sic]". Tout au long du mois, les esclaves du grand atelier sont employés aux travaux les plus importants : couper les cannes à sucre, en planter de nouvelles, entretien des canaux, etc. Ceux du petit atelier font des travaux moins pénibles, comme le sarclage des patates ou des ignames. Le journal indique aussi le nombre d'employés au moulin et à la sucrerie, ceux qui coupent le bois ou le transportent, ainsi que le nombre de malades à l'hôpital (entre 18 et 47 selon les jours). Ce journal s'achève par la mention : "Il a été fait à la guildive dans le courant de ce mois la quantité de vingt barriques de tafia [rhum]". Le journal de février 1781 est présenté d'une manière similaire : d'abord l'inventaire des esclaves, au nombre de 469, dont 183 pour le grand atelier, 48 pour le petit, 33 ouvriers et 205 "divers", incluant les hospitalières, gardeuses d'enfants, tailleurs de haies, gardeurs d'animaux, domestiques, chauffeurs d'étuves, vendeurs de tafia, etc. Les principaux travaux sont la coupe des cannes, la roulaison au moulin à eau, le sarclage des parcelles, auxquels s'ajoutent des travaux de terrassement, comme l'établissement d'un nouveau chemin "entre l'habitation Gorman et celle cy pour aller descendre sur l'habitation Coustard; celui actuel étant devenu impraticable par les sources qui s'y sont déclarées". A la fin, le journal précise qu'il a été payé 31 livres 10 sols au sieur d'Aboville "pour prise des Nègres Jean-Paul, Lubin et Petite Zubette qui avaient été au bourg sans carte". Il s'agit de Nicolas Louis, chevalier d'Aboville, officier de maréchaussée à la Croix-des-Bouquets. L'habitation Baugé est mentionnée dans l'ouvrage de Jacques de Cauna, Au temps des isles à sucre, Paris, 2003, p. 87. Documents bien conservés et très lisibles.

SAINT-HILAIRE.

Rapport sur l'administration de la justice aux colonies.

Paris, Imprimerie Royale, 1836. In-8 de 27 pp. ; cartonnage de papier gris, titre au dos (reliure moderne).

Pour la première fois, et sur le même modèle que cela se pratiquait pour la métropole, le conseiller d'état Saint-Hilaire, directeur des colonies, dresse un tableau de l'administration de la justice dans les colonies. L'auteur du rapport déplore un manque de données qui ne lui permettent pas de poursuivre très loin son analyse, mais il constate tout de même que, avec des effectifs moindres, les justices coloniales règlent un nombre d'affaire comparable à celui de la plupart des département français. Bel exemplaire.

SAINTE-MAURE (Charles de).

Nouveau voyage de Grèce, d'Égypte, de Palestine, d'Italie, de Suisse, d'Alsace, et des Pais-Bas, fait en 1721, 1722, & 1723

La Haye, Pierre Gosse, Pierre de Hondt, 1724. In-12 de xx-(2)-412 pp. ; demi-veau havane, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées (reliure à l'imitation du XVIIIe).

Première édition, illustrée d'une vignette de Bernard Picart sur le titre. Ouvrage rédigé sous forme de lettres dans lesquelles l'auteur relate son voyage, pendant environ une année, en Grèce, en Égypte et en Palestine, ainsi que son trajet de retour par la Suisse, l'Alsace et les Pays-Bas. Bon exemplaire. Blackmer, 1474. — Gay, 97. — Hage Chahine, 4275.

SANTO-DOMINGO (capitaine).

Exposé de la conduite de M. Santo-Domingo, commandant le vaisseau le Léopard, en station à Saint-Domingue.

Paris, Imprimerie de Quillau, 1791. In-8 de 16 pp.; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin bordeaux au dos avec le titre en long (reliure moderne).

Récit en forme de justification du capitaine en second du Léopard, en mouillage à Port-au-Prince en juillet 1790. Nommé capitaine par l'équipage (car son titulaire était à terre et refusait de remonter à bord), et il embarqua, après une escale à Saint-Marc, les membres de l'Assemblée Générale (nouveau nom de l'Assemblée Coloniale) et les mena en France. [Joint, du même:] - Conduite de M. de Santo-Domingo, lue par lui-même à l'Assemblée Nationale, le 7 octobre 1790. Paris, Didot fils aîné, 1790. In-8 de 8 pp.; cartonnage de papier marbé à la bradel, pièce de titre de maroquin citron au dos avec le titre en long (reliure moderne). Bons exemplaires. Correction manuscrite de l'époque page 5 du premier texte. Max Bissainthe, 5714, 7916, 7917. — Sabin, 76875 & 76874.

SAVARY (Claude-Étienne).

Lettres sur l'Egypte, où l'on offre le parallèle des mœurs anciennes & modernes de ses habitans, où l'on décrit l'état, le commerce, l'agriculture, le gouvernement, l'ancienne religion du pays, & la descente de S. Louis à Damiette, tirée de Joinville & des auteurs arabes.

Paris, Onfroi, 1786. 3 volumes in-8 de xij-396 pp. — (2) ff., 304 pp. — (2) ff., 304 pp.; veau fauve, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, coupes ornées, tranches rouges (reliure de l'époque).

Deuxième édition, illustrée de 4 planches gravées dépliantes (plan d'Alexandrie, intérieur de la grande pyramide, carte du delta du Nil, carte de l'Égypte). Savary se rendit en Egypte en 1776 et séjourna successivement à Alexandrie, à Rosette et au Caire. Les deux premiers volumes constituent la relation de son voyage, sous forme de lettres envoyées à son ami Lemonnier. Le dernier est consacré à l'étude de la religion et de la mythologie d'après les textes arabes. Bel exemplaire. Blackmer, 1492. — Hage Chahine, 4368.

SAYF IBN DI YAZAN.

Sultan Saif-Zuliazan. Traduit de l'arabe par Ali Bey.

Constantinople, J.J. Wick, 1847. In-4 de (2) ff., 366-(2) pp. ; demi-basane fauve, dos lisse orné doré et à froid (reliure de l'époque).

Très rare impression de Contantinople. Elle est illustrée de 5 planches lithographiées. Adaptation en français du célèbre roman de Saif Ibn Di Yazan traduit par Ali Bey. De son vrai nom Domingo Badia y Leblich, Ali Bey voyagea en Afrique et en Arabie en se faisant passer pour un musulman. Revenu en Espagne, il prit le parti de Napoléon qui avait envahi ce pays et dut se réfugier en France après le retour sur le trône du roi Ferdinand VII. Bon exemplaire, à grandes marges. Rares rousseurs, titre remonté.

SCHRANZ (Joseph).

Vue du Bosphore prise d'Asie.

Vers 1860. Aquarelle sur papier (45 x 22,5 cm), signée en bas à gauche.

Magnifique vue du Bosphore avec en fond la ville de Cosntantinople, réalisée par l'artiste Joseph Schranz. Ce dernier s'installa à Constantinople en 1832 et devint célèbre pour ses dessins de costumes et ses panoramas des environs de la ville. Bel état de conservation.

SCHŒLCHER (Victor).

L'Égypte en 1845.

Paris, Pagnerre, 1846. In-8 de (2) ff., 366 pp.; broché, couverture beige imprimée.

Première édition. Dans le cadre de sa lutte contre l'esclavage, Victor Schoelcher entreprit un voyage en Orient en novembre 1841 avec pour "désir d'étudier l'esclavage musulman pour le comparer à l'esclavage chrétien; l'espérance de contempler en Égypte un spectacle unique dans l'histoire, celui d'un peuple régénéré par son maître". Son voyage le mènera jusqu'à Thèbes en Haute-Égypte, et à son retour, il dressa un portrait sans concession de l'Égypte sous Méhémet-Ali, sur la misère des fellahs et sur l'esclavage en Orient. Bon exemplaire conservé dans sa brochure d'origine. Couvertures légèrement écornées, rousseurs éparses. Gay, 1623. — Ibrahim-Hilmy, II, 221.

SHARP (Granville).

An Appendix to The Representation, (Printed in the Year 1769) of The Injustice and Dangerous Tendency of Tolerating Slavery, or of Admitting the least Claim of Private Property in the Persons of Men in England.

London, Benjamin White, 1772. In-8 de 28 pp.; broché.

L'auteur imprima ce texte alors qu'il défendait James Somerset, jeune esclave américain baptisé ayant fuit son maitre anglais et réclamant la liberté. Le président de la Cour Royale, Lord Mansfield, rendit un arrêt resté célèbre et qui fit jurisprudence, disant qu'en l'absence de loi autorisant l'esclavage sur le sol anglais, le fugitif ne pouvait être remis à son maître. Bon exemplaire. Note manuscrite de l'époque sur le titre. Feuillets écornés, petites piqûres.

SISMONDI (Jean Charles Léonard Simonde de ).

Esclavage et traite par Agénor de Gasparin.

1838. In-8 de 24 pp.; ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre (reliure moderne).

Tiré à part d'un article publié dans la Bibliothèque Universelle de Genève de septembre 1838, dans lequel l'auteur donne un compte rendu approbateur de l'ouvrage d'Agénor de Gasparin, Esclavage et traite, appelant à l'abolition de l'esclavage. Bon exemplaire. Quelques rousseurs. Inconnu de Ryckebusch et de Sabin.

SOLIS Y RIBADENEYRA (Antonio de).

Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne, par Fernand Cortez.

Paris, veuve Claude Barbin, 1704. 2 volumes in-12 de (18) ff., 412-(20) pp. — (6) ff., 380-(15) pp.; veau moucheté, dos à nerfs ornés, pièce de titre de maroquin rouge, armes au centre des plats, coupes ornées,, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Ouvrage traduit de l'espagnol par Samuel Broë, seigneur de Citry de la Guette. Il est illustré de 2 cartes gravées (carte du Mexique, environs du lac de Mexique), et de 12 planches gravées dont 10 dépliantes (Rio de Canoas, port St Jacques à Cuba, Mexico, grand temple de Mexico, danses, scènes de batailles, panorama de Mexico, bataille de la vallée d'Ottumba). En plus de l'histoire de la conquête de ce pays par Cortez, l'ouvrage comporte également de nombreux renseignements économiques sur la population et sur les accroissements de la colonie du Mexique. Bel exemplaire aux armes de la famille Fauconnet de Vildé. Sabin, 86477.

STANISLAS (Frère).

Principaux oiseaux de l’Australie dessinés sur nature par frère Stanislas, pensionnat des Frères Maristes.

Sydney, vers 1900. In-folio, demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné, titre en lettres dorées sur le premier plat (reliure de l'époque).

Exemplaire unique avec titre manuscrit et 9 gouaches originales montées sur carton et légendées. Ouvrage exceptionnel figurant les plus beaux oiseaux de l'Australie, réalisé par le frère mariste Stanislas. Passereaux, martins-pêcheurs et perruches sont représentés dans leur environnement naturel. Témoignage exceptionnel sur l'ornithologie en Australie au début du XXe siècle, l'ouvrage reçut la médaille d'or à l'Exposition Universelle de 1900. Fondée en 1817 par un prêtre français, St Marcellin Champagnat, les Frères Maristes sont une congrégation laïque masculine de droit pontifical qui se consacre à l'éducation de la jeunesse. Leur mission était de faire connaître et aimer Jésus-Christ, au travers de l'éducation et de la formation des enfants, essentiellement dans les écoles. En 1872 quatre frères arrivant d'Europe, fondèrent la première communauté australienne. Ils connurent très rapidement le succès, et à l'exception de la Tasmanie, ils ont été actifs dans toute l'Australie. Tampon sur la page de titre : "Exposition Universelle Paris-1900, Union des Frères Enseignants, Médaille d’Or." Salissures à la reliure, mouillure sur le second plat. Rousseurs.

STAVORINUS (Johan Splinter).

Voyage par le cap de Bonne-Espérance et Batavia, à Samarang, à Macassar, à Amboine, et à Surate, en 1774, 75, 76, 77 et 78.

Paris, H. J. Jansen, an VII. 2 volumes in-8 de 386 pp. — 361-(1 bl.)-(1)-(1 bl.)-(4) pp.; basane racinée, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de veau rouge et bleu, tranches jaunes (reliure postérieure).

Première édition française. Elle est illustrée de 4 planches gravées dont 3 dépliantes (vue du chateau de Batavia, vue du port d'Amboine) et de 2 cartes dépliantes (dont une grande carte de Java). Stavorinus, un capitaine de marine hollandais sans activité, fit deux campagnes au service de la compagnie néerlandaise des Indes Orientales. Notre ouvrage est le récit de son second voyage qui le mena au Cap de Bonne-Espérance puis à Batavia (actuellement Jakarta) puis Java, les Célèbes, Ambon dans l'archipel des Moluques et Surate sur la côte occidentale de l'Inde. Bon exemplaire. Rares piqûres et quelques feuillets jaunis. Mendelssohn, II, 426 (édition originale hollandaise). — Gay, 3150. — Monglond, IV, 625.

STEDMAN (John-Gabriel).

Voyage à Surinam et dans l'intérieur de la Guiane, contenant la relation de cinq années de courses et d'observations faites dans cette contrée intéressante et peu connue; avec des détails sur les Indiens de la Guiane et les Nègres.

Paris, F. Buisson, an VII [1799]. 3 volumes in-8 de (2) ff., viij-410-(2) pp. — (2) ff., 440 pp. — (2) ff., 506-(1) pp., et un atlas grand in-4 de (2) ff.; demi-veau havane, dos lisses ornés, tranches jaunes mouchetées (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition française, traduite de l'anglois par P. F. Henry, comprenant un atlas de 44 planches gravées (portrait de l'auteur, cartes, vues, portraits, sciences naturelles). Stedman était un officier néerlandais qui s'était porté volontaire pour servir aux Antilles. En 1772, il fut nommé capitaine d'un corps de volontaires, puis fut envoyé au Surinam, la Guyane hollandaise, pour aider les troupes locales à lutter contre les bandes de "nègres marrons", des esclaves échappés et révoltés. écrit à partir du journal qu'il tint de 1773 à 1777, son ouvrage décrit la société coloniale, l'esclavage, et les dernières populations autochtones. Il rapporte plusieurs histoires sur la condition misérable des esclaves et les mauvaix traitements qu'ils subissaient. À la fin du troisième volume, se trouve un Tableau de Cayenne, la colonie française. Bon exemplaire. Manque de papier marginal sans perte de texte aux pp. 249 à 252 du tome 1, quelques piqûres. Brunet, V, 527. — Pritzel, 9872. — Sabin, 91083.

TALBOT de PELTERIE.

Mémoire sur l'île d'Haïti, des moyens à employer pour rendre à la colonie son premier état de splendeur, avec l'exposé des avantages et des ressources immenses que retirerait la France de son union avec Saint-Domingue, et de l'adoption des mesures indiquées dans ce projet.

Paris, chez l'auteur, 1841. In-8 de 32 pp. ; cartonnage de papier marbré, pièce de titre (reliure moderne).

Ce mémoire est dédié à monsieur Boyer, président d'Haïti, et aux membres de son conseil. Ancien colon, l'auteur propose un projet "facile, sûr et infaillible" qui verrait, après accord du gouvernement d'Haïti, la France reprendre possession de Saint-Domingue. Les prospérités de l'état seront vendues, et mises en culture, et la prospérité en découlera pour le bonheur de tous. Bon exemplaire. Mouillure claire dans l'angle supérieur. Manque à Sabin.

TARBÉ (Charles).

Discours sur l'état actuel de la colonie de Saint-Domingue.

Paris, Imprimerie Nationale, prairial an V [1797]. In-8 de 18 pp.; cartonnage de papier marbré, pièce de titre de maroquin rouge (reliure moderne).

Cinq ans après un Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, fait à l'Assemblée Nationale, au nom du Comité Colonial, Charles Tarbé, désormais député de l'Yonne au Conseil des Cinq-Cent, prononça un nouveau discours lors de la séance du 30 mai 1797, dans lequel il demandait le rappel des agents du Directoire, Sonthonax et Raimond, et l'annulation de toutes les décisions qu'ils avaient prises. Bon exemplaire. Max Bissainthe, 8093. — Inconnu de Sabin et de Monglond.

TAVERNIER (Jean-Baptiste).

Les six voyages, en Turquie, en Perse et aux Indes pendant quarante ans.

Paris, veuve de Pierre Ribou, 1724. 6 volumes in-12 de (26) ff., 501-(3) pp. — (1) f., 465-(3) pp. — (1) f., 402-(5) pp. — (1) f., 367-(5) pp. — (1) f., 467-(1 bl.)-(4) pp. — (1) f., 460-(4) pp. (mal chiffré, la pagination saute de 244 à 445) ; veau moucheté, dos à nerfs ornés, pièces de titre de maroquin rouge, coupes ornées, tranches rouges mouchetées (reliure de l'époque).

Édition illustrée d'un titre gravé, d'un portrait de l'auteur, de 4 cartes dépliantes (dont le Japon et le Tonkin), et de 59 planches dont 50 dépliantes. Le récit des six voyage occupe les quatre premiers volumes, le tome 5 contient une Relation du Japon et de la cause de la persécution contre les Chrétiens dans ses isles, une Relation nouvelle et singulière du royaume de Tunquin, et une Histoire de la conduite des Hollandois en Asie, le dernier volume contient la Nouvelle relation de l'intérieur du sérail. De 1638 à 1668, Tavernier effectua six voyages qui le menèrent à travers la Turquie, la Perse, la Mongolie et l'Inde jusqu'aux confins de la Chine et du Japon. Il rapporta de ses séjours de nombreuses pierres et diamants et en vendit pour trois millions à Louis XIV. Il fut anobli en récompense des services rendus au commerce français et pour ses indications précises sur les routes à suivre à travers l'Asie; mais, étant protestant, Tavernier quitta la France à la révocation de l'Édit de Nantes. Outre les informations commerciales, la relation de ses voyages contient également de nombreux détails sur les productions, les monnaies, les mœurs et les coutumes des pays visités. Bel exemplaire. Ex-libris manuscrit de Charles Antoine de Billy d'Anthilly et de son épouse Marie-Anne. Cordier, BJ, 392. — Cordier, BI, 2419 (autre éditeur). — Hage Chahine, 4720. — Wilson, 223.

THIERRY (Charles, baron de).

Pièce autographe signée.

Vers 1850. Etiquette in-64 oblong (4,8 x 7,8 cm) de 1 p. sur papier fort, montée sur une feuille comportant des annotations.

Neveu de Thierry de Ville-d'Avray, intendant du garde-meuble de la Couronne, le baron de Thierry (1794-1864) commença une carrière diplomatique, puis acheta, en 1821, de vastes terrains situés dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, à proximité de la baie des Iles et de la rivière Hokianga. Il proposa alors la création d'une colonie et prit le titre de "chef souverain de la Nouvelle-Zélande". Arrivé dans l'île en 1837, il ne fut pas reconnu par les chefs Maoris, ni par les autorités britanniques ou françaises. Après l'annexion de la Nouvelle-Zélande par la Grande-Bretagne en 1840, il dut renoncer à ses prétentions. La présente étiquette, authentifiée par un collectionneur d'autographes du XIXe siècle qui la monta sur papier vergé et ajouta une notice biographique ainsi que la description des armoiries de Thierry, contient le texte suivant : "Verre volcanique dont se servaient anciennement les Néozélandais pour tailler la chère [sic] humaine dans leurs festins anthropophages". Elle servait probablement à désigner, dans une collection d'objets récoltés sur place, le verre volcanique dont les bords devaient être particulièrement tranchants. Curieux document. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs, Océanie, pp. 361-362.

THÉDENAT-DUVENT (Pierre-Paul).

L'Égypte sous Méhémet-Ali, ou aperçu rapide de l'administration civile et militaire de ce pacha.

Paris, Pillet ainé, 1822. Petit in-8 de xij-230-(2) pp. ; cartonnage de papier marbré, dos lisse, pièce de titre jaune (reliure moderne).

Première édition, publiée et annotée par F. J. Joly, et illustrée du portrait lithographié de Méhémet-Ali. L'auteur, qui fut consul de France à Alexandrie, dresse un portrait de Méhémet-Ali, et des œuvres qu'il a fait construire. Il donne également un état de l'agriculture, du commerce et de l'industrie, des beaux-arts et de l'antiquité, de la police, des troupes, et de la marine. Il termine par un chapitre sur les fêtes de l'Égypte, et un autre sur les métaux et les pierre précieuses. Bon exemplaire. Quelques rousseurs au portrait. Gay, 1628. — Ibrahim-Hilmy, II, 283. — Maunier, 55.

TOMBE (Charles-François).

Voyage aux Indes orientales, pendant les années 1802, 1803, 1804, 1805 et 1806.

Paris, Arthus Bertrand, 1810. 2 volumes de texte in-8 de xv-(1 bl.)-413 pp., (1) f. — (2) ff., 348-(1) pp., (1) f., et un atlas in-4 de (2) ff.; demi-veau havane, dos lisses ornés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, non rognés (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Première édition, publiée d'après les notes de l'auteur et annotée par Charles Sonini de Manoncourt. L'atlas comprend 18 planches gravées: 7 cartes ou plans dépliants (dont l'île Maurice, Java, et l'île de la Réunion nommé île Bonaparte), 5 planches de costumes, une planche d'armes, une d'instruments de musique, et 4 vues dépliantes de Batavia et de Kupang. Officier du génie, l'auteur se trouvait à La Réunion en 1803 lors de la reprise de la guerre entre la France et l'Angleterre. Il prit part à l'expédition dirigée par l'amiral Linois pour reprendre les colonies de l'Inde restituées à l'Angleterre lors de la paix d'Amiens. Son ouvrage contient la description du Cap de Bonne-Espérance, de l'île Maurice, de La Réunion, de Java, de Banca et de la ville de Batavia; des observations sur le commerce et les productions de ces pays, ainsi que sur les mœurs et les usages des habitants; la campagne du contre-amiral de Linois dans les mers de l'Inde et à la côte de Sumatra; des remarques sur l'attaque et la défense de Colombo dans l'île de Ceylan, lors de sa reddition aux Anglais; et enfin un Vocabulaire des langues française et malaise. Bon exemplaire. Quelques piqûres. Brunet, VI, 20019. — Mendelssohn, II, 503. — Monglond, VIII, 993-995. — Ryckebusch, 7791.

TRUMBULL (Henry).

History Of The Discovery Of America; of the landing of our forefathers at Plymouth, and of their most remarkable engagements with the Indians in New-Englannd [sic], from their eirst landing in 1620, until the final subjugation of the natives in 1679. To wich is annexed the particulars of almost every important engagement with the savages at the wesward to the present day. Including the defeat of generals Bradock, Harmer, and St. Clair, by the Indians at the westward; the Creek and Seminole war &c.

Boston, George Clark, 1831. In-8 de 256 pp.; demi-chagrin rouge, dos lisse orné de filets (reliure moderne).

Ouvrage illustré de 3 planches gravées sur bois et coloriées dont un grand frontispice dépliant illustrant la défaite de Tecumseh en 1812. Cette histoire des premiers colons en Amérique et des guerres indiennes, très populaire en Amérique, a connu de très nombreuses éditions. Bon exemplaire. Rousseurs, plus prononcées à certains cahiers. Sabin, 97196.

TURGIS (Louis).

L'Amérique - La America.

Paris, L. Turgis, circa 1860. Lithographie originale en couleurs (36,9 x 47,9 cm).

Belle estampe allégorique lithographiée en couleurs par Louis Turgis, illustrant la vie en Amérique du Nord dans la seconde moitié du XIXe siècle, et les relations entre Américains et Amérindiens. La scène montre un propriétaire de plantation en conversation avec trois Amérindiens. Derrière lui se tiennent son épouse et ses enfants. L'entrevue semble se dérouler sereinement, mais l'épouse montre un visage inquiet. Le propriétaire tient un fusil sur l'épaule, ainsi que l'un des Amérindiens. Au second plan, on peut voir des esclaves Noirs exécutant des travaux de récolte. Bon exemplaire. Quelques rousseurs, essentiellement marginales.

TÖNSBERG (Christian).

Udvalgte Norske Nationaldragter.

Christiania [Oslo], Chr. Tönsberg, 1861. Petit in-folio de (1) f., 31 pp. ; demi-chagrin fauve, dos à nerfs muet, étiquette conservée en lettres dorées sur le premier plat (reliure à l'imitation du XIXe siècle).

Ouvrage illustré de 16 planches en chromolithographie (titre et 15 planches de costumes, chacune accompagnée d'un feuillet explicatif), et de 8 pages de musique notée. La légende des planches et le texte sont en norvégien, allemand et anglais. Très rare album montrant les costumes masculins et féminins des différentes provinces de Norvège, la dernière représentant des Lapons. Légères rousseurs. Manque à Colas.

VAUBLANC (Vincent-Marie VIENOT de).

Discours sur l'état de Saint-Domingue et sur la conduite des agens du Directoire.

Paris, Imprimerie Nationale, prairial an V [1797]. In-8 de 48 pp. ; cartonnage de papier marbré à la bradel, pièce de titre de maroquin orange (reliure moderne).

Discours prononcé devant le Conseil des Cinq-Cents le 29 mai 1797 dans lequel l'auteur, natif de Saint-Domingue où son père était cantonné, demande le rappel des envoyés du Directoire à Saint-Domingue (Sonthonax, Leblanc, Raymond et Giraud) coupables d'abus de pouvoir. Bon exemplaire. Petite galerie de ver dans la marge en fin de volume. Max Bissainthe, 8293. — Inconnu de Monglond. - Sabin, 98682.

VERGUET (Léopold).

Histoire de la première mission catholique au vicariat de Mélanésie.

Carcassonne, imprimerie de P. Labau, 1854. In-8 de (1) f., 319-(1) pp.; broché, couverture bleue imprimée.

Première édition, illustrée de 24 planches hors texte (dont un portrait, 3 cartes, 12 visages de Polynésiens, 5 vues, 1 fac-similé de lettre, et 2 planches diverses). Prêtre de l'ordre des Maristes, l'auteur fit partie de la première mission catholique en Mélanésie. Partie de France en 1845, la mission fit escale à Sydney puis en Nouvelle-Calédonie avant de s'établir dans les îles Salomon. En 1847, il tomba malade, et regagna la France. Il continua néanmoins à rédiger l'histoire de la mission jusqu'en 1848 et jusqu'à la mort de Monseigneur Jean-Georges Collombs, successeur de Monseigneur Épalle. Bon exemplaire conservé dans sa brochure imprimée d'origine. Défauts d'usage à la couverture. O'Reilly, Nouvelle-Calédonie, 2934.

VERHOOST (Edgar).

Voyage aux Antilles. Lettres intimes.

Bruxelles, vers 1900. Manuscrit. 3 volumes in-8 (21 x 13,8 cm); percaline brune, pièces de titre et de tomaison de basane brune, titre doré sur le plat supérieur, tranches rouges (reliure de l'époque).

1) 601 pp., 2 cartes h.t. imprimées et coloriées, 1 plan manuscrit h.t., 5 photographies volantes. - 2) 547 pp., 3 cartes h.t. imprimées, coloriées et entoilées, 8 photographies montées sur des feuillets paginés 577 à 591. - 3) 524 pp., 1 plan manuscrit h.t., colorié et entoilé, 7 photographies montées sur des feuillets paginés 547 à 552. Relation d'un voyage aux Antilles effectué par un ingénieur belge en 1888-1889. Le premier volume couvre la période du 4 octobre au 24 novembre 1888; il se rapporte à la traversée et au premier séjour à la Martinique. Le second, qui s'étend du 25 novembre 1888 au 5 janvier 1889, relate les voyages à Sainte-Lucie, la Barbade, Tobago, Trinidad, le retour à la Martinique, la Guadeloupe, à nouveau la Martinique, puis Antigua et les îles Vierges (Saint-Thomas). Le troisième, du 6 janvier au 1er mars 1889, se rapporte à Porto-Rico, Cuba (La Havane), à nouveau Saint-Thomas et la Martinique, puis la traversée jusqu'au Havre. Rédigé sous forme de lettres adressées à sa femme, le manuscrit, très dense, est d'une présentation soignée et le texte d'une écriture régulière. Les années ne sont pas indiquées mais certains faits relatés permettent de situer le voyage en 1888-1889; la rédaction a été faite ultérieurement, une note faisant allusion à l'éruption de la Montagne Pelée à la Martinique en mai 1902 (t. 1, p. 247). L'illustration comprend 5 cartes imprimées et coloriées (routes maritimes, mer des Caraïbes, Martinique, Guadeloupe, Trinidad), 2 plans manuscrits (Saint-Pierre de la Martinique, La Havane) et 20 photographies non signées, mais réalisées par l'auteur. Les photographies du premier volume, non montées, ne comportent pas de légende; certaines semblent toutefois se rapporter à Saint-Pierre de la Martinique : grande rue du Mouillage (à rapprocher d'une vue similaire figurant dans l'Album martiniquais de Hartmann), port, théâtre; deux autres clichés montrent une large avenue bordée d'arbres et une jeune femme posant devant un décor exotique. Celles du second volume contiennent 4 vues de Port of Spain (Trinidad) : Brunswick square (palais du gouverneur, cathédrale), procession de coolies (fête religieuse du Moharrum), ravine cacaoyère, forêt de bambous, plus 4 vues de Saint-Thomas (îles Vierges) : maisons, temple luthérien, savane à l'extrémité de la ville, entrée triomphale du prince héritier de Danemark. Les 7 photographies du dernier volume ont été prises à La Havane (Cuba) : fort d'El Morro, Alameda de Paulo, Paradero de Villanueva, Castillo de la Chorrera, statue d'Isabelle II au Parc central, Alameda de Isabel la Catolica, monument de l'Indienne. Le voyageur ne donne pas de précisions sur l'objectif de son voyage; il indique seulement que "des affaires importantes" ont motivé son départ (t. 1, p. 10). Parti de Bruxelles, il arrive à Paris le 4 octobre 1888, prend le train pour Nantes, puis Saint-Nazaire où il embarque le 6 sur la Ville de Saint-Nazaire. Son journal maritime contient un grand nombre de détails sur la traversée : contacts avec les passagers, distractions à bord, caractéristiques du navire, conditions météorologiques, etc. L'arrivée à Saint-Pierre (Martinique) a lieu le 21 octobre : Verhoost visite la ville, le jardin des plantes ainsi que les environs, en particulier l'habitation Périnelle située sur les contreforts de la Montagne Pelée (pp. 279-282). Il est aussi reçu dans un club très fermé, réservé aux principaux habitants et négociants de la colonie. Son récit donne des détails sur certains événements comme le raz-de-marée du 4 septembre. Il contient aussi la liste des photographies faites à Saint-Pierre (pp. 427-432). En novembre, il se rend Fort-de-France puis à La Rivière-Salée où il visite l'exploitation du célèbre agriculteur, industriel et propriétaire terrien Octave Hayot (1843-1892), à l'origine de l'industrialisation de la production de sucre dans l'île. A cette occasion, Hayot lui remet un exemplaire de son livre intitulé "Matériaux pour l'histoire de la Martinique agricole"; une note indique qu'il mourut quatre ans plus tard (p. 556). Verhoost établit ensuite une liste de photographies prises à Fort-de-France (pp. 585-588) et prépare la suite de son voyage vers les Antilles anglaises. Le 25 novembre 1888, il est à Sainte-Lucie et visite Castries, divisée en une partie européenne et une partie indigène dont il remarque l'extrême pauvreté. Le lendemain, il arrive en rade de Bridgetown, à La Barbade; il visite la ville et décrit les costumes des habitants. Après un bref passage à Tobago, il arrive à Trinidad le 29 où il visite Port d'Espagne (Port of Spain), San Fernando puis Arima. Muni d'une lettre de recommandation établie par un colon de la Martinique le présentant comme "ingénieur belge en mission aux Antilles" (t. 2, p. 122), il se rend chez un Français établi à Trinidad, M. de Verneuil, qui lui fait visiter la région. Le voyageur décrit la faune, les oiseaux, les serpents, la flore, les fruits, l'arbre à pain, etc., puis il donne une liste de photographies prises à Sainte-Lucie, La Barbade et Trinidad (pp. 154-159). De retour à la Martinique le 9 décembre, il part le lendemain pour la Guadeloupe et arrive à Pointe-à-Pitre le 11. Il décrit la ville, dont il remarque la malpropreté et l'insalubrité, puis il visite le musée Schoelcher et le musée d'histoire naturelle. Il évoque aussi les habitants, leurs costumes ainsi que les ressources agricoles de l'île. Le 18, il se rend à la Basse-Terre et relate, le lendemain, une ascension au sommet de la Soufrière (pp. 321-336). Il revient ensuite à la Martinique, qu'il quitte le 31 décembre. Le 1er janvier 1889, il arrive en rade de St John of Antigua. Le 3, il débarque à Saint-Thomas, dans les îles Vierges, situées à l'est de Porto-Rico et qui appartenaient à l'époque au Danemark. Reçu par les Pères Rédemptoristes, il signale la présence d'une colonie flamande, puis établit une nouvelle liste de photographies qu'il envoie à sa femme (pp. 532-534). Il quitte Saint-Thomas le 5 janvier. A Porto-Rico, où il arrive le 7 janvier, il effectue une course rapide à travers la ville puis reprend la mer pour débarquer le 10 à La Havane où il reste jusqu'au 22 janvier. Il visite la ville : maisons, monuments, établissements publics, cafés, théâtres…, décrit l'animation dans les rues et assiste à un combat de taureaux. Il se rend à Matanzas, visite les grottes de Bellamare et autres curiosités de l'île. De retour à La Havane, il visite les régions de l'ouest en traversant d'immenses champs de canne à sucre, de maïs, d'igname et de tabac. Il constate que l'esclavage est toujours en vigueur à Cuba, alors qu'il a été aboli à Porto-Rico, et s'étend longuement sur ce problème (t. 3, pp. 157-163). Le 20 janvier, il établit une cinquième et dernière liste de photographies (pp. 238-240). Le 26, il est de retour à Saint-Thomas, puis à Saint-Pierre (Martinique) le 6 février; le 10, il monte à bord du Lafayette qui arrive au Havre le 1er mars 1889. La fin du manuscrit contient le journal de bord du voyage de retour. Par la suite, l'auteur effectua un voyage en Norvège en mai-juin 1905 (publié sous le titre Quatre semaines en Norvège, Bruxelles, Société belge de Librairie, 1910, in-8), puis un voyage en Orient de décembre 1905 à février 1906 (resté inédit). Il était peut-être apparenté à la maison Verhoost Frères de Courtrai, spécialisée dans la fabrication de toiles et qui participa à l'Exposition universelle de Liège en 1905. Manuscrit inédit, très riche en observations sur les pays visités.

VERNET (Claude-Joseph).

Collection des vues des ports de mer en France, peint pour Louis XV, par J. Vernet, et gravées par J. P. Le Bas.

Paris, J. P. Le Bas, vers 1780. Grand in-folio; demi-veau marbré, dos lisse orné en long, pièce de titre en maroquin rouge sur le premier plat (reliure de l'époque).

Rare album, comprenant un titre imprimé, la liste des planches, et 16 planches gravées par Charles-Nicolas Cochin et Jacques-Philippe Le Bas: 1. Le port neuf ou l'arsenal de Toulon. 1760. 2.L'intérieur du port de Marseille. 1760. 3.La Madrague ou la pêche au thon vue du golfe de Bandol. 1760. 4. L'entrée du port de Marseille. 1760. 5. Le port vieux de Toulon. 1762. 6. La ville et la rade de Toulon. 1762. 7. Le port d'Antibes en Provence. 1762. 8. Le port de Cette en Languedoc. 1762. 9. Vue de la ville et du port de Bordeaux prise du côté des Salinières. 1764. 10. Vue de la ville et du port de Bordeaux prise du câteau Trompette. 1764. 11. Vue de la ville et du port de Bayonne prise à mi-côte sur le glacis de la citadelle. 1764 12. Vue de la ville et du port de Bayonne prise de l'allée Bouflers près la porte de Mousserole. 1764. 13. Le port de Rochefort. 1767. 14. Le port de La Rochelle. 1767. 15. Vue du port de Dieppe. 1778. 16. Le port et la ville du Havre. 1776. Les quinze premières planches furent gravées d'après les 15 tableaux de Joseph Vernet, peints sur place entre 1753 et 1765 et fruit d'une commande royale. Le premier plan est occupé par une représentation des activités spécifiques à la région, faisant de chaque tableau un témoignage de la vie des ports français au milieu du XVIIIe siècle. La dernière planche fut gravée d'après le tableau de Jean-François Hue, élève de Vernet, et qui fut chargé de continuer la série. Les gravures furent vendues à la pièce, ou réunies en recueil, avec les planches numérotées, un titre et la liste des planche. Le nombre de planches augmentant au fur et à mesure de leur réalisation, chacun des deux graveurs vendaient ces recueils pour son propre compte, avec un titre légèrement différent. La table de notre exemplaire comprenait initialement 14 titres, à laquelle fut ajouté un papillon portant le titre des deux dernières gravures du recueil. Il est devenu extrêmement rare de trouver un recueil tel que paru à l'époque. Polak, 9413. — Jombert (Charles-Antoine). Catalogue de l'œuvre de Ch. Nic. Cochin, 1770, page 96.

VIETNAM.

Une rue dans Cholon.

1903. Fusain en couleurs signé du monogramme AT (47,7 x 32,5 cm), monté sous passe-partout.

Très beau dessin original représentant une rue de Cholon avec au premier plan un groupe de personnes attablé prenant leur repas. Cholon est un quartier de Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saïgon), au Vietnam. Il se caractérise par son commerce du riz, et on y trouve une très forte communauté chinoise implantée à la fin du siècle. Situé jadis à l'écart de la ville, il fait aujourd'hui partie de ses 5e et 6e arrondissements. Bon état de conservation.

VINCENDON-DUMOULIN (Adrien-Clément — DESGRAZ (César Louis François).

Iles Marquises ou Nouka-Hiva. Histoire, géographie, mœurs et considérations générales.

Paris, Arthus Bertrand, 1843. In-8 de viij-362-(1)-38-(2) pp.; demi-veau bleu, dos lisses richement orné, tranches mouchetées (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée de 4 cartes dont 2 dépliantes : carte des îles Hiva-Oa, Taouata et Motane, carte des îles Marquises, carte de l'île Nouka-Hiva. L'hydrographe Adrien Vincendon-Dumoulin, et le secrétaire, César Desgraz, prirent part à l'expédition autour du monde de Dumont d'Urville sur l'Astrolabe. Ils contribuèrent ainsi à la rédaction du monumental Voyage au Pôle Sud et dans l'Océanie, de 1841 à 1847. Leur ouvrage sur les îles Marquises, qui réunit "dans un même ouvrage les documents recueillis par les navigateurs de toutes les nations qui ont visité ces terre lointaines", fut publié un an après la prise de possession de l'archipel par Du Petit-Thouars. On trouve relié à la suite, le rarissime prospectus pour la souscription du "Voyages de la commission scientifique du Nord", sous la direction de Paul Gaimard. Bon exemplaire dans une élégante reliure de l'époque. Quelques rousseurs. O'Reilly, Tahiti, 6269.

VOÏART (Jean-Marcel).

Annuaire administratif, commercial et statistique de l'île Bourbon, précédé d'une notice historique sur la colonie, depuis sa découverte jusqu'à sa rétrocession à la France par le gouvernement britannique.

Île Bourbon, Lahuppe, à Saint-Denis, 1844. In-8 de (2) ff., 392 pp.; demi-chagrin bordeaux, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure légèrement postérieure).

Première édition, rare, avec un tableau dépliant compris dans la pagination. L'auteur fut commis principal de la marine à l'île Bourbon, puis archiviste colonial à La Réunion, ce qui lui permit de consulter et de réunir les documents utiles à son ouvrage. C'est également le frère de la femme de lettres Mme Amable Tastu. Aucun exemplaire ne semble figurer dans les collections publiques françaises. Bel exemplaire, ayant vraisemblablement appartenu à Raphaël Babet, homme politique français originaire de l'Île de la Réunion, qui fut député de 1946 à sa mort. Une note manuscrite datée de 1953 à Tananarive et signée par E. Albany, mentionne que le présent ouvrage fut offert par le Personnel du Cadre Supérieur de l'Imprimerie Officielle de Madagascar. Ryckebusch, 8063.

WYSE (Lucien).

Le canal de Panama. L'isthme américain. Exploration; comparaison des tracés étudiés. Négociations; état des travaux. [Relié avec :] Canal interocéanique de Panama. Mission de 1890-91 en Colombie. Rapport général.

Paris, Hachette et Cie, Librairie Achille Heymann, 1886-1891. Grand in-8 de (2) ff. 399 pp., (2) ff., (2) ff., 154 pp. ; demi-chagrin rouge à coins, dos à nerfs orné de caissons, tête dorée, non rogné (reliure de l'époque).

Première édition, illustrée du portrait de l'auteur, de 2 cartes dépliantes en couleurs, d'un tableau dépliant, et de 90 illustrations gravées sur bois dans le texte, et d'une grande carte dépliante pour le second texte. Ingénieur et géographe, l'auteur fut chargé de diriger l'équipe d'ingénieurs qui avait prospecté et étudié plusieurs projets de percement de l'isthme de Panama. Il signa le traité de concession avec la Colombie puis fut chargé de superviser l'éxécution du canal. Le premier ouvrage retrace touts ses étapes avec une nombreuse documentation et iconographie. Mais, en 1889, la première société de Panama fit faillite, et le liquidateur le chargea d'une nouvelle mission d'étude pour savoir s'il était possible de reprendre la construction. C'est l'objet du second ouvrage. Bel exemplaire. Envoi autographe signé de l'auteur à J. Chaffanjon daté de 1891, en "souvenir de notre rencontre à Bogota". Il doit s'agir de Jean Chaffanjon, un explorateur qui mena trois missions dans le bassin de l'Orénoque entre 1884 et 1890. Ex-libris gravé armorié de l'auteur au nom de Lucien Napoléon-Bonaparte-Wyse. Il est en effet le fils de Lætitia Bonaparte, nièce de Napoléon I.

ZEILLER (Mathias).

Topographiæ Galliæ.

Francfort, Gaspard Merian, 1655-1661. 13 parties en 2 volumes in-folio de 36 pp., (4) ff., pp.37-97, (3) ff. - (2) ff., 35 pp., (1) f. - (2) ff., 38 pp., (2) ff. — (2) ff., 25 pp., (1) f. - 24 pp., (1) f. - 26 pp., (2) ff. - 71 pp., (2) ff. - 30 pp., (2) ff., pp.31-47, (1) f. - 28 pp. - 58 pp., (3) ff. - 80 pp., (2) ff. - 39 pp., (1) f. - 37 pp., (1) f. ; vélin ivoire, titre et tomaison frappés or sur les dos, tranches bleues (reliure de l'époque).

Edition originale, en allemand, qui fut aussi publiée en latin et en hollandais. Elle est illustrée de 8 titres gravés, d'un frontispice allégorique, de 18 cartes à double-page et de 308 planches gravées, certaines comportant plusieurs vues. La Topographie de Zeiller constitue la plus importante somme topographique de la France au XVIIe siècle. Elle contient notamment 4 plans de Paris en 1620 et 1654, les cartes furent tirées de l'atlas de Mercator et les vues furent gravées d'après des planches de Silvestre et de Marot. Bel exemplaire bien conservé dans son vélin de l'époque. Quelques rousseurs et quelques feuillets uniformément brunis.

ZONARO (Fausto). — THALASSO (Adolphe).

Déri Sé'adet, ou Stamboul porte du bonheur. Scènes de la vie turque.

Paris, Piazza, 1908. In-8 de 217-(1 bl.)-(2) pp.; demi-maroquin rouge à coins, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés, étui (reliure de l'époque de G. Levitzky).

Ouvrage illustré de 56 compositions en couleurs de Fausto Zonaro dont 26 à pleine page, 23 vignettes et 7 larges encadrements ornant les titres de chapitres. Né en 1854 à Masi, près de Padoue, Fausto Zonaro exercera le métier d'apprenti maçon tout en étudiant l'art à Lendinara, puis à l'Accademie Cignora de Vérone. Il sera ensuite diplômé de l'Académie des Beaux-Arts de Rome. Il exposera en Italie, à Paris puis à Venise avant de s'installer à Istanbul, dans les environs de Taksim, en 1891. Les tableaux que Zonaro peignit dans les quartiers du centre de la ville pendant ces années sont devenus les œuvres les plus intéressantes de sa carrière artistique. Il quittera Istanbul avec son épouse en 1911, lors de la Bataille de Tripoli et s’installera à San Remo où il mourra en 1929. L'auteur du texte, Adolphe Thalasso, naquit à Istanbul en 1858. Il publia des pièces de théâtre, traduisit des auteur turcs, et fut le fondateur et directeur de la Revue Orientale. Tirage à 300 exemplaires, celui-ci numéroté sur papier vélin. Très bel exemplaire. Atabey, 1214. — manque à Blackmer. — Carteret, 375.